Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Archive for April 2015

0

Flash Info — Vous en connaissez certains... D'autres pas !

Cfdt FO Unsa

Aucun de ces syndicats n’est représentatif *
chez les ICNA…

SNPACM-FO (Ouvriers d’État, Administratifs, Personnels Navigants), SNNA-FO (Corps techniques, Agents contractuels), SNICAC-FO (IEEAC, Attachés), Unsa-Utcac (Techniciens supérieurs et Cadres de l’Aviation civile), Usna-Administratifs

Pourtant, ils entendent tous peser sur votre avenir !

Vous trouvez ça normal ?

* représentativité constatée d’après les élections dans l’instance de représentation des ICNA : Commission administrative paritaire

Flash Info — Vous en connaissez certains... (1.1 MiB)

0

Le SNCTA sur tous les fronts

L’ACTIVITE DES 15 DERNIERS JOURS A ETE INTENSE POUR LE SNCTA : CT LE 2 AVRIL, REUNION DE LANCEMENT DU NBT LILLE LE 7, GREVE LE 8 ET LE 9, NOUVEAU DIALOGUE SOCIAL OBTENU LE 13…ET LE PRINTEMPS SANNONCE CHARGE AVEC DE NOUVELLES REUNIONS PREVUES SUR LES ESPACES, LE NBT ET UN GT SUR LA SALLE DE REPOS. FAISONS LE POINT SUR LES SUJETS LOCAUX.

Modification du TDS Lors du CT nous sommes revenus sur la gestion calamiteuse de l’armement à la tour le samedi 14 mars par la sub contrôle. Suite à un CEX du Chef de Tour de nuit, elle a reconnu que le remplacement par un 2e CAF LOC, sur ce week end chargé de fin d’hiver avait été une erreur. Il reste tout de même un flou sur le «gel» du TDS. Pour le SNCTA, la Sub ne peut y toucher à J-5 quelles qu’en soient les raisons. Nous demandons également que le trafic prévu soit pris en compte avant toute modification du TDS. Un retour d’expérience sera fait avant la fin de l’année afin qu’une telle situation ne se renouvelle pas.

Quel avenir pour Rouen ? Le chef SNA a également fait le point sur la situation de Rouen, suite à une réunion organisée par la préfecture. Le gestionnaire de l’aéroport envisage 3 scénarii :

1-Fermeture complète du terrain 2-Activité légère maintenue 3-Activité légère et aviation d’affaire.

L’aviation commerciale est écartée. La décision sera prise cet été par le gestionnaire. La DSNA a indiqué qu’elle n’était pas favorable à la disparition de Rouen mais elle n’est pas décisionnaire sur ce dossier. En cas de scénario 1 et 2, le SNA partira de Rouen. Il yrestera avec une structure plus légère si le scénario 3 était choisi.

Rénovation de la salle de repos Le SNCTA a obtenu le rafraîchissement de la salle de repos en 2015. Il faudra composer avec un budget raisonnable car la salle sera vraisemblablement rasée dans 2 ans afin de libérer l’espace pour le chantier du Nouveau Bloc Technique. Nous avons accepté d’organiser un GT qui devra déterminer les travaux et les achats à faire. Ce GT est ouvert à tous, l’idéal serait d’avoir au moins un PC de chaque équipe. Les personnes intéressées peuvent s’inscrire avant le 30 avril sur la fiche présente dans la une du jour ou nous contacter. Le GT se tiendra début mai.

Projets Espaces Le CT a également fait un point sur les dossiers espaces.
Concernant l’EST du SIV, le SNCTA a demandé l’organisation d’une réunion entre Lille, Strasbourg et Seine afin d’envisager la jonction de nos 3 SIVs. Nos collègues de la section de Strasbourg ont également fait cette demande au CT SNA NE.

Concernant l’ouest parisien, tous les organismes ont présenté leur projet, qui ne sont pas tous compatibles pour l’instant. Le but était de faire un recensement exhaustif des aspirations de chacun.

Le Projet Lillois Le projet Lillois a été présenté : il s’agit de reprendre les basses couches des secteurs TH et TP d’Athis. L’objectif étant d’être l’interlocuteur unique H24 pour ces secteurs du CRNA mais aussi pour Londres le long de la FIR Nord. Nous ferions l’interface entre Athis et notamment Deauville, Evreux, Rouen et Beauvais. Ces organismes garderaient leur approche pendant leurs horaires d’ouverture. La détaché Sub contrôle a pris en charge ce dossier, un GT sera formé afin d’étoffer notre dossier qui sera présenté à la DO courant mai. Notre proposition a plusieurs avantages, nous pensons qu’elle nous permettrait de regagner le groupe C et d’exploiter au maximum notre salle IFR. Ce dossier sensible sera tranché fin 2015.

Réunion de lancement NBT Lille Les plus anciens d’entre nous n’y croiront qu’à la pose de la 1ere pierre, mais notre “Salle IFR” est bien sur les rails. Le 7 avril, le Chef SNA a réuni le SNIA, les chefs de Sub et les OS pour le lancement officiel du Nouveau Bloc Technique de Lille. Nous sommes toujours sur une mise en service de la salle IFR fin 2019. L’objectif de l’année 2015 est la validation du programme. D’ici un mois, nous devons établir les liens fonctionnels, c’est à dire décider où se place telle entité par rapport à telle autre…Il faut bien y penser afin d’éviter, par exemple, que les chambres soient trop éloignées de la salle IFRou de la vigie. Au niveau opérationnel, nous devons réfléchir à l’articulation des entités suivantes : salle IFR (120m2), salle de briefing(15m2), vestiaires / sanitaires /douches (30m2), cuisine (10m2), Salle de repos (30m2), Chambres (2x10m2) et bien sûr la vigie. Tous les services seront interrogés lors d’une réunion formelle, il faut donc réfléchir en interne avant celle-ci. Pour le SE, la réunion a lieu le lundi 4 mai. Le 7 mai, les OS seront consultées, et le 13 mai a lieu la réunion de synthèse. Afin de favoriser notre réflexion, le SNCTA met à la disposition de tous en vigie un classeur qui vous permettra de prendre connaissance des documents qui nous ont été présentés et de donner votre avis, avant le 30 avril. Nous compilerons vos remarques et remettrons une synthèse à la sub contrôle pour la réunion du 4 mai.

Le SNCTA, syndicat professionnel, travaille pour vous et pour l’évolution de notre centre. Nous avons une vision positive de l’avenir et la volonté de faire aboutir les dossiers. Nous sommes véritablement à un tournant de l’histoire de notre organisme. Il nous faut saisir toutes nos chances mais cela demande beaucoup de travail. Si vous êtes intéressé par l’un de ces dossiers et que vous avez envie de participer à l’élaboration de notre futur, contactez nous.

LFQQ 150418 -CDA 11 SNCTA Sur Tous Les Fronts (1.7 MiB)

0

Fin de l’indemnité exceptionnelle : encore une attaque contre le pouvoir d’achat

Pickpocket

Quatre jours après la journée de mobilisation intersyndicale pour lutter contre l’austérité, la ministre de la fonction publique a répondu en supprimant une indemnité que touchaient plus de 700 000 fonctionnaires. Cette décision du gouvernement est, pour le SNCTA, inacceptable. La défense du pouvoir d’achat aura toute sa place parmi les revendications qu’il portera dans les espaces de négociations qui viennent de s’ouvrir.

C’est quoi l’indemnité exceptionnelle de compensation de la CSG ?

Cette indemnité bénéficiait aux fonctionnaires recrutés avant le 1er janvier 1998. Pour faire simple, à partir de cette date, les cotisations salariales d’assurance maladies (donc prélevées sur le salaire) ont cessé d’être calculées sur le traitement brut pour être intégrées dans la CSG (qui est, elle, calculée sur la totalité du revenu). L’indemnité visait à compenser la baisse de salaire qu’entrainait ce changement de mode de calcul. Les agents recrutés après le 1er janvier 1998 ne la touchaient donc pas car, n’ayant pas connu l’ancien mode de calcul, la fonction publique considérait qu’ils n’avaient pas subi de « baisse » de salaire justifiant une indemnisation.
Read more

6

Flash Info — Une coalition improbable pour tenter d’empêcher les contrôleurs de construire leur avenir

Différence

Une coalition de syndicats de la DGAC, emmenée par la CGT et FO, s’oppose au nouveau cadre de négociation sociale proposé pour la DGAC. En plus de ces deux centrales à la manœuvre, on trouve, pèle mêle, la CFDT, l’UNSA administratif, l’UNSA techniciens supérieurs et cadres, mais aussi, ce qui est plus surprenant, l’UNSA ICNA dont le seul moteur semble être l’opposition systématique au SNCTA.

Une fois encore, c’est en surfant sur les peurs et en usant toutes les ficelles de la désinformation que ces syndicats espèrent obtenir des pouvoirs publics qu’ils reviennent sur leurs engagements. On nous sert une fois encore le risque d’implosion de la DGAC, la sortie de la fonction publique et toutes sortes de cataclysmes fantasmés. On sous-entend que le premier syndicat des contrôleurs travaillerait à la dégradation des conditions d’emploi de ceux qui le soutiennent majoritairement… quelle bizarrerie ! On pourrait en rire si, à l’heure où les acquis sociaux s’effritent, où les attaques contre les salaires, les retraites, les conditions d’emploi des personnels sont légions, on n’était pas amené à contempler le spectacle désolant d’appareils syndicaux plus soucieux de leur rente de situation que de trouver les moyens de résoudre les problématiques qui touchent au cœur les salariés et les contrôleurs en particulier.

Le SNCTA a fait le constat de l’échec du protocole 2013 et il n’est pas le seul. Fort de ce constat, il a fait le choix de ne pas s’opposer à cet accord, mais s’est engagé, devant les contrôleurs, à obtenir des pouvoirs publics un espace de négociation mieux à même de traiter les problématiques spécifiques métiers, dont notamment celles des ICNA et TSEEAC contrôleurs. Il y est parvenu.

Les pouvoirs publics ont reconnu cette nécessité, convaincus par le SNCTA mais pas seulement. C’est avant tout le constat de l’échec des politiques de modernisation de la DSNA et son incapacité à faire face aux enjeux qui ont incité les pouvoirs publics à regarder de plus près la situation de celle-ci. Plus que les mises en garde du SNCTA, c’est la prise de conscience des pouvoirs publics de l’impérieuse nécessité d’avoir une approche spécifique, et donc mieux adaptée aux problématiques de la DSNA et du contrôle aérien, qui a guidé leur choix.

Le SNCTA revendique la reconnaissance des spécificités de la DSNA et des contrôleurs, car il est une évidence : les exigences qui pèsent sur les services de la navigation aérienne et leurs personnels ne sont en rien comparables à celles qui s’imposent aux autres administrations de la DGAC. Pour autant, tout traitement différencié s’accommode très bien d’une vie en commun. C’est la reconnaissance des différences qui garantit le vivre ensemble.

Le SNCTA s’est engagé devant les contrôleurs à défendre leur spécificité,
il le fera car il a leur soutien

Flash Info — Une coalition improbable (1.8 MiB)

0

Corrections apportées aux postes ouverts à la CAP de juin 2015

Certains postes ouverts à la prochaine CAP ont été modifiés. Le SNCTA vous encourage à vérifier vos choix et ce avant la clôture des candidatures qui est toujours fixée au 30 avril 2015.

Additif CAP de juin 15 (0.3 MiB)

0

Communiqué du comité national

Comité national

Le comité national se félicite de la mobilisation de la profession qui a permis l’ouverture d’espaces de négociation sociale avec une représentativité syndicale adaptée aux sujets traités. Ces espaces doivent maintenant traiter de façon adéquate et urgente les problématiques propres au contrôle aérien.

Le comité national exige que les expérimentations des centres demandeurs soient menées dès cet été, donc que les négociations sociales portant sur leur organisation du travail et les contreparties associées aboutissent au plus tôt.

Le comité national soutient toutes les initiatives locales, ATFCM ou autres, qui s’avéreraient nécessaires pour la sécurité des vols pendant la période de charge estivale. Il demande au bureau national de mettre en œuvre le cas échéant, des mesures de riposte fermes dès lors que des dépassements de capacité seront constatés dans les centres.

Le comité national refuse la remise en cause unilatérale de l’accord Licence.

Le comité national constate que les contrôleurs sont parmi les fonctionnaires les plus touchés par la suppression annoncée de l’IECSG. Il mandate le bureau national pour obtenir la mise en place d’un complément indemnitaire d’un montant au moins égal à l’IECSG pour tous les contrôleurs.

Concernant le programme SYSAT, le SNCTA veillera à ce que l’administration limite la fragmentation et ses conséquences en termes de mise en œuvre, d’interfaces et d’évolutions notamment. Il veillera également à ce que l’expertise des contrôleurs soit mieux prise en compte, tant pour le choix des systèmes que pour leur mise en œuvre.

Adopté à l’unanimité

2015-04-21 Communiqué du comité national (73 KiB)

23

Communiqué de presse

Pile de journaux

Le SNCTA, syndicat majoritaire des contrôleurs aériens, lève son préavis de grève pour la période du 29 avril au 2 mai.

Ayant obtenu l’assurance du caractère ferme des propositions faites le 13 avril dernier par le cabinet de Monsieur Vidalies, secrétaire d’État aux transports, et entendant permettre aux passagers de lever toutes les incertitudes pesant sur leurs déplacements aériens en cette période de vacances, le SNCTA fait le choix de lever son préavis de grève. Il sera cependant extrêmement vigilant quant à l’application, dans ses termes et échéances, de la proposition du gouvernement présentée en début de semaine par le secrétariat général de la DGAC et la direction de la navigation aérienne.

Communiqué de presse (1.6 MiB)

0

Faisons nous respecter, restons mobilisés

CES QUELQUES JOURS QUI FERONT TOUTE LA DIFFÉRENCE !

Alors que le secrétariat d’état validait enfin un document reconnaissant la spécificité des contrôleurs et leur volonté d’adaptation aux contraintes du trafic, les confédérés tentent le dernier baroud d’honneur, en tirant les grosses ficelles. Il est temps de rappeler quelques vérités

Un peu d’histoire: Le SNCTA a toujours été le principal acteur des grandes avancées chez les ICNA :

  • Le statut ICNA alors qu’ils étaient contre,
  • Le PC pour tous, alors qu’ils étaient contre,
  • Le HEA pour tous, alors qu’ils étaient contre,
  • Plus généralement l’accord licence, alors qu’ils nous accusaient de ruiner la DGAC,
  • Et bientôt peut-être, la prise en compte du temps de formation dans l’avancement de carrière dans les centres difficiles, au-delà du 36ème mois (motion votée en congrès). Seront-ils contre ?

Bas les masques Ces marchands d’immobilisme nous accusent aujourd’hui de porter atteinte à l’unité de la DGAC ! Rappelons-leurs qu’ils ont signé le dernier protocole sur le dos des contrôleurs… rémois en particulier ! La logique protocolaire, le SNCTA l’a portée avant qu’elle ne soit dénaturée, faisant avancer toute la DGAC avec elle ! La nouvelle méthode de dialogue social présentée lundi dernier est une véritable avancée. Elle permet que chaque problématique soit négociée à son niveau de compétence (DGAC, DSNA, Corps de métier). Une problématique exclusivement ICNA serait ainsi discutée avec ses représentants. Est-ce trop demander ?

Les tentatives de déstabilisations aux niveaux local ou national ont déjà commencé. Leur vrai objectif est de remettre en cause cette nouvelle forme de dialogue social moderne et respectueux des agents, pour in fine diluer la voix des ICNA dans de plus gros ensembles. Il ne leur est pas question d’agir dans l’intérêt suprême de la                 DGAC, mais bien dans celui de leurs centrales !

Pendant ce temps à Reims…  L’horloge continue de tourner. Notre FMP prend le problème de dépassement de capa à bras le corps en élaborant avec ses outils, tout un arsenal de mesures inédites (FL-capping horaire, mesures RAD contre les FPL tricheurs). Le SNCTA salue ces initiatives et réaffirme toute sa confiance envers ses ACDS qui font au mieux. Mais cela sera-t-il suffisant pour faire face au trafic estival, sans évolution réelle ?

Heureusement, notre CGT locale a la solution ! Dans son dernier communiqué, elle sortait de ses vieux grimoires, les recettes d’antan, promettant de vous faire passer un merveilleux été à 14,5 UCESO… Basé sur des chiffres fantaisistes ! Réapparaissait alors la 2ème vacation complémentaire signée par son bureau national, contre l’avis de 82 % des contrôleurs rémois. Qui est irresponsable ?

Pas d’accord, pas d’expé ! La position du SNCTA est sans ambiguïté. Sans un accord social- cadre tel que celui présenté le 13 avril, il n’y aura pas de déclinaison locale avec mise en place d’expérimentation. Si les contraintes ICNA et rémoises en particulier ne sont pas reconnues, il saura obtenir la mise en œuvre de mesures de protections drastiques [cf. Plan B].

Tant que cet accord ne sera pas signé, le SNCTA maintiendra son préavis de grève du 29 avril au 2 mai. L’heure est à la prise de décision !

LFEE15-0416 FI Ces Quelques Jours (1.4 MiB)

5

Un syndicalisme en questions

Étonnant spectacle qu’il nous est donné d’observer ces jours-ci d’un certain syndicalisme malade ou en tout cas tellement faible qu’il en oublie sa seule mission qui consiste à défendre coûte que coûte les intérêts des salariés. Inquiétante tendance qui vise à dénaturer ou travestir les actions conduites par d’autres organisations syndicales. Indécentes pratiques qui consistent à rejouer sur tapis vert les matchs perdus dans les urnes.

Le pouvoir et l’argent

Une observation attentive nous permet de mettre en évidence une similitude entre la mutation du paysage syndical et celle qui, depuis plus longtemps, touche la sphère économique ou industrielle : la concentration. Tout comme ces grandes entreprises qui ont pour objectif premier de grossir et prendre des parts de marché plutôt que de sécuriser un projet industriel, on observe les manœuvres des grandes enseignes syndicales pour assoir des positions dominantes plutôt que de concentrer leurs actions pour la défense des intérêts des salariés. Pour les grandes centrales syndicales, comme pour les grandes entreprises, les enjeux sont d’abord financiers et de pouvoir. Il faut capter les ressources financières publiques ou privées, obtenir la gestion de contrats mutualistes ou autres. Si la défense des intérêts des salariés reste une préoccupation pour ces centrales, elle cède du terrain à la recherche de plus de pouvoir et d’argent, deux choses que ces organisations ont, par nature, du mal à partager…

Un monopole pour l’échec

Aidées par les gouvernements Villepin puis Fillon, les grandes centrales syndicales, et la première d’entre elles particulièrement, ont cherché à obtenir un quasi-monopole syndical, ou, du moins, celui de pouvoir signer seules des accords sociaux. Sans toutefois obtenir complètement satisfaction, notamment dans la fonction publique, ces centrales ont considérablement renforcé leur influence, non pas dans les urnes où elles sont en déclin, mais par leur lobbying dans les hautes sphères de l’État avec qui, par construction, elles sont les seules à discuter.
Read more

3

ICNA ne nous laissons pas dicter notre avenir

Les bases d’un nouveau dialogue social ont été jetées, mais rien n’est fait car il faut que toutes ces promesses se confirment. Restons mobilisés car certains vont tout faire dans les prochains jours pour remettre en cause toute cette démarche. Restons maître de notre avenir !

FI N°5 Ne Nous Laissons Pas Dicter Notre Avenir ! (0.5 MiB)

Pages:12345