Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Archive for September 2015

0

Flash Info — L’art de la tromperie...

Scam alert

ou comment les pouvoirs publics nous servent sur un plateau doré la plus forte baisse de salaire de notre histoire

Après les heureuses surprises…

Nombre d’entre vous ont constaté, avec délice, une hausse de leur dernière rémunération. De quoi s’agit-il ? Eh bien d’une prime supplémentaire. Non, vous ne rêvez pas ! Nos dirigeants, qui cherchent par ailleurs tous les moyens permettant de réduire le nombre de nos primes, ont décidé, en mai dernier, d’en créer une nouvelle. Miracle ! Celle-ci est mise en paiement moins de six mois après avoir été imaginée par les cerveaux de la fonction publique. Efficacité record des ministères de la fonction publique et du budget, Guichet Unique survitaminé… Sont-ce là les premiers effets du choc de simplification ? Allons-nous voir enfin fondre, sous les feux de cette nouvelle efficacité, l’ensemble des retards accumulés dans la mise en œuvre de mesures négociées, puis promises, parfois depuis plusieurs années par nos gouvernements ?

…les désillusions !

Hélas non ! Cet étonnant coup de rein des commis de Bercy et de la fonction publique n’a qu’un seul but : réduire la masse salariale par un abracadabrantesque tour de passe-passe qui conduira certains d’entre nous à voir leur rémunération amputée de 100 à 300 € par mois au cours des 3 à 4 prochaines années.

Une tragédie inique émanant d’un esprit tordu !

Acte 1 : campagne de dénigrement conduite début avril par Mme Lebranchu, ministre de la Fonction publique, contre une prime : l’IECCGS.

Acte 2 : suppression indolore de l’IECCGS le 29 avril 2015 par décret et création le même jour d’une indemnité dégressive versée aux ex-bénéficiaires de l’IECCGS.

Acte 3 : prescription d’un anesthésique euphorisant constitué par la mise en paiement mensuel, à partir de septembre (avec les rappels courants depuis mai 2015), de l’indemnité dégressive.

Acte 4 : suppression sur deux à quatre ans et pour la moitié des contrôleurs, de toute augmentation salariale consécutive aux changements d’échelon ou de chevron.

Acte 5 : réveil difficile des salariés avec, en plus des pertes de pouvoir d’achat accumulées depuis 2009, une baisse de salaire sans précédent pouvant atteindre 300 € par mois pour les contrôleurs les plus impactés par la mesure.

Les contrôleurs, du fait de leur taux de primes élevé, sont parmi les plus affectés par cette mesure. C’est inacceptable ! Le SNCTA ne négociera aucun accord qui ne prenne pas en compte une hausse sensible des rémunérations des contrôleurs.

Flash Info — L’art de la tromperie (0.5 MiB)

2

Flash Info — Pouvoir d’achat : du préavis de juin aux négos de rentrée

pièce de deux euros cassée

Responsabilités et contraintes s’accroissent sur les contrôleurs au vu d’une part de la hausse du trafic, notamment à la pointe, et d’autre part de la baisse des effectifs. De plus, depuis 2009, les gains de productivité ne sont plus partagés avec les salariés : le trafic a augmenté de près de 10 % mais, du fait du gel du point d’indice et du gel des primes, le coût du travail d’un contrôleur a parallèlement baissé de près de 10 %. Et pour près de la moitié des contrôleurs, sans action syndicale, cette baisse va s’accélérer du fait de la suppression progressive, au fil de l’avancement, de l’indemnité exceptionnelle de compensation de la CSG (IEC-CSG), laquelle peut atteindre 3 000 € par an pour les grades les plus élevés.

Le relevé de conclusion signé par le SNCTA suite à sa levée de préavis de juin renvoie les questions de pouvoir d’achat aux négociations sociales qui s’ouvriront prochainement. L’objectif du SNCTA y sera simple : obtenir un partage des fruits de la croissance du trafic, que les contrôleurs écoulent avec ponctualité et en toute sécurité.

À cette fin, il défendra une compensation exceptionnelle de la perte de pouvoir d’achat occasionnée par le gel des primes de 2010. Cette perte n’a en effet été que partiellement compensée par le passé. Le SNCTA défendra également une réévaluation indemnitaire via la revalorisation de l’ISQ et de son supplément en fonction de l’inflation, des objectifs des plans de performance, et tenant compte de la suppression de l’IEC-CSG. Il défendra enfin la création d’une négociation annuelle obligatoire (NAO) où sera négociée la réévaluation des primes sur le même principe.

Durant les négociations sociales, le SNCTA portera avec force et constance ses revendications 
sur le pouvoir d’achat des contrôleurs

Flash Info — Pouvoir d’achat : du préavis de juin aux négos de rentrée (1.1 MiB)

0

CT local du 3 septembre : Les autres infos à connaître

Après plusieurs heures et une longue interruption de séance passées sur le sujet épineux de la répartition des effectifs, les points suivants ont été abordés de façon plus consensuelle.

Le SNCTA tient en préambule à exprimer sa solidarité envers les IESSA de MO, harcelés nuit et jour depuis des mois par des rafales d’appels téléphoniques en provenance d’un ancien collègue souffrant de troubles mentaux avérés. Un problème aux conséquences humaines et potentiellement opérationnelles lourdes et dont la résolution est manifestement difficile. Il ne doit en être traité qu’avec plus de détermination.

Formation continue

Passage à 2 jours des stages MCT, MCS et FH et dispenses associées : l’ensemble des syndicats s’est déclaré favorable à ce nouveau PCU. Concernant les jours de dispense associés à ce nouveau format de stages, le SNCTA a négocié (dans un silence assourdissant de la CGT !) les modalités suivantes :
« Lorsque l’un des 2 jours de stage tombe sur un jour OFF, une dispense est accordée sur le jour du demi-cycle précédent ou suivant le stage ». Soit : J1 S1 N _ _ _ M dispense Stage Stage _ _ J1 S1 N ou bien J S1 N _ _ _ M J2 Stage Stage _ _ J1 S1 N avec une particularité pour les nuits : « Un stage au lendemain de la descente de nuit entraine la dispense de la nuit, en plus de la matinée qui suit ». Soit : J S1 dispense _ Stage Stage dispense J2 S2.

Anglais : la CGT comme le SNCTA ont souhaité porter la question de l’anglais en question diverse. Notre sujet d’inquiétude : la baisse de l’offre FLA en cette fin d’année. En effet, par manque de lecteurs, les stages sont désormais limités à 6 participants. Certes, le recrutement d’un lecteur d’anglais est en cours. Mais le processus est très long car le poste doit être ouvert en interne, successivement à divers corps (d’abord en CAP assistants puis en CCP contractuels (laquelle a lieu une seule fois par an ! les résultats de celle-ci seront connus ce mois-ci), avant de pouvoir, le cas échéant, ouvrir le poste en externe pour trouver un candidat. En tout état de cause nous devrions avoir un nouveau lecteur d’anglais début 2016… Au vu des retards pris, l’administration s’est engagée à dimensionner à la hausse l’offre pour ce début d’année. Compte tenu de ces contraintes administratives, mais aussi des excellents retours sur les stages IFCL (stages à la Défense), le SNCTA a demandé une augmentation de l’offre externe : des places supplémentaires ont d’ores et déjà été ouvertes pour un stage IFCL / Roissy en novembre. Par ailleurs nous avons proposé une diversification dans la localisation en région parisienne des stages de ce type. L’administration s’est engagée à intégrer cette demande dans le marché de fin d’année. Nous avons par ailleurs rappelé à l’administration sa promesse faite lors du précédent CT de mettre en place des stages locaux de 2 jours en plus des FLA 4 jours. Le SNCTA sera très vigilant sur les suites données à ces questions. Enfin, faisant suite à notre demande, une nouveauté en matière d’immersion a été introduite : un stage en formule école / hôtel à Dublin. L’administration nous a informés que seule cette destination avait pu être proposée pour une question de coûts (ailleurs il en aurait coûté 50 % plus cher !)

Procédures de gestion des personnels en salle de contrôle

En l’absence de règles clairement établies, le SNCTA constate l’installation de dérives de la part du service : non respect des règles de planning, non anticipation de situations pourtant connues… C’est pour cela que nous avons demandé, en questions diverses, que soient clarifiés certains points :

  • Planning FMP : Le SNCTA a rappelé qu’il devait être établi sans pression sur les agents et dans le respect des temps de repos notamment. Une procédure en cas d’absence d’un FMP devrait également être rédigée. Jusqu’à J-1 : Appel à volontaires parmi les ACDS potentiellement disponibles. Si aucune solution n’est trouvée : Application de la procédure Jour J. Le Jour J : La gestion est laissée à l’appréciation des CdS.
  • Rééquilibrage PC : Lorsqu’il est nécessaire d’effectuer des opérations de rééquilibrage (renfort ou affectation) d’équipe, la subdivision contrôle devrait informer les équipes concernées 3 semaines au minimum avant le début du changement d’équipe (sauf en cas d’urgence, d’événement soudain ou avec l’accord de l’intéressé). Un renfort fait l’objet d’une note du service précisant l’équipe renforcée ainsi que les dates de début et de fin du renfort. À ces demandes l’administration n’a pas répondu un oui franc et massif, car cela « est compliqué ». Il nous semble pourtant qu’avec des règles simples et précises, les ambiguïtés disparaitraient. Le SNCTA invite tous les agents à faire appel à lui en cas de difficultés rencontrées.
  • GIELA outil mort-né ? Après des mois (des années ?) d’incertitudes le nouvel outil de gestion RH tant attendu ne verra pas le jour. Nous avons rappelé à l’administration l’urgence de prendre au plus vite des nouvelles orientations pour avoir un outil électronique fiable et facile d’utilisation pour tous.

Points espace en bref

  • I-Stream : Suite aux questions du SNCTA, l’administration nous a informés qu’elle lancera un appel à candidature auprès des CdS des deux zones pour renforcer l’expertise de l’équipe projet i-stream locale qui gère entre autres les évolutions d’AMAN, les équilibrages des doublets de CDG par des rerouting stratégiques, le possible abandon de créneaux au décollage au profit de créneaux à l’arrivée (Target Time)…
  • SIV Ouest : La mise en service du SIV Ouest parisien est pour l’instant programmée pour fin 2016-début 2017. L’administration présentera ses pistes de réflexion au prochain CT DO. Pour l’instant, le flou règne sur les scénarii potentiels et sur la méthode de travail, la section locale demandera à son BN d’exiger que les pistes envisagées et un calendrier soient clairement formulées lors du CT DO fin septembre.
  • Merge-Point APTE : Un projet FABEC, incluant un Merge Point APTE, va être lancé avec une échéance de mise en œuvre de ce dernier fixée par la DSNA à fin 2016. Des changements majeurs de nos méthodes de travail seront indispensables pour gérer ce Merge Point d’un nouveau type « à cheval » sur deux secteurs. Le SNCTA veillera tout particulièrement à ce que la formation associée soit à la hauteur des modifications engendrées par ce nouveau dispositif.
  • SWAP : L’administration annonce que la mise en service du projet « full SWAP » (inversion des UN 852 / UN 853 et transformation de la CBA 22 en EU-C22) est prévue pour le 31 mars 2016.
  • Free Route : La zone Est participera à l’automne 2015 à des expérimentations SESAR concernant le free route : nom de l’exercice « Free Solutions ».

Modernisation technique

Décidée en 2009 et prévue pour une mise en service en 2014, une VRP (version région parisienne) de 4F devait équiper le CRNA N (comme Orly et Roissy). Mais pour diverses raisons que nous dénonçons, le calendrier n’a cessé de glisser et la VRP de 4F attendue pour 2014 s’est transformée en 4F 2.0* prévue pour… 2020 ! (*4F 2.0 car il y a bientôt un an, Orly et Roissy ont basculé dans un programme de modernisation propre aux tours et approches). Étant désormais seul interlocuteur, le CRNA Nord a mené ses premières expés avant l’été. Mais les plannings ne cessent de s’étirer et le timing des expés avec un représentant par équipe prévues l’an dernier pour le printemps 2016 semble d’ores et déjà intenable… Et pendant ce temps là, l’administration ne traite pas les difficultés matérielles et logistiques locales déjà identifiées telles que des problèmes de plancher technique, d’énergie, etc. Pourtant si l’on veut être équipés de 4F en 2020, il faut se donner les moyens de ne pas simplement subir les plannings de Thalès ou de la DTI ! Pour faire un point de situation, l’administration s’est engagée à réunir le groupe des experts équipe suivi 4F dès novembre prochain.

LFFF15-0915 Com CT Part2 Vf (1.5 MiB)

0

Débrouille-toi tout SOL...

Chronomètre

Énième changement au sol à CDG, qui met en lumière les loupés de plus en plus fréquents en sub. Une telle accumulation n’est pas un phénomène « pas de chance », mais bel et bien la conséquence d’un service qui va mal. Pas de management, pas d’organisation, pas de conduite de projet : les problèmes sont devant nous, et ils sont préoccupants.

LFPG15-0917 CDA170 - Débrouille Toi Tout SOL (0.8 MiB)

0

Résultats de la CAP exceptionnelle du 15 septembre 2015

Voici les résultats de la CAP à recouvrement qui s’est tenue le 15 septembre. Les résultats devront être confirmés par la CPE qui se tiendra le 18 septembre.

En attendant, félicitations aux heureux élus.

Compte-rendu CAP Exceptionnelle Sep15 (0.3 MiB)

0

RECAT : Hors sujet

Sans issue

Au mois de décembre 2015, une nouvelle pépite attend CDG : comme pour Grenelle ou cœur de nuit, derrière une idée plutôt pertinente, on nous prépare du grand n’importe quoi.

Le SNCTA refuse la détérioration technique de nos conditions de travail. Nos outils sont obsolètes et nous interdisent les développements technologiques ? Ce n’est pas la faute des contrôleurs. Nos effectifs sont en diminution et on ne pourra donc pas mieux former les contrôleurs ? Ce n’est pas de leur faute non plus. Notre organisation est incapable de mener efficacement un projet d’envergure ? Les contrôleurs font chaque fois le tampon, maintenant ça suffit.

Les ICNA de CDG ont déjà dû gérer DMAN et son avalanche de strips, Grenelle et sa formation bâclée, cœur de nuit et ses procédures ratées, AMAN et son système de calcul vérolé : ils ne feront pas RECAT, le projet hors-sujet.

Cependant, il est dans le sens de l’histoire de faire évoluer les normes de turbulence de sillage et nous ne voyons aucun inconvénient à participer à l’effort national spécifique à CDG, de soutenir Airbus et l’A380. C’est pourquoi, fidèles à nos valeurs et sachant que les intérêts de chacun s’y retrouveront, nous faisons la proposition suivante :

  • RECAT ne sera pas mis en place en décembre, les catégories JHML seront conservées ;
  • en aucun cas RECAT ne sera mis en place sous environnement CAUTRA ;
  • les réductions de turbulence de sillage derrière l’A380 seront adoptées par consigne opérationnelle conformément aux évaluations RECAT ;
  • la QS sera mandatée pour établir des statistiques précises pour mesurer et éclairer les risques de transgression de la norme et leurs implications ;
  • un chef de projet RECAT en charge de coordonner le travail de toutes les subdivisions sera nommé ;
  • les séparations RECAT seront confrontées aux résultats du projet HIRO ;
  • les calculs de gains de capa attendus seront refaits en tenant compte des problématiques de dégagement de piste et notamment en fonction des résultats du projet HIRO ;
  • les calculs de gains de capa attendus seront explicités en détails aux personnels et à leurs représentants ;
  • en fonction de ces nouveaux calculs, la pertinence du projet RECAT sera réévaluée ;
  • si le projet RECAT reste finalement d’actualité, il sera recherché dans SYSAT des solutions techniques pour limiter l’impact cognitif sur les contrôleurs ;
  • une étude de sécurité locale sera menée par une entité indépendante de la subdivision contrôle, en charge de la réalisation et de la subdivision instruction, en charge de la formation. Cette proposition, résultat d’une longue argumentation, n’est finalement que le processus qui aurait naturellement dû être organisé pour un tel projet. Faute de cela, nous constatons une fois de plus que l’incompétence de la DSNA à la conduite de projet persiste et suspectons fortement que les lobbys aéronautiques soient les seuls à prévaloir aux décisions.
Face à ce constat, ne doutez pas que nous mettrons toute la puissance syndicale en œuvre pour défendre les contrôleurs des errances de leurs supérieurs.

Cda LFPG 169 RECAT Hors Sujet (0.8 MiB)

0

CT SNA-Nord du 15/09 : Déni complet de dialogue social

Figurine dans un interdit faisant le signe stop

Voici un extrait des minutes du CT

  • 9 h 30-10 h : matinée du CT qui traite l’adoption de l’ordre du jour, du vote sur le compte-rendu du CT précédent, sur les effectifs et le budget, les actions par rapport au dernier CT ;
  • 10 h-12 h 30 : point SMI, discussion sur la mise en place d’astreinte technique à Lille, maintenance sud parisienne ;
  • 13 h 30-14 h 40 : extension BT de Lille, NBT de Beauvais, points sur les projets Espace ;
  • 14 h 40-14 h 55 : discussion sur la consigne Notam de Melun suite à un engagement du chef SNA-Nord ;
  • 14 h 58-15 h : meubles, statistiques, TMA, simulateur, SIV jointifs, QS, maintenance, sous-effectif, anglais sur site (le chef SNA n’écoute même plus il est au téléphone avec SDRH ! Il lève la séance ainsi). Le SNCTA tient à signaler ce niveau scandaleux de mépris de l’organisme de contrôleurs de Melun-Seine.

Pour information, les questions diverses des autres terrains ont déjà été traitées. Il avait été convenu lors d’un précédent CT que les questions de Seine (organisme le plus loin) seraient traitées uniquement le jour du CT afin d’éviter des déplacements importants aux représentants de Seine en sous–effectif ! (par ailleurs signalons que cela représente une économie sur les déplacements, alors qu’on essaie d’économiser le moindre euro lors des déplacements des agents !).

Trop c’est trop !

Rappelons que le les contrôleurs subissent :

  • un sous-effectif chronique ;
  • un matériel vétuste qui s’effondre : chaîne radio en panne, téléphone sans arrêt en panne (les appels arrivent sur l’ultime secours qui n’est pas forcément à côté de la position de contrôle) ;
  • dysfonctionnement de la climatisation à répétition ;
  • écran qui ne se rallume plus. Réponse de la maintenance : « Il faut attendre que l’écran ne se rallume plus du tout pour être changé ! » ;
  • subdivision QS sous-évaluée ;

Va-t-on encore supporter longtemps cette liste à la Prévert ? Et maintenant, un chef SNA, qui méprise totalement les représentants du personnel en arrêtant le CT à 15 h pour une réunion avec SDRH sur la CAP intermédiaire. Nous laissons, les contrôleurs de Melun-Seine, juger !

Contrôleurs de Melun-Seine, il est grand temps que
le SNA-Nord agisse et écoute nos remarques ! 
Nous exigeons la tenue d’une réunion avec le chef SNA-Nord sur le site de Melun

150915-com23-seine (0.5 MiB)

0

Répartition des effectifs : Pour un effort solidaire et partagé

Le CT local qui devait initialement se réunir fin juin (reporté vu le contexte social tendu du moment) s’est tenu le 3 septembre dernier. À l’ordre du jour notamment, l’affectation par zones des maigres ressources ICNA. L’enjeu : des équipes à 11 à l’horizon 2019 en zone Est comme Ouest ou bien des équipes à 11,5/10,5 ?

« Affectations des ressources » : un débat tendu mais un résultat satisfaisant pour le SNCTA

En novembre dernier, autant de nouvelles ressources avaient été affectées à l’Est qu’à l’Ouest, l’administration souhaitant prendre le temps de mesurer l’impact sur le trafic des changements espace. Au vu des temps de formation, le SNCTA et l’UNSA avaient vivement contesté cet attentisme et quitté le CT en forme de protestation. Pendant ce temps-là, la CGT se gaussait, titrant « le fiasco de l’amateurisme syndical ».

Depuis, le temps a fait son œuvre, personne ne peut nier que le rééquilibrage en terme d’ouvertures secteurs des deux zones s’est bel et bien opéré. Aujourd’hui le nombre de PC en salle est quasiment identique et une hausse est prévue en zone Est du fait du nombre de C en équipes.

En conséquence, pour commencer à infléchir le différentiel PC à venir entre nos deux zones, l’administration a proposé que les 2 AVE d’automne soient affectés à la zone Ouest et que ceux du printemps soient répartis de façon égale entre les deux zones : 2 pour la zone Est et 2 pour la zone Ouest.

SNCTA et UNSA ont soutenu cette proposition qui a ainsi été adoptée (la CGT l’a refusée, portant seule l’exigence d’affecter 5 AVE à l’Est et 1 AVE à l’Ouest). En parallèle nous avons obtenu que l’administration réouvre rapidement le dossier « différentiel d’effectifs entre les 2 zones » pour poser les éléments sur la table et discuter de façon pragmatique sur le chiffre à définir.

Congés et service minimum en zone Est : un corollaire qui doit être traité

Constatant la volonté de l’administration de faire converger les effectifs de nos deux zones, nous avons (re)demandé, avec les autres syndicats, la révision de la Note De Service « congés et absences » pour enfin aligner officiellement la zone Est sur la zone W. Nous avons également (re)demandé la fin de la discrimination vis-à-vis de la zone Est qui a, en cas de grève, un schéma d’ouverture supérieur à celui de la zone W (+1 secteur l’après-midi). Mais l’administration n’a pas accédé à ces deux demandes, pourtant unanimes de la part des syndicats.

Afin de défendre l’intérêt de tous les PC du CRNA Nord, le SNCTA reste mobilisé pour que l’administration aborde le dossier « différentiel » dès les prochaines semaines. Nous maintenons la pression pour la révision de la note de service congés et absences en faveur de la zone Est. Enfin, nous porterons en CT DO, la demande de révision à la baisse du service minimum de la zone est.

LFFF15-0910 CT 3sept (0.5 MiB)