Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Archive for May 2016

0

Préavis de grève du 3 au 5 juin 2016

Afficheur à palettes : Annulé / Cancelled

Voilà plus d’un an que le directeur général de l’aviation civile a annoncé l’ouverture de négociations. Voilà plus d’un an que le SNCTA négocie une mise en application des nouvelles contraintes règlementaires européennes et une nouvelle organisation du travail rendue nécessaire par la baisse des effectifs, dénoncée par les syndicats, et la croissance soutenue du trafic.

Du 18 au 20 mai 2016, le directeur général a présenté aux représentants des personnels les contreparties sociales aux efforts demandés aux agents.

Une fois de plus, le SNCTA constate l’incapacité de notre administration à définir une politique de gestion des ressources humaines à moyen terme. Celle-ci est pourtant indispensable si l’on souhaite rendre un service public du contrôle aérien sûr et efficace en particulier dans un contexte de forte croissance.

Les contrôleurs aériens français, dont les rémunérations sont déjà nettement inférieures à celles de leurs homologues des autres grands prestataires de contrôle à productivité équivalente, ne peuvent que constater l’écart entre les gains de performance et de productivité dégagés par les réformes demandées d’une part et les propositions de revalorisations faites d’autre part.

En conséquence, le SNCTA dépose un préavis de grève concernant l’ensemble des ICNA et TSEEAC contrôleurs affectés en France métropolitaine, outre-mer ou à l’étranger et couvrant les journées des 3, 4 et 5 juin 2016. Pour les personnels à horaires permanents, ce préavis s’étend du 3 juin 2016 à la prise de service du matin à la fin du service de nuit le 6 juin 2016 au matin.

Le SNCTA revendique :

  • la définition d’une politique pluriannuelle de recrutement de contrôleurs aériens permettant une stabilisation des effectifs opérationnels à partir de 2022 ;
  • la valorisation des gains de performances et des contraintes professionnelles et réglementaires associées, conséquences de l’augmentation du trafic aérien (actuellement 3 % par an) et de la baisse des effectifs (10 % en huit ans) ;
  • l’amélioration des retraites des ICNA par l’augmentation de l’ATC et la publication du décret d’application du complément individuel temporaire (CIT) dans les termes et montants définis en collaboration avec votre ministère en 2013 ;
  • s’agissant de l’organisation du travail des contrôleurs aériens, la renégociation du cadre expérimental proposé par la DGAC le 18 février et la valorisation de ces expérimentations en rapport avec les contraintes nouvelles et les gains de productivité dégagés ;
  • l’exclusion des contrôleurs aériens du RIFSEEP.

Préavis de grève des 3, 4 et 5 juin 2016 (0.1 MiB)

0

CT local du 19 mai 2016

Que va-t-il se passer au CRNA SO de septembre à décembre 2016 ? Ce CT local était principalement dédié à définir les modalités du big bang EEE et des quotas de congés / formations / présents associés à cette période. Le contexte national demeure très incertain, à l’heure ou nous écrivons ces lignes la v1 n’étant pas encore connue.

  • EEE, un dynamisme retrouvé
  • Écrans
  • Taille de la police sous EEE
  • Quotas pour la période du 05/09 au 16/12
  • Mandat CE pour les CDS
  • Candidatures CE pour les PC détachés
  • Outils « Flow Management »
  • Fermeture SIV Rodez
  • Examinateurs : ICNA, surveillez votre carrière
Nous y sommes. À la veille d’un été suffocant, les signaux sont là : décrochage dans la zone rouge des effectifs, croissance la plus forte des CRNA français en 2016, fatigue après deux hivers occupés à la formation EEE, indicateurs sécurité inquiétants… Les jours qui vont suivre seront déterminants. Le SNCTA travaille, trouve et propose des solutions à chaque problématique rencontrée par les contrôleurs. Il est jusqu’à maintenant dans une démarche de pleine négociation. Si le dialogue social a encore un sens dans notre administration, il est l’heure de le démontrer.

SLLFBB CT 19052016 (1.5 MiB)

0

Quel(s) projet(s) pour l'avenir ?

7 jours sur 12, 1 jour sur deux sur le cycle ou moyenné sur l’année, efforts, contreparties… Ce sont des concepts, pas si simples et nous allons tenter de lever un peu le voile et de répondre à certains arguments un peu trop facilement opposés à l’action du SNCTA dans la négociation en cours.

Quelles finalité pour ces négociations ?

La question légitime est : pourquoi aller négocier si c’est pour se retrouver à faire plus d’efforts encore ? Où est le progrès social ?

Quid du progrès social ?

En tout état de cause, il n’y aura pas de « progrès » du type « argent + recrutement sans évolution » comme cela a pu sembler être le cas par le passé.

Pourquoi aller négocier ?

Nous devons stabiliser nos effectifs et réfléchir à évoluer afin d’être plus flexibles et mieux positionnés face au trafic. Ces deux conditions sont intimement liées. Chacun doit faire sa part du marché, sinon il n’y aura pas d’accord.

Des changements ? Des efforts ?

Indéniablement, la V0 du protocole liste un très grand nombre de changements majeurs dans nos conditions de travail sans aucune contrepartie sociale !

Le temps presse, le trafic remonte fort, l’été approche et des solutions doivent être trouvées pour garantir la sécurité sur les secteurs, dans certains centres en particulier.

Les prochaines semaines s’annoncent décisives, soit nous auront du concret et la V1, soit nous aurons des dates de préavis !

7 j./12 or not 7 j./12 ?

Cela est et reste une proposition des pouvoirs publics. Le SNCTA y a vu un moyen acceptable d’évoluer (certes contraignant) et un levier de négociation pour faire valoir ses revendications.

À Aix en Provence comme dans d’autres centres, une telle solution pourrait fonctionner et être testée mais uniquement contre une rémunération conséquente. Si l’expérimentation se révélait inefficace, elle pourrait prendre fin à tout moment.

Le SNCTA est porteur de valeurs et d’un projet affiché en toute transparence depuis des mois. Certains peuvent le rejeter, mais qu’y a-t-il comme proposition alternative crédible? Nous l’attendons toujours de la part de nos féroces opposants et détracteurs alors même que les négociations ont commencé depuis de longues semaines… Nous continuons donc à travailler sereinement, afin de pouvoir vous présenter in fine, nous l’espérons, un projet de protocole acceptable.

Cda 052 Quel(s) Projet(s) pour l'avenir ? (1.5 MiB)

0

Aux grands maux, un seul remède : les régulations de sauvegarde... et la prière

Téléphone SOS sur fond noir

Le contexte : Printanier

Le premier jour d’un week-end prolongé, une belle journée marquant le début du fort trafic des semaines à venir avec le début du Festival de Cannes et du Grand Prix de Monaco.

Les causes : Inconnues

Mais vraisemblablement techniques et liées à la vétusté de nos matériels. Seuls les symptômes sont visibles :

  • L’image radar du séquenceur figée ;
  • Le réglage des écrans IRMA des ITM bloqué ;
  • DISCUS/SIGMA/OLGA/Imprimantes : serveurs en panne.

Les consequences : Quasi-catastrophiques

Des positions de contrôle non-dégroupables, les vols non-activables, les terrains satellites bloqués, des pointes de trafic gérées en situation dégradée, etc.

Le jugement

La notion de « patinage » existe bel et bien dans les systèmes techniques niçois. Seule la mise en œuvre des mesures de régulation de trafic a permis d’alléger la charge soumise aux systèmes et protégé tant bien que mal les usagers face aux défaillances techniques.

Par ailleurs, les pannes de ce weekend sont de nature à altérer durablement et de manière importante la confiance que les contrôleurs accordent à l’un des piliers essentiels de leur organisation, les systèmes techniques… alors que débute la période de charge du trafic.

La condamnation : Sans appel !

Face au syndrome « Windows 3.1 », c’est-à-dire l’utilisation de systèmes techniques dont l’obsolescence n’est plus à démontrer, nous condamnons nos dirigeants pour n’avoir exercé aucune veille technologique au cours des décennies passées, pour n’assumer aucune des responsabilités qui sont les leurs aujourd’hui, et tout simplement pour mettre en danger la vie d’autrui.

La peine : la régulation systématique

La section locale du SNCTA enjoint aux chefs de tour de protéger les contrôleurs ainsi que l’ensemble des usagers par l’application systématique de mesures dites : « régulations de sauvegarde ».

LFMN — Aux grands maux, un seul remède : les régulations de sauvegarde... et la prière (0.8 MiB)

0

ComTec — SYSAT : intentions, espoirs et doutes

Engrenages

Le GSPST (Groupe de Suivi Permanent de la Stratégie Technique) du 26 avril 2016 a permis de présenter l’état d’avancement de SYSAT, LE grand programme de modernisation de la DSNA pour les tours et les approches, déjà scindé en deux groupes, région parisienne (Roissy, Orly, Le Bourget) d’un côté, province d’un autre. Si l’administration reste confiante et volontariste, la revue de détails pour chaque groupe comporte ses lots de grandes à très grandes incertitudes.

Pour la modernisation des systèmes, SYSAT est aux tours et approches ce que 4-Flight est aux CRNA : un programme d’une importance capitale. Le SNCTA sera donc attentif à ce que les budgets supplémentaires alloués aux investissements soient utilisés efficacement pour obtenir des outils performants, disposant de fonctionnalités conformes aux souhaits des contrôleurs, utilisateurs finaux du système.

Groupe 1 : Région parisienne

La passation de marché de SYSAT pour les organismes parisiens suit son cours. Le premier tour de table a permis de sélectionner SAAB et le consortium NavCan–Airbus ATM qui devront être départagés d’ici la signature officielle prévue en mars 2017. Dans cette optique, les deux industriels se déplaceront en visites croisées à Orly et Roissy du 31 mai au 24 juin pour présenter leurs produits.

La mise en service à Roissy est programmée fin 2019 (fin 2020 pour Orly et Le Bourget). Elle se fera par un basculement, dit « big bang », en une nuit des vigies et de la salle d’approche, solution la plus apte à minimiser l’impact sur les usagers. La livraison de simulateurs par l’industriel étant prévue fin 2017, le timing de développement et de transformation des personnels semble certes tendu, assurément optimiste et volontariste, mais… encore jouable.

Par ailleurs, si les échéances en région parisienne (mais aussi à Nice) sont tenues, la DSNA disposera d’une contribution conséquente de la Commission européenne de 20 millions d’euros via le fonds INEA (Innovation & Networks Executive Agency) pour un projet global évalué désormais à 180 millions d’euros. Read more

0

Quels effectifs ?

Le SNCTA, en intersyndicale avec l’ensemble des syndicats de la DGAC, défend l’arrêt de la baisse des effectifs et une hausse des recrutements dès 2017, soit pour les ICNA des effectifs qualifiés en 2022. Et d’ici là ?

Nous pouvons déjà estimer le nombre de PC opérationnels dont nous disposerons… Notre effectif va encore baisser alors que le nombre de détachés va croître (besoin d’un détaché 4F par équipe dès la fin 2017) et que le trafic à destination de la Région Parisienne va se renforcer (augmentation de la capa de CDG dans le cadre du plan « Connect 2020 » d’ADP).
Déjà à CDG (comme ça a été le cas à Reims l’an dernier), le débat est ouvert sur une nouvelle organisation du travail pour l’été prochain…

Et au CRNA-Nord ? Pour prendre la mesure des efforts qui nous seront demandés, venez assister à l’AG organisée lundi 9 mai prochain : Quelles sont les priorités du SNCTA ? Quels outils proposons-nous pour défendre notre qualité de vie au travail (pénibilité) comme en dehors (congés et absences) ? Quelles contreparties aux gains de capa que nous réaliserions ?

Rendez-vous lundi 9 mai à l’amphi avec le BN SNCTA

LFFF16-0503 FI AG BN Effectifs 2 (1.6 MiB)

Pages:12