Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Archive for March 2017

0

Flash Info — La démocratie en question

Urne équilibriste

Suite à la consultation au CRNA Sud-Ouest à laquelle 85 % des contrôleurs ont participé et où 75 % se sont prononcés en faveur de la poursuite des expérimentations, il paraîtrait invraisemblable que celles-ci s’arrêtent.

Et pourtant ! Certains représentants syndicaux bordelais ou nationaux ont clairement fait savoir qu’ils comptaient, malgré un vote sans appel, utiliser « leur minorité de blocage » pour s’opposer à la poursuite des expérimentations en cours et, par là même, à la volonté très majoritaire des contrôleurs concernés. La consultation démontre cependant que la représentativité nécessaire au blocage n’est pas atteinte…

Quand les intérêts partisans et minoritaires passent avant la volonté démocratique, il est du devoir de chacun, quelle que soit son étiquette syndicale, de réagir ou de se reprendre !

Lors des négociations protocolaires, les discussions autour de la minorité de blocage ont été âpres et difficiles. Les syndicats présents et la DGAC étaient cependant d’accord sur plusieurs points :

  • l’organisation du travail nécessite une approche non partisane afin d’obtenir le consensus le plus large possible ;
  • les expérimentations ne pourront être imposées. Par conséquent, les parties chercheront à obtenir l’approbation d’une grande majorité de contrôleurs ;
  • des consultations pourront être organisées pour vérifier la volonté des salles ;
  • les expérimentations pourront être aménagées ou arrêtées si, à l’usage, elles ne donnaient pas satisfaction.

Le SNCTA travaille dans cet état d’esprit depuis le début et ne s’inscrit pas dans une guerre fratricide. Par son travail sur le terrain, il cherche au contraire l’adhésion la plus large autour des propositions qu’il fait aux contrôleurs. Celles-ci sont autant de solutions qui doivent permettre de faire face à la croissance du trafic et à la baisse des effectifs tout en sécurisant les conditions de travail.

La responsabilité d’un syndicat est d’être à l’écoute de l’ensemble des personnels qu’il représente, de les défendre et de leur apporter des solutions.

Flash Info — La démocratie en question (0.7 MiB)

2

Consultation : résultats

Inscrits 299
Votants 251
exprimés 249 83,3 %
Blancs ou nuls 002
Oui 189 75,9 %
Non 060 24,1 %

Merci aux contrôleurs bordelais d’être venus choisir leur tour de service.

CRNA SO — Consultation : résultats (0.3 MiB)

0

Flash Info — Un contexte à haut risque

Thermomètre « risque » qui explose

Huit mois après la signature du protocole qui, outre la fin de la baisse des effectifs, acte des revalorisations des retraites et des salaires, la navigation aérienne fait face à des préavis locaux déposés par un syndicat isolé. La situation est incompréhensible pour les pouvoirs publics et pour la très grande majorité des contrôleurs qui voit bien que chacune des sections appelant à la grève essaye de tirer la couverture à elle au détriment de la cohésion nationale des ICNA.

En pleine campagne électorale, propice aux promesses populistes et aux réactions épidermiques et alors que les compagnies aériennes se révoltent contre les grèves à répétitions, se regroupent et trouvent des relais politiques aux niveaux français et européen, ces préavis, déposés à contretemps, exposent comme jamais les contrôleurs, leur droit de grève ainsi que, plus largement, la DGAC et le protocole en cours.

Le SNCTA s’inquiète des conséquences politiques qui pèsent sur l’ensemble de la profession alors que celle-ci n’adhère pourtant pas à l’attitude des « responsables » syndicaux à l’origine de ces préavis !

Dans ce contexte, et suite au coup déjà porté par les pouvoirs publics au droit de grève des contrôleurs de Bordeaux et de Brest, le SNCTA se rend en urgence au ministère aujourd’hui afin de défendre ce droit de grève et le protocole.

Tandis que le SNCTA s’emploie quotidiennement à défendre la profession des attaques incessantes des lobbies et de certaines idéologies politiques, d’autres, au contraire, la fragilisent et l’exposent…

Flash Info — Un contexte à haut risque (1.2 MiB)

0

Communiqué de presse

Bureau national SNCTA

Le SNCTA, syndicat majoritaire des contrôleurs aériens, n’est pas à l’origine du préavis de grève du 6 au 10 mars.

Il s’inscrit au contraire dans la démarche de mise en application de l’accord signé le 19 juillet 2016 avec les pouvoirs publics.

Communiqué de presse (0.1 MiB)

0

Un préavis de grève incompréhensible, une réaction des pouvoirs publics qui l’est tout autant !

La section locale SNCTA du CRNA Ouest vient d’apprendre la volonté de l’administration d’augmenter de manière sensible le nombre de secteurs ouvrables dans le cadre du service minimum (+2) en astreignant plus de personnels pendant la semaine du 6 au 10 mars 2017 qui fait l’objet d’un préavis de grève de l’UNSA ICNA.

Certes ce préavis pose de nombreuses questions à la fois par son ampleur (5 jours reconductibles), par son périmètre (grèves locales sur des revendications locales et contradictoires aux CRNA Ouest et Sud-Ouest rejoints in extremis par la section locale UNSA ICNA du CRNA Sud Est sur 3 jours seulement) mais aussi et surtout par ses motivations, que chaque ICNA est libre de juger. Tout cela dans un contexte où notre droit de grève est violemment attaqué de toute part depuis plusieurs mois.

Néanmoins, et même si la section locale du SNCTA n’appelle évidemment pas à la grève, elle s’élève avec la plus grande vigueur contre cette remise en cause de notre droit de grève et appelle l’administration à respecter le schéma d’ouverture actuel en cas de mouvement social.

Concernant le droit de grève des ICNA, le bureau national du SNCTA, syndicat majoritaire et responsable, a depuis plusieurs années proposé au gouvernement et à la DGAC de rouvrir ce dossier complexe pour clarifier son fonctionnement et son organisation. Il reste ouvert à la discussion mais ce dossier ne peut faire l’objet de décisions unilatérales sur le coup de l’émotion ou de la pression de lobbies français ou européens.

Communiqué service minimum (0.1 MiB)

3 mars 2017 Ecrit par dezeix_simon dans Brest
0

Déclaration liminaire, CT DGAC du 2 mars 2017

Bureau national SNCTA

Suite aux préavis de grève locaux déposés par l’UNSA aux CRNA Ouest et Sud-Ouest, les pouvoirs publics ont astreint plus de contrôleurs qu’habituellement. L’organisation du service minimum en place depuis plusieurs années répond pourtant parfaitement aux exigences de la loi du 31 décembre 1984 qui sont notamment :

  • la continuité de l’action gouvernementale ;
  • la préservation des intérêts ou besoins vitaux de la France et le respect de ses engagements internationaux, notamment le droit de survol du territoire ;
  • les missions nécessaires à la sauvegarde des personnes et des biens ;
  • le maintien de liaisons destinées à éviter l’isolement de la Corse et des Outre-mer.

L’augmentation du nombre de contrôleurs aériens astreints, nullement justifiée au regard de la loi, constitue par conséquent une atteinte à leur droit de grève. Le SNCTA condamne cette décision et demande un retour à l’organisation habituelle du service minimum dans les CRNA Ouest et Sud-Ouest.

Dans ce cadre, le SNCTA demandera à être reçu par les pouvoirs publics dès que possible.

Déclaration liminaire – CT DGAC 2 mars 2017 (73 KiB)

0

Le choix des contrôleurs

Écran noir et cassé

La décision a été officialisée, les écrans 43 pouces devraient arriver dès avril 2018 au CRNA SO !

Pour le SNCTA, le premier à avoir relayé cette demande et qui a beaucoup œuvré pour obtenir un écran 43 pouces, c’est un grand motif de satisfaction : la salle de contrôle a été entendue.

Nous remercions tout particulièrement les services exploitation et technique des CRNA Ouest et Sud-Ouest, leurs sub. études, leurs directions, la DO et DO 3, SDPS et les pôles de la DTI pour leur réactivité et leur travail. Ces actions coordonnées ont permis de mettre en place des solutions nécessaires à la performance de l’IHM que nous utilisons tous les jours.

SLLFBB 2017-02-27 FI Ecrans 43 (0.8 MiB)

Pages:12