Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Archive for February 2018

0

Communiqué de presse ATCEUC – ETF : Our rights, your safety

Brussels, 22 February 2018

Our Rights – Your Safety
ATM UNIONS DETERMINED TO DEFEND THE RIGHT TO STRIKE

Almost 70 trade union representatives from all around Europe affiliated to the Air Traffic Controllers European Unions Coordination (ATCEUC) and the European Transport Workers’ Federation (ETF) gathered today in Brussels to discuss further steps in their campaign ‘Our Rights – Your Safety’, defending the right to strike of European air traffic management (ATM) staff.

The European Commission published in 2017 the Communication ‘Aviation: Open and Connected Europe (COM 2017) 286 final’, recommending that Member States introduce policy that limit the right to strike of ATM staff. The Communication significantly encroaches on the national sovereignty of Member States, contradicts the EU Treaties and violates the fundamental rights of workers in European air traffic management.

In response ATCEUC and ETF jointly launched a campaign calling on the Commission to respect workers’ rights as enshrined in the EU Treaties and the Charter of Fundamental Rights, and to refrain from any actions restricting these rights. In support of this campaign, an online petition was launched at www.atcorights.org.

The participants of today’s gathering were addressed by a number of speakers including Esther Lynch, the Confederal Secretary of the European Trade Union Confederation (ETUC), Klaus Heeger, Secretary General of the European Confederation of Independent Trade Unions (CESI), and Georges Bach, Member of the European Parliaments’ Committee on Transport and Tourism (TRAN). All the speakers insisted that the right to strike is a fundamental right and cannot be restricted by the Commission in any way.

Charles-André Quesnel, Chair of the ETF Air Traffic Management Committee, commented: “No one likes delays and cancellations, but strikes are not the problem. Industrial action by air traffic management staff causes less than 1% of flight delays in Europe while the airlines are responsible for over 50%. The proposals of the Commission are not proportional to the scale of the problem.”

Volker Dick, ATCEUC President, added: “The Commission’s role is to anticipate the changes provoked by the increasing numbers of flights and passengers. They should build a safe, stable future for the industry. Attacking the right to strike achieves none of this.”

François Ballestero, ETF Political Secretary for Civil Aviation, concluded: “As opposed to the Commissions’ minimum service, we want a maximum safe service. That means decent and stable jobs, functioning social dialogue and guaranteed collective workers’ rights. This will all contribute to a reliable and safe European aviation.”

The trade unions affiliated to ATCEUC and ETF, representing thousands of workers in the European air traffic management sector, are determined to defend their right to strike by all available means. While continuing efforts at EU level, they jointly decided today to move into the next phase by initiating actions at national and EU levels.

For questions or further information, please contact Jean-Denis LARRERE (ATCEUC): larrere@atceuc.org

20180222 ATCEUC ETF Press Release (0.5 MiB)

Air Traffic Controllers European Unions Coordination (ATCEUC) was created in 1989 and is currently composed of 32 professional and autonomous trade unions representing more than 14000 Air Traffic Controllers and Air Traffic Safety Engineering Personnel throughout Europe. ATCEUC is an EU recognized social partner in air traffic management.

2

Flash Info — Retraite à taux plein, CIT : versements en cours !

Rappel : le CIT (Complément Individuel Temporaire) est une allocation financière, obtenue par le SNCTA, destinée aux ICNA partant à la retraite à l’âge limite et n’ayant pas acquis le nombre de trimestres nécessaires pour obtenir une pension de retraite à taux plein. C’est donc un dispositif spécifique et exclusivement réservé aux ICNA qui vise à compenser les effets des réformes de retraites successives concernant l’allongement de la durée de cotisation. Son montant se calcule individuellement et il correspond au manque à gagner résultant des trimestres manquants.

Suis-je concerné ? Oui si je pars à la retraite ou si je suis déjà parti (depuis 2012) à l’âge limite et que je n’ai pas le nombre de trimestres requis toutes activités confondues.

Comment l’obtenir ? Le SNCTA a depuis longtemps transmis une liste de cas à la DGAC. Celle-ci n’a que récemment commencé son propre recensement et ordonné les premiers paiements. Pour les ICNA constituant actuellement leur dossier de départ, tous les documents nécessaires y sont joints.

Le bon réflexe : écrivez-nous à retraite@sncta.fr. Adhérent ou non, peu importe, vous bénéficierez de l’expertise de la cellule retraite du SNCTA qui vous effectuera une simulation personnalisée et saura aussi faire valoir vos droits !

Une mesure pour les jeunes ! En effet, l’allongement des durées de cotisations retraite frappe essentiellement et plus durement les jeunes. Pour preuve : tous les ICNA nés après 1983 et rentrés à l’ÉNAC à 21 ans, ou plus, bénéficieront de cette mesure.

Voici enfin le résultat concret et tant attendu du combat mené par le SNCTA pour contrer les effets de bord des réformes de retraites successives.

Avec le CIT, le SNCTA sécurise la retraite à taux plein pour les ICNA !

FRI 2018-02-23 - Retraite à Taux Plein - CIT Versement En Cours (1.5 MiB)

0

XP LFRR : le SNCTA reste vigilant

  • Des agents hors salle (avec MU ou non) ne percevaient pas la totalité de la prime XP
  • ASAP a mené son enquête et identifié le problème
  • ASAP a saisi SDRH afin que le problème soit résolu
  • La situation devrait être régularisée d’ici avril ou mai pour les agents concernés

En cas de problème administratif, le SNCTA a créé une cellule spécialisée: ASAP 

pour les contacter: asap@sncta.fr  

BI Rappel XP (5.5 MiB)

0

Une transition difficile à négocier

Le GT effectif 2018 qui décide de la répartition des sorties ÉNAC et des ouvertures d’AVE pour les cinq CRNA, Roissy et Orly s’est tenu ce jour. Ce fut un numéro d’équilibriste tant les ressources a distribuer sont faibles et les besoins nombreux dans tous les centres qui en parallèle doivent faire face à une augmentation de trafic bien supérieure à toutes les prévisions.

Le contexte : pénurie de sorties ÉNAC

En raison des recrutements trop faibles du protocole 2013 que le SNCTA n’a pas signé, les ressources en provenance de l’ÉNAC sont particulièrement peu nombreuses, et en tout cas hautement insuffisantes par rapport aux besoins. Jusqu’à ce que les effectifs du protocole 2016 arrivent dans les centres, le nombre de contrôleurs qualifiés en France va diminuer irrémédiablement. Et voilà donc l’administration réduite aujourd’hui à distribuer le sous-effectif soit 47 ressources (ou 2 promos incomplètes) !

Les résultats : baisse contenue et mobilité garantie

Personne ne pourra bien sûr se satisfaire des ressources affectées pour 2018 à chaque centre (CRNA Nord : 16 ÉNAC et 6 AVE). Cependant la répartition a été faite d’une façon assez équilibrée en conservant une mobilité globale comparable à celle de 2016, mobilité essentielle pour les PC de notre centre qui attendent déjà aujourd’hui de longues années avant de pouvoir muter.

L’avenir ?

Les années 2019-2021 à venir seront plus riches en ressources avec la sortie de l’ÉNAC des 3 promos/an recrutées grâce au dernier protocole. La qualification de ces nombreuses affectations permettra de faire rapidement remonter les effectifs de chacun. Au CRNA Nord les effets de leur qualification se feront sentir à partir de 2022. L’objectif étant de revenir au plus tôt dans la fourchette fixée par le DSNA de 11,5 à 12,5 PC/équipe.

Les perspectives à court terme sont très inquiétantes pour le CRNA Nord. La section locale sera mobilisée pour gérer la transition au mieux et dans l’intérêt des personnels. Nous n’avons pas à payer le sous effectif dû à l’imprévoyance de nos dirigeants.

Nous suivrons attentivement le GT TDS qui doit permettre à l’administration de répondre avec plus de souplesse à la demande avec un effectif en berne mais aussi et surtout de garantir à chacun des conditions de vie et de travail socialement acceptables.

LFFF18-0215 GT Effectif (1.5 MiB)

0

GS 32 heures

Groupe de personnes – ombres colorées

Sans surprise, le premier GS 32 heures de 2018 a subi les conséquences néfastes du très tendu GT Effectif du matin. Ainsi, aucun organisme du GS 32 heures ne sera alimenté en ressources ÉNAC et les AVE vers les approches ont été drastiquement réduits conformément aux annonces du DSNA le 12 janvier 2018. De facto, les ressources humaines disponibles se révèlent à nouveau totalement insuffisantes comparées aux besoins des organismes ! Le SNCTA dénonce une nouvelle fois les mesures transitoires de gestion initiées en janvier 2017 et qui perdurent en 2018 : elles obligent à devoir faire des choix entre les organismes et aboutissent à une dégradation globale du service rendu et des conditions de travail des contrôleurs.

Les choix faits et la stratégie de gestion sont de la responsabilité de l’administration et le SNCTA les réprouve.

Des ressources plus qu’insuffisantes…

L’administration prévoit l’affectation de 56 ressources (49 sorties d’ÉNAC ICNA et 7 EP/SP) pour faire face à 106 départs à la retraite. Elle ne peut que reconnaître les difficultés de gestion auxquelles elle est confrontée, en particulier pour faire face à une croissance très importante de trafic en CRNA. Ainsi seule une ressource ÉNAC, volontaire pour Cayenne à confirmer, est destinée à un organisme du GS 32 heures. Toutes les autres ab initio sont dirigées vers les CRNA et Roissy.

  • Pour les ICNA : outre la potentielle sortie ÉNAC à Cayenne, il y a 14 inscrits à la sélection professionnelle (SP) ou à l’examen professionnel (EP). L’administration constate habituellement qu’environ un tiers des inscrits n’est pas retenu. Elle fait donc initialement le choix de n’ouvrir que 7 postes. Le SNCTA obtient l’ouverture de postes supplémentaires en cas de réussite supérieure au recrutement EP/SP (liste « complémentaire »). 3 emplois réservés (ER) L. 4139–2 (militaires) sont également prévus pour Cayenne.
  • Pour les TSEEAC : parmi la promo 15B, 12 élèves seront affectés sur des postes de contrôleur d’aérodrome en juillet 2018. 4 ER L. 4139–3 (militaires) arriveront sur les terrains début juin 2018, soit plus tôt que les années précédentes.

L’administration, débordée par la très forte augmentation du trafic, use et abuse d’objectifs de gestion opaques et non concertés depuis plus d’un an. Cela n’a que trop duré. Le SNCTA demande que le prochain GS 32 heures de juillet 2018 repose de nouveau sur des données objectives en terme de besoin opérationnel. Pour cela, il attend un calendrier de travail en GT 8 pour déterminer d’ici juin 2018 une méthode de dimensionnement des effectifs transparente, consensuelle et équitable.

CDA 0782 2018-02-16 GS 32 H (1.0 MiB)


Read more

0

Flash Info — GT Effectif 2018 : Voilà le résultat…

Ronde

Le GT Effectif 2018 s’est tenu dans un contexte très tendu : bien trop peu de sorties ÉNAC pour des besoins importants dans tous les centres.

Le SNCTA ne fuit pas ses responsabilités :
il était présent pour se faire entendre et limiter autant que possible les dommages causés par la faiblesse des recrutements du protocole 2013, dans l’intérêt global des personnels.

Seul point réellement positif, la DSNA met enfin en place une gestion pluriannuelle avec une vision à moyen terme se basant sur des prévisions statistiques précises. Le SNCTA, qui réclame ce pilotage depuis plusieurs années, souhaite voir cette gestion se pérenniser et s’accompagner de la définition d’effectifs opérationnels en CRNA (mandat du GT 7).

Proposition initiale SDRH

AVEÉNACTotal
CDG0504009
Orly0400004
ÉNAC10010
Aix2208030
Athis0614020
Bordeaux1006016
Brest1002012
Reims0414018
Total7148119

Résultats

AVEÉNACTotal
CDG0504009
Orly0400004
ÉNAC10010
Aix2406030
Athis0616022
Bordeaux1505020
Brest1202014
Reims0415019
Total8048128

Dans ce contexte de gestion d’une alarmante pénurie d’effectif, le SNCTA a fait le choix d’argumenter jusqu’au bout pour obtenir l’ouverture de plus de ressources. Cette alimentation doit permettre tout à la fois une remontée plus rapide de l’effectif opérationnel dans les centres du Sud et de l’Ouest, une mobilité géographique préservée et l’affectation de plus de sorties ÉNAC à Athis et à Reims.

Néanmoins, s’il a réussi à faire bouger les lignes, le SNCTA ne peut pas se satisfaire de ce résultat, clairement pas à la hauteur de ses attentes.

FI 2018-02-15 GT Effectif-Voilà Le Résultat (1.4 MiB)

0

GT Effectif ou politique RH

Le GT Effectif va bientôt se tenir. Il décide des ouvertures de postes et de la distribution des sorties ÉNAC pour les cinq CRNA, CDG et Orly pour l’année à venir. Traditionnellement, c’est un sketch, avec des documents préparatoires vides de sens, qui finit en foire d’empoigne pour distribuer une maigre pitance. Il en ressort à chaque fois un douloureux et inquiétant sentiment d’injustice et d’incrédulité, qui continue d’étonner année après année : est-ce vraiment comme cela que sont gérées les ressources humaines dans la DSNA ?

Des chiffres absurdes

Les documents préparatoires sont cocasses, quand ils existent. Nous n’avons rien reçu cette année, mais pour ce que valent ces informations… Avec des bilans basés sur l’I1 pour les CRNA, et sur un calcul proche de celui des approches du GS 32 h pour CDG et Orly, les calculs de l’administration indiquaient souvent des besoins inférieurs de moitié ou plus aux ressources qui étaient finalement affectées. Pourquoi ? Parce qu’entre bilans erronés et indicateurs galvaudés, les informations qui devaient donner une image claire des effectifs étaient surtout publiées pour la forme. Quand on y ajoute les dogmes et les idées reçues de notre encadrement sur la situation, la gestion ne peut qu’être subjective et le pilotage abscons. Alors avec les années, chacun y va de son petit mensonge de plus en plus gros, et c’est au chef SE qui se fera bœuf, et au chef de centre qui aura convaincu le DSNA, de tirer leurs épingles du jeu. Pour donner à tout cela un semblant de légitimité, on invite les syndicats à la kermesse, et on fait des cotes mal taillées, en souhaitant très fort qu’elles soient convaincantes.

Une pénurie de sorties ÉNAC

En raison des recrutements hautement insuffisants du protocole 2013, le seul que le SNCTA n’a pas signé, les ressources en provenance de l’ÉNAC sont particulièrement faibles, et en tout cas hautement insuffisantes par rapport aux besoins. Jusqu’à ce que les effectifs du protocole 2016 arrivent dans les centres, le nombre de contrôleurs qualifiés en France va diminuer irrémédiablement. Par la faute d’une administration qui espérait un miracle sur les effectifs venu des nouveaux outils de contrôles et qui croyait qu’un protocole rejeté par l’écrasante majorité des contrôleurs serait un bon protocole, nous voilà donc réduits à distribuer le sous-effectif ! Il faut dire qu’elle avait la complicité du syndicat majoritaire dans les bureaux, absolument déconnecté de l’opérationnel, et trop heureux d’être seul maître à bord. Ce même syndicat qui, après avoir condamné les contrôleurs au rationnement et aux conditions de travail dégradées, fait aujourd’hui semblant de s’insurger de la situation !

À certains endroits, des « Expés RH »

Pour faire face au sous-effectif, certains centres ont choisi d’essayer une nouvelle approche, et ont mis en œuvre des tours de service expérimentaux. Les annonces de malheur étaient nombreuses de la part des détracteurs. À CDG, on nous a prédit qu’être parmi les premiers à mettre en place des « expés » c’était « vendre le un jour sur deux pour quelques deniers », et « accepter de finir au mieux à 14 en équipe ». La réalité, c’est qu’il y a eu six réunions du comité de suivi en un an, qui ont permis de faire évoluer le tour de service pour l’améliorer, et que l’on n’a jamais eu autant la maîtrise de notre sort en terme de TDS. La meilleure preuve de cette réussite, c’est à quel point le renouvellement s’est passé facilement, tant il était une évidence pour les agents !

Cependant d’autres centres, dont certains sont empoisonnés par une propagande des plus grotesques, à l’image de celle que l’on a pu subir ici, n’ont pas mis en place ces mesures. Cela crée donc un décalage supplémentaire quand il s’agit de comprendre la problématique des effectifs.

La hausse du trafic

Là encore, elle n’est pas égale. Certains centres ont vu leur trafic augmenter drastiquement cette année, d’autres non. Cependant les chiffres ne disent pas tout : une hausse pendant les pointes ou un remplissage des creux n’ont pas les mêmes effets. Une hausse qui parait moindre, si elle a lieu dans un centre déjà saturé, non plus. Nous n’avons pas de mesure de la pénibilité des journées de travail, ou du stress sur la position. La seule réponse jusqu’à aujourd’hui était d’apporter de l’effectif. Mais il va falloir trouver autre chose si on veut passer plus d’avions en P2, nous le savons tous. Plus inquiétant, cette augmentation généralisée du trafic en Europe n’avait été prédite par personne : ni le Ciel unique et ses courbes STAFOR, ni les négociateurs du dernier protocole.

Des promesses ou des engagements ?

Lors du CT DSNA du 12 janvier, le directeur a fait des annonces d’objectifs d’effectifs pour l’horizon 2023, parmi lesquelles : « À l’échéance 2023, le DSNA donne comme orientation pour Roissy un objectif cible de 15 à 16 PC par équipes ».

Si le SNCTA se réjouit de voir s’esquisser une vision à plusieurs années, et s’amuse de voir les dernières prédictions des devins UNSA-ICNA et USAC-CGT détruites en une phrase, cette annonce ne nous suffit pas. En effet, personne ne sait sur quoi reposent ces chiffres, exprimés dans une unité surprenante : le nombre de personnes par équipes, alors que le nombre d’équipes n’est qu’une conséquence de l’organisation du travail choisie.

Aujourd’hui les centres ont besoin de savoir comment seront atteints ces objectifs, quelles hypothèses et quels calculs les soutiennent : ils veulent une méthode de calcul juste, commune à tous et équitable. Ils veulent un plan stratégique par centre à 5 ans. Ils en ont besoin pour dimensionner les subdivisions, pour organiser le travail, pour savoir que leurs efforts sont pris en compte. Ils en ont besoin pour ne pas se sentir trahis quand la réalité contredit les prévisions.

La mobilité ou le conflit ?

Depuis des années la mobilité a été considérablement diminuée. Maintenant, les mutations vers les approches sont bloquées, parce que de manière absurde, les CRNA attractifs dans lesquels on nous empêchait d’aller sont à présent en sous-effectif. Dans ce contexte, l’UNSA réclame des affectations massives en provenance de l’ÉNAC pour les centres où il lui reste des adhérents. Cette demande démagogue et partisane est absurde. D’abord parce qu’un AVE se qualifie beaucoup plus vite qu’une sortie ÉNAC, soumise aux contraintes de la scolarité. Ensuite, il est absolument évident que l’on ne remplira pas les besoins des centres du Nord à coup d’AVE : les postes resteront non pourvus. Enfin, que les choses soient claires : cette proposition est une entrave intolérable à la mobilité des contrôleurs !

Dans les centres du Nord et notamment à CDG, les agents revendiquent le droit de muter. Le sous-effectif les prive déjà des congés formation, du temps partiel et des disponibilités dès que l’administration est en droit de les refuser, jusqu’à poser des problèmes pour les congés paternité. Il est donc inenvisageable, alors que des besoins sont identifiés dans des CRNA attractifs, que la mobilité soit détruite pour 10 ou 15 ans par des décisions opportunistes. Les contrôleurs de CDG, qui font preuve depuis toujours d’une adaptabilité exemplaire, refusent d’être condamnés à l’immobilité pour le reste de leur carrière. Si tel devait être le cas, nous le prendrions comme une déclaration de guerre.

Un énième effet d’annonce envers une profession qui a vu tant de promesses trahies est inutile. Les « Expés » ont montré localement ce que la négociation équilibrée pouvait apporter de solutions profitables aux uns comme aux autres. Aucune politique de management faite au détriment des salariés n’est couronnée de succès sur le long terme. Il est grand temps de se rappeler ce qu’une politique gagnant-gagnant peut accomplir.

CDA 187 GT Effectif Ou Politique RH ? (0.8 MiB)

0

GT effectif 2018

Les faits sont là. Que faut-il de plus pour que l’administration centrale nous écoute ?

Constats

Le GT effectif 2018 mettra bientôt enfin un terme au désastreux protocole 2013-2016 en distribuant les dernières miettes d’effectifs disponibles entre les CRNA et les plateformes parisiennes. Considéré alors par certains comme un « équilibre entre les corps de la DGAC », ce protocole avait été rejeté par le SNCTA car il entérinait clairement la baisse des effectifs ICNA. Par son combat et l’obtention de la mission Vernhes, le SNCTA faisait enfin admettre à l’administration le manque d’effectif à la DGAC à moyen terme. Malheureusement l’énorme croissance du trafic aérien des quatre dernières années, couplée à une place en première ligne dans la modernisation de la DSNA, conduisit le CRNA-Ouest à devenir champion d’Europe des délais. Faut-il le rappeler ? Le CRNA-Ouest essuya les plâtres pendant plusieurs mois en purgeant EEE de ses principaux bogues opérationnels.

Professionnalisme

Afin de pallier sa gestion catastrophique des effectifs l’administration décidait de faire peser les efforts sur les personnels du CRNA-Ouest : elle imposa unilatéralement deux changements de tour de service puis une baisse des droits à absences.

Pourtant, conscients de leurs rôles, les ICNA ont alors montré, par professionnalisme, qu’ils étaient prêts à faire des efforts concertés en votant la mise en place d’une XP conforme au protocole 2016. De plus, dans cette période de croissance, il est important de signaler le niveau de sécurité optimal atteint : comme en témoigne le récent record du plus faible nombre de HN ramené aux 100 000 vols.

Modernisation, délais, sécurité, espace, RH, indéniablement, les ICNA du CRNA-Ouest ont rempli leur part du contrat, ce constat est partagé bien au-delà de notre syndicat allant même jusqu’aux félicitations de Bruxelles.

Productivité

Rappelons enfin que la productivité des ICNA du CRNA-Ouest est indiscutablement la plus forte de tous les CRNA, tous les curseurs sont en butée.

Aujourd’hui le sytème est au bord de la rupture ! Symptomatique du niveau d’efforts demandé, les CDS se retrouvent maintenant par manque de candidats à 2 par équipe au lieu de 4.

Après avoir annoncé haut et fort qu’elle ne jouerait pas la prime aux délais, l’heure est venue pour l’administration de donner enfin un signal de reconnaissance des efforts fournis par les personnels.

Reconnaissance nécessaire pour ne pas exacerber le ressenti de l’ensemble de la salle de contrôle et de risquer de laisser derrière nous le temps des bonnes volontés.

2018-02-14 CDA GT Effectif 2018 (0.3 MiB)

0

Actualité des terrains F et G (2/2) : BO, effectifs et tours de service

La COM TS, au delà de l’attention qu’elle porte aux GT et CT nationaux, s’est emparée également des problématiques « BO, effectifs et tours de service » prégnantes sur la plupart des terrains F et G. Un mot pour résumer la situation : pressions.

BO de Cannes, Nîmes et Perpignan

L’ordre du jour du CT DO du 25 janvier 2018 comportait les études de révision de BO de ces trois terrains. Sont actées les réévaluations de BO de :

  • Cannes : passage de 13 à 16, en particulier à cause de l’ouverture d’un second LOC pour la gestion de l’héliport de Quai du Large en pleine expansion ;
  • Perpignan : passage de 9 à 10, le BO défini lors de la reprise d’approche se révélant insuffisant pour faire face aux amplitudes d’ouverture d’un terrain accueillant un certain nombre de lignes commerciales. Une attention particulière sera portée sur l’expérimentation d’ouverture d’une position SOL.

Concernant Nîmes, la DO proposait une augmentation de BO de 9 à 10, assortie d’un objectif de gestion supplémentaire de +1. L’analyse du SNCTA conduisait à réclamer un BO officialisé à 11 : les comptes de la DO sous-évaluent les amplitudes d’ouverture des week-ends estivaux et l’impact des retours simultanés, imprévisibles mais réguliers, d’avions de la sécurité civile en fin de journée. Dans l’attente du bilan de l’été 2018 et face au consensus des organisations syndicales, la DO a consenti à alimenter le terrain à 11 mais la validation officielle du BO sera reportée à un CT DO ultérieur.

Pression sur les effectifs

Stabiliser des effectifs d’organismes où travaillent peu de contrôleurs n’est jamais chose simple. Les aléas connus cette année par certains terrains F et G le confirment. Si la promotion interne, grâce au concours interne ou aux EP/SP, est une chance à préserver, elle crée une fragilité supplémentaire. Le SNCTA demande donc à SDRH de prévoir finement et attentivement les remplacements d’effectifs pour éviter de voir se renouveler des situations comme celle de Calvi voire de Bergerac.

Le cas de Calvi est symptomatique : ce terrain corse, dont le BO est fixé à 8, a connu fin 2017 trois départs consécutifs, dont deux en formation SP, et une chute d’effectif d’autant de contrôleurs qualifiés. Des mesures d’urgence ont dû être prises pour faire face cet été, dont l’utilisation de l’encadrement dans le tour de service. Forcé, après plusieurs CT, de fournir un contrôleur pour prendre la charge de la QS de Calvi, le fonctionnement de l’organisme de Bastia s’est trouvé impacté par effet collatéral…

Le SNCTA accueille par ailleurs favorablement la proposition de SDRH faite en CT DO de décaler de quelques semaines le début de formation des promotions P à l’ÉNAC : cela permettrait d’éviter des baisses subites d’effectifs en août, soit en pleine période de pic de trafic.

Pression sur les tours de service

La pression sur les effectifs conduit à celle sur les tours de service. Cette dernière s’accentue un peu plus sous l’effet de facteurs locaux, politiques ou économiques :

  • les exploitants cherchent à développer leurs plateformes et à attirer de nouvelles lignes aériennes ;
  • les politiques locaux souhaitent, coûte que coûte, offrir des solutions de transport aérien pour développer le bassin économique de leurs circonscriptions.

À mesure qu’un aéroport cherche à offrir plus de services en terme de contrôle, les amplitudes d’ouverture augmentent et les tours de service s’en trouvent étirés avec un effectif contraint.

Le contrôle aérien est un acteur indirect de la santé économique locale mais les contrôleurs aériens n’ont pas à en payer les pots cassés. Le SNCTA sera vigilant à ce que les ambitions locales de développement du tissu économique soient mises en adéquation avec les ressources existantes de la DSNA. Celle-ci subit parfois des croissances mal maitrisées, l’héliport de Quai du Large en est un exemple, mais elle doit aussi mieux s’organiser pour y faire face.

En ce sens, les révisions de BO à la hausse sont un pas en avant. Comme à Nîmes lors de l’installation de la Base de Sécurité Civile ou à Cannes suite à la croissance du trafic hélicoptère dans sa CTR, le SNCTA revendiquera des hausses de BO dès qu’il jugera que des activités nouvelles modifient la structure ou le volume du trafic géré par le contrôle aérien local.

En parallèle, le SNCTA aidera les contrôleurs de groupes F et G, mais aussi plus largement les contrôleurs des terrains non H24, à faire respecter  les protocoles d’accord signés avec les exploitants pour la gestion des extensions d’horaire.

Des différences de traitement entre groupes

Si le nombre d’heures au-delà de 32 heures hebdomadaires est limité par arrêté pour tous les organismes des groupes G à B à 64 heures par an, la DSNA, pour optimiser les tours de service des terrains de groupes F et G, dispose d’une instruction qui diffère de celle régissant les tours de service des terrains D et E sur un point important : quand les contrôleurs de terrains D et E peuvent travailler jusqu’à 8 jours sur 14 dans la limite de 14 jours sur 28, ceux des terrains F et G n’ont qu’une limitation à 4 jours en moyenne par semaine.

Pour le SNCTA, ce fonctionnement relève ni plus, ni moins, que d’expérimentations sauvages, non cadrées. Il refuse cette flexibilité forcée et s’opposera à toute gestion de ce type non concertée.

Une autre différence de traitement entre les groupes F et G et les groupes D et E réside dans le comptage du temps de travail de l’adjoint chef CA pour le calcul du BO. L’adjoint chef CA, chargé notamment de l’instruction, compte logiquement pour l’équivalent de 0,17 PC soit 200 heures de contrôle en groupes D et E. En groupes F et G, il compte, en revanche, pour l’équivalent de… 0,5 contrôleur alors que les charges de formation peuvent se révéler très lourdes, en particulier sur des terrains à fort turn over.

Que l’on parle de l’organisation du travail ou du comptage du temps de travail de l’adjoint chef CA dans le BO des terrains, le SNCTA dénonce ces différences de traitement entre groupes et demande un alignement sur le fonctionnement des terrains de groupes D et E.

Parce que les contrôleurs d’aérodrome ne sont pas des variables d’ajustement et parce qu’il est le syndicat de tous les contrôleurs aériens, le SNCTA s’engage à faire reconnaître les spécificités des contrôleurs des terrains de groupes F et G.

Le SNCTA appelle les contrôleurs d’aérodrome à le rejoindre et à venir enrichir les débats de la COM TS.

Une seule adresse pour joindre la COM TS : tseeac@sncta.fr

CDA COMTS N° 002 2018-02-12 Actualité Des Terrains Groupe F Et G (0.3 MiB)

 

0

Quel cap pour le CRNA Ouest ?

Figurine à un carrefour fléché

Alors que 2017 s’est achevée sans surprise sur une année record, et avant d’entamer une prochaine saison aéronautique à flux tendus, la brève accalmie hivernale est l’occasion de s’interroger autant sur le bilan passé que sur les échéances à venir.

HN et délais en diminution

Indiscutablement objectif numéro un de notre cœur de métier et pourtant trop peu mentionnée, la sécurité affiche une nette amélioration.

La proportion de HN par vol est en très franche diminution depuis 2014 et l’on ne dénombre toujours aucun incident à l’interface océanique non radar avec Shanwick depuis la transition EEE (janvier 2016).

En face la croissance du trafic aérien est pourtant spectaculaire et alors que le CRNA Ouest connaissait 15 % d‘augmentation sur les deux dernières années, les délais ont quant à eux chuté de 42 % sur l’exercice mars-août 2017 par rapport à 2016. Une partie de cet excellent résultat est bien sûr à mettre au crédit du travail effectué par la cellule FMP, les ACDS et les chefs de salle.

Mais même si ces indicateurs illustrent incontestablement les efforts et le professionnalisme des personnels en salle de contrôle, il ne peuvent néanmoins pas masquer de fortes inquiétudes sur l’avenir.

Trafic vs Effectifs

Tant au niveau local que national, chacun connaît aujourd’hui la situation actuelle sur les effectifs.

Si la demande demeure forte et continue, les effectifs, eux ne suivent pas la même pente.

Lors du prochain GT Effectifs, la DSNA devra bientôt se confronter à assumer son arbitrage dans l’attribution des dernières maigres ressources issues du protocole de 2013 (protocole signé par l’USAC-CGT et la CFDT). Le constat est tristement prévisible : peu importe la décision qui sera prise, elle ne satisfera personne.

Si la section locale prend acte de cet état de fait, elle soutient néanmoins pleinement la démarche de son bureau national qui travaille à inciter notre administration à se doter enfin d’une réelle méthode fondée de gestion des effectifs en CRNA. La politique de répartition au doigt mouillé ne peut plus durer. Seules la confiance, la transparence et l’objectivité seront gage de sérénité sur ce sujet.

Un tour expérimental à l’essai

En mai 2017, après avoir subi une baisse du droit à absences, les contrôleurs brestois ont très majoritairement choisi de soutenir la proposition du SNCTA d’expérimenter un autre cadre de travail alternatif aux conditions de travail de l’arrêté de 2002.

En posant notamment comme axe fondateur la question de la pertinence de travailler 11 heures dans une même journée, le SNCTA s’attaque à la problématique de la fatigue au travail et par voie de conséquence à ses corolaires immédiats : la sécurité et les conditions de travail. Nous restons en effet convaincus que la maîtrise de la durée des vacations est l’évolution indispensable de notre profession.

Lors de sa première réunion, le comité de suivi des expérimentations (CSP) — qui doit se tenir pour la deuxième fois le 15 février prochain — avait estimé prématuré de tirer des conclusions sur le nouveau tour avant le passage de l’été aéronautique.

Ensuite il faudra effectivement tirer le bilan et examiner si la mise en oeuvre de ce TDS XP est satisfaisante ou si des modifications sont souhaitables.

Une clause de revoyure début 2019

La clause de revoyure associée à la mise en place du TDS XP a été voulue et défendue par le SNCTA, car elle permet aux contrôleurs de garder la main sur la voie qu’ils préfèreront suivre à l’issue, début 2019.

Gageons alors que les plus critiques envers ce TDS expérimental sauront travailler à proposer aux personnels une alternative crédible. Il en irait de l’intérêt de tous. Le cas échéant le SNCTA restera fidèle à sa politique, il œuvrera de nouveau pour que les personnels puissent de nouveau choisir eux-mêmes leurs prochaines conditions de travail, dans un cadre démocratique.

Mais soyons clairs, le SNCTA n’acceptera pas de nouvelle tentative de galvauder la démocratie : il s’opposera encore à la création d’un nouveau mode de scrutin « plus démocratique que la démocratie » et à la confiscation du droit à choisir.

Les défis brestois

Mais ce nouveau tour de service est loin de rester le seul défi que la salle de Brest ait à relever dans les prochaines années, et s’il convient de faire face aux enjeux immédiats, il est tout autant primordial de connaître la vision de la DSNA sur les moyens dont elle souhaite se doter pour répondre aux problématiques futures.

En particulier, elle devra s’attacher à répondre à la question centrale du nombre maximum de secteurs gérables par un seul CDS en monozone, alors que nous connaissons jusqu’à 60 changements de configuration de salle quotidien — chiffre sans équivoque qui démontre les efforts permanents de la salle pour optimiser le trafic aérien. Ajoutez à cela le peu de reconnaissance de la fonction et un manque de moyens avérés pour permettre aux CDS d’assurer sereinement leurs missions et l’on trouvera probablement un début d’explication à la désaffection grandissante des ICNA brestois pour le poste de chef de salle (1 candidat pour 6 postes). La section locale œuvrera pour que cette fonction soit mieux reconnue notamment au CRNA-O.

Quant aux problématiques Espace, peut-on sérieusement imaginer travailler à l’instauration d’une couche supplémentaire « Super U » pour faire face à la demande si l’on sait pertinemment que l’on n’aura pas l’effectif nécessaire pour armer les secteurs ?

Symptômes supplémentaires néanmoins révélateurs de la pression que subissent les agents, les demandes de temps partiels de droit sont croissantes et le centre doit faire face pour la première fois au non-pourvoi de la totalité des postes qu’il offre en CAP.

Mises bout à bout, ces problématiques complexifient l’horizon du CRNA Ouest, et il est maintenant primordial de connaître le cap choisi par notre administration afin de pouvoir mettre en œuvre dès aujourd’hui les moyens d’y arriver.

La section locale SNCTA demande à notre administration d’afficher clairement ses ambitions afin d’offrir enfin une visibilité claire au CRNA Ouest.

Souhaite-t-elle réfléchir à instaurer une situation sereine, confortable et professionnelle qui saura accompagner la croissance en améliorant le service tout en fournissant un niveau de sécurité élevé, ou choisit-elle de continuer à mener une politique au jour-le-jour avec pour seule réelle action celle de laisser le soin aux personnels de panser eux-mêmes les plaies ?

2018-02-08 CDA Quel Cap Pour LFRR (0.2 MiB)

Pages:12