Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Archive for April 2018

0

Aix — Nos conditions de travail : choisir ou subir ?

Le CRNA-SE connaît depuis quelques temps une période difficile : baisse de l’effectif, tours de service inadaptés, dégradation des moyens techniques. Par ailleurs aucun dialogue social n’a pu s’installer, nous privant de choisir nos conditions de travail et nous forçant à les subir. Le SNCTA a dénoncé cette situation et a travaillé activement pour trouver des solutions à chacun de ces points.

Nous devons sortir de cette impasse qui nous conduit dans le mur…

Dans ses communiqués précédents, le SNCTA dressait l’état des lieux du CRNA-SE sur les prévisions d’effectif pré-GT Effectif (ici), condamnait, arguments à l’appui, les TDS de l’administration passés en force et en application depuis (ici) et alarmait sur l’état de nos moyens techniques (ici).

Depuis, le SNCTA n’a cessé de travailler pour apporter des solutions.

Les Effectifs

Janvier 2018

Suite à notre préavis, l’administration centrale se met enfin au travail dans la direction portée par le SNCTA : nouvelle méthode d’affectation pluriannuelle, annonce de BO prévisionnels pour les CRNA, prise de conscience de la situation du CRNA-SE.

Contrairement aux idées reçues, il était capital que ces éléments soient ainsi définis avant le GT Effectif 2018. Le travail se poursuit dans des GT nationaux dans lesquels le SNCTA est bien entendu un acteur majeur et incontournable.

15 février 2018

Grâce au travail et à la coordination de nos sections au niveau national, nous obtenons 30 postes pour Aix en 2018 au GT Effectif alors que seulement 48 ICNA sortiront de l’ÉNAC cette année.

28 mars 2018

Après un document émanant de SDRH et un communiqué de notre chef de centre nous obtenons dans un courrier du DSNA la confirmation des effectifs sur les prochaines années.

L’ensemble de ces affectations (plus de 90), cumulées aux mesures travaillées par le SNCTA (dates d’arrivée, dimensionnement de l’instruction, ratio AVE / ÉNAC) permettront, avec les hypothèses statistiques utilisées, le passage à 13 PC par équipe en 2023.

Le SNCTA considère être allé aussi loin que possible pour obtenir ces résultats dans le respect des équilibres inter-centres.

Nous poursuivons notre travail et resterons à tout instant vigilants sur la gestion de l’effectif du CRNA-SE.

Les moyens techniques

En janvier 2018, le SNCTA a obtenu qu’un audit national de nos moyens techniques soit lancé ; nous serons particulièrement attentifs aux résultats de cet audit.

Par ailleurs, le SNCTA déplore le décalage permanent de 4-Flight malgré les sommes colossales investies ainsi que le retard du CPDLC. Les contrôleurs ont besoin d’outils fonctionnels et modernes !

Le SNCTA souligne néanmoins l’implémentation du nouveau filet de sauvegarde STCA, l’arrivée imminente de l’ALISEP et des paramètres bords descendants pour l’été 2018 ou encore de l’interface Grenouille.

Les TDS

Le SNCTA est la seule organisation syndicale à avoir demandé et validé l’ouverture d’un GT Horaires. Certains pensaient qu’en empêchant l’ouverture d’une telle instance, l’administration ne pourrait changer nos TDS. Finalement, en l’absence d’espace de travail, nous subissons des TDS inadaptés et honteusement passés en force par l’administration.

Le SNCTA n’accepte pas cette situation perdant-perdant dans laquelle le CRNA-SE s’est empêtré en ne permettant pas un débat pourtant souhaité par nombre de contrôleurs.

Conformément à son mandat, le SNCTA a travaillé à des alternatives aux tours de service de l’administration en visant une meilleure gestion de salle et une minimisation des contraintes. Le SNCTA n’étant pas dogmatique, il souhaite proposer un réel choix aux contrôleurs entre :

Un TDS XP

Permettant d’expérimenter contre rémunération (6 000 € bruts annuels) une nouvelle organisation du travail.

Celle-ci a vocation à étudier, pendant la période d’application, l’impact sur la fatigue de la réduction de la durée de l’ensemble des vacations à 8 h 30 maximum (hors nuits) contre 5 déplacements domicile-travail supplémentaires ouvrant droit à autant de récupérations.

Un TDS 2002

Respectant le cadre de l’arrêté de 2002. Si les vacations longues que nous connaissons ne sauraient être compatibles en termes de fatigue avec la complexité du trafic, le SNCTA a travaillé à des TDS plus adaptés et permettant une meilleure gestion de salle et d’équipe que ceux de l’administration déjà en vigueur.

Ces TDS seront présentés en détail dans des documents distribués aux contrôleurs, ainsi que leurs modalités que nous avons négociées, notamment :

  • le maintien des 12 JRH actuels, tenant compte de la pénibilité de nos horaires au-delà de 32h ;
  • le retour des 12 JRH pour tous les détachés 12/36 et ACDS dont la suppression était injustifiée.

Le SNCTA considère qu’une consultation de la salle de contrôle est un moyen responsable de rejeter les TDS de l’administration et de permettre de sortir le CRNA-SE du conflit qu’il connaît. Alors qu’un CT vient d’être convoqué pour le 16 mai avec un point sur les TDS, le SNCTA refuse qu’il s’agisse pour l’administration d’amender à la marge les TDS imposés ou d’en imposer des nouveaux.

Par conséquent, le SNCTA appelle les contrôleurs du CRNA-SE à voter pour leurs conditions de travail et portera en CT le TDS démocratiquement choisi.

Une consultation anonyme sera organisée du 10 au 14 mai.

Le SNCTA dénonce l’impossibilité d’un dialogue social au CRNA-SE et les mesures punitives qui en découlent : suppression de JRH, application de TDS inadaptés, augmentation des astreintes… Le SNCTA souhaite une autre voie pour le CRNA-SE qui mérite un autre avenir. L’escalade doit cesser…

Le SNCTA souligne de nouveau le travail qu’il a entrepris sur les effectifs pour permettre d’atteindre aussi rapidement que possible les 13 PC par équipe tout en préservant un équilibre inter-centres.

Le SNCTA revendique la nécessité de porter devant les contrôleurs un choix honnête, non-dogmatique et démocratique en présentant des tours de service aussi bien expérimentaux que dans le cadre de l’arrêté de 2002.

Il est temps de reprendre la main sur nos conditions de travail au lieu de les subir : consultation du 10 au 14 mai.

CDA - Consultation (1.2 MiB)

Flash Info : choisir ou subir ?

Tours de service imposés, diminution des JRH, atteinte au droit de grève…

Le CRNA-SE est-il sur la bonne voie ou va-t-il droit dans le mur ?

Suite aux annonces d’affectations par le DSNA (« plus de 90 »), le CRNA-SE retrouve des perspectives d’effectif pour les années à venir. Le SNCTA estime que rendre la main aux contrôleurs sur leurs tours de service représente un moyen responsable de sortir de l’escalade dont nous sommes déjà perdants.

Le SNCTA proposera une consultation aux contrôleurs pour qu’ils choisissent leurs conditions de travail et portera leur voix en CT. Le SNCTA n’étant pas dogmatique, ce choix portera sur un TDS expérimental et un TDS type arrêté de 2002.

Plutôt que de les subir, choisir nos conditions de travail via une consultation anonyme est un moyen démocratique et responsable de construire notre avenir.

Consultation du 10 au 14 mai !

FI - Consultation (1.0 MiB)

Vous en avez assez de ne pas pouvoir vous exprimer ? Que le débat soit confisqué ? Rejoignez-nous : lfmm@sncta.fr

0

Flash Info Aix — Atteinte au droit de grève

Suite au deuxième préavis déposé par l’UNSA-ICNA fin avril et à des discussions avec l’administration qui ne semblent à ce stade pas aboutir, l’administration a décidé de s’attaquer à notre droit de grève.
En effet, une consigne de la direction des opérations impose désormais un nombre de secteurs offerts plus important, qui se traduit par une augmentation du nombre de requis en J3.

Si le SNCTA n’appelle pas à la grève le week-end prochain, il dénonce néanmoins l’atteinte au droit de grève face à un préavis déposé par une organisation syndicale.
Indépendamment du conflit opposant l’administration et l’UNSA-ICNA, le SNCTA demande le retrait de la consigne DO au regard du contexte national et européen où notre droit de grève est de plus en plus attaqué…
Le CRNA-SE dispose déjà d’un faible pouvoir de grève étant donné le nombre élevé de requis normalement prévus : le service minimum n’est pas le service maximum !

Le SNCTA n’est pas favorable à cette grève et n’appelle pas à la rejoindre.
Pour autant, au-delà des divergences syndicales,
il dénonce l’attaque portée contre notre droit de grève.
Le SNCTA demande à être reçu par les pouvoirs publics à l’issue de ce conflit
pour rétablir une situation nominale.

FI - Atteinte Droit De Grève Vf (0.7 MiB)

0

ASAP INFO — Le point sur le temps partiel

Les contours du temps partiel appliqué aux ICNA et aux TSEEAC contrôleurs viennent d’être précisés dans une note de gestion à portée nationale. Alors que les demandes de temps partiel ont longtemps été traitées de manière désordonnée dans les différents services, ASAP accueille favorablement cette uniformisation des conditions de travail.

Pour rappel, le temps partiel est de droit jusqu’aux 3 ans de son enfant, dans les 3 ans qui suivent une adoption ou encore pour prodiguer des soins à son conjoint ou à un enfant à charge. Il est en revanche soumis à autorisation du service lorsqu’il est demandé pour motifs personnels. ASAP avertit toutefois que compte-tenu du sous-effectif global chez les contrôleurs, les demandes de temps partiel pour raisons personnelles sont, à l’heure actuelle, rarement acceptées.

Deux options s’offrent désormais à celui qui en ferait la demande :

  • option 1 : le contrôleur fait le choix de rester en équipe. Ses cycles non travaillés sont planifiés à l’avance de façon régulière. Il sort de l’effectif de l’équipe les cycles non travaillés. Ses droits à congés sont calculés au prorata de son temps partiel ;
  • option 2 : le contrôleur fait le choix de travailler hors de l’équipe — ou lorsque le lieu de travail n’est pas organisé en équipes. Les vacations travaillées sont déterminées à l’avance selon les besoins du service. Le nombre de recyclages à effectuer et les droits à congés sont calculés au prorata du temps partiel.

N’oubliez pas votre retraite ! Si le temps partiel de droit est pris en compte gratuitement dans le calcul des pensions, ce n’est pas le cas lorsqu’il est demandé pour raisons personnelles. Pour éviter les déconvenues, il est possible de « surcotiser » volontairement. Adressez votre demande au service avec votre demande de temps partiel. Un taux de cotisation spécifique vous sera alors appliqué.

QuotitéOption 1
Cycles travaillés
Option 2
Jours travaillés
Rémunération
80 %8/10124,085,7 %
70 %7/10108,570,0 %
60 %6/10093,060,0 %
50 %5/10077,550,0 %

Une question sur votre avancement ou vos primes, un problème administratif ? N’hésitez pas, contactez : asap@sncta.fr

2018-04-20 FI ASAP Le Point Sur Le Temps Partiel (0.8 MiB)

0

Assises du transport aérien, la situation vue par les contrôleurs aériens

Les Assises du transport aérien se sont ouvertes le 20 mars 2018 avec pour objectif de mener une réflexion commune à l’ensemble des acteurs du secteur, et ce afin d’améliorer la performance du transport aérien français. Les cinq grands thèmes de ces Assises sont les performances économique, environnementale, sociale, au service des passagers et au service des territoires.

Le 13 avril a lieu la journée concernant la performance de la navigation aérienne, enjeu de la performance économique. Après une table ronde de tous les acteurs dans la matinée, l’après-midi sera consacré à des ateliers autour de trois thèmes précis : « performance opérationnelle du prestataire », « modernisation technique des systèmes » et « efficience économique et tarification ».

Le SNCTA a choisi de participer activement à cet évènement majeur pour y porter la voix des contrôleurs aériens. Il a, dans ce sens, rédigé un livret à l’attention de tous, permettant d’apporter un éclairage sur la situation vue par les contrôleurs. Le SNCTA y défend un service public de la navigation aérienne sûr et efficace. En vue du plan européen de performance (RP3), il y démontre le besoin en effectifs et en investissements dans de nouveaux systèmes techniques de contrôle.

Ce livret s’articule autour de quatre thèmes : le contexte actuel, les moyens techniques, les ressources humaines, ainsi que le rôle des aéroports et des compagnies dans la capacité. Il permet de mettre en lumière les problématiques actuelles rencontrées par les contrôleurs aériens et d’apporter une analyse fine de ces questions en y apportant l’expertise des contrôleurs, acteurs de première ligne de la performance du transport aérien.

Vous trouverez ci-dessous un lien vers ce livret intitulé « Assises du transport aérien, la situation vue par les contrôleurs », qui est un supplément à Conflit dans l’air, la revue du syndicat national des contrôleurs du trafic aérien. Bonne lecture !

Assises du transport aérien, la situation vue par les contrôleurs aériens (9.0 MiB)

0

Interface Barcelone

Depuis le hold-up du 22 juin dernier, les relations entre secteurs bordelais et barcelonais sont sur courant alternatif. Si la situation semble s’être légèrement apaisée cet hiver, les blocages persistent. Le SNCTA met en garde : aucune amélioration tangible à l’interface n’ayant pu être obtenue, l’été 2018 ne pourra être considéré comme nominal par notre encadrement. Le SNCTA œuvre à tous les niveaux pour que la sécurité et les contrôleurs, qui sont en première ligne, soient préservés.

Hourra contrôle

Le quotidien des contrôleurs des secteurs SUD bordelais est rythmé depuis neuf mois par la nécessité contrainte de l’adaptation constante des méthodes de travail avec les secteurs LR (approche) et OL (en route). Les décollages LEBL et LERS, transférés en général 30 NM avant la frontière, sont autorisés à pénétrer dans OL selon l’humeur du jour de nos collègues espagnols. À défaut, jusqu’à la quasi-totalité des décollages se retrouvent plafonnés gratuitement au FL300, augmentant de fait la complexité de leur intégration avec les flux stables et opposés, et ce, en limite de trois secteurs.

À cette incertitude intolérable se rajoutent parfois des comportements accidentogènes : faire annoncer par les équipages, au premier contact, qu’ils sont « release » bien qu’ils ne le soient pas ; ou pire lorsqu’ils refusent tout bonnement de décrocher le téléphone.

Enfin, les transferts tardifs intermittents des trafics stables en couches 34 couplés aux nouvelles routes du GT ESSO, rendent le croisement à GONUP bien plus délicat qu’il ne l’était.

Pour toutes ces raisons, et considérant la surcharge considérable des coordinations téléphoniques, les conséquences opérationnelles de cette configuration inopérante, indépendante de la volonté des contrôleurs bordelais, ne pourront en aucun cas être imputées à notre centre. Le Network Manager a d’ailleurs été interpellé dans ce sens et devrait valider ce principe très prochainement.

Historique et avancement des discussions

Après le grotesque chantage du printemps 2017 (délégation contre transfert de complexité vers Bordeaux) mené par le centre de Barcelone, les contrôleurs bordelais ont été confrontés, au beau milieu d’un été record, à une interface particulièrement dégradée et dangereuse.

Une situation ubuesque et préoccupante que le SNCTA n’a cessé de dénoncer dans toutes les instances locales et nationales. Le centre (à travers son GT Espace et le service) ainsi que la DO, conscients du bras de fer perdant-perdant joué par les espagnols, a tenté en vain, à l’automne, de dégager des pistes de compromis. Face à l’intransigeance de nos interlocuteurs, le service se voit contraint de proposer des mesures de protection des secteurs afin de garantir la sécurité des vols.

Des mesures adaptées, cohérentes et graduées

Le plan proposé consiste à agir principalement sur deux leviers : GIR 12 et GO12. Ces régulations par flux ont l’intérêt de cibler les trafics induisant le plus de complexité, liée principalement à la dégradation des conditions de transfert à la frontière.

Plus de latitudes sur les taux des régulations seront accordées aux CDS, à la hausse comme à la baisse, toutefois encadrés par des seuils critiques au-delà desquels l’expertise du bureau FMP montre que les effets de bords sont trop peu maitrisés.

Les nombreux reports depuis juin 2017 ont mis au jour tensions, surcharges de coordinations et inconsistance des méthodes de travail. Au lendemain du changement d’heure et de braquet du trafic, le SNCTA invite tous les contrôleurs bordelais à ne pas s’exposer en sortant du cadre de la LOA. En revanche, nous encourageons vivement CDS et ACDS à ne prendre aucun risque et à utiliser l’ensemble des mesures de protection des secteurs, leur permettant de gérer au mieux l’instabilité voire un blocage des coordinations à l’interface.

Le centre doit dès à présent travailler à apporter une réponse collective, partagée et adaptée à la situation rencontrée à l’interface barcelonaise. Le SNCTA demande expressément la convergence des méthodes entre contrôleurs, équipes, CDS et ACDS. Une cohérence qui sera la meilleure réponse professionnelle au chantage et à l’inconsistance.

2018 03 20 InterfaceLECB Vdef (0.7 MiB)