Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Archive for September 2018

0

CDA Brest — Les dossiers de la rentrée 2/2

Alors que la salle de contrôle de Brest a su se réorganiser pour faire face à la demande des compagnies, la section locale regrette le retard pris par l’administration sur les dossiers technique et espaces, domaines où les marges de progression sont pourtant considérables tant sur la sécurité que sur la performance.

Technique

Attendues des personnels en salle de contrôle depuis très longtemps, des évolutions majeures sont en cours de déploiement. S’il est facile de freiner par pur dogmatisme toute évolution, être un syndicat responsable et pragmatique consiste en premier lieu à travailler dans le sens d’évolutions techniques apportant confort et sécurité à la profession.

Ainsi, le SNCTA se félicite enfin de la mise en service programmée des paramètres avion descendant prévue fin octobre qui apporteront indéniablement un gain de temps (accès au cap, point de Mach et vitesse indiquée), mais surtout une couche de sécurité fondamentale pour assurer nos missions (accès au niveau sélecté par le pilote et alarme DSAM = Downlink Selected Adherence Monitoring).

À plus long terme, c’est-à-dire après le déploiement des positions 4F dans le cadre du projet MUSC de ré-urbanisation de la salle de contrôle (été 2019), ce sont les futurs écrans 43 pouces, qui offriront enfin une amélioration du confort ergonomique nécessaire pour faire face au trafic actuel. À l’origine de leur demande, grâce au travail coordonné des sections bordelaise et brestoise depuis 2015, le SNCTA salue cette avancée considérable qui fait déjà l’unanimité au sein du CRNA Sud-Ouest.

Petit bémol ergonomique cependant, la section locale s’inquiète du positionnement inadapté de l’écran MSS dont l’utilisation opérationnelle grandissante est en décalage complet avec son positionnement physique prévu actuellement. Espérons ici que le bon sens prévaudra.

Dans l’ensemble, si ces évolutions sont à accueillir positivement, elles ne suffisent malheureusement pas à effacer les préoccupations quotidiennes des agents quant à la robustesse du matériel utilisé. En effet, la panne récente du STIP est encore dans tous les esprits (les conclusions finales du REX sont toujours attendues) et il est clair que la route est encore longue pour que les ICNA retrouvent la confiance nécessaire dans leurs outils techniques.

Pour le SNCTA, il est notamment impératif de consolider les procédures de gestion de situation dégradée et de lever les flous actuels inacceptables sur les mesures à appliquer en temps réel. La fonction de chef de Salle étant suffisamment complexe en l’état, l’administration se doit de leur donner les moyens suffisants pour remplir leur mission.

Notons par ailleurs que comme le craignait la section locale, des agents du CGEDD (conseil général de l’environnement et du développement durable) ont été mandaté par notre ministre de Transport, Mme Élizabeth Bornes, pour mener un audit sur la sécurité et la technique notamment suite a la médiatisation des événements récents. Dans le cadre de cet audit, le bureau national du SNCTA a été reçu et à défendu les compétences, la Just Culture et le professionnalisme des contrôleurs aériens qui garantit un haut niveau de sécurité.

Espace

S’il est vrai que le centre doit répondre à un enjeu majeur européen du FREE Route (engagement de la DSNA au 1er janvier 2022), et que cela va accaparer un nombre considérable de ressources humaines, le SNCTA déplore le peu d’avancées notables sur les autres dossiers d’envergure et regrette que le CRNA Ouest semble ne pas tenir son rang d’acteur majeur sur ce plan.

En effet, nous déplorons notamment l’immobilisme du projet ELIXIR (dédoublement de l’axe AMB) qui conduit encore à rerouter le trafic UK-Baléares sur le déjà très saturé RESMI. Il est maintenant temps que la DO prenne enfin ses responsabilités sur ce dossier.

Par ailleurs, comment ne pas s’interroger sur la situation ubuesque vécue par les contrôleurs du CRNA Ouest encore amenés à contrôler des avions en espace G ?

Si nous comprenons que les approches ont elles aussi leurs contraintes (technique, RH, formation), ces problématiques ne peuvent suffire à justifier la lenteur de ce dossier ouvert depuis déjà trop longtemps. Mais au-delà des décisions à prendre sur les scénarios en cours entre les approches de Nantes et de Rennes, cette délégation d’espace ne peut être cohérente si elle laisse de côté la question centrale de la reprise du Cotentin.

Les bénéfices attendus pour le CRNA Ouest par la mise en œuvre de ce projet sont conséquents :

  • environ 20 % des délais du centre sont en effet directement ou indirectement imputables au maintien inutile d’un secteur où les contrôleurs de CRNA font un travail d’approche ;
  • le temps de qualification des agents en formation est allongé de plusieurs mois par l’appréhension de ce secteur si particulier.

Nos managers, par leurs absences de décisions doivent assumer la responsabilité de ces délais !

Afin de pouvoir espérer une mise en service à l’automne 2019, et ainsi laisser suffisamment de temps aux approches pour s’adapter aux nouveaux espaces avant l’été, le SNCTA demande que le scénario retenu par la DSNA sur ces projets soit validé au CT DO d’octobre 2018.

Dénoncées il y a peu dans le rapport Capo-Canellas, les errances de notre administration sur le plan technique ne sont pas de nature à rassurer les contrôleurs brestois encore échaudés par la panne du 26 juin. Si l’arrivée des paramètres descendants et des écrans 43’’ devraient marquer une avancée notable sur le plan du confort et de la sécurité, le SNCTA souhaite par ailleurs que l’administration fasse enfin aboutir les dossiers aussi importants que le dédoublement d’AMB et la remontée des approches au FL 195.

CDA Rentrée 2:2 Vdef 1.3 (0.2 MiB)

0

CDA CDG — Permis de circuler

Lors du dernier CT, le service exploitation a indiqué aux syndicats que le permis M ne serait plus automatiquement délivré aux ICNA à partir du 1er décembre 2018 en raison d’un durcissement des règles de délivrance et de prorogation des différents permis. Par conséquent, les ICNA de CDG-LB ne se verraient plus délivrer qu’un permis T.

Le permis M remis en cause

Le SNCTA met au défi quiconque de démontrer que les ICNA ont commis des fautes susceptibles de justifier une telle régression.

Il est donc hors de question de se satisfaire de l’annonce du service, qui essaie juste de s’éviter du travail en ne réfléchissant pas aux aménagements possibles.

Un GT réunissant syndicats et administration a été mis en place à la demande du SNCTA, pour travailler sur les permis. Le SNCTA est le seul syndicat à avoir participé aux deux premières réunions…

Il est important pour nous de défendre le permis M pour tous les contrôleurs.

M comme Multiples avantage

Il est important pour nous de défendre le permis M qui permet notamment :

  • de garantir un temps de route réduit sur les voies de circulation, permettant aux ICNA de la tour Nord d’avoir une pause repas d’une durée acceptable ;
  • de maintenir une expertise sur le sol de Roissy, particulièrement complexe ;
  • aux stagiaires de parfaire leur connaissance du terrain tout au long de leur formation.

Les avancées obtenues par le SNCTA

Face à nos arguments, et avant la fin du groupe de travail, le service s’est d’ores et déjà engagé à :

  • prolonger de 2 ans le permis M de tous les agents qui en feraient la demande avant le 1er décembre 2018 ;
  • garantir la formation complète au permis M des stagiaires pendant leur formation initiale ;
  • garantir le droit à la formation au permis M des ICNA qui en feraient la demande après le 1er décembre.

Nous ne sommes pas satisfaits de ces conclusions et les discussions continuent.

Nous vous encourageons à proroger rapidement votre permis M, en complétant le formulaire disponible sur le réseau et sur Scelio. Nous ne pouvons pas garantir, à l’heure actuelle, que les ICNA garderont cette facilité.

LFPG CDA 189 - Permis De Circuler (0.1 MiB)

0

CDA Brest — Les dossiers de la rentrée 1/2

Table de réunion avec des fauteuils vides autour, une coche verte et une croix rouge dessus

S’il est encore trop tôt pour pouvoir tirer un bilan clair et exhaustif de l’été aéronautique, la section locale du SNCTA vous propose de revenir sur quelques uns des points chauds de la rentrée.

Augmentation et évolution du trafic

En 2018 le trafic a continué d’augmenter au CRNA Ouest mais la progression est plus lente que les 3 années précédentes : + 1,19 % sur l’été aéronautique.

Qualitativement le trafic a aussi varié : en effet, on observe une reprise des vols à destination du Maghreb (Tunisie, Égypte, Turquie), ce qui a pour conséquence une nette augmentation de l’ordre de 5 % sur les secteurs Est, cluster déjà saturé, et une stagnation sur les blocs Nord et Sud. Étant donné le contexte géopolitique actuel, cette tendance devrait perdurer, voire se renforcer dans les prochaines années.

Consultation XP en janvier

D’ici peu la salle aura accompli un été aéronautique entier dans le nouveau cadre expérimental. Le SNCTA souhaitait attendre d’avoir ce recul nécessaire pour pouvoir se pencher sur les remarques remontées par les représentants d’équipes lors des réunions CSXP (comité de suivi des expérimentations). Il apparaît d’ores et déjà qu’une fois appropriées, les évolutions proposées par ce cadre expérimental ont été appréciées par une très large majorité de PC. Depuis longtemps défendue par le SNCTA comme axe central de gestion de la fatigue, la réduction de la durée des vacations semble aujourd’hui faire consensus. Ceci ne doit cependant pas cacher que des améliorations sont souhaitables sur certains points. Le SNCTA restera à l’écoute de la salle et de ses adhérents, et répondra par le travail aux points soulignés. C’est le principe même d’une expérimentation telle que défendue par le SNCTA qui travaille sur le sujet et appelle les autres OS à le rejoindre dans cette dynamique.

C’est précisément en ce sens, et parce qu’elle permet aux contrôleurs de garder la main, que la clause de revoyure associée à la mise en place du tour de service XP a été voulue et défendue par le SNCTA. Il est pour nous évident que les ICNA en salle de contrôle devront à nouveau être consultés en janvier 2019 pour savoir s’ils valident ou non la poursuite de l’expérimentation.

Effectifs

Conformément à la demande du bureau de section locale, les capistes du SNCTA ont exigé (cf. résultats CAP Corps juin 2018), que les postes non pourvus soient à nouveau proposés lors de la CAP de décembre. Les derniers AVE non-pourvus pour le CRNA-Ouest devront être compensés. En effet, bien que cette solution ne soit pas complètement satisfaisante, elle permet néanmoins de gérer la pénurie jusqu’au prochain GT Effectifs.

Il est cependant clair que la ventilation actuelle ab-initio ÉNAC / AVE ne correspond plus aux besoins du CRNA Ouest et qu’elle produit des résultats insuffisants. La section locale demande donc que ce curseur soit réajusté en conséquence.

Gestion de salle

Les récentes modifications portées par le SNCTA sur les pré-requis nécessaires pour postuler chef de salle ont permis de répondre temporairement à la problématique de déficit de candidatures pour la fonction. Cela ne résout pas tout. Il faut continuer à travailler pour apporter une solution pérenne à cet enjeu majeur.

D’une part, une réflexion doit être menée au niveau national afin d’apporter des solutions globales à la non-attractivité de cette fonction centrale pour la profession.

D’autre part, il faudra pouvoir répondre aux spécificités locales du CRNA-Ouest : la difficulté de gestion de la salle pour la plus grande sub. de France amenée à superviser jusqu’à 18 UCESO. En ce sens, la réponse temporaire sur les problématiques ATFCM comme le passage à 18 ACDS qui devrait être validé au prochain CT DO le 16 octobre 2018, est une étape nécessaire pour permettre à la salle de Brest de mieux appréhender l’augmentation du trafic à venir.

Recyclages

Suite à un travail réalisé par le SNCTA, la section locale a fait le constat d’une large disparité dans les volumes de recyclages par équipe (sur les quatre dernières années, le différentiel peut aller jusqu’à 120 recyclages par an entre deux équipes), ce qui a notamment pour conséquence directe une forte iniquité entre les agents tant pendant la période hivernale où ces ressources peuvent offrir un confort aux agents en salle que pendant l’été où c’est véritablement le droit à congés qui est concerné.

Si à ce jour nous ne disposons pas de solutions parfaites pour résoudre cette problématique, nous souscrivons néanmoins à l’ouverture de ce débat entre les équipes afin que ce sujet ne soit plus écarté de la table et nous continuerons de travailler au sein du GT GPSC afin de parvenir à un juste équilibre.

Des efforts reconnus

Enfin, la section locale constate que les agents répondent de façon professionnelle aux changements opérationnels permanents ainsi qu’au défi constant de l’augmentation du trafic.

En ce sens, à l’instar de ce qui se fait dans d’autres centres, le SNCTA réclame que ces efforts soient récompensés par l’octroi de journées exceptionnelles de « reconnaissance » attribuées en 2019.

 

Les contrôleurs brestois ont une nouvelle fois répondu présent en s’adaptant à la demande du trafic par l’organisation du temps de travail. En attendant les bilans de sécurité et de performance à venir, la section locale du SNCTA restera moteur sur les préoccupations des agents et s’engage à consulter la salle pour la poursuite du cadre expérimental.

Cda 1 Rentree 1-2 25/09/2018 (0.1 MiB)

0

ASAP INFO — Maintien à 16 ans de MU : la situation se débloque !

Suite à la modification du régime indemnitaire des contrôleurs ICNA et TSEEAC, l’application du maintien de la part Licence après 16 ans d’exercice d’une mention d’unité posait plusieurs questions. Aujourd’hui, suite à différents courriers du SNCTA, une réunion dédiée à ce sujet s’est enfin tenue.

Deux cas de figure en particulier devaient être éclaircis concernant les contrôleurs ayant plus de 16 ans d’exercice d’une mention d’unité ZZ :

  • les contrôleurs mutés avant 2003 ;
  • les contrôleurs des terrains déclassés.

Suivant les arguments du SNCTA et de sa cellule ASAP, tous pourront bénéficier du maintien des meilleurs ISQ et compléments d’ISQ des organismes dans lesquels ils ont exercé.

Cette réunion a également permis de débloquer l’ensemble des dossiers de maintien de la part Licence. Ainsi, un grand nombre pourra être régularisé sous quelques semaines. En revanche, le cas des contrôleurs des terrains déclassés nécessite une modification de l’arrêté du régime indemnitaire. Le SNCTA demande que tout soit mis en œuvre pour une régularisation le plus tôt possible.

ASAP suit déjà de nombreux dossiers de contrôleurs concernés.

Si vous pensez l’être aussi, contactez asap@sncta.fr.

FI ASAP 2018-09-25 Maintien à€ 16 Ans De MU - La Situation Se Débloque (0.8 MiB)

0

Flash Info LFPG — Convoquer ou dialoguer ?

Le dialogue : ADN du SNCTA

L’histoire du SNCTA est jalonnée voire construite événements démontrant que nous sommes ouverts au dialogue sur TOUS les sujets. Et seulement après discussion il est temps de savoir quelles sont les suites à donner. Dans cet état d’esprit, nous serons toujours bienveillants envers toute tentative d’échange afin de renouer un dialogue distendu, quand il n’est pas rompu.

Un environnement favorable nécessaire

En revanche, débuter un dialogue par une convocation en bonne et due forme est inconcevable. C’est avec surprise que nous avons pris connaissance du mail envoyé par le service à nos deux collègues, que nous sommes prêts à accompagner et soutenir. Nous aurions compris une invitation à réengager le dialogue. Nous condamnons la convocation qui a été envoyée, espérant qu’elle soit une erreur de forme, et reste une réelle volonté de conciliation.

Droits et devoirs de l’encadrement

Nous invitons aussi le service à revoir son management et sa façon de communiquer. Un manager qui fait étal de son autorité doit se méfier : il faudra en effet qu’il applique à lui-même, et à ses proches collaborateurs, la rigueur qu’il exige du travail des autres.

Personne, et certainement pas le SNCTA, ne peut refuser le dialogue tant que les formes
sont mises. Mais un encadrement autocratique et dissonant n’est pas un gage de réussite…

LFPG - Flash Info - Convoquer Ou Dialoguer (0.9 MiB)

0

Flash Info ÉNAC — Expés à l’ÉNAC : breaking news

Afin de faire respecter la volonté que les ICA ont massivement exprimée au cours de la consultation du mois de juin dernier, le SNCTA s’est inquiété auprès de l’administration de l’avancée du processus. À l’image de ce qui s’est déjà produit dans les autres centres ayant mis en place une expérimentation, si celle-ci rencontre les difficultés administratives d’usage, il semble cependant qu’elle suive son cours dans des conditions normales.

En l’absence de publication de l’arrêté dérogatoire à ce jour, le département ATM a proposé de présenter la semaine dernière à toutes les organisations syndicales représentatives des ICNA une note de service destinée à préciser les modalités d’application de l’expérimentation à l’ÉNAC. Cette note de service sera présentée au cours d’un CT exceptionnel qui se tiendra le 8 octobre.

Une fois cette note validée, nous aurons alors un document qui fixera le début de la première période de charge au 19 novembre prochain. Les collègues désireux de poser des congés au cours de celle-ci bénéficieront d’un préavis classique de 6 semaines, moins contraignant que celui de 12 semaines prévu initialement dans l’arrêté dérogatoire.

Le SNCTA continue donc de veiller au bon déroulement du dossier. Nous avons par ailleurs signifié à l’administration locale qu’il ne nous semblait pas envisageable de faire débuter l’expérimentation avant la publication de l’arrêté dérogatoire. Nous avons eu le sentiment d’être entendus, l’expérimentation étant une véritable nécessité pour l’administration.

FI 180925 ENAC (0.6 MiB)

0

Postes ouverts à la CAP d'hiver 2018

Les postes ouverts pour la CAP d’hiver sont désormais disponibles.

Voici les dates clés à retenir :

La limite du dépôt des candidatures est le 14 octobre à minuit.

Les CAP se tiendront aux dates suivantes :

  • CAP à recouvrement : 20 novembre 2018 ;
  • CPE : 23 novembre 2018 ;
  • CAP de corps : 29 novembre 2018.

Attention, les candidatures ne pourront être annulées que jusqu’au :

  • 19 novembre 2018 à 23 h 59 pour la CAP à recouvrement ;
  • 28 novembre 2018 à 23 h 59 pour la CAP de corps.

Annulation à faire via SIRH puis uniquement par courriel auprès de SRDH à partir du 20 novembre.

Vous pouvez télécharger notre tableau synthétique ainsi que le descriptif détaillé des AVE ici.

Bonne chance à tous.

CAP Hiver 2018 V3 (3.0 MiB)


Descriptifs Des AVEs (1.7 MiB)


Fiche De Candidature (62 KiB)

CAP Hiver 2018 V3 (3.0 MiB)

6

1973 : année noire des contrôleurs aériens français

Daniel Gorin

Le 5 mars 1973 eut lieu une des pires catastrophes aériennes de l’Histoire du ciel français. Un biréacteur DC9 et un quadriréacteur Convair se percutèrent au FL 290 au-dessus de la commune de La Planche (44), entraînant le décès de 68 personnes.

Ce dramatique accident, son contexte et ses conséquences sont aujourd’hui quasiment inconnus des jeunes générations et mal connus des moins jeunes qui ne l’ont pas vécu. Le SNCTA propose de revenir sur les circonstances de la collision en vol à travers l’émouvant témoignage filmé d’un grand acteur de l’époque, Daniel Gorin.

Daniel Gorin fut en 1965 un des membres fondateurs du SNCTA. À travers les souvenirs intacts du responsable syndical de premier plan qu’il était encore en 1973, s’éclairent les raisons d’un tel drame. Daniel, qui paya injustement les conséquences de son engagement syndical en étant révoqué à la suite de ce tragique accident, fut un des premiers à porter les valeurs du syndicat. En 2018, il en garde encore une force de convictions totalement intacte.

Quarante-cinq ans après, si un syndicat raconte des Histoires en mémoire, déforme et instrumentalise les évènements à des fins politiques et électoralistes, le SNCTA se souvient de l’éprouvant combat syndical mené par les contrôleurs, des sanctions disciplinaires et de cette tragédie pour laquelle l’État a été reconnu entièrement responsable en 1982.

Le SNCTA n’oublie pas ses aînés et se bat encore pour obtenir l’abrogation de ce qu’il estime être une révocation injuste et pour réhabiliter Daniel Gorin dans son honneur.


La vidéo est également disponible sur viméo.

0

Veiller sur vous qui veillez sur le Ciel

Veiller sur vous qui veillez sur le Ciel, le dernier film du SNCTA : les contrôleurs au centre de ses préoccupations. Nouveau visuel, mêmes valeurs.

0

Communiqué du comité national

Reims, le 14 septembre 2018.

Le comité national du SNCTA s’est réuni à Reims les 13 et 14 septembre 2018.

Le comité national veut saluer le professionnalisme des contrôleurs aériens qui ont dû faire face à un trafic record durant un été 2018 compliqué par de nombreuses conditions orageuses. Le manque criant de systèmes de contrôle modernes, la panne du STIP, la panne électrique de Lyon ou la mise en place de l’ALISEP erroné n’ont pas contribué à simplifier et améliorer la gestion quotidienne des vols dans les centres opérationnels.

Le niveau de délais enregistrés par la DSNA en cette fin d’été et plus largement sa performance globale sont autant d’éléments qui démontrent la nécessité de procéder à des recrutements et de sécuriser la modernisation technique.

Le comité national déplore que le déficit cumulé de 12 recrutements en 2017 et 2018, lié au manque de candidatures aux concours externe et EP/SP, ne soit pas compensé intégralement à cause des limitations de formation de l’ÉNAC. En effet, seules 5 ressources complémentaires pour 2019 ont été accordées en CT DGAC du 7 septembre. Dans un contexte de forte croissance du trafic, le comité national exige que toutes les hypothèses soient explorées pour un report intégral des 7 ressources manquantes, y compris le recours aux recrutements RUE (ressortissants de l’Union européenne).

Le comité national revendique la mise en place de 4 promotions ab initio par an. Ce renforcement de la capacité de formation de l’ÉNAC est indispensable pour pouvoir faire face aux besoins de la DSNA qui, outre le déficit actuel de contrôleurs, devra remplacer le départ de plus de 150 contrôleurs par an dans les années à venir.

Le comité national dénonce l’erreur administrative manifeste qui empêchera en 2019 le recrutement des ICNA par les concours communs polytechniques. Il demande que tout soit mis en œuvre pour le garantir pour les recrutements 2020. Il demande en outre à l’ÉNAC d’avoir une communication très active auprès des élèves des classes préparatoires afin de garantir un nombre de candidats satisfaisant.

Le comité national attend avec impatience la publication des textes permettant les paiements de la revalorisation protocolaire de 1 % avec effet rétroactif au 1er janvier 2018 et des PIPC 2016 et 2017 (200 € chacune). Il demande que tout soit mis en œuvre pour que ceux-ci se concrétisent le plus rapidement possible.

Le comité national suit de près les négociations concernant les plans de performance RP3. Il revendique une augmentation du budget de la navigation aérienne française nécessaire à la modernisation et aux recrutements. Il refuse le principe de pénalités liées à des objectifs de délais irréalistes.

Les élections professionnelles 2018 qui auront lieu les 4, 5 et 6 décembre constituent un moment important d’expression de la démocratie sociale. À cette occasion, le comité national appelle tous les contrôleurs aériens à venir à la rencontre des équipes du SNCTA qui se déplaceront à l’ÉNAC, à la DTI et dans tous les centres de contrôle de la DSNA, en métropole et en Outre-mer, pendant les mois d’octobre et de novembre. Discutez, échangez, partagez !

Adopté à l’unanimité

Communiqué CN 2018-09-14 (72 KiB)

Pages:12