Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Archive for November 2018

0

Vous transporter à Reims

Chaque semaine, le SNCTA aborde au cours de la campagne, une thématique spécifique.
La section se propose de décliner chacun de ces thèmes au niveau local.

Parce que la première affectation est souvent subie, chaque contrôleur doit pouvoir rejoindre dans un délai acceptable le centre de contrôle qu’il désire pour des raisons professionnelles ou personnelles. Cette politique de mobilité défendue depuis des décennies par le SNCTA a un écho tout particulier à Reims, centre non attractif dont l’alimentation repose intégralement sur les sorties ÉNAC.

Le SNCTA s’oppose depuis toujours à toutes les tentatives de l’administration ou d’autres organisations syndicales d’empêcher la mobilité. En effet, depuis des années, l’unique solution prônée par l’administration est de menacer de restreindre leur mobilité. Lors du dernier GT Effectif, l’UNSA-ICNA se rendait complice de ce plan en revendiquant l’affectation de « 2/3 des ressources ÉNAC en priorité aux centres en crise du Sud et de l’Ouest » (sic).

Quels impacts auraient eu une telle mesure ?
1e sanction : deux tiers des 48 sorties ÉNAC disponibles cette année affectées vers les CRNA attractifs, ce sont 16 ab-initio restant à se répartir entre CDG, Athis et Reims. Si l’on se fiait aux premières projections, 4 sorties ÉNAC nous étaient réservées sur toute l’année 2018. Inacceptable !
2e sanction : si les postes attractifs sont réservés en majorité aux sorties ÉNAC, autant de postes en moins sont disponibles en CAP. C’est donc une double peine que l’administration et l’UNSA-ICNA se préparait à infliger aux Rémois : une pénurie de qualification à moyen-terme et une restriction de la mobilité à court-terme.

L’USAC-CGT a préféré ne pas participer à l’attribution de ces 48 sorties ÉNAC qu’elle a pourtant cautionné en signant le Protocole 2013. Protocole pour lequel elle avoue aujourd’hui son impuissance arguant dans son carnet de campagne du 30 octobre que « la partie sur les recrutements était une donnée d’entrée non négociable. »
Est-ce que cette politique de la chaise vide réitérée lors des Assises du transport aérien est raisonnable quand l’avenir et la mobilité des contrôleurs rémois est menacé ?

Par la seule mobilisation du SNCTA, Reims a obtenu 15 sorties ÉNAC, soit plus de 30 % des ressources disponibles, tout en conservant le droit à la mobilité des contrôleurs.
Le SNCTA est conscient de la situation dramatique de l’effectif rémois qui résulte de la gestion calamiteuse et court-termiste de notre administration. Il exige qu’elle prenne des décisions d’urgence pour y faire face.
Pour autant, il n’acceptera jamais que l’unique solution proposée aux Rémois à leur problème d’effectif passe par une contrainte supplémentaire qui restreindrait leur droit à la mobilité, seul droit pour lequel ils sont encore comparables à leurs collègues.

Vous n’acceptez pas que les Rémois payent à travers leur mobilité, les errances de notre administration ? Les 4, 5 et 6 décembre, votez SNCTA !

FI LFEE - Vous Transporter À Reims (0.6 MiB)

0

Et pendant ce temps-là…

Table de réunion avec des fauteuils vides autour, une coche verte et une croix rouge dessus

CT du 18 juin 2018

Le SNCTA et la CGT, seules OS présentes, permettent d’atteindre le quorum.

Le SNCTA relève la suppression du report des congés au 31 mars de l’année suivante, vote contre et obtient gain de cause.

Critères de nomination

Le SNCTA passe au crible les critères de nomination sur les postes pour assurer le meilleur déroulement de carrière des contrôleurs.

Le SNCTA alerte sur les postes CDS non pourvus et fait des propositions pour y répondre.

4F

Le SNCTA est seul à défendre la mise en place de 4F à Aix. Parce que EEE, défendu par une autre OS, repose sur un CAUTRA vieillissant, il n’a pas d’avenir. Au contraire, 4F doit être mis en place le plus vite possible en s’appuyant sur l’expertise des détachés à Aix qui travaillent dessus depuis 10 ans.

Congés des équipes à 10 PC

Le SNCTA a fédéré les organisations syndicales contre l’administration qui finalement maintient les congés des équipes à 10 PC et recule sur son horaire individuel de nuit.

Parce que les intérêts des contrôleurs doivent être défendus sans relâche, le SNCTA n’est adepte ni de la feuille blanche, ni de la chaise vide : il travaille partout.

Pour un syndicat sérieux et crédible

les 4, 5 et 6 décembre, votons SNCTA.

FI - Et Pendant Ce Temps Là .. (0.6 MiB)

0

Résultats de la CAP de corps du 29 novembre 2018

Les résultats de la CAP de corps sont disponibles. Vous les trouverez ci-joints.

Félicitations aux heureux élus.

CR CAP CORPS Déc 2018 V1 (0.1 MiB)

0

Modernisation technique : le CGEDD donne le tempo !

Engrenages

La mission d’audit du CGEDD (conseil général de l’environnement et du développement durable), commandée par la ministre des Transports pour rendre compte de la modernisation technique de la DSNA a formulé ses conclusions : il est recommandé de poursuivre 4-Flight et « d’être prudent sur le groupe 2 de SYSAT », ce qui en d’autres termes, revient à donner un no go.

Ces différentes annonces ont été communiquées lors du GSPST (groupe de suivi permanent de la stratégie technique) du 27 novembre 2018. Le SNCTA en a également profité pour questionner le DSNA, voire parfois pour sonner l’alarme, sur de nombreux projets locaux en suspens ou en souffrance : Data Link, nouvelles tours, visualisation, systèmes techniques, etc.

4-Flight : clairance d’approche finale

Le rapport du sénateur Capo-Canellas avait introduit un gros doute sur la stratégie technique pour les CRNA : fallait-il passer par EEE à Reims, Aix et Athis avant de se lancer dans une implémentation globale de 4-Flight ? Le CGEDD a arbitré en faveur de ce dernier : il a fait le constat que EEE n’aurait pas pu être en service avant l’hiver 2020-2021, soit un an avant la MESO 4-Flight, et qu’un tel phasage par EEE aurait tué 4-Flight. La DSNA va désormais pouvoir signer l’avenant à l’accord pour lequel elle s’était mise d’accord avec Thalès.

Les dates de mise en service à l’hiver 2021-2022 restent fragiles si on considère la tension sur le calendrier de déploiement et certaines difficultés non encore maîtrisées. Le SNCTA espère voir le bout d’un très long tunnel : les nouvelles fonctionnalités de 4-Flight doivent aider les contrôleurs aériens à faire face à la croissance du trafic, Coflight doit remplacer CAUTRA, ce cœur de système à bout de souffle.

SYSAT : arrêt décollage du groupe 2 !

Le CGEDD inflige à la DSNA un terrible et consternant camouflet sur le groupe 2 de SYSAT : les inspecteurs du ministère ont fait comprendre qu’ils ne croyaient pas dans le projet de système intégré tour-approche pour la province tel qu’il est conduit actuellement. En laissant filer, pour la seconde fois (!), la date de « péremption » de l’appel d’offre de la zone sud-est du groupe 2, la DSNA obéit au CGEDD. Qui peut sincèrement donner tort à ce dernier ? Car depuis des mois, le SNCTA constate la dérive du programme :

  • le niveau de confiance des opérationnels et des encadrants impliqués dans le projet est très faible ;
  • le concept de déploiement « en grappe » du groupe 2 laisse plus que dubitatif ;
  • les coûts du programme explosent, passant du fantaisiste chiffrage initial à 95 millions d’euros à celui, imprécis, de 500 millions d’euros : une bombe financière se créait lentement puisque les travaux de vigies provisoires et de réurbanisation n’étaient que très partiellement comptabilisés.

4-Flight, lancé en 2011, aurait dû être mis en service en 2015. SYSAT, lancé en 2013, aurait dû être mis en service en 2017.

Le SNCTA exige désormais de revoir du sol au plafond ce programme qui a depuis longtemps quitté le domaine des achats sur étagère. Il est en particulier nécessaire de redéfinir les besoins avec pragmatisme et sans chercher à réinventer la roue. Si cet arrêt décollage est peut-être un mal pour un bien, il traduit avant tout l’incapacité chronique de la DSNA à se moderniser malgré de lourds financements. La revue du programme à mener début 2019 doit permettre une remise à zéro salvatrice avec toutes les aides extérieures disponibles dont celle du CGEDD.

Côté groupe 1, les discussions entre les organismes parisiens, la DTI et le consortium industriel, Saab-CS, sont parfois chaotiques. À Roissy, les dernières projections amènent à une mise en service du nouveau radar sol à l’hiver 2021-2022 et du système intégré tour-approche après les Jeux olympiques de 2024. Orly affiche une volonté de cranter le système tour à l’hiver 2022-2023 puis le système approche à l’hiver suivant.

Cesser d’arroser le désert !

La DSNA doit rebondir de toute urgence après un tel échec. Les contrôleurs aériens des tours et des approches méritent mieux que des matériels obsolescents, des problèmes de visualisation ou des projets de génie civil sans cesse repoussés.

La chaîne de modernisation ne peut plus se cacher derrière les insuffisances, parfois réelles, d’industriels comme Thalès, ou les errements supposés de la DO. Pour le SNCTA, la DSNA doit trouver là l’opportunité de revoir le plan de vol. Au-delà des aspects opérationnels, il est nécessaire de remplacer au plus vite le CAUTRA afin de réduire les coûts de MCO et d’éviter les amendes européennes liées aux retards de modernisation technique. Les travaux de début 2019 devront valider une méthode et une stratégie d’achat et de déploiement sincères et réalistes.

Afin d’éviter les lourdes amendes pour non conformité à l’IR data link, la DSNA en est réduite à envisager une version data link dans les centres de l’Est dès 2020 !

L’échec du groupe 2 de SYSAT n’est pas l’échec d’une personne, ni celui des personnels mais un échec cuisant de la méthode actuelle, du management et de la structure de la modernisation technique.

La technique devrait être au service de l’opérationnel et non l’inverse. Les centres devraient avoir plus d’autonomie. Les industriels et la DTI devraient être au plus près des centres et des opérationnels. Les propos de la CGT, organisation majoritaire à la DTI, qui considère, encore un an après, comme un « caprice » la mise en service des écrans 43’’ au CRNA Sud-Ouest (pourtant largement plébiscitée localement), est édifiante, signe d’un état d’esprit à profondément modifier.

Le SNCTA attend beaucoup de la capacité de réforme de la DTI et de son nouveau directeur qui sera nommé en janvier après un choix en comité inter-ministériel. Son équipe devra relever des défis immenses pour l’avenir de la DSNA et probablement de la DGAC.

Les ogres MCO et 4-Flight

Le SNCTA s’est battu lors de sa dernière grande grève nationale en 2014 pour redonner de la couleur aux budgets d’investissement, acte nécessaire pour moderniser nos systèmes. Avec actuellement plus de 300 millions d’euros par an, la DSNA va progressivement augmenter ce plafond à 340 millions.

L’audit DSNA sur les systèmes techniques, obtenu par le seul SNCTA en janvier 2018 et présenté en juin 2018, a mis en lumière un certain nombre d’interventions nécessaires relevant du maintien en conditions opérationnelles (MCO). Ces dépenses, 135 millions d’euros en 2017 soit quasiment le double de 2016, pèseront lourdement sur les budgets d’investissement mais sont absolument nécessaires pour le bon fonctionnement de nos systèmes vieillissants.

Autre poste très gourmand, 4-Flight est guidé par les choix stratégiques d’une DSNA en retard dans sa modernisation technique et sous pression des délais colossaux des CRNA. Pour signer le dernier avenant de 100 millions d’euros avec Thalès, la DSNA utilisera la trésorerie de la DGAC pour éviter d’impacter les autres programmes techniques.

De lourds besoins locaux

Au delà du MCO, de 4-Flight, de SYSAT ou du data link, les questions diverses du SNCTA à ce GSPST concernaient également CADAS/VIGIE, la salle IFR d’Orly, la modernisation de Tahiti, les suites de la panne radar de juillet 2018 à Lyon, les nouveaux blocs techniques et tours de Marseille, Lyon, Nouméa, Saint-Denis de la Réunion et Dzaoudzi, les visualisations radar de Nice, Nantes, Annecy et Chambéry. Les réponses à ces questions seront transmises à la COM TS et aux sections locales du SNCTA qui les diffuseront.

Positiver ne suffit plus : entre retards, amendes, MCO très gourmand et dérapages des coûts, le bilan de la modernisation technique est désastreux. À ce point, les améliorations sont presque devenues inaudibles.

Les recommandations du CGEDD sur SYSAT sonnent comme une gifle cinglante. Sera-t-elle salutaire ? Si chacun en prend conscience, organisations syndicales incluses, cet évènement peut être le signe d’une refondation de la stratégie technique de la DSNA. Ce ne sont pas de simples mesurettes que le SNCTA attend mais une réforme et des changements en profondeur. Cela paraît désormais relever de l’ordre du vital pour toute la DGAC.

CDA 0790 - 2018-11-28 Modernisation technique : le CGEDD donne le tempo ! (0.2 MiB)

0

Déclaration liminaire SNCTA - FEETS FO au CHSCT DGAC du 27 novembre 2018

Nous, organisations syndicales FEETS FO et SNCTA qui nous sommes succédées au secrétariat du CHSCT DGAC, nous associons pour dénoncer le travers emprunté par l’administration et certaines organisations syndicales sur le sujet de la mise en place d’une politique de prévention des violences sexuelles et sexistes à la DGAC.

Nous, FEETS FO et SNCTA, nous étions félicités du lancement d’un processus sur le sujet lors du CHSCT DGAC du 4 juin 2018. Il était proposé aux organisations syndicales un travail collaboratif sur une proposition de note d’orientation. Le dispositif présenté était à améliorer mais avait le mérite de constituer une base de discussion.

Nous nous sommes étonnés du choix fait par certains de rejeter cette méthode qui se veut consensuelle concernant un sujet sociétal important. Nous considérons, par ailleurs, que si nous souhaitons défendre collectivement l’existence même de nos CHSCT et réfuter leur fusion avec les comités techniques, nous nous devons a minima d’utiliser les outils dont nous disposons.

Nous déplorons donc une démarche de réunions bilatérales relatives à la prévention des risques à la DGAC, y compris la prévention des violences sexuelles et sexistes. Le CHSCT devrait rester une instance de concertation consensuelle, collective et constructive pour le bien de tous les personnels de la DGAC.

Nous demandons donc que ce point soit mis à l’ordre du jour de ce CHSCT. Nous demandons également l’ouverture d’un groupe de travail issu du CHSCT ou du CSN QVAT permettant à tous de s’exprimer et d’apporter leurs expertises.

Nous demandons de façon confraternelle à nos collègues représentants des personnels d’avoir une démarche coopérative sur ce sujet de société qui s’impose à toutes et à tous. La protection des agents de la DGAC au sein des CHSCT doit être notre priorité à tous plutôt que de nous diviser.

Déclaration liminaire CHSCT 27 nov 2018 (0.1 MiB)

0

SNCTA : le syndicat de tous les combats

L’engagement syndical est exigeant. La profession le mérite. Cela nécessite un investissement du quotidien. L’organisation et la force de travail du SNCTA ont permis depuis des décennies de faire reconnaitre et progresser la profession dans un contexte contraint, parfois hostile. Le CRNA-SO est représentatif de la volonté du SNCTA de défendre les droits des contrôleurs et de porter des projets opérationnels, techniques et sociaux ambitieux pour les contrôleurs.

Des combats en local, une cohérence nationale

C’est avec la même détermination que le SNCTA défend les contrôleurs aussi bien au niveau local que national :

  • pour résoudre certaines problématiques locales qui ne peuvent l’être qu’avec l’appui du national (effectifs, systèmes, écrans, conditions de travail) ;
  • pour préserver un équilibre entre les centres en répondant aux besoins de tous.

Le SNCTA désapprouve les préavis locaux sur des sujets de portée nationale car ceux-ci mettent en danger l’ensemble de la profession. Ils donnent à l’administration l’occasion d’affaiblir un centre isolé (hausse du nombre d’astreints par préavis de grève par exemple) et par effet de contagion, tout le corps des ICNA.

Notre force : écoute locale et cohérence nationale

Acteur local

Le SNCTA est la seule organisation syndicale à siéger non seulement dans toutes les instances du dialogue social (CT, CHSCT, comité de suivi expés, commission unique de nomination) mais aussi dans les Groupes de Travail techniques (Espace, ATFCM). Siéger est une chose, y participer activement en est une autre.

Le SNCTA, seule organisation syndicale à avoir assisté à toutes es réunions, reste moteur dans nombre de projets sociaux et techniques.

Le SNCTA a par exemple obtenu une trajectoire pour remonter au plus vite les effectifs en équipe avec l’annonce de 64 affectations entre 2018 et 2020.

Il a défendu l’octroi d’une récupération GT ESSO/RL5 pour reconnaitre les efforts d’adaptation des contrôleurs, en particulier les changements majeurs de méthodes et espaces du printemps.

La démographie du centre évolue : le SNCTA analyse, propose et fait acter des quotas et des évolutions pour un accès équilibré et juste des fonctions CDS (baisse de la rotation), CE (repeinture pour les CDS), ACDS (fusion liste CE-IC).

Le SNCTA vient de publier la dernière version de son Guide du Contrôleur, véritable référence en matière de recueil des textes réglementaires et des nombreux dispositifs qui régissent notre profession.

Enfin, le SNCTA, via ses cellules CESAME, ASAP et Retraites et ses représentants locaux, informe les ICNA bordelais sur les problématiques médicales, de retraite, de carrière ou de rémunération et partage son expertise sur les offres mutuelles.

Techniques

Le SNCTA a suivi le projet EEE au CRNA-SO depuis sa genèse. La MESO n’a pas été un long fleuve tranquille. La transformation aura duré plus de 2 ans… Il a su négocier au mieux les récupérations qui en découlent et dont les contrôleurs (entre autres) bénéficient encore aujourd’hui.

Le big bang du 17 novembre 2016, très largement soufflé par le SNCTA, s’est avéré être la solution la plus adaptée à la complexité d’une telle révolution. Pour arriver à ce résultat, le SNCTA a su faire entendre la voix des contrôleurs à plusieurs reprises, non sans difficultés.

Enfin, l’installation contestée mais réussie des écrans 43 pouces avant l’été 2018 est la preuve, s’il en fallait encore, des combats systématiques à mener même devant l’évidence opérationnelle !

Expérimentations RH

La mise en place d’expérimentations RH, portée par le SNCTA, a suscité nombre d’inquiétudes. Bien qu’elles ne solutionnent pas tout, les expés RH ont semble-t-il atteint leurs principaux objectifs :

  • dans un contexte de trafic record et de baisse historique d’effectif, mettre fin aux vacations longues en limitant, entre autres, à 8 h 30 l’amplitude des vacations ;
  • conserver voire améliorer les quotas de congés ;
  • valoriser les efforts suppléméntaires des ICNA alors que la productivité de chacun aurait été augmentée, quel que soit le cadre d’organisation du travail.

Quoiqu’en disent les pourfendeurs d’expés incapables de proposer par ailleurs des cadres alternatifs crédibles, elles permettent en outre d’améliorer la performance des centres, ce qui est de nature à montrer la viabilité de notre modèle efficace dans la Fonction Publique.

Au CRNA-SO, le SNCTA souhaite LA CONTINUITÉ de cette organisation du travail et en particulier, des droits à congés associés. Pour cela, il a fixé un principe simple : en dessous de 19 PC par équipe, c’est l’administration qui paie l’addition. Les congés doivent être sanctuarisés.

Les contrôleurs n’ont pas à faire les frais du manque de vision de l’encadrement national. Les expés 2019 seront proches de celles de 2018 ou elles ne seront pas.

Fiers d’être contrôleurs, fiers des bordelais

Les quatre dernières années qui viennent de s’écouler à Bordeaux ont connu de nombreux changements :

  • hausse remarquable du trafic : 3 200 vols/j max en 2014 pour atteindre 3 600 en 2018, les 3 200 vols/j ont été franchis plus de 80 fois cette année. Une augmentation pour la période estivale de 100 000 vols contrôlés en seulement 4 ans !
  • changement d’outils de travail (Erato, 4me, CAP, Salto, etc) ;
  • amélioration des écrans radar ;
  • modifications d’espace avec RL5 et ESSO ;
  • baisse vertigineuse et connue d’effectif ;
  • modifications des flux et de la complexité avec l’Espagne ;
  • gestion des pannes et situations inhabituelles récurrentes (à l’origine de plus de 40 % des délais à Bordeaux sur la période janvier-juillet 2018).

Et pourtant, à Bordeaux

  • une transition vers EEE saluée au niveau européen
  • une baisse significative des délais : entre 2016 et 2018, Bordeaux est passé de la 4e à la 18e place des centres en route générateurs de délais (en minute de délai par vol).
  • des résultats flatteurs qui ne sauraient cacher un été 2018 aux conditions orageuses souvent extraordinaires, ni comment les contrôleurs ont su y faire face, en toute sécurité et en allant chercher les limites de ce qu’il est possible de faire.
  • une baisse significative des effectifs conjuguée à une hausse de la complexité : l’énergie nécessaire aux ICNA bordelais pour assurer leurs missions est chaque année plus importante.
  • des contrôleurs bordelais qui se sont donnés les chances de réussir. L’apaisement, bien que fragile, est revenu en salle de contrôle. Le SNCTA les remercie et les salue pour leurs efforts accomplis dans un contexte gagnant-gagnant.

Le SNCTA continuera de défendre et d’améliorer les conditions de travail des contrôleurs du CRNA-SO, sans dogme mais avec des principes clairs. Le SNCTA reste la seule organisation syndicale à porter la continuité des journées raccourcies, la valorisation des efforts et la sécurisation des congés avec un objectif de 25 % de congés minimum garantis.

Dès aujourd’hui par correspondance et les 4, 5 et 6 décembre à l’urne, renforcez les contrôleurs, votez SNCTA !

2018-11-25 CDA_Actions locales

0

Expés à LFBB : une vision, du travail, des résultats

Constats en 2016

  • Baisse continue des effectifs
  • + Augmentation forte du trafic
  • + Basculement EEE
  • Augmentation de la productivité sans contrepartie.

Proposition du SNCTA : les Expés RH

  • Journées raccourcies à 8 h 30 max & fin des extensions J1/J3.
  • Congés sanctuarisés voire améliorés.
  • Gestion simplifiée de la salle pour les CDS.
  • J0 récupérés et recyclages dirigés.
  • Valorisation des efforts d’adaptation.

Deux ans plus tard

  • Expés synonymes de baisse d’affectations ? FAUX ! 36 affectations en 2 ans d’expés (contre 25 entre 2012 et 2016).
  • +1 congé / Plan B Administration-CGT (cadre arrêté 2002).
  • 15 000 € par contrôleur au 31 mars 2019.
  • Choix de la majorité des contrôleurs respecté.

À la veille des deux années (2019 et 2020) les plus critiques en termes d’effectifs dans le centre, une seule organisation syndicale à Bordeaux porte : la conservation des congés, les vacations plafonnées à 8 h 30 et la valorisation des efforts. Les 4, 5 et 6 décembre, votez la continuité, votez SNCTA !

0

Résultats de la CPE du 26 novembre 2018

Vous pouvez télécharger le communiqué de la CPE du 23 novembre 2018 ici.

Félicitations aux agents retenus.

Communiqué De La CPE Du 23 11 2018 (4.0 MiB)

26 novembre 2018 Ecrit par Manu dans CAP, CPE
0

Grèves à répétition : les sénateurs s’en mêlent

Par son histoire, le SNCTA ne connaît que trop la valeur du droit de grève si durement acquis par les contrôleurs en 1984 après tant d’années de combat syndical. Alors que depuis toujours le SNCTA s’appuie d’abord sur son travail pour défendre la profession et n’appelle à la grève qu’en dernier recours, d’autres l’utilisent à des fins politiques ou comme seul argumentaire.

2016 : loi « Travail »

Alors que la loi « Travail » ne concernait ni la DGAC ni même la Fonction publique, l’USAC-CGT a fait le choix de relayer des préavis de grève à desseins politiques.

En 2016, le trafic aérien a ainsi été perturbé par 14 jours de grève sans aucune revendication des personnels de la DGAC. Ces préavis, hebdomadaires et inconciliables, ont exaspéré passagers et contrôleurs qui n’ont que très peu voire pas suivi ces appels à la grève.

Conséquences : une pétition contre le droit de grève des contrôleurs appuyée par une communication agressive a été mise en ligne. Plusieurs candidats à la présidentielle ont alors pris position pour limiter ce droit.

Après avoir usé et abusé du droit de grève des contrôleurs à des fins politiques, l’USAC-CGT tente en vain de masquer sa responsabilité dans les attaques répétées et de plus en plus fortes contre ce droit en s’en présentant comme défenseur. Les contrôleurs ne sont pas dupes !

2018 : une section joue les francs-tireurs

En multipliant les préavis de grève au CRNA Sud-Est pendant 8 week-ends de mai et juin, l’UNSA-ICNA a délibérément exposé les contrôleurs aixois et plus largement toute la profession quelques mois à peine après sa signature du protocole.

Conséquence immédiate (comme lors des préavis de ce syndicat au printemps 2017 dans les CRNA de Bordeaux et Brest) : augmentation du nombre de contrôleurs astreints aboutissant en 2018 à un doublement du nombre de secteurs disponibles en cas de grève.

Les revendications étaient des effectifs déjà prévus en GT Effectif, un audit sur la modernisation technique déjà obtenu par le SNCTA en CT DSNA et des évolutions diverses et variables concernant les tours de service. Par conséquent, les pouvoirs publics n’y ont vu aucune volonté de construire l’avenir du CRNA Sud-Est, seulement celle de porter atteinte au transport aérien !

La proposition de loi no 621 a été déposée le 3 juillet après 8 week-ends de grève à Aix.

Difficile de ne pas y voir un lien de cause à effet !

Propositions de loi au Sénat

Deux propositions de loi similaires ont été déposées au Sénat dont une par le groupe Les Républicains, majoritaire. Le 28 novembre, la proposition no 621 déposée par le groupe Les Indépendants sera présentée en commission qui décidera si celle-ci sera débattue au Sénat le 12 décembre.

Ces propositions visent à mettre en place une déclaration préalable : les contrôleurs devraient alors se déclarer gréviste ou non gréviste 48 heures à l’avance. Cette disposition s’ajouterait au service minimum actuel.

Reçu au Sénat le 22 novembre, le SNCTA a résolument et fermement exprimé son opposition à ces propositions de loi.

Lors de son audition, le SNCTA a en revanche mis en avant l’ensemble des difficultés que connaissent les contrôleurs aériens dans l’exercice de leurs missions de service public : sous-effectif, obsolescence des systèmes, très forte croissance du trafic aérien, absence de perspectives rassurantes.

Apporter des réponses et des solutions concrètes à ces problématiques améliorerait non seulement la qualité du service public rendu mais aussi le dialogue social et limiterait les conflits sociaux. Le SNCTA travaille en ce sens. La période y est économiquement propice.

Le message est passé.

Le droit de grève, durement acquis par leurs aînés, doit permettre aux contrôleurs de se défendre aussi souvent que nécessaire. Le SNCTA met tout en œuvre pour le préserver. Il met en garde : si ces propositions devenaient lois, cela mettrait un coup d’arrêt à toute possibilité de concertation et d’évolution dont la navigation aérienne a pourtant besoin.

CDA789 2018-11-26 Grèves à répétition - les sénateur s'en mêlent (0.1 MiB)

1

CDA Lyon — Nouvelle tour à Lyon : la DGAC persiste dans la voie de l'insincérité budgétaire

Contrairement aux engagements pris par la DSNA, le projet de nouvelle tour et de nouveau bloc technique à Lyon semble à nouveau repoussé. Le SNCTA fait le point sur ce sujet symbolique à plus d’un titre des errements de la DGAC en matière de gestion de ses grands programmes.

Les promesses de 2017…

Initialement prévue en 2019, la mise en service de la nouvelle tour lyonnaise a été maintes fois reportée. Sous prétexte de prendre en compte de « nouveaux éléments » (troisième piste ou pas, site d’implantation, réalisation d’un bloc technique ou pas…), la DSNA a fait traîner en longueur pendant plusieurs années les travaux du GT local.

Le programme a finalement été validé et les travaux auraient dû être lancés dans la foulée. Sauf que les crédits manquent. C’est ainsi que, le 7 février 2017, l’adjoint au directeur des opérations et le sous-directeur de la planification et de la stratégie de la DSNA étaient venus expliquer aux contrôleurs lyonnais que le projet était délayé de quatre ans. Mais pas question d’abandon pour autant : on nous promettait d’ailleurs que les crédits nécessaires au projet seraient provisionnés, sur quatre ans, à partir de 2019.

Trahies par le PAP 2019

La promesse d’une mise en service à l’horizon 2028 sera-t-elle tenue ? Il est permis d’en douter. Le projet annuel de performance (PAP) présenté par la DGAC au Parlement dans le cadre du projet de loi de finances 2019 prévoit ainsi de mobiliser pour le projet de nouvelle tour / nouveau boc technique à Lyon la faramineuse somme de 0 €. Et côté rénovation des locaux existants, c’est la même chose : pas un centime de prévu.

Il n’y a pas à chercher bien loin les explications de ce revirement puisque la DGAC indique elle-même qu’« il est prévu de financer les surcoûts d’investissement [4-Flight] par redéploiement, grâce à des marges dégagées sur les autres programmes ». La technique du redéploiement est bien connue : il s’agit de financer les dérapages financiers des grands programmes hors de contrôle par des crédits qui étaient initialement prévus pour autre chose. Le programme de nouvelle tour lyonnaise a d’ailleurs très largement fait les frais de ces redéploiements puisqu’en cinq ans, la DGAC a fait voter aux représentants de la nation 13 millions d’euros de crédits supposés la financer et qui auront finalement été utilisés ailleurs.

Car de redéploiements, il y a besoin : le programme 4-Flight censé être opérationnel en 2016 pour un montant de 500 M€ n’équipera finalement les premiers centres qu’à l’horizon 2022 pour un coût total supérieur à 1 Md€. Côté SYSAT, c’est encore mieux : le coût estimé du programme est passé de 50 M€ en 2012 à 500 M€ en 2019.

Le nouveau gel du programme de nouvelle tour à Lyon est la conséquence des dérapages de la plupart des grands projets de la DGAC et de son sous-financement. Depuis des années, le SNCTA tire la sonnette d’alarme sur le niveau insuffisant des investissements de la DSNA.

Fort heureusement, les restrictions budgétaires ne touchent pas tous les services. Alors que les personnels du SNA-CE devront se passer de crédits pour la rénovation de leurs locaux hors d’âge en 2019, leurs voisins de la DSAC pourront consacrer un peu plus de 200 000 € au goudronnage de 30 nouvelles places de parking et voies d’accès associées. La DGAC a manifestement le sens des priorités en matière d’investissement.

L’art d’annoncer les bonnes nouvelles

L’annonce d’un nouveau redéploiement (comprenez « nouveau report du projet »), le SNCTA aurait apprécié que les cadres de la DGAC viennent la faire directement aux personnels plutôt que de l’apprendre au détour de la lecture du projet de loi de finances 2019. Mais il faut croire que ces derniers ne sont pas trop pressés d’assumer devant les contrôleurs lyonnais les conséquences de leur gestion.

Car si l’utilisation d’acronymes clinquants peut permettre de cacher la misère et laisser croire aux parlementaires qui votent notre budget que la DGAC est à la pointe de la technologie, les contrôleurs sont, eux, plus difficile à berner. Et pour cause : il suffit de rendre une visite à nos collègues genevois pour mesurer le considérable retard pris par la DSNA dans tous les domaines.

Vous avez dit conditions de travail ?

Les personnels lyonnais devront donc s’accommoder, encore de longues années, des épaves thermiques et acoustiques qui leur servent de lieu de travail. Ils devront aussi continuer à supporter les désagréments qui vont avec, telles les délicates effluves d’excréments envahissant régulièrement la tour.

Au-delà des questions de confort, les contrôleurs devront continuer à travailler dans une tour dont les caractéristiques sont loin des règles de l’art en la matière : points d’attente et de traversées de pistes masqués, suivi des finales impossible sans se contorsionner sur son siège… bref, un vrai modèle de sécurité, alors même que l’A-SMGCS niveau 2 promis il y a plus de dix ans n’est toujours pas là.

Le SNCTA invite les contrôleurs à reporter systématiquement par FNE les problèmes liés à la visibilité et, plus généralement, tous les événements relatifs aux conditions de travail. Et pour s’assurer que la FNE soit prise en compte, un coup de fil au RPO peut être utile. Quand l’encadrement du SNA-CE en aura marre d’être dérangé en pleine nuit ou le week-end, peut-être daignera-t-il prendre ces questions au sérieux.

Mais à en croire la DGAC, tout va très bien. Des problèmes de visibilité ? Il n’y a que quelques FNE qui en font mention. Cette réponse-type, symptomatique de décideurs qui s’enferment dans un pilotage par les tableaux de bord et les indicateurs, est atterrante.

Sur la question de la visibilité et du confort, le SNCTA tient à rappeler que les principaux intéressés ont déjà donné leur avis sur la question :

  • 90 % des contrôleurs estiment que la visibilité depuis la vigie est « insuffisante » ou « très insuffisante » ;
  • 75 % des contrôleurs estiment que les gènes à la visibilité depuis la position LOC constituent un danger pour la sécurité ;
  • 90 % des contrôleurs estiment que l’état d’entretien de la vigie est « insuffisant » ou « très insuffisant ».

De nouvelles pistes à l’étude ?

Afin d’accompagner ce nième report, l’administration pourrait être tentée de refaire travailler le GT local sur de nouvelles « pistes ». Cherchant à gagner du temps, la DSNA avait ainsi suggéré fin 2016 d’étudier des solutions de « remote tower ». Sur ce point, le SNCTA se veut pragmatique : si un système existe et fonctionne, qu’on le présente aux contrôleurs afin qu’ils puissent l’évaluer.

Mais il y a fort à craindre que cette nouvelle « piste » ne soit qu’une nouvelle manière de gagner du temps. Comment croire que la DSNA, qui affiche vingt ans de retard technologique sur tous ses homologues étrangers réussisse à déployer dans un délai raisonnable une telle technologie ? Comment croire que la DTI, qui s’avère incapable depuis près de deux ans, de développer une fonctionnalité simple de timeline sur l’outil DMAN, serait soudainement en mesure de développer rapidement un système « remote tower » adapté aux exigences du trafic lyonnais ?

En l’état, le programme applicable est celui validé en CODIR « Génie civil » il y a déjà plusieurs années. À supposer que la DSNA veuille explorer de nouvelles hypothèses, le SNCTA fixe comme préalable la sécurisation du budget, sous la forme de l’inscription des autorisations d’engagement correspondantes au budget annexe de l’aviation civile.

Pas question de travailler sur de nouvelles hypothèses tant que le budget n’est pas sécurisé.

Le SNCTA ne peut se résoudre à ce que le projet de nouvelle tour / nouveau bloc technique à Lyon serve de variable d’ajustement budgétaire à la gestion calamiteuse des grands programmes techniques de la DSNA. Il continuera à défendre ce projet avec force et insistance et veillera en premier lieu à la sécurisation de son financement.

Pages:1234567