Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte
Flux RSS de cette catégorie

Orly

0

LFPO FI — COVID 19, point de situation

Voici un point de situation quelques jours après le début de cette crise :

  • Les stocks de lingettes et de gel, bien que très limités, sont fournis de manière régulière à la tour. Reste à déterminer une procédure pour le réapprovisionnement pendant le week-end, qui reste problématique ;
  • Depuis près de 3 semaines (CT du 26 février), nous alertons l’organisme sur l’importance d’anticiper les effets de cette crise. Nous y sommes maintenant. L’armement des prochains jours se prépare au fur et à mesure des indications de trafic, et des agents disponibles par le biais des RE.
  • Nous demandons l’application des recommandations actuelles de la DO, en concertation avec le Bureau National : mise en place de 2 demi-équipes hermétiques au sein de chaque équipe, afin de restreindre au maximum les interactions. Tant que le nombre d’agents disponibles le permettra, ces ½ équipes se relaieront pour armer chacune un cycle, l’autre étant considérée en « spare ». D’autres mesures sont envisagées selon l’évolution de la disponibilité des effectifs.
  • Jusqu’à nouvel avis, les stages de formation initiale et continue sont annulés. Nos représentants nationaux travaillent à ce que des mesures temporaires soient mises en œuvre par la DSAC.

Le SNCTA continue ce travail aussi bien localement que nationalement, afin de pouvoir établir des mesures de gestions claires et uniformes. Le SNCTA est pleinement associé au travail de l’organisme. Il veillera à ce que les contrôleurs soient soutenus dans leurs efforts, et régulièrement informés.

LFPO — Flash Info COVID 2 (2.6 MiB)

0

LFPO FI — COVID 19, on attend quoi ?

Orly ne sera pas épargné par l’épidémie en cours. Un CHSCT national extraordinaire tenu la semaine dernière a laissé beaucoup de questions en suspens. La DSNA prévoit néanmoins d’augmenter la fréquence de nettoyage des positions de contrôle, y compris en demandant aux contrôleurs de le faire lors de la relève avec des lingettes désinfectantes. Cela relève en effet aussi de notre responsabilité individuelle. Mais encore faudrait-il en avoir en quantité suffisante ! Malgré nos demandes, les lingettes ne sont toujours pas en nombre suffisant en vigie et en IFR (1 par position normalement).

Nous demandons également l’accès aux plateaux-repas pour les vacations de J1 et J2.

Nous demandons la diffusion d’une procédure claire à suivre par les agents malades ou proches de malades en y précisant les mesures d’isolement. 

Au-delà des gestes de précaution de chacun, limiter les échanges, réunions, stages et immersions semble aussi devenir nécessaire. 

Le SNCTA suit de près localement et au niveau national les évènements afin d’établir des mesures claires pour les agents, nous attendons des réponses aux questions légitimes de tous. Les organisations syndicales représentants les personnels doivent être associées aux mesures à prendre pour faire face à cette crise.

LFPO - Flash Info COVID (1.9 MiB)

0

LFPO Flash Info - GT TDS Orly

Suite à la demande de la DO de mettre le TDS d’Orly en conformité avec le règlement européen UE 2017/373 (avec comme items principaux 2h30 de tenue de poste maximum et des vacations d’une durée maximale de 11h), la création d’un GT TDS a été validée en CT ce 26 février.

Ce GT a pour mandat de proposer un ou des TDS répondant au meilleur schéma d’armement possible avec l’effectif disponible actuellement.
Les questions d’armement pour des besoins futurs (2ème sol, salle IFR déportée) ne sont pas à l’ordre du jour.

Les discussions autour du nouveau TDS vont s’ouvrir prochainement. Le SNCTA s’attachera à ce qu’elles se passent sereinement et démocratiquement. Nous avons obtenu l’assurance lors du CT qu’aucun changement de TDS n’interviendra avant la fin de l’été.

Pour une réflexion si importante sur nos conditions de travail, le SNCTA portera la voix des contrôleurs.

LFPO - Flash Info GT TDS (0.6 MiB)

0

Élections professionnelles 2018 : Résultats à Orly AG

0

La Ferme (de) l’UNSA

« Tous les organismes sont égaux mais certains plus que d’autres », telle pourrait être la devise de l’UNSA qui, dans son dernier communiqué, revendique l’affectation de pas moins de 31 sorties ÉNAC aux seuls centres du Sud et de l’Ouest, laissant à tous les autres organismes de la DSNA 16 maigres ressources à se partager.
À moins d’un an des élections, l’UNSA, plus populiste que jamais, semble ainsi vouloir choyer ses derniers adhérents, principalement retranchés dans ces centres. Cela pourrait être risible, si la situation des effectifs n’était pas catastrophique (cf. CDA no 779).
Les trois prochaines années seront des années noires, avant que la reprise actée lors du dernier protocole ne commence à produire ses effets tant attendus. Pendant ces prochaines années, qui entérineront la baisse, mais prépareront simultanément la remontée (par l’affectation en centres dès 2019 des ressources du dernier protocole), nous aurons le devoir d’être plus prudents que jamais dans nos réflexions et nos revendications.
Les équilibres à trouver dans la répartition des AVE et des sorties ÉNAC entre les centres seront subtils : il ne peut y avoir de choix pour tel ou tel centre mais des arbitrages nationaux successifs pesés à l’aune de leurs effets prévisibles pour l’effectif et la performance acceptable de chacun.
S’il n’y aura pas de solution miracle, il pourrait en revanche y en avoir de catastrophiques !

Le bureau régional Nord exige une solution globale, pragmatique et équilibrée pour tous les ICNA !

FI CRN 2018-01-12 La Ferme (de) L'UNSA (0.8 MiB)

0

La vigie provisoire en inCAPAcité temporaire

Ce lundi, le DSNA a suspendu les travaux de rénovation de la vigie qui devaient commencer le lendemain. Cette décision abrupte et unilatérale est motivée par des pressions des compagnies, voyant leurs programmes de vols affectés par des capacités instaurées au titre de la sécurité.

Le SNCTA défend les capacités demandées, pour des raisons évidentes de sécurité.

Le SNCTA demande à ce que les travaux commencent immédiatement, afin de tenir les délais conditionnés par les phases de travaux ADP.

La rénovation de la vigie ne peut plus attendre.

FI Orly Vigie Provisoire En Incapacité Temporaire (0.8 MiB)

0

L’ECP et l’ECL, on vous explique tout

Le règlement 2015/340 amène des changements majeurs en imposant plus de traçabilité et de contraintes pour proroger la mention d’unité et la mention linguistique. Outre les formations obligatoires au PCU, justifier d’un exercice régulier ne suffira plus à proroger une MU, il faudra également passer des évaluations des compétences pratiques (ECP). Outre les formations inscrites au PIFA, il faudra désormais passer une évaluation des compétences linguistiques (ECL).

Renouveler sa MU : examinateur et ECP

À partir du 1er janvier 2017, tous les contrôleurs devant renouveler leur mention d’unité devront passer des évaluations des compétences pratiques dans les trois mois précédant la fin de validité de celle-ci. Ainsi, les premières ECP pourront avoir lieu à partir du 1er octobre 2016 pour les contrôleurs devant renouveler le 1er janvier 2017…

La durée de validité des MU devant passer à 3 ans (voir le CDA no 761), un contrôleur devrait par conséquent être concerné par les ECP tous les 3 ans.

Ce sont les examinateurs chargés de faire passer les tests pour l’obtention de la mention d’unité qui feront également passer les ECP.

Évaluation sur position « dédiée » ou « continue »

Deux types d’évaluations pratiques sont validées par la DSAC :

  • l’évaluation continue qui recueille l’avis d’un ou plusieurs examinateurs ayant travaillé avec le contrôleur sur une période bien définie (voir la FAQ ci-après) ;
  • l’évaluation dédiée, qui fait intervenir un examinateur pour une séance d’évaluation unique et déterminée d’une durée maximale de 1 h 30.

Chaque organisme détermine les modalités locales de mise en œuvre des ECP dans son PCU.

Renouveler sa ML : évaluateur et ECL

Pour proroger une mention linguistique (ML) dont la validité se termine après le 1er janvier 2017, il faudra soit :

  • avoir passé un test agréé par la DSAC permettant de valider un niveau 4, 5 ou 6 ;
  • avoir suivi intégralement un PIFA et passé une ECL dans les trois mois qui précèdent la fin de validité de la ML. L’évaluation ne pourra pas être comptée dans les heures du PIFA de l’évaluateur ou de l’évalué. Cette procédure ne permet de proroger qu’un niveau 4 (quel qu’ait pu être le niveau de la ML précédente).

Évaluation « en formation » ou « sur position »

L’ECL peut être réalisée de deux façons :

  • lors d’une action de formation (ECLF) : l’évaluateur contrôleur assiste à un cours d’anglais spécifique animé par un linguiste et donne un avis favorable ou défavorable aux contrôleurs concernés par la prorogation de ML en fonction des critères en vigueur (prononciation, structure, vocabulaire, aisance, compréhension, interactions) ;
  • sur position de contrôle (ECLP) pour les contrôleurs dont les organismes auront été agréés par la DSAC. La liste de terrains éligibles à l’ECLP, définie en fonction du pourcentage de vols réalisés par des équipages anglophones, n’est pas encore totalement figée puisque la DSAC a demandé des compléments d’informations sur certains terrains (SNA AG, SNA OI, Montpellier et Nîmes notamment).

Une nouvelle fonction : évaluateur

Pour pouvoir être évaluateur, il faudra avoir suivi avec succès une formation (en langue anglaise, of course) à l’ÉNAC et être nommé dans son organisme. Tout contrôleur détenteur d’une MU et d’une ML valides peut prétendre devenir évaluateur. Aucun autre critère ne justifie un refus de candidature. Des critères locaux, décidés avec les représentants des contrôleurs, pourront permettre de départager les candidats.

Pour une ECLP, l’évaluateur doit évidemment détenir la même MU que l’évalué (sauf cas particulier d’un instructeur régional qui serait aussi évaluateur).

Pour une ECLF, l’évaluateur doit détenir une MU valide et des mentions de qualification en cohérence avec celle du contrôleur évalué. Ainsi, un contrôleur d’approche peut évaluer un contrôleur d’approche ou d’aérodrome, un contrôleur d’aérodrome ne peut évaluer qu’un contrôleur d’aérodrome et un contrôleur de CRNA ne peut évaluer qu’un contrôleur de CRNA.

ECP/ECL : contestations, échec et recours

Si, à l’issue d’une ECP ou d’une ECL, l’examinateur ou l’évaluateur a un doute, il peut demander une nouvelle évaluation. À l’issue de cette seconde évaluation, un avis doit obligatoirement être rendu et, s’il est négatif, le contrôleur est déclaré en incapacité temporaire : il sort provisoirement du tour de service.

Une commission spéciale, dont la composition varie en fonction des organismes, est chargée de traiter les contestations et les recours concernant les évaluations pratiques et linguistiques, ainsi que les cas d’échecs.

Mesures sociales

L’application concrète du règlement 2015/340, vecteur de contraintes nouvelles pesant sur les contrôleurs, a donné lieu à d’âpres négociations protocolaires. Le SNCTA a obtenu de substantielles améliorations du parcours de carrière pour les examinateurs et évaluateurs. Les fonctions d’examinateurs et d’évaluateurs :

  • bénéficieront d’un niveau d’EVS supérieur à celui du contrôleur exerçant la MU du centre : environ 70 € de plus pour les ICNA et les TSEEAC ;
  • favoriseront, chez les ICNA, l’accès au grade d’Ingénieur en Chef en faisant, comme un détachement, « tourner le compteur » à hauteur de un an pour un an.

En tout, plus de 700 postes d’examinateurs et d’évaluateurs permettront d’avoir accès à ces mesures (un chef d’équipe ou chef de quart nommé examinateur ou évaluateur ne rentrera pas dans ce quota) :

  • 4 par équipe (et par zone) en CRNA et à Roissy ;
  • 20 % du BO des organismes pour les SNA.
Le SNCTA ne partage pas la vision anglo-saxonne du « tout-test » prônée par l’EASA. Cependant, il a travaillé à ce que les évaluations imposées répondent parfaitement et uniquement à l’objectif réglementaire qui vise à prouver le haut niveau de compétence des contrôleurs. Il a également veillé à ce que la mise en œuvre de ce règlement respecte aussi le fonctionnement opérationnel, facteur de sécurité et d’efficacité. Il a par ailleurs réussi à obtenir des garanties essentielles : la formation type PIFA est préservée et les contrôleurs seront évalués par leurs pairs sur position partout où cela est réalisable. Enfin, les fonctions d’examinateurs et d’évaluateurs seront mieux reconnues.

Voilà pour le cadrage national. Les modalités d’application locales seront définies lors du CT du mardi 13 septembre. Le SNCTA vous y représentera pour s’assurer que le cadrage local respecte le professionnalisme et le travail fourni par les agents.

CDA n° 12 — L’ECP et l’ECL, on vous explique tout (0.5 MiB)

0

CR Nord — Tous en grève

Le conseil régional Nord s’est réuni les 26 et 27 mai au CRNA Est. Il a débattu du protocole en cours de négociation.

Aucune mesure retraite, pas encore de chiffre de recrutement pour 2017, pas de plan de recrutement au-delà, des revalorisations de seulement 85 € brut mensuel pour l’ensemble des contrôleurs pour 4 ans, solde de tout compte pour 10 ans d’inflation… Le conseil régional estime que le volet social de la V1 du protocole est insultant compte tenu des contraintes réglementaires toujours plus nombreuses ainsi que des gains de productivité imposés aux contrôleurs depuis plusieurs années maintenant.

Face à la hausse du trafic aérien et à la baisse conjuguée des effectifs, il constate la nécessité opérationnelle à Reims et à Roissy notamment de mettre en place au plus tôt une organisation plus capacitive et plus robuste afin d’assurer l’écoulement du trafic. Le conseil régional exige en contrepartie de cette augmentation de la fluidité du trafic une revalorisation indemnitaire conséquente. Il refuse toute expérimentation compte tenu des montants actuellement proposés par l’administration. Il est irresponsable que cette dernière utilise comme levier de négociation la pression ressentie par les contrôleurs sur le secteur, en particulier à Reims.

Face au mépris affiché par les pouvoirs publics,
TOUS EN GRÈVE les vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 JUIN 2016 !

À l’échelle locale, le Conseil Régional :

  • exige que la publication du rapport sur le SIV Ouest parisien soit accompagnée d’une décision sur le scénario retenu ainsi que d’un calendrier pour sa mise en œuvre ;
  • exige un plan d’action immédiat pour remettre à niveau l’organisme de Melun Seine défini en concertation avec SDRH ainsi que la DO côté technique, espace comme performance. Les fermetures temporaires de certains secteurs ne sont que des pis-aller à l’origine d’incidents contrôle pour les organismes repreneurs dont il convient de tirer d’urgence les conséquences ! En complément, le SNCTA rappelle qu’il demande le rattachement de Seine au SNA RP ;
  • s’alarme de la situation de sous effectif qui s’installe à Beauvais ;
  • exige que des perspectives claires soient données aux personnels de MNL pour lesquels la souffrance au travail devient palpable ;
  • dénonce le non respect des règles de dialogue social à Orly mais également au SNA NE. Il mandate le bureau régional pour prendre les actions nécessaires à un retour aux pratiques telles que définies dans la convention nationale de dialogue social.

CRN16-0527 Communiqué (1.5 MiB)

0

Briseur de grève ? Carton rouge !

Arbitre siflant un carton rouge

Les sections SNCTA, SNNA-FO, SPAC-CFDT et USAC-CGT dénoncent l’atteinte au droit de grève portée à Orly le mardi 26 janvier 2016.

En effet, les personnels de J3 n’étaient plus protégés par les régulations pré-tactiques, levées sur une déclaration préalable du chef de tour, sans même solliciter les agents concernés.

L’USAC-CGT et SNNA-FO avaient pourtant relayé l’appel à la grève de leurs confédérations, le SNCTA ayant pour sa part déposé un préavis spécifique.

Pour rappel, la déclaration préalable n’existe pas au sein de l’aviation civile. Nous ne tolérerons pas une nouvelle démarche de ce genre.

Grève — carton rouge ! (0.2 MiB)

0

Retour vers le futur

Si par chance vous trouvez une machine pour voyager dans le futur, voici ce que vous allez découvrir en janvier 2017 : IR ATCO, alias 2015/340, LE nouveau règlement pour la licence de contrôle européenne.

Une chose est claire, TOUTES les compétences du contrôleur pourront être remises en question : évaluation des compétences linguistiques, examens pratiques pour le renouvellement des mentions d’unité… Et même, possibilité pour le prestataire des services de navigation aérienne de déclarer unilatéralement l’incapacité temporaire d’un contrôleur ?

Le règlement 2015/340 est une réalité européenne !

Le SNCTA veille à ce que ces nouvelles obligations ne se résument pas en un énième coup bas porté à notre profession.

Le futur est proche, les contrôleurs d’Orly sauront réveiller leur force si nécessaire…

CDA 015 - Retour vers le futur (0.5 MiB)

Pages:12