Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte
Flux RSS de cette catgorie

Effectifs

Le besoin des centres en effectifs est établi par l’administration, en fonction des besoins opérationnels. Ce besoin est déterminé dans les CRNA en fonction de l’ouverture des secteurs et dans les approches et tours TSEEAC en fonction de la répartition et de la charge du trafic. L’administration mesure également les départs prévisibles à court et moyen terme, et, au vu de ces paramètres, ventile les ressources disponibles (AVE et sorties ÉNAC au sens large) entre les centres. Cette distribution s’effectue en GT Effectifs et en GS 32 heures.

GT effectifs

Il se réunit une fois par an, en janvier et gère, pour l’année en cours, l’ouverture des postes pour les CRNA, Orly et Roissy. Ces postes sont répartis entre les sorties ÉNAC et les CAP de printemps et d’automne.

En GT Effectif, la ventilation des ressources disponibles se fait en fonction des données suivantes :

L’effectif PC des centres et les prévisions du nombre de départs de chaque centre. À Orly et Roissy, les contrôleurs titulaires d’une mention d’unité intermédiaire comptent pour 1/3 de PC.
L’administration intègre les prévisions de départ à la retraite, de mutation en CAP, d’arrêts qualification… C’est une estimation qui est faite sur les trois années à venir, les retraites étant comptabilisées précisément et les autres paramètres étant basés sur une extrapolation des années antérieures.

CRNA : l’indicateur I1 modulé par différents correctifs détaillés dans le guide du contrôleur (chapitre « effectifs et mobilité »).

Orly et Roissy : le BO (besoin opérationnel) : 106 PC à Orly et 230 PC à Roissy et le nombre d’élèves en formation et leur niveau de qualification.

GS 32H

Il se réunit deux fois par an, en janvier et juillet, pour entériner les révisions de BO et répartir les affectations pour le semestre (AVE et sorties ÉNAC) en approches et tours (hors Orly et Roissy).

Pour ce faire il calcule les effectifs du centre en se projetant « 2 ans » au-delà de la prochaine CAP. C’est, en fonction de la différence entre le besoin du centre et son effectif prévisionnel que sont déterminées les ressources à affecter.

2

Flash Info — GT Effectif du 25 janvier 2017

Ronde
AVE ÉNAC Total
CDG 04 16 020
Orly 06 *01* *007*
ÉNAC 10 010
Aix 16 *04* *020*
Athis 02 *15* *017*
Bordeaux 12 04 016
Brest 16 04 020
Reims 02 *19* *021*
 Total 68 63 131

* dont un en fonction des redoublants éventuels

Si le SNCTA reconnait un volume d’affectations alloué au GT Effectif globalement acceptable compte tenu de la pénurie en sorties ÉNAC, il regrette que cela soit au détriment du GS 32 h. Ces affectations ne sont, pour autant, pas à la hauteur des besoins identifiés dans les différents centres concernés.

Flash Info — Résultats du GT Effectif du 25 janvier 2017 (531.0 KiB)

2

GS 32 heures

Groupe de personnes – ombres colorées

Les recrutements étant insuffisants pour faire face aux besoins du GS 32 h et du GT Effectifs, l’administration annonce en début de séance des mesures transitoires de gestion en attendant les résultats des GT protocolaires sur les BO. Le SNCTA dénonce cette situation obligeant à devoir faire des choix entre les organismes de la navigation aérienne et qui, in fine, aboutissent à une dégradation globale du service rendu et des conditions de travail des contrôleurs. Les choix faits et la stratégie de gestion sont de la responsabilité de l’administration et le SNCTA ne les cautionne pas.

Ressources disponibles

Tout simplement : insuffisantes !

Les recrutements insuffisants actés au Protocole 2013, dénoncés par le SNCTA et démontrés par la mission Vernhes, sont les sorties ÉNAC qui manquent aujourd’hui. L’administration, qui prévoit l’affectation de 72 ressources ICNA pour faire face à 120 départs à la retraite, ne peut que reconnaitre les difficultés de gestion auxquelles elle est confrontée. La démonstration de ce que dit le SNCTA depuis des années est hélas faite et, en attendant les recrutements du protocole 2017, ce sont les contrôleurs qui en subissent les conséquences !

Pour les ICNA : 30 élèves en promo 15A et 33 en 15B, 11 inscrits à la sélection professionnelle (SP) et 6 à l’examen professionnel (EP) dont un inscrit aux deux voies de recrutement donc 16 personnes. L’administration constate qu’environ un tiers des inscrits de réussit pas, elle table donc sur une dizaine de lauréats. Il y a aussi 3 emplois réservés (ER) L. 4139-2 (militaires).

Pour les TSEEAC : sur la promo 14B, 9 élèves seront affectés sur des postes de contrôleur en avril, la promo 15A sortira en septembre et les affectations seront décidées lors du GS de juillet. Il y a également 3 emplois réservés L. 4139-3 (militaires), dont deux pour ce GS et un pour celui de juillet.

CDA n° 771 — GS 32 heures (311.6 KiB)


Read more

0

Flash Info — GT Effectif du 19 janvier 2016

Ronde
ÉNAC AVE Total
CDG 14 04 18
Orly 02 00 02
ÉNAC 07 07
Aix 04 10 14
Athis 10 04 14
Bordeaux 02 06 08
Brest 04 11 15
Reims 16 02 18
ÉNAC AVE Total

En introduction, le SNCTA a lu une déclaration liminaire.

ÉNAC
a priori 4 postes au printemps et 3 postes à l’automne.
Athis
6 AVE et 8 ÉNAC s’il y avait deux redoublants dans la promo 14A.
Reims
AVE ouverts pour la campagne du printemps 2016 qui, en l’absence de candidats, seraient rouverts à l’automne.

Flash Info — GT Effectif du 19 janvier 2016 (409.4 KiB)

0

Déclaration liminaire — GT Effectif du 19 janvier 2016

Bureau national SNCTA

En 2014, la mission Verhnes a fait le constat d’une baisse inéluctable des effectifs opérationnels de 5 % d’ici 2019. Outre une hausse continue du trafic, elle a également constaté des variabilités de plus en plus fortes et de natures différentes en fonction des centres de contrôle.

Cette mission a mis en évidence la nécessité d’avoir une politique de gestion des effectifs et des recrutements. Celle-ci doit être pluriannuelle et basée sur des besoins en contrôleurs définis pour chacun des organismes. Nous attendons la définition de cette politique, nous attendons ainsi des réponses aux questions suivantes :

  • La DSNA a-t-elle analysé les conséquences de cette baisse d’effectifs ? Quelles sont-elles ? Quel impact aura cette baisse sur la régularité des vols ?
  • Les effectifs opérationnels peuvent-ils baisser de 5 % partout ?
  • Les approches fonctionnant au BO seront-elles épargnées avec pour conséquence une baisse de 10 % dans les CRNA ?
  • Comment la DO peut-elle envisager une baisse des effectifs dans des centres n’arrivant déjà plus à faire face au trafic sans délai ?
  • Comment la DSNA entend-elle mener de front des transformations de contrôleurs, gourmandes en ressources, une grosse vague de départs à la retraite amplifiée par le bogue dans la loi, une reprise du trafic et des projets espaces toujours de plus en plus lourds ?

Pour le SNCTA, il est urgent de construire une politique de recrutement cohérente afin de répondre à ces problématiques. Il attend bien autre chose que cette note scandaleuse sur les effectifs basée sur des pseudo-indicateurs qui ne représentent aucune réalité opérationnelle. Si la DO pense que les effectifs des CRNA peuvent encore baisser, qu’elle ne se gène pas à l’expérimenter dès cet été par exemple en accordant pour chaque vacation aux équipes de contrôleurs une possibilité d’absence supplémentaire !

Le SNCTA dénonce une nouvelle fois une parodie de gestion des ressources humaines qui ne peut satisfaire l’ensemble des besoins des centres.

Déclaration liminaire — GT Effectif du 19 janvier 2016 (63.9 KiB)

0

DGAC : C’est quand qu’on va où ?

Labyrinthe avec une idée au centre, mais non résolu

Le GT effectif qui s’annonce est bien révélateur de la façon dont la DGAC est gérée. Parler d’une gestion à la petite semaine devient même élogieux quand on considère la situation : des documents de travail envoyés la veille, pas de stratégie affichée (pour ne pas dire pas de stratégie du tout). Est-ce cela la marque de fabrique du management et du dialogue social à la DGAC ?

GT effectif : la misère

La baisse des effectifs est connue de nos dirigeants, elle est vécue par les salles et les subdivisions auxquelles on demande de faire plus avec moins et avec bien peu de perspectives d’avenir. Dans tous les plans de restructuration, la direction affiche un objectif d’organisation ou de baisse des effectifs pour s’adapter à la conjoncture. On y adhère ou pas. On travaille à l’accompagner ou l’on s’y oppose en contre-argumentant. Ce devrait être cela le dialogue social tant vanté par les pouvoirs publics.

Mais dans quel autre secteur en croissance (trafic en hausse, missions d’étude et de formations en hausse), où celle-ci est annoncée comme durable, et qui ne dégage pas de gains de productivité, opère-t-on des vagues de licenciement… pardon, de non remplacement des emplois ?

Alors à quoi bon être constructif à ce GT effectif qui n’a pour seul but que d’être une sorte d’exutoire où l’administration espère que la colère des personnels se manifestera par des combats entre organismes et entre syndicats plutôt que contre elle par la grève ? Diviser pour mieux régner sur un royaume en cendres. Être complice de cela, le SNCTA s’y refuse. À quoi bon être raisonnable et jouer le jeu en participant à la distribution des tickets de rationnement ? Le SNCTA ne se pliera pas à l’exercice d’accompagner la gestion indigente de l’administration en matière de ressources humaines.

La tendance de la courbe des effectifs est la même pour tous : à la baisse. Le rapport Verhnes avait au moins le mérite d’en faire le constat irréfutable. Et que fait l’administration ? Ce qu’elle fait le mieux : rien ! Attendre jusqu’à ce qu’il soit trop tard, que les personnels, au premier rang desquels les contrôleurs, ne s’insurgent violemment contre ce mode de « non gestion ».
Read more

0

Flash Info — Répartition des effectifs : diviser pour régner...

Cible manquée

À l’issue de cette semaine dédiée à l’affectation des effectifs 2015 (GS 32 heures et GT Effectif), le SNCTA fait à nouveau le constat désespérant du mode de gestion surréaliste des effectifs ICNA à la DSNA :

  • incapable, depuis toujours, de mettre en œuvre une gestion prévisionnelle des effectifs de contrôleurs, l’administration suit, bon an mal an, les tendances imposées d’en haut par une fonction publique monolithique ;
  • incapable de développer des outils efficaces d’analyse de la charge secteurs et de pilotage des ressources par les responsables opérationnels, elle préfère travailler au déploiement de systèmes de vérification de présence ou de comptage des heures des contrôleurs ;
  • incapable de dimensionner et de structurer les entités de formation afin qu’elles puissent, au mieux et dans les meilleurs délais, fournir aux centres des contrôleurs qualifiés, elle affecte sans discernement, surcharge des subdivisions formation, en laisse d’autres tourner à vide ;
  • incapable d’évaluer les besoins d’expertise opérationnelle nécessaires aux grands projets de modernisation, elle détache des contrôleurs en fonction de considérations vieilles de 15 ans et sans réelle prise en compte des nécessités ;
  • incapable d’orienter utilement les ressources, elle décide, à son plus haut niveau, pour satisfaire les égos de potentats locaux, et au détriment des aspirations légitimes des contrôleurs à exercer pleinement leurs compétences, de maintenir des ICNA sur des aérodromes où le nombre de mouvements est inférieur à 20 par jour ;
  • incapable de concevoir l’idée simple de préparer avec les contrôleurs l’avenir de la navigation aérienne, notamment en ce qui concerne les ressources humaines, voilà maintenant qu’elle signe des accords sans eux ;
  • jusqu’à être incapable de connaitre et communiquer à des centaines de contrôleurs leurs âges limites de départ en retraite (ce qui, soit dit en passant, est loin d’être neutre sur la gestion des ressources humaines) notre administration n’en demeure pas moins cynique :

Pour elle, armée de sa batterie d’indicateurs, le déficit de contrôleurs dans l’ensemble des CRNA en 2015 est de 16 contrôleurs ! Édifiant !

Fort de son constat, elle se dédouane et transpose sa responsabilité sur les syndicats et les centres opérationnels qu’elle réunit dans une arène afin qu’ils s’étripent pour le gain de ressources qui leur font réellement défaut. Quel cynisme, quelle irresponsabilité poussée à l’extrême lorsqu’elle consiste, en catimini à l’issue du GT effectif, à accuser les syndicats de ne pas œuvrer suffisamment pour tel ou tel centre !

Doit-on plus longtemps supporter cela ? Pour le SNCTA la réponse est NON ! Refusons la division, unissons nos efforts pour défendre nos intérêts et notre avenir.

Flash Info — Répartition des effectifs : diviser pour régner... (677.3 KiB)

0

Flash Info — GT Effectif du 5 mars 2015

Ronde

« J’ai froid [dit l’ICNA], c’est la saison qui veut ça dit la DSNA* »

ÉNAC AVE Total
CDG 12 08 20
Orly 02 06 08
ÉNAC 02 02
Aix 03 12 15
Athis 06 08 14
Bordeaux 02 05 07
Brest 05 08 13
Reims 20 02 22

Reconnaissance d’un détaché SysAT à Orly.
Les deux postes d’ICA à l’ÉNAC seront proposés à la campagne d’automne.

(*) Adapté de Jules Renard

Flash Info — GT Effectif du 5 mars 2015 (411.1 KiB)

Résultats du GT Effectifs du 7 février 2014

Résultats du GT Effectifs 07-02-2013

Vaut-il mieux rêver sa vie que de la vivre ?

Considérant la gestion des effectifs, le SNCTA ne le croit pas. Ses demandes justifiées et fondées sur les besoins exprimés des sections privilégient, en ces périodes de ressources restreintes, une recherche de cohésion nationale au bénéfice premier de l’unité de la profession.

Le SNCTA est, et restera, un syndicat national.

GT Effectif de février 2013

Rareté des ressources, effectifs en berne dans la plupart des centres : ce gt est devenu le révélateur de la gestion hasardeuse et floue de notre administration. Malgré nos efforts, son bilan ne peut être que mitigé.

Read more