0

Flash Info — La DGAC vient-elle de découvrir la pierre philosophale ?

Pendant des siècles, les alchimistes ont cherché à fabriquer cette fameuse pierre qui, d’après la légende, avait le pouvoir de changer le plomb en or. Six siècles après Nicolas Flamel, les alchimistes de la direction générale de l’aviation civile auraient-ils mis au point le fameux procédé ? Enquête :

Le plomb, une matière première très présente à la DGAC

On trouve du plomb à l’état naturel un peu partout à la DGAC : dans les chaussures des cadres dirigeants bien sûr, dans les chapes que ces derniers posent ça et là afin d’atténuer la perception par les agents et les pouvoirs publics des difficultés de la DSNA et enfin dans les procédures administratives de gestion.

Un procédé efficace faute d’être innovant

Le plomb dans les chaussures assure l’effet retardant de l’ensemble du processus, celui contenu dans les chapes permet de confiner les réactions, et enfin, la lourdeur entretenue des procédures administratives constitue le liant nécessaire à la transformation du plomb en or.

La formule dans le détail

Effet retardant : une direction qui privilégie l’effet d’annonce à la prise de décision, qui mise sur l’oubli ou la lassitude : la prime annoncée qui ne vient jamais (900 € en 2010), le décret promis que personne ne retrouve (sur-indiciation retraite), les gels de crédits conditionnés qui se trouvent pérennisés (220 € d’heures de vol), etc.

Confinement des réactions : Une direction soucieuse de l’avenir des agents (Vrai ☐ – Faux ☑) qui les invite à SA table de négociation en insinuant que hors de cela, point de salut. Résultat : un Protocole qui, après 7 ans de gel, ajuste la revalorisation des primes juste en dessous de l’inflation perpétuant ainsi la baisse du pouvoir d’achat.

Lourdeur entretenue : Lorsque des décisions sont prises, c’est la lourdeur administrative (pilotée ?) qui prend le relais. Retard des avancements d’échelons (supérieur à 12 mois), retard de NBI (jusqu’à 24 mois), retard de paiement de mesures indemnitaires (de 16 à 18 mois).

L’alchimie

Tout ce plomb qui alourdit la DGAC depuis maintenant 7 ans, ces retards accumulés, ces engagements non tenus, les alchimistes du secrétariat général de la DGAC nous les offrent aujourd’hui comme si c’était de l’or à grand renfort d’annonces tonitruantes sur la mise en paiement des mesures de revalorisation indemnitaire prévues au Protocole 2013-2016 (et non 2015 comme indiqué sur le communiqué du SG, les revalorisations s’étalent sur 4 ans).

Flash Info — La DGAC vient-elle de découvrir la pierre philosophale ? (2.0 MiB)

Click to share thisClick to share this