6

Flash Info — Une coalition improbable pour tenter d’empêcher les contrôleurs de construire leur avenir

Différence

Une coalition de syndicats de la DGAC, emmenée par la CGT et FO, s’oppose au nouveau cadre de négociation sociale proposé pour la DGAC. En plus de ces deux centrales à la manœuvre, on trouve, pèle mêle, la CFDT, l’UNSA administratif, l’UNSA techniciens supérieurs et cadres, mais aussi, ce qui est plus surprenant, l’UNSA ICNA dont le seul moteur semble être l’opposition systématique au SNCTA.

Une fois encore, c’est en surfant sur les peurs et en usant toutes les ficelles de la désinformation que ces syndicats espèrent obtenir des pouvoirs publics qu’ils reviennent sur leurs engagements. On nous sert une fois encore le risque d’implosion de la DGAC, la sortie de la fonction publique et toutes sortes de cataclysmes fantasmés. On sous-entend que le premier syndicat des contrôleurs travaillerait à la dégradation des conditions d’emploi de ceux qui le soutiennent majoritairement… quelle bizarrerie ! On pourrait en rire si, à l’heure où les acquis sociaux s’effritent, où les attaques contre les salaires, les retraites, les conditions d’emploi des personnels sont légions, on n’était pas amené à contempler le spectacle désolant d’appareils syndicaux plus soucieux de leur rente de situation que de trouver les moyens de résoudre les problématiques qui touchent au cœur les salariés et les contrôleurs en particulier.

Le SNCTA a fait le constat de l’échec du protocole 2013 et il n’est pas le seul. Fort de ce constat, il a fait le choix de ne pas s’opposer à cet accord, mais s’est engagé, devant les contrôleurs, à obtenir des pouvoirs publics un espace de négociation mieux à même de traiter les problématiques spécifiques métiers, dont notamment celles des ICNA et TSEEAC contrôleurs. Il y est parvenu.

Les pouvoirs publics ont reconnu cette nécessité, convaincus par le SNCTA mais pas seulement. C’est avant tout le constat de l’échec des politiques de modernisation de la DSNA et son incapacité à faire face aux enjeux qui ont incité les pouvoirs publics à regarder de plus près la situation de celle-ci. Plus que les mises en garde du SNCTA, c’est la prise de conscience des pouvoirs publics de l’impérieuse nécessité d’avoir une approche spécifique, et donc mieux adaptée aux problématiques de la DSNA et du contrôle aérien, qui a guidé leur choix.

Le SNCTA revendique la reconnaissance des spécificités de la DSNA et des contrôleurs, car il est une évidence : les exigences qui pèsent sur les services de la navigation aérienne et leurs personnels ne sont en rien comparables à celles qui s’imposent aux autres administrations de la DGAC. Pour autant, tout traitement différencié s’accommode très bien d’une vie en commun. C’est la reconnaissance des différences qui garantit le vivre ensemble.

Le SNCTA s’est engagé devant les contrôleurs à défendre leur spécificité,
il le fera car il a leur soutien

Flash Info — Une coalition improbable (1.8 MiB)

Click to share thisClick to share this