0

GT effectif 2018

Les faits sont là. Que faut-il de plus pour que l’administration centrale nous écoute ?

Constats

Le GT effectif 2018 mettra bientôt enfin un terme au désastreux protocole 2013-2016 en distribuant les dernières miettes d’effectifs disponibles entre les CRNA et les plateformes parisiennes. Considéré alors par certains comme un « équilibre entre les corps de la DGAC », ce protocole avait été rejeté par le SNCTA car il entérinait clairement la baisse des effectifs ICNA. Par son combat et l’obtention de la mission Vernhes, le SNCTA faisait enfin admettre à l’administration le manque d’effectif à la DGAC à moyen terme. Malheureusement l’énorme croissance du trafic aérien des quatre dernières années, couplée à une place en première ligne dans la modernisation de la DSNA, conduisit le CRNA-Ouest à devenir champion d’Europe des délais. Faut-il le rappeler ? Le CRNA-Ouest essuya les plâtres pendant plusieurs mois en purgeant EEE de ses principaux bogues opérationnels.

Professionnalisme

Afin de pallier sa gestion catastrophique des effectifs l’administration décidait de faire peser les efforts sur les personnels du CRNA-Ouest : elle imposa unilatéralement deux changements de tour de service puis une baisse des droits à absences.

Pourtant, conscients de leurs rôles, les ICNA ont alors montré, par professionnalisme, qu’ils étaient prêts à faire des efforts concertés en votant la mise en place d’une XP conforme au protocole 2016. De plus, dans cette période de croissance, il est important de signaler le niveau de sécurité optimal atteint : comme en témoigne le récent record du plus faible nombre de HN ramené aux 100 000 vols.

Modernisation, délais, sécurité, espace, RH, indéniablement, les ICNA du CRNA-Ouest ont rempli leur part du contrat, ce constat est partagé bien au-delà de notre syndicat allant même jusqu’aux félicitations de Bruxelles.

Productivité

Rappelons enfin que la productivité des ICNA du CRNA-Ouest est indiscutablement la plus forte de tous les CRNA, tous les curseurs sont en butée.

Aujourd’hui le sytème est au bord de la rupture ! Symptomatique du niveau d’efforts demandé, les CDS se retrouvent maintenant par manque de candidats à 2 par équipe au lieu de 4.

Après avoir annoncé haut et fort qu’elle ne jouerait pas la prime aux délais, l’heure est venue pour l’administration de donner enfin un signal de reconnaissance des efforts fournis par les personnels.

Reconnaissance nécessaire pour ne pas exacerber le ressenti de l’ensemble de la salle de contrôle et de risquer de laisser derrière nous le temps des bonnes volontés.

2018-02-14 CDA GT Effectif 2018 (0.3 MiB)

Click to share thisClick to share this