Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte
Flux RSS de cette catgorie

Brest — LFRRLe blog de la Section Locale du CRNA Ouest, basé à Brest.

Brest LFRR

0

VOUS FAIRE ENTENDRE… À BREST

Rester maître de l’organisation du travail

  • Mise en place d’une expérimentation en juillet 2017 suite à une consultation voulue par le SNCTA
  • Respect du choix de la salle via une clause de revoyure début 2019 inscrite dans le cahier des charges de l’XP

Sortir du musée, le SNCTA acteur

  • Participation active dans la mise en place de EEE à Brest fin 2015
  • Déploiement des écrans 43’’ réclamés par le SNCTA

Voter SNCTA au CT DSNA, c’est donner du poids à la section locale lors des GT et CT locaux.

Voter SNCTA en CAP, c’est réaffirmer à l’administration locale que le SNCTA est LE syndicat des contrôleurs.

Voter SNCTA au CTM, c’est donner les moyens humains au SNCTA de vous défendre (Cellules retraite, ASAP, CESAME aux services des contrôleurs).

Depuis le 21 par correspondance et les 4, 5 et 6 décembre, un seul choix : voter SNCTA

BI Vous Faire Entendre Vdef (0.7 MiB)

0

Flash Info Brest — VOUS VALORISER… À BREST

Pouvoir d’achat :

  • + 120 € d’ISQ ;
  • + 210 € de supplément d’ISQ étalé sur 3 ans ;
  • + 1 niveau de fonction pour les 24 ECL et les facilitateurs FH ;
  • + 500 € brut lié à la mise en place de l’expérimentation.

Si la baisse du pouvoir d’achat est terminée, maintenant la tendance doit s’inverser.

Chef de salle :

  • Grâce au travail de la section locale, l’accès à la fonction est simplifié et la pénurie de CDS maîtrisé ;
  • La forte hausse du trafic et la baisse des effectifs a complexifié la gestion de salle. Les CDS gèrent jusqu’à 18 secteurs simultanément.

La reconnaissance de la fonction doit être à la hauteur des enjeux.

Retraite :

  • Gain protocolaire 2016 : 32 000 € supplémentaires les 13 premières années

Objectif taux de remplacement à 70 %

Les 4, 5 et 6 décembre, un seul choix : voter SNCTA.

Tout notre programme sur sncta2018.fr.

BI Vous Valoriser (0.7 MiB)

0

VOUS RENFORCER… …À BREST

Vision nationale

  • Assurer la formation des recrutements en dimensionnant l’ÉNAC en ICA
  • Travailler sur une vision nationale en cherchant une méthode juste et transparente des affectations au travers d’un dimensionnement en en effectif de référence en salle et hors salle
  • Convaincre les politiques par l’argumentation — et non le blocage — sur la nécessité de recruter en étant présent au sein des instances décisionnelles
  • Recruter massivement pour compenser les effectifs actuels insuffisants et faire face à l’augmentation du trafic aérien

Déclinaison locale

  • Remplir les places ouvertes aux concours ICNA en assurant la promotion de la profession auprès des classes préparatoires bretonnes
  • La mise en place de l’XP, suite au travail fourni par la section locale, a permis de garantir 25 % minimum de droit à absences l’été et le retour des recyclages non dirigés qui apportent du congés.

Les 4,5 et 6 décembre, un seul choix : voter SNCTA.

Tout notre programme sur sncta2018.fr

BI Vous Renforcer (0.7 MiB)

0

Le SNCTA : le syndicalisme des contrôleurs, par les contrôleurs, pour les contrôleurs

La méthode et la politique du SNCTA pour défendre les intérêts des contrôleurs : utiliser avec pragmatisme les deux armes de la négociation et du conflit.

« Le SNCTA n’est pas à priori contre ». En quelques mots, cette décision de congrès en dit long sur l’état d’esprit qui anime le syndicat : le syndicat sait utiliser la négociation avec l’administration pour parvenir à obtenir les avancées qu’il souhaite pour la profession. Il est prêt également à étudier les demandes d’évolutions que celle-ci peut lui présenter. Mais en cas de blocage des négociations, soit parce que l’administration refuse de céder à des revendications importantes, soit parce qu’elle veut passer en force sur des sujets non-négociables, il sait également utiliser en dernier recours l’arme de la grève.

La logique protocolaire, dont il a été l’initiateur historique, a depuis longtemps été sa méthode de fonctionnement. Il n’est pas toujours facile de signer un protocole car il contient inévitablement quelques concessions faites à l’administration. Mais cette méthode a permis de 1988 à 2010 des avancées statutaires et indemnitaires absolument majeures.

Depuis 2010, il faut que les syndicats signataires représentent la majorité des personnels aux dernières élections. Le protocole 2010 a ainsi été dénoncé par des syndicats qui en ont demandé l’annulation. Bien qu’ils aient été déboutés par le juge administratif, en pleine crise financière, ce protocole 2010 n’a pas été appliqué.

Le protocole 2013 a rassemblé des syndicats représentant une majorité des personnels de la DGAC, mais, apportant des réponses insuffisantes aux revendications des contrôleurs, il n’a pas été signé par le SNCTA.

Le SNCTA, avec d’autres syndicats représentant la majorité des personnels de la DGAC, a signé le protocole 2016 , qui a été largement mis en oeuvre dès 2017.

Seul syndicat présent aux Assises du Transport Aérien, le SNCTA est aujourd’hui l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics pour négocier l’avenir de la profession.

Voter SNCTA aux prochaines élections, c’est préférer au blocage une politique de négociation active pour le prochain protocole

Le SNCTA est un syndicat professionnel et apolitique dont l’unique objet est de participer à l’avenir et à l’amélioration de la profession des contrôleurs.

Carrière

Le SNCTA défend et travaille à la valorisation de la fonction contrôle. Il défend par ailleurs l’accès des ICNA à tous les postes d’encadrement de la DSNA et leur accès au corps des IPEF (le corps de l’encadrement supérieur). Il a obtenu la sécurisation du recrutement interne des TSEEAC par examen professionnel (7,5 %) et sélection professionnelle (7,5 %). Il améliore sans cesse les passerelles des ICNA vers la DSAC et la DTI, afin d’y diffuser l’expertise des contrôleurs.

Statut et formation

Le SNCTA a obtenu que la formation initiale des ICNA soit de haut niveau et il œuvre constamment à l’améliorer. Nous restons attachés à ce que la formation pratique soit assurée par des contrôleurs qui maintiennent leurs mentions d’unité valides car cela garantit la qualité de la formation au contrôle.

Effectifs

Le SNCTA revendique une politique de recrutement permettant de faire fonctionner les services dans des conditions de travail optimales, respectueuses de la vie privée et qui limitent la fatigue sur position.

C’est dans cette optique que le SNCTA travaille à la reconnaissance d’une méthode de définition globale d’un effectif de référence national opposable aux pouvoirs publics.

Organisation du travail, mobilité, retraites, modernisation technique, maintien de primes, budget annexe, fonction publique d’état… sont autant de sujets sur lesquels le SNCTA continue d’apporter sa force de travail et son expertise.

Les effectifs ne doivent plus être un item protocolaire, un cadeau fait par l’administration aux personnels. Le SNCTA travaille à faire reconnaître une méthode objective de définition d’un effectif de référence national.

Les acquis du SNCTA pour la profession : des décennies de progrès social.

Le SNCTA obtient le droit de grève en 1984. En 1988 il initie la logique protocolaire qui permet des avancées essentielles pour la profession parmi lesquelles :

Statut : un tournant pour notre profession.

En 1988, lors du premier protocole, le SNCTA est à l’origine de la création du corps des ICNA. C’est depuis lors que les ICNA sont recrutés à bac+2 scientifique et bénéficient d’une formation multi qualification à bac+5 menant à un corps d’ingénieurs catégorie A de la fonction publique. C’est aussi depuis cette époque que les ICNA ont une formation de pilote privé et une subvention annuelle d’entraînement aérien.

Organisation du travail : des acquis fondamentaux à protéger.

Le SNCTA obtient en 1991 le principe du 1 jour sur 2, en 1997 la semaine de 32 heures, en 2010 les VRO. En 2016, des expérimentations sur l’organisation du travail qui respectent le travail en équipe et conduisent en période de pointe à augmenter le nombre de vacations (chaque vacation supplémentaire créditant une journée de récupération afin de garantir le 1 j/2) et à en réduire la durée.

Risques d’inaptitude : des protections vitales pour notre métier

Le SNCTA a obtenu qu’un ICNA inapte au contrôle conserve son avancement et l’intégralité de ses primes. Il a négocié avec la mutuelle Harmonie Fonction Publique un contrat spécifique aux contrôleurs qui maintient leurs primes en cas d’inaptitude médicale au travail.

La cellule CESAME répond gratuitement à TOUS et en toute confidentialité à toutes questions portant sur le domaine médical.

Retraites : améliorer notre retraite de fonctionnaire à carrière courte.

En 1994, le SNCTA créé l’allocation temporaire complémentaire (ATC).En 2012, il obtient le complément individuel temporaire (CIT), qui complète l’ATC afin que le manque de trimestres cotisés ne diminue pas la retraite d’un ICNA arrivé à la limite d’âge de son corps.

La cellule retraite fournit des estimations personnalisées des retraites à venir

Carrière et revenus : des revalorisations importantes et régulières.

L’indice brut terminal du corps a été multiplié par deux en 18 ans. En 2006 le SNCTA obtient pour les ICNA l’accès au hors échelle A, réservé à l’encadrement supérieur de la fonction publique. Au protocole 2016, il obtient l’accès au hors échelle B et aux emplois fonctionnels accélérateurs de carrière.

La cellule ASAP intervient pour tout problème ou question concernant les rémunérations ou le déroulement de carrière.

En 2006 le « PC pour tous » accélère la carrière de tous les contrôleurs d’approche.

En ce qui concerne les primes, le SNCTA obtient : en 1994 la création de l’ISQ, en 1994 la NBI, en 2000 le supplément d’ISQ, en 2006 le « PC pour tous », en 2017 à l’occasion de la création du nouveau système indemnitaire une revalorisation des primes équivalentes à 5 % de l’ensemble des revenus (10 % dans le cadre d’une XP).

Le syndicalisme, c’est la défense de la profession par la profession elle-même. Une somme d’efforts, de combat et beaucoup de persévérance.

Mais au final, c’est en suivant cette voie que la profession s’est façonnée et a pu obtenir le niveau de reconnaissance dont elle bénéficie aujourd’hui.

À l’heure des bilans, le SNCTA ne peut qu’évoquer avec fierté les avancées dont il est à l’origine. Tout notre programme sur SNCTA2018.fr

Les 4, 5 et 6 décembre : à qui faites-vous confiance pour vous défendre ?

Bilan SNCTA2018 (0.2 MiB)

0

Élections professionnelles : 3 scrutins, 3 raisons de voter SNCTA

Scrutin « CAP »

Ce scrutin ne se limite pas aux critères de mutation. Voter SNCTA, c’est réaffirmer à tous (DGAC, pouvoirs publics, …) que le SNCTA est LE syndicat des contrôleurs. 

Localement comme nationalement c’est le scrutin qui définit le poids du SNCTA chez les ICNA. 

Scrutin « CT de proximité »

Voter SNCTA, c’est permettre au SNCTA de faire entendre fortement votre voix dans tous les GT et CT locaux et nationaux.

Scrutin « CT ministériel »

Voter SNCTA, c’est donner au SNCTA les moyens humains de vous aider et vous défendre au quotidien. En effet, c’est le résultat de ce scrutin qui permet au SNCTA d’obtenir du temps syndical pour les contrôleurs qui sont chaque jour à votre écoute et à votre service (cellules CESAME, ASAP, Retraite).

Les 4,5 et 6 décembre, pour que le prochain protocole soit en faveur des contrôleurs,

un seul choix : voter SNCTA.

Tout notre programme sur sncta2018.fr

BI 3 Scrutins Vdef (0.6 MiB)

0

Élections professionnelles : tout ce que vous devez savoir

Les différents scrutins

Scrutin CAP

C’est le scrutin qui permet d’évaluer la représentativité du SNCTA chez les contrôleurs ICNA et TSEEAC au niveau local (dans chaque bureau de vote spécial) et au niveau national.

Défendre les intérêts individuels des ICNA ou des TSEEAC dans le respect du statut ou des usages du corps, telle est la mission des Capistes du SNCTA qui ont une grande expérience et bénéficient de l’expertise unique du SNCTA sur le statut des contrôleurs. Au-delà des CAP, ils participent de près aux différentes instances et cellules du SNCTA qui informent et assistent les contrôleurs dans leurs démarches.

Le vote en CAP n’est pas un vote pour des critères de mutation. Les différents critères des organisations syndicales aboutissent dans les faits à des résultats assez proches. Lors du dernier mandat, il n’y a eu que 3 votes en moyenne pour 100 candidatures sur lesquelles il y avait désaccord entre les OS. Par ailleurs, l’administration centrale a ses propres critères qui sont ceux appliqués grâce à la voix prépondérante de son président : l’avis de la CAP n’est au final que consultatif.

Pour le SNCTA, le combat à mener n’est pas celui de critères qui, au final, sont très proches. Le vrai combat est celui du droit à la mobilité. Le SNCTA se bat chaque année pour qu’il y ait suffisamment d’AVE ouverts dans les centres attractifs.

Voter SNCTA en CAP ICNA et TSEEAC, c’est réaffirmer à nos différents interlocuteurs (DGAC, Pouvoirs publics, classe politique, médias ou compagnies aériennes) que le SNCTA est LE syndicat des contrôleurs.

Scrutin CT de proximité

Le SNCTA présente des listes dans les scrutins suivants : CT DSNA, CT ÉNAC, CT SEAC Polynésie française, CT DAC Nouvelle Calédonie. Ce scrutin permet de déterminer la représentativité du SNCTA dans les différentes instances locales et nationales. Par exemple, les résultats du scrutin CT DSNA servent à attribuer les sièges en CT local, CT DO, CT DSNA et CT DGAC. Il sert également de base aux calculs des représentativités pour les CHSCT et les comités d’action sociale.

Voter en CT de proximité, c’est donner du poids aux représentants SNCTA pour les questions locales et nationales.

Scrutin CTM

Le CTM examine les questions relatives à l’ensemble des personnels du ministère de la transition écologique et solidaire, du ministère des Transports et des directions ou établissements publics qui leur sont rattachés. Cela concerne donc plus de 76 000 personnes parmi lesquelles seulement 4 000 contrôleurs.

Le CTM présente peu d’intérêt pour les contrôleurs dans la mesure où les rares textes qui les concernent ont préalablement été discutés et négociés au niveau DGAC. Par conséquent, le SNCTA n’est pas prêt à faire des alliances contre-nature pour obtenir un éventuel strapontin dans cette instance qui n’est qu’une chambre d’enregistrement du CT DGAC. En revanche, de ce scrutin, dépendent les moyens nécessaires au fonctionnement national du SNCTA et notamment les quotas de temps syndicaux.

Voter en CTM, c’est donner au SNCTA les moyens humains de fonctionner et de défendre les contrôleurs (CESAME, ASAP…).

Les modalités du scrutin

La représentativité des syndicats se mesure lors des élections professionnelles qui ont lieu désormais tous les quatre ans. C’est le moment où les personnels répondent à la question : « à quel syndicat faites-vous confiance pour vous défendre ? ».

Lors des élections, les personnels sont en réalité invités à voter pour trois scrutins différents donnant différentes représentativités par corps, nationale ou locale :

  • la commission administrative paritaire du corps d’appartenance (CAP ICNA, CAP TSEEAC, etc.) ;
  • le comité technique de proximité (CT DSNA, CT ÉNAC, etc.) ;
  • le comité technique ministériel (CTM).

Les kits de vote seront remis à tous les contrôleurs par les services administratifs locaux au plus tard le 23 novembre.

Le vote par correspondance consiste à remettre les différents éléments du vote au service administratif soit en déposant son vote au service administratif en avance soit en envoyant celui–ci par voie postale. Attention, il faut que le courrier arrive au plus tard le 6 décembre à 16 heures dernier délai.
Le vote à l’urne aura lieu les 4, 5 et 6 décembre 2018.

Attention, s’agissant du CTM, le vote à l’urne n’est possible que le 6 décembre. Les 4 et 5 décembre, il est toutefois possible de voter à l’urne pour la CAP et le CT de proximité et « par correspondance » pour le CTM en remettant les éléments du vote au service administratif qui tiendra le bureau de vote.

Passé le 26 novembre, si votre kit n’est pas arrivé ce n’est pas normal, contactez votre service administratif ou votre section locale SNCTA.

Le vote par correspondance et par anticipation est possible dès réception du kit de vote, mais le courrier doit arriver avant le 6 décembre à 16 h.

Les instances du dialogue social

Les comités techniques (CT)

  • Au niveau des organismes ou des SNA, les CT examinent les questions relatives au fonctionnement des services, notamment les tours de service en salle de contrôle ou l’organisation des congés. Les notes de services y sont votées ;
  • Au niveau de la DO et de la DSNA, sont traitées les décisions relatives aux effectifs (BO, GS 32 heures, GT Effectifs) et aux problématiques des systèmes techniques ;
  • Au niveau de la DGAC, le CT traite des textes réglementaires (statut, indemnitaire, carrière, etc.) ;
  • Au niveau du ministère, le CT examine les questions relatives à l’ensemble des personnels du ministère de la transition écologique et solidaire, du ministère des Transports et des directions ou établissements publics qui leurs sont rattachés. Cela concerne donc plus de 76 000 personnes. Les textes déjà discutés et finalisés en CT DGAC y sont formellement présentés.

Les comités d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail (CHSCT)

Les CHSCT ont pour objectif de contribuer à la protection de la santé et de la sécurité des personnels ainsi que d’améliorer leurs conditions de travail. Il existe un CHSCT DGAC et des CHSCT des organismes ou des SNA.

Les commissions administratives paritaires (CAP)

Il existe une CAP pour chaque corps de la Fonction publique : ICNA, TSEEAC, etc. Elles traitent des questions individuelles relatives à la carrière des personnels : la mobilité bien sûr, mais aussi la titularisation, l’avancement et les éventuels problèmes disciplinaires.

Les comités d’action sociale

Ces comités sont responsables des décisions relatives à l’attribution d’allocations sociales individuelles ou collectives (berceaux, subventions restauration, subventions des associations nationales et locales de l’aviation civile, etc.). Au niveau national, il existe un comité central d’action sociale (CCAS) et 3 grandes associations (UNASACEM, ANAFACEM et ARAMIS). Au niveau local, il y a 13 comités locaux (CLAS).

Les 4, 5 et 6 décembre : à qui faîtes vous confiance pour vous défendre ?

CDA 3 Explication Du Scrutin (0.2 MiB)

0

Flash Info Brest — Changement de code et zone ORCAM

Le SNCTA fait le constat d’un maillon faible récurrent dans la chaîne de sécurité en-route de la DSNA : les problématiques liées au changement de code SSR entre les zones ORCAM.

Il regrette que les propositions de réduction de risque reposent actuellement uniquement sur les contrôleurs.

Le SNCTA demande à ce qu’une réflexion technique globale soit enfin proposée afin de pouvoir avancer de façon pérenne sur cette problématique.

La section locale portera cette demande et enjoint la DSNA à l’accompagner dans cette démarche.

BI Zone ORCAM Vdef (0.6 MiB)

0

CDA Brest — Les dossiers de la rentrée 2/2

Alors que la salle de contrôle de Brest a su se réorganiser pour faire face à la demande des compagnies, la section locale regrette le retard pris par l’administration sur les dossiers technique et espaces, domaines où les marges de progression sont pourtant considérables tant sur la sécurité que sur la performance.

Technique

Attendues des personnels en salle de contrôle depuis très longtemps, des évolutions majeures sont en cours de déploiement. S’il est facile de freiner par pur dogmatisme toute évolution, être un syndicat responsable et pragmatique consiste en premier lieu à travailler dans le sens d’évolutions techniques apportant confort et sécurité à la profession.

Ainsi, le SNCTA se félicite enfin de la mise en service programmée des paramètres avion descendant prévue fin octobre qui apporteront indéniablement un gain de temps (accès au cap, point de Mach et vitesse indiquée), mais surtout une couche de sécurité fondamentale pour assurer nos missions (accès au niveau sélecté par le pilote et alarme DSAM = Downlink Selected Adherence Monitoring).

À plus long terme, c’est-à-dire après le déploiement des positions 4F dans le cadre du projet MUSC de ré-urbanisation de la salle de contrôle (été 2019), ce sont les futurs écrans 43 pouces, qui offriront enfin une amélioration du confort ergonomique nécessaire pour faire face au trafic actuel. À l’origine de leur demande, grâce au travail coordonné des sections bordelaise et brestoise depuis 2015, le SNCTA salue cette avancée considérable qui fait déjà l’unanimité au sein du CRNA Sud-Ouest.

Petit bémol ergonomique cependant, la section locale s’inquiète du positionnement inadapté de l’écran MSS dont l’utilisation opérationnelle grandissante est en décalage complet avec son positionnement physique prévu actuellement. Espérons ici que le bon sens prévaudra.

Dans l’ensemble, si ces évolutions sont à accueillir positivement, elles ne suffisent malheureusement pas à effacer les préoccupations quotidiennes des agents quant à la robustesse du matériel utilisé. En effet, la panne récente du STIP est encore dans tous les esprits (les conclusions finales du REX sont toujours attendues) et il est clair que la route est encore longue pour que les ICNA retrouvent la confiance nécessaire dans leurs outils techniques.

Pour le SNCTA, il est notamment impératif de consolider les procédures de gestion de situation dégradée et de lever les flous actuels inacceptables sur les mesures à appliquer en temps réel. La fonction de chef de Salle étant suffisamment complexe en l’état, l’administration se doit de leur donner les moyens suffisants pour remplir leur mission.

Notons par ailleurs que comme le craignait la section locale, des agents du CGEDD (conseil général de l’environnement et du développement durable) ont été mandaté par notre ministre de Transport, Mme Élizabeth Bornes, pour mener un audit sur la sécurité et la technique notamment suite a la médiatisation des événements récents. Dans le cadre de cet audit, le bureau national du SNCTA a été reçu et à défendu les compétences, la Just Culture et le professionnalisme des contrôleurs aériens qui garantit un haut niveau de sécurité.

Espace

S’il est vrai que le centre doit répondre à un enjeu majeur européen du FREE Route (engagement de la DSNA au 1er janvier 2022), et que cela va accaparer un nombre considérable de ressources humaines, le SNCTA déplore le peu d’avancées notables sur les autres dossiers d’envergure et regrette que le CRNA Ouest semble ne pas tenir son rang d’acteur majeur sur ce plan.

En effet, nous déplorons notamment l’immobilisme du projet ELIXIR (dédoublement de l’axe AMB) qui conduit encore à rerouter le trafic UK-Baléares sur le déjà très saturé RESMI. Il est maintenant temps que la DO prenne enfin ses responsabilités sur ce dossier.

Par ailleurs, comment ne pas s’interroger sur la situation ubuesque vécue par les contrôleurs du CRNA Ouest encore amenés à contrôler des avions en espace G ?

Si nous comprenons que les approches ont elles aussi leurs contraintes (technique, RH, formation), ces problématiques ne peuvent suffire à justifier la lenteur de ce dossier ouvert depuis déjà trop longtemps. Mais au-delà des décisions à prendre sur les scénarios en cours entre les approches de Nantes et de Rennes, cette délégation d’espace ne peut être cohérente si elle laisse de côté la question centrale de la reprise du Cotentin.

Les bénéfices attendus pour le CRNA Ouest par la mise en œuvre de ce projet sont conséquents :

  • environ 20 % des délais du centre sont en effet directement ou indirectement imputables au maintien inutile d’un secteur où les contrôleurs de CRNA font un travail d’approche ;
  • le temps de qualification des agents en formation est allongé de plusieurs mois par l’appréhension de ce secteur si particulier.

Nos managers, par leurs absences de décisions doivent assumer la responsabilité de ces délais !

Afin de pouvoir espérer une mise en service à l’automne 2019, et ainsi laisser suffisamment de temps aux approches pour s’adapter aux nouveaux espaces avant l’été, le SNCTA demande que le scénario retenu par la DSNA sur ces projets soit validé au CT DO d’octobre 2018.

Dénoncées il y a peu dans le rapport Capo-Canellas, les errances de notre administration sur le plan technique ne sont pas de nature à rassurer les contrôleurs brestois encore échaudés par la panne du 26 juin. Si l’arrivée des paramètres descendants et des écrans 43’’ devraient marquer une avancée notable sur le plan du confort et de la sécurité, le SNCTA souhaite par ailleurs que l’administration fasse enfin aboutir les dossiers aussi importants que le dédoublement d’AMB et la remontée des approches au FL 195.

CDA Rentrée 2:2 Vdef 1.3 (0.2 MiB)

0

CDA Brest — Les dossiers de la rentrée 1/2

Table de réunion avec des fauteuils vides autour, une coche verte et une croix rouge dessus

S’il est encore trop tôt pour pouvoir tirer un bilan clair et exhaustif de l’été aéronautique, la section locale du SNCTA vous propose de revenir sur quelques uns des points chauds de la rentrée.

Augmentation et évolution du trafic

En 2018 le trafic a continué d’augmenter au CRNA Ouest mais la progression est plus lente que les 3 années précédentes : + 1,19 % sur l’été aéronautique.

Qualitativement le trafic a aussi varié : en effet, on observe une reprise des vols à destination du Maghreb (Tunisie, Égypte, Turquie), ce qui a pour conséquence une nette augmentation de l’ordre de 5 % sur les secteurs Est, cluster déjà saturé, et une stagnation sur les blocs Nord et Sud. Étant donné le contexte géopolitique actuel, cette tendance devrait perdurer, voire se renforcer dans les prochaines années.

Consultation XP en janvier

D’ici peu la salle aura accompli un été aéronautique entier dans le nouveau cadre expérimental. Le SNCTA souhaitait attendre d’avoir ce recul nécessaire pour pouvoir se pencher sur les remarques remontées par les représentants d’équipes lors des réunions CSXP (comité de suivi des expérimentations). Il apparaît d’ores et déjà qu’une fois appropriées, les évolutions proposées par ce cadre expérimental ont été appréciées par une très large majorité de PC. Depuis longtemps défendue par le SNCTA comme axe central de gestion de la fatigue, la réduction de la durée des vacations semble aujourd’hui faire consensus. Ceci ne doit cependant pas cacher que des améliorations sont souhaitables sur certains points. Le SNCTA restera à l’écoute de la salle et de ses adhérents, et répondra par le travail aux points soulignés. C’est le principe même d’une expérimentation telle que défendue par le SNCTA qui travaille sur le sujet et appelle les autres OS à le rejoindre dans cette dynamique.

C’est précisément en ce sens, et parce qu’elle permet aux contrôleurs de garder la main, que la clause de revoyure associée à la mise en place du tour de service XP a été voulue et défendue par le SNCTA. Il est pour nous évident que les ICNA en salle de contrôle devront à nouveau être consultés en janvier 2019 pour savoir s’ils valident ou non la poursuite de l’expérimentation.

Effectifs

Conformément à la demande du bureau de section locale, les capistes du SNCTA ont exigé (cf. résultats CAP Corps juin 2018), que les postes non pourvus soient à nouveau proposés lors de la CAP de décembre. Les derniers AVE non-pourvus pour le CRNA-Ouest devront être compensés. En effet, bien que cette solution ne soit pas complètement satisfaisante, elle permet néanmoins de gérer la pénurie jusqu’au prochain GT Effectifs.

Il est cependant clair que la ventilation actuelle ab-initio ÉNAC / AVE ne correspond plus aux besoins du CRNA Ouest et qu’elle produit des résultats insuffisants. La section locale demande donc que ce curseur soit réajusté en conséquence.

Gestion de salle

Les récentes modifications portées par le SNCTA sur les pré-requis nécessaires pour postuler chef de salle ont permis de répondre temporairement à la problématique de déficit de candidatures pour la fonction. Cela ne résout pas tout. Il faut continuer à travailler pour apporter une solution pérenne à cet enjeu majeur.

D’une part, une réflexion doit être menée au niveau national afin d’apporter des solutions globales à la non-attractivité de cette fonction centrale pour la profession.

D’autre part, il faudra pouvoir répondre aux spécificités locales du CRNA-Ouest : la difficulté de gestion de la salle pour la plus grande sub. de France amenée à superviser jusqu’à 18 UCESO. En ce sens, la réponse temporaire sur les problématiques ATFCM comme le passage à 18 ACDS qui devrait être validé au prochain CT DO le 16 octobre 2018, est une étape nécessaire pour permettre à la salle de Brest de mieux appréhender l’augmentation du trafic à venir.

Recyclages

Suite à un travail réalisé par le SNCTA, la section locale a fait le constat d’une large disparité dans les volumes de recyclages par équipe (sur les quatre dernières années, le différentiel peut aller jusqu’à 120 recyclages par an entre deux équipes), ce qui a notamment pour conséquence directe une forte iniquité entre les agents tant pendant la période hivernale où ces ressources peuvent offrir un confort aux agents en salle que pendant l’été où c’est véritablement le droit à congés qui est concerné.

Si à ce jour nous ne disposons pas de solutions parfaites pour résoudre cette problématique, nous souscrivons néanmoins à l’ouverture de ce débat entre les équipes afin que ce sujet ne soit plus écarté de la table et nous continuerons de travailler au sein du GT GPSC afin de parvenir à un juste équilibre.

Des efforts reconnus

Enfin, la section locale constate que les agents répondent de façon professionnelle aux changements opérationnels permanents ainsi qu’au défi constant de l’augmentation du trafic.

En ce sens, à l’instar de ce qui se fait dans d’autres centres, le SNCTA réclame que ces efforts soient récompensés par l’octroi de journées exceptionnelles de « reconnaissance » attribuées en 2019.

 

Les contrôleurs brestois ont une nouvelle fois répondu présent en s’adaptant à la demande du trafic par l’organisation du temps de travail. En attendant les bilans de sécurité et de performance à venir, la section locale du SNCTA restera moteur sur les préoccupations des agents et s’engage à consulter la salle pour la poursuite du cadre expérimental.

Cda 1 Rentree 1-2 25/09/2018 (0.1 MiB)

0

Breizh Info — Sensationnalisme médiatique : un jeu dangereux

Le 26 juin dernier, une chaîne de graves dysfonctionnements conduisait le CRNA aux événements que chacun connaît.

Si le jour même, le SNCTA exigeait un REX de la part de notre encadrement, nous souhaitons revenir aujourd’hui sur l’emballement médiatique opportunément instrumentalisé par certains, en opposition aux valeurs que nous portons pour défendre la profession.

Le SNCTA rappelle qu’un procureur de la République peut, sous sa propre initiative, décider d’ouvrir une enquête. Entretenir une sur-médiatisation sensationnaliste démagogique sur le sujet par simple opportunisme, et risquer une procédure judiciaire dont nul ne maîtrise les conséquences, est au minimum irresponsable pour les agents concernés.

Le SNCTA demande un REX interne conforme au principe de « Just Culture » prôné au sein de la DSNA, condition indispensable à l’amélioration globale de la sécurité.

Le SNCTA dénonce depuis des années le retard technologique de la DSNA et est au premier plan pour porter la voix des contrôleurs sur le sujet, il choisit cependant de le faire par un travail de fond au sein d’instances ad-hoc et non par démagogie au travers de déclarations choc.

Voilà déjà 6 mois que le SNCTA a obtenu un audit sur l’obsolescence technologique à la DSNA (audit présenté aux OS en GSPST le 29 juin dernier — lire le CDA du BN « Modernisation technique de la DSNA : déclenchement du filet de sauvegarde »).

Le SNCTA n’a jamais cessé de dénoncer l’obsolescence technologique à la DSNA, obsolescence qui place les contrôleurs aériens en première ligne. Le SNCTA accompagnera par le travail les outils à venir (Mode S descendant, écrans 43 pouces, 4F) afin qu’ils répondent aux besoins de la salle.

2018-07-26 BI Médiatisation LFRRv3 (2.9 MiB)

Pages:123456