Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte
Flux RSS de cette catgorie

Orly - LFPOLe blog de la section locale de Orly

orly tour

0

L’ECP et l’ECL, on vous explique tout

Le règlement 2015/340 amène des changements majeurs en imposant plus de traçabilité et de contraintes pour proroger la mention d’unité et la mention linguistique. Outre les formations obligatoires au PCU, justifier d’un exercice régulier ne suffira plus à proroger une MU, il faudra également passer des évaluations des compétences pratiques (ECP). Outre les formations inscrites au PIFA, il faudra désormais passer une évaluation des compétences linguistiques (ECL).

Renouveler sa MU : examinateur et ECP

À partir du 1er janvier 2017, tous les contrôleurs devant renouveler leur mention d’unité devront passer des évaluations des compétences pratiques dans les trois mois précédant la fin de validité de celle-ci. Ainsi, les premières ECP pourront avoir lieu à partir du 1er octobre 2016 pour les contrôleurs devant renouveler le 1er janvier 2017…

La durée de validité des MU devant passer à 3 ans (voir le CDA no 761), un contrôleur devrait par conséquent être concerné par les ECP tous les 3 ans.

Ce sont les examinateurs chargés de faire passer les tests pour l’obtention de la mention d’unité qui feront également passer les ECP.

Évaluation sur position « dédiée » ou « continue »

Deux types d’évaluations pratiques sont validées par la DSAC :

  • l’évaluation continue qui recueille l’avis d’un ou plusieurs examinateurs ayant travaillé avec le contrôleur sur une période bien définie (voir la FAQ ci-après) ;
  • l’évaluation dédiée, qui fait intervenir un examinateur pour une séance d’évaluation unique et déterminée d’une durée maximale de 1 h 30.

Chaque organisme détermine les modalités locales de mise en œuvre des ECP dans son PCU.

Renouveler sa ML : évaluateur et ECL

Pour proroger une mention linguistique (ML) dont la validité se termine après le 1er janvier 2017, il faudra soit :

  • avoir passé un test agréé par la DSAC permettant de valider un niveau 4, 5 ou 6 ;
  • avoir suivi intégralement un PIFA et passé une ECL dans les trois mois qui précèdent la fin de validité de la ML. L’évaluation ne pourra pas être comptée dans les heures du PIFA de l’évaluateur ou de l’évalué. Cette procédure ne permet de proroger qu’un niveau 4 (quel qu’ait pu être le niveau de la ML précédente).

Évaluation « en formation » ou « sur position »

L’ECL peut être réalisée de deux façons :

  • lors d’une action de formation (ECLF) : l’évaluateur contrôleur assiste à un cours d’anglais spécifique animé par un linguiste et donne un avis favorable ou défavorable aux contrôleurs concernés par la prorogation de ML en fonction des critères en vigueur (prononciation, structure, vocabulaire, aisance, compréhension, interactions) ;
  • sur position de contrôle (ECLP) pour les contrôleurs dont les organismes auront été agréés par la DSAC. La liste de terrains éligibles à l’ECLP, définie en fonction du pourcentage de vols réalisés par des équipages anglophones, n’est pas encore totalement figée puisque la DSAC a demandé des compléments d’informations sur certains terrains (SNA AG, SNA OI, Montpellier et Nîmes notamment).

Une nouvelle fonction : évaluateur

Pour pouvoir être évaluateur, il faudra avoir suivi avec succès une formation (en langue anglaise, of course) à l’ÉNAC et être nommé dans son organisme. Tout contrôleur détenteur d’une MU et d’une ML valides peut prétendre devenir évaluateur. Aucun autre critère ne justifie un refus de candidature. Des critères locaux, décidés avec les représentants des contrôleurs, pourront permettre de départager les candidats.

Pour une ECLP, l’évaluateur doit évidemment détenir la même MU que l’évalué (sauf cas particulier d’un instructeur régional qui serait aussi évaluateur).

Pour une ECLF, l’évaluateur doit détenir une MU valide et des mentions de qualification en cohérence avec celle du contrôleur évalué. Ainsi, un contrôleur d’approche peut évaluer un contrôleur d’approche ou d’aérodrome, un contrôleur d’aérodrome ne peut évaluer qu’un contrôleur d’aérodrome et un contrôleur de CRNA ne peut évaluer qu’un contrôleur de CRNA.

ECP/ECL : contestations, échec et recours

Si, à l’issue d’une ECP ou d’une ECL, l’examinateur ou l’évaluateur a un doute, il peut demander une nouvelle évaluation. À l’issue de cette seconde évaluation, un avis doit obligatoirement être rendu et, s’il est négatif, le contrôleur est déclaré en incapacité temporaire : il sort provisoirement du tour de service.

Une commission spéciale, dont la composition varie en fonction des organismes, est chargée de traiter les contestations et les recours concernant les évaluations pratiques et linguistiques, ainsi que les cas d’échecs.

Mesures sociales

L’application concrète du règlement 2015/340, vecteur de contraintes nouvelles pesant sur les contrôleurs, a donné lieu à d’âpres négociations protocolaires. Le SNCTA a obtenu de substantielles améliorations du parcours de carrière pour les examinateurs et évaluateurs. Les fonctions d’examinateurs et d’évaluateurs :

  • bénéficieront d’un niveau d’EVS supérieur à celui du contrôleur exerçant la MU du centre : environ 70 € de plus pour les ICNA et les TSEEAC ;
  • favoriseront, chez les ICNA, l’accès au grade d’Ingénieur en Chef en faisant, comme un détachement, « tourner le compteur » à hauteur de un an pour un an.

En tout, plus de 700 postes d’examinateurs et d’évaluateurs permettront d’avoir accès à ces mesures (un chef d’équipe ou chef de quart nommé examinateur ou évaluateur ne rentrera pas dans ce quota) :

  • 4 par équipe (et par zone) en CRNA et à Roissy ;
  • 20 % du BO des organismes pour les SNA.
Le SNCTA ne partage pas la vision anglo-saxonne du « tout-test » prônée par l’EASA. Cependant, il a travaillé à ce que les évaluations imposées répondent parfaitement et uniquement à l’objectif réglementaire qui vise à prouver le haut niveau de compétence des contrôleurs. Il a également veillé à ce que la mise en œuvre de ce règlement respecte aussi le fonctionnement opérationnel, facteur de sécurité et d’efficacité. Il a par ailleurs réussi à obtenir des garanties essentielles : la formation type PIFA est préservée et les contrôleurs seront évalués par leurs pairs sur position partout où cela est réalisable. Enfin, les fonctions d’examinateurs et d’évaluateurs seront mieux reconnues.

Voilà pour le cadrage national. Les modalités d’application locales seront définies lors du CT du mardi 13 septembre. Le SNCTA vous y représentera pour s’assurer que le cadrage local respecte le professionnalisme et le travail fourni par les agents.

CDA n° 12 — L’ECP et l’ECL, on vous explique tout (501.7 KiB)

0

CR Nord — Tous en grève

Stop

Le conseil régional Nord s’est réuni les 26 et 27 mai au CRNA Est. Il a débattu du protocole en cours de négociation.

Aucune mesure retraite, pas encore de chiffre de recrutement pour 2017, pas de plan de recrutement au-delà, des revalorisations de seulement 85 € brut mensuel pour l’ensemble des contrôleurs pour 4 ans, solde de tout compte pour 10 ans d’inflation… Le conseil régional estime que le volet social de la V1 du protocole est insultant compte tenu des contraintes réglementaires toujours plus nombreuses ainsi que des gains de productivité imposés aux contrôleurs depuis plusieurs années maintenant.

Face à la hausse du trafic aérien et à la baisse conjuguée des effectifs, il constate la nécessité opérationnelle à Reims et à Roissy notamment de mettre en place au plus tôt une organisation plus capacitive et plus robuste afin d’assurer l’écoulement du trafic. Le conseil régional exige en contrepartie de cette augmentation de la fluidité du trafic une revalorisation indemnitaire conséquente. Il refuse toute expérimentation compte tenu des montants actuellement proposés par l’administration. Il est irresponsable que cette dernière utilise comme levier de négociation la pression ressentie par les contrôleurs sur le secteur, en particulier à Reims.

Face au mépris affiché par les pouvoirs publics,
TOUS EN GRÈVE les vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 JUIN 2016 !

À l’échelle locale, le Conseil Régional :

  • exige que la publication du rapport sur le SIV Ouest parisien soit accompagnée d’une décision sur le scénario retenu ainsi que d’un calendrier pour sa mise en œuvre ;
  • exige un plan d’action immédiat pour remettre à niveau l’organisme de Melun Seine défini en concertation avec SDRH ainsi que la DO côté technique, espace comme performance. Les fermetures temporaires de certains secteurs ne sont que des pis-aller à l’origine d’incidents contrôle pour les organismes repreneurs dont il convient de tirer d’urgence les conséquences ! En complément, le SNCTA rappelle qu’il demande le rattachement de Seine au SNA RP ;
  • s’alarme de la situation de sous effectif qui s’installe à Beauvais ;
  • exige que des perspectives claires soient données aux personnels de MNL pour lesquels la souffrance au travail devient palpable ;
  • dénonce le non respect des règles de dialogue social à Orly mais également au SNA NE. Il mandate le bureau régional pour prendre les actions nécessaires à un retour aux pratiques telles que définies dans la convention nationale de dialogue social.

CRN16-0527 Communiqué (1.5 MiB)

0

Briseur de grève ? Carton rouge !

Arbitre siflant un carton rouge

Les sections SNCTA, SNNA-FO, SPAC-CFDT et USAC-CGT dénoncent l’atteinte au droit de grève portée à Orly le mardi 26 janvier 2016.

En effet, les personnels de J3 n’étaient plus protégés par les régulations pré-tactiques, levées sur une déclaration préalable du chef de tour, sans même solliciter les agents concernés.

L’USAC-CGT et SNNA-FO avaient pourtant relayé l’appel à la grève de leurs confédérations, le SNCTA ayant pour sa part déposé un préavis spécifique.

Pour rappel, la déclaration préalable n’existe pas au sein de l’aviation civile. Nous ne tolérerons pas une nouvelle démarche de ce genre.

Grève — carton rouge ! (198.8 KiB)

0

Retour vers le futur

Voiture Delorean

Si par chance vous trouvez une machine pour voyager dans le futur, voici ce que vous allez découvrir en janvier 2017 : IR ATCO, alias 2015/340, LE nouveau règlement pour la licence de contrôle européenne.

Une chose est claire, TOUTES les compétences du contrôleur pourront être remises en question : évaluation des compétences linguistiques, examens pratiques pour le renouvellement des mentions d’unité… Et même, possibilité pour le prestataire des services de navigation aérienne de déclarer unilatéralement l’incapacité temporaire d’un contrôleur ?

Le règlement 2015/340 est une réalité européenne !

Le SNCTA veille à ce que ces nouvelles obligations ne se résument pas en un énième coup bas porté à notre profession.

Le futur est proche, les contrôleurs d’Orly sauront réveiller leur force si nécessaire…

CDA 015 - Retour vers le futur (549.4 KiB)

0

F-SDRH, do you read me?

Arbitre siflant un carton rouge

La section locale, suite aux demandes du service restées lettres mortes, a de nouveau saisi son bureau national au sujet de la formation initiale et des projets en cours.

Le BN a ainsi adressé les courriers suivants au SDRH et au DSNA.

CDA 014 - Do you read me (569.2 KiB)

Courrier DSNA Orly (153.1 KiB)

Courrier SDRH Orly (145.8 KiB)

1

Pontoise, seul à la dérive...

gyrophraes

Cela fait maintenant un an que l’équipe de contrôle de Pontoise est livrée à elle-même : absence cruelle d’encadrement, un effectif qui plafonne à 8 PC pour un BO de 12. Les services administratifs basés à Orly sont en manque de personnel et ne peuvent faire face aux questions concernant la gestion de notre terrain. Aujourd’hui, les agents sont excédés par cette situation qui n’a que trop duré. Dans un contexte national où les économies se font à tous les niveaux, les petites structures se sentent abandonnées !

  • D’innombrables remboursements de missions en souffrance depuis des mois ;
  • Un PFU inapplicable faute de personnel ;
  • Un projet de SIV Ouest sans expertise des contrôleurs concernés ;
  • Des tâches administratives qui se multiplient…

Tel est notre quotidien…

La section SNCTA de Pontoise demande immédiatement un soutien logistique pour faire face à l’ensemble des tâches ainsi qu’un assouplissement de certaines règles de fonctionnement. En outre, afin d’évoquer ces problèmes, la section demande une réunion bilatérale avec la chef d’organisme avant le CT du 10 décembre prochain.

CDA 01 - Pontoise, seul à la dérive ... (543.7 KiB)

0

AMAN 3 pour l’encadrement ?

l_futur-ecommerce

La section locale, lors de la bilatérale du 2 novembre, a pu aborder certains points transverses, concernant les équipes comme les subdivisions : effectifs, moyens, SYSAT…

Le bilan ? Bien que nos demandes soient justifiées et raisonnables, face à un manque cruel de ressources, de décisions et de (bonne) volonté, les contrôleurs devront (encore) attendre…

La section locale a donc saisi le bureau national afin de faire valoir certaines de nos demandes directement auprès de SDRH, faute de réponses de l’encadrement local : demande de mandats examinateurs supplémentaires, demande de ressources supplémentaires pour SYSAT, et demande d’affectations rapides en subdivision contrôle.

Analyse, décisions, priorités… sous le casque, c’est l’essence même de notre job. Visiblement, celles de l’encadrement ne visent pas à améliorer nos conditions de travail. Et pourtant…

Il est temps qu’une prise de conscience majeure ait lieu : rien ne se fera sans les équipes, ni les subdivisions !

CDA 013 - AMAN3 pour l'encadrement ? (628.9 KiB)

0

La vigie provisoire, on vous dit tout !

Tour de contrôle d'Orly

Aujourd’hui, dans les Reines du Shopping spécial « réaménagement de la vigie », vous devrez vous débrouiller avec un thème imposé (SYSAT), un temps imparti (2018), et un budget limité (des bouts de ficelle). Pour vous aider, vous disposerez d’une arme secrète : la vigie provisoire aveugle !

Hélas, ceci n’est pas une fiction…

Si vous avez le goût du risque, rien de tel qu’un petit détour par la coursive de notre salle IFR, qui deviendra prochainement une vigie provisoire. Une salle IFR en plein milieu… par hasard, ça ne gênerait pas la visibilité des contrôleurs sur leur plateforme ? Pas de problème ! L’encadrement a pensé à notre « confort » (sic) et envisage de nous installer des caméras. Elles seront homologuées « outil de contrôle » ? Ça, l’histoire ne le dit pas…

Sans parler du reste : durée des travaux, isolation thermique, isolation phonique, maintien de la formation en vigie provisoire, ergonomie des positions de contrôle, …

La section locale demande, malgré l’acharnement thérapeutique, une étude transparente comparant la création d’une nouvelle tour avec le réaménagement de l’actuelle, en tenant compte de TOUS les paramètres.

La vigie provisoire, on vous dit tout ! (1.0 MiB)

0

L’immobile, c’est l’inexorable ?

Panneau danger : autruche la tête dans le sol. Comportement à risque

La section locale du SNCTA a pu traiter de nombreux sujets avec le service lors d’une bilatérale le 25 septembre.

Si certaines de nos demandes ont été plutôt bien reçues, d’autres ont été l’objet de véritables provocations et affronts envers les contrôleurs. Tout particulièrement le cas de la vigie provisoire, qui fera l’objet de notre prochaine communication.

Une mise au point très ferme concernant les pressions que l’encadrement a exercées sur les CDT lors des travaux de cet été a eu lieu. La gestion des capacités appartient exclusivement aux CDT en service. Aucun doute n’est permis quant au professionnalisme des contrôleurs d’Orly qui font leur maximum pour optimiser l’écoulement du trafic avec un haut niveau de sécurité !

Par ailleurs, la section locale a abordé les problèmes de charge de travail des CDT et des examinateurs, le bug des détachements 12-36, et la vigie provisoire, qui fera l’objet de notre prochaine communication.

Prochain RDV le 2 novembre en bilat’ pour faire un point sur nos demandes, et aborder d’autres sujets importants : nomination des CDQ, GT ORTOL, préparation de SYSAT, suivi du GT Formation Initiale…

CDA 012 Orly - L'immobile, c'est l'inexorable ? (551.7 KiB)

0

Rien ne va plus, mobilisons-nous !

gyrophraes

À Orly comme ailleurs, l’administration fait la sourde oreille et joue dangereusement avec notre statut et nos conditions de travail. Il est temps d’inverser le rapport de force. Après le boycott général du CT de ce jour, l’heure de la mobilisation a sonné.

À Orly, 1 an après l’AG :

  • Point Merge enterré… et rebaptisé ORTOL !
  • Des postes en sub. toujours vacants
  • Encore et toujours du bricolage dans une tour vieille d’un demi-siècle !

Au niveau national, pas mieux :

  • Indemnité de compensation de la CSG abusivement supprimée
  • Refonte des primes (RIFSEEP) avec baisse à la clé
  • Hausse des taux de redevances, actée il y a 1 an, remise en question par la Commission européenne

Mobilisons-nous pour notre centre en décrépitude, 2e approche de France ! Ensemble, agissons et posons les micros les 2 et 3 juillet prochains.

FI Orly 2015 01 Vf (1.4 MiB)

Pages:12