Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte
Flux RSS de cette catgorie

SNA NORD EST - LFST LFJL LFSBLe Blog des sections locales du SNA Nord Est

Bannière SNA Nord Est

0

LFST - Dialogue social encore piétiné

images

   Suite à la précipitation du GT, le SNCTA avait demandé au BN d’intervenir dès lundi matin, le 04/09, afin que ce dernier ne soit pas conclusif et pour donner un peu de temps à la réflexion. Une cacophonie mal (ou bien) orchestrée s’en est suivie, mettant en cause la section et ses intentions. Nous avons immédiatement demandé à être reçu par le chef SNA et le chef SE afin de mettre les choses au clair et de discuter des suites à donner au GT (timing de présentation des TdS proposés, méthode de concertation à employer etc…).

Contrairement à ce qui a pu être dit ou répété, le syndicat n’a JAMAIS été opposé à la moindre consultation ! Il nous apparaissait simplement important de calmer le rythme et de laisser le temps au dialogue et à la discussion malgré un calendrier restreint. Dès jeudi matin, le 07/09, et pendant 1h30 de « dialogue » en biiatérale avec l’encadrement local, le SNCTA a pu présenter ses arguments. Nous avons donc exprimé nos réserves quant au timing de la consultation, nous avons également souligné la nécessité d’étudier la mise en place de mesures conservatoires associées aux différents TdS. Nous nous étions engagés auprès de l’administration à revenir vers eux pour leur faire part de la position du SNCTA sur le timing souhaitable et les modalités de la consultation (nombre de tours de vote, vote par mail, vote pondéré etc) après avoir discuté avec nos adhérents l’après-midi. Nous avons donc fait parvenir à la première heure le lendemain matin les positions du SNCTA sur les sujets évoqués précédemment. Sans réponse en fin de journée, nous avons donc décidé de recontacter notre administration afin de connaitre les suites données à notre mail.

Coup de théâtre ! au mépris de tout dialogue social nous apprenons que notre encadrement a décidé de procéder à la consultation dès le lundi suivant (nous demandions à ce qu’elle ne débute qu’en fin de semaine) et qu’il serait hors de question de mentionner la moindre mesure conservatoire pour expliquer et faire face aux dégradations prévues dans les TdS soumis au vote. Par ailleurs, nous demandions à ce que le CT prévu le 4 octobre soit repoussé pour laisser le temps à la consultation : qu’à cela ne tienne, le chef SNA NE l’a avancé au 29 septembre ! Ces décisions ont été prises le soir même suivant notre bilatérale avec l’administration, sans même attendre notre réponse !

De toute évidence, le dialogue social à Strasbourg est inexistant. Nos chefs SNA et SE, qui se targuent d’apprécier la partie dialogue social liée à leur fonction, auraient bien besoin d’une formation sur le sujet ! Lorsqu’on reçoit une OS en bilatérale et que l’on convient de se recontacter rapidement sur un sujet, la moindre des choses est de ne pas prendre de décisions sans connaitre les positions des différentes parties ! Nous prenons bonne note de tout le crédit que l’encadrement accorde à l’opinion du SNCTA Strasbourg dont les membres sont majoritaires chez les ICNA encore présents dans le centre !

 

Une fois encore le dialogue social est bafoué à Strasbourg. Le dialogue social ne signifie pas passer 1h30 dans un bureau à entendre d’une oreille sourde les recommandations d’une OS. Il est grand temps que l’administration locale le comprenne avant qu’il ne soit trop tard…

0

LFST -TDS dégradés

Print

LES FAITS

  • L’effectif de notre centre chute rapidement.
  • Accorder 3 congés par équipe, 8 mois dans l’année, est un DROIT et le SNCTA a su le faire valoir.
  • Les TDS proposés prévoient tous des créneaux où 2 contrôleurs manqueront par rapport aux statistiques d’ouvertures de position sur l’année 2016 fournies par la DO.
  • Sur la base de ces statistiques, le représentant de la DO proposait un BO de 50 à Strasbourg que toutes les OS ont rejeté.

Ce que défend le SNCTA

Le SNCTA a conscience des risques induits par le sous-effectif, les ICNA doivent pouvoir travailler en sécurité. Nous défendons la mise en place de mesures simples, modulables en fonction du trafic réel et ciblées sur les créneaux les plus vulnérables.

Des exemples de mesures préventives pourraient être :
– Modification des PPR : le CdT approuvera les trainings à Baden uniquement sur sa vacation
– Création d’un NOTAM stipulant que les entraînements VFR sont susceptibles d’être limités. Rien de neuf, rien de systématique, juste une mise en garde pour prévenir les usagers
– Mise en place de régulations A TFCM fines et ne pénalisant pas le trafic prévu, mais qui éviteront un pic de trafic dû au jeu des retards.

Ces mesures, le SNCTA voulait les voir proposées aux contrôleurs de Strasbourg lors de la consultation mais l’administration ne veut rien entendre. En empêchant ce volet de figurer à la consultation, à l’issue du vote elle pourra toujours afficher une apparence de dialogue mais NON, ce dialogue est inexistant. LE SNCTA VEUT SIMPLEMENT UNE CONSULTATION SANS CENSURE, voilà pourquoi nous avions demandé du temps.

LES CRAINTES

Le SNCTA estime prématuré de voter un tour pérenne alors que notre effectif va encore beaucoup évoluer et que le BO n’est toujours pas révisé. Aucun des tours proposés ne fonctionne dès lors que l’effectif descend en- dessous de 47 PC en équipe et cela risque d’arriver rapidement: il faudra donc à ce moment retravailler l e TDS. T ravailler sur un TDS pérenne basé sur le « nouveau » BO ( N contrôleurs par équipe) et ses TDS dégradés associés (N-1, N-2) permettrait de traiter le problème du TDS à Strasbourg une bonne fois pour toutes.

De plus, le GT est allé tellement vite qu’il n’a pas eu le recul nécessaire pour évaluer l’impact d’une montée à 6dans les équipes à 8, ou encore au volume horaire des chef de tour qui feront beaucoup plus de nuits que les PC, notamment dans le cas des nuits à 2.

Pour avoir un dialogue cohérent et laisser le temps de la réflexion aux contrôleurs le SNCTA demandait qu’un compte rendu de GT soit diffusé aux agents avant le début de la consultation et la mise en place d’un volet non exhaustif de mesures de protection pour les agents. L’administration n’a accédé à aucune de ces demandes, une fois encore tant pis pour les contrôleurs et tant pis pour la sécurité des usagers. Face à ce mépris des agents sur position le SNCTA saura renvoyer l’administration à ses responsabilités en cas de problème de sécurité !

 

LFST2017-0909 FI TDS Dégradés (1.1 MiB)

0

LFST - CT SNA-NE et révisions de BO

Main avec un panneau « stop » écrit « Staff shortage !!! » sur la paume

UNE SEULE REELLE BONNE NOUVELLE PARMI BEAUCOUP D’INCERTITUDES ET DE DESILLUSIONS

RENCONTRES LOCALES DO ET REVISION DE BO

CT SNA-NE du 5 mai

Interceptions à 2500 ft : enfin ! Cela fait maintenant plus de 2 ans que la section locale du SNCTA œuvre sans relâche afin que l’altitude d’interception à 2500 ft en QFU 23 réapparaisse sur les cartes. C’est maintenant chose faite et les contrôleurs peuvent à nouveau utiliser cette possibilité pour assurer la gestion du trafic en toute sécurité et en toute sérénité. Et il aura fallu de multiples bilatérales, un GT méthode et plusieurs relances en CT pour arriver à ce résultat : le SNCTA, qui s’est battu seul sur ce sujet, ne peut que regretter qu’il soit si fastidieux et si long d’assurer aux contrôleurs les moyens de travailler surtout quand on constate que la suppression de cette possibilité s’est faite en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire…

Procédures en Allemagne : Encore un dossier que le SNCTA porte seul depuis 2 ans. Toujours aucune amélioration en vue puisque les annonces faites au CT SNA-NE d’avril 2016 sont loin de s’être concrétisées! En effet, non seulement les procédures permettant aux contrôleurs strasbourgeois de retrouver une méthode de travail sûre et efficace en Allemagne n’ont pas été publiées mais la DFS nous a gratifié de modifications de procédures majeures du jour au lendemain sans aucune coordination préalable avec notre administration locale.

Ni les tentatives de la subdivision contrôle, ni celles de notre ancien chef de service exploitation, ni même celle promise par le Directeur des Opérations n’ont abouti.
Il est donc plus que temps que ce problème soit traité dans les plus brefs délais au niveau de l’échelon central.

Un gonio pour hier : Comme à chaque CT local, le SNCTA (souvent rejoint en séance par d’autres OS) demande que le gonio de Lorraine soit maintenu et même remplacé. Par ailleurs, le SNCTA demande à ce que ce même gonio soit utilisé pour enfin bénéficier de cet outil dans notre SIV.

Compte tenu du retard colossal de l’arrivée de SYSAT (groupe2) et du coût très modéré de cet outil dont l’utilité pour les contrôleurs n’est plus à démontrer, le SNCTA exige que la DO révise sa politique de déploiement ou plutôt de démontage des gonios.

Stage chef de tour local: Une note de service obligeant les CDQ à suivre le stage CDT local dans la première année de leur mandat a été « validée » en CT contre l’avis du SNCTA. Nous regrettons que cette note soutenue sans réserve par l’USAC CGT n’ait pas du tout été discutée au préalable avec les OS et qu’aucun amendement n’ait pu être ne serait-ce qu’envisagé en séance.A la fin du CT, le chef SE nous a proposé ainsi qu’à l’USAC de travailler ensemble afin de voir comment la note pouvait être amendée. Nous avons particulièrement apprécié que la note initiale soit publiée la veille de notre bilatérale devant, entre autres, porter sur ce sujet. Encore un bel exemple du respect du dialogue social à Strasbourg.

NBT Le chef SNA-NE l’a assuré, les contrôleurs peuvent toujours compter sur une « entrée » dans le NBT en février 2018. Les problèmes d’étanchéité ont été réglés, les meubles de la salle IFR et ceux de la vigie sont en cours d’installation. Concernant le plastique des stores, une solution serait en passe d’être trouvée… Néanmoins, l’espace (en termes de bureaux) disponible dans le NBT s’avère insuffisant depuis de nombreux mois. Le SNCTA avait déjà demandé à ce que l’extension (prévue dans le projet initial) soit étudiée et qu’un dossier soit préparé. Le dossier est en cours mais très loin d’être finalisé et il est certain que les travaux ne débuteront pas en 2018.

Local syndical Depuis plusieurs années maintenant, la section locale se fait promener d’un interlocuteur à un autre afin d’obtenir un local syndical dédié tel que le prévoit la convention de dialogue social. Si d’autres sujets plus importants ont pris le pas localement, la façon dont est traité ce dossier rajoute encore au ‘’ras-le-bol’’ qui se fait de plus en plus ressentir. La section locale exige que le dossier pour l’extension du NBT soit établi et examiné rapidement, en tenant compte de nos droits.

Effectifs et révisions de BO 

Dans le cadre du protocole, l’administration mène une campagne de révision de la méthode de calcul des BO et par là même une révision des BO. A ce titre, la section locale a rencontré la DO à deux reprises : une première fois pour que l’on nous présente les travaux statistiques effectués et le BO en découlant, une seconde fois afin de discuter des spécificités locales. Comme cela était prévisible, il a été impossible de se mettre d’accord sur un nouveau chiffre de BO. Tout d’abord parce que la politique d’affectation employée jusqu’à présent n’est pas bonne : comment valider une baisse de BO alors même que de par la politique actuelle un agent qui part en mutation n’est effectivement remplacé que 2 ans après (temps d’affectation + temps de qualification) ?

Par ailleurs, il paraissait illusoire de valider un nouveau chiffre alors même que le GT issu du protocole n’a pas encore statué sur le sujet… C’est la raison pour laquelle aucun nouveau BO n’a été validé lors du dernier CT DO.

Pendant ce temps, les campagnes de mutation se poursuivent et le centre va devoir continuer à faire face à la baisse des effectifs. Si l’on ne peut que se réjouir que les agents aient obtenu leur nouveau poste, la section locale s’inquiète de la chute drastique des effectifs subie par le centre. Sans nouveau qualifié et une fois les mutations de la dernière CAP de juin effectuées, toutes les équipes seront à 8, soit un effectif en équipes de 48 (voire même 47+1 décharge d’activité syndicale) pour un BO reconnu de 58 ! Il est urgent que le GT avance afin de pouvoir travailler sereinement sur un nouveau tour de service.

Seul point positif au tableau : notre travail au niveau local et national a fait changer les lignes de l’administration et va certainement permettre d’assurer les droits à congés tels que la loi nous l’autorise. Il ne sera donc pas possible de limiter les absences à 2 dans les équipes à 8 plus de 4 mois dans l’année.Ce droit indispensable a été notre préoccupation principale des dernières semaines et nous sommes satisfaits d’avoir obtenu gain de cause sur ce point.

La situation des effectifs est maintenant critique à Strasbourg, il est urgent d’y affecter de nouvelles ressources. En attendant, le SNCTA ne transigera pas sur les droits à absences des contrôleurs tout en s’assurant que les conditions de travail ne soient pas dégradées en salle. Les contrôleurs ne paieront pas, sur position, la politique d’affectation calamiteuse de l’administration.

LFST2017- 0623 CDA 64 (1.7 MiB)

0

CR Nord — Tous en grève

Stop

Le conseil régional Nord s’est réuni les 26 et 27 mai au CRNA Est. Il a débattu du protocole en cours de négociation.

Aucune mesure retraite, pas encore de chiffre de recrutement pour 2017, pas de plan de recrutement au-delà, des revalorisations de seulement 85 € brut mensuel pour l’ensemble des contrôleurs pour 4 ans, solde de tout compte pour 10 ans d’inflation… Le conseil régional estime que le volet social de la V1 du protocole est insultant compte tenu des contraintes réglementaires toujours plus nombreuses ainsi que des gains de productivité imposés aux contrôleurs depuis plusieurs années maintenant.

Face à la hausse du trafic aérien et à la baisse conjuguée des effectifs, il constate la nécessité opérationnelle à Reims et à Roissy notamment de mettre en place au plus tôt une organisation plus capacitive et plus robuste afin d’assurer l’écoulement du trafic. Le conseil régional exige en contrepartie de cette augmentation de la fluidité du trafic une revalorisation indemnitaire conséquente. Il refuse toute expérimentation compte tenu des montants actuellement proposés par l’administration. Il est irresponsable que cette dernière utilise comme levier de négociation la pression ressentie par les contrôleurs sur le secteur, en particulier à Reims.

Face au mépris affiché par les pouvoirs publics,
TOUS EN GRÈVE les vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 JUIN 2016 !

À l’échelle locale, le Conseil Régional :

  • exige que la publication du rapport sur le SIV Ouest parisien soit accompagnée d’une décision sur le scénario retenu ainsi que d’un calendrier pour sa mise en œuvre ;
  • exige un plan d’action immédiat pour remettre à niveau l’organisme de Melun Seine défini en concertation avec SDRH ainsi que la DO côté technique, espace comme performance. Les fermetures temporaires de certains secteurs ne sont que des pis-aller à l’origine d’incidents contrôle pour les organismes repreneurs dont il convient de tirer d’urgence les conséquences ! En complément, le SNCTA rappelle qu’il demande le rattachement de Seine au SNA RP ;
  • s’alarme de la situation de sous effectif qui s’installe à Beauvais ;
  • exige que des perspectives claires soient données aux personnels de MNL pour lesquels la souffrance au travail devient palpable ;
  • dénonce le non respect des règles de dialogue social à Orly mais également au SNA NE. Il mandate le bureau régional pour prendre les actions nécessaires à un retour aux pratiques telles que définies dans la convention nationale de dialogue social.

CRN16-0527 Communiqué (1.5 MiB)

0

Entre deux eaux...

3111818279_1_3_tzBCGUzj

Quoi de neuf à MNL depuis l’été ? Et bien malheureusement pas grand-chose de positif… une administration sourde ou muette selon les sujets, un exploitant qui ne parvient pas à faire décoller sa plate-forme et les conditions de travail des contrôleurs plus que jamais menacées… Comment envisager l’avenir sereinement ?

Le H24 à MNL

Souvenez-vous du printemps dernier lorsqu’une note de la DO remettant en cause la légitimité du H24 à MNL fuitait… Au dernier CT SNA-NE d’octobre il a été confirmé que la révision des horaires ATS n’était pas la priorité de la DO. Comprenez par-là que c’est quand même dans les intentions de la DO mais qu’elle est pour le moment occupée sur d’autres affaires ! Au vu du contexte national sur les effectifs vous noterez bien l’intérêt pour la DO de venir supprimer les nuits à MNL pour réviser notre BO à la baisse et ainsi récupérer quelques ETP… Pour le moment c’est donc statuquo et la DO ne prévoit plus de venir réviser le BO de MNL. Dont acte.

Une situation RH préoccupante

Pour un BO de 14 nous sommes actuellement 13 PC et nous fonctionnons donc en TDS dégradé. Cette dégradation impacte évidemment le H24 ! Malheureusement la projection d’effectifs ne permet pas d’espérer pouvoir être 14 qualifiés pour l’été 2016 et sans doute pas non plus pour l’été 2017… Peut être pour l’été 2018 ?

Ce mode dégradé est donc amené à minima à perdurer et reste soumis aux aléas qui peuvent arriver à chacun d’entre nous. Il est donc raisonnable de penser que dans les mois et années à venir nous serons amenés à tourner à 13, 12, voire 11 au lieu de 14. Comment le H24 peut-il être maintenu dans ces conditions ? Il ne le sera évidemment pas ! Et la DO obtient donc de fait ce qu’elle souhaitait, la fin du H24 ! Les seules discussions porteront sur l’adaptabilité de l’offre ATC à la demande de l’exploitant… Bienvenue au contrôle à la demande ! Le risque pour nous est de subir un rythme du TDS pire que l’actuel et des horaires MacDo…

Pour l’encadrement la coupe est pleine ! Il devient difficile de gérer l’instruction, le TDS, les formalités administratives, les études, la QS, etc… Sans sub., sans marge d’effectif PC, sans contrôleurs détachés, sans assistant… Cela concerne malheureusement tous les groupes E. Les conséquences pour les contrôleurs sont là : certaines informations peuvent nous échapper et se découvrent le jour J, les NOTAM (consultation et diffusion) sont maintenant de notre ressort, les MC se font un peu plus rares, les contrôleurs sont amenés à participer davantage à l’instruction…

Le SNCTA a demandé au dernier CT SNA-NE la création d’un poste de chef de quart instructeur qui aurait le mérite de proposer aux PC une évolution professionnelle et une marge supplémentaire pour élaborer le TDS… Mais l’administration ne semblait pas trop inspirée ni la CGT d’ailleurs… Quelle reconnaissance de notre organisme et de notre implication !

Concernant les effectifs IESSA de MNL ils sont à la baisse également avec un départ non remplacé. Les OE sont à la peine aussi. Nous nous demandons donc si nous pourrons toujours pouvoir compter sur une aide quotidienne en cas de soucis sur les équipements.

Les ambitions pour MNL ?

Les MEQ 2014 sont tombés, et là encore pas de quoi se réjouir ! MNL conforte sa dernière place des centres métropolitains d’approche. Étant donné que l’administration n’a toujours pas statué sur la légitimité et la faisabilité de la reprise d’approche de MNL par Strasbourg, on ne peut que rester dans l’attente du jour où ce dossier nous sera resservi…Mais pour le moment c’est classé secret d’État !

Depuis la volte-face sur ce dossier de reprise d’approche, le SNCTA n’a vu passer aucun projet de consolidation de MNL. Nous sommes au contraire victimes d’une lente agonie. Notre administration est décidément experte dans l’art de donner du temps au temps… Cela suffit ! Quelles sont les solutions envisagées par l’administration pour asseoir la légitimité de MNL comme centre d’approche autrement que par une ligne dans un protocole ? Le SNCTA est tout ouïe.

L’exploitant semble communiquer davantage sur son aéroport mais les résultats ne sont pas au rendez-vous. L’impact qu’aura la création de la future grande région Alsace-Champagne-Ardennes sur les subventions et investissements destinés à l’aéroport de MNL inquiète les salariés de l’exploitant, qui se sont mis en grève en octobre dernier. Par ailleurs l’exploitant envisage une fermeture de piste totale d’un mois en mars 2016. Cela pourrait bien modifier durablement à la baisse le planning des vols, déjà rachitique, des compagnies aériennes qui opèrent à MNL…

Concernant les équipements que nous utilisons, qu’en est-il du maintien du gonio après 2018 ? Qu’en est-il de la fiabilité du groupe électrogène pour travailler en conditions LVP ? Qu’en est-il de l’avenir de la maintenance régionale lorraine pour garder à jour nos équipements ? Après la disparition de la DSAC locale bientôt le tour de la maintenance ?

Quel est le programme de la DSNA pour MNL ? Y a-t-il des moyens disponibles pour ce centre ? L’exploitant parviendra-t-il à développer ses lignes ? Pour le moment, la section SNCTA ne voit à l’horizon qu’une lente détérioration et surtout une absence totale d’ambitions. Si la DSNA souhaite maintenir une approche à MNL, qu’elle s’en donne les moyens ! Pour le SNCTA le sketch a assez duré !

CDA 4 Entre Deux Eaux (844.8 KiB)

0

CT SNA NE : Trop tard et trop peu !

gyrophraes

Le premier CT SNA ne depuis les élections professionnelles de décembre 2014 s’est enfin tenu le jeudi 1er octobre (aucun ne s’etait tenu depuis pres d’un an). Apres de nombreux reports et annulations, le SNCTA regrette que de nombreux points aient été traités dans la précipitation pour que la réunion ne déborde pas sur l’après-midi…les OS ont été plus que patientes, l’encadrement aurait pu l’être aussi !

NBT ou l’arlésienne

Malheureusement le chef SNA NE nous a confirmé que la date d’entrée des contrôleurs dans le NBT n’interviendrait pas avant le premier semestre 2018. Depuis le dernier CT il y a un an, cette date a été repoussée d’un an. Seul le SNCTA a jugé cette situation inacceptable ! L’encadrement local espérait parvenir à réduire ce retard si la DTI acceptait de déléguer lest âches qu’elle n’est pas en mesure d’assumer… sans succès !

Non contents de choisir les projets sur lesquels elle accepte de « travailler », la DTI souffre visiblement d’une administration inefficace et laxiste ! Et ne parlons pas de la DO qui se révèle incapable de prendre ses responsabilités en ne rendant pas un arbitrage qui aurait permis au projet de NBT de Strasbourg de ne prendre que 6 mois de retard supplémentaire (et pas 1 an) !

Pendant ce temps la grande maison DSNA se targue de moderniser ses tours via les réseaux sociaux, les contrôleurs de Strasbourg apprécieront…

En attendant, l’administration locale se doit de mettre tout en œuvre pour s’assurer que les conditions de travail des contrôleurs ne se dégradent pas et que leurs outils de travail restent aussi performants que possible. Le SNCTA ne tolèrera pas que les contrôleurs subissent les errements de management de projet de l’administration.

Espaces

Lors du dernier CT SNA NE, le SNCTA avait demandé à ce qu’une étude sur le SIV jointif entre Strasbourg et Lille soit demandée en CT DO. Aujourd’hui, le projet s’est transformé en étude dont le mandat a été émis par la DO. Le SNCTA s’en félicite et demande à ce que ce mandat soit transmis aux OS.

La section locale de Strasbourg a demandé à ce qu’un projet de déplafonnement des espaces de Strasbourg soit traité en question diverse du CT. Cette question a été abordée et le projet semble déjà en route (l’encadrement des différents organismes concernés a semble-t-il déjà échangé sur le sujet). Nous sommes très satisfaits de constater que le service exploitation avance dans la même direction que nous sur ce sujet.

Cependant, le SNCTA insiste sur la nécessité de prendre en compte l’expertise des contrôleurs dans la conduite de ces deux projets d’envergure. Il faut rapidement que les contrôleurs soient associés à l’élaboration des divers scenarii dans chacun des projets. Il serait dommage que, comme trop souvent, les projets soient ralentis car déconnectés de l’opérationnel.

Procédures

Depuis les changements de méthode de travail imposés aux contrôleurs dans la gestion du trafic à Baden et à Lahr, le SNCTA pousse l’administration locale à agir pour que cette situation ne perdure pas. Le chef SNA a enfin envoyé un courrier à son « homologue » de la DFS début août, mais à ce jour, aucune réponse n’a été reçue. Le SNCTA a exigé et obtenu une date butoir pour que la question soit portée via la DO en cas de non réponse de la DFS : la limite est fixée au mois de novembre. Le SNCTA n’abandonnera pas : il est urgent que les procédures nécessaires soient publiées et que les contrôleurs retrouvent les moyens de travailler.

Depuis de nombreux mois, le SNCTA propose une solution au chef de service afin que la publication de l’altitude d’interception à 2 500 ft soit à nouveau rendue possible. Le chef de service exploitation souhaite que la SUB Etude ré-analyse les séparations stratégiques afin « d’obtenir une vision globale ». Cette stratégie incompréhensible à nos yeux rajoute encore des délais à la publication d’une procédure qui aurait dû intervenir il y a des mois ! Là, seul le SNA NE est en cause : nul autre n’est responsable de ces atermoiements injustifiés.

La section locale n’aura de cesse de rappeler à notre chef SE et au chef SNA NE qu’il est urgent d’agir enfin pour que les contrôleurs retrouvent un peu des moyens qui leur ont été confisqués et qu’ils puissent faire leur travail en toute sérénité !

TECHNIQUE : une lueur d’espoir

Les tentatives de la DTI pour améliorer notre détection radar en travaillant sur Grand Ballon ont échoué. La mise en place du WAM (Wide Area Multilateration) n’est pas prévue avant 2018 et compte tenu du retard que prennent tous les projets techniques de la DSNA, il serait illusoire de croire que cette échéance sera respectée.

Dans ce contexte de désillusions, le chef SNA a annoncé en séance que : « une solution pour régler définitivement nos problèmes de radar est en passe d’être trouvée ». Pour l’instant, cette solution miracle reste un mystère tant le chef SNA est resté vague sur le sujet : on nous a promis une annonce avant la fin de l’année… nous sommes impatients de l’entendre.

Lors du dernier CT, la section locale du SNCTA avait mis le point gonio à l’ordre du jour et demandé à ce qu’il soit conservé à Strasbourg (il était sur la liste des gonios qui devaient être démantelés). Dans les mois qui ont suivi, le SNCTA a obtenu de l’administration que le gonio soit maintenu à Strasbourg.

En revanche, et malgré des demandes répétées, le gonio de Metz Nancy Lorraine sera démonté avant 2018 et ce en dépit du fait que cet outil pourrait être utilisé pour enfin bénéficier d’un gonio sur les secteurs SC et SIV. Le SNCTA continuera à œuvrer afin que ce gonio, comme celui de Strasbourg, soit pérennisé : cette demande est d’autant plus légitime que le SIV de Strasbourg va s’étendre vers le Nord Ouest (projet de SIV jointif avec Lille) !

L’administration a décidé de supprimer le bureau CDQ CDT du NBT afin de « donner » le bureau en question à la SUB Étude qui en avait besoin pour un de leur agent. Tout ceci bien sûr sans en avertir le GT NBT ou les agents directement concernés ! Belle preuve de communication et de transparence !

Local syndical

Le SNCTA demande depuis plus d’un an que le SNA mette à sa disposition un local syndical dans le NBT : pour rappel, cela aurait dû être pris en compte dans le projet du NBT (voir le décret no 82-447 du 28 mai 1982). L’administration a « oublié » de prévoir ces espaces et annonce qu’elle n’a plus de bureaux disponibles (dans le projet initial le service administratif n’était pas prévu… encore un « oubli ») ! Le SNCTA exige qu’une solution soit maintenant trouvée sans délai afin qu’il puisse disposer d’un local dans le bâtiment du SNA NE lui permettant d’exercer son droit syndical dans de bonnes conditions. Le chef SNA NE semble avoir enfin trouvé une solution : espérons qu’elle puisse être rapidement mise en place afin que le dialogue social puisse s’apaiser.

Le SNCTA demande à ce qu’un CT soit convoqué avant la fin de l’année 2015 (comme le prévoit le règlement intérieur). Nous attendons de réelles réponses à nos questions et des solutions aux problèmes locaux qui n’ont que trop duré.

LFST-151025 CDA62 (1.9 MiB)