0

Faisons nous respecter, restons mobilisés

CES QUELQUES JOURS QUI FERONT TOUTE LA DIFFÉRENCE !

Alors que le secrétariat d’état validait enfin un document reconnaissant la spécificité des contrôleurs et leur volonté d’adaptation aux contraintes du trafic, les confédérés tentent le dernier baroud d’honneur, en tirant les grosses ficelles. Il est temps de rappeler quelques vérités

Un peu d’histoire: Le SNCTA a toujours été le principal acteur des grandes avancées chez les ICNA :

  • Le statut ICNA alors qu’ils étaient contre,
  • Le PC pour tous, alors qu’ils étaient contre,
  • Le HEA pour tous, alors qu’ils étaient contre,
  • Plus généralement l’accord licence, alors qu’ils nous accusaient de ruiner la DGAC,
  • Et bientôt peut-être, la prise en compte du temps de formation dans l’avancement de carrière dans les centres difficiles, au-delà du 36ème mois (motion votée en congrès). Seront-ils contre ?

Bas les masques Ces marchands d’immobilisme nous accusent aujourd’hui de porter atteinte à l’unité de la DGAC ! Rappelons-leurs qu’ils ont signé le dernier protocole sur le dos des contrôleurs… rémois en particulier ! La logique protocolaire, le SNCTA l’a portée avant qu’elle ne soit dénaturée, faisant avancer toute la DGAC avec elle ! La nouvelle méthode de dialogue social présentée lundi dernier est une véritable avancée. Elle permet que chaque problématique soit négociée à son niveau de compétence (DGAC, DSNA, Corps de métier). Une problématique exclusivement ICNA serait ainsi discutée avec ses représentants. Est-ce trop demander ?

Les tentatives de déstabilisations aux niveaux local ou national ont déjà commencé. Leur vrai objectif est de remettre en cause cette nouvelle forme de dialogue social moderne et respectueux des agents, pour in fine diluer la voix des ICNA dans de plus gros ensembles. Il ne leur est pas question d’agir dans l’intérêt suprême de la                 DGAC, mais bien dans celui de leurs centrales !

Pendant ce temps à Reims…  L’horloge continue de tourner. Notre FMP prend le problème de dépassement de capa à bras le corps en élaborant avec ses outils, tout un arsenal de mesures inédites (FL-capping horaire, mesures RAD contre les FPL tricheurs). Le SNCTA salue ces initiatives et réaffirme toute sa confiance envers ses ACDS qui font au mieux. Mais cela sera-t-il suffisant pour faire face au trafic estival, sans évolution réelle ?

Heureusement, notre CGT locale a la solution ! Dans son dernier communiqué, elle sortait de ses vieux grimoires, les recettes d’antan, promettant de vous faire passer un merveilleux été à 14,5 UCESO… Basé sur des chiffres fantaisistes ! Réapparaissait alors la 2ème vacation complémentaire signée par son bureau national, contre l’avis de 82 % des contrôleurs rémois. Qui est irresponsable ?

Pas d’accord, pas d’expé ! La position du SNCTA est sans ambiguïté. Sans un accord social- cadre tel que celui présenté le 13 avril, il n’y aura pas de déclinaison locale avec mise en place d’expérimentation. Si les contraintes ICNA et rémoises en particulier ne sont pas reconnues, il saura obtenir la mise en œuvre de mesures de protections drastiques [cf. Plan B].

Tant que cet accord ne sera pas signé, le SNCTA maintiendra son préavis de grève du 29 avril au 2 mai. L’heure est à la prise de décision !

LFEE15-0416 FI Ces Quelques Jours (1.4 MiB)

Click to share thisClick to share this