0

Provocation

Une nouvelle version de l’application mobile du SNCTA est disponible.

Pensez à faire la mise à jour en suivant cette procédure un peu particulière.

Alors que le tour de service expérimental prendra fin le 19 octobre et que les resultats remois n’ont jamais été aussi bons, les contrôleurs pourraient légitimement attendre de leur administration un peu de reconnaissance ou du moins, un peu de répit. Malheureusement il n’en est rien, les provocations se poursuivent et l’administration continue de dissimuler ses crasses arguant de divergences d’interprétation.

La langue française est pourtant bien assez riche pour se comprendre, mais vu le nombre ahurissant de coups bas, il est clair que l’administration ne recherche pas un dialogue social apaisé.

Suivi du protocole

Dans ce cadre local tendu, lundi dernier, lors de la réunion de section, le bureau national du SNCTA est venu présenter aux adhérents rémois les suites des négociations protocolaires.

La première réunion du comité de suivi du protocole s’est tenue le 22 septembre en présence des représentants de la DGAC et des OS signataires du protocole.

Cette réunion portait essentiellement sur la manière dont le suivi protocolaire serait organisé.

De nombreux GT issus des négociations protocolaires vont être réunis dans les mois à venir ; les premières mesures pourront fort heureusement voir le jour rapidement.

Ainsi, la mise en place de l’augmentation de l’ATC à 150 % les deux premières années de retraite va être présentée au vote au parlement et pourra intervenir dès le 1er janvier 2017. Le SNCTA a d’ailleurs obtenu que ce mécanisme soit rétroactif, permettant aux jeunes retraités depuis moins de 2 ans de toucher ce complément au prorata du nombre de mois de retraite déjà écoulés.

Le décret permettant la mise en place du RIS (Régime Indemnitaire Simplifié) a été bleui par Matignon mais sa signature ne pourra intervenir qu’après avoir été présenté en CT DGAC le 21 octobre. Le RIS doit intégrer une partie spécifique pour les expérimentations, permettant à terme de les payer via une prime spécifique. En attendant, l’administration nous a assuré que les expés seront bien mises en paiement au plus tard en mars.

Dans le registre des mauvaises nouvelles, le bureau national nous a informé que la DGAC envisageait sérieusement de ne verser l’augmentation du socle contrôle de 3 % prévue en 2017 qu’à partir du mois de juillet et non pas en début d’année et ce, sans aucun mécanisme de rétroactivité.

L’administration évoque une différence d’interprétation des textes par le ministère du Budget alors qu’elle sait pertinemment qu’une telle décision ne respecterait pas les accords passés lors des négociations protocolaires.

Pour le bureau de section, une telle décision si elle est confirmée, serait inacceptable et périlleuse car elle mettrait en danger les équilibres précaires et grèverait encore plus le peu de confiance que les contrôleurs ont dans leur administration.

Le protocole entériné, les contrôleurs ont respecté leur part du marché. Nous conseillons fortement aux différents interlocuteurs publics de respecter la leur !

Malgré une hausse considérable du trafic, les délais estivaux ont baissé de près de 70 % par rapport à la même période en 2015, année pour laquelle une expérimentation était déjà en cours, et durant laquelle les délais avaient déjà baissés de 42 % par rapport à l’année précédente !

Pour parvenir à ces résultats, les contrôleurs rémois ont accepté à nouveau une réorganisation RH pour s’adapter aux contraintes du trafic. L’expérimentation n’explique bien évidemment pas seule la baisse des délais.

L’excellence du travail des experts locaux en charge du développement et de la mise en place d’outils (4Me, CAP, STAR), ainsi que des mesures FMP (MAC16), conjointes avec nos collègues français, et toujours plus performantes, y ont particulièrement contribué.

Dans un tel contexte, on ne saurait promettre aux ICNA une hausse de 3 % en 2017 et ne leur en faire bénéficier que la moitié de l’année.

CT Local 6 octobre

Mise en œuvre de l’évaluation des compétences

Le thème principal du CT Local du 6 octobre dernier a été l’approbation de la note de service des Évaluations de Compétences Pratiques et Linguistiques (ECP et ECL). Il s’agit de la transposition locale du règlement européen no 2015/340. Celle-ci s’est faite en 2 parties, une Note d’Information Technique de la DSNA (NIT) à vocation nationale ; et une déclinaison locale sous forme de note de service qui rappelle les principes généraux et précise les modalités de ces évaluations à Reims.

Le SNCTA a demandé que soit inscrit l’objectif d’un ECL par équipe dans l’effectif opérationnel, pour arriver à un minimum de 2 évaluateurs pratique et d’un évaluateur linguistique par équipe.

Notons que les mandats d’ECP et d’ECL donnent droit à une modulation de la prime d’EVS dans la limite de 4 par équipe (hors détachés et chef d’équipe).

Nous appelons les équipes à être attentives dans la désignation de leurs représentants afin de permettre à un maximum de personnes de bénéficier de cette prime.

Congés maternité

Le SNCTA a exprimé une nouvelle fois lors de ce CT son mécontentement envers la procédure de relâché imposée aux contrôleurs n’ayant pas exercé leur mention d’unité depuis plus de 3 mois, et plus particulièrement dans le cas du retour des femmes enceintes.

Que l’administration estime qu’en moyenne un délai d’environ 2 mois est suffisant pour être relâché, passe encore. Pour autant, considérer ce délai comme une règle n’est pas concevable.

De même, considérer que tout congé posé durant cette période de 2 mois sera déduit du temps pour se relâcher est injuste, inacceptable et unique chez les contrôleurs français.

Que dire alors de notre exaspération lorsque nous avons appris que le service, par la voix de sa spécialiste exploitation en charge de la gestion des effectifs en salle de contrôle, avait récemment parlé de remise en cause des compétences à une mère en congé maternité ayant posé des congés supplémentaires, et osant émettre des doutes sur sa capacité à être relâchée en seulement 15 jours de travail.

Cette situation ne peut plus durer et la section locale du SNCTA exige que l’administration revoie dans les plus brefs délais sa procédure en concertation avec les organisations syndicales et cesse de faire peser cette odieuse pression sur des personnes déjà soumis au stress du retour en salle.

4-Flight

Le CT Local a été l’occasion de faire un point d’étape sur 4-Flight.

Pour le moment, les délais des différents jalons techniques semblent tenus. Des risques externes (Thalès, DTI) sur lecalendrier sont pourtant identifiés, mais aucun délai supplémentaire n’a été communiqué.

Le début de la transformation de masse est toujours prévu pour novembre 2017.

La note de service — qui a été présentée en CT — vient de sortir. Elle prévoit la créqtion de 16 postes de formateurs 4F en 162/78 sur 18 mois (ratio 108/52 annuel).

La sélection s’éffectuera au profil : priorité à ceux qui ont déjà une connaissance de 4F (correspondant électroniques, ex-détachés 4F…), avec toutefois un minimum d’un transformateur par équipe.

En cas de défaut de candidature dans une équipe, le SNCTA a demandé de procéder à des rééquilibrages de détachés plutôt que de procéder à la réaffectation du transformateur volontaire.

STCA

Le re-paramétrage du STCA (filet de sauvegarde) à 1 000 pieds entre vols non connus de notre STPV devrait bientôt être effectif. Deux mises à jour système successives ont retardé le processus, mais d’ici fin décembre – début janvier, nous pourrons enfin dire adieu aux flashages intempestifs à la frontière.

UL 10

Toujours régie par une LOA temporaire entre le NATS et Reims, l’expérimentation continue. Le SNCTA s’est indigné lors de la publication d’une note de service étendant l’utilisation de la route pour décharger les secteurs brestois en plein mois d’août, sans aucune concertation avec les équipes, le GT Espaces, ou les OS.

Même si au final, cette ouverture exceptionnelle n’a eu aucune conséquence, le précédent est inquiétant.

Aucune levée de restrictions RAD ne doit se faire sans l’avis conforme du GT Espaces, sans communication en réunion chef équipes, et a fortiori pendant l’été !

Toute extension de l’expérimentation UL10 doit se faire en période creuse avant d’envisager une pérennisation, après acceptation des contrôleurs. Il ne s’agit pas d’être procédurier, juste d’assurer quelques principes élémentaires de sécurité à une interface qui s’est considérablement complexifiée.

Congrès

Cette année le conseil régional Nord organise le congrès du SNCTA à Bordeaux du 20 au 24 mars 2017.

Il est important que la section locale rémoise y soit représentée et réfléchisse aux motions qu’elle voudrait y présenter.

Lors de notre prochaine réunion de section qui se tiendra avant le comité de suivi des expés du 17 novembre, le sujet sera abordé.

Pour autant, n’attendez pas pour venir en discuter avec vos représentants. La date limite de dépôt des motions est fixée au 19 décembre à minuit.

Après des négociations protocolaires particulièrement difficiles et une expérimentation estivale qui a encore permis de battre tous les records, le trafic semble enfin se calmer un peu. Pourtant à Reims, le climat social est toujours aussi tendu, et l’exaspération règne toujours dans la salle de contrôle.

Les provocations successives de l’administration locale (interprétation de la note concernant le droit à congés, gestion des congés maternité, gestion des remplacements…) et désormais des pouvoirs publics ne font que maintenir la cocotte-minute au bord de l’explosion.

Si notre administration espère négocier la poursuite des expérimentations dans de bonnes conditions et veut éviter dans les mois à venir un conflit majeur, elle ferait bien de tenir ses engagements et de faire preuve d’un peu de souplesse vis à vis des contrôleurs.

LFEE 2016-1014 CDA Provocation (0.8 MiB)

Click to share thisClick to share this