Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Tag: Bordeaux

0

Bordeaux - Barcelone : l’interface vire à l’affrontement

Thermomètre « risque » qui explose

Comme le SNCTA le craignait et en dépit des alertes répétées (notamment lors du CT DO du 31 mars) depuis l’annonce de la reprise de la Release Box par LECB, les relations entre contrôleurs bordelais et barcelonais sur le secteur se dégradent dangereusement. Le SNCTA tire la sonnette d’alarme.

Reprise de la Release Box : les raisons officielles

À en croire le prestataire espagnol de la navigation aérienne (ENAIRE), le secteur P1U aurait besoin de cet espace pour terminer l’intégration et les montées aux niveaux de croisière des décollages des Baléares et de la région d’Alicante et Valence.

« …terminer l’intégration et les montées aux niveaux de croisière… »

Le nouveau découpage en couche de P1U, hot spot européen, conduirait à optimiser les profils de vols et décharger ainsi notre secteur N2. La régulation GO12, consistant à doser les flux pairs via GIROM et OKABI entre les FL195 et 345 avait été créée pour protéger notre couche 12 d’une complexité et d’un volume de trafic non maitrisé.

Les raisons officieuses

La décision unilatérale de la reprise d’un espace géré depuis des décennies par LFBB s’est fait dans un contexte de négociation entre les services bordelais et barcelonais.

« …le transfert de LECB vers LFBB d’une partie (voire la totalité) de la complexité… »

Ces discussions ont été exécutées sous la surveillance des échelons centraux respectifs et de l’opérateur du réseau européen Network Manager. Le cœur de la négo. consiste depuis des années en un transfert de LECB vers LFBB d’une partie (voire la totalité) de la complexité des croisements / intégrations des Baléares et Valence / Alicante. Les discussions ne progressant pas, ENAIRE a soudainement brandi la menace de la Release Box avant de l’appliquer brutalement quelques semaines plus tard.

Des raisons obscures

Sans plus d’explications, Barcelone reprend ses espaces. Le faible argumentaire espagnol n’a malgré tout que très peu convaincu les contrôleurs bordelais.

« …demander une rétribution des redevances perçues… »

Alors, si l’opérationnel n’explique pas ce choix, d’où peut provenir cette décision ? Est ce politique ? Est-ce lié à la crainte d’une demande légitime que pourrait avoir la France de demander une rétribution des redevances perçues pour le service fourni dans cet espace ?

Une situation intenable et dangereuse

Quelle que soit la raison à l’origine de ce projet et sans parler du timing choisi pour mettre en œuvre un changement majeur d’espace et de méthode de travail, les contrôleurs en première ligne se retrouvent confrontés à des tensions pouvant affecter indiscutablement la sécurité des vols.

Les incidents côté organique mais aussi côté radariste s’accumulent depuis le 22 juin. Nos collègues barcelonais manifestent une agressivité incomprise et incompréhensible. Les séquencements LEBL sont retoqués de manière injustifiée. Des coordinations bordelaises restent sans réponse ou au mieux sont refusées par principe.

« …affecter indiscutablement la sécurité des vols. »

S’il est trop tôt pour juger de l’efficacité réelle d’un meilleur respect des profils de vols, la situation actuelle correspond clairement à du PERDANT-PERDANT.

Le SNCTA déplore la situation critique dans laquelle les services espagnols nous ont conduits. Notre administration ne doit pas pour autant s’en laver les mains et rester inactive devant la dégradation des relations transfrontalières sur le secteur. Doit-on rappeler qu’un espace sûr n’est pas compatible avec des contrôleurs en conflits, qui plus est entre eux ?

Les contrôleurs bordelais en sont les victimes. La DO et la DSNA doivent impérativement exiger de leurs homologues espagnols un retour à la sérénité. Le meilleur chemin sera un retour à la logique opérationnelle, comprise et partagée de tous les contrôleurs, et ce dans les plus brefs délais.

SLLFBB 2017-06-29 Release Box Vdef (576.7 KiB)

29 juin 2017 Ecrit par vb dans Bordeaux
0

Projets espaces et techniques à LFBB : le double visage du CRNA/SO

Météo sociale : nuageux

Le CRNA/SO a offert à la DSNA et aux compagnies aériennes une des transformations de système ATM les moins pénalisantes de l’histoire. Il a par ailleurs montré tout récemment sa faculté à adapter ses ressources à la demande, toujours plus inconstante. Néanmoins, l’accumulation des pressions venant des centres adjacents, bien aidés par NM (Network Manager) et la passivité de la DO aura inévitablement des conséquences sur la performance du centre, pourtant très cher à la DGAC.

Février 2017

Nouveau report du projet GT ESSO au printemps 2018 (comprenant notamment l’inversion LATEK / SOVAR discutée depuis 2007) en raison d’une formation inaboutie au centre en route de Madrid.

Mars 2017

Nouveau report de RL5 à l’automne 2017 (à l’étude depuis 2013) en raison d’un planning serré au service technique.

Mars 2017

Annonce du risque sur la mise en œuvre des nouveaux écrans 43 pouces avant l’été 2018 du fait d’une procédure de certification des chaînes graphiques Magrit.

Avril 2017

Annonce de la reprise au 22 juin 2017 de la délégation d’espace par le centre de Barcelone accompagnée de nouvel les procédures impactantes pour Bordeaux.

Le CRNA/SO a beau être le troisième centre en route européen en termes de délais en 2016, il ne semble pas émouvoir nos responsables. La section locale SNCTA appelle à une prise de conscience à tout niveau de la saturation d’une partie de notre réseau espace ainsi que des conséquences du retard d’outils techniques indigne du premier prestataire européen. Les contrôleurs bordelais sauront prendre leurs responsabilités face à la croissance de trafic fulgurante (5,13 % en mars, record historique depuis 2008 avec 67 146 vols) et ininterrompue de ces derniers années.

SLLFBB 2017-04-25 Projets Espaces Et Techniques (1.1 MiB)

0

Le choix des contrôleurs

Écran noir et cassé

La décision a été officialisée, les écrans 43 pouces devraient arriver dès avril 2018 au CRNA SO !

Pour le SNCTA, le premier à avoir relayé cette demande et qui a beaucoup œuvré pour obtenir un écran 43 pouces, c’est un grand motif de satisfaction : la salle de contrôle a été entendue.

Nous remercions tout particulièrement les services exploitation et technique des CRNA Ouest et Sud-Ouest, leurs sub. études, leurs directions, la DO et DO 3, SDPS et les pôles de la DTI pour leur réactivité et leur travail. Ces actions coordonnées ont permis de mettre en place des solutions nécessaires à la performance de l’IHM que nous utilisons tous les jours.

SLLFBB 2017-02-27 FI Ecrans 43 (817.3 KiB)

0

Expé RH 2017 : Les pistes d’amélioration du SNCTA

le-progrès4

Suite à l’expérimentation EEE et fort des retours que nous avons eus en salle de contrôle, nous avons, lors de la réunion du 1er février dernier, proposé quelques modifications pour mieux organiser l’expé RH et répondre aux attentes des personnels. L’administration locale nous répondra sur ces demandes, justifiées, lors de la prochaine réunion du 9 février.

  • Réduction du nombre de J0 à 9 par équipe sur la période initialement prévue à 10 (pour résoudre les problèmes liés aux dépôts de congés et aux jours de repos en amont et en aval) avec comme corollaire un cycle de plus avec des J0 du 18 au 30 septembre ;
  • Abandon pour les détachés et assistants de sub. des 3 cycles maxi en recyclage hors période scolaire ;
  • Nouvelle gestion du recyclage orange déclenché à J-25 pour laisser plus de choix aux détachés ;
  • Augmentation des droits à congés sur certaines périodes (septembre notamment) en réduisant les besoins de formation initialement prévus pour la mise en oeuvre du GT ESSO (décalage de la réorganisation de l’espace aux interfaces avec Madrid et Barcelone).

Le SNCTA est à l’écoute de la salle et le restera

Venez nombreux vous informer les 13 et 16 février prochains à 9 h 30 dans l’amphithéâtre

SLLFBB 2017-02-03 Expé RH Les Demandes Du SNCTA (406.0 KiB)

0

Pâques et été 2017 : l’enjeu crucial des congés

congé

Sans expé, l’administration veut aller chercher les secteurs manquants entre 10 h et 15 h

Sa proposition : Réduction de 1 congé par équipe* + Vac comp revue en profondeur

156 × 6 équipes (par jour) = jusqu’à 936 jours de moins pour possibilité de congé / absence.

C’est plus de 4 jours par PC en 5 mois !

Prochaine et ultime réunion le 9 février, l’administration annonce « peu de marges de manœuvres »

Chaque jour, si l’expé. ne se prolonge pas, l’administration mobilisera donc à moindre frais 6 PC (un par équipe), et 4 à 6 personnes en vacation complémentaires aux moments les plus tendus. Plus insidieux et moins cher que les J0, mais tout aussi contraignant, notamment pour passer du temps en famille, avec les journées longues et les extensions en prime.

Ne jetez pas trop vite les J0 à la poubelle ! Sans expé., en plus du reste, nous risquons de nous voir imposer des choses désagréables !

Le SNCTA a travaillé, bien en amont du protocole, pour vous proposer une autre voie.

* sur la période du J0 soit 156 jours du 15 avril au 17 septembre 2017

SLLFBB 2017-02-01 été2017 (1.4 MiB)

1 février 2017 Ecrit par vb dans Bordeaux
0

Size does matter

Balance avec un cerveau sur un plateau, un cœur sur l'autre

Alors que depuis six mois, l’administration a décidé de trouver une solution pour mettre en service un écran pour EEE plus grand que l’écran « mage 30 pouces », l’équipe intégrée écran s’est rendu chez Thales à Rungis pour évaluer plusieurs formats et bâtir une stratégie dsna concernant les écrans.

Ce qu’il y avait au marché de Rungis

Alors que les centres opérationnels, à travers les subdivisions études, les réunions de chefs d’équipe ou les représentants syndicaux, demandent depuis deux ans d’étudier des solutions IHM avec des écrans au format plus grand, la DSNA a constitué une « équipe intégrée écran ». Cette équipe a pour mission de proposer des solutions IHM / écrans / meubles pour aider la DSNA à valider une « roadmap écran » dans EEE et 4-flight éventuellement. Mi-juin, cette équipe se réunissait pour la première fois dans les locaux de Thales ATM à Rungis pour évaluer 3 formats d’écrans.

  • l’écran 30 pouces NEC existant était présent avec des vidéos de EEE sur des secteurs LFBB ou LFRR ;
  • des écrans dits « conf 4-Flight » : un écran carré en 2 K × 2 K 28 pouces et un écran 2 K × 1 K vertical ;
  • des écrans 43 pouces (en bleu ci-dessous), de nouveaux formats en cours sur le marché qui commencent à intéresser les ANSPs.

fig. ci-dessus : comparaison à l’échelle des trois formats écran.

Bien lire l’énoncé

Lors du briefing de lancement de la journée, le message de la DSNA est sans ambiguïté, on demande aux contrôleurs de répondre à deux questions :

  • Pourront ils travailler sous EEE avec une configuration 4-Flight, avec une mise en service — a priori — en mai 2018 ?
  • l’écran 43 pouces est-il envisageable pour faire du contrôle aérien ? Mais aucune date de mise en service n’est connue ni sous EEE (pas avant 2019), ni sous 4-Flight ?

Bien écouter les réponses

En rentrant dans le Skycenter de Thales, la réponse des contrôleurs s’imposait à tous comme une évidence :

  • l’écran 30 pouces, ridicule par sa taille, reflétait l’échec industriel de cette configuration déployée en 2007 et rejetée depuis par les salles et même par des études internes de la DTI ;
  • la conf. 4F semble offrir plus de place avec deux écrans ; néanmoins l’écran 43 pouces présente les mêmes avantages que la conf 4F sans ses inconvénients.

Donc, à l’issue de deux jours d’évaluations, grâce au travail du pole XPE de la DTI, les centres EEE et les centres 4-flight se rejoignent sur une même position :

La DSNA doit donner aux centres en route la « roadmap » d’un déploiement de l’écran 43 pouces dans les meilleurs délais, pour avoir une idée de l’opportunité de déployer EEE en configuration 4-Flight dans les centres de l’ouest.

De nouvelles questions sont soulevées

  • concernant l’IHM ODS : pour les participants à ces évaluations, le travail de portage d’ODS semble au moins aussi compliqué en conf 4-flight qu’en écran 43 pouces et demandera le même effort ;
  • concernant le meuble : quelle que soit la configuration retenue, il y aura un impact sur le meuble de contrôle. Doit-on changer les meubles ODS en meubles 4-flight pour accueillir les nouveaux écrans ? avec les risques de turbulences sur les ressources et la roadmap MESO 4-flight ? Doit-on modifier le meuble ODS et peut être gagner du temps pour un déploiement moins tardif ?
  • concernant les écrans : la DTI doit travailler pour trouver un écran 43 pouces qui soit « qualifiable ATC » ;
  • concernant les programmes DSNA : aucun travail de nouvel écran sur ODS en 2016-2017 n’était prévu (mais demandé depuis plus de 18 mois !), ce sont donc les incréments 4.1 ou 5.0 qui risquent de glisser, d’être « déscopés ou allégés » : des écrans ou des incréments ?

Toute nouvelle demande sur le programme 4-Flight aurait les mêmes impacts et condamnerait la MESO à l’hiver 2018-2019 pour les centres pilotes. Pour Aix et Reims, une roadmap 4-Flight en 43 pouces est aussi attendue avec impatience. Vu l’état d’avancement du programme (début de la transformation en 2017), de l’avis des centres et de la DSNA, il est trop tard pour envisager une MESO 4F v1.0 ou v2.0 en 43 pouces.

Comment préparer les réponses ?

Le planning proposé était le suivant :

T0 = été 2016 : choix de la configuration cible ;

T0 + 6 mois : fin de la définition de l’IHM / début de développement ;

T0 + 18 mois : fin de développement / début évaluation centre ;

T0 + 21 mois : IHM dispo. en centre.

  • Comment gagner du temps ? En regardant ce planning, on se rend compte que l’été 2016 est crucial pour le déploiement d’un écran satisfaisant avant l’été 2018. En revanche pour les personnes présentes, il y a une incompréhension sur les délais de développements entre la fin de définition de l’IHM et la mise en service.Des actions devront donc être entreprises au niveau DO/DTI ou des centres pour que les contraintes relatives à l’IHM et aux meubles puissent être levées avant toute prise de décision.
  • Les écrans et les incréments : Des solutions internes DSNA devront être mises en place pour pouvoir répondre aux doubles contraintes de déploiement d’un écran souhaitable et de ne pas décaler des incréments 4.1 et 5.0 qui ont déjà glissé de 6 mois depuis ce printemps après le débogage de EEE. Comment raccourcir les temps de définition et de déploiement ?
  • Un écran « ATC qualifiable » ? En ce qui concerne les écrans 43 pouces, la DTI doit pouvoir analyser trois écrans différents et dire si ils sont ATC qualifiables (2 étaient à Rungis, le troisième n’a pas été dispo au dernier moment). Néanmoins, n’est-il pas temps de se demander si la contrainte d’écran « ATC qualifiable » qui n’est aussi élevée qu’en France ne pourrait pas être corrigée ? Même si cela a un impact sur la fréquence des renouvellements, le rapport de 1 à 10 du prix des écrans est-il encore justifié ?

Pour le SNCTA, enfin il se passe du concret sur cette problématique des écrans de contrôle. Mais le chantage sous-jacent entre l’amélioration de notre image radar (écrans) ou la fourniture approximative de services (incréments) qui sont les standards européens depuis des années est insupportable pour les opérateurs de première ligne que sont les contrôleurs aériens. En comparant les IHM NEC 30 pouces et les deux autres écrans, on se demande encore comment font tous les jours les contrôleurs aériens français pour assumer leurs missions en toute sécurité et avec ce niveau de performance.

Le SNCTA se félicite que le GT écran ait enfin eu lieu, bien que la problématique soit connue depuis 2007.Pour le SNCTA, une roadmap étayée doit être présentée à tous les CRNA concernant l’arrivée des écrans 43 pouces soit en environnement EEE, soit en environnement 4-Flight (versions 4F 1.0, 4F 2.0 et 4F 3.0).

Le SNCTA relayera et encouragera toutes les initiatives locales coordonnées afin de permettre à la DTI et in fine à la DSNA de pouvoir déployer ces nouveaux moniteurs de contrôle aérien dans les meilleurs délais sans pour autant retarder les échéances majeures de modernisation à venir.

SLLFBB 2016 Juin CDA LFRR LFBB Vdef (542.8 KiB)

0

Dépassement d'UCESO à LFBB

xN13bn_gyrophraes-150x150.jpg

Fin des beaux discours M. le Ministre, place aux actes !

20/05/16 : 14 secteurs ouverts
22/05/16 : 15 secteurs ouverts
27/05/16 : 16 secteurs ouverts pour une offre à 17.
28/05/16 : 16 secteurs ouverts pour une offre à 15 à 13 h 30 puis 14 pour une offre 13 plus tard dans l’après midi malgré un plan de régulation adapté.

Et cet été, on fait comment ?

Plus de 2 ans de discussions pour une V1 scandaleuse, ça suffit !Le protocole doit aboutir maintenant et apporter :

  • des perspectives claires en matière d’effectifs pour ramener LFBB et les autres centres hors de la zone rouge ;
  • des avancées techniques rapides et concrètes (EEE, 4F, écrans, outils FMP…) ;
  • des solutions adaptées pour reconfigurer la salle de contrôle, permettant d’envisager des nouveaux cycles performants ET protecteurs (durée quotidienne de travail max notamment), tout en conservant notre droit à congés ;
  • une reconnaissance à la hauteur des efforts passés et à venir consentis par les ICNA pour faire face aux augmentations de trafic.

Sans accord , il sera impossible de répondre à la demande des usagers et vous en porterez l’entière responsabilité

SLLFBB Flashinfo Dépassement UCESO (215.9 KiB)

0

CT local du 19 mai 2016

Que va-t-il se passer au CRNA SO de septembre à décembre 2016 ? Ce CT local était principalement dédié à définir les modalités du big bang EEE et des quotas de congés / formations / présents associés à cette période. Le contexte national demeure très incertain, à l’heure ou nous écrivons ces lignes la v1 n’étant pas encore connue.

  • EEE, un dynamisme retrouvé
  • Écrans
  • Taille de la police sous EEE
  • Quotas pour la période du 05/09 au 16/12
  • Mandat CE pour les CDS
  • Candidatures CE pour les PC détachés
  • Outils « Flow Management »
  • Fermeture SIV Rodez
  • Examinateurs : ICNA, surveillez votre carrière
Nous y sommes. À la veille d’un été suffocant, les signaux sont là : décrochage dans la zone rouge des effectifs, croissance la plus forte des CRNA français en 2016, fatigue après deux hivers occupés à la formation EEE, indicateurs sécurité inquiétants… Les jours qui vont suivre seront déterminants. Le SNCTA travaille, trouve et propose des solutions à chaque problématique rencontrée par les contrôleurs. Il est jusqu’à maintenant dans une démarche de pleine négociation. Si le dialogue social a encore un sens dans notre administration, il est l’heure de le démontrer.

SLLFBB CT 19052016 (1.5 MiB)

0

Section Locale SNCTA LFBB

écrans noirs

La section locale du SNCTA du CRNA SO réunie le 29 mars 2016 soutient le Bureau National dans la négociation du protocole 2016-2019.

La négociation débutée il y a plus de trois mois doit maintenant s’accélérer si l’administration et le gouvernement veulent vraiment trouver un accord qui permette à la DSNA de répondre aux enjeux de demain.

La section locale SNCTA du CRNA SO est prête à étudier des propositions d’aménagement de son cadre de travail dans le cadre d’expérimentations.

Pour cela les fondamentaux du travail en équipe, de vacations quotidiennes et d’amplitude horaire hebdomadaire plus courtes devront être respectés.

De plus, les efforts effectués quotidiennement par les ICNA pour rendre un service sûr et efficace devront être reconnus.

Enfin, la section locale s’indigne de l’allongement du calendrier annoncé par l’administration pour mettre en service des écrans de taille plus adaptée que l’écran actuel, condition indispensable pour une utilisation correcte de EEE.

Les ICNA n’assumeront en aucune façon les délais ATFCM pourtant annoncés sans l’arrivée de nouveaux écrans.

L’administration devra assumer, le cas échéant, son incapacité à fournir aux ICNA des outils techniques performants dans un contexte d’augmentation du trafic.

SLLFBB Réunion Section 2016-03-29 (62.9 KiB)

0

Lancement sans concertation, sans négociation des formations d’évaluateurs linguistiques

english test1

Ni les statuts, ni les modalités, ni les accompagnements sociaux ne sont cadrés pour les ECL. Si l’administration nous donne l’occasion de prendre une place que nous ne laisserons pas à d’autres, la démarche reste inédite et insuffisamment préparée. Le SNCTA dénonce l’excès de zèle de l’Europe qui fait fi d’une formation qualifiante qui a depuis longtemps fait ses preuves.

Exigences du SNCTA face à cette situation

  1. L’évaluateur est un ICNA détenteur d’une mention d’unité.
  2. L’évaluation doit se faire en situation réelle de contrôle.
  3. La formation actuelle en anglais doit être pérennisée.
  4. La construction du statut d’évaluateurs doit s’accompagner d’une reconnaissance sociale due aux nouvelles contraintes imposées.
  5. Des possibilités de recours, de contestation doivent être garanties.
  6. Les critères de sélection des candidats devront être concertés avec les OS.
La note de service d’appel à candidature pour les formations des évaluateurs est sur le point d’être publiée au CRNA/SO. Si nous déplorons le manque d’anticipation et les méthodes de nos dirigeants, nous appelons les ICNA à candidater pour ces formations. Nous ne laisserons personne d’autre que des contrôleurs évaluer nos compétences et nous veillerons à ce qu’aucune évaluation ne se déroule sans que le statut des évaluateurs, en cours de négociation (protocole notamment), ne réponde à nos exigences.

SLLFBB1mars16ECL (1.9 MiB)

Pages:12