Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Tag: campagne

0

Flash Info Lyon - Résultats élections professionnelles

 

Les élections professionnelles se sont tenues du 4 au 6 décembre 2018. Les personnels du SNA-CE, et en particulier les ICNA, se sont massivement mobilisés. De ce scrutin, il ressort que le SNCTA : 

  • consolide sa place de première organisation syndicale du SNA-CE, tous corps confondus (+6% par rapport à 2014) ;
  • progresse nettement chez les ICNA.

 

Le SNCTA vous remercie de votre confiance et continuera à défendre TOUS les contrôleurs.

20181211 FI Lyon Résultats Élections (0.6 MiB)

0

CDA LFML — SNCTA, le syndicat de la mobilité

Parce que la première affectation est rarement celle voulue, chaque « sortie ÉNAC » doit pouvoir rejoindre, dans un délai acceptable, le centre de contrôle souhaité (pour des raisons professionnelles ou personnelles). Le SNCTA défend depuis toujours une politique forte de mobilité. Permettre d’obtenir la mutation souhaitée dans les plus brefs délais est très rarement une question de critères mais surtout une question de nombre de postes ouverts.

Le droit à la mobilité, un enjeu social primordial

Cependant, le droit à la mobilité n’est ni réglementaire, ni pérenne. Ainsi, ce droit est constamment remis en cause par la DSNA, tentée de moduler le flux d’AVE vers les postes attractifs comme une simple variable d’ajustement des effectifs opérationnels. Le SNCTA se bat depuis de nombreuses années pour garantir un nombre significatif d’ouvertures d’AVE à chaque CAP.

Lors de cette mandature, le SNCTA a su s’opposer aux tentatives de la DSNA de restreindre la mobilité. Les travaux de coordination de l’ensemble de nos sections ont permis au SNCTA de défendre, seul, une politique de mobilité nationale, équilibrée et argumentée lors des GT Effectifs et GS 32 heures.

Cette synergie a été particulièrement fructueuse en 2018. En effet, malgré les annonces faites en CT DSNA de limitation des mutations, le SNCTA a obtenu l’ouverture de plus de 50 postes opérationnels attractifs, en AVE.

Des effectifs également dans les approches

Le SNCTA défend la mobilité pour qu’à chaque CAP, les contrôleurs aient du choix : variété et quantité sont nos objectifs. Ainsi, nous :

  • veillerons à maintenir une mobilité forte vers les centres attractifs ;
  • prônons une vision nationale ambitieuse et juste. D’autres fuient leurs responsabilités, boycottent GT Effectifs et GS 32 h ou demandent 2/3 des sorties ÉNAC dans le Sud et l’Ouest, au détriment de l’intérêt général des ICNA, notamment en réduisant le nombre de mutations ;
  • revendiquons, dès 2019, plus d’ouvertures de poste dans les approches, mettant ainsi fin à plusieurs années de mesures de gestion imposées par la DSNA.

À Provence, nous avons besoin d’effectifs pour revenir au BO. Nous n’acceptons pas que la DO n’ait pas tenu ses engagements de maintien de BO (dans le cadre de la reprise du SIV MTL).

Scrutin CAP

Le vote en CAP va bien au-delà du vote pour des critères de mutation. C’est le scrutin qui permet d’évaluer la représentativité du SNCTA chez les contrôleurs au niveau local et au niveau national. Ce scrutin est le seul à évaluer à quel syndicat les contrôleurs font majoritairement confiance pour les représenter.

Pour le SNCTA, le principal combat à mener est celui du droit à la mobilité. En effet, les différents critères des organisations syndicales aboutissent dans les faits à des résultats proches. Lors du dernier mandat, il n’y a eu que 3 votes en moyenne pour 100 candidatures. Sans poste ouvert, aucun critère ne permettra de muter à l’endroit souhaité. Chaque année, le SNCTA oeuvre pour qu’il y ait suffisamment d’AVE ouverts dans les centres attractifs.

Voter SNCTA en CAP, c’est réaffirmer à nos différents interlocuteurs que le SNCTA est LE syndicat des contrôleurs. Face aux Pouvoirs publics et à la Direction, il faut un syndicat des contrôleurs fort pour une profession forte. Rassemblons-nous derrière le SNCTA, syndicat de tous les contrôleurs, garant des équilibres nationaux et de la profession, dynamique, structuré et signataire de nombreux accords gagnant-gagnant.

LFML CDA Campagne 5 V3 (0.2 MiB)

0

VOUS valoriser… à CDG

Le SNCTA tient ses promesses : les augmentations obtenues lors du dernier protocole ont enrayé 8 ans de baisse continue de pouvoir d’achat et ont même permis de dépasser celui de 2010 en incluant les primes expés.

La mise en paiement de la deuxième partie de la revalorisation protocolaire de 1 % interviendra en novembre, avec rappel depuis le 1er janvier. Les PIPC de 2016 et 2017 seront également versées ce mois-ci, soit un rappel total d’environ 1 100 € nets. La dernière augmentation protocolaire de 1 % sera due à partir du 1er janvier 2019.

Dans le prochain protocole, le SNCTA saura encore demander des revalorisations de salaire sans aucune contrepartie.

Les carrières méritent par ailleurs d’être déplafonnées. Le SNCTA œuvrera à ce que le seul critère garantissant l’accès au grade d’ingénieur en chef (et donc l’obtention du HEA) soit la détention du titre de PC. De plus, face aux carrières qui s’allongent et aux responsabilités qui s’accroissent, le SNCTA revendique l’accès au HEB sur la base de critères accessibles à tous.

Conscient que la gestion opérationnelle de CDG nécessite une expertise considérable, le SNCTA agira pour que le prochain Protocole voit émerger une meilleure reconnaissance de nos chefs de tour et d’approche. Afin de valoriser l’expertise contrôle hors salle, il demandera à ce qu’un plus grand nombre d’ICNA puissent bénéficier du CUTAC, permettant de gagner jusqu’à 3 ans d’avancement de carrière.

La retraite n’est pas oubliée : la réforme gouvernementale qui va commencer est une réelle opportunité de renégocier nos pensions avec une revendication simple : obtenir une pension égale à 70 % du dernier salaire. Pour nos jeunes collègues nés en 1983 et après, le SNCTA a déjà su négocier le CIT pour qu’ils ne soient pas pénalisés par l’allongement des durées de cotisations : la retraite ça nous concerne à tout âge !

Enfin, le SNCTA est aussi présent pour les stagiaires : prime XP au même niveau que les PC, représentativité des QICA dans le comité de suivi XP, revalorisation de la part fonction, de l’ISQ pour les QICA qui est maintenant payé dès la qualif. LOC et non plus après la qualif. DEP… Le SNCTA ne cesse de valoriser le mérite de nos jeunes collègues.

Votez SNCTA les 4, 5 et 6 décembre !

LFPG - FI - VOUS Valoriser A CDG (2.3 MiB)

0

CDA LFML — Agir auprès des acteurs du transport aérien

Le SNCTA défend les intérêts des contrôleurs à tous les niveaux. Le lobbying des compagnies aériennes, des gestionnaires d’aéroport et plus généralement des acteurs majeurs du transport aérien conditionne les politiques menées au niveau européen et qui rejaillissent au niveau national. C’est pourquoi le SNCTA rencontre les différents protagonistes de l’aérien mais aussi les députés et parlementaires, français ou européens, pour expliquer les enjeux du contrôle aérien et tordre le cou aux idées reçues. Dénoncer les lobbys est une chose, mais ce n’est qu’en dialoguant avec ces derniers et en leur faisant la démonstration de nos contraintes que nous les ferons cesser.

Etre présent aux Assises du transport aérien

Au printemps, se tenaient les Assises du transport aérien avec pour objectif de mener une réflexion commune à l’ensemble des acteurs du secteur.

Le SNCTA était la seule organisation syndicale de l’aviation civile à participer activement à cet évènement majeur pour y porter la voix des contrôleurs aériens. Il a, dans ce sens, rédigé un livret à l’attention de tous, permettant d’apporter un éclairage sur la situation vue par les contrôleurs. Ce fascicule, « Assises du transport aérien, la situation vue par les contrôleurs », peut être consulté en PDF sur www.SNCTA.fr/dossiers. Le SNCTA y défend un service public de la navigation aérienne sûr et efficace. En vue du plan européen de performance (RP3), il y démontre le besoin en effectifs et en investissements dans de nouveaux systèmes techniques de contrôle.

Ce livret s’articule autour de quatre thèmes : le contexte actuel, les moyens techniques, les ressources humaines, ainsi que le rôle des aéroports et des compagnies dans la capacité. Il permet de mettre en lumière les problématiques actuelles rencontrées par les contrôleurs aériens et d’apporter une analyse fine de ces questions en y apportant l’expertise des contrôleurs, acteurs de première ligne de la performance du transport aérien.

Lors du séminaire « performance de la navigation aérienne » qui s’est tenu le 13 avril, les différents acteurs du transport aérien (IATA, FNAM, UAF, Network Manager, DGAC) ont exprimé un besoin d’accroître la capacité du réseau français. Pour le SNCTA, ce besoin passe nécessairement par des moyens humains et financiers afin de poursuivre les investissements dans les nouveaux systèmes de contrôle.

Faire cesser les lobbys

Le réseau aérien français est souvent pointé du doigt lors des discussions consacrées à la performance de la navigation aérienne. Il existe deux freins à la croissance du trafic aérien : des systèmes de contrôle inadaptés et un sous-effectif s’aggravant encore jusqu’en 2020 ! Cette situation dégradée est le résultat de lobbying et de politiques publiques menées sans discernement. Les remèdes arriveront prochainement grâce aux recrutements du protocole 2016 et à des budgets d’investissement qu’il faut pérenniser. Il faudra cependant du temps pour réparer les erreurs du passé.

Le SNCTA se mobilise pour que ces erreurs ne se reproduisent pas : il est primordial de faire comprendre aux compagnies aériennes pourquoi des délais sont générés pour mettre fin à leur recherche aveugle de réductions des coûts du contrôle aérien.

Le transport aérien connaît depuis plus de deux ans une très forte croissance au niveau européen. Suite aux restrictions budgétaires intervenues après la crise économique de 2008, la navigation aérienne française a du mal à relever le défi de cette croissance. Ces restrictions sont la conséquence de politiques européennes influencées par les lobbys. Aujourd’hui nous avons su démontrer à ces lobbys, de par le sérieux de nos analyses, que nous étions un acteur à prendre en compte. En décembre, renforcer notre position de premier syndicat des contrôleurs c’est nous donner plus de poids face aux lobbys.

LFML - CDA - Assises (0.2 MiB)

0

CDA LFML — Vous faire entendre : SNCTA, le syndicat des contrôleurs

Le SNCTA est un syndicat atypique (autonome, professionnel et apolitique) pour une profession atypique. Fiers de notre mission de service public, nationalement et localement, nous nous investissons avec un seul objectif qui nous rassemble : la défense de la profession et des contrôleurs aériens.

Fiers d’être contrôleurs

Alors que les contrôleurs aériens servent de boucs émissaires pour justifier les retards et les annulations de vol, le SNCTA a été particulièrement actif pour défendre l’image de la profession et préparer l’avenir. Aux Assises du transport aérien, le SNCTA a mis en avant le retard technologique de la France et le manque de moyens humains et financiers pour faire face à la croissance du trafic aérien. Le syndicat porte haut ses valeurs :

  • défense d’un service public de qualité ;
  • recherche du compromis et signatures d’accords gagnant-gagnant ;
  • travail et détermination dans les négociations, mobilisation et unité dans le conflit mais, usage de la grève en dernier recours.

Restons maîtres de notre organisation du travail

Les réflexions du SNCTA s’inscrivent dans un contexte international où l’OACI et l’EASA vont réglementer les rythmes de travail des contrôleurs, pour limiter la fatigue (Fatigue Risk Management System). Dès 2020, la DSAC aura un droit de regard sur les tours de service et émettra un avis. Le SNCTA ne veut pas que les tours de services se décident à la DSAC.

Les expérimentations RH permettent aux contrôleurs de mettre en place des organisations différentes afin de mieux appréhender l’évolution inéluctable des textes règlementaires. Conscient du contexte et des enjeux, fidèle à son histoire, le SNCTA préfère une évolution choisie et négociée qu’une évolution totalement subie.

Le cadre des expérimentations est une alternative à l’arrêté de 2002 qui permet aux contrôleurs de rester maîtres de leur organisation du travail. Ce cadre permet de limiter les durées de vacations de jour à 8 h 30 (contre 11 h avec l’arrêté de 2002) et garantir 25 % minimum de droits à congés toute l’année.

À Provence, le TdS proposé cet été par l’encadrement prévoyait des vacations de 11 h toutes les semaines, un dépassement des 32 h et n’excluait pas des restrictions de congés. Le SNCTA vous informe et vous donne le choix : à vous de décider !

Stop à l’obsolescence des systèmes de contrôle

Au niveau technologique, la DSNA est dépassée : nous ne disposons d’aucune aide moderne nous permettant d’améliorer la sécurité et la capacité. L’audit technique obtenu par le SNCTA confirme la nécessité de remplacer complètement les systèmes de contrôle pour répondre à deux enjeux :

  • l’obsolescence de nos outils et le coût exorbitant de leur maintien en conditions opérationnelles ;
  • le besoin d’une plus grande capacité face à la croissance très importante du trafic.

Les financements pour lesquels nous nous sommes collectivement battus en 2014 doivent être maintenus (et même augmentés pour prendre en compte les surcoûts de maintenance). Les programmes SYSAT et 4-Flight sont fragiles mais indispensables. Les financements et les plannings doivent être consolidés et respectés !

Localement, nous sommes impliqués dans SYSAT, depuis le tout début du programme, afin de faire entendre la voix des contrôleurs. Aussi, avec Petit Prince, nous explorons tous les outils qui peuvent nous permettre de travailler dans de meilleures conditions.

Bien au boulot, bien dans ma peau

Faute de moyens suffisants, le cadre de vie au travail se dégrade. Le SNCTA revendique un plan d’action national pour rénover les locaux et améliorer l’environnement au travail. À Provence, ce plan établira les besoins et priorités en concertation avec les représentants locaux des personnels, pour rénover la tour, obtenir des équipements sportifs et de relaxation pour le futur NBT, dynamiser et améliorer notre centre.

Améliorer le cadre de vie au travail ne s’arrête pas aux infrastructures. Le SNCTA s’implique depuis de nombreuses années au sein des associations sportives et culturelles, locales ou nationales. Il s’engage à défendre le budget de l’action sociale qui, pourtant puissant vecteur de cohésion sociale et professionnelle, est attaquée par la Cour des comptes.

LFML - CDA Vous Faire Entendre (0.3 MiB)

LFML - FI Campagne4 Résumé (92 KiB)

0

CDA LFML — Valoriser notre profession, en redistribuant les fruits de la croissance

Un nouvel été record s’achève. Jamais l’espace aérien français n’a autant été survolé. Jamais les compagnies aériennes n’ont autant transporté de passagers. Dans l’aéronautique, la crise est bien derrière nous !

Les bénéfices des compagnies aériennes, les perspectives d’embauches des pilotes et les carnets de commande des avions atteignent des niveaux exceptionnels. La DGAC se porte bien elle aussi : en moins de 5 ans, elle a réussi à revenir à son niveau d’endettement d’avant 2008 et à multiplier sa trésorerie nette par 7 !

Trafic en hausse, bénéfices records… Nos salaires doivent suivre !

Les contrôleurs font face à l’augmentation continue du trafic malgré des conditions de travail qui se sont durcies. Cette capacité offerte a créé les conditions de la croissance.

À LFML, le nombre de passagers a augmenté de +45 % depuis 2000.

Les avancées obtenues par le SNCTA dans le protocole 2016 ont permis un rattrapage du pouvoir d’achat mais il faut aller plus loin !

HEA pour tous, sans condition

Les carrières des ICNA sont encore trop conditionnées par des critères qui peuvent, selon le parcours de chacun (carrières atypiques, centres d’affectation), être difficiles à remplir.

La détention du titre de PC à elle seule devrait garantir l’accès au HEA.

Accès au HEB

20 nouveaux postes budgétaires créés par le protocole pour élargir l’accès au HEB aux ICNA de l’encadrement, une amélioration significative qui reste encore trop limitée.

Face aux carrières qui s’allongent et aux responsabilités qui s’accroissent, le SNCTA revendique l’accès au HEB sur la base de critères accessibles à tous !

Experts opérationnels : la reconnaissance de l’expertise ICNA dans les projets

Inciter les contrôleurs investis dans les projets longs autrement que par le sens du devoir accompli est une mission que le SNCTA porte haut et fort. En accédant à l’emploi fonctionnel CUTAC, les experts opérationnels peuvent gagner en avancement de carrière.

Le SNCTA revendique un élargissement des emplois fonctionnels : augmentation des fonctions accessibles et amélioration du nombre de postes budgétaires alloués aux ICNA.

Chefs de tour : la reconnaissance d’une responsabilité et d’une expertise qui augmentent

La montée et la complexité du trafic, combinées à la baisse des effectifs, rendent la gestion opérationnelle de plus en plus délicate. La reconnaissance de ces fonctions doit être à la hauteur des enjeux. L’expertise des chefs de tour doit être mieux valorisée.

Retraites : objectif 70 % du dernier salaire

Des carrières courtes, des rémunérations composées principalement de primes majoritairement exclues du calcul des pensions… Le SNCTA étudiera toutes les possibilités offertes par la future réforme des retraites pour améliorer les pensions des contrôleurs et sera vigilant à ce qu’elle tienne compte des particularités du statut ICNA.

LFML - CDA Campagne 3 (0.3 MiB)

LFML - FI Campagne3 Résumé (95 KiB)

0

CDA LFML — Renforcer notre profession

Depuis près de 10 ans, nous assistons à une baisse continue des effectifs, qui se conjugue désormais avec une très forte croissance du trafic aérien. Les contrôleurs n’arrivent plus à remplir efficacement leurs missions de service public : les délais explosent. Nos conditions de travail se dégradent et nous subissons d’affligeantes attaques politico-médiatiques et des pressions des compagnies aériennes.

Plus de contrôleurs face au trafic

L’un des principaux enjeux du prochain protocole sera d’augmenter et de sécuriser les recrutements de contrôleurs aériens.

Le SNCTA revendique la détermination d’effectifs de référence dans tous les organismes. Ces chiffres d’effectifs (opérationnels et hors salle) ont vocation à servir de référence aux Pouvoirs publics lorsqu’ils établiront leurs politiques budgétaires.

L’anticipation à 5 ans des besoins en contrôleurs et les contraintes pesant sur la formation nécessitent la mise en œuvre d’une politique pluriannuelle de recrutements réguliers et lissés sur plusieurs années.

Mais obtenir de l’administration des décisions de recrutements ne suffit pas, il faut sécuriser ces décisions ! En effet, malgré l’augmentation du nombre de places aux concours, le recrutement des ICNA connaît des difficultés. Le nombre de candidats est insuffisant et en 2017, 7 places n’ont pas été pourvues, par manque de personnes sur la liste d’attente.

Le SNCTA avait anticipé cette problématique. Il a travaillé à l’évolution du concours ICNA avec pour objectifs d’améliorer son image et d’augmenter le nombre de candidats. Ainsi, le concours ICNA sera adossé aux Concours Communs Polytechniques, ce qui lui donnera plus de visibilité, plus de centres d’examen et potentiellement plus de 15 000 candidats. Cette mesure doit désormais s’appliquer en 2020. Que ce soit pour les recrutements 2019 ou pour accompagner le changement de concours, le SNCTA a demandé à l’ÉNAC d’avoir une communication active à destination des classes préparatoires.

Enfin, augmenter les recrutements nécessite d’augmenter la capacité de formation de l’ÉNAC. Pour le SNCTA, celle-ci doit passer à 4 promotions par an dès 2020. À cette fin, il sera nécessaire d’affecter un plus grand nombre d’ICA dès 2019. Vus les besoins actuels et la pyramide des âges, 4 promotions par an n’est qu’une étape dans la montée en puissance de la capacité de formation qui devra atteindre 180 ICNA par an dès 2024.

Un syndicat national, une vision nationale

Le SNCTA fait le constat d’un manque de cohérence quant à la répartition des effectifs entre les différents organismes de contrôle et revendique :

  • la mise en place d’une méthode unique de répartition des effectifs, transparente et équitable ;
  • une gestion des effectifs dans une seule instance en fusionnant le GT Effectif et le GS 32 heures  ;
  • la mise à plat des « règles » de dimensionnement hors salle avec un double objectif : mieux reconnaître le travail non opérationnel et harmoniser les structures.

Droit à congés : garantir 25 % minimum toute l’année

Avec la baisse des effectifs, les conditions de travail sont tendues et la pression sur les congés est forte. Les services sont tentés de compenser la baisse des effectifs par une baisse des droits à absences. Partout où cela s’est présenté, le SNCTA s’y est opposé et a su maintenir un droit à congés de 25 % minimum toute l’année. Ce principe doit être pérennisé. La définition des effectifs de référence des centres doit prendre en compte cette revendication légitime.

AUGMENTER le nombre de contrôleurs. ANTICIPER les besoins sur 5 ans. REMPLIR les places au concours. FORMER davantage de promos. REPARTIR équitablement les effectifs. SECURISER les droits à congés. Venez en discuter autour d’un brunch avec le BN du SNCTA le 8 novembre, de 10 h à 14 h, à la subdivision contrôle.

LFML - CDA - Campagne 2 (0.2 MiB)

LFML - FI - Campagne 2 Résumé (95 KiB)

0

Flash Info LFML — Un syndicat au service des contrôleurs

4 cellules spécialisées au service de TOUS les contrôleurs :

Césame, spécialisée dans les problématiques médicales.

La cellule retraite, pour connaitre précisément vos revenus une fois retraité(e).

Le Guide de Contrôleur, véritable encyclopédie du statut ICNA.

ASAP, fournit des études propres à la carrière de chacun.

Plus d’infos sur le site SNCTA2018.fr

LFML - FI - Campagne 1 Résumé (82 KiB)

0

Flash Info — Un syndicat au service des contrôleurs

Avec CÉSAME, veillez sur votre aptitude médicale

Actions du SNCTA pour vous protéger face aux aléas médicaux :

  • 1999 : création du contrat de prévoyance ATC (capital décès et protection financière en cas d’arrêt maladie prolongé) ;
  • Protocole 2000 : indemnité différentielle (compensation de la perte de revenu en cas d’inaptitude au contrôle) ;
  • Protocole 2016 : participation financière de la DGAC (800 k€ par an) à une mutuelle référencée : la MGAS.

Une inaptitude médicale est souvent vécue comme traumatisante, CÉSAME est à votre écoute.

Un recours est-il possible ? Quelles sont mes options de carrière ? CÉSAME vous informe, vous conseille et vous apporte l’assistance individualisée et confidentielle dont vous avez besoin.

Une intervention chirurgicale programmée ? Une maternité à risque ? Le suivi d’un traitement ou la prise de médicaments ? Autant de questions qui nécessitent des réponses rapides et précises. CÉSAME vous informe et vous conseille.

Spécialisée dans les problématiques médicales, CÉSAME est à votre écoute et assure à tous les contrôleurs un service d’assistance dédié, personnalisé et confidentiel. Une cellule souvent copiée mais jamais égalée.

Avec l’aide du SNCTA, veillez sur votre retraite

Âge d’ouverture des droits, âge limite d’exercice, nombre de trimestres dus ou cotisés, bonifications, majorations, décote ou encore RAFP, ATC, CIT : difficile de s’y retrouver, même pour le service des retraites de l’État dont les logiciels ne sont pas adaptés aux spécificités des ICNA. Quel sera le montant de ma retraite ? Quand partir avec une retraite complète ? etc. La cellule Retraite est là pour vous informer et vous conseiller. Avec la simulation en ligne du SNCTA, rien de plus simple !

Seule la cellule Retraite du SNCTA est aujourd’hui capable de faire une simulation précise de l’ensemble des revenus perçus à la retraite par les contrôleurs. Efficacité et confidentialité assurées.

Avec plus de 400 simulations retraite effectuées pour les contrôleurs, elle a une expertise reconnue.

Le SNCTA a la chance de pouvoir s’appuyer sur l’expertise de la cellule Retraite pour défendre les intérêts de la profession.

Avec le Guide du Contrôleur, veillons sur notre profession

Édité la première fois en 1975, le Guide du Contrôleur est écrit et réédité régulièrement par un collectif de contrôleurs opérationnels. Il est distribué à l’ensemble des adhérents du SNCTA et disponible à la vente pour ceux qui le souhaitent. Il informe les contrôleurs sur leurs droits, leurs obligations et leurs responsabilités. Depuis plus de 20 ans, il est devenu l’ouvrage de référence des contrôleurs.

Mieux défendre les contrôleurs

Parce que la défense individuelle et collective des contrôleurs passe par la connaissance des textes, le SNCTA consacre beaucoup de temps et d’énergie à actualiser régulièrement le Guide du Contrôleur, véritable encyclopédie du statut ICNA.

Simplifiez vos recherches :

  • 750 pages d’analyses et de références règlementaires ;
  • plus de 300 textes référencés dont certains introuvables ailleurs ;
  • 11 fiches Réflexe sur des problématiques fréquentes ou transverses.

Avec ASAP, veillez sur vos droits

Vous conseiller, vous informer sur vos droits, voire intervenir pour les faire respecter ou encore vous soutenir en cas de recours contentieux, telles sont les missions d’ASAP qui est le complément humain indispensable du Guide du Contrôleur.
Outre les textes et leurs évolutions au fil du temps, ASAP connaît les rouages administratifs et sait à quels services s’adresser pour résoudre efficacement les problématiques administratives individuelles.

Chaque année, ASAP intervient sur 50 dossiers auprès de l’administration centrale et permet aux contrôleurs de faire rétablir leurs droits, et parfois de récupérer des sommes très importantes !

Il est impossible de créer un simulateur, comme le revendique un autre syndicat : une réponse correcte passe par une analyse personnalisée. Ce simulateur est faux, entre autres pour Provence, puisqu’il ne demande pas la date de qualification LOC. Or le temps écoulé entre l’acquisition de la mention d’unité LOC et celle de la mention approche doit, dans les centres de groupe A, être pris en compte aux 9/15 dans l’avancement de carrière pour l’accès aux grades d’ingénieur principal et divisionnaire. ASAP fournit des études propres à la carrière de chacun.

LFML - FI - Campagne 1 (0.3 MiB)

0

VOUS VALORISER, aussi à Lyon (1/2)

Équation simple : Moins d’effectifs + trafic en hausse = plus d’efforts

À Lyon, la baisse du nombre de PC et l’augmentation du trafic vont augmenter les contraintes pesant sur les contrôleurs dans les années à venir. Pour le SNCTA, les efforts des contrôleurs doivent être valorisés. La section locale a donc travaillé à faire valider une proposition de tour de service « XP », alternative au tour de service «classique» où les contraintes nouvelles (dont la vacation complémentaire et les recyclages dirigés incités) n’étaient pas valorisées.

Des résultats tangibles

Le choix des contrôleurs, relayé en CT par le SNCTA, la signature de l’arrêté « XP Lyon » et sa publication au Journal officiel permettent désormais la mise en paiement du « complément XP » d’ici la fin de l’année 2018 (avec le rappel depuis le 19 septembre).

Pour le SNCTA, les efforts des contrôleurs aériens ne valent pas rien.
Donnez au SNCTA les moyens de VALORISER votre travail. Les 4, 5 et 6 décembre 2018, VOTEZ SNCTA !

20181107 FI Lyon Vous Valoriser à Lyon XP (0.4 MiB)

Pages:12