Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Tag: Congés

0

LFFF CDA - Outil de gestion RH ? DETRESFA en vue !

Alors que la gestion devient de plus en plus fine pour gérer les absences en équipe, l’administration reste toujours incapable de nous donner une vraie perspective sur la mise en place d’un outil de gestion RH digne du 21ème siècle. Alors que les 4 autres CRNA ont abandonné le papier pour la gestion des absences, qu’ils ont un outil unique pour gérer les absences, les récups, les recyclages des détachés et ass. sub, les stages, les Chefs d’équipe du CRNA Nord ont encore le papier et le stylo comme unique moyen d’échange avec la sub contrôle. 

Outre le fait que cette gestion est totalement obsolète, ce système est aujourd’hui peu fiable. Les CDS le constatent d’ailleurs régulièrement sur la prévision du jour mise à leur disposition. Sachant que celle-ci sert de base pour définir le nombre de secteurs offerts, on ne peut être qu’inquiet sur une gestion en toute sécurité de la salle (n’oubliez pas de faire des FNE pour montrer les dysfonctionnements).

Il est plus que temps que l’administration prenne des décisions et mette en place au plus vite un outil adapté, sûr et facile d’utilisation pour tous les intervenants que ce soit les chefs d’équipe ou nos gestionnaires RH qui doivent faire face aujourd’hui à un surcroît de travail qui n’est pas acceptable. 

La gestion de l’effectif en salle est complexe et une interface efficace simplifierait leurs tâches qui sont nombreuses. 

On en rit ou on en pleure ? 

Le fichier .XLS servant d’échanges entre la sub contrôle et les ACDS ayant disparu, il a été demandé aux ACDS de faire part de leurs besoins pour les plannings de juin/juillet et août via une feuille scotchée sur une porte à la sub contrôle ! Sans commentaire ! 

Nous apportons tout notre soutien aux agents RH qui vont devoir gérer la situation et qui sont contraints de travailler dans des conditions plus que dégradées.

Face à de telles gabegies, le SNCTA exige qu’au CT de juin prochain un planning précis soit présenté sur le déploiement d’un nouvel outil RH au CRNA Nord.

LFFF19-0506 Outil RH Dtresfa (0.2 MiB)

0

LFFF Flash Info - Equipes à 10 ? Réguler les absences pour ne pas réguler le trafic ?

Le SNCTA a obtenu fin novembre un report au 1er avril du nouveau TDS. La première réunion de concertation sur les mesures associées aura lieu le 1er février.

Quelles seront les propositions sur les absences pour les équipes à 10 (9+1 ACDS) ? Notre administration aurait-elle trouvé des solutions miracles permettant à la fois d’autoriser des absences acceptables pour la salle, le tout sans réguler, ce qui est sa ligne de conduite depuis l’ouverture du GT TDS ?

Depuis le début des débats sur le TDS, le SNCTA n’a pas cessé d’affirmer que la mise en oeuvre d’un nouveau TDS doit être vue de façon globale, et que les droits à absences doivent y être étroitement associés. Si l’administration n’avait pas fait la sourde oreille, la situation ne se serait pas ainsi enlisée.

A partir de l’automne 2019, et à minima jusqu’à l’été 2022, les équipes à 10 (9+1ACDS) deviendront la norme au CRNA Nord. La proposition pour gérer les absences de ces équipes n’est pas tolérable (3 absences). Alors que certaines équipes de l’est vont devoir dès le printemps « vivre » avec cet effectif de 10 (situation qui ne « devait pas exister »), cela se généralisera rapidement en fin d’année. Comment peut-on imaginer qu’un syndicat cautionne des conditions de travail dégradées ?

Le SNCTA continuera de s’opposer à la mise en place de tout nouveau tour de service qui contraindrait les droits à absences à des niveaux inacceptables pour ne pas pénaliser le trafic.

La salle ne subira pas seule les contraintes dues à la pénurie de PC.

LFFF19-0125 TDS Et Congés (1.3 MiB)

0

LFFF Flash Info — Vendus !

Relayant la colère de la salle face à un nouveau tour de service et une note congés et absences imposés par l’administration, le SNCTA avait exigé et obtenu un moratoire suspendant les NDS concernées. Cette suspension avait été annoncée en réunion responsable d’équipes vendredi matin dernier.

Pourtant, dès l’après midi… rebondissement. De son côté, la CGT avait décidé de déposer un préavis de grève local pour la journée d’action nationale dans la fonction publique du 9 octobre. Elle aurait pu se satisfaire de ce moratoire et accepter de se remettre au travail afin de construire une solution globale dès la fin décembre. Mais non… En échange d’un pauvre Vf supplémentaire (que les CRNA SO et SE ont obtenu pour service rendu), et de mesures de gestion destinées à garantir, pour l’été 2019 seulement, des équipes à 10 PC +1 ACDS, elle a vendu nos bijoux de famille ! Elle a en effet validé la mise en service du nouveau tour de service A sans aucune garantie sur les équipes à 10 (9+1), si ce n’est qu’il n’y en aurait pas en 2019 en « jouant » avec le nombre de détachés. Certes… Mais après ???

L’administration a obtenu ce qu’elle voulait : combler le trou de l’après-midi, durcir à l’extrême la vacation complémentaire, sans rien lâcher sur les équipes à 10 (9+1) qui vont pourtant devenir la norme pour les étés 2020, 2021 et 2022, sans qu’aucune mesure « de gestion » ne puisse plus les enrayer. Tiens d’ailleurs c’est quoi une mesure de gestion ? Nous vous laissons méditer sur le sujet. Le CRNA Nord est à la pointe de l’innovation en la matière…

L’administration a trouvé en la CGT un partenaire idéal pour valider un accord de productivité sans contrepartie. Une victoire pour l’administration… pas pour les contrôleurs…

Pour le SNCTA, il est hors de question d’accepter une telle mascarade!

LFFF18-FI 1007 Conciliation CGT Vfinale (0.6 MiB)

0

Congés et absences — Nouveau TdS Passage en force

L’administration pose les jalons de sa gestion de 4 longues années d’équipes à 10

La faute aux non-recrutements du protocole 2013 dont le SNCTA n’était pas signataire.

Le protocole 2016 négocié par le SNCTA permet quant à lui une remontée mais pas avant 2022.

En attendant, nous ne voulons pas de cette gestion !

  • Congés et absences : 30 % toute l’année soit 6 PC+1 chaque jour pour les éq. à 10

Vote unanime CONTRE – Article 48 : Passage en force de l’administration.

Pour le SNCTA impossible de fonctionner avec 1 absence en moins aussi bien pour les formations, les activités hors salle que les congés.

  • Nouveau tour de service : objectif « 0 régul » malgré la baisse des effectifs

Vote unanime CONTRE – Article 48 : Passage en force de l’administration.

Mise en service du tour de service A au 10/01/19 sans rien de plus que les 4 Vw actuels.

L’administration temporise sur la vacation complémentaire. À rediscuter plus tard… Au fil de la baisse des effectifs, avec son lot de contraintes supplémentaires : recyclages dirigés, etc. ?

Grâce à l’article 48, l’administration nous fait le coup du sombrero. En passant outre les syndicats elle s’offre une augmentation de productivité sans aucune contrepartie. Mais ne vous y trompez pas, sous ce patch qu’elle vous présentera comme réparateur et indolore se cache la gangrène de nos conditions de travail.

Pour le SNCTA ce jeudi 27 septembre marque une rupture dans le dialogue social au CRNA-Nord.

—À SUIVRE…

LFFF18-0927 FI CT TDS Passage En Force (0.6 MiB)

0

Échec des négociations TdS 2002 ? Savoir refermer la boîte de Pandore

Mardi 18 septembre prochain se tiendra le comité technique de rentrée exclusivement consacré à un hypothétique changement de tour de service. Hypothétique, car au vu des positions de chacun (syndicats et aussi administration), une solution d’ici fin 2018 semble peu probable. Mais ne nous laissons pas aveugler par les divergences syndicales : un passage en force de l’administration sur un tour de service selon l’arrêté 2002 n’est pas à exclure !

Dans ce dossier, 3 acteurs majeurs : le SNCTA, la CGT et l’administration

Les positions des premiers sont connues par tracts. Celles de l’administration viennent de nous parvenir dans les documents de travail du CT.

La CGT a publié en fin d’été un appel à la négociation autour du tour de service A dans lequel elle listait un certain nombre de positions et de pré-requis :

  • Selon elle, une consultation n’a nullement force pour acter un quelconque changement de tour de service.

Il faut en effet un CT pour cela. Mais pour mettre en place un tour de service (non expérimental) peu importe l’avis des syndicats, l’administration peut faire ce qu’elle veut : si un seul d’entre nous ne fait ne serait-ce que s’abstenir, elle peut adopter dans la foulée ce nouveau tour de service. Si nous sommes tous sont unanimement contre, elle doit convoquer un nouveau CT mais à l’issue, elle peut tout de même adopter un nouveau tour de service fut-il encore rejeté par tous ! Alors, PRUDENCE !

  • Pour les congés et absences, la CGT en demande 3 pendant la période de charge et 4 hors charge pour les équipes à 10… tout en continuant à revendiquer l’abandon de la notion de période de charge

Ce qui ferait 6 PC + Chef ou FMP en période de charge et 5 + 1 hors charge… Demande légitime et que nous pourrions soutenir mais est-elle bien réaliste ? La CGT parle de période de charge (à quelle dates d’ailleurs ?) puis demande son abandon ! N’y croirait-elle pas en fait ?

  • Sur les vacations complémentaires, la CGT étudiera la proposition mais pour elle leur utilisation ne peut que répondre à une demande spécifique de trafic et ne doit pas combler des journées à forte demande de congés.

Elle accepterait donc des vacations complémentaires pour faire encore et toujours plus de capacité, sans desserrer l’étau des congés ?

  • Enfin pour la CGT, le schéma d’astreints ne doit pas conduire à diminuer notre droit de grève.

Cette formulation laisse libre cours à interprétation car augmenter la capacité d’un tour de service conduit, de facto, à nombre d’astreints égal, à augmenter le nombre de secteurs offerts en service minimum : s’agirait-il là selon la CGT d’une diminution de notre droit de grève ? Ou entend-elle seulement cela en nombre d’astreints (c’est à dire en nombre d’agents ne pouvant pas exercer leur droit de grève) ? De la part d’un syndicat qui use de préavis sans compter, cela peut laisser songeur.

Autres revendications :

  • La CGT demande un forfait relève d’1 heure hebdomadaire hors briefing,…

Elle s’appuie sur le forfait validé au CRNA Sud-Est. Ça tombe bien une harmonisation nationale de ces curseurs est prévue.

  • Le nombre de jours de récupération horaire doit rester d’au moins 4 Vw.

Formulé ainsi on comprend 4 Vw, mais nous pouvons également revendiquer une ou deux journées exceptionnelles en supplément comme celles accordées lors du changement de tour de service au CRNA SE. Il est également à souligner qu’au CRNA SE les jours de récupération horaire sont au bénéfice des PC, ACDS mais aussi des détachés.

Côté SNCTA, nous avons exprimé avant l’été nos doutes sur le réalisme ou la pertinence de certaines revendications de la CGT. Depuis la consultation nous avons observé un devoir de réserve le plus strict afin de ne pas nuire à la négociation. Il y a eu à notre connaissance au moins 2 réunions bilatérales ; les documents de travail du CT en sont issus… Et même si certaines lignes peuvent encore bouger en CT, le résultat nous semble absolument catastrophique !

Que propose l’administration en CT pour ce nouveau TDS 2002 ?

Nous ne nous attarderons pas sur le forfait relève ou le nombre de jours de récupération qui sont des éléments de négociation secondaires, car quel que soit le résultat il ne suffirait à compenser le cœur de la négociation, à savoir les congés et la période de charge, les vacations complémentaires, le schéma d’armement en service minimum.

Sur ces points l’administration met sur la table :

  • Un nombre minimal de PC présents strictement équivalent pour les équipes à 11 et à 10. Ce qui revient à dire que nous aurons 1 congé de moins pour une équipe à 10 : soit 3 congés hors charge, l’épée de Damoclès des 20 % (soit 2 congés pour une équipe à 10) continuant à planer sur la période de charge. On promet des souplesses, mais rien n’est écrit ou garanti… Carte blanche est laissée à l’administration dans un contexte de trafic en hausse et d’effectif en baisse.
  • Définition d’un nouveau type de vacations complémentaires à horaires variables : chaque agent en fera bien une max par an, la reprogrammation en cas d’annulation est impossible sauf à la demande expresse de l’agent, l’annulation doit être faite au minimum 7 jours avant le jour concerné. Mais attention, il y aurait 2 types de créneaux possibles: 8 h 30 – 17i h ou 10 h – 18 h 30, soit une durée de 8 h 30 (contre une vacation de 4 h actuellement).
    Pire encore, alors que notre actuelle vacation complémentaire était réalisable en lendemain de S2 ou veille de J1, ce qui permettait de programmer 2 vacs comps en n’impactant qu’un PC par équipe, la vacation complémentaire 8 h 30 – 17 h ne sera réalisable qu’en veille de J1 (car il n’ y a pas 11 h de repos entre la fin de S2 et le début de cette vacation) : ce sont donc potentiellement 2 PC de la même équipe qui devront être désignés.
  • Une augmentation du schéma d’armement en service minimum l’après-midi : toujours 4 astreints par équipe mais 2,5 équipes au lieu de 2 équipes en salle l’après-midi entre 13 h – 15 h et 16 h – 17 h.

Notre analyse

Ce tour de service est un pansement que l’on voudrait nous présenter comme réparateur et indolore mais sous lequel se cache en réalité la gangrène de nos conditions de travail. Effectivement sa mise en place pourrait passer inaperçue mais le diable est dans les détails et il convient de les analyser.

L’amplitude maximum de chaque vacation correspond globalement aux horaires actuels, mais les vacations sont plus fractionnées afin de transférer du potentiel de contrôle sur des créneaux où il est plus utile.

Il nécessite le même nombre de présents que le tour de service actuel, sauf que d’ici l’été prochain nous aurons 1 PC de moins par équipe ! Sous des airs de ne rien changer c’est clairement une augmentation de productivité en offrant du potentiel de contrôle sur des créneaux où il est nécessaire

Et que donne l’administration en contrepartie ?

En matière de pénibilité ? Rien. Les horaires des vacations sont tirés au cordeau afin de maximiser l’utilisation des contrôleurs lorsqu’ils sont présents en salle, la pénibilité en est donc augmentée, avec des vacations toujours aussi longues (cas des J2 et S1 en particulier). Sans compter une vacation complémentaire nettement plus contraignante !

En matière sociale ? Les autres CRNA subissent autant que nous la baisse conjuguée des effectifs et de l’augmentation de trafic. Ils se sont inscrits (hors Aix-en-Provence) dans une toute autre démarche, assumant de basculer sur un cycle de travail où les PC travaillent à tour de rôle 1 jour de plus qui est récupéré et dont le nombre est limité dans l’année, faisant appel à des recyclages dirigés pour sauvegarder 1 congé par équipe malgré la baisse des effectifs.

Ce tour de service ne s’inscrit pas dans cette nouvelle organisation du travail et ses promoteurs refusent les recyclages dirigés tout comme l’utilisation des vacations complémentaires pour générer des congés. Dès lors comment garantir de manière structurelle cette absence ? Cela paraît impossible et cela n’a été possible nulle part ailleurs.

Et les 8 WE de grève au CRNA Sud-Est alors ? N’ont-ils rien donné ? Le résultat reste un tour de service densifié en échange de 2 récups pour 2018, 1 pour 2019 et d’un temps de relève augmenté. Poudre aux yeux pour cacher l’échec d’un mouvement qui se voulait exemplaire… Un exemple à suivre selon certains ?!

En matière de valorisation financière ? Aucune. Le CRNA-Nord devient clairement moins attractif que d’autres CRNA ou CDG d’un point de vue de la rémunération. Combien de PC va-t-on encore perdre en CAP ?

Le SNCTA refuse la densification à l’extrême du cycle de travail, l’augmentation de la pénibilité, la diminution automatique des congés et absences par la baisse des effectifs en équipe.

Le SNCTA rappelle enfin ses réticences en matière de flexibilité concédée unilatéralement à l’administration pour ne pas dégrader le service : les renforts doivent être cadrés, publiés et demandés avec un préavis d’au moins 3 semaines aux équipes comme cela est déjà prévu. Par ailleurs, nulle part les renforts ne sont des switchs (programmation d’un agent sur une vacation différente sur la même journée) ou des shifts (programmation d’un agent sur une vacation sur un jour de repos en lieu et place d’un jour de travail de son cycle), et donc ne se font pas sur des journées ponctuelles : ayons tous conscience qu’il s’agit là de mesures identifiées par l’administration elle-même comme nouvelles lors de discussions nationales, et donc hors cadre actuel.

Le fonctionnement du CRNA Nord ne saurait être nominal ces 5 longues prochaines années. Le SNCTA ne se rendra pas complice de l’administration pour cacher nos difficultés croissantes. La cible basse de 11 PC + FMP par équipe fixée par le DSNA est incontournable pour rendre au CRNA qui alimente les plateformes parisiennes la robustesse attendue par ses chers « clients ».

Le SNCTA juge le résultat des négociations autour de la mise en place d’un nouveau TDS 2002 catastrophique et défendra « le statu quo » lors du prochain CT.

Le SNCTA prend par ailleurs note de la volonté de l’administration de laisser sur la table le tour de service expérimental qui, n’en déplaise à certains, reste une alternative possible et crédible. Des notes de service ont été produites en ce sens. Nous demanderons bien sûr l’ajustement de quelques éléments, mais nous ne souhaitons pas pour autant aller au vote sur ce point lors du prochain CT, cela serait inutilement clivant.

Notre CRNA est aujourd’hui trop divisé pour envisager sereinement un quelconque changement. Au-delà des querelles de chiffres, c’est la leçon que nous retenons de la dernière consultation. Malheureusement « le statu quo » ne pourra pas perdurer éternellement car notre CRNA se vide et le trafic augmente. Le sujet de nos conditions de travail reviendra donc sur la table très rapidement. Localement, mais aussi nationalement avec les négociations dès l’an prochain du nouveau protocole.

D’ici là restons vigilants et ne laissons pas l’administration entériner cet accord unilatéral de productivité.

LFFF18-0911 CT TDS VDef (1.5 MiB)

0

Pâques et été 2017 : l’enjeu crucial des congés

Sans expé, l’administration veut aller chercher les secteurs manquants entre 10 h et 15 h

Sa proposition : Réduction de 1 congé par équipe* + Vac comp revue en profondeur

156 × 6 équipes (par jour) = jusqu’à 936 jours de moins pour possibilité de congé / absence.

C’est plus de 4 jours par PC en 5 mois !

Prochaine et ultime réunion le 9 février, l’administration annonce « peu de marges de manœuvres »

Chaque jour, si l’expé. ne se prolonge pas, l’administration mobilisera donc à moindre frais 6 PC (un par équipe), et 4 à 6 personnes en vacation complémentaires aux moments les plus tendus. Plus insidieux et moins cher que les J0, mais tout aussi contraignant, notamment pour passer du temps en famille, avec les journées longues et les extensions en prime.

Ne jetez pas trop vite les J0 à la poubelle ! Sans expé., en plus du reste, nous risquons de nous voir imposer des choses désagréables !

Le SNCTA a travaillé, bien en amont du protocole, pour vous proposer une autre voie.

* sur la période du J0 soit 156 jours du 15 avril au 17 septembre 2017

SLLFBB 2017-02-01 été2017 (1.4 MiB)

1 février 2017 Ecrit par vb dans Bordeaux
0

Date limite de congés : lettre du SG

En réaction à une note du Ministère stipulant qu’il est impossible de reporter ses congés au-delà de l’année en cours, le SNCTA a défendu les particularités des contrôleurs. Grâce à son travail, il a obtenu un résultat pour les opérationnels : pour eux, la date limite de validité des congés annuels reste inchangée.