Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Tag: espace

0

CDA — Espaces : ça suffit!

Figurine dans un interdit faisant le signe stop

Au début de l’été aéronautique, la salle découvre une nouvelle consigne d’exploitation qui impose une modification sensible des interfaces avec le centre de Maastricht. Deux points retiennent particulièrement l’attention du SNCTA : la « MEDIL climbing box » et la « FAMEN area ».

Énièmes concessions

Pour justifier ces énièmes concessions dans un espace rémois déjà largement mité par les délégations d’espace ou autres release box, le service s’appuie sur des conclusions du Groupe Espace Flux qui ne les a pourtant pas validées !
Le SNCTA est passablement excédé devant une subdivision contrôle qui redouble d’ingéniosité (et d’anglicisme) pour offrir de l’espace aux prestataires étrangers sans contrepartie équitable.
Le manque de lien évident avec la salle aboutit à des projets espaces et d’amendements des lettres d’accords qui présentent un intérêt opérationnel discutable au détriment de l’espace aérien utilisable, de la sécurité, ou d’une augmentation des contraintes.

Où sont les contreparties ?

Le SNCTA soutient tous les projets espaces qui améliorent les conditions de travail des Rémois ou réduisent la complexité sur secteur. Lors de négociation de LoA ou d’espace avec les partenaires étrangers, il attend des contreparties équivalentes. Elles ne manquent pas :

  • «CIV release line » ;
  • pérennisation de l’expérimentation DEVDI ;
  • réduction des zones PINOT et SORAL
    ou création de descending box ;
  • réduction de la délégation Londres ;
  • « Stuttgart », « Frankfurt-Hann », « Zurich»,  et « Geneva climbing box » ;
  • création de flux de sorties avec l’Allemagne ;

Une réduction des coordinations téléphoniques n’est pas suffisante pour donner de l’espace !

Les enjeux du eNM S19

Dans le cadre du « eNM Summer 19 », les prestataires de contrôle font en ce moment part de leurs besoins en espace aérien ou en scénarios pour améliorer la gestion de leur trafic. Nul doute que la DFS, Eurocontrol, Skyguide ou le NATS demanderont des concessions significatives au CRNA Est ! La DSNA sera-elle capable d’y faire face ?
Raison de plus pour refuser toute stratégie de l’administration nationale ou locale qui braderait l’espace rémois sans contreparties équivalentes.

Le SNCTA exige une nouvelle fois que la mise en place de chaque LoA ou projet espace soit conditionnée par l’accord express du Groupe Espace Flux.
Le SNCTA demande les retours arrières immédiats des « MEDIL climbing box » et « FAMEN area ». Il attend toujours les compensations de la « CMB release line ».
Il enjoint l’administration à mettre en place un détachement 12/36 à pourvoi obligatoire en subdivision contrôle.

2019-05-02 CDA LFEE Espaces, Ça Suffit (0.2 MiB)

0

CDA Brest — Les dossiers de la rentrée 2/2

Alors que la salle de contrôle de Brest a su se réorganiser pour faire face à la demande des compagnies, la section locale regrette le retard pris par l’administration sur les dossiers technique et espaces, domaines où les marges de progression sont pourtant considérables tant sur la sécurité que sur la performance.

Technique

Attendues des personnels en salle de contrôle depuis très longtemps, des évolutions majeures sont en cours de déploiement. S’il est facile de freiner par pur dogmatisme toute évolution, être un syndicat responsable et pragmatique consiste en premier lieu à travailler dans le sens d’évolutions techniques apportant confort et sécurité à la profession.

Ainsi, le SNCTA se félicite enfin de la mise en service programmée des paramètres avion descendant prévue fin octobre qui apporteront indéniablement un gain de temps (accès au cap, point de Mach et vitesse indiquée), mais surtout une couche de sécurité fondamentale pour assurer nos missions (accès au niveau sélecté par le pilote et alarme DSAM = Downlink Selected Adherence Monitoring).

À plus long terme, c’est-à-dire après le déploiement des positions 4F dans le cadre du projet MUSC de ré-urbanisation de la salle de contrôle (été 2019), ce sont les futurs écrans 43 pouces, qui offriront enfin une amélioration du confort ergonomique nécessaire pour faire face au trafic actuel. À l’origine de leur demande, grâce au travail coordonné des sections bordelaise et brestoise depuis 2015, le SNCTA salue cette avancée considérable qui fait déjà l’unanimité au sein du CRNA Sud-Ouest.

Petit bémol ergonomique cependant, la section locale s’inquiète du positionnement inadapté de l’écran MSS dont l’utilisation opérationnelle grandissante est en décalage complet avec son positionnement physique prévu actuellement. Espérons ici que le bon sens prévaudra.

Dans l’ensemble, si ces évolutions sont à accueillir positivement, elles ne suffisent malheureusement pas à effacer les préoccupations quotidiennes des agents quant à la robustesse du matériel utilisé. En effet, la panne récente du STIP est encore dans tous les esprits (les conclusions finales du REX sont toujours attendues) et il est clair que la route est encore longue pour que les ICNA retrouvent la confiance nécessaire dans leurs outils techniques.

Pour le SNCTA, il est notamment impératif de consolider les procédures de gestion de situation dégradée et de lever les flous actuels inacceptables sur les mesures à appliquer en temps réel. La fonction de chef de Salle étant suffisamment complexe en l’état, l’administration se doit de leur donner les moyens suffisants pour remplir leur mission.

Notons par ailleurs que comme le craignait la section locale, des agents du CGEDD (conseil général de l’environnement et du développement durable) ont été mandaté par notre ministre de Transport, Mme Élizabeth Bornes, pour mener un audit sur la sécurité et la technique notamment suite a la médiatisation des événements récents. Dans le cadre de cet audit, le bureau national du SNCTA a été reçu et à défendu les compétences, la Just Culture et le professionnalisme des contrôleurs aériens qui garantit un haut niveau de sécurité.

Espace

S’il est vrai que le centre doit répondre à un enjeu majeur européen du FREE Route (engagement de la DSNA au 1er janvier 2022), et que cela va accaparer un nombre considérable de ressources humaines, le SNCTA déplore le peu d’avancées notables sur les autres dossiers d’envergure et regrette que le CRNA Ouest semble ne pas tenir son rang d’acteur majeur sur ce plan.

En effet, nous déplorons notamment l’immobilisme du projet ELIXIR (dédoublement de l’axe AMB) qui conduit encore à rerouter le trafic UK-Baléares sur le déjà très saturé RESMI. Il est maintenant temps que la DO prenne enfin ses responsabilités sur ce dossier.

Par ailleurs, comment ne pas s’interroger sur la situation ubuesque vécue par les contrôleurs du CRNA Ouest encore amenés à contrôler des avions en espace G ?

Si nous comprenons que les approches ont elles aussi leurs contraintes (technique, RH, formation), ces problématiques ne peuvent suffire à justifier la lenteur de ce dossier ouvert depuis déjà trop longtemps. Mais au-delà des décisions à prendre sur les scénarios en cours entre les approches de Nantes et de Rennes, cette délégation d’espace ne peut être cohérente si elle laisse de côté la question centrale de la reprise du Cotentin.

Les bénéfices attendus pour le CRNA Ouest par la mise en œuvre de ce projet sont conséquents :

  • environ 20 % des délais du centre sont en effet directement ou indirectement imputables au maintien inutile d’un secteur où les contrôleurs de CRNA font un travail d’approche ;
  • le temps de qualification des agents en formation est allongé de plusieurs mois par l’appréhension de ce secteur si particulier.

Nos managers, par leurs absences de décisions doivent assumer la responsabilité de ces délais !

Afin de pouvoir espérer une mise en service à l’automne 2019, et ainsi laisser suffisamment de temps aux approches pour s’adapter aux nouveaux espaces avant l’été, le SNCTA demande que le scénario retenu par la DSNA sur ces projets soit validé au CT DO d’octobre 2018.

Dénoncées il y a peu dans le rapport Capo-Canellas, les errances de notre administration sur le plan technique ne sont pas de nature à rassurer les contrôleurs brestois encore échaudés par la panne du 26 juin. Si l’arrivée des paramètres descendants et des écrans 43’’ devraient marquer une avancée notable sur le plan du confort et de la sécurité, le SNCTA souhaite par ailleurs que l’administration fasse enfin aboutir les dossiers aussi importants que le dédoublement d’AMB et la remontée des approches au FL 195.

CDA Rentrée 2:2 Vdef 1.3 (0.2 MiB)

0

Projets espaces et techniques à LFBB : le double visage du CRNA/SO

Météo sociale : nuageux

Le CRNA/SO a offert à la DSNA et aux compagnies aériennes une des transformations de système ATM les moins pénalisantes de l’histoire. Il a par ailleurs montré tout récemment sa faculté à adapter ses ressources à la demande, toujours plus inconstante. Néanmoins, l’accumulation des pressions venant des centres adjacents, bien aidés par NM (Network Manager) et la passivité de la DO aura inévitablement des conséquences sur la performance du centre, pourtant très cher à la DGAC.

Février 2017

Nouveau report du projet GT ESSO au printemps 2018 (comprenant notamment l’inversion LATEK / SOVAR discutée depuis 2007) en raison d’une formation inaboutie au centre en route de Madrid.

Mars 2017

Nouveau report de RL5 à l’automne 2017 (à l’étude depuis 2013) en raison d’un planning serré au service technique.

Mars 2017

Annonce du risque sur la mise en œuvre des nouveaux écrans 43 pouces avant l’été 2018 du fait d’une procédure de certification des chaînes graphiques Magrit.

Avril 2017

Annonce de la reprise au 22 juin 2017 de la délégation d’espace par le centre de Barcelone accompagnée de nouvel les procédures impactantes pour Bordeaux.

Le CRNA/SO a beau être le troisième centre en route européen en termes de délais en 2016, il ne semble pas émouvoir nos responsables. La section locale SNCTA appelle à une prise de conscience à tout niveau de la saturation d’une partie de notre réseau espace ainsi que des conséquences du retard d’outils techniques indigne du premier prestataire européen. Les contrôleurs bordelais sauront prendre leurs responsabilités face à la croissance de trafic fulgurante (5,13 % en mars, record historique depuis 2008 avec 67 146 vols) et ininterrompue de ces derniers années.

SLLFBB 2017-04-25 Projets Espaces Et Techniques (1.1 MiB)