Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Tag: GT effectif

3

Effectif : début d’année sous tension

47077108 - electric arc between the wires. electrical circuit. stock vector.

La répartition des contrôleurs et les tours de service sont les deux dossiers complexes et conflictuels de ce début d’année. Conséquences d’une politique de recrutements dogmatique et inadaptée, imposée par les pouvoirs publics entre 2010 et 2016 d’une part, et de la très forte augmentation du trafic aérien ces deux dernières années d’autre part, les projets de nouveaux tours de service se multiplient à différents endroits tandis que les effectifs ne permettent pas de satisfaire l’ensemble des besoins nécessaires aux missions de service public de la DSNA.

Situation des effectifs

S’il existe des situations plus ou moins tendues, force est de constater que les CRNA sont tous en situation de sous-effectif. Malgré l’existence de BO, faute d’affectations suffisantes — la DSNA ayant donné la priorité aux CRNA ces deux dernières années — de nombreuses approches se trouvent également dans cette situation.

Avec environ 140 départs à la retraite chez les ICNA en 2018 pour seulement une soixantaine amenée à sortir de l’ÉNAC, il est évident qu’il n’y aura aucune répartition satisfaisante des effectifs en 2018, ce qui mettra une majorité d’organismes dans une situation de sous-effectif sans précédent.

La situation va donc se détériorer partout : dégradation des conditions de travail (stress, fatigue) et dégradation du service rendu (sous-capacités, délais). Aucune amélioration n’arrivera avant 2021, année où les premiers gros recrutements prévus au protocole commenceront enfin à se qualifier.

Cette perspective d’amélioration de la situation globale ne rassure à l’évidence personne. En effet, au-delà des quatre ans de sous-effectif à venir, aucune stratégie de répartition des ressources n’est définie. C’est pourtant dans ce but que le SNCTA a fait inscrire la définition de BO pour les CRNA dans le protocole.

Déterminer ces besoins est désormais très urgent car chaque organisme doit nécessairement connaître sa perspective de stabilisation ou de remontée en effectifs pour envisager l’avenir. Or, si la DO a commencé ses réflexions, elle n’a encore rien proposé de concret pour les organismes gérés en GT effectif.

Pour le SNCTA, la définition de chiffres précis et cohérents avec une stratégie de convergence est un pré-requis indispensable aux GT effectif et GS 32 heures qui doivent se tenir en février. Le SNCTA en refusera la tenue si ce pré-requis n’est pas satisfait !

Tours de services

Avec la nette augmentation du trafic et la baisse des effectifs opérationnels, rares sont les organismes où de nouveaux tours de service ne sont pas étudiés. En application des possibilités offertes par l’arrêté du 19 novembre 2002, les projets travaillés par les chefs de service exploitation vont tous dans la même direction : vacations plus longues, équipes morcelées, nouvelles restrictions de congés, augmentation des heures de contrôle en période de charge !

Ces projets ont beau être réglementaires, ils n’en sont pas moins inacceptables pour le SNCTA : que ce soit en matière de fatigue accumulée, ou socialement tant les contraintes imposées sont fortes.

Le SNCTA s’était déjà opposé à ce type d’évolutions au CRNA Est en 2015. Il avait alors proposé une alternative sous forme d’expérimentations. Celles-ci, reconduites depuis et inscrites au protocole 2016, se sont étendues en 2016 au CRNA Sud-Ouest puis, en 2017, à Roissy, au CRNA Ouest et à Nice.

L’objectif principal est de sécuriser les conditions de travail en période de trafic chargé, notamment en gérant mieux la fatigue grâce à des vacations plus courtes (8 h 30 maximum) ou en limitant mieux le temps de travail (42 heures maximum sur 7 jours glissants). Il ne s’agit pas de travailler plus mais de travailler mieux d’un point de vue « contrôleur ».

Les retours de ces expérimentations, proposées par des contrôleurs pour les contrôleurs, sont très majoritairement positifs. Aucun comité local de suivi n’a souhaité faire marche arrière. Cependant, si les expérimentations ont permis de faire face à l’augmentation du trafic dans de meilleures conditions de travail, les CRNA n’en ont pas moins atteint les limites de leurs capacités.

Seuls de nouveaux systèmes de contrôle et des effectifs supplémentaires pourront dans ces organismes apporter plus de capacité et de sérénité. Pour le SNCTA, il n’est pas envisageable d’ajouter encore plus d’heures de contrôle en période de charge (ce que permet pourtant, en théorie, l’arrêté de 2002).

CRNA Sud-Est : conflit en cours

Le SNCTA s’oppose actuellement à la modification du tour de service que veut imposer la direction du CRNA Sud-Est. Il a déposé un préavis de grève pour les 18, 19 et 20 janvier.

Le SNCTA revendique le retrait du tour présenté en CT et, comme ailleurs, demande des garanties concernant l’effectif cible et la stratégie d’alimentation. Il souhaite en outre que les contrôleurs puissent travailler et débattre de leur futur tour de service.

En-route ou en approche, les contrôleurs attendent tous l’annonce d’effectifs cibles par organisme avec une stratégie de convergence associée. Ceci doit être la priorité de la DSNA en ce début d’année. Ni le GS 32 h, ni le GT effectif, ni aucune concertation sur une quelconque évolution des tours de service ne pourront avoir lieu sans ce pré-requis. Le SNCTA s’opposera aussi à toute tentative d’évolution non concertée.

CDA n° 779 — Effectif - Début D'année Sous Tension (0.7 MiB)

0

Expé or not expé ?

Nœud de routes dans le brouilard, panneaux interrogatifs

Alors que la première phase de l’expérimentation 2016 / 2018 s’achève, les négociations permettant de cadrer son éventuelle poursuite au delà du 31 mars 2017 sont en cours.
Au niveau national, les GT issus du dernier protocole se poursuivent et la date des prochains GT effectif / GS 32 H se rapproche.

GT 7

Le 17 janvier dernier, se tenait la dernière réunion du GT 7, censée clore les travaux sur les cadres alternatifs aux expérimentations. Lors de cette réunion, plusieurs cadres ont été proposés à la fois par l’administration et par les organisations syndicales UNSA-ICNA et CFDT. Dans cette foire d’empoigne, ni les cadres proposés par l’administration, ni ceux des OS n’ont été jugés acceptables par les autres participants.

Assez logiquement, l’administration refuse de considérer les propositions des sections brestoises (CFDT, UNSA) et bordelaise (UNSA) comme de vraies alternatives alors qu’elles reposent majoritairement sur des pratiques déjà existantes et légales. De plus, elles ne laissent pas entrevoir de cadre national alternatif dans lequel elles pourraient s’inscrire. De leur côté, les organisations syndicales qui prétendent vouloir travailler à des options alternatives ne semblent pas prêtes à la négociation, et encore moins aux contraintes de ces options.

C’est donc dans une atmosphère délétère que ce GT sur les cadres alternatifs s’est terminé. La prochaine réunion devrait se tenir le 7 mars et aborder le sujet des BO (besoins opérationnels) en CRNA.

CT du 3 février

Pendant ce temps là, le bureau de section travaille depuis plusieurs semaines à la négociation des notes de service qui devraient encadrer l’expérimentation rémoise, au cas où sa poursuite serait actée lors du CT du 3 février prochain.

Cette 2e phase de l’expérimentation 2016 / 2018 devrait marquer un tournant majeur pour Reims car elle marquerait la première année complète du CRNA-Est dans un cadre expérimental.

Ainsi, les Rémois pourraient enfin évaluer l’impact global des contraintes protocolaires sur une année entière, et juger clairement de leurs acceptabilités.

Afin que ces négociations englobent le plus grand nombre, les résultats de nos discussions sont régulièrement présentés aux adhérents et les orientations de la section rémoise sont définies en réunion de section.

En ce sens, la version finale des projets de notes de service sera présentée à la prochaine réunion de section qui se tiendra le 26 janvier prochain.

Cette date n’a pas été choisie au hasard. C’est à la fois la date limite pour le chef de centre pour nous transmettre les documents de travail permettant de préparer le CT, et c’est aussi le lendemain des GT Effectif / GS 32 h aux cours desquels seront décidées les futures affectations 2017.

GT Effectif

Le bureau de section rémois tenait à rappeler, à ceux qui auraient pu oublier, que le 12 décembre dernier, lors du 2e comité de suivi du protocole, le DSNA avait clarifié sa position concernant le GT Effectif du 25 janvier prochain.

Pour lui, la validation, au niveau local, d’expérimentations n’est pas synonyme de baisse des affectations dans ces centres, « bien au contraire ».

Les Rémois dans leur ensemble entendent bien que ces paroles soient suivies d’actes concrets.

En ce sens, le bureau de section sera particulièrement attentif aux résultats du GT Effectif et du GS 32 h. S’ils devaient désavouer les déclarations du DSNA, les Rémois sauraient immédiatement prendre les décisions nécessaires lors de la réunion de section.

Les expérimentations sont peut être l’unique moyen à court terme pour Reims de faire face à son sous-effectif chronique. Pour autant, le nerf de la guerre reste les effectifs, et les Rémois ne sauraient consentir à une 3e année successive d’expérimentation et à plus de contraintes si le besoin de Reims en effectif n’est pas reconnu et se retrouve relégué au second plan.

Si le GT Effectif ne poursuit pas une politique d’affectation indispensable au CRNA-Est, les efforts consentis par les Rémois et les très bons résultats qui en résultent ne seront alors clairement pas reconnus. Dans ces conditions, les Rémois seraient en droit de se questionner sur l’éventuelle poursuite de ces efforts.

L’administration pourrait alors faire face à l’augmentation considérable du trafic à Reims avec sa vacation complémentaire, un effectif insuffisant, et un tour de service incapable de fournir assez d’UCESO pour rendre un service du contrôle sûr et efficace.

D’ici 2020, le CRNA-Est devra faire face à 20 départs à la retraite.

Ceux-ci, combines aux futures mutations (plus de 13 par an en moyenne), font que le CRNA-Est pourrait faire face dans les années qui viennent à une aggravation de son sous effectif.

Même si les expérimentations permettent pour le moment à Reims de garder la tête hors de l’eau, la hausse prévue du trafic ne saurait être contenue par ce seul moyen.

Face à la baisse globale des affectations prévue jusqu’à l’arrivée des premières promotions 2017, le GT Effectif 2017 est un enjeu vital pour le CRNA-Est !

Le CRNA-Est connaitra-t-il une 3e année d’expérimentation ?
Une part importante de l’acceptation rémoise se jouera demain en GT Effectif…

Expé or not expé ? (0.4 MiB)

0

Le 1er avril, on fait quoi ? On attend que l’administration nous le dise ?

2013-10-28-08-24-25-vote
Une nouvelle version de l’application mobile du SNCTA est disponible.

Pensez à faire la mise à jour en suivant cette procédure un peu particulière.

La clause de revoyure des expé. RH étant prévue en mars, il est grand temps de faire le point sur les dates importantes des semaines à venir. Le SNCTA souhaite que l’ensemble des options et de leurs conséquences soient mises à disposition des contrôleurs, y compris le plan B de l’administration si pas d’expé. Le SNCTA souhaite, comme il s’y est engagé, donner la parole à la salle de contrôle.

17 janvier : GT7 (national)

La 4e réunion du GT7 proposera des cadres alternatifs au cadre des « J0 ». Ceux-ci, conformément au protocole, devront répondre à des objectifs de performance et devront proposer des solutions « innovantes ».

23 janvier : Réunion de suivi expé. RH + alternatives (local)

Cette réunion devra permettre de tirer un bilan des expé. RH en vigueur au CRNA SO depuis le 1er octobre 2016 et de préparer l’été 2017 en fonction des différentes options. Ainsi, les syndicats représentés localement en CT (SNCTA, UNSA-ICNA et USAC-CGT) pourront proposer des alternatives à l’expé. en vigueur en respectant les cadres du GT7.

Nous exigeons par ailleurs de l’administration qu’elle présente de son côté l’ensemble des dispositions qu’elle compte mettre en place dans l’hypothèse où aucune expé. n’aurait lieu (quotas de congés, vac. comp., etc.).

Toutes les propositions pour l’été 2017 alors (enfin) sur la table, le SNCTA profitera de cette réunion pour demander à l’administration son aide logistique pour l’organisation d’un référendum et souhaite discuter avec les autres OS pour définir les modalités de celui-ci.

25 janvier : GT effectif (national)

Les chiffres fournis par l’administration confirment nos pires craintes : à l’horizon 2020, c’est un nouveau déficit d’une trentaine de PC dans notre centre qui sera acté si rien n’est fait, alors que les délais s’accumulent, que l’I1 et le trafic explosent et que nous n’avons presque personne en formation… La section locale rappelle l’urgence absolue du CRNA SO, et confirme une nouvelle fois que si le nombre de PC en équipes venait à être inférieur à 19, cela aurait des répercussions importantes sur le service rendu aux usagers.

Février ou début mars (local)

Nous souhaitons organiser la consultation durant cette période, pour que le mois de février permette à l’administration et aux différentes OS de finaliser ses options et que chaque contrôleur soit parfaitement informé de chacune d’entre elle.

Deuxième quinzaine de mars (local)

Un comité technique sera tenu pour valider une expé. qui ne recueillerait pas de minorité de blocage. Dans le cas contraire, l’administration présenterait son dispositif qui, lui (et c’est tout le paradoxe de notre situation), n’est pas soumis à minorité de blocage.

Mars 2018 (local)

Si une expé. a été adoptée pour l’été 2017, nous rappelons qu’elle aussi sera soumise à clause de revoyure à son terme. Et que nous pourrons ainsi tirer les enseignements de celle-ci, et éventuellement considérer une expé. alternative.

Au-delà de toute considération syndicale, le choix d’un nouveau tour de service est avant tout un choix personnel. Le SNCTA estime que ce choix doit être partagé par le plus grand nombre et œuvre en ce sens depuis le début. Les discussions en salle ne laissent aucun doute sur ce point : l’immense majorité des contrôleurs souhaite pouvoir s’exprimer directement. Le SNCTA soutiendra le choix de la majorité des contrôleurs pour l’été 2017.

SLLFBB 2017-01-11 Referendum (0.1 MiB)

11 janvier 2017 Ecrit par vb dans Bordeaux
0

LFBB : au bord de la falaise

baisse-iphone-4

1er janvier 2013 : 319 PC
1er janvier 2014 : 311 PC
1er janvier 2015 : 306 PC
1er janvier 2016 : 294 PC + 3 ICNA en formation + 6 arrivées programmées
1er janvier 2017 : 285 PC max.
1er janvier 2018 : 276 PC max. – départs CAP 2015
1er janvier 2019 : 275 PC max. – départs CAP 2015 / 2016 + Klifs GT effectif 2016 ?
1er janvier 2020 : 267 PC max. – départs CAP 2015 / 16 / 17 + Klifs GT effectif 16 / 17 ?

LFBB 2016-01 GT Effectifs2016LFBB (2.3 MiB)

notes :

  1. PC = en salle + détachés
  2. En moyenne, le CRNA/SO connaît 7 départs en CAP annuels (11 en 2015). L’hypothèse retenue cidessus est basée sur 0 (zéro) départ en CAP. Les qualifications des 9 ICNA en formation ou prévus d’arriver sont intégrées. Les premières qualifications issus des GT effectifs 2016 et suivants ne seront pas effectives avant 2019.
  3. Notre I1 a grimpé de 5 % en 2015.
  4. Le trafic a augmenté de 2,7 % au CRNA SO en 2015, prolongeant une tendance régulière et continue ces dernières années.
  5. Les flux globaux s’intensifient vers la façade ouest de la France, tendance confirmée par CFMU pour les prochaines années, tenant compte notamment de la géopolitique internationale
  6. Notre centre connaitra 25 départs en retraite minimum en 2016 / 17 / 18, et a connu 11 départs en CAP en 2015

C’est maintenant les conditions de travail des ICNA et l’organisation globale du service exploitation du CRNA Sud Ouest qui sont directement affectées et menacées. La zone « jaune », celle que nous traversons aujourd’hui, connaît déjà de multiples turbulences : augmentation sensible des délais, attractivité réduite des postes clefs pour la gestion de la salle (CdS notamment), fatigue accrue des contrôleurs, départs en CAP toujours plus nombreux, tours de service à la limite de la rupture…

Le prochain GT effectif devra envoyer un signal fort aux contrôleurs bordelais pour qu’ils entrevoient la sortie de la zone « rouge » de turbulences modérées à fortes qu’ils vont traverser ces trois prochaines années, et que les usagers risquent de payer au prix fort.

Le prochain protocole devra donner des garanties aux contrôleurs bordelais de les ramener dans une zone « verte », ou « jaune » avec des solutions RH notamment.