Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Tag: GT7

0

Flash Info — GT 7 : voir plus loin que les « BO » en CRNA

Après plusieurs mois d’interruption, une nouvelle réunion du GT 7 s’est tenue mercredi 7 février. Après différentes tentatives infructueuses de définition de cadres expérimentaux alternatifs d’organisation du travail, ce GT se concentre enfin sur la définition d’effectifs opérationnels en CRNA.

Pour le SNCTA qui a fait inscrire ce mandat dans le protocole 2016, l’objectif est de définir une nouvelle méthode de gestion des effectifs. Celle-ci, pluriannuelle, devra prendre en compte les besoins en contrôleurs opérationnels en équipe et hors salle avec une vision à 5 ans afin de définir les recrutements nécessaires et une stratégie de répartition des ressources. Ainsi, les travaux du GT 7 (effectifs en CRNA), ceux du GT 8 (effectifs en approches) ainsi que les critères d’alimentation du GT effectif et du GS 32 heures doivent être coordonnés afin d’aboutir à une méthode globale efficace.

Les situations actuelles des organismes, extrapolées aux trois prochaines années, variant de « problématiques » à « critiques », démontrent à quel point une méthode basée sur l’anticipation des besoins est indispensable. Le SNCTA veut que celle-ci soit irréfutable face à un ministère du Budget qui a encore tendance à considérer l’activité de la navigation aérienne en très forte croissance comme une administration comme les autres.

Sur la méthode, le SNCTA rappelle ses exigences :

  • transparence et équité entre tous les organismes (CRNA et approches), toutes deux garantes de cohésion du corps et de paix sociale ;
  • garantie d’un dimensionnement permettant à chaque contrôleur d’effectuer ses formations statutaires dans de bonnes conditions et d’avoir au moins deux semaines de vacances en juillet – août.

La navigation aérienne a besoin d’une gestion des ressources humaines sûre et efficace basée sur l’anticipation des besoins à 5 ans et indépendante des politiques budgétaires des pouvoirs publics.

Pour qu’il n’y ait plus de protocole 2013*, le SNCTA travaille dans ces GT pour objectiver les besoins opérationnels. Il y défend le service public et les conditions de travail des contrôleurs.

seul protocole non signé par le SNCTA et qui entérinait une baisse significative des effectifs.

FI 2018-02-09 - GT 7 - Voir Plus Loin Que Les BO En CRNA (1.5 MiB)

0

GT 7 : Épisode final

Une nouvelle version de l’application mobile du SNCTA est disponible.

Pensez à faire la mise à jour en suivant cette procédure un peu particulière.

Le GT 7 — demandé par l’UNSA-ICNA lors des négociations protocolaires — s’est tenu pour la troisième fois ce mercredi 14 décembre en vue de rendre ses conclusions sur les cadres alternatifs aux expés RH… les conclusions sont sans surprise pour le SNCTA mais méritent qu’on s’y arrête.

Nationalement, depuis le début des négociations portant sur le protocole 2016-2019, le SNCTA a placé au coeur de ses préoccupations la gestion de la fatigue des contrôleurs sur un cycle et la sécurisation du travail en équipe. C’est en ce sens que nous avons défendu la réduction de la durée des vacations (8 h 30 max), l’abaissement du plafond du nombre d’heures sur 7 jours glissants (42 h max), l’impossibilité de scinder l’équipe à tout-va, etc.

C’est ce cadre que le SNCTA a défendu comme une possibilité laissée ouverte aux contrôleurs mais ne pouvant s’imposer à la demande de l’administration.

Certains ont choisi de rejeter d’entrée de jeu ce cadre sur lequel le SNCTA a travaillé depuis près de deux ans. Dont acte. Le GT 7 a été ouvert pour trouver un autre cadre permettant d’obtenir la même compensation financière. L’objectif ambitieux était donc de fournir, en moins de trois mois, un travail équivalent à celui effectué par le SNCTA en deux ans. Face à ce défit quasi impossible à relever, nous sommes restés ouverts aux propositions à venir et avons accompagné cette démarche.

La réunion de ce mercredi 14 décembre a scellé le destin de tout cadre alternatif : devant l’impossibilité — pourtant logique — de convaincre l’administration de nous rémunérer sans efforts supplémentaires, l’UNSA-ICNA a finalement abdiqué et quitté la réunion.

Le SNCTA a fortement marqué son opposition au cadre proposé mais est resté par courtoisie vis-à-vis des autres OS voulant défendre un autre point.

Localement à Aix, des effectifs en baisse, un trafic en pleine croissance, des moyens techniques décadents, des incidents de sécurité récurrents…

L’administration se demande comment les contrôleurs parviendront à passer l’été prochain sans HN et sans délais. La position du SNCTA est claire : les contrôleurs aixois ont fait des efforts, depuis des années, avec des tours de service aussi contraignants et capacitifs que possible. Ils n’évolueront que dans une direction qu’ils auront choisie ou ce sera le statu quo.

Il est temps d’avoir un débat de fond sur l’organisation du travail à Aix et sur ce que veulent les contrôleurs.

Conflits Dans L'air N°054 (1.9 MiB)

0

Flash Info — Shift : nouvelle mesure expérimentale ?

Calendrier avec des shifts
Une nouvelle version de l’application mobile du SNCTA est disponible.

Pensez à faire la mise à jour en suivant cette procédure un peu particulière.

Le GT protocolaire devant définir un ou plusieurs cadres alternatifs, qui « devront être innovants et permettre un niveau de performance équivalent » à l’organisation du travail prévue par les options 1 et 2 du protocole, s’est réuni le 24 novembre.

Après plusieurs bilatérales avec une organisation syndicale signataire, l’administration a présenté de « nouvelles » pistes expérimentales. Parmi elles, le shift qui consiste, par exemple, à faire travailler un contrôleur le samedi ou le dimanche à la place d’un jour de repos en échange d’une autre vacation de semaine dans le même cycle.

Le shift entraine un morcellement des périodes de travail (T) et surtout des périodes de repos (R) du type : T – T – T – R – T – R – T – R – T – R – R – R. Avec 3 à 5 shifts par contrôleur en période de charge, auxquels s’ajoutent 3 vacations complémentaires minimum, ce projet alternatif qui présente également d’autres mesures « innovantes » assume fièrement une orientation vers l’individualisation !

Dans l’option 1 protocolaire, négociée pendant des mois après un long processus d’élaboration interne avec les sections locales, le SNCTA a fait écrire plusieurs garanties indispensables pour sécuriser les conditions de travail des contrôleurs dont :

  • la diminution de la durée des vacations : 8 h 30 maximum (hors nuit) ;
  • la limitation du travail à 42 h sur 7 jours glissants.

Dans ce projet alternatif, élaboré dans la précipitation, c’est tout le contraire : les vacations restent longues (environ 10 h en moyenne) et, par le jeu des shifts et des vacations complémentaires, les contrôleurs pourraient être amenés à travailler régulièrement jusqu’à 50 heures en période de charge !

Des heures supplémentaires (une vacation complémentaire peut durer 10 h) et des périodes de repos morcelées : l’impact sur la fatigue est évident !

Individualisation du travail, morcellement des périodes de repos, accumulation des heures de contrôle en période chargée ! Le SNCTA a fermement réagi contre ces projets qui pourraient avoir un impact considérable sur les conditions de travail des contrôleurs, sur leur qualité de vie et surtout sur leur fatigue. Pour le SNCTA, ces projets ne construisent pas l’avenir des contrôleurs aériens, ils le dégradent.

Flash Info — Shift : nouvelle mesure expérimentale ? (0.8 MiB)