Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Tag: LFBB

0

Dépassement d'UCESO à LFBB

Fin des beaux discours M. le Ministre, place aux actes !

20/05/16 : 14 secteurs ouverts
22/05/16 : 15 secteurs ouverts
27/05/16 : 16 secteurs ouverts pour une offre à 17.
28/05/16 : 16 secteurs ouverts pour une offre à 15 à 13 h 30 puis 14 pour une offre 13 plus tard dans l’après midi malgré un plan de régulation adapté.

Et cet été, on fait comment ?

Plus de 2 ans de discussions pour une V1 scandaleuse, ça suffit !Le protocole doit aboutir maintenant et apporter :

  • des perspectives claires en matière d’effectifs pour ramener LFBB et les autres centres hors de la zone rouge ;
  • des avancées techniques rapides et concrètes (EEE, 4F, écrans, outils FMP…) ;
  • des solutions adaptées pour reconfigurer la salle de contrôle, permettant d’envisager des nouveaux cycles performants ET protecteurs (durée quotidienne de travail max notamment), tout en conservant notre droit à congés ;
  • une reconnaissance à la hauteur des efforts passés et à venir consentis par les ICNA pour faire face aux augmentations de trafic.

Sans accord , il sera impossible de répondre à la demande des usagers et vous en porterez l’entière responsabilité

SLLFBB Flashinfo Dépassement UCESO (0.2 MiB)

0

CT local du 19 mai 2016

Que va-t-il se passer au CRNA SO de septembre à décembre 2016 ? Ce CT local était principalement dédié à définir les modalités du big bang EEE et des quotas de congés / formations / présents associés à cette période. Le contexte national demeure très incertain, à l’heure ou nous écrivons ces lignes la v1 n’étant pas encore connue.

  • EEE, un dynamisme retrouvé
  • Écrans
  • Taille de la police sous EEE
  • Quotas pour la période du 05/09 au 16/12
  • Mandat CE pour les CDS
  • Candidatures CE pour les PC détachés
  • Outils « Flow Management »
  • Fermeture SIV Rodez
  • Examinateurs : ICNA, surveillez votre carrière
Nous y sommes. À la veille d’un été suffocant, les signaux sont là : décrochage dans la zone rouge des effectifs, croissance la plus forte des CRNA français en 2016, fatigue après deux hivers occupés à la formation EEE, indicateurs sécurité inquiétants… Les jours qui vont suivre seront déterminants. Le SNCTA travaille, trouve et propose des solutions à chaque problématique rencontrée par les contrôleurs. Il est jusqu’à maintenant dans une démarche de pleine négociation. Si le dialogue social a encore un sens dans notre administration, il est l’heure de le démontrer.

SLLFBB CT 19052016 (1.5 MiB)

0

Section Locale SNCTA LFBB

La section locale du SNCTA du CRNA SO réunie le 29 mars 2016 soutient le Bureau National dans la négociation du protocole 2016-2019.

La négociation débutée il y a plus de trois mois doit maintenant s’accélérer si l’administration et le gouvernement veulent vraiment trouver un accord qui permette à la DSNA de répondre aux enjeux de demain.

La section locale SNCTA du CRNA SO est prête à étudier des propositions d’aménagement de son cadre de travail dans le cadre d’expérimentations.

Pour cela les fondamentaux du travail en équipe, de vacations quotidiennes et d’amplitude horaire hebdomadaire plus courtes devront être respectés.

De plus, les efforts effectués quotidiennement par les ICNA pour rendre un service sûr et efficace devront être reconnus.

Enfin, la section locale s’indigne de l’allongement du calendrier annoncé par l’administration pour mettre en service des écrans de taille plus adaptée que l’écran actuel, condition indispensable pour une utilisation correcte de EEE.

Les ICNA n’assumeront en aucune façon les délais ATFCM pourtant annoncés sans l’arrivée de nouveaux écrans.

L’administration devra assumer, le cas échéant, son incapacité à fournir aux ICNA des outils techniques performants dans un contexte d’augmentation du trafic.

SLLFBB Réunion Section 2016-03-29 (63 KiB)

0

Lancement sans concertation, sans négociation des formations d’évaluateurs linguistiques

Ni les statuts, ni les modalités, ni les accompagnements sociaux ne sont cadrés pour les ECL. Si l’administration nous donne l’occasion de prendre une place que nous ne laisserons pas à d’autres, la démarche reste inédite et insuffisamment préparée. Le SNCTA dénonce l’excès de zèle de l’Europe qui fait fi d’une formation qualifiante qui a depuis longtemps fait ses preuves.

Exigences du SNCTA face à cette situation

  1. L’évaluateur est un ICNA détenteur d’une mention d’unité.
  2. L’évaluation doit se faire en situation réelle de contrôle.
  3. La formation actuelle en anglais doit être pérennisée.
  4. La construction du statut d’évaluateurs doit s’accompagner d’une reconnaissance sociale due aux nouvelles contraintes imposées.
  5. Des possibilités de recours, de contestation doivent être garanties.
  6. Les critères de sélection des candidats devront être concertés avec les OS.
La note de service d’appel à candidature pour les formations des évaluateurs est sur le point d’être publiée au CRNA/SO. Si nous déplorons le manque d’anticipation et les méthodes de nos dirigeants, nous appelons les ICNA à candidater pour ces formations. Nous ne laisserons personne d’autre que des contrôleurs évaluer nos compétences et nous veillerons à ce qu’aucune évaluation ne se déroule sans que le statut des évaluateurs, en cours de négociation (protocole notamment), ne réponde à nos exigences.

SLLFBB1mars16ECL (1.9 MiB)

0

CT Local... Et Protocole v. 0

Funanbule sur un trait de crayon

Organisation du travail à LFBB

Le CT local s’est tenu ce mardi 1er mars. Il a notamment permis de valider les quotas été 2016, sur un modèle organisationnel inchangé, avec toujours moins de PCs en salle (équipes à 19 pour la plupart, si tout va bien…) qui garantit 5 congés aux équipes cet été. Voilà qui nous promet des journées bien longues, des extensions d’horaires et des J2 bien optimisés, des secteurs bien chargés avec les capacités records de notre centre. Chacun devra alors mesurer son ressenti par rapport aux « conditions de travail » que le cadre actuel permet. Le SNCTA a une nouvelle fois martelé que le chiffre de 19 à LFBB constitue une limite basse que l’administration serait avisée de ne pas franchir, et qu’il est probable qu’il implique cette année encore des conséquences sérieuses sur la performance du centre.

Avec les textes actuels, l’administration pourra continuer à faire travailler plus l’ensemble des contrôleurs de Bordeaux et ce, même au détriment d’indicateurs de sécurité qui démontrent pourtant que plus les vacations sont longues plus la fatigue se fait sentir et plus les erreurs sont nombreuses. Rajoutons à cela des demandes de remplacement de plus en plus importantes et vous tomberez sur un cycle à 7 j. / 12 non cadré, non efficace, fatiguant et gratuit, avec un droit à congé d’autant restreint.

Pour le SNCTA, le protocole en cours de négociation devra proposer d’autres voies, cadrées, sur un modèle gagnant/gagnant qui a fait ses preuves, tout en reconnaissant une fois pour toutes les besoins en effectif des CRNA via un socle minimum, adaptable en fonction des hausses de trafic.

La section locale est prête à engager des chantiers d’envergure en matière d’organisation des tours de service pour faire face aux enjeux de demain, et ce, dès l’été 2017, si les contrôleurs bordelais le souhaitent.

Il est capital de proposer à la salle un ou plusieurs plans B, sur la base de 7 jours / 12 par exemple, face au contexte difficile et restreint et nous en appelons, sur des sujets aussi sensibles, à l’union syndicale, au moins à Bordeaux, en dehors de toute posture ou stratégie et dans l’intérêt de tous.

Nous souhaitons que des cadrages clairs et protecteurs émergent des négociations en cours. Si nous devions ressortir de négociations sans plan B… et bien nous n’aurions pas de plan B…

Charmante cette v. 0

La lecture de la v. 0 du protocole contient malheureusement nombre de provocations qui empêchent  pour le moment de se projeter dans un avenir plus serein :

  • une absence de chiffres de recrutements ICNA, et par conséquent aucune lisibilité sur un socle minimum CRNA ;
  • une liste de courses tous azimuts, sans complexe, et pire parfois, sans cohérence opérationnelle. Nous demandons à notre Bureau National d’être particulièrement ferme dans la négociation sur les points suivants notamment :
    • exclure toute référence à un cycle à 8 j. / 12,
    • abaisser les durées des vacations ainsi que le temps hebdomadaire moyenné en salle,
    • préciser le statut des familles de vacation et limiter le nombre minimum de vacations inclus dans un tel système,
    • transformer la notion d’aménagement obligatoire (« vacations en moins imposées ») sur le modèle des récupérations liées aux vacations complémentaires actuelles ;
  • aucune revalorisation statutaire, aucune mesure retraite n’apparaît dans la v. 0 après 6 années de gel. L’administration a manifestement regardé du côté de nos collègues européens pour construire ses ambitions organisationnelles, qu’elle sache que nous avons fait de même pour évaluer la valeur de celles-ci ;
  • la validation des mentions d’unité devra se contenter de répondre aux exigences des règlements européens, sans zèle excessif de la DSNA et de la DSAC. Transparence ne veut pas dire flicage ;
  • les nouvelles contraintes liées à la prolongation de la licence (évaluation pratique et en langue anglaise) devront être cadrées et reconnues.

Autres points abordés au CT

Formation des chefs de salle : 2 cycles en double seront nécessaires avant le lâcher. Le SNCTA obtient que la nomination statutaire reste effective à la fin de la formation théorique.

EEE : pas d’annonce particulière, la formation type BIG BANG est confirmée. Seul le contexte social au service technique est de nature à la remettre en cause et pourrait cette fois compromettre l’intégralité du projet. Le dossier ÉCRAN avance, mais pas assez vite. De notre côté, nous assurons à l’administration que nous sommes prêts, avec nos collègues bretons, à tester rapidement les solutions qui émergeront du CODIR (tenu le même jour). Il serait grotesque que début 2017, l’outil le plus moderne dans nos salles de contrôle soit… une badgeuse électronique.

Langue anglaise : afin d’étaler les échéances PIFA des contrôleurs bordelais, la subdivision instruction va proposer des formations locales supplémentaires cette année afin de permettre à un nombre important de contrôleurs de proroger leur PIFA avant le 31 décembre. Nous avons demandé à l’administration de proposer dans ce cadre des stages en immersion supplémentaires (seule une cinquantaine a été budgétisée). Réponse attendue très prochainement.

BTIV : la situation s’améliore provisoirement, l’effectif remonte (à 10 pour un BO de 11) mais le problème de son attractivité face au BRIA reste entier. Le protocole aborde aussi cette thématique que nous suivons attentivement.

RL5 / P4 : la quantité d’interventions au ST impacte la mise en place de ces nouvelles couches. Contrairement à ce qui avait été annoncé au précédent CT, l’ensemble du plan d’action est irréalisable avant l’été 2016. Peut être une surprise avec l’arrivée seule de P4 en juillet ?

Le SNCTA affichait l’an dernier son scepticisme quant au fait que la méthode protocolaire soit encore adaptée aux enjeux européens. Il proposait puis obtenait d’autres formats d’accords « métier » plus respectueux des spécificités de chacun. La levée de boucliers des autres syndicats, tous confondus, n’a pas permis d’explorer cette voie. Ceux-ci nous ont alors expliqué leur attachement à la logique protocolaire. Nous allons pouvoir mesurer dans les semaines à venir si celle-ci sait encore apporter les solutions aux immenses défis auxquels doit répondre notre profession.

La section locale se réjouit cependant de voir qu’après tant d’années de léthargie, de véritables négociations semblent se dérouler au plus haut niveau. Les prochaines versions du document protocolaire permettront de mieux comprendre l’ambition et l’écoute des pouvoirs publics face aux problématiques du contrôle aérien.

L’unité syndicale

La section locale SNCTA est sensible à l’unité syndicale. Le SNCTA est une force de proposition crédible auprès de l’administration et a démontré ces dernières années ces capacités de mobilisation. Il est intrinsèquement facteur d’unité : fort de 65 % des contrôleurs bordelais et représentatif partout en Métropole et en Outre Mer, du sol à illimité (50 % des contrôleurs français ont fait confiance au SNCTA lors des dernières élections). Nous savons aussi que l’existence même de syndicats différents, par construction, implique malheureusement le choix de stratégies différentes, souvent non concertées, voire de postures qui peuvent paraitre illisibles auprès des contrôleurs. Nous sommes, localement, et comme nous l’avons prouvé par le passé, prêts et désireux de trouver des points de convergence d’analyse, et de solution, avec tous les syndicats dont l’ADN est la défense des intérêts des contrôleurs.

SLLFBB Protocole Et CT Local 1 Mars 2016 (0.6 MiB)

0

Quel écran EEE au printemps 2017 ?

Alors que depuis six mois, l’administration reconnait prendre en compte la demande de changement de taille et de dimensions des écrans de contrôle en mode EEE, les contrôleurs de Bordeaux et de Brest n’ont toujours pas de réponses : Seule certitude, les étés 2016 et 2017 seront bien là et le trafic aussi.

À propos des écrans 30 pouces

Lors des évènements « des écrans noirs » à Aix-en-Provence, la DSNA a remplacé en catastrophe les écrans mage 30 pouces par de nouveaux écrans 30 pouces. Une fois la panique passée, seul le SNCTA à l’époque s’était étonné que l’on remplace en 2014 des moniteurs d’ordinateur par des standards de 2006. Pour seules réponses nous avions eu une DO qui reprochait à la DTI ne de pas lui avoir dit que l’on aurait pu changer, et la DTI qui reprochait à la DO ne de pas le lui avoir demandé. Bien que dans l’urgence on a su trouver une solution (arrêter les pannes), on n’a pas su mettre en place une réponse acceptable sur le long terme. Tous les CRNA (enfin tous sauf un, puisque le CRNA Nord aura des écrans carrés 2K×2K, « 20 pouces carrés ») voient leurs anciens écrans MAGE, remplacés par des écrans NEC aux mêmes dimensions 30 pouces, 16/10.

Or en mode EEE, apparaissent de nombreuses fenêtres et de nouvelles lignes dans l’étiquette. Pour les fenêtres, on les dépose où on peut dans l’image radar, quant aux lignes, la DTI a validé une taille de police 11 au lieu de la taille de police 12. Hélas, c’était sans se rappeler que lors du déploiement de MAGE en 2007, on était passé d’une taille de police 11 à 12, à l’issue des « UOP MAGE » faites en centres de contrôle. Les informations dans l’étiquette étant trop petites. C’était sans se rappeler aussi de deux études de la DTI/SDER de 2005 et 2007 qui analysaient les écrans 30 pouces et les meubles ODS. Dans ces deux études, très critiques, il est explicité que l’ergonomie du meubles ODS n’est pas bonne (écran radar trop haut), et que l’écran 30 pouces est trop petit !

Ce qui est prévu en 2016…

Pour la mise en service de EEE : Depuis bientôt deux ans, le SNCTA relaie la demande des contrôleurs de disposer d’un écran adapté pour passer sous EEE. Malgré un décalage de la MESO fin 2016, non pas pour attendre l’inc. 4.0 comme peut l’écrire une OS de la DTI, mais tout simplement parce que le service technique n’était pas prêt, suite aux conséquences du mouvement social de la filière technique qui dure depuis juin 2015, nous savons que les contrôleurs n’aurons pas mieux qu’un écran 30 pouces pour le big-bang en novembre 2016.

… Pour préparer 2017

À l’automne 2015, les demandes du SNCTA appuyées par la totalité des chefs d’équipes EEE de bordeaux ont été reprises par le centre et voté à l’unanimité des syndicats au CT local. La DSNA a lancé une réflexion DO-DTI pour pouvoir saisir l’opportunité de trouver des écrans plus grands en travaillant avec les centres de contrôle de Brest et Bordeaux.

Cependant, fin janvier le directeur de programme EEE est venu à bordeaux pour annoncer un planning de remplacement des écrans MAGE. Hélas, dans sa mallette, en plus des retards de l’inc. 4.0, il y avait plus de questions que de réponses, au bout de deux ans de demandes des contrôleurs, Il propose :

  • qu’un écran 36 pouces soit mis en démonstration (en mode vidéo) au CRNA avant juin 2016 ;
  • qu’à l’automne 2016 une étude IHM soit faite pour choisir entre deux écrans.

Sans savoir à quel moment cet écran serait mis en service, cette décision relevant du niveau du CODIR (comité de direction) DSNA de début mars 2016.

De charybde en Scylla !

Oui, mais ce que le chef de programme ne nous a pas dit en janvier dernier, et que la DTI sait depuis plusieurs mois : l’écran 36 pouces n’existe plus sur le marché !

Donc, nous attendons de voir quelle voie va choisir le DSNA :

  • étudier un écran 42 pouces, si tant est que le meuble ODS soit encore adaptable, que ODS soit assez moderne pour utiliser une IHM 4K×2K et que l’offre industrielle convienne ;
  • nous laisser avec un écran réputé trop petit depuis 2007 en 30 pouces ? avec les conséquences à craindre sur la sécurité donc la capacité, sachant que d’autres informations tels les paramètres avions descendant seront probablement un jour rajoutées dans l’étiquette ; ou alors
  • pourquoi ne pas nous surprendre en allant explorer une nouvelle proposition : un écran carré de 20 pouces de côté et un écran adjacent, si tant est que l’écran 20 pouces soit encore produit dans 3 ou 5 ans et que le meuble ODS soit assez grand ?

Le SNCTA s’émeut que la DSNA lance un GT écran en 2016, alors que la problématique est connue depuis 2007.Le SNCTA ne comprend pas que la DTI vienne proposer des écrans qui n’existent plus et des études repoussées aux calendes grecques,

Le SNCTA n’acceptera pas un chantage entre un écran adapté ou une version débuguée, il demandera au CRNA et à la DO de tout mettre en œuvre pour ne pas avoir à choisir.

Le SNCTA se demande si l’histoire des écrans EEE ne se terminera pas comme l’histoire des souris EEE, où le service technique du CRNA SO a dû, en collaboration avec le service exploitation, acquérir sur le marché et mettre en service des souris que la DTI ne savait pas trouver.

Un seul calendrier est connu, celui de l’été 2017.

SL LFBB ACC Ecran EEEmars2016 (0.7 MiB)

0

CT du 19 janvier : Big bang au CRNA SO

Data link, étape 5 : le casque bleu indique un échec

Le big bang, ce n’est pas seulement le nom de la détonation entendue en salle de contrôle de bordeaux à l’annonce des 8 arrivées prévues du GT effectifs, c’est aussi le choix fait par la salle de contrôle pour basculer opérationnellement en une journée vers EEE en novembre 2016. À l’occasion de ce CT, entre autres étaient abordés la rotation des chefs de salle, et le plan d’action du CRNA SO pour 2016.

Nouvelle stratégie pour EEE

En décembre dernier, la décision a été prise de repousser à l’automne 2016 la mise en service d’ERATO. Lors de ce CT local, nous devions valider de nouveaux plannings de mise en service et de formation pour les contrôleurs. Pour le SNCTA, il fallait saisir cette opportunité pour que la mise en service se fasse en fonction des contraintes opérationnelles de la salle de contrôle, des chefs de salle et des contrôleurs. La DTI, le programme et le service technique avaient jusque-là imposé leurs contraintes, désormais, la salle de contrôle n’est plus une variable d’ajustement.

1er principe : Big bang

La veille du basculement, la salle de contrôle fonctionne à 100 % en mode papier. Le matin suivant le basculement, la salle de contrôle fonctionnera à 100 % sous EEE. Cette méthode permettra une gestion opérationnelle plus homogène et plus robuste de la salle de contrôle :

  • tous les contrôleurs sur le tour de service seront « EEE » et gérés de la même manière ;
  • les contraintes sur le trafic pour assurer la sécurité seront homogènes sur tout le centre ;
  • l’expérience des contrôleurs sur EEE sera comparable au fil des semaines qui suivront le big bang ;
  • la période de transition sera donc réduite de 6 semaines à 6 heures !

2e principe : réussir la transformation des contrôleurs

Pour que toute la salle bascule le même jour, il est nécessaire que tout le monde soit prêt ce jour-là. Pour s’assurer que les contrôleurs seront prêts mi-novembre, la fin de formation a été visée à la fin du printemps. Ensuite des séances de révision auront lieu à l’automne. De plus, pour permettre de disposer de créneaux de formation complémentaires, un secteur de simulateur sera disponible à la demande du lundi au vendredi au printemps et à l’automne jusqu’après la mise en service.

Les nouvelles séances de formation sont :

  • bloc 5 : (février-mars 2016) comme prévu en décembre 2015 ;
  • bloc 6 : du 25 avril au 10 juin 2016, dernier bloc « dit de » formation
    • formation en « one to one » avec un IEEE,
    • demi-journée en dehors des jours de service de son équipe,
    • séances de réels pour les détachés EEE uniquement sous forme d’évaluations opérationnelles ;
  • maintien de compétences pratiques : 5 septembre au 19 octobre 2016, une journée en veille de cycle pour maintenir les acquis sur EEE obtenus jusque-là ;
  • séances de « refresh » après toussaint et jusqu’à la mise en service, sous forme de simuls les jours qui précèdent le passage en opérationnel.

Ce nouveau planning vise à réduire les contraintes lourdes qui ont pesé sur le tour de service des équipes depuis deux ans. Il cherche aussi à maintenir un minimum de pratique pour conserver l’autonomie sur le nouvel outil. Enfin, durant la mise en place de ce nouveau dispositif, chaque contrôleur aura l’opportunité d’adapter son volume de formation à ses besoins si toutefois il en exprimait le souhait. Pour le SNCTA, le déploiement de EEE ne peut se faire que si la salle de contrôle est unie et sereine. C’est le principe qui a guidé cette nouvelle stratégie.

Des avancées concrètes

Ce CT a aussi acté quelques revendications concrètes du SNCTA :

  • un report de la validité des récupérations obtenue pendant la transformation EEE à avril 2018 ;
  • des quotas de présents ramenés à 12 (éq. à 19) pendant les vacances de pâques ;
  • la formation ISP effectuée pour tous les contrôleurs sous forme d’un briefing adapté de 2 h.

À propos de EEE, toujours

Contrairement au calendrier de formation au service exploitation, le calendrier technique est moins serein. La date cible de mise en service technique de EEE vient de glisser de l’hiver 2016 à la mi-mai 2016. La livraison de l’inc. 4.0 vient de glisser du printemps 2016 à après l’été 2016 et l’inc. 4.1, dont le volume n’est pas encore tout à fait validé vient de glisser de début 2017 à mi 2017 ou plus…

Rotation CDS sous surveillance

Une fois de plus, nous avons alerté le service de la tendance à la baisse du nombre de candidatures à la fonction CDS. Fait nouveau, ce ralentissement se couple à une volonté d’un certain nombre de CDS de ne pas prolonger leur mandat CDS.

Conjointement, le vivier de PC non IC nominables CDS, cible principale des nominations, a fondu ces 12 derniers mois. C’est pourquoi nous observerons de près la commission locale du 3 mars 2016. Considérant ce contexte très particulier, nous étudierons la nécessité d’une évolution de la rotation. Toute évolution devra conserver une priorité à la population non IC tout en permettant un accès équilibré aux autres populations.

Nous rappelons cependant aux éventuels candidats IC que si le nombre de candidatures PC non IC est insuffisant, ces postes seront offerts aux candidats PC IC en plus des quotas fixés.

CDS : une fonction à reconnaitre, sécuriser et valoriser

Le CDS est la pierre angulaire de trois édifices cruciaux pour la navigation aérienne : les outils techniques, la gestion des flux de trafic et la gestion opérationnelle de la salle de contrôle. Toute fragilité au niveau des CDS met en péril le système global sur lequel repose la sécurité. Localement, le SNCTA a œuvré entre autre pour bâtir un big bang de EEE (avec tout le rétro-planning qui en découle), simplifiant grandement la gestion de la salle par les CDS pendant la délicate transition papier-EEE. Nationalement, nous défendons une valorisation de la fonction CDS à la hauteur de leurs responsabilités. En cette période de négociation protocolaire, notre administration centrale serait bien inspirée de prendre la pleine mesure des problématiques des CDS et de tout mettre en œuvre pour sécuriser leur fonction d’encadrement opérationnel.

L’année ne fait que commencer…

Lors de ce CT, le plan d’actions 2016 DSNA et CRNA SO nous a été présenté. Force est de constater que les priorités de l’administration ne sont pas que opérationnelles. Des contraintes réglementaires vont s’imposer à nous concernant la formation continue et le niveau linguistique, des contraintes de l’EASA via la DSAC vont aussi apparaître concernant le registre des heures. Pour la section locale, SEULE une négociation nationale dans le cadre du protocole pourra amener des solutions satisfaisantes.

Après une année 2015 compliquée au niveau local notamment à cause des atermoiements sur le programme EEE, l’année 2016 s’ouvre pleine de promesses. La salle de contrôle redevient le cœur de la mise en service opérationnelle de EEE. Mais de nombreux chantiers sont attendus : nouveau registre des heures, nouvelles évaluations linguistique et pratique, définition d’un nouvel écran de contrôle, mise en service de RL5/P4…

Malheureusement, l’administration centrale et les pouvoirs publics n’entendent pas les contrôleurs bordelais. Les conclusions de la foire aux bestiaux du GT effectifs sont un clou supplémentaire sur le cercueil de la DSNA. Le coup de semonce du mouvement du 26 janvier doit interpeller nos dirigeants. Faute de quoi, nous rentrerions dans une ère trouble et incontrôlable.

LFBB 2016-01-19 CT Local (0.6 MiB)

0

LFBB : au bord de la falaise

1er janvier 2013 : 319 PC
1er janvier 2014 : 311 PC
1er janvier 2015 : 306 PC
1er janvier 2016 : 294 PC + 3 ICNA en formation + 6 arrivées programmées
1er janvier 2017 : 285 PC max.
1er janvier 2018 : 276 PC max. – départs CAP 2015
1er janvier 2019 : 275 PC max. – départs CAP 2015 / 2016 + Klifs GT effectif 2016 ?
1er janvier 2020 : 267 PC max. – départs CAP 2015 / 16 / 17 + Klifs GT effectif 16 / 17 ?

LFBB 2016-01 GT Effectifs2016LFBB (2.3 MiB)

notes :

  1. PC = en salle + détachés
  2. En moyenne, le CRNA/SO connaît 7 départs en CAP annuels (11 en 2015). L’hypothèse retenue cidessus est basée sur 0 (zéro) départ en CAP. Les qualifications des 9 ICNA en formation ou prévus d’arriver sont intégrées. Les premières qualifications issus des GT effectifs 2016 et suivants ne seront pas effectives avant 2019.
  3. Notre I1 a grimpé de 5 % en 2015.
  4. Le trafic a augmenté de 2,7 % au CRNA SO en 2015, prolongeant une tendance régulière et continue ces dernières années.
  5. Les flux globaux s’intensifient vers la façade ouest de la France, tendance confirmée par CFMU pour les prochaines années, tenant compte notamment de la géopolitique internationale
  6. Notre centre connaitra 25 départs en retraite minimum en 2016 / 17 / 18, et a connu 11 départs en CAP en 2015

C’est maintenant les conditions de travail des ICNA et l’organisation globale du service exploitation du CRNA Sud Ouest qui sont directement affectées et menacées. La zone « jaune », celle que nous traversons aujourd’hui, connaît déjà de multiples turbulences : augmentation sensible des délais, attractivité réduite des postes clefs pour la gestion de la salle (CdS notamment), fatigue accrue des contrôleurs, départs en CAP toujours plus nombreux, tours de service à la limite de la rupture…

Le prochain GT effectif devra envoyer un signal fort aux contrôleurs bordelais pour qu’ils entrevoient la sortie de la zone « rouge » de turbulences modérées à fortes qu’ils vont traverser ces trois prochaines années, et que les usagers risquent de payer au prix fort.

Le prochain protocole devra donner des garanties aux contrôleurs bordelais de les ramener dans une zone « verte », ou « jaune » avec des solutions RH notamment.

0

CT du 12 novembre : Automne en transition, hiver sous pression

Déclaration liminaire

Déclaration Liminaire SNCTA CT Local 12 (1) (0.3 MiB)

Le SNCTA s’est présenté à ce CT à la veille d’un conflit majeur avec l’administration. Il a avant tout souhaité valider les avancées qu’il avait obtenues, souvent bien seul, lors des réunions de préparation. Et il a œuvré pour proposer un vote ferme et unanime des représentants de personnel face à l’administration sur le sujet brulant des écrans. Les évènements tragiques qui frappent notre pays ont évidemment poussé notre Bureau National à suspendre provisoirement le préavis de grève.

Point EEE

Il s’agissait de valider les principes qui ont été annoncés et concertés dans les 3 réunions dites « structures de réflexion » et au GS EEE. Les 12 équipes y étaient représentées par des chefs. Les OS étaient également conviées, mais seul le SNCTA s’est présenté aux 3 premières réunions. L’UNSA IESSA a confirmé que le mouvement de grève du service technique était toujours d’actualité, et qu’en l’absence d’avancées nationales le bloc 5 ne pourrait démarrer comme prévu. Notre chef de centre considère que « nous ne sommes plus sur le chemin nominal mais nous ne sommes par sur le chemin critique », et réaffirme sa butée du 4 mars pour la fin de la transformation (et donc du 25 janvier pour le début du bloc 5). Nous considérons bien évidemment nous aussi que le programme ne pourra plus supporter une quelconque modification de planning avant l’été. L’UNSA ICNA affiche une nouvelle fois de façon très déterminée sa revendication pour une transformation au mois de mai ou de juin, sans que l’on comprenne bien si c’est réellement le confort des contrôleurs qui guide sa stratégie… Il présente cette proposition comme une preuve de la fermeté des ICNA, sans semble-t-il réaliser que les ICNA eux-mêmes sont massivement opposés à une nouvelle reprogrammation « à l’arrache » au printemps ou en été, avec les contraintes associées. Pour le SNCTA, si le fil doit se tendre à nouveau, il lâchera. Nous allons d’ailleurs dans les prochaines semaines réévaluer sereinement, et avec plus de recul sur le bloc 4 notamment, toutes les conséquences des annonces qui se sont enchainées depuis le décalage de septembre suite aux mouvements de grève du service technique. Nous le répétons, si la situation devait se dégrader, c’est bel et bien à l’automne prochain que se jouerait, ou pas, la suite de l’histoire.

Écrans de fumée

Après que le SNCTA ait martelé à l’administration ses inquiétudes concernant le renouvellement d’écrans lors des CT du 24 mars et du 22 septembre 2015, ce sont les représentants d’équipes qui ont formulé leurs inquiétudes quant à un probable  échec lors du dernier GS EEE élargi du 9 novembre. Nous avons ainsi demandé de porter à l’ordre du jour de ce CT la problématique des écrans à LFBB. Le SNCTA a soumis au vote des OS la question suivante : « Les organisations syndicales représentatives des personnels du CRNA-SO demandent le remplacement dans les meilleurs délais des écrans BARCO en tenant compte de leur obsolescence, par des écrans de plus grande taille que le 30 pouces, en attendant les écrans 4Flight. » VOTE : 9 voix POUR sur 9

La DO ne peut plus rester sourde à cet appel unanime des personnels. Les contrôleurs bordelais n’accepteront pas la stratégie actuelle de renouvellement de nos écrans MAGE qui consiste à les remplacer en 2016 par des écrans NEC, de même taille. Encore une fois, le process de décision DO/DTI a été défaillant. A quel moment les expressions de besoin des contrôleurs ont-ils été pris en compte ? La DSNA sait pourtant depuis 2005 et la sortie d’un rapport d’étude DTI/SDER que le format et la taille de nos écrans ne sont pas adaptés à nos secteurs et notre trafic (« réserves concernant le contrôle sur les secteurs orientés nord-sud » ; « nécessaires améliorations […] du contenu des IHM (taille des caractères, format des étiquettes, emplacements des fenêtres ODS ,…) »).

L’urgence des écrans noirs à Aix et Reims en 2013 a précipité les prises de décisions. Aucune étude technique et médicale, aucune expérimentation, aucun sondage d’expression de besoin pour les centres EEE. Après tout, se dit la DO, les contrôleurs se sont bien adaptés jusqu’à maintenant. Pourquoi ne pourraient-ils pas faire face à une police réduite, des étiquettes plus nombreuses et plus denses, des boites fréquences masquant certaines pistes radar ? La DO ne peut ignorer que pour palier à l’inadéquation de la taille des écrans, des secteurs du CRNA/SO comme le secteur P ne sont pas visualisés dans leur totalité. Les contrôleurs n’ont pas d’autre choix que de risquer un incident grave sans même être en capacité de visualiser un déclenchement du filet de sauvegarde dans leur propre secteur ?

Le SNCTA ne considère pas recevables les réponses de l’administration sur les conséquences d’un déploiement d’écrans plus grands : marché NEC déjà conclu, meubles pas adaptés, versions ODS différentes à maintenir, nouvelles machines graphiques à configurer. Toutes ces considérations sont du fait de notre administration. C’est à elle d’assumer les carences évidentes de management de projets techniques. Etant donné que les écrans BARCO doivent être renouvelés fin 2016-début 2017 (en tenant compte du potentiel restant), les contrôleurs bordelais sont disposés à travailler à l’étude d’écrans plus grands au CRNA SO pour valider une solution satisfaisante dans les semaines à venir.

Les contraintes liées au choix du déploiement d’un écran plus grand à Bordeaux sont connues depuis longtemps. Elles sont techniquement contournables. Donc, une décision stratégique devra être prise dans les meilleurs délais.

Quotas de début d’année 2016

La négociation des quotas des 4 premiers mois de l’année aurait pu durer peu de temps, la position de l’UNSA ICNA et de l’USAC CGT en réunion de préparation étant d’accepter la proposition initiale de l’administration car « on veut EEE on n’a pas le choix donc on accepte tout ». Le SNCTA a pour sa part préféré faire remonter les difficultés éprouvées par les chefs gestion et les équipes dans ces périodes tendues. Au final, après d’âpres discussions, le SNCTA a obtenu sur la période critique des vacances de février un dispositif simple et lisible : 9 présents quelque soit l’effectif nominal équipe (10 si vac non impactée par la formation). Nous validons pour le bloc 5, de façon exceptionnelle, une anticipation du dépôt de congés et d’absence à 4 cycles (proposition initiale de l’administration : 5 semaines).

Bilan de l’été

Plusieurs records sont tombés. Les délais ont sensiblement augmenté par rapport à l’année précédente, phénomène notamment lié à l’introduction de la régulation GO12. Sur ce dernier point, nous avons confirmé que l’utilisation de cette régulation avait permis d’apporter dans bien des cas une maitrise de la complexité au niveau de cette interface critique au CRNA SO, et qu’elle devrait être réutilisée l’été prochain.

Nominations CE / CDS / ACDS

Le CRNA-SO a mis en place en 2008 la rotation sur les fonctions CDS et CE. 2016 verra donc la fin d’un nombre conséquent de mandats CE (dont la durée est de deux fois quatre ans). Le SNCTA a toujours voulu trouver un équilibre entre un déclenchement rapide du grade IC (Ingénieur en Chef) pour les PC DIV (divisionnaires) et préserver un accès à CDS, fonction à fort intérêt professionnel, pour les PC-IC et CE.

Compte tenu du nombre important de postes CE dans les 3 prochaines années (postes pourvus en priorité par les PC DIV), et de l’augmentation de la proportion d’agents IC, le SNCTA a fait valider la modification suivante de quotas CDS : désormais, il y aura un quota global de 3 agents (2 PC-IC et 1 CE, au lieu d’1 PC-IC et 2 CE) vers CDS. Un nouveau mécanisme permettra, en cas d’absence de candidat CE, de proposer ce poste à un PC-IC. Et inversement en cas de manque de candidats PC-IC. Il a également été clarifié le quota CE vers ACDS : il sera de 1 par an.

Le SNCTA a souhaité par ailleurs dépoussiérer les critères de désignation à l’emploi des CDS, CE et ACDS même si nous considérons que tout doit être fait pour éviter d’avoir recours à cette procédure pour des fonctions d’une telle responsabilité. Ont été acté : une liste unique d’agents classés par ordre d’ancienneté DGAC et l’exclusion de cette liste des agents à moins de 3 ans de la date de départ à la retraite.

R9

Une pénétration de la R9 en février dernier a entrainé une procédure d’enquête judiciaire préliminaire avec auditions des PC en poste, du CDS et de la chef de service. Cette procédure a étonné beaucoup de collègues suite à un événement pourtant sans incident ni accident et qui avait fait l’objet d’une FNE dans le cadre de la procédure de « Just culture ».

Il semble bien que cette procédure ne nous protège en rien des responsabilités et risques judiciaires qui pèsent chaque jour sur notre métier.

Le SNCTA s’est interrogé sur la pertinence de telles procédures lancées sans incident avéré. Il a rejoint la demande de l’UNSA pour qu’un REX spécifique soit fait sur cette affaire et que soit rappelé le fonctionnement de l’institution judiciaire française dans la décision d’instruire toute procédure en cas d’événement considéré comme inhabituel et ou dangereux.

BTIV

Ce point était divisé en deux parties distinctes :

  1. Modification du tour de service des agents BTIV pour permettre un fonctionnement nominal à 9 agents au lieu de 11.
  2. Mise en place d’un GT pour trouver des procédures en cas de situation dégradée (grève, absence inopinée de l’agent du BTIV cause accident ou malaise par exemple).

Sur la première partie de la discussion. Nous avons rappelé l’importance primordiale du BTIV dans la gestion du service d’alerte et dans toutes les autres tâches en relation avec la salle de contrôle (transmission des messages orages, messages FMP, déroutements, Notams…).

Nous avons également rappelé la nécessité pour l’administration de trouver des solutions rapides pour que des agents soient affectés au BTIV dans les meilleurs délais pour retrouver un BO de 11. Nous nous sommes ensuite abstenus sur le tour de service modifié car nous n’étions pas compétents sur ce domaine.

Sur la deuxième partie, les derniers événements ont démontré une faiblesse dans la gestion du service d’alerte en cas d’absence inopinée de l’agent BTIV.

Nous avons tenu à rappeler en préambule qu’en aucun cas les CDS ne devaient et ne pouvaient pallier les manquements de l’administration dans la gestion de ressources humaines sur ce poste et ne pourraient ni remplacer l’agent BTIV ni reprendre ses fonctions si l’absence de celui ci était prévue ou prévisible.

Par contre, le cas de la grève, peu rencontré jusqu’à aujourd’hui mais bien réel, ou encore l’absence inopinée d’un agent suite à une maladie ou accident doivent être étudiés.

Des procédures spécifiques simplifiées doivent être définies pour permettre au CDS en poste de rendre le service d’alerte sans que ses missions de CDS et de gestion de la salle ne soient dégradées. L’administration qui a bien entendu et compris notre position a donc proposé la tenue d’un GT spécifique sur ces questions. L’ensemble des OS a répondu favorablement à cette demande de GT.

Le SNCTA a également ajouté d’autres questions à l’ordre du jour :

Interface LFBB-LFMM

Le renouvellement de la procédure visant à remonter le XFL au 330 pour les arrivées LFML via LERGA n’a pas été effectué au début de cet automne et ce, sur décision de la sub. Étude.

Ce choix a été fait au regard de la charge de travail que représente la mise en place d’une telle modification, à savoir, rédaction d’un certain nombre de lignes de code dont on doit ensuite vérifier la fiabilité avant l’injection dans une table CA.

Le SNCTA a fait remarquer qu’il était pour le moins regrettable de devoir se passer d’une procédure par ailleurs plébiscitée par les deux centres et par les compagnies suite à quoi, la Sub Etude a fini par concéder qu’elle envisagerait de remettre en place les éléments permettant l’application de cette procédure, sans toutefois donner de date.

Infos MOD-S descendantes

La version qui sera disponible dans deux ans si tout va bien mettra à notre disposition niveau sélecté, vitesse indiquée / Mach et cap magnétique.

La mise en place se fera radar par radar car elle nécessite des travaux de mise à niveau différents selon les radars (adaptation capteurs, réseau).

Le SNCTA pose la question de la forme sous laquelle sera mise à disposition cette information. Nouvelle ligne sur étiquette ? Encore un argument plaidant pour la mise en place au plus vite de nouveaux écrans plus grands…

Nous sommes soulagés de voir ce point avancer, mais constatons que le dramatique accident du GermanWings a plus réveillé les consciences de nos décideurs que nos interpellations, notamment dans le cadre de la campagne « contrôleur abandonné » de 2011.

Immersion

Le 12 novembre il restait 13 agents programmés en stage en immersion.

La société Swiss Interglobe à été mise en demeure de valider et fournir tous les éléments nécessaires aux agents 15 jours avant la date de départ sans quoi le stage serait annulé par le chef de centre lui même (avec priorité pour postuler sur une prochaine  immersion si un agent devait être impacté).

Un nouvel appel d’offre a été lancé mettant en place un système de clauses de pénalités financières en cas de non respect du cahier des charges contractuel.

Au 12/11 il y avait 5 offres de candidature.

Les sujets locaux sont nombreux. Certains épineux, d’autres brûlants. Le SNCTA poursuit inlassablement son travail de défense des intérêts des contrôleurs.

Sur les sujets « nationaux » et les problématiques liées à l’organisation du travail, la section locale vous proposera un document complet dans les jours à venir. Nous tenons par ailleurs à exprimer toute notre solidarité avec nos collègues rémois qui font face à des pressions inadmissibles suite à leur refus unanime du dispositif SWAP qu’ils considèrent dangereux pour la sécurité des vols.

LFBB CT 15-11-12 V3 (0.6 MiB)

Pages:12