Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Tag: PIFA

0

Les Cahiers du protocole : fiches pratiques — L’ECP et l’ECL

Stylo plume

Le règlement 2015/340 amène des changements majeurs en imposant plus de traçabilité et de contraintes pour proroger la mention d’unité et la mention linguistique. Outre les formations obligatoires au PCU, justifier d’un exercice régulier ne suffira plus à proroger une MU, il faudra également passer des évaluations des compétences pratiques (ECP). Outre les formations inscrites au PIFA, il faudra désormais passer une évaluation des compétences linguistiques (ECL).

Renouveler sa MU : examinateur et ECP

À partir du 1er janvier 2017, tous les contrôleurs devant renouveler leur mention d’unité devront passer des évaluations des compétences pratiques dans les trois mois précédant la fin de validité de celle-ci. Ainsi, les premières ECP pourront avoir lieu à partir du 1er octobre 2016 pour les contrôleurs devant renouveler le 1er janvier 2017…

La durée de validité des MU devant passer à 3 ans (voir le CDA no 761), un contrôleur devrait par conséquent être concerné par les ECP tous les 3 ans.

Ce sont les examinateurs chargés de faire passer les tests pour l’obtention de la mention d’unité qui feront également passer les ECP.

Évaluation sur position « dédiée » ou « continue »

Deux types d’évaluations pratiques sont validées par la DSAC :

  • l’évaluation continue qui recueille l’avis d’un ou plusieurs examinateurs ayant travaillé avec le contrôleur sur une période bien définie (voir la FAQ ci-après) ;
  • l’évaluation dédiée, qui fait intervenir un examinateur pour une séance d’évaluation unique et déterminée d’une durée maximale de 1 h 30.

Chaque organisme détermine les modalités locales de mise en œuvre des ECP dans son PCU.

Examinateurs et examinateurs d’examinateurs

La procédure de nomination des examinateurs évolue :

  • pour obtenir une mention d’examinateur, il faut avoir une MU valide depuis au moins deux ans. La formation habituelle d’examinateur devra désormais être validée par une « évaluation pratique d’examinateur » faite par un examinateur ayant exercé les privilèges d’une mention d’examinateur pendant au moins trois ans ;
  • pour être nommé examinateur, il faut avoir exercé un temps minimal la MU du centre. Cette durée diffère suivant les organismes : deux ans pour les groupes D à G, trois ans pour les groupes A à C (hors CRNA) et cinq ans pour les CRNA.

Read more

0

Stages en immersion à Aix : BREAKING NEWS!

La nouvelle formule « Institut – Hôtel » est enfin arrivée à Aix. Il aura fallu plus d’un an de travail à la section locale aixoise du SNCTA pour l’obtenir. Mais au moment où notre PIFA est menacé, il est primordial de disposer de l’offre de stages en immersion la plus large possible.

Brève 23 — Immersions Breaking News (0.3 MiB)

2

PIFA. What else?

Lors de la mise en œuvre de la licence pour les contrôleurs, le SNCTA a obtenu que tous les ICNA qui suivent un plan individuel de formation à l’anglais soient réputés avoir le niveau 4. Niveau nécessaire à l’obtention et au maintien de notre mention d’unité. Un récent audit de la DSAC par l’EASA a fait apparaître certaines non conformités qui pourraient avoir un impact sur la façon dont les compétences des contrôleurs sont évaluées.

En ce qui concerne le PIFA, il est probable qu’il ne puisse perdurer dans sa forme actuelle. La DSAC pourrait nous imposer une évaluation des compétences sous une forme différente : un test ? une évaluation continue ? par qui ?

Le SNCTA déplore que la DGAC n’ait à ce jour pas réussi à convaincre l’EASA de l’efficacité du modèle français de formation continue à l’anglais et restera très vigilant sur ce dossier.

En ce qui concerne les formations en langue anglaise à Aix, la section locale agit pour obtenir une offre de stages en immersion la plus large possible pour mieux répondre aux souhaits de chacun. Nous essayons d’obtenir notamment la mise en place d’un stage à l’école avec hébergement à l’hôtel. Offre qui existe déjà dans de nombreux centres.

Pifa (0.5 MiB)

Divisés, vraiment ?

Pour la première fois depuis de longs mois, l’UNSA ICNA et le SNCTA ont réussi à atteindre leurs objectifs en CT, sans avoir eu recours à la confrontation.

Si la composition du comité technique n’a pas changé, l’union entre les deux forces majoritaires en salle de contrôle aura suffi à imposer la vision des personnels.

Plutôt que se cacher derrière de fausses différences, ne serait-il pas temps que nous envisagions enfin de défendre ensemble les intérêts des contrôleurs ? Read more

Formation à l'anglais : deux poids deux mesures

Formation à l’anglais : budget en « descente d’urgence »

Entre 2012 et 2013, le budget de formation à l’anglais (tous corps confondus) a chuté d’environ 50 %.

  • stages immersion IESSA, TSEEAC : supprimés ;
  • e-learning : supprimé.

Et pourtant :

Direction : des cours d’anglais à 100 € de l’heure !

Une ligne du budget « formation » a attiré notre attention :

Direction – 1 to 1 American Center sur place : 3 500 € (soit le double de la somme allouée à chaque PC pour une immersion sur la durée des trois années du PIFA !)

Les profs du labo d’anglais ne sont-ils pas suffisamment compétents pour enseigner l’anglais aux IPEF ?

Les restrictions budgétaires ne s’appliquent visiblement pas au 2e étage !

Pour en savoir plus :

LFMMCDA27 Formation, Detection Incendie : La gestion calamiteuse des arbitrages budgetaires (54 KiB)

0

Réglements européens : le SNCTA limite l'impact !

Avec l’élargissement du domaine de compétence de l’UE dans la navigation aérienne, de plus en plus de décisions qui pourraient impacter notre fonctionnement (PIFA, tours de service, évaluation des compétences) sont prises à Bruxelles. C’est l’EASA, l’agence européenne de la sécurité aérienne, qui prépare bon nombre de ces textes. PIFA, tour de service des contrôleurs, évaluation pratique des compétences opérationnelles des contrôleurs, voici quelques exemples qui démontrent à quel point il est nécessaire de travailler en amont pour garder la maîtrise de notre avenir.

Le SNCTA est présent sur tous les fronts et à tous les niveaux pour défendre les intérêts des contrôleurs, et notamment au cœur du système européen. Fort d’une expertise démontrée et reconnue, il est en mesure de faire des propositions concrètes et constructives à l’EASA directement, ou via la DGAC afin de défendre les contrôleurs lors de l’élaboration des textes européens.

CDA n° 650 — Règlements européens : Le SNCTA limite l'impact ! (2.4 MiB)