0

Tour de service et démocratie

Homme mettant le pied sur un piège à loup

L’été aéronautique est déjà là, et les discussions autour de la gestion des personnels en salle de contrôle continuent. L’administration annonce qu’une décision sera prise en juin pour application d’un nouveau tour de service en septembre.

Quant à lui, et fidèle à ses engagements, le SNCTA n’aspire toujours qu’à une chose : la démocratie.

Malheureusement, le temps des boycotts et des guerres jusqu’au-boutistes semble loin d’être révolu. Attendant toujours des autres OS qu’elles présentent leurs projets et qu’elles acceptent enfin de respecter le choix des personnels, le SNCTA ne participera plus au séminaire.

Un séminaire a-syndical ?

Après avoir délibérément choisi de ne proposer aucun tour de service aux contrôleurs en janvier dernier, et ainsi permis à l’administration d’aller chercher de la capacité à sa façon, l’alliance UNSA-CGT-CFDT décide finalement de faire appel à la salle pour bâtir une proposition.

Discuter, travailler sur le fond, débattre, construire… sur le papier l’intention paraît louable.

Malheureusement, la neutralité « a-syndicale » auto-proclamée n’est pas au rendez-vous. Nous saluons la démarche volontariste des personnels s’impliquant pour défendre l’intérêt collectif, mais nous ne pouvons que constater l’ambiguïté syndicale régnant au sein de ce séminaire. Toutes les pistes ne sont pas sur la table ; bien que la demande de vacations courtes soit arrivée en tête du sondage internet, les études comportent toutes des vacations allant jusqu’à 11 h… Le SNCTA le constate et le regrette.

Il ne s’agit pas de dénoncer le séminaire : si ce dernier peut offrir une alternative aux personnels, c’est parfait. Nous constatons un état de fait : nous n’y avons pas notre place.

Cependant le SNCTA souhaite ardemment que ce projet aboutisse afin d’offrir aux personnels plusieurs choix lors de la consultation, mais surtout une autre voie que celle du boycott qui permettrait, une nouvelle fois, la mise en place automatique des mesures de l’administration.

Une consultation ?

Malheureusement, à chaque fois que la question fatidique de la consultation est abordée, cet affichage constructif laisse place à un tout autre discours.

À la demande du SNCTA, les OS devaient se rencontrer jeudi 20 avril afin d’étudier les modalités d’une consultation.

La CGT était absente. Il est vrai que sa position sur le sujet avait l’avantage d’être limpide : le 7 avril, en marge du séminaire, elle avait clairement expliqué qu’elle s’opposerait au tour du SNCTA (mais pas aux autres…) si celui-ci ne parvenait pas à franchir les 70 %. Elle réitère ainsi son positionnement sans nuances déjà tenu lors de son refus du résultat de la dernière consultation, entérinant ainsi de facto ce que nous subissons depuis le 26 mars.

Quant à l’UNSA et la CFDT, elles choisissent encore et toujours de ne pas afficher publiquement et clairement de position sur le respect d’une consultation. Laisser le choix aux personnels semble être un véritable cas de conscience. Elles sont cependant catégoriques sur les modalités du vote : refus formel de tout scrutin majoritaire à deux tours ; la simplicité et la transparence ne semblent pas être à leur goût. L’UNSA déclare oralement qu’au sein de leur section c’est le vote pondéré à point qui fait aujourd’hui consensus. Le SNCTA a consulté ses adhérents : 94 % n’acceptent pas ce type de scrutin.

L’UNSA-CGT-CFDT refuse de sortir d’un schéma « Face-je-gagne-pile-tu-perds » pour « porter la voix » de la salle, la voix des contrôleurs.

Et l’expérimentation

Le SNCTA proposait un TDS qui maintenait les droits à absences simultanées, qui réduisait la longueur des vacations ainsi que le temps de travail hebdomadaire. Les deux premiers recyclages généraient des absences supplémentaires et l’expérimentation était valorisée. En contrepartie il fallait faire un jour de plus par mois pendant sept mois, jours qui étaient récupérés dès que le tableau d’absence le permettait (éventuellement même sur le cycle impacté par le jour supplémentaire).

Ce choix était celui d’une bonne partie des contrôleurs de la salle. Mais l’UNSA-CGT-CFDT a décidé de ne pas considérer leurs avis comme légitime…

À l’heure où le séminaire affiche comme volonté de prendre l’avis de la salle, il apparaît que le doute est plus que permis sur la réelle motivation de tout cela.

La nouvelle proposition de l’administration pour juin est désormais sur la table. Elle demande encore plus d’efforts et bien sûr sans compensation aucune.

Et aucun doute n’est permis : il n’y aura pas de statu quo.

Appel au respect

Mesdames et messieurs les représentants des personnels, afin de justement représenter les personnels, il faut accepter de les écouter.

Merci de présenter enfin à la salle vos projets mais également de respecter celui des autres instances (syndicats, groupes de contrôleurs…).

Sur un sujet aussi individuel, merci tout simplement de respecter vos collègues de travail et tous les personnels de la salle de contrôle, syndiqués ou non, en libérant la démocratie que vous avez depuis trop longtemps prise en otage.

Nous appelons l’alliance UNSA-CGT-CFDT à ne plus se tromper de combat et à ne plus chercher d’excuses justifiant son refus du choix issu des urnes.

Nous demandons à l’ensemble des représentants des OS une consultation faisant fi des guerres partisanes, rendant ainsi possible un choix équitable et non contestable.

Par conséquent, le SNCTA appelle à une nouvelle consultation des contrôleurs en salle, sur le principe simple et éprouvé du scrutin majoritaire.

Il s’agit selon nous de la seule voie permettant de retrouver la sérénité en salle de contrôle.

Communiqué SNCTA LFRR CDA021 23 04 2017 (0.3 MiB)

Click to share thisClick to share this