Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se connecter Adhérer

Archive for December 2020

0

Aix — Déclaration liminaire SNCTA au CT du 9 décembre 2020

Aix-en-Provence, mercredi 9 décembre 2020.

Monsieur le Président du comité technique,

Le Comité Technique Spécial que vous avez convoqué aujourd’hui est l’ultime instance de concertation pour décliner localement une décision nationale qui a reçu une opposition unanime des syndicats lors des CT DSNA du 28 octobre 2020 et du 12 novembre 2020.

Étant donné l’importance capitale de ce sujet et au regard d’un dialogue social que nous estimons fictif, nous avons demandé la tenue de ce CT/S en présentiel. En vous réfugiant derrière des arguments sanitaires alors que dans l’enceinte de ce même bâtiment se tiennent des réunions similaires, vous vous inscrivez une fois de plus dans la nouvelle dynamique insufflée par l’administration centrale : avancer seul là où un contexte d’accompagnement de reprise du trafic devrait appeler à travailler de concert avec les syndicats.

Pis, les quelques réunions plénières programmées localement devaient servir à concerter les éléments renvoyés du national vers le local mais se sont finalement avérées être des réunions d’information où les syndicats n’ont pu que déplorer le manque flagrant de transparence de l’administration qui impose des consignes n’apparaissant pas dans la décision DSNA.

Les dispositions délétères que vous voulez faire appliquer et ce manque de transparence inédit marquent une rupture et créent un climat de défiance chez les contrôleurs du CRNA/SE. Ce sont pourtant ces mêmes contrôleurs qui, depuis toujours, ont su adapter leur organisation du travail face à une hyper-saisonnalité unique en France. Ce sont ces mêmes contrôleurs qui ont prouvé leur résilience face à la crise sanitaire. Ce sont ces mêmes contrôleurs qui ont fait preuve de motivation pour les différents projets au fil des années. C’est tout cela que la DSNA remet en cause aujourd’hui à travers une décision opportuniste, vexatoire et dénuée de tout sens opérationnel.

Le SNCTA continuera de défendre les contrôleurs et saura mettre l’administration face à ses responsabilités quand la réalité opérationnelle dépassera l’utopie managériale mise en place par nos décideurs.

LFMM Déclaration liminaire SNCTA 2020-12-09 (0.1 MiB)

0

Tahiti — Déclaration liminaire SNCTA au CT SEAC-PF

Tahiti-Faaa, mardi 8 décembre 2020.

Ce comité technique SEAC-PF s’ouvre dans un contexte inédit pour la navigation aérienne qui traverse une crise d’une rare ampleur tant en matière de trafic que de conditions sanitaires, économiques et sociales.

Il y a à peine quelques mois, nous avons connu une longue période de confinement durant laquelle des dispositions, pas toujours concertées, ont été déployées « à la hâte » alors que de nombreux paramètres restaient incertains.

Ces adaptations ont été appliquées pour permettre de concilier les enjeux opérationnels d’intérêt général et la protection individuelle de chacun vis-à-vis de la situation sanitaire. Les contrôleurs aériens ont assuré leurs missions, sans faillir, pour garantir la continuité du service public nécessaire à la gestion de la crise.

Aujourd’hui, débute un nouveau chapitre, que l’administration écrit seule en s’asseyant sur le dialogue social et fait payer aux contrôleurs les conséquences de cette crise sanitaire. De façon inédite, des CT locaux se réunissent pour entériner des notes de service qui reposent sur des textes (arrêté et décision) qui ne sont ni signés, ni publiés. Tout cela pour imposer, en dépit du bon sens, un dispositif de RO vexatoire et inopérationnel.

Dans les projets des textes, certaines dispositions sont renvoyées aux CT locaux : nous serions bien dupes d’y voir une quelconque possibilité de négociation. Deux réunions de discussions ou plutôt de simulacre de dialogue social ont suffi pour confirmer l’absence de marge de manœuvre dont nous disposons, y compris et en particulier sur des éléments établis en totale contradiction avec des années de pratique de notre encadrement.

Aujourd’hui est une date à retenir dans l’histoire des CT, loin d’aller dans le sens du progrès, et encore moins de l’excellence. Suite à votre décision de maintenir ce point à l’ordre du jour de ce CT, le SNCTA votera contre les textes soumis au vote concernant les réserves opérationnelles.

2020-12-08 Declaration liminaire SNCTA NTAA (0.3 MiB)

0

Flash Info — Compte-temps décalé 
au 17 février 2021 et ROE

Le CT DO du 8 décembre faisait suite aux CT DSNA des 28 octobre et 12 novembre 2020 qui ont acté le passage en force des réserves opérationnelles et du compte-temps.

Dans sa déclaration liminaire, le SNCTA a rappelé la dégradation du lien social entre contrôleurs et encadrements alors que la déclinaison de ce texte passe le filtre des CT locaux malgré l’opposition des représentants du personnel.

Alors que les intentions affichées par la DSNA en mai visaient à trouver une adaptation à la crise sanitaire, ce dispositif apparaît aujourd’hui aussi regrettable qu’inadapté.

Ce CT DO a finalement acté le décalage de la mise en place du compte-temps au 17 février 2021 qui coïncide avec la fin de l’état d’urgence sanitaire. Jusqu’à cette date les réserves opérationnelles seront remplacées par des réserves opérationnelles exceptionnelles (ROE), plus adaptées au contexte sanitaire bien que toujours imparfaites.

Le SNCTA regrette que ces modalités n’aient pas constitué la base de travail pour définir une réponse adaptée de la DSNA à la crise.
A contrario, ce dispositif ne sera que temporaire pour laisser place, après cette date, au compte-temps et à la réserve opérationnelle « standard » constamment dénoncés ces six derniers mois.

La mise en place du compte-temps est repoussée au 17 février 2021. Une nécessité au vu du contexte sanitaire dégradé mais qui ne suffira pas à masquer la dégradation du contexte social.

FI 2020-12-09 Compte-temps Decale Au 17 Fevrier 2021 Et ROE V1.0 (1.1 MiB)

0

CT SNA-CE du 9 décembre 2020 – Déclaration liminaire du SNCTA

SNCTA : Veuiller sur vous qui veillez sur le Ciel

Lyon Saint-Exupéry, le 9 décembre 2020,

Monsieur le Président du comité technique,

Voici le comité technique spécial du SNA Centre-Est à nouveau réuni, pour la troisième fois – et sans doute pas la dernière – en moins de deux mois afin de discuter, une fois encore, de l’organisation du travail des contrôleurs aériens. Manifestement, ce sujet obnubile l’encadrement du SNA Centre-Est et celui de la DSNA.   

Malgré un vote unanime défavorable à l’occasion des réunions du 20 et du 28 octobre du comité technique spécial du SNA Centre-Est, vous avez fait le choix de suspendre, depuis le 1er novembre dernier, les expérimentations qui donnaient, jusque là, satisfaction.

Ce faisant, vous avez également imposé aux contrôleurs aériens lyonnais un tour de service qu’ils avaient massivement rejeté, à près de 80 %, en 2018.

Vous poursuivez aujourd’hui votre offensive sur nos conditions de travail en présentant au comité technique spécial du SNA Centre-Est deux notes visant à décliner localement les « réserves opérationnelles », de manière provocante et stigmatisante.

Provocation car ces notes sur les « réserves opérationnelles » n’ont, précisément, absolument rien d’opérationnel. Demain, donc, les contrôleurs ne pourront plus forcément dégrouper un secteur qui « déborde » parce que le chef de service aura fait le choix de ne pas faire appel à certains de leurs collègues. Nous espérons que les cadres, à tous les niveaux, qui contribuent ou contribueront à déposséder les chefs de tour de leurs prérogatives en matière de gestion des salle et d’ATFCM assumeront en retour, en cas d’événement de sécurité, leurs responsabilités.

Provocation également car ces projets récompensent bien mal les efforts faits par les contrôleurs aériens ces dernières années. Les contrôleurs lyonnais ont, au cours de la décennie passée, fourni des efforts de productivité significatifs et ce, en dépit de l’obsolescence de la quasi-totalité de leurs outils techniques et de l’absence de toute perspective crédible en matière de modernisation. Sans notre bonne volonté que serait-il advenu d’AMAN, de DMAN, du CDM@LYS ? Et qu’adviendra-t-il, demain, du projet PREALPES ?

Stigmatisation car à côté du fond, il y a la forme. Sur le sujet des « réserves opérationnelles » les chefs de centre et l’encadrement de la DSNA, dont la gestion et les résultats ont été étrillés par un rapport de la Cour des Comptes en 2015 puis par un rapport d’information parlementaire en 2018, ont manifestement fait le choix de la stratégie de la diversion en désignant les seuls contrôleurs aériens comme boucs-émissaires de l’actuelle crise que traverse la DGAC. Ils y ont été encouragés par ceux qui, par opportunisme, ont participé cet été à une campagne de dénigrement de notre profession dans la presse nationale.

Vous pensez que les contrôleurs aériens sont indignes de confiance ? Nous vous encourageons à le leur expliquer directement. Expliquez-leur comment vous entendez affiner les besoins en vacations, à la hausse ou à la baisse, alors que l’impréparation du service cet été a conduit à rafistoler le tour de service du plan de reprise d’activité moins de deux semaines après sa mise en œuvre, alors même que nous vous avions alerté sur le sujet au préalable.

Vous pensez que l’expertise apportée par les contrôleurs aériens dans les groupes de travail n’est pas digne d’intérêt ? Allez jusqu’au bout de la démarche et cessez de réunir des groupes de travail, s’ils ne servent à rien.

Vous souhaitez reprendre en main notre fonctionnement opérationnel afin de le rendre plus efficace ? Au regard des résultats obtenus par le SNA Centre-Est sur le traitement des causes systémiques des événements de sécurité, sur la dérive des durées des formations initiales, sur le maintien des compétences des contrôleurs depuis le début de la crise sanitaire ou la modernisation de nos systèmes, nous avons de quoi être inquiets.

Enfin, vous avez fait le choix, Monsieur le Président, à l’image de certains de vos homologues, d’une déclinaison locale, dévoyée et socialement moins-disante, du cadre national relatif aux « réserves opérationnelles ». C’est inédit. Le SNCTA condamne cette méthode. Comment les principaux cadres de la DSNA envisagent-ils d’accompagner la reprise de l’activité si leur parole n’a plus aucune valeur ?

Monsieur le Président, nous vous avions tendu la main lors du dernier comité technique spécial du SNA Centre-Est. Vous confirmez aujourd’hui votre choix de l’affrontement. Dont acte.

 

2020-12-09 Déclaration Liminaire CT Vdef (0.1 MiB)

0

LFRR CDA — Réserves Opérationnelles : les ICNA attaqués de front

L’année 2020 est celle de la crise sanitaire qui a foudroyé le secteur de l’aérien. Les ICNA du CRNA-O ont su répondre aux nombreux défis qui en ont découlé. Ils se sont également adaptés pour assurer leurs missions de service public comme ils avaient su le faire durant les années de croissance du trafic aérien pour répondre aux besoins des compagnies tout en réduisant les délais grâce au dispositif RH des XP. En guise de remerciement la DSNA a choisit d’imposer aux seuls ICNA des mesures vexatoires et complètement contre-productives au travers d’une usine à gaz en 2 étapes : les réserves opérationnelles et le compte temps.

Petit historique des RO

Fin du printemps, la DSNA annonce qu’elle veut mettre en place dès l’été un système pérenne de RO (principe créé pour gérer la crise sanitaire). Courant juin, deux CT DSNA sont boycottés par les autres OS. Le SNCTA, bien seul pour défendre les contrôleurs, dénonce ce mécanisme et obtient l’ouverture d’un GT, GT qui a permis de modifier le texte initial. En parallèle, après de longues négociations le SNCTA obtient directement du ministère de borner l’application de ce texte à fin 2023. Mais entendons-nous bien, ce nouveau mécanisme reste néanmoins inacceptable. Le 12 novembre 2020, lors d’un 2ème CT, le DSNA passe en force ce dispositif malgré le vote unanimement contre de TOUTES les OS, véritable déni de dialogue social. Le CT DO du 8 décembre a entériné le report d’application du compte temps au 17 février 2021 après la fin de l’état d’urgence sanitaire. Les RO jusqu’à cette date ne seront pas comptées dans le compte temps, le SNCTA  ayant obtenu que ce soit des RO «sanitaires».

Les RO c’est quoi?

Les RO « visent à traiter les éventuelles surcapacités avérées en tour ou salle de contrôle afin d’utiliser au mieux les compétences des contrôleurs aériens ». Le service devra déterminer des besoins en vacations de contrôle (BV) pour un jour J (un nombre de PC nécessaire par équipe en fonction du trafic prévu) et faire un état des lieux des ressources disponibles. Le décompte des agents en congés, en formation, en GT est effectué pour définir les agents disponibles. L’éventuel delta restant par rapport au BV sera lui placé en RO. Les BV sont déterminés pour l’année en CT et pourront être révisables par le chef de service à la baisse comme à la hausse.

Le changement de philosophie avec le passage d’un droit à absence à un besoin en vacation remettra en cause de nombreux équilibres.

Deux types de RO sont prévues : sur site ou hors site. 

RO sur site : Le service peut placer un agent en RO sur site pour effectuer des tâches hors position de contrôle sur les horaires de la vacation sur laquelle il était prévu. Si un agent effectue une RO sur site son compte temps n’est pas débité. L’agent est rappelable avec un préavis de 30 minutes (temps de pause) pour rejoindre une position de contrôle. Certaines activités ne sont pas compatibles avec les RO sur site (elles devront être listées dans la NDS locale). Nous défendons le fait de rendre incompatible toutes les formations au PCU pour ne pas mettre en danger la licence de l’agent, ainsi que les formations nécessaires à la carrière et les réunions nécessitant de l’expertise contrôle.

RO hors-site : D’une part ce n’est pas sur volontariat, et d’autre part elle est décomptée du compte-temps à hauteur d’une demi-journée. L’agent peut être rappelé entre -1h30 avant et jusqu’à +3h après le début de la vacation pour venir en salle effectuer la vacation concernée. S’il est effectivement rappelé alors la RO ne sera pas décomptée. Comment l’agent est-il contacté ? Le DSNA s’est engagé à ce que le service fournisse un téléphone de fonction pour que l’agent soit rappelable quand il est placé en RO hors site.

Le compte-temps c’est quoi?

Afin de mettre en application les réserves opérationnelles, un dispositif de compte-temps est prévu d’entrer en vigueur à la fin de l’urgence sanitaire le 17 février 2021 pour chaque contrôleur. Celui-ci doit permettre de comptabiliser l’activité ou la non-activité de chaque agent (précision importante : les  jours de congés annuels statutaires ne sont pas affectés par le compte-temps) et de pouvoir faire un bilan comptable à la fin de chaque année.

Le SNCTA revendique que le le temps de préparation et de compte rendu de GT soit considéré comme du temps de travail.

Y seront comptabilisées de la façon suivante : 

  • Les récupérations associées à des vacations complémentaires : +1.
  • les réunions de moins de 4,5h : +0.5.
  • Les réunions de plus de 4,5h : +1.
  • Les RO hors site et non rappelées : -0.5. 
  • Les journées posées par l’agent : -1.

En début d’année N, les journées compensatoires (découlant du potentiel dépassement des 32h de notre cycle, au nombre de 8 dans le tour de service pré COVID) sont ajoutées à ce compte-temps. Le solde de l’année N-1 du compte temps est ajouté. Si le résultat est négatif, le compte-temps de l’année N débute à 0. En parallèle, la DSNA supprime purement et simplement le dispositif VRO.

Avec les RO c’est la marge de manœuvre des ICNA qui disparaît : perte de liberté dans ses choix de stages et récupérations dirigées sur les périodes de faible demande.

Concrètement, au 01/01/2022, si votre compte-temps 2021 (qui aura commencé le 17/02/2021 en raison de l’état d’urgence sanitaire) est négatif, ces jours seront soustraits à votre compte temps 2022. Vos jours compensatoires obtenus au titre de l’année 2022 seraient alors débités du montant dû, pouvant le ramener ainsi à 0 dès le 1er janvier.

 Un agent ne peut poser une récupération que si son compte temps est positif. S’il est négatif, afin « d’encourager » la participation aux divers GT, l’agent aura 3 mois pour poser une récupération générée par sa présence avant que celle-ci entre dans le décompte RO. Mais si sa participation ne lui a crédité que 0,5 RCP il lui faudra espérer participer à un autre GT dans les 3 mois pour pouvoir  poser une RCP. Au delà elle serait absorbée dans le compte temps.

Ceci n’est qu’un premier résumé succinct de la décision DSNA de 9 pages qui précise toutes les modalités d’application. Nous reviendrons en détail sur tous les points au fur et à mesure de la concertation locale qui s’ouvre pour décliner ce texte au CRNA Ouest. 

Premier point d’étape dans cette négociation qui n’en a que le nom : le CT local du 10 décembre.

La DSNA, soutenue par les politiques, utilise la crise sanitaire pour imposer aux contrôleurs un système comptable complexe bien éloigné de la réalité opérationnelle. Nous resterons vigilants pour que ce nouveau dispositif garantisse un nombre suffisant de contrôleurs en salle et nous saurons, lors de la reprise du trafic, utiliser les outils à notre disposition pour protéger les secteurs et les contrôleurs. Ce principe insulte le professionnalisme des contrôleurs du CRNA/O qui ont pourtant toujours été moteurs pour s’adapter en période de crise et en période de croissance.

 

LFRR — CDA 11 (0.1 MiB)

0

Flash Info Orly — RO et compte-temps : tout part en vrille !

Un CT factice s’est tenu le 7 décembre avec à l’ordre du jour la mise en œuvre des RO à Orly.

Le service semble se soumettre aveuglément aux directives de la DSNA, quitte à casser le lien entre les contrôleurs et l’encadrement local.

Avant même le CT du 7 décembre, l’administration locale avait déjà planifié un second CT pour passer en force le 17 décembre, bien consciente que le texte allait être massivement rejeté par toutes les OS à Orly.

Le SNCTA n’a eu de cesse de démontrer au service qu’il faisait fausse route sur chacun des points de sa note.

La déclinaison locale des RO n’est qu’un simulacre de dialogue social : c’est inacceptable.

Le service se prépare à paralyser Orly par la mise en œuvre de ces mesures inadaptées, non-opérationnelles, comptables et vexatoires.

Le moment est déterminant pour notre profession : restons soudés, dépassons les clivages pour faire face ensemble à la marche forcée de l’administration.

2020-12-09 FI ORLY RO : Tout part en vrille (0.2 MiB)

0

Clermont — Déclaration liminaire SNCTA en CT du 8 décembre 2020

Clermont-Ferrand, mardi 8 décembre 2020.

Monsieur le Président,

Nous aurions presque pu nous réjouir : la DSNA venait de montrer qu’elle était capable de mettre en place un projet et de le faire avancer rapidement.

Malheureusement, que cette énergie inédite soit mise au service exclusif d’un projet tel que celui des Réserves Opérationnelles (terme au demeurant inapproprié) vient ternir cette découverte.

Nous voyons ici un point d’orgue de la détérioration du dialogue social, et la démonstration de l’absence de toute bienveillance de notre management envers ses personnels.

C’est également la démonstration, et c’est peut-être plus grave encore, de l’ignorance de la Dsna du mode de fonctionnement de certains de ses organismes.

Par exemple (et entre autres), le mode d’évaluation des BV prévu par le projet de texte est tout à fait inadapté au trafic d’un SIV, tandis que d’autres dispositions sont contradictoires.

Nous nous efforcerons de lutter pour en gommer les aspects les plus incohérents ou vexatoires, mais face à cet affront de la DSNA envers ses personnels, quoi qu’il en soit, ce sera à vous d’en assumer et gérer les conséquences.

2020-12-07 Declaration liminaire SNCTA LFLC (0.3 MiB)

0

DÉCLARATION LIMINAIRE CT DO

Aix-en-Provence, mardi 8 décembre 2020.

Le dernier comité technique de la direction des opérations se tenait il y a un an dans un contexte de négociations protocolaires soutenues, de dialogue social animé mais de qualité et d’une dynamique positive avec l’ambition collective de redonner sa fierté à la filière contrôle. Malgré l’implication sans faille des contrôleurs aériens sur l’année 2020 dans un environnement inédit, ceux-ci n’ont plus la reconnaissance de leur Direction, ni dans les mots, ni dans les actes.

Rappelons que les contrôleurs aériens sont des fonctionnaires, des citoyens, des femmes et des hommes frappés comme tout un chacun par cette crise sanitaire depuis le début de l’année.

Ils sont également frappés par une deuxième crise, de confiance, distillant un climat de défiance à l’encontre de leur profession. À défaut de se tourner vers l’avenir et de faire face à cette crise économique et sanitaire d’une ampleur inédite, la Direction a fait le choix du recul social. Elle nie ainsi, d’une part, les efforts consentis sur la dernière décennie pour redresser la navigation aérienne d’après-crise en palliant les lacunes en matière de recrutement et de modernisation technique et, d’autre part, l’Histoire du contrôle aérien et de la construction de la navigation aérienne. La déclinaison à marche forcée du dispositif de réserves opérationnelles et du compte-temps est jugée d’autant plus vexatoire qu’elle acte également nombre de régressions, indépendantes de la crise que nous traversons et qu’aucun ne saurait qualifier autrement que d’opportunisme.

Pis, la crise a récemment pris une dimension supplémentaire en quittant parfois le champ du dialogue social, du respect d’autrui et du civisme. Le SNCTA ne le tolèrera pas : le dialogue social doit se faire dans le strict cadre de la représentation syndicale et du respect de l’autre. Vous en êtes, Monsieur le Directeur, le garant, aussi bien dans l’exercice de votre dialogue social, et vous n’avez de ce point de vue pas failli malgré des désaccords profonds, que dans celui du niveau local sous votre tutelle. Le SNCTA alertait sur l’opposition, malheureusement inhérente au dispositif, entre les services et les personnels qu’ils encadrent. Ni les premiers dans leur grande majorité, ni les seconds ne cautionnent « l’après 12-Novembre ». Le SNCTA demande à ce que cette escalation cesse et que le respect et le social retrouvent leur place dans les nouvelles conditions de travail des contrôleurs aériens avant de ne perdre définitivement les personnels.

Ce comité technique s’ouvre précisément sous l’égide du social suite au dernier CT DSNA : il s’agit d’être au rendez-vous pour ne pas abîmer davantage le lien social et humain avec les contrôleurs aériens qui ont toujours permis à la navigation aérienne de ne jamais dysfonctionner. La crise économique et sanitaire n’obligent en rien à l’absence de considération sociale. Bien au contraire, celle-ci est plus que jamais nécessaire pour affronter la période à venir, la reprise brutale du trafic annoncée et la modernisation technique que le SNCTA appelle toutes deux de ses vœux.

2020-12-08 Déclaration liminaire CT DO (0.1 MiB)

0

SNA-SO — Déclaration liminaire SNCTA en CT du 7 décembre 2020

Bordeaux, lundi 7 décembre 2020.

Nous sommes aujourd’hui réunis afin de discuter de la déclinaison locale des réserves opérationnelles. Discuter est un mot impropre puisque le texte qui encadre celles-ci au niveau national est rejeté par toutes les organisations syndicales. Il faut donc bien appeler ça une présentation plutôt qu’une discussion tant la volonté de passer en force est évidente.

Au niveau local nous n’avons pu que constater et regretter une volonté d’expédier le processus, si bien qu’aujourd’hui nous allons devoir discuter sur la base d’un texte qui n’est ni signé ni publié: une première !

L’encadrement local n’a – a contrario d’autres centres – pas jugé utile de convoquer des réunions préparatoires et n’a pas montré jusqu’ici une réelle volonté d’ouverture sur les sujets sur lesquels il avait encore un peu de liberté. Il n’a pas voulu saisir les opportunités que le cadre national pouvait laisser à un organisme comme le nôtre.

Cet épisode est selon nous bien triste.

Bien triste d’abord car au niveau national, le SNCTA a toujours été moteur pour proposer des voies d’amélioration de la performance de la DSNA dans la concertation et la négociation.

Bien triste aussi au niveau local car la section SNA-SO avait su assumer, dans l’adversité et la douleur, une réforme de l’organisation des approches du SNA. Là encore, l’opportunisme politique jettera tous ces efforts à la corbeille. Les contrôleurs de Mérignac avaient, dans leur diversité syndicale accepté des efforts importants d’adaptation à la forte croissance du trafic, ils avaient réussi à gérer plusieurs évènements stratégiques pour l’économie locale, tout ceci dans un contexte où l’échelon central refusait de reconnaître des besoins en effectifs et en matériel. Les autres centres du SNA ont aussi, chacun à sa manière,fait preuve d’adaptations malgré le manque de personnel chronique. Aujourd’hui, nous voilà bien remerciés.

Ce dispositif complexe et inadapté laissera des traces, il entérine la fin d’un syndicalisme moderne et réformateur pour retomber sur les bases d’un syndicalisme de contestation et de blocage que la direction semble finalement trouver plus à son goût.

0

Organisme Pyrénées — Déclaration liminaire SNCTA au CT local du 7 décembre 2020

Pau, lundi 7 décembre 2020.

Madame la Présidente du CT, 

Nous sommes réunis aujourd’hui pour voter la déclinaison locale du texte sur les Réserves Opérationnelles. 

Aujourd’hui, Madame la Présidente du CT, l’Administration que vous représentez, s’assoit sur 30 ans de négociations. Des négociations parfois dures, parfois anodines, parfois tendues mais qui globalement ont maintenu la France au rang des meilleurs prestataires de la Navigation Aérienne malgré les retards techniques qui s’accumulent années après années. Et ce pour une seule raison : parce que les contrôleurs ont toujours étaient actifs au coeur de leur métier. En particulier ces derniers mois alors que confinement après confinement, nous avons assumés nos fonctions. Mais nous nous égarons….Ou peut être sommes nous sur la bonne voie en fait…

Alors pour que les choses soient dites une bonne fois pour toute, laissez nous clarifier et mettre les point sur les i :

Vous avez décidé de passer en force sur des textes humiliants, vexatoires et infantilisant.Vous mettez au rebus notre expertise sur tous les fronts, y compris techniques et surtout opérationnels.

Vous réduisez à néant la notion de dialogue social pour pour un surplus de capacité ponctuel et indépendant de notre volonté

Vous décidez d’un « système de comptage » à votre avantage au détriment de la toute bonne volonté qui, plus d’une fois a sauvé la France de pénalités records. Avons-nous besoin la encore de vous rafraîchir la mémoire sur les dossiers techniques ou espace portés à bout de bras par la seule volonté des contrôleurs? Je ne crois pas…

Au nom de quelques économies de jours de contrôle, que dis-je, de quelques heures de travail, vous décidez de finaliser la mise en place d’un texte passé malgré l’opposition unanime de toutes les organisations syndicales.

C’est un retour en arrière inqualifiable. La confiance qui semblait s’être construite en particulier lors du dernier Comité Technique du 11 septembre a disparu. Elle est rompue.

Vous faîtes semblant de négocier ? Nous saurons nous en souvenir.

Vous travaillez à imposer ? Nous saurons nous en souvenir.

Vous dénigrez notre expertise ? Nous saurons nous en souvenir.

Madame la Présidente du CT, malgré cette déclaration, je ne quitterai pas ce Comité Technique.

Je souhaite que nos échanges soient inscrits au procès verbal de ce comité . Que chaque phrase, chaque mot et décision que vous jugerez utile d’acter aujourd’hui soient bien retranscrits à la lumière de nos débats, de nos demandes, et de notre expertise.

On ne construit pas un avenir sans intéresser les principaux acteurs à construire le leur. Aujourd’hui, vous mettez un point d’arrêt à la construction du contrôle aérien en France. C’est historique.

2020-12-07 Declaration liminaire SNCTA PYR (0.3 MiB)

Pages:12345