Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se connecter Adhérer

Archive for December 2021

0

Flash Info — 2022 : recrutement pivot pour les ICNA

Le recrutement ICNA de 2022 constitue l’élément clef pour dimensionner l’effectif de la décennie à venir et ne pas reproduire les erreurs du passé. Les enjeux sont multiples :

  • faire face à la vague de départs à la retraite compris entre 180 et 200 ICNA par an à compter de 2029 ;
  • d’ici là, répondre aux scénarios de trafic d’Eurocontrol qui prévoient tous une reprise du trafic au niveau de 2019 avec une croissance qui se poursuit ;
  • prendre en compte la capacité de formation à l’ÉNAC et en centres via une anticipation et un lissage des recrutements ;
  • maximiser la liste d’admissibilité tout en recherchant à réduire la durée séparant le concours de l’entrée à l’ÉNAC afin d’éviter les désistements.

Ce constat dressé par le SNCTA est désormais partagé par la DSNA !
À l’heure où l’ouverture du concours CCINP 2022 vient d’être publiée au Journal Officiel, le recrutement de 3 promotions MCTA de 32 élèves doit désormais être acté au plus vite.

La DSNA ne peut se permettre d’obérer la reprise des prochaines années ; le SNCTA s’en assurera.

Le SNCTA poursuit son travail de conviction pour obtenir le recrutement de 3 promotions sur le prochain concours.
Le SNCTA veillera à ce qu’une réponse favorable soit apportée d’ici l’annonce prévue fin janvier 2022.

FI 2021-12-22 BN 2022 - Recrutement Pivot Pour Les ICNA (0.6 MiB)

0

Flash Info LFPG — Le projet XP 2022 à CDG validé en CT !

La section locale du SNCTA a été consultée par son Bureau de section sur le projet XP à l’ordre du jour du CT du 10 décembre. Avec une participation de 91%, la section lui a donné mandat, à l’unanimité des votes exprimés, pour finaliser le projet et le valider formellement en CT. C’est chose faite.

Cet accord XP permettra d’accompagner la reprise de trafic à CDG grâce à une offre de contrôle supérieure au TDS 2002 de l’administration, dans un cadre socialement équilibré pour les contrôleurs, prenant en compte la fatigue sur position et reconnaissant notamment la spécificité et la complexité de la vacation de nuit.

L’XP RH 2022 débutera le 23/02/2022. Jusqu’à cette date, le tour de service actuel est prolongé à l’identique pour assurer la transition. Nous communiquerons prochainement sur les détails pratiques de cette nouvelle XP.

La reprise de trafic ne peut se faire sans les contrôleurs. Le SNCTA se félicite que les échanges avec l’administration aient permis d’aboutir à un accord pour un TDS XP en 2022 à CDG.

LFPG — FI Le Projet XP 2022 À CDG Validé En CT (0.2 MiB)

0

Flash Info LFPG — Obsolescence des outils de contrôle : panne radar à CDG

Le matin du 20 décembre 2021, CDG a subi une panne entraînant la perte de visualisation des mobiles contrôlés sur le radar SOL (AVISO) pendant près d’une heure, forçant les contrôleurs à basculer sur le mode secours dégradé et à prendre des mesures ATFCM adaptées.

Le système AVISO, en bout de vie, a été déclaré obsolète en 2017. Le vertigineux retard accumulé depuis de trop nombreuses années dans la modernisation des outils de contrôle a des conséquences concrètes sur la gestion opérationnelle.

L’obsolescence des systèmes de contrôle est une réalité. Le SNCTA salue le professionnalisme des contrôleurs qui assurent leurs missions de sécurité et d’écoulement du trafic avec des outils désuets.

La confiance des contrôleurs de CDG dans leurs systèmes de contrôle s’effrite jour après jour. Le SNCTA appelle la DSNA à sécuriser urgemment le remplacement de l’outil AVISO.

LFPG — FI Obsolescence des outils de contrôle (3.5 MiB)

0

LFEE – Déclaration liminaire SNCTA au CT du 08/12/2021

Monsieur le président du comité technique,

Le 2 février 2020, un comité technique local se réunissait pour finaliser l’organisation du travail des contrôleurs tout au long de la transformation électronique du centre.  Un mois plus tard, la crise sanitaire faisait subir au trafic un coup d’arrêt brutal.

Ces deux années durant, la DSNA a choisi la confrontation et le rapport de force permanent. Elle n’a sans doute pas été déçue. Les contrôleurs lui ont rappelé qu’elle ne peut pas fonctionner contre eux. La pression des opérateurs extérieurs aidant, la DSNA parie sur le trafic l’an prochain, plutôt que le virus. C’est heureux.

2022 est un immense défi pour le CRNA Est où faute d’effectif suffisant, chaque mention d’unité compte. La mise en place d’une organisation du travail concertée sera à l’issue du CT, une étape supplémentaire de franchie. Le SNCTA regrette cependant les trop nombreux dossiers brûlant toujours sans réponse satisfaisante, au premier rang celui de la formation initiale post-MESO. Autant de projets qui auraient dû avancer pendant la crise si les contrôleurs avaient été respectés.

Ce comité technique est indéniablement un signal positif. Il ne clôt pas pour autant la séquence des deux dernières années. Le report sans sommation du CT du 29 novembre nous le rappelle, la faute à des documents de séance qui n’ont pas reçu l’onction de la direction des opérations. Le SNCTA réprouve cette ingérence de ce qui relève de la négociation locale d’une déclinaison d’un cadre national.

Le changement d’attitude des administrateurs de la DSNA sera apprécié sur le temps long. La voie de la normalisation est fragile. Le SNCTA continuera d’être un partenaire exigeant pour que les efforts et les spécificités des Rémois soient reconnus à leur juste valeur.

 

2021-12-08 Déclaration Liminaire (67 KiB)

0

Flash Info — SYSAT G1 : le vrai-faux suspens

Le programme SYSAT G1 est à la dérive, tant dans les jalons à franchir que dans la perspective de mise en œuvre. Lors du CT DSNA du 17 décembre, le DSNA a annoncé qu’une ultime décision serait prise en janvier 2022 quant au devenir du programme. Cela laisse malheureusement entrevoir un nouveau coup d’arrêt.

Le sentiment est plus qu’amer et la frustration légitime. D’autant que les contrôleurs et les équipes projets se sont investis sans compter pour porter à bout de bras ce projet. Un nouvel échec serait d’une part, celui de la DSNA, de sa stratégie et de sa gourvernance sur la dernière décennie et, d’autre part, du consortium d’industriels retenus.

Ces annonces ne doivent pourtant pas plonger la DSNA dans l’immobilisme :

  • les matériels restent vieillissants voire obsolètes et les outils de gestion du trafic toujours inadaptés. Pour assurer leurs missions de sécurité, les contrôleurs gèrent déjà de trop nombreuses pannes, à un rythme parfois quotidien ;
  • les travaux initiés par les équipes projets, en particulier à Roissy et à Orly, ne doivent pas être abandonnés.

Les contrôleurs aériens ont besoin de nouveaux outils pour assurer leurs missions de sécurité. Le SNCTA appelle la DSNA à un sursaut dans les prochains mois.

FI 2021-12-21 BN SYSAT Le Vrai Faux Suspens (1.0 MiB)

0

Flash Info — Télétravail et pandémie : une ouverture

Dans son dernier Flash Info, le SNCTA dénonçait l’attitude incompréhensible de la direction des opérations (DO) vis-à-vis de l’accès des opérationnels au télétravail, notamment dans le contexte de dégradation de la situation sanitaire.

Alors que le SNCTA l’interpelait depuis plusieurs semaines, la DO a enfin annoncé lors du CT DSNA du 17 décembre assouplir temporairement les règles d’accessibilité au télétravail.

Concrètement, cela signifie qu’après accord du service :

  • le volume de télétravail doit être augmenté en regroupant les activités télétravaillables ;
  • la borne arbitraire de 12 jours annuels maximum de télétravail fixée par la DO pour les opérationnels peut être dépassée.

Dans le contexte épidémique actuel le SNCTA se félicite que la DO ait assoupli sa position vis-à-vis du télétravail. Le SNCTA revendique néanmoins un accès plus large dans un cadre pérenne.

FI 2021-12-20 BN Télétravail Et Pandémie - Une Ouverture (1.2 MiB)

0

Déclaration liminaire du SNCTA — Tahiti — Réunion Reprise Travaux

Madame la Directrice,

Vous nous conviez aujourd’hui afin de déterminer les modalités de reprise des travaux du mandat DO « pour tenir dans les échéances fixées ».

Le SNCTA est un syndicat professionnel qui ne pratique généralement pas la politique de la chaise vide. Notre présence aujourd’hui vous garantit notre écoute mais en aucun cas notre adhésion au processus de reprise tel qu’imposé par le courrier que vous nous avez fait suivre.

Nous vous rappelons que nous avons participé activement à toutes les réunions convoquées sur le sujet par l’administration entre mars et juin. Nous avons travaillé sans relâche pour que notre vision des enjeux de navigation aérienne soit prise en compte. Finalement, après de nombreuses pressions et échanges tendus, le service produisait le 25 juin un document dont le seul objectif était de servir de base aux discussions avec les OS.

En raison des fortes tensions du moment et des échéances importantes prévues (visite présidentielle et mission HEIFARA notamment), vous avez décidé d’un moratoire de quelques semaines dans le but de retrouver un peu de sérénité nécessaire aux missions de sécurité des personnels de la navigation aérienne. Vous nous avez également demandé de mettre à profit cette période de trêve pour travailler sur la base de la proposition faite par le service. Il s’agissait de nous retrouver début septembre pour poursuivre les échanges et vous faire part de nos contre-propositions.

Durant l’été, les situations sanitaire et sociale se sont aggravées et nous vous écrivions début septembre pour vous l’indiquer.

Nous avions également alerté le DGAC et avons rencontré récemment le Haut-Commissaire qui, après avoir reçu les chefs de tour, a été très à l’écoute et semble conscient de la gravité de la situation.

Aujourd’hui, et alors que la situation sanitaire s’est améliorée, la situation sociale est quant à elle toujours tendue. La crise de confiance demeure entre les agents et une partie de leur encadrement, mais également au sein de l’encadrement lui-même. Les tensions persistent, sous la pression de l’enquête de la BGTA qui n’a toujours pas abouti. Et ce week-end vous nous adressiez des informations relatives à l’enquête administrative qui sera diligentée dans le service à la demande de la Secrétaire Générale, suite à des signalements de souffrance au travail, à partir du 10 janvier pour une durée d’environ 3 semaines.

Dans ces conditions, les demandes de la DSNA ne sont pas réalistes. Il n’est pas possible, pour le SNCTA, de reprendre les travaux :

  • sous la menace persistante d’un OG,
  • selon un calendrier resserré qui vise un aboutissement en moins de 5 semaines, concomitamment à l’enquête administrative.

Aujourd’hui, l’urgence n’est pas à la reprise des discussions mais au retour de conditions favorables à cette reprise.

2021-12-13 NTAA-DeclarationLiminaire-RéunionRepriseTravaux (59 KiB)

0

Baromètre social : une enquête alarmante !

 

Le CHSCT-R DGAC du 24 novembre 2021 a fait l’objet d’une présentation des résultats du baromètre social du pôle ministériel et plus spécifiquement à la DGAC. Les données et conclusions sont particulièrement alarmantes pour ce qui concerne la direction des opérations et les centres. Les dysfonctionnements dénoncés par le SNCTA depuis le début de la crise sont ainsi confirmés par une enquête externe et indépendante.

Contexte

Cette enquête a été réalisée par IPSOS entre le 1er juin et le 14 juillet 2021. Les résultats sont jugés exploitables et représentatifs au sein de chaque Direction de la DGAC et permettent une comparaison entre :

  • la « DO+Centres » repris sour le terme DO dans ce CDA ;
  • les autres Directions de la DGAC : DTI, DSAC, DTA, SG, ÉNAC, STAC ;
  • le ministère de la Transition écologique (MTE) ;
  • la Fonction publique d’État (FPE) hors Éducation nationale.

Vie au travail

Quatre sous-thèmes sont abordés et permettent une comparaison : qualité de vie au travail (QVAT), environnement de travail (ENV), ambiance au travail (AMB), télétravail (TT).

Ainsi la DO fait exception dans plusieurs domaines :

  • l’ambiance au travail est jugée très plaisante pour la plupart des Directions, sauf à la DO ;
  • la moitié de ses personnels jugent leur équipement ou leurs outils inadaptés ;
  • une expérience du télétravail inexploitable, sans surprise au vu de la restriction injustifiable qui est actuellement opérée.

Analyse mise en avant par l’enquête :
« une DO en net retrait des autres Directions »

Considération du Management

Cette thématique permet de dégager quatre sous-thèmes :

  • responsabilisation et développement ;
  • évolution professionnelle : si les perspectives de carrière semblent plus claires à la DO que dans le reste de la DGAC et du Ministère, la possibilité de suivi de formations demeure bien plus faible. Cette problématique a déjà été dénoncée par le SNCTA aussi bien dans le cadre de formations complémentaires à la formation continue que dans l’utilisation du compte personnel formation.

  • difficultés rencontrées au travail : les personnels de la DGAC remontent essentiellement des problèmes liés au management (environ 50 %).

  • marge de manœuvre des encadrants locaux : cette partie est le reflet de l’hyper-centralisation opérée par l’échelon central, privant les échelons locaux d’un dialogue social de qualité avec les représentants du personnel. Ce dysfonctionnement majeur trouve notamment sa source dans la note DO n°09-36/21 supprimant toute marge de manœuvre locale : le SNCTA exige son abrogation. 

Analyse mise en avant par l’enquête :
« un sentiment de reconnaissance écorné par le manque d’attention perçu de la part du management, surtout à la DO »

Enjeux de progrès

Cette dernière thématique, qui concerne en premier lieu les missions des contrôleurs aériens, comporte les sous-thèmes suivants :

  • dynamique de la Direction : la DO affiche des résultats inquiétants quant à la perception négative de la dynamique par ses personnels.
  • culture partagée au sein de la Direction : la DO affiche de nouveau un score extrêmement bas qui traduit l’absence de valeurs et d’objectifs communs partagés avec ses personnels.

Concernant les contrôleurs aériens, la crise des réserves opérationnelles durant les années 2020-2021 est une des causes de ce résultat : alors que le SNCTA invitait à affronter les enjeux opérationnels à venir à travers un projet fédérant les personnels, la Direction a choisi d’affronter les contrôleurs aériens pour des considérations politiques. Un rendez-vous manqué qui laissera des traces. 

  • efficacité collective. 

Conclusions de l’enquête

L’enquête s’achève sur deux éléments de conclusion.

D’une part, des suggestions d’amélioration permettant de mieux associer l’ensemble des agents dont deux se dégagent nettement :

  • le besoin de « plus de concertation – Le management doit réellement écouter la critique et les remontées du terrain, se remettre en question » ;
  • le besoin de « mieux faire circuler l’information, plus de transparence ».

D’autre part, des enseignements clefs à tirer :

  • la DO affiche un niveau d’insatisfaction beaucoup plus élevé que la DGAC ou que l’ensemble du Ministère ;
  • les attentes se concentrent principalement autour des postures managériales (écoute, considération, association aux décisions, partage des informations…).

Le SNCTA salue le courage de la DGAC de présenter ces données de manière aussi transparente. Le baromètre social définit la qualité de vie au travail comme un élément incontournable pour que chacun puisse remplir ses missions de la meilleure façon. Ceci est d’autant plus vrai chez les contrôleurs aériens au vu de leurs missions et des enjeux de sécurité !
Aussi, les résultats de la DO mais aussi ceux des collectivités d’Outre-mer sont si alarmants que des mesures correctives doivent être apportées à court et moyen termes. Du retour à un dialogue social local avec notamment l’abrogation de la consigne DO n°09-36/21 au plein accès au télétravail pour les personnels hors-salle ; de la modernisation technologique des CRNA, approches et tours de contrôle adaptée aux besoins des contrôleurs aériens à la valorisation et la reconnaissance de la profession ; la DGAC doit réagir.

CDA 0820 2021-12-14 Baromètre Social - Une Enquête Alarmante (0.2 MiB)

0

Flash Info COM TS — Une licence spécifique pour la Vigie trafic !

Alors qu’approche l’échéance du 20 mars 2022, date d’entrée en vigueur du règlement européen 2020/1234 qui cadre le fonctionnement des prestataires AMS (Apron Management Service), le SNCTA s’impatientait quant à un positionnement de la DSNA sur une licence spécifique pour les agents de la Vigie trafic de CdG.

En réponse à une question diverse du SNCTA posée lors du CT DSNA de ce jour, le Directeur des services de la navigation aérienne annonce accepter la création d’une telle licence, à travailler en priorité au sein du GT ANSO. Il précise que l’échéance de cette création n’est pas fixée au 20 mars 2022 puisqu’il estime la DSNA capable de respecter les exigences du règlement à cette date.

Le temps est désormais à construire des textes en droit français conformes aux dispositions du règlement EU tout en sachant que des éléments tardent à être tranchés entre DSAC et DSNA, en particulier le niveau en langue anglaise ou la loi du grand-père. Ces textes devront inclure entre autres : 

  • les conditions de délivrance de la licence et de sa prorogation ;
  • les conditions de délivrance d’une mention linguistique et de sa prorogation ;
  • les statuts d’examinateur, d’instructeur et de chef de quart ;
  • les conditions de la transition entre la situation actuelle et celle à venir. 

Le SNCTA accueille avec satisfaction l’annonce de la création d’une licence spécifique pour les agents de la Vigie trafic de CdG. Il aura fallu près d’un an et demi de travail au SNCTA pour finir de convaincre la DSNA. Le travail, conséquent, va désormais consister à traduire l’application du règlement européen 1234 dans des textes ad hoc.
Le SNCTA se tient prêt.

FI COMTS 2021-12-17 Une Licence Spécifique Pour La Vigie Trafic ! (1.0 MiB)

0

LFFF Flash Info - CT local Enjeux de capacité pour 2022

 

Le CT local s’est réuni le 14 décembre dans un climat plus que jamais incertain. A l’aube de l’année 2022, début de la transformation 4F pour les PC du CRNA Nord et d’un possible retour à un trafic proche de celui de 2019 voire supérieur en pointe, tous les voyants restent au rouge ! 

Dans ce contexte difficile, le SNCTA a réaffirmé son suivi des dossiers : mise en place du nouveau dispositif RO avec période probatoire (CT=0) en attendant la mise à jour d’OLAFATCO-TDS, effectifs de Seine, SIVs jointifs, suivi du quotidien …

L’administration a souhaité reconduire pour une troisième année, la NDS « congés et absences » des équipes à 8 PC (+1 ACDS). Nul ne peut ignorer qu’au printemps 2022, conjointement à notre formation 4F, le CRNA Est sera alors en déploiement final de 4F (MESO le 05/04/22), avec en parallèle un manque d’effectif sans précédent au CRNA Nord. Le simple fait de diminuer les formations statutaires ne suffira pas. Les effets sur le trafic paraissent inéluctables et les questions restent sans réponses. 

L’ouverture d’un espace de concertation dès janvier 2022 a été annoncé pour discuter des enjeux 4F et plus généralement de capacité et d’organisation du travail avec comme finalité un CT mi-février.

La formation 4F va débuter au CRNA Nord alors que les effectifs en équipe restent toujours trop faibles. En parallèle, le CRNA Est va réguler dès le 5 avril 2022 impactant fortement les secteurs du CRNA Nord. Le SNCTA restera aux côtés des contrôleurs du CRNA Nord pour que notre futur ne nous échappe pas.

FI LFFF 2021-12-14 CT Local V1 (0.6 MiB)

Pages:12