Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Author: TLM SNCTA

89A
0

Quels effectifs ?

Le SNCTA, en intersyndicale avec l’ensemble des syndicats de la DGAC, défend l’arrêt de la baisse des effectifs et une hausse des recrutements dès 2017, soit pour les ICNA des effectifs qualifiés en 2022. Et d’ici là ?

Nous pouvons déjà estimer le nombre de PC opérationnels dont nous disposerons… Notre effectif va encore baisser alors que le nombre de détachés va croître (besoin d’un détaché 4F par équipe dès la fin 2017) et que le trafic à destination de la Région Parisienne va se renforcer (augmentation de la capa de CDG dans le cadre du plan « Connect 2020 » d’ADP).
Déjà à CDG (comme ça a été le cas à Reims l’an dernier), le débat est ouvert sur une nouvelle organisation du travail pour l’été prochain…

Et au CRNA-Nord ? Pour prendre la mesure des efforts qui nous seront demandés, venez assister à l’AG organisée lundi 9 mai prochain : Quelles sont les priorités du SNCTA ? Quels outils proposons-nous pour défendre notre qualité de vie au travail (pénibilité) comme en dehors (congés et absences) ? Quelles contreparties aux gains de capa que nous réaliserions ?

Rendez-vous lundi 9 mai à l’amphi avec le BN SNCTA

LFFF16-0503 FI AG BN Effectifs 2 (1.6 MiB)

0

Décrochage en 2020 ?

L’augmentation inéluctable des délais générés par le CRNA Nord va entraîner un dérèglement complet du système de correspondances organisé autour du hub de CdG

En 10 ans, le CRNA Nord aura connu une baisse d’effectifs de 15 %…

C’est avec un zèle que l’on ne lui connaît sur aucun autre sujet, que la direction des services de la navigation aérienne s’est employée, armée d’un indicateur totalement inadapté à la spécificité de notre trafic, à augmenter la productivité d’un centre qu’elle jugeait trop bien pourvu et trop contestataire. Et, au cas où la coupe ne serait pas suffisamment pleine, elle a même exigé l’an dernier que notre centre assure la gestion des départs sud de Londres, augmentant ainsi la charge des secteurs de contrôle au moment de la P2 et de la P3 !

Si bien qu’aujourd’hui notre CRNA fonctionne à flux tendu et exploite au maximum ses ressources : vérification des présences, absences autorisées réduites au stricte minimum, mise en œuvre d’un merge point pour résorber les délais, gestion de flux pour optimiser la charge sur les IAF… Un grain de sable et tout se dérègle ! Un choix hasardeux quand on sait que la ponctualité est un enjeu majeur pour le type de trafic que nous gérons.

Pourtant aujourd’hui encore l’administration assume de poursuivre la baisse des effectifs au CRNA N ne remplaçant que 2/3 des départs prévisibles de notre centre.

Alors qu’avec le plan CONNECT 2020, AdP vise à renforcer l’attractivité du hub de CDG, la DSNA précipite le CRNA N dans le mur de la capacité. Face à ce constat, la priorité du SNCTA est claire : protéger les contrôleurs contre la pression combinée de la baisse des effectifs et de l’augmentation du trafic.

LFFF16 GT Effectifs (2.1 MiB)

0

2020 se prépare aujourd’hui !

Les contrôleurs d’Athis-Mons, se sont réunis le 14 janvier en assemblée générale.

Ils dénoncent le passage en force de la période de charge pour l’année 2016. En conséquence ils demandent à ce qu’aucun GT ne soit convoqué pendant cette période. Ils refusent toute limitation supplémentaire en matière de congés et absences.

Un point a été fait sur les perspectives d’effectif et de trafic du CRNA-Nord, 5 jours avant le GT effectif national qui décidera de la répartition des trop faibles ressources ICNA entre les 5 CRNA, les approches d’Orly et Roissy et l’ÉNAC.

Les contrôleurs du CRNA Nord dénoncent la baisse continue des effectifs qui déstabilise l’organisme et le place aujourd’hui en grande difficulté face aux perspectives de transition vers 4-Flight et de renforcement du hub de CDG à l’horizon 2020. L’augmentation du trafic va encore accentuer l’effet hub et la complexité associée. L’administration doit impérativement prendre en compte ce phénomène à sa juste mesure dans l’affectation des ressources humaines lors des prochains GT effectif.

Les contrôleurs d’Athis-Mons constatent la baisse d’attractivité de leur centre. C’est au minimum 20 affectations que le CRNA Nord doit recevoir cette année, avec un maximum de 2 AVE à chaque CAP, dont au moins une sera remboursable. Conscients du nombre limité de ressources nouvelles, ils demandent à l’administration de n’affecter que des AVE dans les centres du Sud afin de pouvoir principalement alimenter en sorties ÉNAC les centres, moins attractifs, du Nord.

Il faut d’urgence obtenir une hausse des recrutements afin de garantir des conditions de travail nécessaires aux personnels pour fournir un service public sûr et efficace. En cette période de négociations protocolaires, les contrôleurs d’Athis-Mons exigent que les recrutements fassent partie intégrante de ces discussions.

Par ailleurs, toute tentative de l’administration de dégradation des conditions de travail des contrôleurs d’Athis-Mons engagerait un conflit durable.

Motion AG Athis 140116 (88 KiB)

0

Effectifs à la dérive

Il faut redresser la barre sous peine de couler le trafic

Depuis l’instauration d’une nouvelle méthode basée sur l’I1 pour affecter les ressources nouvelles en CRNA, le nombre de PC au CRNA Nord fond comme neige au soleil. De 349 PC en salle en 2008 nous ne sommes plus que 299 en 2015. S’agissait-il d’un dessein caché de l’administration lorsqu’elle a opté pour cette méthode ? Certainement, mais le débat n’est plus là… Il faut maintenant, en pleine tempête, tenter de redresser la barre sous peine de perturber durablement toute l’organisation du trafic aérien en région parisienne.

Des recrutements insuffisants sur le plan national

Les effectifs opérationnels d’ICNA qualifiés vont diminuer de 160 à 170 agents à l’horizon 2020 par rapport à leur niveau actuel. — source : rapport Vernhessource : rapport Vernhes

Entre 2017 et 2020, il y aura plus de 530 départs à la retraite chez les ICNA. Le problème est que ces départs n’ont pas été remplacés à hauteur de 1 pour 1 d’où la baisse globale des effectifs opérationnels à venir. Ce manque de recrutements rend la situation d’autant plus critique au CRNA-Nord qui a, en avance de phase, payé un très lourd tribut à la baisse globale des effectifs.

Une variabilité du trafic accrue et mal prise en compte

L’évolution nationale du trafic de pointe est de près de 10 % supérieure à celle du trafic moyen ; cette évolution de la pointe par rapport au trafic moyen se constate également sur des plates-formes significatives, en particulier CDG. La variabilité du trafic se manifeste très différemment en fonction des centres : saisonnière partout avec une saisonnalité très forte dans les centres du Sud et de l’Ouest, journalière dans le centre de Paris, horaire dans le centre de Reims. — source : rapport Vernhessource : rapport Vernhes

Contrairement à ce qui est écrit dans ce rapport, notre variabilité est horaire et pas journalière. Au CRNA-Nord, c’est l’effet hub qui est plus que jamais prééminent, avec un trafic tout en vagues et en creux. Cette spécificité de trafic existe également sur les aéroports parisiens mais la problématique y est différente car ils sont alimentés en effectif selon une autre méthode. Pour les CRNA, la direction des opérations prétend prendre en compte l’effet hub mais selon une méthode inappropriée qui, au mépris des réalités opérationnelles, ne conduit pas à distinguer le CRNA-Nord des autres CRNA de ce point de vue.

Les variations répétées et rapprochées du trafic au cours d’une journée liées à des phénomènes de HUB ou équivalents obligent à mobiliser la ressource sur la base d’un armement de positions lissé dont une partie n’est plus nécessaire pendant les creux de trafic, ce qui conduit à un effet de vagues dans les ouvertures réelles de positions. Sur la base des ouvertures réelles au cours de la journée, moyennées sur une période significative, la DO a calculé que la différence entre le I1 réel et un I1 lissé supprimant les creux de cet effet de vagues était d’environ 1 point, soit l’équivalent d’une ressource supplémentaire par zone de qualification. Cet effet de « vagues » a été constaté pour les CRNA/N, SE, SO et E auxquels la correction a été appliquée. — source : DO i1 janvier 2015source : DO i1 janvier 2015

Comment parler de lissage et de moyennes lorsque le trafic à destination de CDG arrive par vagues : la P1 vers 5 h (locales), la P2 vers 8 h 30, la P3 vers 11 h 30, la P3 bis vers 14 h, la P4 vers 17 h, la P5 vers 22 h ? Le dimensionnement en effectif ne peut s’écarter de celui de la pointe et ce, même si, quotidiennement, les ouvertures secteurs réelles témoignent logiquement de creux entre deux vagues ! Comment mettre sur le même plan l’effet hub (et la complexité associée !) d’un centre « terminal » avec celle d’un centre plus éloigné ? Aujourd’hui l’accroissement de la variabilité du trafic renforce la spécificité du CRNA-Nord vis-à-vis des autres CRNA dans lesquels cette variabilité se fait sentir sous des formes différentes. Il est urgent que l’administration reconnaisse chacun dans sa différence.

Des perspectives qui confirment la tendance actuelle

Une projection à l’horizon 2020 montre que l’offre, à organisation constante, reste en moyenne au-dessus de la demande chaque mois de l’année, que la demande à la pointe reste supérieure à l’offre moyenne, et que l’écart entre la demande à la pointe et l’offre moyenne augmente très sensiblement (il double) par rapport à 2013. — source : rapport Vernhessource : rapport Vernhes

Au CRNA-Nord l’administration se fait discrète sur ce sujet mais il faut pourtant savoir que les SNA-RP discutent activement des perspectives d’avenir de CDG et du développement de ses hubs à l’horizon 2020. Le renforcement de cette plate-forme de correspondance est une tendance lourde, qui confirme l’absolue nécessité de prendre en compte à sa juste hauteur cette forme spécifique au CRNA Nord de variabilité du trafic.

Les discussions à venir sur les effectifs sont cruciales. Toute erreur de jugement de la part de l’administration pourra affecter durablement la ponctualité et la régularité des vols à destination des plates formes parisiennes.

AG intersyndicale pour les effectifs : Venez nombreux
Jeudi 14 janvier 13 h 30 à l’amphi

LFFF16-0110 CDA2 Effectifs Vf (2.3 MiB)

0

Non, Athis n’est pas saisonnier !

CT local décembre 2015 : Des avancées, mais pas sur tous les sujets

Lors du CT du 15 décembre dernier, l’administration a su faire preuve d’écoute sur la plupart des points. Elle est par contre restée campée sur ses positions à propos de la période de charge, refusant de reconnaître le caractère non saisonnier de notre CRNA.

Plus de différences entre les 2 zones

Pour rappel, lors de ce CT l’administration a su entendre les syndicats en alignant (enfin) le service minimum de l’Est sur celui de l’Ouest. Désormais différentiel 0 et 0 différence entre zones.

Gestion des PC en salle

Clarification des renforts : suite à notre demande faite au CT de septembre, tous les renforts feront désormais l’objet d’une note. Cela permettra une gestion plus claire et transparente pour tous. Nous demandons également à la sub contrôle de résoudre avec le maximum d’anticipation les besoins de renforts exprimés par les équipes.

Outil de gestion RH : échaudée par l’échec du projet GIELA, l’administration procède de façon mesurée en évaluant les outils existants et la possibilité de les adapter au CRNA Nord. Nous avons rappelé que l’obsolescence de GIPSE nécessite néanmoins de prendre une décision rapide pour se doter enfin d’un outil efficace pour tous.

Stages 3 jours ou plus : la NDS sera amendée et les stages commençant le lendemain de la descente de Nuit donneront aussi droit à une dispense en N. Pour toute question sur la gestion des dispenses, consultez notre communiqué.

Période de charge : ce fut un point bloquant lors de ce CT. Pour le SNCTA définir une période de charge au CRNA Nord ne correspond pas à notre réalité. Contrairement à d’autres CRNA notre trafic est peu saisonnier, d’ailleurs nos contraintes congés sont les mêmes en décembre ou en mai, elles sont issues de la feuille de route qui définit un nombre d’absences selon le nombre de PC en équipe. Aujourd’hui avec des équipes à 12, 4 absents représentent une restriction de 33 %, en définissant une période de charge ce chiffre pourrait baisser jusqu’à 20 %… on vous laisse faire les calculs ! Les autres CRNA eux ont de longues périodes où ils peuvent avoir jusque 50 % d’absents… Tous les syndicats nous ont rejoints et ce fut donc un vote unanime contre la période de charge quelles que soient les dates proposées. Pourtant l’administration s’entête et convoque un nouveau CT le 6 janvier prochain pour valider unilatéralement la définition d’une période de charge du 2 mai au 13 juillet et du 26 août au 11 octobre. Plus que jamais restons unis pour refuser l’épée de Damoclès d’une restriction à 2 congés max par équipe.

Points espace en bref

SIV Ouest : Relayant l’avis des experts du GT espace Ouest, nous demandons à l’administration de prendre en compte le REX du SIV Seine et de tout faire pour que les solutions retenues soient à la fois les plus cohérentes opérationnellement mais aussi pérennes dans le temps. Les PC de la salle sont déjà confrontés avec la reprise des secteurs SK, SJ ou SI à des situations inusuelles. Ce ne peut être un contexte à reproduire ailleurs.

SWAP : Le projet « full SWAP » (inversion des UN 852 / UN 853 et transformation de la CBA22 en EU-C22) prévu pour mars 2016 est abandonné suite à la mobilisation des contrôleurs rémois qui ont considéré les avantages du projet bien maigres eu égard aux problèmes de sécurité qu’il crée.

Formation continue

Stages anglais : Nous restons attentifs sur ce sujet qui conditionne le maintien de notre licence. L’administration nous a enfin écoutés et mettra en place dès janvier des stages d’une journée d’une durée de 6,25 heures. Elle continue également de réfléchir pour moduler les offres locales et travaille sur la mise en place d’un FLA de 2 jours. Il est important pour le SNCTA de pouvoir varier l’offre afin de générer de la souplesse. Nous avons aussi réitéré notre souhait de mettre en place un stage type « Défense » dans le sud de Paris.

À compter du 1er janvier 2017, pour valider un niveau 4, le suivi d’un PIFA ne sera plus suffisant ; il faudra également réussir une évaluation de compétence linguistique dans les 3 mois qui précèdent la fin de validité de notre mention. Concrètement cela veut donc dire que tout doit être en place dans les centres pour le 1er octobre prochain. Cette évaluation pourrait être effectuée lors d’une action de formation linguistique ou sur position. À ce stade, l’administration propose trois options d’évaluation : par un évaluateur-contrôleur ; par un binôme évaluateur-contrôleur / évaluateur-linguiste (comprendre prof d’anglais) ; par un évaluateur-linguiste. Le SNCTA refuse toute autre option autre que celle d’une évaluation par un pair contrôleur-évaluateur. C’est dans le cadre du dialogue social national que le sujet sera tranché.

La sortie du musée ?

Le calendrier semble (enfin) se figer, la version de 4F qui équipera le CRNA N est prévue pour fin 2019. Les premières expés avec les détachés 4F auront lieu en avril prochain, ensuite en fin d’année des expés seront menées à plus grande échelle à Toulouse avec la participation d’1 PC par équipe. Pour le SNCTA, tout doit être fait pour que cette échéance soit tenue. Il est primordial que l’administration soit à l’écoute des personnels impliqués et qu’elle sache créer de l’anticipation sur la gestion des transitions. Il est nécessaire que nous travaillions tous conjointement sur ce projet. Passer au 21e siècle en 2020, c’est déjà tard !

Passage au grade ingénieur chef

Voilà déjà deux ans que nous interpelons l’administration sur les difficultés rencontrées par certains PC du CRNA Nord pour accéder au grade IC. Une réunion s’était tenue en 2014 mais était restée sans suite. Depuis rien n’a changé et les perspectives semblent encore pires pour les agents concernés au vu de la pyramide des âges et de la rareté des nominations CE. A notre demande un GT réunissant les syndicats du CT sera créé afin de réfléchir aux solutions à mettre en place. La première réunion aura lieu début mars. Nous serons actifs sur ce sujet pour que des propositions concrètes soient amenées dès le CT de juin. Aucun agent ne doit plus être lésé dans son avancement de carrière.

Rappel des 4 conditions d’obtention du grade IC pour un PC en salle : avoir 16 ans de titularisation, être D4, avoir été détaché, examinateur* ou chargé de fonction d’encadrement (CE, ACDS ou CDS) pendant au moins 4 ans et enfin occuper une fonction d’encadrement (CE, ACDS ou CDS) quand les trois autres conditions sont réunies.*Le mandat triennal d’examinateur compte pour un an. Les périodes éventuelles de cumul examinateur/détachement ou examinateur/fonction d’encadrement sont exclues. Le calcul se fait alors au prorata. Ainsi un PC ayant été examinateur pendant 3 ans dont 1 année d’ACDS se verra créditer de 8 mois au titre de son mandat d’examinateur.

CHSCT infos

Pour des raisons de sureté la préfecture a imposé de revoir le plan de circulation sur la totalité du complexe. À terme, l’entrée du centre et la BGTA seront déplacées et les parkings largement modifiés. Il ne serait plus possible par exemple de se garer au contact immédiat des bâtiments en zone 3.

« Cadeau COP 21 »

La DGAC a accordé aux agents administratifs un Vx le 30 novembre pour éviter les problèmes dus aux restrictions de circulation. Les syndicats ont demandé et obtenu que tous les personnels s’étant déplacés ce jour-là puissent également bénéficier de cette mesure. Concrètement pour la salle, les PC inscrits au tableau de service le lundi 30 novembre (et la nuit en amont) se sont vus ajouter un V Fractionné sur leur compte 2016.

L’année 2016 sera pleine d’enjeux majeurs : négociations protocolaires, mise en place de contraintes supplémentaires sur notre licence, préparation de la transition 4F dans un contexte de baisse des effectifs… Comme toujours, le SNCTA, syndicat majoritaire des contrôleurs aériens, sera mobilisé pour défendre vos intérêts.

LFFF16-0105 CDA1 CT Vf (1.6 MiB)

2

Est = Ouest

Traitement identique pour les PC du CRNA Nord indépendamment de leur zone d’affectation : Validé !

Le CT local du 25 novembre dernier avait confirmé que le différentiel du nombre de PC entre les 2 zones tendrait désormais vers 0. De fait, à la demande unanime des syndicats, il avait été validé pour l’Est, comme l’Ouest, un dimensionnement minimal souhaitable équivalent et égal à 8 secteurs lorsque 2,5 équipes sont présentes en salle.

En revanche une seconde demande qui portait sur la suppression des 2 astreintes supplémentaires en zone Est lors des journées de grève avait été refusée. Les syndicats du CRNA Nord s’étaient donc réunis en intersyndicale afin que cesse cette discrimination envers la zone Est. Il aura fallu envahir le CT DO le 11 décembre dernier pour obtenir l’engagement qu’une réponse soit enfin donnée par l’échelon national avant l’AG que nous avions convoquée pour le 14 décembre…

… Et la réponse fut positive : grâce à notre mobilisation nous avons ainsi obtenu l’alignement du service minimum de l’Est sur celui de l’Ouest. L’assemblée générale a pris acte de cette avancée et exigé en conséquence la définition pour la zone Est de capacités secteurs indégroupables.

Dès le lendemain, en CT local, l’administration a annoncé la modification prochaine de la note sur le service minimum et la définition de capacités secteurs indégroupables pour la zone Est, comme c’est déjà le cas en zone Ouest. Un GT ATFCM (GT CAPA) va rapidement être convoqué.

Nous pouvons collectivement nous féliciter de la mobilisation de la salle de contrôle et des syndicats du CRNA Nord. Le SNCTA remercie tous les acteurs de ce succès.

Désormais : Différentiel 0 et 0 Différence entre nos 2 zones.

L’assemblée générale a également adopté une résolution sur la question des effectifs. À l’heure où seulement 3 postes d’AVE à Athis sur 4 ont trouvé preneur et où pour la première fois depuis bien longtemps aucunes affectations ne sont programmées pour notre centre dans la prochaine promo ÉNAC, restons mobilisés. Rendez-vous pour une nouvelle assemblée générale le 14 janvier prochain à 13 h 30 à l’amphi !

LFFF15-1217 CT Tous égaux (0.5 MiB)

0

Mobilisation au CRNA Nord

Motion d’AG

Les contrôleurs d’Athis-Mons réunis aujourd’hui en assemblée générale ont pris connaissance de la réponse de l’administration centrale concernant le dimensionnement du service minimum en zone Est. Ils accueillent avec satisfaction la fin de 7 ans de mesures punitives et discriminatoires à l’encontre de notre centre. Cette mesure annoncée aux syndicats à 13 h ce jour doit encore être confirmée en CT demain par la mise à jour des notes afférentes. Par voie de conséquence, ce CT doit mandater le GT capa Est afin de définir des capacités de secteurs indégroupables.

Les contrôleurs d’Athis-Mons, à la veille de la transformation vers 4F, rappellent que les discussions à venir sur les effectifs sont cruciales. Toute erreur de jugement de la part de l’administration sur les ressources à affecter au CRNA-Nord perturbera de manière importante l’alimentation des hubs des plates-formes parisiennes. Les affectations doivent permettre de conserver le dimensionnement opérationnel actuel de la salle de contrôle. Faute de quoi, la DSNA doit avoir conscience qu’elle s’engagera dans un conflit durable avec le CRNA-Nord comme ce fut déjà le cas en 2008 et en 2010. Ce conflit impacterait durablement la ponctualité et la régularité des vols au départ et à destination des plates-formes parisiennes.

Les contrôleurs d’Athis-Mons se réuniront à nouveau le 14 janvier prochain à 13 h 30 à l’amphi.

Motion AG 14122015 (0.1 MiB)

0

Entre deux eaux...

Quoi de neuf à MNL depuis l’été ? Et bien malheureusement pas grand-chose de positif… une administration sourde ou muette selon les sujets, un exploitant qui ne parvient pas à faire décoller sa plate-forme et les conditions de travail des contrôleurs plus que jamais menacées… Comment envisager l’avenir sereinement ?

Le H24 à MNL

Souvenez-vous du printemps dernier lorsqu’une note de la DO remettant en cause la légitimité du H24 à MNL fuitait… Au dernier CT SNA-NE d’octobre il a été confirmé que la révision des horaires ATS n’était pas la priorité de la DO. Comprenez par-là que c’est quand même dans les intentions de la DO mais qu’elle est pour le moment occupée sur d’autres affaires ! Au vu du contexte national sur les effectifs vous noterez bien l’intérêt pour la DO de venir supprimer les nuits à MNL pour réviser notre BO à la baisse et ainsi récupérer quelques ETP… Pour le moment c’est donc statuquo et la DO ne prévoit plus de venir réviser le BO de MNL. Dont acte.

Une situation RH préoccupante

Pour un BO de 14 nous sommes actuellement 13 PC et nous fonctionnons donc en TDS dégradé. Cette dégradation impacte évidemment le H24 ! Malheureusement la projection d’effectifs ne permet pas d’espérer pouvoir être 14 qualifiés pour l’été 2016 et sans doute pas non plus pour l’été 2017… Peut être pour l’été 2018 ?

Ce mode dégradé est donc amené à minima à perdurer et reste soumis aux aléas qui peuvent arriver à chacun d’entre nous. Il est donc raisonnable de penser que dans les mois et années à venir nous serons amenés à tourner à 13, 12, voire 11 au lieu de 14. Comment le H24 peut-il être maintenu dans ces conditions ? Il ne le sera évidemment pas ! Et la DO obtient donc de fait ce qu’elle souhaitait, la fin du H24 ! Les seules discussions porteront sur l’adaptabilité de l’offre ATC à la demande de l’exploitant… Bienvenue au contrôle à la demande ! Le risque pour nous est de subir un rythme du TDS pire que l’actuel et des horaires MacDo…

Pour l’encadrement la coupe est pleine ! Il devient difficile de gérer l’instruction, le TDS, les formalités administratives, les études, la QS, etc… Sans sub., sans marge d’effectif PC, sans contrôleurs détachés, sans assistant… Cela concerne malheureusement tous les groupes E. Les conséquences pour les contrôleurs sont là : certaines informations peuvent nous échapper et se découvrent le jour J, les NOTAM (consultation et diffusion) sont maintenant de notre ressort, les MC se font un peu plus rares, les contrôleurs sont amenés à participer davantage à l’instruction…

Le SNCTA a demandé au dernier CT SNA-NE la création d’un poste de chef de quart instructeur qui aurait le mérite de proposer aux PC une évolution professionnelle et une marge supplémentaire pour élaborer le TDS… Mais l’administration ne semblait pas trop inspirée ni la CGT d’ailleurs… Quelle reconnaissance de notre organisme et de notre implication !

Concernant les effectifs IESSA de MNL ils sont à la baisse également avec un départ non remplacé. Les OE sont à la peine aussi. Nous nous demandons donc si nous pourrons toujours pouvoir compter sur une aide quotidienne en cas de soucis sur les équipements.

Les ambitions pour MNL ?

Les MEQ 2014 sont tombés, et là encore pas de quoi se réjouir ! MNL conforte sa dernière place des centres métropolitains d’approche. Étant donné que l’administration n’a toujours pas statué sur la légitimité et la faisabilité de la reprise d’approche de MNL par Strasbourg, on ne peut que rester dans l’attente du jour où ce dossier nous sera resservi…Mais pour le moment c’est classé secret d’État !

Depuis la volte-face sur ce dossier de reprise d’approche, le SNCTA n’a vu passer aucun projet de consolidation de MNL. Nous sommes au contraire victimes d’une lente agonie. Notre administration est décidément experte dans l’art de donner du temps au temps… Cela suffit ! Quelles sont les solutions envisagées par l’administration pour asseoir la légitimité de MNL comme centre d’approche autrement que par une ligne dans un protocole ? Le SNCTA est tout ouïe.

L’exploitant semble communiquer davantage sur son aéroport mais les résultats ne sont pas au rendez-vous. L’impact qu’aura la création de la future grande région Alsace-Champagne-Ardennes sur les subventions et investissements destinés à l’aéroport de MNL inquiète les salariés de l’exploitant, qui se sont mis en grève en octobre dernier. Par ailleurs l’exploitant envisage une fermeture de piste totale d’un mois en mars 2016. Cela pourrait bien modifier durablement à la baisse le planning des vols, déjà rachitique, des compagnies aériennes qui opèrent à MNL…

Concernant les équipements que nous utilisons, qu’en est-il du maintien du gonio après 2018 ? Qu’en est-il de la fiabilité du groupe électrogène pour travailler en conditions LVP ? Qu’en est-il de l’avenir de la maintenance régionale lorraine pour garder à jour nos équipements ? Après la disparition de la DSAC locale bientôt le tour de la maintenance ?

Quel est le programme de la DSNA pour MNL ? Y a-t-il des moyens disponibles pour ce centre ? L’exploitant parviendra-t-il à développer ses lignes ? Pour le moment, la section SNCTA ne voit à l’horizon qu’une lente détérioration et surtout une absence totale d’ambitions. Si la DSNA souhaite maintenir une approche à MNL, qu’elle s’en donne les moyens ! Pour le SNCTA le sketch a assez duré !

CDA 4 Entre Deux Eaux (0.8 MiB)

1

FAQ Stages

STAGES ET REPOS ASSOCIES Une clarification s’impose

Alors qu’il subsiste encore des flous sur la gestion des stages et des dispenses associées, essayons ensemble d’y voir un peu plus clair.

Depuis l’été 2010 et la création des VRO, le SNCTA a obtenu qu’à chaque début d’année votre compteur « récups » soit crédité de 3 jours (transformables en 6 VRO). Ces journées correspondent à un forfait qui couvre les stages Formation Continue (FLA / MCS / MCT et FH) et les visites médicales. Ainsi, si vous faites par exemple un stage FC un jour de repos, il n’y aura pas de récup supplémentaire associée.

En revanche, selon le positionnement du stage dans votre cycle de travail, il se peut que vous bénéficiez d’une ou plusieurs dispenses. Une dispense est un jour où vous êtes dispensé d’office de service pour préserver un temps de repos minimal dans votre cycle de travail. Cela ne peut donc pas être transformé en « récup ». Lors de la modification de la note de service « congés et absences » associée, le SNCTA a négocié pour expliciter au mieux les dispenses associées à ces stages.

Ces règles de dispense sont également valables pour tous les autres stages (CDS / CE / Examinateurs…), qui, bien sûr, pour chaque journée travaillée sur un jour OFF vous donnent un droit à « récup ». Dans ce cas la dispense sera déduite du droit à récupération obtenu.

Que dit la Note de Service ?

8.1 stages de 3 jours ou plus : Le jour précédant et le jour suivant immédiatement un tel stage sont systématiquement dispensés de service. Les fiches de candidatures doivent intégrer ce ou ces jours dispensés de service dans la durée effective du stage. Seuls les stages en immersion avec décalage horaire, voire les vols techniques long courrier font l’objet d’un ajustement particulier auprès de la subdivision contrôle. → dans ce cas, la NDS n’est pas assez claire, il faut un temps de repos minimal selon quand le stage est positionné, l’administration n’avait pas souhaité l’écrire à l’époque dans ce §, nous demanderons au CT du 15 décembre de modifier la rédaction pour qu’il soit aussi clair que celui des stages de 2 Jours.

8.2 stages de 2 jours : Lorsqu’un des deux jours de stage est programmé sur au moins un jour de repos ou descente de nuit, une dispense est accordée sur la vacation du jour précédant ou suivant le stage. La nuit est dispensée si le stage débute le lendemain de la descente de nuit.

Vous trouverez dans le Flash Info des exemples pour les stages de 2 jours (selon la NDS négociée) et pour les stages de 3 jours ou + (où certains points sont encore à clarifier).

Toujours soucieux de vos conditions de travail la section locale reste vigilante sur l’application de ces dispositions. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous solliciter : lfff@sncta.fr

LFFF2015-1207 FI Dispenses2 (0.7 MiB)

0

Seine - CT 1er décembre 2015 : de mal en pis ?

Météo sociale : orageux

• Chaîne radio : entre la peste et le choléra Il y a de grandes chances que les contrôleurs aient à choisir entre une chaîne radio vieillissante et une chaîne radio comportant encore des bugs. Rappelons que Seine était site pilote et que cette chaîne radio va être installée à la fin 2016 dans le NBT de Beauvais. On notera le grand retour d’expérience et la fiabilité sur ce nouveau matériel.

• Grand écran : l’arlésienne Le chef SNA a choisit les priorités suivantes : chaîne radio, les antennes avancées d’Etampes du CRNA Nord, puis les grands écrans. Bref tout cela pour dire qu’on ne peut pas dégager une petite semaine pour l’installation des grands écrans et que l’on reporte cela en début 2017 ! Les contrôleurs de Seine étant la cinquième roue du char, ils apprécieront.

Petit sketch de l’administration: A la question, le BARCO actuel n’étant pas secouru, que fait-on ?Et bien on a commandé 2 autres BARCO neufs pour le changer. Le SNCTA s’exprime et indique qu’il y a déjà une unité centrale en vigie, on pourrait donc installer un NEC ? « Ah oui, ce serait possible, tu crois, je sais pas, peut être une étude de sécurité » Bref, y a t’il un pilote dans l’avion ?

Il devrait être étudié à notre demande le remplacement du BARCO par un NEC.

• Espaces: Le chef SNA, a fait un point sur les diverses études en cours. Le SNCTA a rappelé sa position sur l’importance de l’extension SUD dans la cohérence et l’intérêt du travail.Le SNCTA soutient le GT local et l’expertise apportée par les contrôleurs.  La CGT a demandé un report des échéances, le chef SNA ayant un rendez vous à la DO le 16 décembre prochain. Le SNCTA a rappelé que les diverses discussions ont débuté il y a déjà fort longtemps, le temps des choix est venu. Les personnels doivent connaître les choix retenus. Surtout, que la route est encore longue après ce choix : effectifs, matériels, meubles, salle IFR, …

• conditions de travail :

Meubles : pas avant de connaître le nombre de positions, si création d’une salle IFR (ce sera alors sur le budget 2017 que les premières études seraient payées)

Climatisation : il y a eu un changement de prestataire, des aménagements sont à l’étude car il y aurait un problème de volume d’air soufflé.

QNH régional sur chaque position : repoussé à une date ultérieure !
Mobilier de la vigie (table ronde avec rangement de documentation dessous) : la sub PIE de Lille va étudier la demande.

• NOTAM: Nous avons obtenu une autre possibilité pour passer les NOTAM : par courriel (le chef SNA ayant vu son homologue du BNI).

• GT TDS : Pour le chef SNA, ce GT a un cadre de travail clair. L’objectif est que ce travail puisse servir en cas de modifications d’espace.

• Anglais: Des cours seront possibles sur le site de Melun à partir du début de l’année prochaine, 25 jours sur place si 10 contrôleurs sont intéressés.

• RPO: Le SNCTA a demandé la définition exacte et les rôles du RPO. Nous avons pu noter que le rôle de celui-ci n’est pas le même entre Lille et les autres sites du SNA. Le chef SNA s’est engagé à ce que chaque RPO puisse avoir une mini-formation sur chaque site du SNA.

• MEQ: Le chef SNA a rappelé que les MEQ 2014 ont été transmis à la DSNA. Il a également informé que pour 2015, la DO prendrait bien en compte tous les IFR du SIV (secteurs rendus à Athis compris) et étudierait comment prendre en compte les VFRs. Rappelons que nous avons été la seule OS à faire cette demande auprès de la DO.

Le miroir aux alouettes : l’abaissement de la barre du groupe C ! Pourquoi s’en intéresser lorsque les primes vont s’éteindre en février 2016 ? Pourquoi ne pas l’avoir négocié dans le protocole précédent ?
Est ce tout simplement réaliste (alors que le trafic remonte, la DO abaisserait les seuils)?

Com26-seine (0.8 MiB)