Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se connecter Adhérer

Author: TLM SNCTA

89A
0

DSNA réveille-toi ! On ne peut pas abandonner le CRNA Nord

Une nouvelle version de l’application mobile du SNCTA est disponible.

Pensez à faire la mise à jour en suivant cette procédure un peu particulière.

Le verdict des compagnies aériennes est sans appel. De leur point de vue, la DSNA est de loin le plus mauvais prestataire de contrôle aérien du FABEC. Détrompez-vous, ce n’est pas une question de coût ! Car malgré une hausse conséquente et le niveau très élevé de son taux de redevance, la DFS par exemple se maintient dans le peloton tandis que la DSNA décroche. La DSNA doit procéder à son autocritique et d’urgence moderniser ses outils, elle en a aujourd’hui les moyens financiers !

Méthode Coué DSNA : plus personne n’est dupe

Enquête de satisfaction Fabec auprès des usagers 2016
Résultats d’une enquête de satisfaction menée en début d’année au sein du FABEC auprès de Lufthansa, Monarch, Transavia, Hop, Aer Lingus, Air France, Easy Jet et Jet2.com.

La DSNA décroche… Tous les indicateurs sont au rouge et ses cadres dirigeants font mine de l’ignorer.

Un exemple ? la mise en place d’IBP en zone Ouest au CRNA Nord. L’écart entre ce que la DSNA prétend faire et la réalité de la qualité du service est édifiant. En juin dernier, le DSNA se targuait d’avoir réussi (!) la mise en œuvre d’IBP et de tendre ainsi vers le « vol parfait ». La bonne blague ! Aujourd’hui c’est sur ces mêmes secteurs de contrôle que les pilotes se plaignent le plus, retardés voire même empêchés dans une montée pourtant prévue. Ainsi :

  • Quotidiennement, des vols sont régulés pour entrer dans les secteurs de Brest puis plafonnés au FL290…
  • … Quotidiennement de nombreux vols font des paliers au FL290…

Et cela par la faute de nos outils !
Read more

0

Nouveau TDS : objectif 2017

Lors du GT GPSC du 6 septembre, le service a fait un premier bilan de l’été 2016 au CRNA Ouest. L’administration a également confirmé son intention de mettre en place un nouveau tour de service avec son tableau d’absences associé pour le 1er avril 2017, et par conséquent de valider une décision pour fin 2016.

Bilan de l’été 2016

Avec une augmentation de trafic de près de 7 % depuis le mois de mai, les contrôleurs du CRNA Ouest battent, cette année encore, tous les records en terme d’avions passés dans le centre. Le service a d’ailleurs tenu à féliciter les personnels de la salle de contrôle pour le travail accompli en terme d’optimisation et de sécurité des vols alors que nous venons de passer en environnement électronique depuis seulement quelques mois. Néanmoins, les délais générés par le CRNA Ouest ont encore augmenté cette année, représentant aujourd’hui près de la moitié des délais ATC Capacité de la DSNA, et plaçant le CRNA Ouest à la plus mauvaise place au niveau européen. Après analyse, le service estime que ces délais sont en grande partie dus à une inadéquation entre le tour de service actuel (et les droits à absences associés) et les demandes compagnies.

Le service a alors confirmé son objectif d’un nouveau tour de service, avec le tableau d’absences associé, pour le 1er avril 2017.

Proposition de l’administration

Le service a alors montré son projet de tour de service et de tableau d’absences envisagés. L’administration a fait une proposition qui respecte les textes actuellement en vigueur, et ne rentrant donc pas dans le cadre expérimental inscrit dans le protocole. La raison est simple : le protocole prévoit qu’une expérimentation ne pourra être mise en place dans un centre que si elle « ne suscite pas l’opposition des syndicats représentant au moins un tiers des contrôleurs de l’organisme ». L’administration locale est donc obligée de prévoir le cas où toutes les propositions d’expérimentations seraient rejetées en CT par les syndicats.

Néanmoins, l’administration s’est dite ouverte à toute proposition d’expérimentation intégrant « un tour de service, avec son tableau d’absences associé, ainsi que de nouvelles modalités de recyclage des détachés et assistants de subdivision maintenant leur MU ».

La plupart d’entre vous ont sans doute vu la proposition de l’administration. Elle prévoit :

  • la baisse d’un droit à congés sur toute l’année, et de deux sur la période de charge (qui est recentrée sur l’été) ;
  • la suppression du N1 qui est remplacé par une soirée ;
  • une durée du cycle plus courte, ce qui entraine la suppression de la totalité des jours compensatoires.

Cette proposition a bien évidemment été jugée inacceptable par l’ensemble des syndicats. Mais elle montre les possibilités qu’à l’administration et sa volonté de modifier le tour de service et le tableau d’absences dans un contexte de forte augmentation du trafic aérien.

Positionnement des syndicats

Suite à la présentation par l’administration de sa proposition, la CGT et l’UNSA ont présenté des « prototypes » de tour de service.

Le SNCTA n’a rien présenté. Les raisons sont simples. Tout d’abord, le SNCTA attendait que l’administration présente précisément ses besoins avant de faire une contre-proposition. Ensuite, la section locale SNCTA s’inscrit totalement dans la notion d’expérimentation définie dans le protocole. Le bureau de section a d’ailleurs, depuis six mois, présenté son projet (tour de service, tableau d’absences, recyclages dirigés,…) à ses adhérents et sympathisants. Mais le SNCTA ne présentera son projet au GT GPSC et à l’ensemble des contrôleurs que lorsqu’elle aura la certitude qu’il est accepté par l’administration comme répondant à l’option 1 d’expérimentation décrite dans le protocole valorisable à hauteur de 500 € brut mensuel (environ 400 € net).

Il n’est en effet pas envisageable pour le SNCTA de présenter à la salle un projet conforme au cadre expérimental défini dans le protocole tant que celui-ci ne sera pas validé par notre administration tant au niveau local qu’au niveau national.

Le tour de service proposé par le SNCTA respectera les points suivants :

  • respect du principe du 1 jour sur 2 sur l’année ;
  • durée maximale des vacations de 8h30 (hors vacations de nuit ;
  •  cycles à 7 jours / 12 par demi-équipe sur une partie de l’année (compensée par l’octroi de récupérations pour faire le même nombre de jours qu’aujourd’hui, soit 155 vacations par an) ;
  • maintien des droits à congés actuels ;
  • projet pour un an d’expérimentation avec retour arrière possible.

Et maintenant ?

Le service a confirmé deux points très importants :

  • sa volonté que l’ensemble de ce dossier (tour de service, tableau d’absence, règle de dépôts de congés, modalités de recyclage des détachés et assistants de sub,…) soit validé avant la fin de l’année ;
  • son accord pour organiser (fin novembre ou début décembre) une consultation des ICNA en salle de contrôle sur les différentes propositions de l’administration et des syndicats.

Le SNCTA souscrit totalement à cette démarche. Il est en effet indispensable que les agents connaissent avec un préavis suffisant le tour de service qui sera mis en place en avril 2017 afin de pouvoir s’adapter aux nouvelles contraintes associées.

De plus, pour le SNCTA, il est indispensable que l’ensemble des ICNA soient consultés sur un sujet aussi important. Nous sommes donc favorables à la mise en place d’une procédure de vote à bulletin secret géré par l’administration, sur quelques jours (à l’instar de ce qui se fait pour les élections professionnelles). À l’issue de cette consultation, chaque OS pourra se positionner en toute connaissance de cause lors du CT local qui devra valider la mise en place de ce nouveau Tour de Service au CRNA Ouest.

Le SNCTA proposera aux autres OS d’organiser une AG commune pour expliquer au plus grand nombre leurs propositions respectives. Entre temps, le sujet étant très complexe, le SNCTA organisera des réunions d’information, ouvertes à tous, afin que chacun puisse réfléchir à tête reposée sur les avantages et inconvénients de son projet, et poser toutes les questions qu’il souhaite avant la consultation organisée par l’administration.

Le SNCTA est favorable à la mise en place d’une expérimentation RH au CRNA Ouest permettant de diminuer sensiblement la durée des vacations et de préserver au maximum les droits à congés actuels.

Le SNCTA diffusera prochainement sa proposition à l’ensemble des contrôleurs. Il organisera des réunions ouvertes à tous afin que chacun puisse avoir le temps de réfléchir sur sa proposition.

Communiqué SNCTA LFRR CDA014 14 09 2016 (0.1 MiB)

0

ECL et ECP ?

Le CT du 6 septembre a étudié la mise en œuvre du règlement 2015/340 d’un point de vue local.

Derrière ce nom barbare venu de l’Europe, se cachent plusieurs évolutions règlementaires, dont la nécessité de passer des évaluations des compétences linguistiques (ECL) comme pratiques (ECP) afin de proroger nos mentions. Ces évolutions ont été discutées au niveau national, restait à en cadrer les modalités locales.

L’évaluation des Compétences Linguistiques (ou ECL)

Pour le cadre général, voir le CDA no 762, les cahiers du protocole : fiches pratiques « L’ECL ».

Côté évaluateurs contrôleurs

Il y aura 2 postes d’Évaluateur contrôleur par équipe pour faire passer les ECL (évaluation de compétence linguistique). Une « prime » est associée à la fonction, l’évaluateur perçoit pendant la durée de son mandat un EVS de niveau 11 (+70 €) contre le niveau 10 pour un « simple » PC. Des chefs d’équipe (et/ou chefs de salle), pourront être nommés en supplément car ils ne toucheront pas la « prime » supplémentaire, leur EVS étant déjà niveau 11 (12 pour les CDS) (on dit qu’ils ne sont pas « primés »).

C’est la commission de nomination qui décidera de retenir tel ou tel candidat. Une fois retenu, l’aspirant « Évaluateur Contrôleur » devra suivre avec succès une formation de 2 jours à l’ÉNAC. Enfin, il sera nommé pour un mandat de 3 ans et entrera en fonction le lendemain de la fin du mandat de son prédécesseur. Pour rester valable, la nomination doit intervenir dans un délai maximum d’un an après la fin du stage.

En fonction des places disponibles restantes dans les stages organisés par l’ÉNAC, et en dehors de la phase transitoire les chefs équipe et / ou chefs de salle pourront également s’inscrire à la formation d’Évaluateur contrôleur.

Pendant la phase transitoire le nombre d’Évaluateurs Contrôleurs augmentera progressivement pour atteindre deux primés par équipe. Dans un premier temps, ceux qui ont suivi avec succès la formation en 2016 seront nommés. Ensuite pour permettre une montée en puissance, les candidats seront retenus afin que chaque équipe ait au minimum un évaluateur primé. Par ailleurs, et afin que cette phase ne dure pas plus d’une année, le SNCTA œuvre au niveau national pour qu’un maximum de stages soient ouverts à l’ÉNAC en 2017. Nous en saurons plus courant octobre sur le nombre de stages offerts pour l’année à venir. Mais en l’état actuel des choses seuls dix stages (comme l’an dernier) pour l’ensemble des organismes sont garantis, ce qui ne représenterait qu’une douzaine d’Évaluateurs Contrôleurs par zone fin 2017. C’est largement insuffisant !

Côté évaluation

Deux modes d’évaluation sont possibles au CRNA-Nord : l’évaluation des compétences linguistiques sur position ou l’évaluation de compétences linguistiques lors d’une action de formation. Tout PC a le choix entre ces deux modes. Les C sont évalués durant une action de formation.

· L’évaluation des compétences sur position

Pour plus de souplesse, le PC organise lui-même son évaluation. À la réception d’un message Oursin l’alertant sur l’expiration de sa mention linguistique, il doit prendre contact avec un évaluateur pour organiser la séance afin d’être évalué dans les 3 mois précédant la fin de sa mention. L’évaluation dure entre 30 minutes et 1 heure et demi. Évaluateur et évalué peuvent travailler ensemble sur la même position lors d’une vacation où ils sont programmés tous les deux en équipe (on peut choisir d’être évalué par un évaluateur d’une autre équipe qui travaille le même jour).

· L’évaluation des compétences linguistiques lors d’une action de formation

L’évaluation est organisée par la subdivision instruction qui fait appel à un évaluateur contrôleur. Quatre contrôleurs peuvent être évalués au maximum en même temps. Le temps de la formation tiendra compte du nombre de contrôleurs évalués : de 30 minutes minimum pour un contrôleur à une heure trente pour quatre contrôleurs. Le temps consacré à l’évaluation n’est pas comptabilisé au PIFA.

L’Évaluation des Compétences Pratiques (ou ECP)

Pour le cadre général, voir le CDA no 763, les cahiers du protocole : fiches pratiques « L’ECP ».

Côté examinateurs

Comme pour les Evaluateurs contrôleurs : deux postes budgétaires par équipe, départage des candidats par la commission de nomination. Ensuite, suivi d’un stage local et réussite à l’évaluation pratique des compétences examinateurs en vue de la nomination pour 3 ans.

Ces examinateurs auront deux fonctions : comme aujourd’hui ils feront passer des tests PC (les modalités de tests restant identiques) et ils seront aussi chargés des évaluations sur position que chaque PC doit passer annuellement, 3 mois avant la date anniversaire de sa mention d’unité.

Peuvent postuler :

  • un PC de l’équipe ;
  • tout PC de la zone (pour les mêmes raisons que pour les Évaluateurs Contrôleurs) ;

à condition dans les deux cas d’avoir exercé les privilèges d’une licence de contrôleur depuis au moins 5 ans, de détenir la MU locale depuis une période immédiatement précédente d’au moins un an et de justifier d’un certain nombre d’années d’expérience dans l’exercice de cette MU (2 ans pour les AVE dans le cas général, ramené à 1 an pour les AVE venant de CRNA).

Côté évaluation

Deux modes d’évaluation sont possibles au CRNA-Nord : l’évaluation continue ou l’évaluation dédiée. Tout PC a le choix entre ces deux modes d’évaluation.

· L’évaluation continue

L’évaluation porte sur les 2 groupes de secteurs de la zone de qualification. Elle se réalise sur une durée de 1 mois, cette période devant se terminer dans les 3 mois précédant la date anniversaire de sa mention d’unité. À la réception d’un message Oursin l’alertant de l’expiration de sa mention d’unité, il doit prendre contact avec un ou deux examinateurs (c’est à lui de décider s’il veut être évalué par un ou deux examinateurs). L’examinateur peut travailler avec l’agent évalué sur la même position. S’il le souhaite l’agent peut choisir deux examinateurs.

· L’évaluation dédiée

Le PC organise lui-même son évaluation. À la réception d’un message Oursin l’alertant de l’expiration de sa mention d’unité, il doit prendre contact avec un examinateur pour être évalué dans les 3 mois précédant la date anniversaire de sa mention d’unité. L’évaluation se déroule lors d’une vacation de l’agent dans son équipe. L’examinateur peut appartenir à une autre équipe. L’examinateur est prévu en équipe. Il peut travailler avec l’agent évalué sur la même position. L’évaluation compte 2 séances (1 par groupe de secteurs). Chaque séance dure entre 30 minutes et 1 heure et demi.

Le règlement entre en vigueur le 1er janvier 2017 ; les évaluations devant avoir lieu dans les 3 mois précédant la date d’échéance de la mention, cela veut donc dire que dès octobre les évaluations pourront commencer. N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour plus d’informations.

Néanmoins, jusqu’à la fin de l’année l’anticipation du renouvellement des mentions linguistiques expirant de janvier 2017 à mai 2017 est toujours possible si les conditions PIFA sont remplies. La demande est à faire auprès de la sub instruction.

À l’heure actuelle l’évaluation linguistique est nécessaire tous les 3 ans pour le renouvellement du niveau 4. En revanche l’évaluation pratique est nécessaire tous les ans. Néanmoins des discussions sont encore en cours pour passer cette durée à 3 ans également.

Dernière minute: inspection de la mise en œuvre du registre des heures à la DSNA

En clôture du CT, l’administration nous a informés que des inspections sont diligentées dans les services dès le mois de septembre afin de vérifier la cohérence des données figurant sur le registre des heures.

En 2010 nous avons collectivement réussi à éviter le couperet d’une badgeuse jugée infantilisante, les « vérifications de badgeage » des agents s’étant révélés satisfaisantes.

En 2015, la menace de la badgeuse a refait surface ; l’ensemble des syndicats s’y est unanimement opposé et a accepté comme pis-aller la mise en place du registre des heures avec la création du principe d’occurrences sur des groupes de secteur à renseigner, en plus des heures quotidiennes de contrôle, et à remettre mensuellement au service (voir le CDA no 761, les cahiers du protocole-fiches pratiques « le registre des heures »).

Du résultat des inspections que va mener la DSAC, dépendra les suites données au sujet brûlant de la badgeuse.

LFFF16-0908 CDA5 ECPECL CT (0.7 MiB)

0

CAP intermédiaire d’octobre 2016 — postes ouverts

Les AVE ainsi que les profils correspondants sont disponibles sur le site SNCTA ou directement sur le site Intranet DGAC : Bravo Victor / Vie Pratique / Mobilité.

Une CAP à recouvrement intermédiaire se tiendra le 4 octobre 2016 afin de pourvoir rapidement certains postes d’encadrement laissés vacants après la CAP de printemps.

Quelques rappels

Nous vous rappelons que pour qu’une candidature soit valable il faut absolument :

  • l’envoyer sous sa responsabilité avant la date limite du 18 septembre via l’outil SIRh (anciennement CASIMIRh), muni de vos identifiants ;
  • par ailleurs, pour les postes d’encadrement, le SNCTA vous conseille vivement de prendre contact avec l’encadrement local ET d’adresser une lettre de motivation.

Les dates clés

Concernant les candidatures, les dates suivantes sont à noter :

  • dépôt des candidatures : déjà ouvert ;
  • fin du dépôt et de la modification des candidatures : 18/09/2016 ;
  • CAP recouvrement : 04/10/2016 ;
  • fin des annulations des candidatures : 02/10/2016.

Les postes ouverts

Affectation Poste No AVE Corps ouverts
LFML Chef de Service Exploitation 104722 ICNA IEEAC
LFMT Chef de Division CA 104740 ICNA IEEAC
LFRS Chef de Service Exploitation 104717 ICNA IEEAC
LFPG Chef de Service Exploitation 104719 ICNA IEEAC
LFPG Adjoint au Chef de Service Exploitation 104746 ICNA IEEAC
LFST Chef de Service Exploitation 104727 ICNA IEEAC
CRNA SO Chef de Service Exploitation 104718 ICNA IEEAC
DO Chargé de mission 4 Flight 104747 ICNA IEEAC IESSA IPEF
DTA Chef de Division CA 104762 ICNA IEEAC
DTA Adjoint au Chef de Bureau Nav et Espace 104764 ICNA IEEAC Attachés

CAP intermédiaire d’octobre 2016 — postes ouverts (0.8 MiB)


Automne 2016 — Descriptif des AVE (0.4 MiB)

0

CR Nord — Tous en grève

Le conseil régional Nord s’est réuni les 26 et 27 mai au CRNA Est. Il a débattu du protocole en cours de négociation.

Aucune mesure retraite, pas encore de chiffre de recrutement pour 2017, pas de plan de recrutement au-delà, des revalorisations de seulement 85 € brut mensuel pour l’ensemble des contrôleurs pour 4 ans, solde de tout compte pour 10 ans d’inflation… Le conseil régional estime que le volet social de la V1 du protocole est insultant compte tenu des contraintes réglementaires toujours plus nombreuses ainsi que des gains de productivité imposés aux contrôleurs depuis plusieurs années maintenant.

Face à la hausse du trafic aérien et à la baisse conjuguée des effectifs, il constate la nécessité opérationnelle à Reims et à Roissy notamment de mettre en place au plus tôt une organisation plus capacitive et plus robuste afin d’assurer l’écoulement du trafic. Le conseil régional exige en contrepartie de cette augmentation de la fluidité du trafic une revalorisation indemnitaire conséquente. Il refuse toute expérimentation compte tenu des montants actuellement proposés par l’administration. Il est irresponsable que cette dernière utilise comme levier de négociation la pression ressentie par les contrôleurs sur le secteur, en particulier à Reims.

Face au mépris affiché par les pouvoirs publics,
TOUS EN GRÈVE les vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 JUIN 2016 !

À l’échelle locale, le Conseil Régional :

  • exige que la publication du rapport sur le SIV Ouest parisien soit accompagnée d’une décision sur le scénario retenu ainsi que d’un calendrier pour sa mise en œuvre ;
  • exige un plan d’action immédiat pour remettre à niveau l’organisme de Melun Seine défini en concertation avec SDRH ainsi que la DO côté technique, espace comme performance. Les fermetures temporaires de certains secteurs ne sont que des pis-aller à l’origine d’incidents contrôle pour les organismes repreneurs dont il convient de tirer d’urgence les conséquences ! En complément, le SNCTA rappelle qu’il demande le rattachement de Seine au SNA RP ;
  • s’alarme de la situation de sous effectif qui s’installe à Beauvais ;
  • exige que des perspectives claires soient données aux personnels de MNL pour lesquels la souffrance au travail devient palpable ;
  • dénonce le non respect des règles de dialogue social à Orly mais également au SNA NE. Il mandate le bureau régional pour prendre les actions nécessaires à un retour aux pratiques telles que définies dans la convention nationale de dialogue social.

CRN16-0527 Communiqué (1.5 MiB)

0

Quels effectifs ?

Le SNCTA, en intersyndicale avec l’ensemble des syndicats de la DGAC, défend l’arrêt de la baisse des effectifs et une hausse des recrutements dès 2017, soit pour les ICNA des effectifs qualifiés en 2022. Et d’ici là ?

Nous pouvons déjà estimer le nombre de PC opérationnels dont nous disposerons… Notre effectif va encore baisser alors que le nombre de détachés va croître (besoin d’un détaché 4F par équipe dès la fin 2017) et que le trafic à destination de la Région Parisienne va se renforcer (augmentation de la capa de CDG dans le cadre du plan « Connect 2020 » d’ADP).
Déjà à CDG (comme ça a été le cas à Reims l’an dernier), le débat est ouvert sur une nouvelle organisation du travail pour l’été prochain…

Et au CRNA-Nord ? Pour prendre la mesure des efforts qui nous seront demandés, venez assister à l’AG organisée lundi 9 mai prochain : Quelles sont les priorités du SNCTA ? Quels outils proposons-nous pour défendre notre qualité de vie au travail (pénibilité) comme en dehors (congés et absences) ? Quelles contreparties aux gains de capa que nous réaliserions ?

Rendez-vous lundi 9 mai à l’amphi avec le BN SNCTA

LFFF16-0503 FI AG BN Effectifs 2 (1.6 MiB)

0

Décrochage en 2020 ?

L’augmentation inéluctable des délais générés par le CRNA Nord va entraîner un dérèglement complet du système de correspondances organisé autour du hub de CdG

En 10 ans, le CRNA Nord aura connu une baisse d’effectifs de 15 %…

C’est avec un zèle que l’on ne lui connaît sur aucun autre sujet, que la direction des services de la navigation aérienne s’est employée, armée d’un indicateur totalement inadapté à la spécificité de notre trafic, à augmenter la productivité d’un centre qu’elle jugeait trop bien pourvu et trop contestataire. Et, au cas où la coupe ne serait pas suffisamment pleine, elle a même exigé l’an dernier que notre centre assure la gestion des départs sud de Londres, augmentant ainsi la charge des secteurs de contrôle au moment de la P2 et de la P3 !

Si bien qu’aujourd’hui notre CRNA fonctionne à flux tendu et exploite au maximum ses ressources : vérification des présences, absences autorisées réduites au stricte minimum, mise en œuvre d’un merge point pour résorber les délais, gestion de flux pour optimiser la charge sur les IAF… Un grain de sable et tout se dérègle ! Un choix hasardeux quand on sait que la ponctualité est un enjeu majeur pour le type de trafic que nous gérons.

Pourtant aujourd’hui encore l’administration assume de poursuivre la baisse des effectifs au CRNA N ne remplaçant que 2/3 des départs prévisibles de notre centre.

Alors qu’avec le plan CONNECT 2020, AdP vise à renforcer l’attractivité du hub de CDG, la DSNA précipite le CRNA N dans le mur de la capacité. Face à ce constat, la priorité du SNCTA est claire : protéger les contrôleurs contre la pression combinée de la baisse des effectifs et de l’augmentation du trafic.

LFFF16 GT Effectifs (2.1 MiB)

0

2020 se prépare aujourd’hui !

Les contrôleurs d’Athis-Mons, se sont réunis le 14 janvier en assemblée générale.

Ils dénoncent le passage en force de la période de charge pour l’année 2016. En conséquence ils demandent à ce qu’aucun GT ne soit convoqué pendant cette période. Ils refusent toute limitation supplémentaire en matière de congés et absences.

Un point a été fait sur les perspectives d’effectif et de trafic du CRNA-Nord, 5 jours avant le GT effectif national qui décidera de la répartition des trop faibles ressources ICNA entre les 5 CRNA, les approches d’Orly et Roissy et l’ÉNAC.

Les contrôleurs du CRNA Nord dénoncent la baisse continue des effectifs qui déstabilise l’organisme et le place aujourd’hui en grande difficulté face aux perspectives de transition vers 4-Flight et de renforcement du hub de CDG à l’horizon 2020. L’augmentation du trafic va encore accentuer l’effet hub et la complexité associée. L’administration doit impérativement prendre en compte ce phénomène à sa juste mesure dans l’affectation des ressources humaines lors des prochains GT effectif.

Les contrôleurs d’Athis-Mons constatent la baisse d’attractivité de leur centre. C’est au minimum 20 affectations que le CRNA Nord doit recevoir cette année, avec un maximum de 2 AVE à chaque CAP, dont au moins une sera remboursable. Conscients du nombre limité de ressources nouvelles, ils demandent à l’administration de n’affecter que des AVE dans les centres du Sud afin de pouvoir principalement alimenter en sorties ÉNAC les centres, moins attractifs, du Nord.

Il faut d’urgence obtenir une hausse des recrutements afin de garantir des conditions de travail nécessaires aux personnels pour fournir un service public sûr et efficace. En cette période de négociations protocolaires, les contrôleurs d’Athis-Mons exigent que les recrutements fassent partie intégrante de ces discussions.

Par ailleurs, toute tentative de l’administration de dégradation des conditions de travail des contrôleurs d’Athis-Mons engagerait un conflit durable.

Motion AG Athis 140116 (88 KiB)

0

Effectifs à la dérive

Il faut redresser la barre sous peine de couler le trafic

Depuis l’instauration d’une nouvelle méthode basée sur l’I1 pour affecter les ressources nouvelles en CRNA, le nombre de PC au CRNA Nord fond comme neige au soleil. De 349 PC en salle en 2008 nous ne sommes plus que 299 en 2015. S’agissait-il d’un dessein caché de l’administration lorsqu’elle a opté pour cette méthode ? Certainement, mais le débat n’est plus là… Il faut maintenant, en pleine tempête, tenter de redresser la barre sous peine de perturber durablement toute l’organisation du trafic aérien en région parisienne.

Des recrutements insuffisants sur le plan national

Les effectifs opérationnels d’ICNA qualifiés vont diminuer de 160 à 170 agents à l’horizon 2020 par rapport à leur niveau actuel. — source : rapport Vernhessource : rapport Vernhes

Entre 2017 et 2020, il y aura plus de 530 départs à la retraite chez les ICNA. Le problème est que ces départs n’ont pas été remplacés à hauteur de 1 pour 1 d’où la baisse globale des effectifs opérationnels à venir. Ce manque de recrutements rend la situation d’autant plus critique au CRNA-Nord qui a, en avance de phase, payé un très lourd tribut à la baisse globale des effectifs.

Une variabilité du trafic accrue et mal prise en compte

L’évolution nationale du trafic de pointe est de près de 10 % supérieure à celle du trafic moyen ; cette évolution de la pointe par rapport au trafic moyen se constate également sur des plates-formes significatives, en particulier CDG. La variabilité du trafic se manifeste très différemment en fonction des centres : saisonnière partout avec une saisonnalité très forte dans les centres du Sud et de l’Ouest, journalière dans le centre de Paris, horaire dans le centre de Reims. — source : rapport Vernhessource : rapport Vernhes

Contrairement à ce qui est écrit dans ce rapport, notre variabilité est horaire et pas journalière. Au CRNA-Nord, c’est l’effet hub qui est plus que jamais prééminent, avec un trafic tout en vagues et en creux. Cette spécificité de trafic existe également sur les aéroports parisiens mais la problématique y est différente car ils sont alimentés en effectif selon une autre méthode. Pour les CRNA, la direction des opérations prétend prendre en compte l’effet hub mais selon une méthode inappropriée qui, au mépris des réalités opérationnelles, ne conduit pas à distinguer le CRNA-Nord des autres CRNA de ce point de vue.

Les variations répétées et rapprochées du trafic au cours d’une journée liées à des phénomènes de HUB ou équivalents obligent à mobiliser la ressource sur la base d’un armement de positions lissé dont une partie n’est plus nécessaire pendant les creux de trafic, ce qui conduit à un effet de vagues dans les ouvertures réelles de positions. Sur la base des ouvertures réelles au cours de la journée, moyennées sur une période significative, la DO a calculé que la différence entre le I1 réel et un I1 lissé supprimant les creux de cet effet de vagues était d’environ 1 point, soit l’équivalent d’une ressource supplémentaire par zone de qualification. Cet effet de « vagues » a été constaté pour les CRNA/N, SE, SO et E auxquels la correction a été appliquée. — source : DO i1 janvier 2015source : DO i1 janvier 2015

Comment parler de lissage et de moyennes lorsque le trafic à destination de CDG arrive par vagues : la P1 vers 5 h (locales), la P2 vers 8 h 30, la P3 vers 11 h 30, la P3 bis vers 14 h, la P4 vers 17 h, la P5 vers 22 h ? Le dimensionnement en effectif ne peut s’écarter de celui de la pointe et ce, même si, quotidiennement, les ouvertures secteurs réelles témoignent logiquement de creux entre deux vagues ! Comment mettre sur le même plan l’effet hub (et la complexité associée !) d’un centre « terminal » avec celle d’un centre plus éloigné ? Aujourd’hui l’accroissement de la variabilité du trafic renforce la spécificité du CRNA-Nord vis-à-vis des autres CRNA dans lesquels cette variabilité se fait sentir sous des formes différentes. Il est urgent que l’administration reconnaisse chacun dans sa différence.

Des perspectives qui confirment la tendance actuelle

Une projection à l’horizon 2020 montre que l’offre, à organisation constante, reste en moyenne au-dessus de la demande chaque mois de l’année, que la demande à la pointe reste supérieure à l’offre moyenne, et que l’écart entre la demande à la pointe et l’offre moyenne augmente très sensiblement (il double) par rapport à 2013. — source : rapport Vernhessource : rapport Vernhes

Au CRNA-Nord l’administration se fait discrète sur ce sujet mais il faut pourtant savoir que les SNA-RP discutent activement des perspectives d’avenir de CDG et du développement de ses hubs à l’horizon 2020. Le renforcement de cette plate-forme de correspondance est une tendance lourde, qui confirme l’absolue nécessité de prendre en compte à sa juste hauteur cette forme spécifique au CRNA Nord de variabilité du trafic.

Les discussions à venir sur les effectifs sont cruciales. Toute erreur de jugement de la part de l’administration pourra affecter durablement la ponctualité et la régularité des vols à destination des plates formes parisiennes.

AG intersyndicale pour les effectifs : Venez nombreux
Jeudi 14 janvier 13 h 30 à l’amphi

LFFF16-0110 CDA2 Effectifs Vf (2.3 MiB)

0

Non, Athis n’est pas saisonnier !

CT local décembre 2015 : Des avancées, mais pas sur tous les sujets

Lors du CT du 15 décembre dernier, l’administration a su faire preuve d’écoute sur la plupart des points. Elle est par contre restée campée sur ses positions à propos de la période de charge, refusant de reconnaître le caractère non saisonnier de notre CRNA.

Plus de différences entre les 2 zones

Pour rappel, lors de ce CT l’administration a su entendre les syndicats en alignant (enfin) le service minimum de l’Est sur celui de l’Ouest. Désormais différentiel 0 et 0 différence entre zones.

Gestion des PC en salle

Clarification des renforts : suite à notre demande faite au CT de septembre, tous les renforts feront désormais l’objet d’une note. Cela permettra une gestion plus claire et transparente pour tous. Nous demandons également à la sub contrôle de résoudre avec le maximum d’anticipation les besoins de renforts exprimés par les équipes.

Outil de gestion RH : échaudée par l’échec du projet GIELA, l’administration procède de façon mesurée en évaluant les outils existants et la possibilité de les adapter au CRNA Nord. Nous avons rappelé que l’obsolescence de GIPSE nécessite néanmoins de prendre une décision rapide pour se doter enfin d’un outil efficace pour tous.

Stages 3 jours ou plus : la NDS sera amendée et les stages commençant le lendemain de la descente de Nuit donneront aussi droit à une dispense en N. Pour toute question sur la gestion des dispenses, consultez notre communiqué.

Période de charge : ce fut un point bloquant lors de ce CT. Pour le SNCTA définir une période de charge au CRNA Nord ne correspond pas à notre réalité. Contrairement à d’autres CRNA notre trafic est peu saisonnier, d’ailleurs nos contraintes congés sont les mêmes en décembre ou en mai, elles sont issues de la feuille de route qui définit un nombre d’absences selon le nombre de PC en équipe. Aujourd’hui avec des équipes à 12, 4 absents représentent une restriction de 33 %, en définissant une période de charge ce chiffre pourrait baisser jusqu’à 20 %… on vous laisse faire les calculs ! Les autres CRNA eux ont de longues périodes où ils peuvent avoir jusque 50 % d’absents… Tous les syndicats nous ont rejoints et ce fut donc un vote unanime contre la période de charge quelles que soient les dates proposées. Pourtant l’administration s’entête et convoque un nouveau CT le 6 janvier prochain pour valider unilatéralement la définition d’une période de charge du 2 mai au 13 juillet et du 26 août au 11 octobre. Plus que jamais restons unis pour refuser l’épée de Damoclès d’une restriction à 2 congés max par équipe.

Points espace en bref

SIV Ouest : Relayant l’avis des experts du GT espace Ouest, nous demandons à l’administration de prendre en compte le REX du SIV Seine et de tout faire pour que les solutions retenues soient à la fois les plus cohérentes opérationnellement mais aussi pérennes dans le temps. Les PC de la salle sont déjà confrontés avec la reprise des secteurs SK, SJ ou SI à des situations inusuelles. Ce ne peut être un contexte à reproduire ailleurs.

SWAP : Le projet « full SWAP » (inversion des UN 852 / UN 853 et transformation de la CBA22 en EU-C22) prévu pour mars 2016 est abandonné suite à la mobilisation des contrôleurs rémois qui ont considéré les avantages du projet bien maigres eu égard aux problèmes de sécurité qu’il crée.

Formation continue

Stages anglais : Nous restons attentifs sur ce sujet qui conditionne le maintien de notre licence. L’administration nous a enfin écoutés et mettra en place dès janvier des stages d’une journée d’une durée de 6,25 heures. Elle continue également de réfléchir pour moduler les offres locales et travaille sur la mise en place d’un FLA de 2 jours. Il est important pour le SNCTA de pouvoir varier l’offre afin de générer de la souplesse. Nous avons aussi réitéré notre souhait de mettre en place un stage type « Défense » dans le sud de Paris.

À compter du 1er janvier 2017, pour valider un niveau 4, le suivi d’un PIFA ne sera plus suffisant ; il faudra également réussir une évaluation de compétence linguistique dans les 3 mois qui précèdent la fin de validité de notre mention. Concrètement cela veut donc dire que tout doit être en place dans les centres pour le 1er octobre prochain. Cette évaluation pourrait être effectuée lors d’une action de formation linguistique ou sur position. À ce stade, l’administration propose trois options d’évaluation : par un évaluateur-contrôleur ; par un binôme évaluateur-contrôleur / évaluateur-linguiste (comprendre prof d’anglais) ; par un évaluateur-linguiste. Le SNCTA refuse toute autre option autre que celle d’une évaluation par un pair contrôleur-évaluateur. C’est dans le cadre du dialogue social national que le sujet sera tranché.

La sortie du musée ?

Le calendrier semble (enfin) se figer, la version de 4F qui équipera le CRNA N est prévue pour fin 2019. Les premières expés avec les détachés 4F auront lieu en avril prochain, ensuite en fin d’année des expés seront menées à plus grande échelle à Toulouse avec la participation d’1 PC par équipe. Pour le SNCTA, tout doit être fait pour que cette échéance soit tenue. Il est primordial que l’administration soit à l’écoute des personnels impliqués et qu’elle sache créer de l’anticipation sur la gestion des transitions. Il est nécessaire que nous travaillions tous conjointement sur ce projet. Passer au 21e siècle en 2020, c’est déjà tard !

Passage au grade ingénieur chef

Voilà déjà deux ans que nous interpelons l’administration sur les difficultés rencontrées par certains PC du CRNA Nord pour accéder au grade IC. Une réunion s’était tenue en 2014 mais était restée sans suite. Depuis rien n’a changé et les perspectives semblent encore pires pour les agents concernés au vu de la pyramide des âges et de la rareté des nominations CE. A notre demande un GT réunissant les syndicats du CT sera créé afin de réfléchir aux solutions à mettre en place. La première réunion aura lieu début mars. Nous serons actifs sur ce sujet pour que des propositions concrètes soient amenées dès le CT de juin. Aucun agent ne doit plus être lésé dans son avancement de carrière.

Rappel des 4 conditions d’obtention du grade IC pour un PC en salle : avoir 16 ans de titularisation, être D4, avoir été détaché, examinateur* ou chargé de fonction d’encadrement (CE, ACDS ou CDS) pendant au moins 4 ans et enfin occuper une fonction d’encadrement (CE, ACDS ou CDS) quand les trois autres conditions sont réunies.*Le mandat triennal d’examinateur compte pour un an. Les périodes éventuelles de cumul examinateur/détachement ou examinateur/fonction d’encadrement sont exclues. Le calcul se fait alors au prorata. Ainsi un PC ayant été examinateur pendant 3 ans dont 1 année d’ACDS se verra créditer de 8 mois au titre de son mandat d’examinateur.

CHSCT infos

Pour des raisons de sureté la préfecture a imposé de revoir le plan de circulation sur la totalité du complexe. À terme, l’entrée du centre et la BGTA seront déplacées et les parkings largement modifiés. Il ne serait plus possible par exemple de se garer au contact immédiat des bâtiments en zone 3.

« Cadeau COP 21 »

La DGAC a accordé aux agents administratifs un Vx le 30 novembre pour éviter les problèmes dus aux restrictions de circulation. Les syndicats ont demandé et obtenu que tous les personnels s’étant déplacés ce jour-là puissent également bénéficier de cette mesure. Concrètement pour la salle, les PC inscrits au tableau de service le lundi 30 novembre (et la nuit en amont) se sont vus ajouter un V Fractionné sur leur compte 2016.

L’année 2016 sera pleine d’enjeux majeurs : négociations protocolaires, mise en place de contraintes supplémentaires sur notre licence, préparation de la transition 4F dans un contexte de baisse des effectifs… Comme toujours, le SNCTA, syndicat majoritaire des contrôleurs aériens, sera mobilisé pour défendre vos intérêts.

LFFF16-0105 CDA1 CT Vf (1.6 MiB)