Budget DGAC : Qui veut gagner des millions ?

Les inquiétantes prises de position de notre directeur

Le directeur de l’aviation civile appelle de ses vœux une baisse des charges pesant sur les compagnies, et prône « un partage différent du surplus économique ». À l’heure où des compagnies aériennes hyperactives sur le front de la baisse de leurs charges envoient des armées de lobbyistes à Bruxelles sur RP2 et emboitent, en France, le pas de la « révolte fiscale », l’empathie de notre DG envers les compagnies nous interpelle. Il ne faudrait pas qu’elle préfigure l’annonce d’une stagnation ou d’une hausse, uniquement symbolique, des redevances navigation aérienne.

Le niveau de redevance que fixera le gouvernement dès 2014 devra permettre le maintien en condition opérationnelle des systèmes, leur développement puis leur déploiement. Il devra, plus généralement, permettre le recouvrement des coûts de la DSNA en évitant tout recours excessif à l’emprunt. Un endettement du BACEA, causé par la sous facturation des services de navigation aérienne, revient à faire subventionner le transport aérien par les activités de la DSNA.

Le SNCTA sera extrêmement vigilant sur la hauteur des futurs taux de redevances. Ceux-ci sont, depuis des années, très largement inférieurs à la moyenne du FABEC, cet écart devra impérativement être comblé dès 2014.

Réformes techniques et réorganisations peuvent permettre une baisse des coûts. L’inverse, certainement pas !

Click to share thisClick to share this