Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se connecter Adhérer
Flux RSS de cette catégorie

Brest

Les articles de la section locale de Brest

0

LFRR Flash Info — Vacation Complémentaire : V2.0 ?

Outil de flexibilité, la Vacation Complémentaire a été mise en service à Brest jusqu’en 2017 et a disparu avec la mise en place de l’expérimentation RH.

Lorsque cette vacation est déclenchée, vous pouvez effectuer jusqu’à 48H hebdomadaire, soit près de 15% de temps de travail en plus que la limite hebdomadaire du cadre expérimental.

La déclinaison locale de l’époque négociée par le SNCTA était assez protectrice et donnait aux agents une certaine lisibilité. Une vacation courte, prévue de longue date qui ne concernait pas les détachés, et dont la récupération associée était posée automatiquement sur le demi-cycle… Cela ne correspond plus à la recherche de flexibilité ambitionnée par l’administration !

Les notes locales déclinées ailleurs ont montré que l’administration pouvait mettre en place les Vacations Complémentaires après le dépôt des congés voire avec un préavis de seulement 8 jours. En un mot, vous perdez la main sur votre planning personnel !

La période de charge est déjà exigeante pour les agents. La Vacation Complémentaire vient accroitre la pression en leur enlevant toute lisibilité sur leur planning personnel. Le SNCTA refusera les méthodes d’un autre âge.

LFRR — FI Vacation Compélementaire (1.0 MiB)

0

LFRR CDA — Nouveau TDS 2022 : le SNCTA ne donnera pas blanc-seing

La crise du COVID semble enfin s’amenuiser. Depuis plusieurs mois la reprise du trafic est en marche. Si dans un premier temps les prévisions étaient assez nébuleuses, force est de constater que celles-ci sont de plus en plus fiables. L’administration locale en a bien conscience et souhaite ouvrir des négociations cet automne pour la mise en place d’un nouveau tour de service en mars 2022.

Une reprise du secteur aérien vigoureuse.

NM a édité différents scénarios de reprise fin 2019. Quelques mois après, nous commençons à avoir du recul sur ces prévisions et nous suivons exactement le trait du scénario optimiste. En année   base 2019, nous avons pour les années à venir :

  • 89%   en 2022
  • 96%   en 2023
  • 104% en 2024

La reprise a certes été plus lente pour le CRNA/O, du fait des restrictions longtemps imposées au Royaume-Uni et aux USA, mais il y a de grands risques que ce retard soit vite rattrapé l’été prochain. En effet le manque de personnels qualifiés à Reims couplé à la transformation 4Flight créera un mur de régulations permanent que les compagnies chercheront à contourner. NM a déjà confirmé qu’une  partie de ce trafic sera repoussé à l’ouest et nos impératifs de sécurité nous imposeront de prendre les marges adaptées. 

Certes, il nous est impossible de nous projeter à 3 ans mais une chose est sûre, dès 2022 c’est notre tour de service actuel qui ne tiendra pas.

Des négociations commencent en GPSC dès aujourd’hui 

Le service a bien conscience que la situation est intenable et projette dès ce premier GPSC d’automne des discussions sur le sujet. Quelles seront les idées avancées ?

  • Retour aux vacations de plus de 08H30 ? 
  • Baisse des droits à absences simultanées ?
  • Mise en place des vacations complémentaires ?

Une vacation complémentaire peut se déclencher après le dépôt des congés (J-18) et le service peut affecter les agents en VC sur la vacation de son choix. 

Ce ne sont qu’une partie des contraintes que  propose le cadre actuel et celles-ci ne sont déjà pas réjouissantes. Le SNCTA s’opposera de toutes ses forces à ces fausses bonnes idées. Si le service a besoin d’une nouvelle organisation du travail il existe la possibilité du cadre expérimental, cadre dont les modalités opérationnelles sont connues de tous. Le syndicat a su s’opposer au dispositif XP perverti proposé par l’administration fin 2020 mais saura accompagner un accord gagnant-gagnant.

Le tour de service que nous pratiquons aujourd’hui atteindra ses limites dans les mois à venir. Le service aura alors le choix entre 2 voies, celui d’imposer des outils sur lesquels tout le monde s’accorde à dire qu’ils sont de nature à crisper ou celui du dialogue, des choix négociés et de la prise en compte de la fatigue. Le SNCTA refusera les méthodes d’un autre âge.

 

LFRR — CDA 13 (0.1 MiB)

0

LFRR CDA — CT DSNA : des évolutions officiellement entérinées pour 2022

Florian Guillermet, nouveau DSNA depuis le 05 juillet, a tenu son premier CT ce vendredi 24 septembre. Dès son arrivée il a voulu, via les  négociations  préparatoires  de  ce  CT, imprimer une nouvelle dynamique en renouant le  dialogue  avec  les  contrôleurs.  Fort  de  ce constat le bureau national a travaillé d’arrache pied tout l’été pour faire bouger les lignes.

Un travail de persuasion de longue haleine

Bien  que  les  18  derniers  mois  aient  été particulièrement  rudes  pour  notre  filière,  le  SNCTA n’a jamais  complètement  rompu  les  négociations  avec l’administration,  réussissant  à  plusieurs  reprises  à  faire bouger les curseurs. En parallèle il a mené une campagne de  communication  affichant  des  revendications  claires. C’est dans cette dynamique que le bureau de section local s’est mobilisé pour appuyer ces revendications.

Le SNCTA, bien que seul pour négocier les amendements cet été, a montré que l’avenir de la DSNA ne pouvait se décider sans les contrôleurs.

Le Compte-Temps

Le compte-temps est initialisé à zéro en début d’année quelle que soit sa valeur en fin d’année précédente. Cette revendication  du  SNCTA  formulée  dès  les  premières discussions en 2020 trouve enfin une réponse permettant de  ne  pas  reporter  les  conséquences  de  l’année  n  sur l’année n+1. Il se limite désormais à décompter les RO hors-site non rappelées, chaque occurence comptant pour -0,5, sans impact sur le nombre de récupérations. Le SNCTA obtient ici une avancée majeure : la fin de la chasse  aux  récupérations.  En  effet  plus  aucune récupération n’est absorbée par le compte temps, elles ne sont donc plus perdues.

Des récupérations préservées mais classées

Le  principe  de  base  repose  sur  des  récupérations classées  en  trois  catégories  en  fonction  des  possibilités offertes pour les déposer :

  • les JLibres pouvant être posés toute l’année, en complément des congés annuels;
  • les  JMT  devant  être  posés  sur  une  période  de moindre trafic définie comme « six mois sécables en deux » et positionnée localement ;
  • les JRO devant être posés à la place d’une RO.

Il est à noter qu’en cas de compte-temps égal à 0 toutes les récupérations sont posables librement, comme des JLibres.

Forfait de récupérations : le compte n’y est pas

Les missions remplies par les contrôleurs ne se limitent pas à la tenue de poste pendant le tour de service. Bien qu’une partie de notre argumentaire a été entendu, l’ensemble de nos revendications n’a cependant pas été accepté. Le SNCTA continuera donc à les porter. Le CT DSNA acte ainsi le forfait récupération suivant :

  • 1 JMT+1 JRO pour tous les contrôleurs en compensation du briefing/débriefing lors des  séances d’instruction, de l’entretien individuel et des QCM ;
  • 2 JLibres pour  les  correspondants RH, correspondants sécurité et les maîtres de mémoire ;

Pour le SNCTA le compte n’y est pas. Il revendique l’extension a minima à 2 correspondants RH par équipe et la  prise  en  compte  d’un  correspondant  instruction. Le SNCTA obtient toutefois un REX au printemps 2022 pour étudier les difficultés de mise en œuvre de ces nouvelles mesures.

Le SNCTA restera particulièrement vigilant quant aux déclinaisons dans les CT locaux et à la bonne tenue du REX prévu au printemps 2022 pour apporter les corrections nécessaires

Des conditions de dépôt des récupérations modifiées

Si les conditions de dépôts des récupérations des JLibres et des JMT semblent assez limpides il n’en est pas de même pour les JRO. Pour apporter une plus grande visibilité et faciliter davantage le dépôt des JRO, le SNCTA demande que le BV et le nombre de RO soient transmis aux contrôleurs 5 jours avant la date limite de dépôt  des congés. Une nouvelle rédaction est proposée en ce sens suite à une négociation en séance visant à concilier anticipation pour les contrôleurs et anticipation pour les services. Il en résulte le consensus suivant :

  • Si la date de dépôt des congés est fixée à J-20 ou après, le BV reste transmis cinq jours après cette date ;
  • Si la date de dépôt des congés est fixée à J-21 ou avant, le BV est transmis 5 jours avant cette date !

Nouvelles conditions de report d’une année à l’autre

Passée la fin d’année 2021, période de transition de l’ancien système vers le nouveau, le mécanisme de report des récupérations changera selon les modalités suivantes:

  • Si à la fin de l’année, fin 2022 le compte-temps est égal  à  0,  les  récupérations  JRO /JMT /JLibres  sont reportées en 2023, chacune dans leur catégorie,
  • Si à la fin de l’année le compte-temps est négatif, les  JRO puis  les  JMT (dans  cet  ordre)  sont  diminués d’autant avant d’être reportés sur l’année suivante.

Dans tous les cas les JLibres sont reportés.

Le SNCTA regrette la complexité de ce texte mais se félicite des avancées obtenues qui marquent un premier pas vers le retour à la sérénité.

Les récupérations ne sont plus absorbées par le compte temps, elles ne sont donc plus perdues.

Des récupérations différentes en fonction de l’activité qui les a générées

Les récupérations seront à partir du 1er janvier 2022 comptabilisées en dehors du compte-temps et ne sont donc plus absorbées par les -0,5 des RO hors-site. La qualité de la récupération dépendra quant à elle de l’activité qui l’a générée.  Vous  trouverez  le  détail  dans  le  tableau récapitulatif ci dessous:

L’ambiguïté des 1H30 enfin levée

Le CT DSNA lève enfin l’ambiguïtés liée à la période d’1h30  précédant  la  RO  hors-site  durant  laquelle  les contrôleurs pouvaient être rappelés. Désormais, ce rappel ne sera possible que dans une plage comprise entre le début de la vacation et 4h30 après.

 

Si le texte reste imparfait et oublie la reconnaissance de certaines fonctions, il restaure toutefois des équilibres que la version précédente condamnait : il abolit le report du compte-temps, préserve les récupérations, dépolitise l’utilisation du BV et clarifie certaines dispositions. Au vue de ces inflexions, la section locale du SNCTA décide de donner sa chance au dialogue sociale et estime que le CRNA/O peut tenter de reprendre un fonctionnement normal.

 

LFRR — CDA 12 (0.5 MiB)

0

LFRR Flash Info — GT effectif : pas de recrutements, pas de mobilité.

Le GT effectif du 22 Mars a livré ses conclusions : ce sera 8 affectations pour le CRNA-O, réparties ainsi : 2 ENAC et 6 AVE.

C’est aussi la fin de la mobilité pour les ICNA. La DGAC, en affectant sciemment les ab initio dans les centres attractifs, porte un coup fatal à la mobilité. Le but avoué est de limiter le volume de contrôleurs en formation pour des raisons économiques.

La mobilité est, pour le SNCTA, une valeur primordiale. Non seulement elle est un barème de paix sociale, mais elle permet également un brassage des populations et donc une amélioration de l’expertise pour toute la profession. Pourquoi alors freiner cette mobilité alors que le trafic est au plus bas, et que le coût de cette mobilité est ridiculement faible ?

Pour le CRNA-O ce n’est pas tout. Le nombre de PC par équipe, dont la fourchette cible était encore jusqu’à l’année dernière entre 20 et 22, est maintenant abaissée à 19-21. Pire encore, l’objectif officiel pour le radar de Bretagne est désormais de 19, c’est à dire la fourchette basse, soit 3 PC en moins par équipe.

Non tenue de répondre de sa gestion calamiteuse des recrutements post crise 2008 car sauvée in extremis par une crise sanitaire, la DGAC n’apprend pas de ses erreurs et mise une nouvelle fois sur les mêmes solutions pour résoudre les mêmes problèmes.

Le message est désormais limpide. Cette gestion des effectifs est une nouvelle atteinte envers les contrôleurs, qui voient leur profession attaquée de toute part. Face à ce simulacre de dialogue social, le bureau national du SNCTA a légitimement décidé de quitter le GT effectif. L’administration croit-elle que le futur se fera sans et contre les ICNA ?

LFRR — FI GT Effectif (0.7 MiB)

0

Flash Info Brest — RO téléphone maison

Les contrôleurs en RO hors site sont rappelables le jour J de 1h30 avant à 3h après l’heure de début de vacation.

Les contrôleurs en RO sont responsables de fournir et de tenir à jour les numéros de téléphone sur lesquels ils sont joignables (Numéro professionnel ou personnel, étant entendu que l’agent n’est pas tenu de fournir son numéro personnel).

Le SNCTA tient à rappeler qu’il n’existe aucune obligation légale pour un salarié du secteur public (ou privé) de fournir un numéro de téléphone personnel ou fixe à son employeur.

Le SNCTA tient à rappeler qu’un contrôleur pendant ses jours de repos a droit au respect de sa vie privée et dispose du droit à ne pas être dérangé par son employeur au même titre que d’autres agents pendant leur week end.

Le DSNA s’est engagée à fournir des téléphones de fonction pour mettre en place la réforme RO. Si ceux-ci devaient être en nombre insuffisant, le chef de salle n’aurait aucun moyen de joindre un agent sans téléphone de fonction s’il n’a pas donné un accord formel pour pouvoir être joint sur son téléphone personnel.

Pour le SNCTA, la fin du dispositif VRO siffle la fin de la transmission des numéros de téléphone personnels. Le SNCTA rappelle qu’il n’est pas du ressort des chefs de salle ou d’équipes de gérer ces téléphones. Encore un exemple de l’absurdité de ce système voulu par l’administration.
Croit-elle vraiment que le futur se fera sans et contre les ICNA ?

LFRR — FI RO Telephone (0.5 MiB)

0

Flash Info LFRR — RO : 50% de solde sur la journée de travail

Exemple: Un contrôleur est mis en RO hors site de manière unilatérale par l’administration. Et, rappelons le, sans concertation aucune avec les chefs de salle en fonction ce jour là.

Ce contrôleur doit rester joignable et pouvoir rejoindre la position de contrôle en moins d’1h30.

Il doit donc être réveillé à 4h30 du matin si sa vacation débute à 6h00.

Ce contrôleur ne peut librement vaquer à ses occupations. L’administration a confirmé lors du dernier GPSC qu’il ne doit pas seulement écouter son répondeur à temps pour rejoindre le CRNA-O dans le délai imparti mais doit être joignable au moment ou il serait rappelé.

L’agent doit donc le cas échéant prévoir un mode de garde et ce, sur la journée entière. L’agent ne peut prévoir de rendez-vous sur cette journée.

Normal ? Bien évidemment…si cela était considéré comme une journée de travail classique. Mais si l’agent n’est pas rappelé ce ne sera pas le cas.

Avant la RO un contrôleur était soit sur un jour de travail soit sur un jour de repos. L’administration invente la journée de travail au prorata en décrédibilisant le professionnalisme des ICNA. Croit-elle vraiment que le futur se fera sans et contre les ICNA ?

LFRR FI RO (0.5 MiB)

0

LFRR Flash Info — RO : recyclages non digérés !

Avant les recyclages se faisaient sur la vacation choisie par l’agent (hors recyclages dirigés liés aux XP qui étaient valorisés par la prime associée).

Aujourd’hui l’administration met des contraintes supplémentaires en limitant le nombre de recyclages simultanés sur une même vacation (limitation à la création de 2 RO).

L’administration met en porte à faux les recycleurs. Au delà du premier, leurs recyclages impliquent qu’un agent de l’équipe soit mis en RO et que ce dernier voit donc le cas échéant son compte temps débité.

Créer une tension salle/hors salle semble être le nouveau jeu de l’administration car accueillir un recycleur sera dorénavant une contrainte pour l’équipe recevante.

Non contente d’attaquer le professionnalisme des ICNA l’administration choisit en plus, au travers d’une soupe indigeste, de créer des tensions entre agents et de compliquer pour les recycleurs le maintien de leur MU. Croit-elle vraiment que le futur se fera sans et contre les ICNA ?

LFRR FI RO Détachés (0.6 MiB)

0

LFRR Flash Info — RO : CDS un métier d’avenir ?

Le jour J, l’administration aura donc décidé du nombre de PC dont le CDS disposera et dont il n’aura connaissance qu’à la prise de son service.

En cas de nécessité de rappel, obligatoire dans certains cas, le CDS DEVRA pour pouvoir le faire

  • Vérifier qui est en RO et pas en congés.
  • Vérifier quel agent est sur site et lequel ne l’est pas.
  • Vérifier sur quel créneau il peut rappeler cet agent. Possible seulement pendant l’activité de celui-ci pour une RO sur site, par exemple de 8h00 à 10h00 pour l’un mais de 13h00 à 15h00 pour l’autre.
  • Vérifier où l’agent se trouve et comment le joindre: chez lui, sur un téléphone pro, au simulateur, dans une salle qui peut changer en temps réel, car fonction du nombre des participants et du respect de la jauge.
  • Calculer quand l’agent pourra être disponible selon la situation de chacun : 30 mn ? 45mn si l’agent n’a pas mangé ? 1h30 ?

Tout ça en cas de situation dégradée ou imprévue…

L’administration affiche clairement, via un dialogue social à l’arrêt, le manque de considération qu’elle a pour les ICNA. Dans ce contexte, qui peut croire qu’en cas de soucis la responsabilité du CDS ne sera pas engagée… L’administration croit-elle vraiment que le futur se fera sans et contre les ICNA ?

LFRR FI RO CDS 2 (0.7 MiB)

0

LFRR Flash Info — RO : CDS, une responsabilité accrue.

Un BV stratégique est défini en CT. Même si la décision a finalement été celle de l’administration, au moins vos représentants ont pu faire part de leur expertise opérationnelle. Maigre consolation car ensuite l’administration fait finalement ce qu’elle veut de ce BV jusqu’à la veille.

L’administration décide, sans demander l’expertise des CDS en fonction ce jour là, du nombre de contrôleurs en salle, décrédibilisant ainsi leur professionnalisme. Le CDS découvrira donc l’effectif qui est à sa disposition au moment de sa prise de service le jour même.

Le CDS DEVRA pourtant se débrouiller pour trouver du monde si cela s’avère nécessaire (maladie, problème technique ou cause météo). Il s’agit bien d’une obligation qui est indiquée dans l’arrêté.

L’administration décide donc de contraintes sur l’effectif à disposition du CDS mais rejette la responsabilité de sa bonne utilisation sur les CDS, qui devront rappeler et rendre des comptes via un formulaire à remplir qui sera ensuite épluché par l’administration.

Avant la RO, un CDS gérait sa salle et son armement en fonction de la totalité des PC disponibles au TDS. Maintenant le CDS devra gérer sa salle en étant tributaire du nombre de PC que l’administration lui aura imposé, mais avec une complexité et donc une responsabilité accrue. L’administration croit-elle vraiment que le futur se fera sans et contre les ICNA ?

LFRR FI RO Cds 1 (0.5 MiB)

0

LFRR Flash Info — "Rassurez-vous, les réserves opérationnelles n’auront pas de conséquences..."

L’agent X approche de ses 16 ans de titularisation, il candidate et est retenu pour faire sa formation chef d’équipe.

Cette formation, importante dans la carrière des agents n’est organisée qu’une fois par an au grand dam du SNCTA qui demande depuis longtemps des sessions supplémentaires pour ne pas pénaliser les agents dans leurs carrières.

Malheureusement, monsieur X est rappelé pendant sa formation car celle-ci est RO compatible. Elle ne sera donc pas validée.

Ce n’est pas grave, il la terminera l’année prochaine. Monsieur X verra alors ses changements d’échelon retardés et va donc perdre plusieurs milliers d’euros sur sa carrière.

Les réserves opérationnelles ont des conséquences réelles sur la carrière des contrôleurs. Le SNCTA se bat pour rendre “incompatible RO” toutes les formations ayant trait à la carrière des agents.

FI RO HEA (0.9 MiB)