Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se connecter Adhérer
Flux RSS de cette catégorie

Reims

Les articles de la section locale de Reims

0

FI LFEE - RO : La formation initiale n'est pas la priorité du service

Les demandes du SNCTA en CT étaient raisonnables : accorder prioritairement et systématiquement aux équipes au moins une branche du simulateur ELECTRA en semaine, et de permettre un accès libre les soirs et week-ends. Après des heures de débat, la seule justification du refus du service a tenu en deux mots : « arbitrage national ».

La situation plaidait pourtant pour une adaptation du dispositif RO au CRNA Est. 16 contrôleurs ont été qualifiés en 2020, malgré la crise sanitaire. Cette performance n’a été possible que grâce au sens des responsabilités et au dévouement des équipes qui se sont investies sur le simulateur d’une manière inédite.

Le simulateur tourne à plein régime, tôt le matin jusqu’à tard le soir, parfois avec le concours de contrôleurs autoformés à la fonction de pilote écho-radar. Les retards de qualifications du premier confinement ont ainsi été résorbés ! Au final, ces efforts auront permis un gain de 8 ressources opérationnelles net en 2020. La remontée des effectifs opérationnels devrait être un objectif partagé par le service. Il est désormais clair que non.

De toute évidence, la charge de formation des équipes et le trafic hivernal confiné ne permettent pas d’offrir des situations d’entraînement suffisantes pour progresser. L’utilisation du simulateur est indispensable. Le SNCTA exige que des RO « site » sur simulateur soient systématiquement proposées, et en nombre suffisant. Au lieu de cela, si le service venait à dégrader sciemment la formation initiale, il devra rendre des comptes !

La spécificité rémoise en matière d’instruction n’est pas reconnue. Idéologiquement, le service pour garder la main sur tout, préfère priver les opérationnels de l’accès libre à un outil qui a fait ses preuves.
Voilà une nouvelle mise en évidence que la vocation première des réserves opérationnelles est de générer une flexibilité bien opportuniste mais très court-termiste !

 

2021-02-03 FI LFEE - RO Instruction (0.7 MiB)

0

FI LFEE - RO Hors site - Procédure de Rappel

A compter du 17/02/2021, malgré l’opposition unanime des organisations syndicales, les Réserves Opérationnelles seront mises en place à Reims. Celles ci peuvent être sur site ou hors site. Les agents en RO hors site sont rappelables le jour J pour effectuer une vacation de contrôle prévue au tour de service 1h30 avant et jusqu’à 3h après le début de celle ci.

Ce rappel doit se faire via un TELEPHONE DE FONCTION fourni en prévision, PAR LE SERVICE, à chaque agent placé en RO hors site. Pour le SNCTA son absence implique l’impossibilité pour un agent d’être placé en RO hors site !

Les numéros de téléphones personnels transmis dans le cadre de l’annuaire Rvro ne peuvent légalement être utilisés afin de rappeler des agents en RO hors site. Le service exploitation vient de faire distribuer une «Autorisation de la collecte des données personnelles». Sachez que rien ne vous oblige à la remplir et la rendre !

Il n’existe aucune obligation légale pour un salarié du secteur public (ou privé) de fournir un numéro de téléphone personnel ou fixe à son employeur. Un agent qui n’est pas considéré en temps de travail effectif, a droit au respect de sa vie privée et dispose du droit à ne pas être dérangé par son employeur sur son temps de repos.

Pour le SNCTA, la mise en place des RO et du compte temps marque la fin de collaboration active et volontaire des agents avec l’administration qui profite d’un contexte économique exceptionnel pour leur imposer des mesures oppressives et inefficaces. Le SNCTA veillera plus que jamais à ce que soient protégés les droits et les conditions de travail des contrôleurs aériens.

FI Rappel RO (0.3 MiB)

 

0

FI LFEE RO - Tout va bien, rien n'est prêt

Les réserves opérationnelles s’appliqueront donc de force, malgré l’opposition unanime des syndicats en CT DSNA après un report et deux votes unanimes CONTRE, et en CT local après un report, un boycott et un vote unanime CONTRE.
Dès le 17 février, les réserves opérationnelles exceptionnelles cesseront et le compte-temps s’imposera à tous les PC de la salle. Ainsi chaque RO « hors site » sans rappel fera l’objet d’un débit de 0,5 récupération. Chaque agent placé en RO « site » effectuera une formation (stage, simus…) compris à l’intérieur de sa vacation initiale sans que le compte-temps ne soit affecté.
Mais rien n’est prêt !
Maigre inflexion d’une note où les contraintes sont à sens-unique, le service a l’obligation de fournir à J-45, la liste des formations compatibles avec la RO « site ». Alors que ce délai est déjà largement excédé, aucune formation de ce type n’a été proposée aux équipes. Les formations de reprise au trafic, ou les journées d’anglais proposées sur OLAF par exemple, entrent dans le droit d’absence et ne sont donc pas compatibles avec la RO. Les équipes attendent la liste des activités compatibles avec la RO « site » pour pouvoir s’organiser !

Une disposition transitoire doit s’appliquer pour ne pas prélever 0,5 récupération tant que le service ne remplit pas ses obligations. Les formations qui peuvent être compatibles doivent être adaptées sans tarder et les créneaux de simus concédés, proposés aux équipes. Le SNCTA ne tolérera pas que l’on impose dans un mois, des récupérations négatives à la pelle alors que le service n’a pas travaillé. À moins que cela ne soit le but ?

2021-01-18 FI LFEE RO - Tout Va Bien, Rien N'est Prêt (0.7 MiB)

0

LFEE - Déclaration liminaire SNCTA au CT du 12/01/2021

Monsieur le président du comité technique,

L’année 2020 rentrera dans l’histoire comme une année noire pour le transport aérien. Singulière et étonnante, elle avait pourtant bien commencé : la DSNA s’apprêtait à conclure avec les personnels un accord social. Elle semblait reconnaitre, à ce stade, la qualité du contrôle aérien français.

En mars, la pandémie de coronavirus est venue clouer le trafic au sol, paralysant l’ensemble des acteurs du secteur. Malgré les inquiétudes et dans un contexte de panique, les contrôleurs ont assuré leur mission de service public en rapatriant les ressortissants européens dans leurs pays respectifs. Ils ont maintenu la continuité des services de navigation aérienne durant toute la crise sanitaire et encore aujourd’hui.

Mais, par-dessus tout, 2020 restera, pour les contrôleurs, cette année funeste qui leur a montré le véritable visage de leurs dirigeants. Profitant de la sidération et d’un état de faiblesse général, une poignée de managers ont confisqué la DSNA au profit de trajectoires toutes personnelles.

Craignant un rapport de la Cour des comptes qui allait accabler les dix ans de gestion passée, ils ont vu grâce à la crise sanitaire, l’opportunité de se donner une image de réformateurs. Sans considérations opérationnelles ni sociales, ils ont esquissé sur le papier une nouvelle organisation du travail que personne n’aurait osé imaginer.

Des soldats locaux se sont empressés de finaliser un système inopérationnel et punitif : les réserves opérationnelles. Dans ces errements managériaux, les services, locaux et nationaux ont oublié l’essentiel de leur mission : manager des femmes et des hommes, organiser et configurer le contrôle aérien pour anticiper la reprise du trafic.

Aveuglés par des comptes d’apothicaire de récupérations et autres jours de compensation, ils ont surfé sur les tableaux Excel comme jamais auparavant. Ils rendent aujourd’hui cette copie médiocre, leur vision non concertée et destructrice pour les années à venir.

Enfin, 2020 restera, pour les contrôleurs, l’année ou le management a organisé une baisse des salaires non justifiée et punitive…

Rupture de dialogue social, humiliations, baisses de salaires, les contrôleurs ont vécu, en 2020, ce cauchemar organisé par la DSNA qui était inutile et qui ne lui vaudra que des échecs en retour.

Monsieur le président, faites savoir en haut lieu, qu’à partir de maintenant à Reims comme ailleurs, plus rien ne sera jamais comme avant.

2021-01-12 Déclaration Liminaire (0.1 MiB)

0

CDA LFEE - No deal REXIT

Panneau « Stop », « wrong way »

De manière inédite, une note d’organisation du travail a recueilli pour la deuxième fois un vote unanime CONTRE. Le coup de force attendu du service pour imposer cette note révèle un dialogue social en piètre état. Depuis le plan de reprise d’activité, le service agit seul et s’isole. Il doit s’attendre à rendre des comptes seul.

Retour 18 ans en arrière

L’autoproclamée « suspension » des expérimentations entraîne le retour à la situation d’avant-2015 où tout l’arrêté du 19 novembre 2002 s’appliquait.

C’est donc un vieux cadre inadapté et rejeté par les contrôleurs qui s’appliquera avec le retour des vacations de 11 heures en période de charge et un temps de travail hebdomadaire que le service pourra individuellement porter jusqu’à 43 heures !

Car si la DSNA estime qu’elle n’a pas besoin du potentiel des expérimentations, elle ne renonce pas à sa flexibilité. Les consignes de Paris sont claires : la vacation complémentaire doit s’appliquer à Reims, les recyclages dirigés aussi !

Entourloupes à gogo

L’exploitation fait le choix contestable de soumettre un cadre d’organisation du travail piloté par une seule note temporaire et non exhaustive. Les concessions de façade sur le déclenchement des vacations complémentaires à J-24 par exemple disparaîtront dès la fin de sa période de validité. Et le préavis de rigueur repassera à J-8 !

Partout où les expérimentations RH se sont arrêtées, le délai de dépôt des congés a été réduit, sauf à Reims ! Le service voulait dealer le J-25 contre un déclenchement de la vacation complémentaire à J-15. Inacceptable et contraire à l’arrêté 2002 qui impose deux cycles de préavis. Mais on oppose au SNCTA une interprétation tortueuse et le met au défi d’aller la contester au tribunal administratif. Le SNCTA refuse le chantage et le J-35 est ordonné.

RO zappées

Subtilité du dialogue social, un autre CT devait  se dérouler pour traiter des réserves opérationnelles. Depuis que les CT locaux se succèdent ailleurs, le scénario commence à être éventé : la note passera en force la prochaine fois. Le SNCTA a donc décidé de boycotter cette parodie. Réunissant le quorum à lui seul, le CT n’a pu se dérouler.

Lorsqu’il sera de nouveau convoqué, le SNCTA s’attachera cette fois à limiter autant que possible, les graves atteintes aux conditions de travail des contrôleurs.

Le service assume d’imposer une organisation du travail contre l’avis unanime des représentants du personnel. Alors que 2021 sera une année charnière pour le CRNA Est avec la reprise anticipée du trafic et la transformation 4-Flight des contrôleurs, cette tactique s’avère risquée.

Prochain passage en force : les réserves opérationnelles. Vivement la suite !

2020-12-31 CDA LFEE No Deal REXIT (0.1 MiB)

0

Reims — Déclaration liminaire SNCTA au CT du 14 décembre 2020

Reims, lundi 14 décembre 2020

Monsieur le président du comité technique,

Nous y sommes. Voici l’aboutissement de mois de passages en force, de réunions Zoom, Teams, Webex à sens unique. Voici LA réponse de la DGAC à la crise économique majeure que subit le transport aérien et qui pourtant ne rapportera pas 1 euro dans les caisses du budget annexe.

Voici venu le temps d’imposer les réserves opérationnelles.

Un bijou de technocratie. Un dispositif abscons qui vise à administrer ce qui relève de l’opérationnel, tout en imposant aux opérationnels de pallier les manquements de l’administratif.

Une marche au pas sous couvert de traiter l’éventuelle surcapacité de contrôleurs aériens en les gratifiant d’un nouveau cadre juridique.

Assurément, des remerciements de la DSNA envers les contrôleurs de n’avoir jamais failli à leur mission de service public de rapatrier les ressortissants européens dans leurs pays respectifs et d’assurer la continuité du service de la navigation aérienne pendant toute la durée de cette crise sanitaire sans précédent.

Des remerciements enfin pour s’être investis comme jamais sur les simulateurs pour à la fois maintenir leurs compétences et continuer la formation initiale.

Mieux ! À contre-courant, le service fait table rase d’années d’accords sociaux locaux qui ont transformé le CRNA Est en centre moteur de la DSNA, dans le but d’augmenter la capacité du centre. Une véritable liste du père Noël : suppression de jours de congés, diminution du droit à absence, élargissement du périmètre des recyclages dirigés, rétablissement de la vacation complémentaire…

Il y a une transformation électronique à faire passer. La DSNA s’en souvenait-elle ?

Les crises révèlent les Hommes et ce véritable krach social souligne le manque flagrant de considération envers les contrôleurs aériens de nos encadrants, du local jusqu’à l’échelon central. Cette irrévérence se manifeste aujourd’hui par un ordre du jour au mieux maladroit, voire sciemment provocateur. Où d’un côté, l’on traite de la reconduction des expérimentations des personnels techniques ; et de l’autre, du diktat des réserves opérationnelles.

Les contrôleurs ont une mémoire monsieur le président. Ils n’oublieront pas que parmi les corps techniques de la DGAC, ils sont les seuls soumis à des mesures punitives. La gestion efficace en temps réel du trafic aérien, la bonne conduite de la transformation électronique et la limitation des délais au moment de la mise en service de 4-Flight ne peuvent se faire sans les contrôleurs aériens.

Le moment venu, l’heure des comptes fracassera le mur de la reprise du trafic. Communiquez bien en haut lieu monsieur le président que les tabous sont en train de tomber aussi, chez les contrôleurs aériens.

2020-12-14 Déclaration liminaire (71 KiB)

0

FI LFEE - Promotion sur les congés

Le SNCTA a attentivement étudié la proposition de note de gestion des congés pour l’année 2021. L’opportunisme débridé semble de rigueur. Le contexte sanitaire permet d’afficher les désirs du service les plus fous !

Toutes les cases sont cochées :

  • Une baisse du droit d’absence ;
  • Une fusion de vacations fractionnées ;
  • Une baisse sensible des congés annoncée… pour 2022 !

Quel cynisme d’oser remplacer les congés attribués aux Rémois pour leur implication dans les projets structurants du centre par des congés accordés exceptionnellement l’an prochain « aux titres des efforts fournis par les agents afin d’assurer la continuité de service pendant la crise sanitaire » ! Chacun appréciera en se remémorant la gestion chaotique de cet été avec ses passages en force permanents.

Ce « management » n’est simplement plus possible. Les enjeux du moment (mutualisation des expérimentations, réussite de la transformation) sont pollués par une note locale provocatrice et à contre-temps.

La note des congés est inacceptable et doit être retirée en CT local.
Aucune raison ne justifie ce tour de vis.

Le SNCTA sera résolu à faire respecter la voix des contrôleurs.

2020-10-15 Promotion Sur Les Congés (0.5 MiB)

0

CDA LFEE - La DSNA compte les RO mais pas les avions !

Depuis le début de la crise, les feux de la DGAC sont braqués sur notre profession. Alors qu’avec la complaisance du service local, la DSNA s’affaire à détricoter nos conditions de travail, que nos salaires viennent de baisser, le SNCTA apprend avec étonnement que la route UL15 n’est plus planifiable par les usagers depuis début octobre.

Le sens des priorités

Ce flux représente pourtant en moyenne plus de 30 vols par jours et couvre 300 NM de redevances. Il représente normalement 5 % du trafic rémois, ce qui est loin d’être anecdotique en ces temps difficiles.

L’administration, trop affairée à passer en force la suspension des expés et à confisquer les récupérations des contrôleurs en oublie sa véritable mission : rendre le service de la navigation aérienne.

Les possibilités de récupérer des espaces et la sécurisation de nos flux de trafic auraient dû être une priorité de nos managers. Mais aveuglés par leurs obsessions maladives des réserves opérationnelles, ils en oublient les fondamentaux et privent l’ensemble de la DSNA d’une ressource majeure.

Le SNCTA demande la réouverture au plus vite de l’UL15.

L’impasse des réserves opérationnelles

Les contrôleurs ont déjà montré leur capacité à faire évoluer leur cadre de travail lorsque nécessaire. Ils savent rendre des comptes, la responsabilité est leur cœur de leur métier.

La DSNA en revanche vient de passer huit mois à compter nos jours de travail pour finir par infliger des textes technocratiques, qui ne peuvent faire fonctionner que théoriquement le système de contrôle aérien français.

Le trafic revenant, révèlera le caractère inopérationnel de ces textes vexatoires.

L’administration, locale comme nationale, sera responsable de l’échec du management conduit pendant cette crise sanitaire.

Certains tenteront péniblement d’éteindre les braises qu’ils n’auront eu de cesse d’attiser mais une défiance sans précédent s’est durablement installée.

Les plaies seront longues à cicatriser.

2020-11-17 CDA LFEE La DSNA Compte Les RO Mais Pas Les Avions (0.1 MiB)

0

LFEE — DÉCLARATION LIMINAIRE — CT du 26/10/2020

Reims, lundi 26 octobre 2020

Monsieur le Président du comité technique,

Depuis 2015, les expérimentations ont permis au CRNA Est de répondre aux besoins de la navigation aérienne, tant en matière de croissance du trafic que d’exigence sociale de réduction de la durée des vacations. Lors du dernier comité technique, le SNCTA a voté, comme l’ensemble des autres centres concernés, contre le projet de mutualisation proposé par l’administration qui, malgré plusieurs mois de négociations, n’avait pas abouti à un consensus national.

Pour autant, face à la crise actuelle du transport aérien, la mutualisation pluriannuelle de ces expérimentations reste un outil stratégique permettant d’accompagner au mieux la reprise du trafic. Le sens de l’Histoire ne saurait être un retour arrière vers des vacations longues et une organisation du travail datant du début des années 2000 que le SNCTA refusera.

Le SNCTA considère qu’il est urgent que les discussions nationales permettent de trouver un accord gagnant-gagnant conduisant, d’ici la fin de l’année, à la mise en œuvre d’une mutualisation pluriannuelle dans l’ensemble des centres de contrôle précédemment en expérimentations. Le SNCTA s’inscrit dans cette démarche indispensable pour que les contrôleurs du CRNA Est puissent préparer la reprise du trafic sur les années à venir.

Declaration liminaire CT #2 2020-10-26 (65 KiB)

0

LFEE — DÉCLARATION LIMINAIRE — CT DU 16/10/2020

Reims, vendredi 16 octobre 2020.

Monsieur le Président du comité technique,

Les négociations en cours depuis plusieurs mois au sujet de la mutualisation des expérimentations n’ont pas abouti à un consensus. En l’absence d’accord sur un cadre national conforme à l’esprit des expérimentations et en l’absence des textes réglementaires associés, le SNCTA a demandé le report de ce comité technique. Suite à votre décision de le maintenir, le SNCTA votera contre les textes soumis au vote concernant les expérimentations.

2020-10-16 Déclaration liminaire CT LFEE (0.1 MiB)

Pages:12345678