0

CDA Brest — CT du 19/05/20 : Le PCA laisse place au PRA.

Malgré la crise sanitaire le CRNA-O a su répondre présent pour assurer la mise en place du Plan de Continuité d’Activité (PCA). Il est temps maintenant d’accompagner le Plan de Reprise d’activité (PRA). Plus largement ce CT était l’occasion de traiter les sujets qui vont rythmer notre vie dans les mois à venir.

Campagne de détachement : des besoins identifiés à ELECTRA et à l’instruction.

La liste des postes à pourvoir lors de la campagne de détachement 2020/2021 a été présentée aux OS. 

Le SNCTA a insisté sur le fait que le succès de la reprise de l’activité sera conditionnée par la capacité du centre à faire fonctionner le simulateur. Les élèves, les assistants de Subdivision, les ACDS mais également les PCs en salle que ce soit pour maintenir leur MU ou se préparer à la reprise du trafic en ont besoin crucial. C’est en ce sens que le SNCTA demandait 2 détachés pour venir renforcer l’équipe ELECTRA et des instructeurs en plus afin de créer de nouvelles simulations et pouvoir les faire tourner alors que la DSAC vient de valider la possibilité d’effectuer une partie des tests PC en simulateur. Pour ELECTRA le service n’en ouvrira qu’un mais un renfort sera apporté pendant 6 mois par un instructeur. Le SNCTA a donc demandé à ce que 2 postes d’instructeurs soient à pourvoir dès le mois de Juillet (dont l’un pour remplacer un départ en mutation) afin de profiter d’un été où la salle peut se le permettre. L’administration a reconnu la pertinence de la demande et y répond favorablement en ouvrant ces 2 postes pour une durée de 19 mois (juillet 2020 — janvier 2022) comptant pour 24 mois.

Le CRNA-Ouest doit se donner les moyens de répondre à la demande de formation, ceci sera un facteur déterminant pour les affectations à venir.

Pour rappel il est demandé dans un premier temps aux agents en cours de détachement, en poste depuis moins de 1 an, s’ils veulent effectuer une seconde année. Une fois les réponses collectées, la liste des postes vacants sera mise à jour et les agents en salle pourront alors postuler. Ces derniers sont départagés selon les critères habituels lors de la commission ad hoc. Rappelons que le SNCTA a déjà constaté des erreurs les années précédentes dans le calcul de l’indice de départage. Nous ne pouvons qu’inciter chaque agent à vérifier que les données le concernant soient exactes. Si vous avez la moindre question sur votre carrière n’hésitez pas à contacter un membre du bureau de section (notamment sur l’indice de départage) ou plus largement la cellule ASAP du SNCTA.

CDS : un poste à pourvoir

L’administration a décidé d’ouvrir au moins 1 poste de chef de salle. De plus, le CT a acté, conformément à la NDS correspondante, que dans le cas où aucun candidat ayant fait ou étant à la FMP ne postulerait, le nombre d’agent maximum pouvant être retenu et n’ayant jamais été ACDS serait de 1. Cet agent serait alors prioritaire pour la FMP.

ACDS : du nouveau dans le fonctionnement 

La note de service présentée en CT propose un retour à 16 ACDS. Le SNCTA a pris acte de cette volonté de l’administration qui, au vu des prévisions de trafic pour l’année à venir considère qu’il n’est pas nécéssaire d’un point de vue opérationnel de conserver 18 ACDS. Par contre le SNCTA a tenu à mener de son coté une étude minutieuse sur l’évolution des carrières au CRNA/O pour vérifier que le fait de réduire le nombre de poste ne ralentissait pas l’accès des agents au grade d’ingénieur en chef. Celle-ci montre que l’ensemble des FMPistes des dernières années, et des années à venir sont et seront déjà chef d’équipe avant leur arrivée à la FMP.

PRA : présentation de la déclinaison locale du PRA national

La présentation du PRA a été faite par le chef de centre qui dans un premier temps a tenu à insister sur les principes dans lesquels il avait été établi : prudence et progressivité. Sur le plan sanitaire le SNCTA l’a repris page par page et a proposé des amendements en séance qui ont été acceptés.

En ce qui concerne les recyclages, l’administration a proposé que ceux-ci se fassent sur des créneaux de 2h en fin ou début de vacation. Cette mesure avait été avancée par l’administration lors des négociations protocolaires. Bien que cela ait été utilisé lors du passage à EEE, la problématique nous semble différente aujourd’hui. Pour le SNCTA, cette mesure nécessite une réflexion au niveau de la gestion du temps de travail et repos lors de l’alternance entre temps en SUB et temps en salle de contrôle. C’est pourquoi nous nous sommes opposés à ce dispositif mais la section locale a proposé une solution alternative: que les détachés, assistants de sub et experts opérationnels prennent la place d’une équipe entière sur une vacation identifiée de semaine comme cela se fait dans d’autres centres (l’équipe initialement prévue devenant alors secours chaud).

Si la médecine de prévention ne reprend pas avant le 1er Juillet, la médecine à norme, quant à elle, pourra reprendre dès que les liaisons aériennes reprendront avec Air France. Le Dr Picard prévoit donc, si possible en Juin, de venir une semaine complète, pour tenter de rattraper le retard. Le SNCTA, localement et nationalement, a alerté plusieurs fois l’administration sur la situation critique du CRNA-Ouest en ce qui concerne les visites médicales à norme. Bien que, depuis l’été dernier, nous avions réussi à obtenir plus de créneaux, le retard pris nous semble véritablement compliqué à absorber. Quand aux cotés pratiques, le SNCTA a souhaité une attention particulière sur les mesures sanitaires liées aux matériels utilisés (cabine audiogramme , ECG , …)

D’autre part, en nous appuyant sur la recommandation du Recovery Plan d’Eurocontrol de baisser les monitoring values, nous avons souhaité discuter de la pertinence de conserver l’XP duration qui a été mise en place peu de temps avant le confinement. Notre volonté a toujours été et restera de protéger les agents. En effet, la salle de contrôle n’a pas eu le temps de s’approprier ces nouvelles valeurs. Le service décide de conserver cette expérimentation car elle permet une meilleur adéquation entre le nombre d’avion sur le secteur et la courbe affichée. Cependant, une information sera faites auprès de la salle de contrôle, et plus particulièrement envers les CDS et ACDS, pour sensibiliser aux évolutions de la méthode de travail (décision de dégroupement/regroupement) qu’impliquent ce changement à l’aune de la  perte d’expérience liée a la baisse de trafic.

Le CHSCT local du 9 Juin permettra de dresser le bilan de ces mesures et le cas échéant de proposer des inflexions en fonction des consignes qu’elles soient gouvernementales ou de la DSNA mais aussi pour prendre en compte les remarques qui remonteraient de la salle de contrôle.

Le SNCTA n’acceptera pas le maintien des mesures supplémentaires de flexibilité non négociées au delà de la crise.

Quelle sera le bilan de cette crise?

Comme pour le PCA, la section locale SNCTA a su être proactif dans l’établissement du PRA en cherchant à obtenir une certaine visibilité pour les agents tout en répondant aux demandes légitimes de l’administration de pouvoir adapter l’offre à la demande de trafic à venir. C’est pourquoi elle a proposé depuis le début de la crise des TDS évolutifs et capacitif ainsi que les mesures sanitaires de protection afférentes afin de protéger la santé des agents.

Afin d’être le plus agile possible et de répondre à l’intérêt général la section locale SNCTA a su accepter certains fonctionnements inhabituels mais ceux-ci ne peuvent aucunement devenir la nouvelle norme. À ce titre le SNCTA s’inquiète de voir l’administration centrale demander des bilans de toutes les mesures exceptionnelles qui ont été mises en place durant cette crise. Ceci s’ajoute à l’annonce déjà faites de la volonté d’enlever aux ICNA tous leurs JRH (ce qu’on appelle les compensatoires au CRNA-Ouest). Cette mesure vexatoire semble incompréhensible lorsque l’on sait que le nombre de présent en salle de contrôle, même lorsque l’ensemble des droits à absences sont remplis, permettra de répondre largement à la demande. 

Ce CT de printemps marque la reprise de la vie au CRNA/O. Bien que de nombreuses inconnues demeurent, la section locale SNCTA restera attentive à ce que les mesures exceptionnelles qu’elle a accepté lors de cette crise sans précédent restent exceptionnelles. Le SNCTA est conscient que les efforts sont nécessaires cependant certains piliers ne peuvent être balayés sous prétexte de crise sanitaire.

LFRR CDA 10 (0.2 MiB)

Click to share thisClick to share this