Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se connecter Adhérer

Les sections locales

Les sections assurent la vie locale du syndicat. Elles sont l’interlocuteur privilégié des contrôleurs de l’organisme et de l’administration locale. Elles élisent des secrétaires de section et des représentants aux conseils régionaux. Elles participent à la mise en œuvre de la politique du syndicat et en sont le relais local.

0

Flash Info CDG — La formation initiale une nouvelle fois victime du dispositif RO

Le service exploitation avait créé au printemps une « shadow salle IFR » au simulateur, regroupant PC et stagiaires. Avec un trafic faible et des BV bas, un grand nombre de PC pouvait alors y participer.

Avec la remontée du trafic et en prévision des congés d’été, le SNCTA avait alerté du risque que les PC ne puissent plus fournir les effectifs nécessaires au bon fonctionnement de ces simulations sur leurs jours de travail, étant nécessairement sur le TDS.

Les contrôleurs étaient prêts à s’investir au simulateur sur leurs jours de repos mais l’administration a une nouvelle fois nié leur expertise, pourtant évidente, et a refusé de reconnaitre l’activité “simulateur” comme dérogatoire.

Lasse, depuis le début de l’été, la subdivision instruction se retrouve à jongler avec le peu de détachés disponibles pour combler les trous ou à devoir annuler des créneaux de simulateur au détriment de la formation initiale et de l’entrainement des quelques PC présents. L’obstination du service va jusqu’à mettre en péril un stage ARR1 dont les renforts nécessaires ne sont toujours pas pourvus…

Le service montre une nouvelle fois que la formation et le maintien de compétence des contrôleurs ne sont pas sa priorité. Une fois de plus, les impératifs opérationnels se heurtent aux bas calculs politiques de l’administration, qui ne souhaite visiblement pas assainir le climat social de CDG.

LFPG — FI La FI Victime De La RO (0.1 MiB)

0

Flash Info CDG — Fin de l'armement à la pointe, début des problèmes

Après avoir maintenu des BV trop bas tout le mois de juin occasionnant de nombreux dépassements de capacité, le service a décidé de remonter au BV stratégique de 10. C’est le maximum que peut garantir ce tour de service, et pourtant, 2 positions en salle restent structurellement fermées H24.

Suite à la répétition du 14 juillet de ce jour, il a été nécessaire d’ouvrir 12 positions en salle, occasionnant un dépassement du nombre de secteurs ouvrables, malgré l’abattement de capacité de 20% déjà publié par le service, faute d’avoir préparé la reprise.

Après l’avoir méprisée depuis plus d’un an, le service se réfugie derrière la seule expertise des contrôleurs pour espérer faire passer le trafic. Bien trop occupé avec des considérations plus politiques qu’opérationnelles, le service a laissé de nombreuses questions sans réponses et la sécurité est aujourd’hui mise en jeu.

Il reste moins de 48h pour assurer la sécurité du trafic le 14 juillet. Des mesures de gestion de salle assurant le non dépassement des 10 positions ouvrables doivent être actées.
Le TDS n’est pas à la hauteur des enjeux de la reprise. Les dépassements de capacité réguliers inciteront-ils le service à discuter de l’armement en salle d’approche ?

LFPG — FI Fin De L'armement À La Pointe, Début Des Problèmes (0.2 MiB)

0

Flash Info ÉNAC — Réduction du stage ARPT :
 fausse route !

SDRH a présenté une nouvelle mouture du stage ARPT qui le réduit de 4 à 3 semaines. Sous prétexte de difficultés à trouver des centres volontaires, la DSNA choisit la solution de la facilité et propose que la première semaine de ce stage soit faite à l’ÉNAC, en autonomie ou encadrée par l’inspecteur des études, alors que le fondement de ce stage repose sur le contact avec le milieu professionnel en opérationnel !

Si la réduction globale du temps de formation est un objectif louable, la DSNA fait encore fausse route par un choix dégradant la qualité du stage ARPT, pourtant reconnu par tous comme une pierre angulaire de la formation initiale, permettant aux élèves d’acquérir professionnalisme, maturité et confiance en eux. En réduisant la durée passée en centre, elle les priverait d’une partie importante de ces acquis, rendant ainsi plus difficile la suite de leur formation.

Le SNCTA s’est fermement opposé à cette mesure et a obtenu le report d’une promotion de son expérimentation. Ceci doit permettre de prendre en compte ses propositions concernant le manque de disponibilité des équipes de formation dans les centres pour accueillir les élèves, évitant ainsi de dégrader la qualité de leur formation.

Alors que l’objectif de réduction du temps global de formation est largement partagé, la DSNA propose une mesure contre-productive qui va à l’encontre de cet objectif en fragilisant la suite de la formation à l’ÉNAC et en dégradant le niveau de maturité des élèves.
Il est temps de mettre en œuvre de véritables solutions !

FI ÉNAC 2021-07-21 Stage ARPT (0.6 MiB)

0

Tahiti CDA n°6 - Mandat DO au SNA/PF - Proposition du chef SNA, un retour à la raison ?

C’est dans un contexte social particulièrement tendu et éprouvant pour tous les personnels que le chef du SNA/PF a soumis à la concertation des organisations syndicales une proposition de travail dans le cadre du mandat DO. Force est de constater que le chef SNA a pris en compte un certain nombre d’arguments portés par le SNCTA pour la reconnaissance du métier de contrôleur à Tahiti et la consolidation de la structure d’encadrement. Il reste néanmoins encore beaucoup à faire.

Dès le début des travaux, le SNCTA a dénoncé la méthodologie de décompte des mouvements de la DO ainsi que son application à Tahiti. Les discussions n’auront pas été vaines puisque certains aérodromes de la FIR sont dorénavant reconnus comme périphériques et les tours de piste sont enfin décomptés. Le travail demeure cependant incomplet et le SNCTA va poursuivre ses efforts pour que toutes les particularités liées au double organisme de Tahiti soient enfin prises en compte, il en va de la reconnaissance des missions rendues par les contrôleurs et de la fierté d’exercer notre profession.
Au travers de ses « axes de réflexion », le chef SNA avait poussé la provocation à son paroxysme en annonçant l’ouverture d’une seule position de contrôle de 22h à 5h. Après que le SNCTA ait argumenté sans relâche pour faire valoir les enjeux opérationnels et de service public, le chef SNA revoit sa copie et propose qu’en nuit, 2 positions soient ouvertes : l’APP et le CCR EXE, qui resteront dès lors ouvertes H24.
De même, la proposition initiale du SNA concernant la position CCR ORG, dont l’ouverture a été fixée arbitrairement en l’absence de données CARTOUM, était largement insatisfaisante. Sur ce point également, le SNCTA a été entendu puisque le chef SNA a revu à la hausse l’offre d’ouverture de cette position essentielle.
Il reste néanmoins de nombreux travaux à mener pour aboutir à des schémas d’armement réalistes, notamment autour des positions assistant SAR et prévol, pour une gestion efficace et robuste de la sécurité des vols. Après avoir déterminé les nouveaux schémas d’armement, un chantier de grande ampleur concernant l’organisation de travail des contrôleurs devra s’ouvrir, privilégiant les hypothèses de travail en équipe.
Parallèlement à ces réflexions, la structure des subdivisions de la division CA est consolidée et ses missions renforcées. Les arguments du SNCTA ont à nouveau porté puisque le chef SNA acte formellement le maintien de la structure d’encadrement actuelle en quatre subdivisions et annonce la réouverture de l’AVE du poste de chef de subdivision QSS. Ce sont d’excellentes perspectives qui s’ouvrent pour notre organisme afin de mener à bien ses missions et ses projets, et nous veillerons à leur concrétisation.
Par ailleurs, le plan de charge de la division Circulation Aérienne défini dans le document initial fait état d’un sous-dimensionnement évident des effectifs au sein des subdivisions. Dès lors, après avoir sécurisé la structure d’encadrement dans sa globalité, il s’agit maintenant d’adapter la ressource aux besoins identifiés en matière de détachements et d’experts opérationnels.
La section locale SNCTA a travaillé d’arrache-pied pour obtenir ces avancées. Toutefois, il subsiste encore plusieurs points d’achoppement notables.
Au moment où les agents du SNA/PF ont à nouveau fait preuve de professionnalisme et d’efficacité lors de la mission Heifara, et en pleine reprise du trafic, la section locale continue de travailler au rayonnement de la navigation aérienne en Polynésie Française et pour que les missions du centre de contrôle de Tahiti soient toutes prises en compte.

Dans un contexte social des plus tendus, la détermination et le travail de la section locale pour défendre le centre de contrôle de Tahiti et faire valoir ses spécificités semblent porter.
Ainsi, certaines propositions initiales du SNA paraissent revenir vers le chemin de la raison et répondent concrètement aux exigences portées par le SNCTA depuis des semaines.
D’autres, néanmoins, restent inadaptées au contexte opérationnel ainsi qu’aux enjeux de sécurité et de service public.
Le SNCTA reste pleinement mobilisé et attend de pied ferme l’ouverture des négociations.

2021-6-CDA NTAA MandatDO PropositionSNA (69 KiB)

0

CDA COM TS — Le « doublet » de la Vigie trafic de CdG

Vigie Trafic (VT) de CdG connaît un début d’année agité sur le front de l’actualité locale et nationale puisque un « doublet » de projets structurants est susceptible de modifier en profondeur le quotidien des agents : un projet remote annoncé par l’organisme et les impacts du règlement européen associés aux travaux à peine entamés sur la licence ANSO (Air Navigation Service Operator).

La tour Est en remote ? Transparence et confiance exigées !

Le 25 mars 2021, était confirmé aux agents de la VT  que la tour Est, louée à prix d’or (700 000 € par an) à Aéroports de Paris, serait abandonnée par la DSNA, 13 ans seulement après sa mise en service. Sa remplaçante supposée dans 3 ans ? Une « digital advanced tower ». À ce stade, la VT Sud ne serait pas concernée mais il ne faut pas être devin pour comprendre qu’à terme, c’est tout le service qui pourrait basculer en « remote ».

Ces annonces constituent un véritable coup de tonnerre dans le fonctionnement de la VT et donc dans le métier d’agents VT. Si ces derniers ne sont pas opposés à l’évolution de leur métier, la méfiance est présente : de nombreux questionnements se font jour face à un projet vide de concertation qui touchera d’une façon ou d’une autre, la sécurité, la qualité du service rendu et les conditions de vie au travail.

Lors du CT DO du 21 juin 2021, le SNCTA a porté la voix des agents de la VT auprès d’un DO qui indique que le projet sera placé sous l’égide du national :

  • quelle pérennité du service ? Le DO, affirmatif, se veut rassurant : la DSNA avec ce projet d’investissement majeur s’engage à poursuivre son activité ; 
  • comment être des acteurs d’un projet aussi dimensionnant et y être associés ? 
  • quel emplacement pour la VT Est « déportée »(avec quelques craintes à ce sujet) ? 
  • quel matériel implémenté dans un contexte de modernisation difficile pour la DSNA (et avec le souvenir d’une expérimentation peu convaincante en 2014) ? 

Le DO certifie que les personnels seront consultés dès que la faisabilité sera assurée tout en signalant que des surfaces sont déjà réservées au CANA. Dont acte mais pour le SNCTA, il ne s’agira pas de prévoir d’enfermer les agents dans un sous-sol puis se retourner vers eux pour changer uniquement des virgules.

Un projet aussi structurant se construit avec les personnels ou ne se construit pas. Le SNCTA réclame des points d’étape précis, réguliers, vers les personnels de la VT ainsi qu’une écoute et une participation active des agents dans des groupes de travail.

Licence « Apron » et règlement EU : ça patine !

En janvier 2021, le SNCTA avait fait part de sa satisfaction de voir toutes les organisations syndicales accepter de s’engager dans la création d’une licence ad hoc liée aux exigences du règlement EU 2020/1234 censé entrer en vigueur en mars 2022. Cette licence doit  normer des éléments imposés par l’Europe en matière de formation initiale et continue, de compétences linguistiques, de just culture, etc. L’unanimité des OS de janvier s’est envolée dès la première réunion de travail le 5 mai 2021 : désormais seuls le SNCTA et FO s’engagent clairement derrière une licence « Apron » distincte de la licence ANSO.

Le SNCTA le rappelle, cette licence « Apron » devrait se décliner en parallèle de la création d’une licence franco-française, dite « licence ANSO », destinée à valoriser tous les métiers TSEEAC de la DO (information aéronautique ou de vol, conception de procédures, redevances…). Les travaux liés à ANSO ont débuté, sous l’égide du chef des SNAs RP, par une réunion de présentation listant les exigences à définir en matière de domaines d’exercice, de conditions de délivrance et de prorogation, de formation, d’évaluation, de durée de formation, de durée de validité, de formations nécessaires, etc. Un round de bilatérales permettra de préparer la réunion de rentrée. À suivre.

Le SNCTA se place aux côtés des agents de la Vigie Trafic dans un tournant majeur de ce service qui se rapproche toujours plus du service du contrôle aérien.

2021-07-01 CDA 006 COM TS - Le Doublet De La Vigie Trafic De Cdg (0.2 MiB)