Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se connecter Adhérer

Les sections locales

Les sections assurent la vie locale du syndicat. Elles sont l’interlocuteur privilégié des contrôleurs de l’organisme et de l’administration locale. Elles élisent des secrétaires de section et des représentants aux conseils régionaux. Elles participent à la mise en œuvre de la politique du syndicat et en sont le relais local.

0

Flash Info Tahiti - Avis de malaise au SNA/PF

Dans son ambitieux plan de service 2019-2024, le SNA/PF s’engage à renforcer la qualité de vie au travail de ses agents à travers notamment : « une écoute attentive et continue » et « un dialogue social nourri ».

Sur le terrain, la réalité est aux antipodes de cet affichage qui se veut lisse et sans aspérités. La déferlante de longs arrêts maladie qui s’est abattue sur le SNA/PF démontre le niveau de la qualité de vie au travail des agents. Au sein des deux divisions du SNA/PF, le malaise est palpable. En subdivisions comme dans l’opérationnel, à Tahiti comme dans les îles, nombreux sont les agents qui expriment leur démotivation, leur dépit et leurs inquiétudes face au mépris ressenti et aux incertitudes sur l’avenir du SNA/PF. La participation quasi nulle des personnels aux journées « portes ouvertes » pour un dialogue en toute transparence et dans le respect a révélé combien les agents ont peu envie d’échanger avec le chef du SNA/PF.

L’écoute attentive et continue des difficultés exprimées par les agents, exacerbées par les tensions que crée le sous-effectif, a conduit le SNA/PF à saisir l’opportunité de la mise en œuvre des RO pour lancer la révision de nos tours de service et aborder une réflexion au profit d’une organisation en horaires individualisés. Le SNA/PF tente maintenant d’instaurer un échange autour de réflexions opérationnelles instiguées par un mandat DO dont l’opportunisme dans sa rédaction ne peut qu’interpeller au sortir d’une crise sans précédent.

Enfin, le dialogue social est copieusement piétiné par la pression exercée par le SNA/PF, sous couvert de chantage à l’objectif de gestion voulu par la DO. La non ouverture du poste de chef de subdivision QSS et la mise en œuvre d’un objectif de gestion de -3 initial afin de nous « stimuler à travailler », illustrent la qualité du dialogue social au SNA/PF.

Depuis deux ans, chacun a pu constater le changement d’ambiance de travail au SNA/PF. Là où la bonne humeur était la règle règne maintenant une ambiance délétère.  Le SNCTA ne partage pas la même vision des priorités que son encadrement, et a toujours à cœur de rendre un service public de qualité au service de la connectivité des territoires, sereinement.

Flash Info 002 - Avis de malaise au SNA/PF (0.3 MiB)

0

Flash Info CDG — Formation initiale : à défaut de concertations, nos propositions

 

Le SNCTA a toujours été moteur pour réfléchir à l’optimisation de la formation initiale. Bien trop occupé à mettre en place ses RO contre les contrôleurs, le service de CDG fait la sourde oreille depuis déjà un an. Devant tant de mauvaise volonté, le SNCTA a posé de nombreuses questions, toujours restées sans réponse.

 

Les assistants et détachés de la sub INS font au mieux pour relever le défi d’une formation majoritairement réalisée sur simulateur, rendu nécessaire par le faible trafic et mettant en lumière de nouvelles problématiques :

  • l’interdépendance entre la FI et le maintien de compétence des PC
  • la nécessité de disposer de créneaux dédiés à la FI à des fins d’actions formatives spécifiques,
  • la nécessité d’être capable de répartir les créneaux en fonction des qualifs et de la remontée du trafic, si possible sans changer de méthode tous les 2 mois.

Les propositions du SNCTA :

  1. Renforcer la sub INS
    Recruter deux ILLD détachés courts, solliciter les ILF pour soutenir la cadence sur simulateur, notamment cet été, et renforcer le Pôle Outils.
  2. Reconnaitre l’expertise
    Rendre la CFU dérogatoire car les décisions prises sont opposables et le respect du quorum est nécessaire. Rendre les simulations dérogatoires pour les ILF.
  3. Répartition des créneaux de simulations
    Répartition transparente entre FI et FC, adaptabilité au trafic, prévisibilité et jalons pour les QICA.

Alors que le temps de formation a explosé et que le SNCTA demandait l’ouverture d’un espace de concertation il y a déjà 6 mois, le service préfère organiser des points réguliers avec les stagiaires pour faire de l’affichage. En réalité, il abandonne la FI à son sort alors que des solutions existent.

LFPG — FI Formation initiale, à défaut de concertation, nos propositions (0.2 MiB)

0

Déclaration Liminaire du CTS Montpellier du 7 mai 2021

Monsieur le Chef du SNA/SSE, et dans votre ombre, Monsieur le Directeur des Opérations.

Depuis maintenant un an, malgré le contexte sanitaire qui cloue le trafic mondial au sol, Montpellier est porté par une activité école qui ne saurait ralentir : les contrôleurs de Montpellier doivent faire face à un trafic record.

Depuis un an, les contrôleurs montpelliérains s’adaptent comme ils le peuvent et surtout, ne rechignent jamais à la tâche, même avec des gestes barrières pénibles à appliquer sur position, même avec des secteurs surchargés et des taux d’occupation de fréquences importants.

Depuis un an, les contrôleurs de Montpellier ont réfléchi à consolider le centre, à le rendre plus robuste à la typologie de trafic si particulière qui le caractérise. Une AG résolument constructive en a posé les bases, un mandat de la DO publié début mars l’a formalisé et nous nous en sommes réjouis.

Vous nous proposez aujourd’hui, sous couvert de la sécurité, de faire évoluer le tour de service des contrôleurs de Montpellier. Si nous partageons avec vous cette volonté de changement, il est pour nous indispensable de l’ancrer dans une démarche vertueuse de montée en puissance de la capacité du centre afin de répondre aux nouveaux besoins : reprise du trafic commercial et notamment de Transavia, besoins des écoles et des différentes activités de vols à vue évoluant dans nos espaces, et maintient d’un haut niveau de sécurité.

Votre proposition est reçue par les personnels comme une véritable provocation.

Sur la forme d’abord, nous regrettons que les conclusions récentes des groupes de travail composés d’experts locaux ne soient prises en compte, bafouant l’expertise des subdivisions, des contrôleurs et des chefs de tours ayant travaillé à la refonte de notre tour de service.

Sur le fond, vous proposez, la nuit, une mécanique inadaptée de rappel d’un agent en pause afin de traiter de manière sûre un trafic pourtant prévisible et récurrent. Cela reste bien éloigné des notions les plus élémentaires de facteurs humains pour garantir la sécurité du trafic aérien de nuit. La gestion du cœur de nuit, aujourd’hui problématique au vu de la multiplication des vols et de la complexité induite, n’est pas non plus prise en compte malgré nos alertes sauf à demander aux agents de rogner sur leur temps de pause pour potentiellement atteindre 20%, ce qui est inacceptable. Le tour de service que vous présentez, est inadapté au trafic auquel fait face l’Organisme de Contrôle de Montpellier. La dégradation de l’offre par rapport au tour de service actuel, par exemple, entraînera de très importantes restrictions dès 20h00 locales. Nos usagers en seront les premières victimes.

Vous souhaitez aussi restreindre le droit à absence de telle sorte qu’aucune marge de manœuvre ne soit possible, cela impactera fortement et durablement le fonctionnement de nos services. Les droits à absence proposés ne seront pas suffisants pour continuer à mener de front les formations, les groupes de travail actuels et futurs, les commissions nécessaires au bon fonctionnement du centre et permettre aux agents de poser tous les congés, récupérations ou encore JRH auxquels ils ont droit. Vous poussez tous les curseurs de restriction de congés au-delà du raisonnable. Vos agents, pourtant soucieux de rendre le meilleur service de la Navigation Aérienne possible voient leur confiance en leur encadrement se détériorer. Les bonnes relations avec l’encadrement qui prévalaient jusque-là ont laissé place à un climat de défiance. Nous vous demandons de revenir à un niveau de restrictions de droits à congés, de temps de travail, de temps de pause qui soit en accord avec la réglementation et qui présente un nécessaire équilibre social.

Nous pourrions nous entendre sur un changement de tour de service, mais pour cela, il faudrait que le dialogue social en soit réellement un. Réunir des experts à de maintes reprises pour définir notre besoin en armement et construire un tour de service, puis nier les conclusions de leurs travaux, ce n’est pas une preuve de confiance. Maintenir une proposition unilatérale malgré les inquiétudes, les remarques des personnes à qui elle va s’appliquer, ce n’est pas dialoguer. Tenir de nombreuses réunions pour au final maintenir le cap sans jamais altérer sa route, ce n’est pas négocier. Ce que nous vous demandons, c’est de renouer avec le dialogue, de retrouver ce lien de confiance aujourd’hui brisé.

Les contrôleurs de Montpellier sont de grands professionnels qui ne cesseront jamais de faire passer la sécurité des vols au premier plan. Il est encore possible de trouver un accord qui puisse être équilibré sur le plan social, opérationnel et réglementaire. Poursuivons le travail.

 

2021-05-07 LFMT CTS OCM Declaration Liminaire (0.3 MiB)

0

CDA LFEE - Monologue asocial

Trois GT RO, où les organisations syndicales ont été sciemment écartées, se sont succédés.

Bien que finalement, le GT se soit arrêté sur un constat d’échec cinglant, les décisions unilatérales du chef de service exploitation seront néanmoins notifiées aux équipes par l’intermédiaire de deux de leurs chefs d’équipe assignés à comparaitre devant lui. 

De l’utilité du dialogue social

Selon l’Organisation Internationale du Travail, le dialogue social inclut tous types de négociation, de consultation ou simplement d’échange d’informations entre les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs selon des modalités diverses, sur des questions relatives à la politique économique et sociale présentant un intérêt commun. L’objectif principal du dialogue social en tant que tel est d’encourager la formulation d’un consensus entre les principaux acteurs du monde du travail ainsi que leur participation démocratique.

Le SNCTA depuis des décennies fait vivre un dialogue social qui permet une résolution efficace et efficiente des problématiques opérationnelles et sociales majeures, la promotion d’une bonne gouvernance, la stabilisation sociale et le développement économique de la DGAC.

Pour une salle de contrôle, le dialogue social est un bien commun qui a pour ambition de permettre une meilleure cohésion et de développer un sentiment d’appartenance en remettant les contrôleurs au cœur du débat. Pour être à la hauteur des enjeux, Le SNCTA est doté d’une représentativité gagnée dans un processus d’élections démocratiques. Il dispose d’outils et d’instances permettant de passer des accords qu’il peut assumer. Le SNCTA, majoritaire chez les contrôleurs, a la capacité de porter des enjeux ainsi qu’à protéger nos conditions de travail. Enfin, il rend des comptes sur les choix qu’il fait dans l’intérêt de notre profession.

Diviser pour mieux soumettre

Profitant de la pandémie, le service local rémois piétine et humilie les fondements de notre maison commune et compromet dangereusement notre outil de travail. Ces décisions sont bien loin du « dialogue social de qualité » que la DSNA présente au monde extérieur. La séquence de la semaine prochaine s’inscrit dans la lignée du management solitaire en vigueur depuis 13 mois  :

– Convocation des équipes séparées et seulement deux par deux ;

– Isoler pour mieux intimider et éviter les vraies oppositions qu’il esquive depuis un an ;

  • Quelques sujets évoqués rapidement suivis d’une synthèse finale écrite à l’avance qui dira que « la salle » a été entendue pour valider les notes régressives ;
  • Manier le chaud et le froid pour sidérer les gens et montrer qu’il dispose du pouvoir.

Malgré le formidable élan au travers des 150 mails écrits spontanément par les agents, l’échelon central ne veut pas comprendre que ce qui se passe à Reims nous rapproche jour après jour du point de non-retour.

La section SNCTA se tient à disposition de toute personne adhérente ou non, qui, convoquée pour cette séquence de non-dialogue social improvisée par le service aurait besoin d’information ou de soutien.

 

2021-04-30 CDA LFEE Monologue Asocial (0.1 MiB)

0

Flash Info CDG — La DSNA propose, le chef SE ne dispose pas.

Notre chef de service annonce « une mise en œuvre pleine et entière des RO au 1er juin ». Beaucoup d’énergie a été déployée pour compliquer la vie des contrôleurs avec ce dispositif mais il ne semble plus en rester pour gérer le service, aujourd’hui en perdition : la concertation n’existe plus et tous les sujets sont laissés à l’abandon.

Alors que le SNCTA avait toléré une baisse de BV hors cadre au 3ème confinement, il est urgent de respecter les textes, puisque la DSNA considère que la crise est derrière nous. La NDS 41/20 précise que des schémas d’armement doivent être concertés en CT avant de baisser les BV. Ce n’est pas le cas des « schémas » présentés par le service, qui ne respectent pas non plus l’arrêté 2002… Va-t-on encore longtemps renier le dialogue social et les textes qui nous régissent ?

Comment le chef de service espère-t-il répondre à son obligation de proposer des activités aux contrôleurs, quand les seules disponibles sont pleines 2 mois à l’avance et en ignorant l’existence des entretiens professionnels, formation sûreté etc… ?

Jusqu’à quand faudra-t-il attendre pour que les contrôleurs de CDG soient placés en RO sur les vacations élémentaires et non pas, entre autres, sur des plages horaires de plus de 11h ?

Il ne suffit pas de copier-coller le courrier du DSNA au DO.
A l’heure actuelle, il est impossible d’imaginer la mise en œuvre du dispositif RO comme annoncé par le DSNA. Tant que le chef d’organisme n’aura pas résolu tous les problèmes, le SNCTA demande qu’à partir du 1er juin, le service revienne aux BV stratégiques et qu’aucune RO hors site ne soit attribuée.

LFPG — FI RO: Mise en oeuvre pleine et entière (0.1 MiB)