Protocole : des vessies pour des lanternes !

Un protocole qui n’a de social que le nom

Les pouvoirs publics et la DGAC ont réussi, avec le soutien des grandes confédérations syndicales, le tour de force de faire passer un plan de restructuration pour un protocole social. Nul besoin d’avoir un œil averti pour constater que le protocole 2013 n’est rien d’autre qu’un petit plan Transform 2015* élaboré par le ministère pour la DGAC.

Ce qui, pour Air France est annoncé et vécu comme un effort sans précédent, est présenté à la DGAC comme la continuité d’une politique généreuse au bénéfice des agents.

Un vrai tour de passe-passe de notre secrétaire général ; démonstration en 6 points :

  • le protocole 2013, c’est la poursuite de la baisse des effectifs de la DGAC qui atteindra 10 % à son échéance, comme Transform 2015 ;
  • le protocole 2013, c’est la baisse ou la stagnation des investissements, comme Transform 2015 ;
  • le protocole 2013, c’est l’affirmation du gel des salaires, voire de leur baisse en euros constants, par rapport à 2009, comme Transform 2015 ;
  • le protocole 2013, c’est l’augmentation programmée de la productivité, comme Transform 2015 ;
  • le protocole 2013, c’est le regroupement des services, comme Transform 2015 ;
  • le protocole 2013, c’est dégrader le niveau du service offert sur certains segments, comme Transform 2015.

Le propos du SNCTA n’est pas de nier certaines difficultés ou de refuser toute évolution, car des réformes sont nécessaires. Nous voulons seulement briser le mythe d’un accord que certains prétendent social, mais qui n’est, en fait, qu’un plan de restructuration qui n’a même pas le mérite de préparer la navigation aérienne aux défis de demain. Le protocole 2013 obéit à une logique bien différente de celles qui ont permis, jusqu’en 2007, l’élaboration des accords sociaux à la DGAC.

Dans cette nouvelle configuration, le SNCTA tient à rappeler qu’il n’entend participer à aucune discussion concernant les contrôleurs dans le cadre de cet accord. Il s’opposera à toute tentative de mise en œuvre de mesures qui n’auraient pas été préalablement négociées et acceptées par une majorité de représentants des contrôleurs.

Click to share thisClick to share this