Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte
Flux RSS de cette catgorie

Brest — LFRRLe blog de la Section Locale du CRNA Ouest, basé à Brest.

Brest LFRR

0

CT du 17 mars 2016 : Bis repetita

Jeudi 17 mars s’est tenu le CT local du CRNA Ouest devant, entre autre, statuer sur un nouveau tour de service pour l’été 2016. Le SNCTA a eu le sentiment de revivre le CT d’avril 2014, à quelques détails près… Voici donc un compte-rendu rapide des débats.

Déclarations liminaires

Avant l’ouverture du CT, le SNCTA a lu une déclaration liminaire, disponible sur notre site. Un groupe multi-syndical (CFDT, CGT, UNSA) auquel le SNCTA n’avait pas été convié, a fait de même.

Cette intersyndicale a fortement dénoncé le résultat du GT Effectifs du 19 janvier dernier qui octroie 15 affectations au CRNA Ouest. Tout au long de ce CT, le syndicat le plus virulent sur ce point a été l’UNSA-ICNA ; sans doute pour tenter de faire oublier que 15 affectations correspond exactement à ce qu’avait demandé son bureau national (dont le représentant brestois) pour Brest lors du GT Effectifs (et 33 demandé pour Aix !).

Tour de service : le SNCTA garde le même discours

Le service a fait sa proposition de tour de service pour l’été 2016. Celui-ci est quasiment identique à celui de 2014 : vacation interminable de 11 h pour le J2 (demi-équipe de 7 h à 18 h, l’autre de 7 h 30 à 18 h 30), vacation également de 11 h pour le S1 (équipe entière de 9 h à 20 h)…

Le SNCTA, comme en 2014 et en 2015, a de nouveau exprimé clairement sa position : contre tout tour de service plus contraignant pour les agents, tant qu’un accord social national apportant des garanties pour l’avenir et des contreparties sociales n’aura pas été négocié.

Ce qui est nouveau, c’est le discours des autres OS qui semblent (enfin) découvrir que le tour de service proposé est finalement plus difficile pour les agents.

Pour rappel, en 2014, l’administration passait en force un nouveau tour grâce à l’appui de l’ensemble des OS hormis le SNCTA, seul à voter contre.

En 2015, à l’issue des élections professionnelles, l’UNSA rejoignait le SNCTA en votant contre la reconduite du TDS 2014. Une majorité des représentants des personnels votant contre, le chef de centre faisait alors le choix de revenir au tour 2013, soulevant alors l’indignation de la CGT et de la CFDT qui demandaient par tract au chef de centre de passer en force et d’imposer le Tour 2014.

Et cette année, toutes les OS ont voté contre ce tour !

Un nouveau CT sera donc convoqué le 25 mars pour proposer à nouveau ce tour au vote.

Autre point important : le service avait annoncé vouloir mettre en place ce nouveau tour début avril, ce qui signifie des N1 tous les jours (au lieu de VSD sur le tour hiver). La note de service présentée prévoit une application au 28 mars, soit 3 jours après le CT !

Pour le SNCTA, il est inacceptable qu’un agent puisse se retrouver à faire un N1 non prévu avec un préavis aussi court ; le SNCTA demande donc au service de décaler sa mise en service au 18 avril, après les vacances scolaires.

Vacations complémentaires : plus longues et tous les week-ends pendant 5 mois

Les vacations complémentaires sont donc rallongées d’une heure (6 h 30 / 13 h) et concerneront 4 PC tous les VSD, du 15 avril au 18 septembre (donnant droit à dispense soit en N2 soit en N1).

Le SNCTA, la CGT et la CFDT ont voté contre, l’UNSA s’est abstenu, permettant ainsi à l’administration de les mettre en place sans autre concertation.

Détachements 2016 / 2017

Le SNCTA s’est étonné du nombre de postes d’instructeurs demandé par la sub IN. En effet, début 2016, le CRNA compte 25 agents en formation, auxquels il faudra rajouter les agents (peu nombreux) qui arriveront en cours d’année, moins ceux qui seront qualifiés cette année ; soit une trentaine de personnes. La sub IN demandait 10 postes d’instructeurs, soit un instructeur pour 3 instruits (la norme communément admise étant de 1 instructeur pour 6 instruits) !

En période de vaches maigres, ce chiffre nous parait totalement démesuré compte-tenu de la pression actuelle mise sur les contrôleurs de la salle de contrôle.

Le service a alors décidé de descendre à 9 instructeurs.

Pour le SNCTA, un potentiel de 9 instructeurs pour moins de 30 instruits est démesuré. Nous avons voté contre, comme la CGT et l’UNSA. La CFDT s’est abstenue.

Capacités EEE : statu quo

Le service prévoyait de présenter à ce CT une hausse modérée des capas sur les secteurs sud (2 ou 3 avions de plus par heure) ainsi qu’une augmentation à la FIR de la MV, conformément à sa contre-proposition lors du GT ATFCM du 4 mars. Devant le retour de certaines équipes, le service a décidé de retirer sa note et donc de rester aux capacités actuelles.

Le SNCTA s’interroge fortement sur le fonctionnement de ce GT ATFCM. En effet, il est très important que les équipes soient présentes à ce GT ; mais il faudra bien que soient définies des règles précises régissant les changements de capacité.

Le flou actuel crée des tensions qui ne sont pas souhaitables ; la gestion par retour de mail n’est pas satisfaisante vis-à-vis des participants présents au GT.

Le prochain GT du 30 mars sera donc l’occasion d’éclaircir ce point.

En bref…

  • La dotation budgétaire de fonctionnement s’élèvera en 2016 à 2,231M € pour le CRNA Ouest (en augmentation de 1,7 % par rapport à 2015), ce qui correspond aux besoins exprimés. Le chef de centre valide le principe d’un retour des voyages de formation continue, en fonction de la capacité du centre à dégager un budget pour cela ;
  • 4F : le SNCTA réitère sa demande d’une plus grande implication du CRNA Ouest dans les GT 4F afin que les spécificités de notre centre soient prises en compte dans les spécifications de ce futur système. Le service confirme une implication de plus en plus importante de la sub ES sur ce projet.

Le SNCTA s’oppose à nouveau fermement à la volonté de notre administration locale de durcir le Tour de Service actuel au CRNA Ouest.

Il est plus que temps que notre administration centrale prenne conscience qu’elle doit négocier un accord gagnant-gagnant avec les contrôleurs si elle veut pouvoir améliorer sa performance.

Communiqué SNCTA LFRR CDA013 19 03 2016 (0.6 MiB)

0

Déclaration liminaire du CT du 17 mars

Monsieur le chef de centre,

Nous voici à nouveau réunis en CT local afin de discuter de la modification du tour de service en salle de contrôle au CRNA Ouest à l’horizon de l’été 2016.

Le SNCTA a le désagréable sentiment de revivre la même situation qu’en avril 2014.

Si 2 ans après nous nous retrouvons dans cette situation, c’est uniquement parce que nous payons encore aujourd’hui le choix fait en 2013 de valider un protocole duquel les contrôleurs étaient totalement exclus.

Le rapport Vernhes, tant décrié par certains (et même si le SNCTA refuse certaines des mesures envisagées), a au moins le mérite d’établir un constat clair : en 2019, la DSNA comptera 190 ICNA de moins qu’en 2014. Face à la montée du trafic annoncée, les contraintes pesant sur les ICNA seront de plus en plus fortes, tout particulièrement au CRNA Ouest qui devra faire face à une augmentation importante de trafic due à la situation géopolitique au Maghreb et au Moyen Orient cumulée à une baisse de ses effectifs.

Le SNCTA estime que la DSNA doit enfin se donner les moyens de ses ambitions, ce qui passera nécessairement par un accord gagnant-gagnant avec les représentants des ICNA.

Pour le SNCTA, des évolutions ne sont envisageables qu’au sein d’un cadre négocié nationalement. Par conséquent, comme en 2014 et en 2015, le SNCTA votera contre tout tour de service, plus contraignant pour les ICNA en salle de contrôle à Brest, et n’apportant aucune contrepartie aux efforts fournis.

Le SNCTA attend de notre administration une proposition protocolaire V1 bien différente de la V0 avec des réponses concrètes sur l’ensemble de ses revendications (effectifs, organisation du travail, indemnitaire, retraite, prise en compte de l’expertise ICNA…).

Déclaration Liminaire CT Du 17 Mars 2016 (0.4 MiB)

0

EEE : Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup !

Le directeur de programme est venu à la rencontre des OS Bordelaises. Le SNCTA des représentants des sections bordelaise et brestoise) était bien évidemment présent pour cette réunion qui promettait d’être importante, mais qui nous a laissé sur notre faim.

Si quelques annonces satisfaisantes ont pu être faites, il subsiste de trop nombreuses incertitudes.

débuggages à Brest : work in progress

La DTI se félicite de réagir avec rapidité pour corriger les dysfonctionnements qu’elle n’avait pas vu venir.

Version EEE 3.2.3 et STPV V29.2.1 prévues fin février à LFRR pour corriger les bogues les plus importants. En espérant que ces nouvelles versions ne soient pas boguées à leur tour…

Incréments 4.0 et 4.1 : stop à la dérive SVP !

Suite aux nombreux dysfonctionnements découverts à la MESO (mise en service opérationnel) de LFRR, les incréments dérivent. La 4.0 vient donc de glisser à septembre 2016 (livraison centre pour validation), la 4.1 au printemps 2017. Enfin, pour le moment…

Écrans

Concernant les problématiques d’ergonomie, le SNCTA se félicite que cette demande, encore récemment considérée comme un caprice, soit enfin perçue comme un réel besoin.

Afin de répondre aux nombreux retours des contrôleurs sur la persistance d’une gêne visuelle sur les écrans actuels, seront testés à Brest :

  • la possibilité de régler les écrans individuellement (luminosité et contraste) comme c’est le cas sur les écrans BARCO. Mise en service prévu pour avril 2016 ;
  • le retour à une police de 12. Testé avant l’été 2016 ; si les retours sont positifs, le SNCTA exige une mise en service fin juin, dernier délai.

Concernant la taille des écrans, la DTI acte enfin le principe d’une expérimentation dans les mois à venir avec un écran de plus grande taille et de meilleure définition (type 36″ 2K4K présenté au salon de Madrid). Cette étude, menée dans les deux centres, impliquera le plus grand nombre de contrôleurs possible.

Malheureusement, à ce jour, le chef de programme se trouve dans l’incapacité de décliner un calendrier de déploiement final. Celui-ci devra être fixé lors du CODIR ATM national du 1er mars 2016.

Le chef de programme, lors de sa prochaine visite à qu’il nous promet courant mars, devra donc cette fois-ci apporter plus de réponses que de questionnements.L’objectif clair est de clôturer ce dossier avant l’été 2017.

Les sections locales du SNCTA Bretonne et Bordelaise parlent d’une et une seule voix. Nous refusons toute logique de mise en concurrence entre les besoins exprimés, légitimes, raisonnables et connus depuis longtemps. C’est à l’administration de se donner les moyens d’y répondre en respectant les délais.

CDABrestBordeaux01022016 (0.2 MiB)

0

Suite GT effectifs

Conditions de travail dégradées

Absence de recrutement

Toujours plus d’efforts

Vous en avez assez ?

Vous êtes fatigués ?

Vous êtes en colère ?

Alors faites vous entendre !

Tous en grève le 26 janvier

com usac/sncta greve 26/1 (0.1 MiB)

0

Résultats GT effectif

Propositions
SNCTA UNSA CGT Adm.
LFRR 24 15 37 14
LFBB 24 14 12 07
LFEE 24 00 32 16
LFMM 24 33 24 12
LFFF 24 20 32 12
LFPG 24 20 24 18
LFPO 10 08 04 02

Au cours de ce GT effectifs, le SNCTA a refusé de jouer le jeu de l’administration qui consiste, à travers les propositions de chaque OS, à cautionner sa gestion calamiteuse des effectifs à la DGAC.

Le SNCTA ne peut rester sans réaction alors que :

  • aucun plan de recrutement n’est discuté ;
  • aucune revalorisation des salaires et des retraites n’est étudiée ;
  • le décret CIT n’est pas paru dans les termes acceptés par le cabinet pendant la conciliation de juillet 2015.
Pour toutes ces raison, le SNCTA appelle à la grève tous les contrôleurs mardi 26 janvier.

Breizhinfo 23 01 2016 (1.4 MiB)

0

GT effectifs ICNA 2016 : que l’administration prenne ses responsabilités !

Cela fait plusieurs années que la productivité du CRNA-Ouest est très bonne au regard de la moyenne de l’hexagone. Cela fait plusieurs années que les OS alertent l’administration sur les conséquences d’une baisse des effectifs ; l’été 2015 leur a, hélas, donné raison par la quantité catastrophique de délais générés.

L’administration est la seule responsable de cette dégradation de la qualité de service.

Les personnels, eux, ont largement fait les efforts nécessaires. Les indicateurs le prouvent :

  • un I1 à 0,63 en juin et septembre et 0,66 sur les mois d’été !
  • un PR / PD irréprochable approchant les 0,9 !
  • 80 % des régulations posées au taux max ou même au-dessus !
  • de nombreux dépassements du nombre déposé d’UCESO, imposant aux agents de réduire leur temps de pause pour faire face aux pointes de trafic.

Les organisations syndicales représentatives des ICNA du CRNA-Ouest dressent un bilan et une prospective de ce qui pourrait arriver d’ici à fin décembre 2019 (date à laquelle les derniers affectés du GT effectif 2016 devraient être qualifiés) :

Départs
Il y aura 19 départs en retraite en salle de contrôle. Il y aura aussi 4 années de mutation avec une moyenne de 6 par an (moyenne des années précédentes, sachant qu’il y aura 8 départs en retraite dans l’encadrement local, qui ont des chances d’être pourvus par la salle) donc en tout, au minimum 24 ICNA de moins en salle.

Au total, à partir de maintenant, il y a théoriquement 43 personnes qui partiront d’ici 2019.

Arrivées
26 personnes sont en cours de qualification ou bientôt affectées, 4 ont été formées depuis la fin de l’été 2015. 30 ICNA viendront renforcer l’effectif en salle d’ici 2019.

Conclusion
Pour 2019 nous aurons 43 – 30 = 13 PC en moins en salle.

En affectant 13 ressources au GT effectif du 19 janvier, on maintiendrait l’effectif PC d’aujourd’hui, qui, au vu des chiffres de cet été, est déjà bien insuffisant.

Rajoutons à cela une augmentation annoncée de trafic de 4 % pour 2016, une tendance géopolitique pérenne accroissant les flux gérés par le CRNA-O, la création d’une 4ème couche qu’il faudra bien armer, l’accroissement du nombre de détachés pour faire face au déficit d’effectif dans les services, l’impact de l’évolution du trafic océanique (dédoublement des routes océaniques, vols random en augmentation, transats low cost…)

L’administration sait pertinemment qu’une UCESO supplémentaire demande 1 PC en plus par équipe. Pour ne pas reproduire la contre-performance de l’été dernier, il faudrait donc 25 ressources pour augmenter le nombre d’UCESO d’une unité, 37 pour 2, 48 pour 3…

À l’administration centrale d’établir la péréquation entre les ressources humaines et les objectifs de performance du centre.

Pour le CRNA Ouest, pas d’AG, ni de motion pour faire reconnaitre nos besoins : les chiffres factuels suffisent amplement !

GT Effectifs ICNA 2016 Vf (0.3 MiB)

0

Tour de service

À travers ce Breizh info, le bureau de section tient à rappeler à tous (adhérents, non-adhérents, administration) la position défendue par le SNCTA sur une éventuelle évolution du tour de service au CRNA Ouest.

Localement, pour le SNCTA :

  • pas de nouveau tour de service sans un cadrage national pour le négocier ;
  • Priorité en cette fin d’année au basculement sous EEE.
Le SNCTA refusera tout gain de productivité supplémentaire sans contreparties pour les contrôleurs.

Breizh Info 23 11 2015 (0.9 MiB)

0

Communiqué intersyndical

La mise en service de EEE au CRNA-O représente une profonde modification du travail des ICNA et leur demande des efforts conséquents.

Dans ce contexte, il ne nous apparaît pas opportun d’envisager d’autres changements majeurs.

Les contrôleurs ont besoin d’un temps de stabilisation et les propositions faites jusqu’à maintenant en GT GPSC ne le permettent pas.

Nous ne siégerons donc pas au prochain GT GPSC.

Boycott Commun GPSC 02 12 2015 (0.2 MiB)

0

Tour de service à LFRR : le match est lancé !

En GT GPSC le 15 octobre, le chef de service a officiellement annoncé que, au vu des délais au CRNA Ouest cet été, il lançait les travaux sur un nouveau tour de service pour une mise en place au 1er avril 2016. Il nous semble donc indispensable de rappeler à l’administration et aux agents la position du SNCTA sur ce sujet.

Petit rappel historique

Le 25 avril 2014, en CT local, l’administration réussissait le tour de force de faire passer un nouveau Tour de Service plus contraignant, lui permettant ainsi de gagner entre 2 et 4 secteurs supplémentaires le matin, sans aucune contrepartie pour les agents, grâce à la bienveillance de toutes les OS hormis le SNCTA. En effet, seul le SNCTA votait contre avec un discours clair vis-à-vis de notre administration : « Hors de question de valider la moindre dégradation de notre Tour de Service tant que le DSNA refusera d’ouvrir un espace de discussion national. »

Lors des élections professionnelles du 4 décembre 2014, concernant l’organisation du travail, le SNCTA a continué à tenir le même discours, avec un objectif affiché : face à la situation connue de baisse des effectifs (-170 ICNA à l’horizon 2019), il est indispensable de protéger certains fondamentaux pour éviter que l’administration ne nous impose des mesures de flexibilité contraintes et non négociées. Pour rappel, voici ce qu’on pouvait lire sur notre dépliant de campagne :

« Le SNCTA n’envisage aucune négociation sans un certain nombre de garanties indispensables :

  • suspension le temps des négociations, de tout projet local de modification de condition d’emploi des contrôleurs qui ne soit consentie par les intéressés ;
  • diminution de 10 % à 15 % de la durée légale hebdomadaire de travail ;
  • limitation de l’amplitude horaire de vacation à 8 h 30, à l’exception des vacations de nuit ;
  • fonctionnement en équipes et pérennisation de la notion de cycle de travail ;
  • renforcement du rôle des chefs de salle et de tour dans la gestion des effectifs opérationnels ;
  • pérennisation de la notion de un jour sur deux ;
  • pérennisation du nombre actuel de jours de congés ;
  • mise en place d’une gestion pilotée des ressources humaines permettant l’adéquation entre besoins et recrutements. »

C’est sur ce programme que le SNCTA a recueilli 50 % des suffrages chez les ICNA. Désormais, localement, toutes ces revendications deviennent plus que jamais d’actualité. C’est donc dans ce cadre que le SNCTA acceptera de discuter d’une éventuelle modification du Tour de Service actuel.

Quid d’une éventuelle expérimentation ?

Le SNCTA est conscient que la pression du trafic sur certains centres, en particulier Reims et Brest, pourrait pousser les agents à accepter localement des tours de service plus contraignants, et ce sans aucune contrepartie (revalorisation salariale, effectifs, droits à congés, …).

C’est pourquoi le SNCTA a négocié, lors de la mission RP2, la possibilité pour certains centres d’expérimenter des évolutions de gestion RH en définissant un cadre précis.

Il est important de rappeler certains points :

  • l’expérimentation se déroule pendant une période définie, avec une date de début et une date de fin d’expérimentation. Cette expérimentation est d’ailleurs régie par un arrêté spécifique, et ne modifie en aucun cas l’arrêté du 19 novembre 2002 relatif à l’organisation du temps de travail des ICNA ;
  • cette expérimentation doit permettre d’évaluer un nouveau dispositif de 7 jours sur 12 en période de pointe, dans le respect annuel de 1 jour sur 2 (155 vacations de contrôle par an, comme actuellement) ;
  • la durée des vacations est de 8 h 30 maximum, à l’exception, éventuellement, des vacations de nuit ;
  • les vacations complémentaires sont supprimées pendant la période de l’expérimentation ;
  • la gestion des effectifs nécessaires en salle de contrôle est déléguée aux chefs de salle ;
  • le temps de travail est ramené à 42 heures max sur 7 jours glissants (contre 48 h actuellement) ;
  • une valorisation indemnitaire est mise en place durant toute la période de l’expérimentation.

L’expérimentation à Reims cet été : retours positifs

Un comité de suivi composé de représentants des personnels et d’un représentant de chaque équipe avait été constitué à Reims afin de pouvoir se prononcer sur les côtés positifs et négatifs de l’expérimentation menée cet été. Les retours étant largement positifs, le comité de suivi a d’ores et déjà accepté de travailler sur les modalités d’une nouvelle expérimentation pour l’été 2016 (phase 2).

La position du SNCTA sur une éventuelle évolution de notre Tour de Service est parfaitement connue de notre administration. Le SNCTA refusera toute modification du Tour de Service dans le cadre réglementaire actuel si celui-ci est plus contraignant pour les agents.Devant les enjeux de ce changement local annoncé, la section locale du SNCTA informera ses adhérents les 13 et 16 novembre prochains.

Le SNCTA estime qu’il est de son devoir de sécuriser les conditions de travail et d’exiger des contreparties à toute augmentation de productivité.

LFRR CDA 012 — Tour de service : le match est lance ! (0.6 MiB)

0

GrèveS : l'heure du choix !

Face à l’incapacité de notre administration à prendre des décisions et à les assumer, le SNCTA a déposé un préavis de grève les 2 et 3 juillet avec des revendications précises. Le SNCTA exige des réponses,maintenant.

CGT et UNSA-ICNA : le mariage de la carpe et du lapin

La réaction de la CGT et de l’UNSA-ICNA ne s’est pas fait attendre ; ces deux syndicats ont déposé chacun un préavis de grève pour les 30 juin et 1er juillet, soit les 2 jours précédant le préavis du SNCTA. La CGT et l’UNSA-ICNA main dans la main face à un ennemi commun, le SNCTA. Comment expliquer cette alliance autrement ? Car même si l’UNSA-ICNA et la CGT refusent tous deux la possibilité d’un accord ICNA, certaines de leurs revendications nous semblent quelques peu éloignées, voire opposées.

Objectif de la CGT : s’assurer la mainmise sur la DGAC

La CGT refuse en premier lieu qu’un accord puisse être signé en dehors de la représentativité DGAC. La raison en est évidente : elle est le premier syndicat de la DGAC alors qu’elle est très minoritaire au niveau des ICNA (21 %). C’est donc exclusivement une question de pouvoir, ou plus précisément de perte de pouvoir, qui l’amène à refuser tout accord non validé au niveau DGAC. Dans son préavis (qui n’est pas visible sur leur site !) elle écrit : « sous prétexte que le SNCTA, syndicat corporatiste de contrôleurs, n’a pas signé cet accord (le protocole 2013), la DSNA n’a pas jugé utile de mettre en oeuvre les mesures de ce protocole concernant son domaine. » La CGT appelle donc les ICNA à faire grève les 30 juin et 1er juillet afin d’exiger la mise en place des mesures les concernant : la 2e vacation complémentaire et surtout le 1 jour sur 2 en moyenne sur l’année ! On comprend mieux pourquoi ils hésitent à publier leur préavis.

Objectif de l’UNSA-ICNA : … ?

Quant à l’UNSA-ICNA, sa première revendication rejoint celle de la CGT, à savoir le refus de niveaux de validation intermédiaires (accords par corps).

Il est intéressant de se rappeler ce que ce syndicat écrivait il n’y a pas si longtemps : « En demandant qu’une négociation soit lancée vers un accord spécifique ICNA, l’UNSA-ICNA entend replacer les ICNA au cœur de la négociation […] À corps spécifique, revendications spécifiques. Pour l’UNSA-ICNA, la conclusion d’un accord spécifique ICNA permettra à notre corps de faire connaître ses besoins, dans un contexte d’évolution très rapide : évolutions techniques, augmentation prévue du trafic, impact des objectifs fixés par la Commission européenne, etc.  »

Après avoir exigé un accord ICNA en septembre 2013, l’UNSA-ICNA exige donc aujourd’hui le respect des règles protocolaires en vigueur jusqu’à présent à la DGAC, et fait donc ainsi le jeu de la CGT, allié de circonstance pour un front anti-SNCTA !

Mais cette attitude est bien dangereuse, car en déposant son préavis sur les mêmes jours que la CGT, elle appuie de facto les autres revendications du premier syndicat de la DGAC ; en faisant grève les 30 juin et 1er juillet, les ICNA exigent donc du gouvernement l’application du protocole 2013 et donc la mise en place de la 2e vacation complémentaire et surtout du 1 jour sur 2 moyenné !

Objectifs du SNCTA

Aujourd’hui la négociation est bloquée. Pour avoir les moyens de poursuivre son travail, le SNCTA compte une fois de plus sur votre mobilisation :

  • Considérant les attaques incessantes des compagnies aériennes et de la Commission européenne sur les taux de redevances de route ;
  • Considérant la baisse des effectifs et l’augmentation du trafic aérien ;
  • Considérant l’absence d’accord concernant des expérimentations à Reims ;
  • Considérant les nouvelles contraintes pesant sur les licences de contrôle ;
  • Considérant les risques que fait peser le RIFSEEP sur les rémunérations et leurs évolutions ;
  • Considérant la non publication du décret
CIT ;
  • Considérant l’absence de réponse quant à l’âge de départ en retraite des contrôleurs nés entre 1959 et 1964 ;
  • Considérant la dégradation progressive des conditions d’emploi des contrôleurs aériens ;
  • Considérant la faible volonté des pouvoirs publics à négocier ces problématiques !

Le SNCTA appelle tous les contrôleurs a déposer leur micro les 2 et 3 juillet. FO qui partage certaines des revendications du SNCTA dépose également un préavis la même période.

En déposant des préavis par réaction à celui déposé par le SNCTA, l’attitude de ces 2 syndicats ne fait le jeu que du gouvernement et ne profite en aucun cas aux ICNA ! Certaines des attaques auxquelles nous devons faire face aujourd’hui n’apparaissent même pas dans leur préavis respectifs.

Si, faute d’accord, nous devions aller à la grève les 2 et 3 juillet, le gouvernement ferait alors les comptes afin de savoir qui, de la CGT et l’UNSA ICNA ou du SNCTA est capable de mobiliser les contrôleurs. Et donc avec qui elle aura à négocier. a vous de choisir…

Tous en greve les 2 et 3 juillet

Communiqué SNCTA LFRR CDA011 26 06 2015 (0.4 MiB)

Pages:12345678