Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se connecter Adhérer
Flux RSS de cette catgorie

Reims — LFEELe blog de la Section Locale du CRNA Est, basé à Reims.

LFEE-banniere

0

CDA LFEE — L'accélérateur de conflit social

La section locale SNCTA a été interpellée par des adhérents à propos des dernières notes de service, celle annonçant le nouveau TDS et celle régissant la mise en œuvre des ROsim à compter du 5 avril 2021.

Leur question : « Est-ce vous qui avez négocié cela ? »

Cette interrogation légitime nous rappelle qu’un management sain, soucieux de préparer l’avenir avec ses personnels et intéressé par le contrôle aérien devrait travailler avec les OS.

Cadrage ou marchandage ?

Bien loin de ces considérations et depuis le début de la crise sanitaire, le chef de service exploitation n’a de cesse de démanteler progressivement et avec un zèle tout particulier les conditions sociales des personnels. Les buts poursuivis sont incompréhensibles, non opérationnels et probablement personnels.

Dernier exemple en date : l’organisation par le chef SE d’un GT RO en distanciel. Le chef de service marchande, négocie les conditions de travail comme n’importe quel produit :  récup contre temps de travail, package de one-to-one contre demi-récup , un seul chef RH par équipe pour limiter le nombre de récupérations pour le travail effectué…

Le grand marché est ouvert, les promotions sont nombreuses. Faites vos offres !

Le marchand de tapis du service exploitation est là pour compter les recups.

Ces “propositions” ne respectent ni la décision DSNA sur les réserves opérationnelles, ni sa déclinaison locale, pourtant chacune passée en force suite à l’opposition unanime des organisations syndicales.

Ne respectant jamais sa parole, le chef SE à chaque réunion, revient sur les orientations et choix des réunions précédentes, les annule ou les amende, jusqu’à la réunion suivante. Ce petit jeu lui donne l’impression de diriger le CRNA, mais il ne l’assume jamais et se cache derrière des pseudos « cadrages DO ».

Grisé par son sentiment de toute puissance, il annonce aux chefs RH des équipes que les JRE reconduits au CT de décembre disparaîtront avant le mois de mai, et probablement de manière rétroactive. Cet empressement à humilier, lui fait oublier que le CT actant toutes ces décisions n’est même pas encore convoqué.

Pour le SNCTA, ces agissements décrédibilisent la parole de l’échelon central et anéantissent toute confiance des Rémois envers leur encadrement, ce qui entravera la reprise de trafic qui est proche.

Comment a-t-on pu en arriver là ?

Le contexte COVID a permis l’émergence de cette gestion délétère ouvrant la voie à des penchants non mesurés ni contrôlés. Il est effectivement plus facile de casser les personnels et d’exercer un management violent caché derrière son écran d’ordinateur coupé de la réalité, dans un environnement distanciel.

La seule réalité qu’on peut lui concéder est de générer au CRNA Est un conflit social de grande ampleur, qui s’exprime pour l’instant dans les boites mails car, situation sanitaire oblige, c’est un conflit confiné.

En effet, depuis 48 heures, un mouvement inédit et spontané d’expression de la salle de contrôle montre à quel point le divorce entre les contrôleurs et le service exploitation est consommé. Plus de 130 personnes à cette heure, et les mails arrivent encore, ont ressenti le besoin de signaler ce mal être qui pèse sur nous tous. La reprise du trafic qui elle, sera bien réelle, mettra au grand jour l’impréparation du centre à faire face et montrera le temps perdu par le management.

Le CRNA Est mérite mieux que la brutalité, la soumission et l’humiliation.

Au sortir de la crise sanitaire qui a irrité les esprits et usé les nerfs des uns et des autres, les personnels de ce centre, qui aspirent à certaines valeurs, n’accepteront pas de s’engager dans une reprise du trafic accompagnés par un encadrement qui piétine le dialogue social comme jamais personne n’avait osé le faire.

Parce qu’il ne suffit pas d’occuper un fauteuil et de prononcer quelques anglicismes pour être un vrai manager, la salle de Reims réclame un chef SE qui ne cherche pas à détruire, mais plutôt à construire.

Le SNCTA estime qu’il est encore temps de rattraper les errements de l’année écoulée, notre administration doit réfléchir à la reprise de trafic.

Les Rémois attendent un signal fort d’apaisement qui ramènera la sérénité nécessaire pour que le trafic puisse passer dans nos secteurs le moment venu.

2021-04-08 CDA LFEE Accelerateur De Conflit (0.1 MiB)

0

FI LFEE - Les entretiens professionnels au pays des RO

La campagne d’entretiens professionnels des agents du CRNA Est est lancée.
Dans un monde sans RO ni compte-temps, ces entretiens étaient réalisés, hors de tout cadre légal, par nos chefs d’équipe qui s’acquittaient de cette charge supplémentaire sur leur temps de travail ou de pause. Le dimensionnement au plus juste des équipes par un besoin en vacations obscur n’est plus compatible avec la réalisation de cette tâche.

La loi statutaire sur la Fonction publique d’État dispose clairement que ces entretiens doivent être menés par le supérieur hiérarchique direct. Les chefs d’équipe n’ont pas cette qualité envers les contrôleurs qu’ils évaluent. Cette mission revient au chef de subdivision contrôle.

Le SNCTA appelle donc les chefs d’équipe à se rapprocher de cette dernière pour qu’elle propose un créneau pour tous les contrôleurs afin de réaliser leur évaluation professionnelle, étant précisé que l’évalué doit être régulièrement convoqué. Dans le cas où l’entretien interviendrait en dehors de la vacation de contrôle, le contrôleur évalué doit bénéficier d’une récupération.

De manière facultative, pour les chefs d’équipe évaluateurs et les contrôleurs évalués qui souhaitent continuer à décharger la subdivision contrôle d’un travail qu’elle doit légalement assurer, le SNCTA revendique :

  • Une journée de formation des chefs d’équipe volontaires au nouveau logiciel d’entretien dématérialisé ESTEVE ;
  • Que les chefs d’équipe réalisent systématiquement leurs entretiens en RO site ;
  • Que le contrôleur soit évalué sur une journée de RO site dédiée.

Les entretiens professionnels doivent être réalisés sur du temps de travail dédié.

La consigne DSNA et la note de service locale relatives à la mise en place des réserves opérationnelles et du compte-temps doivent aussi sur ce point être appliquées par le service, et pas seulement quand cela l’arrange.

2021-04-05 FI LFEE RO Et Entretiens Professionnels (0.6 MiB)

0

CDA LFEE — 10 ans de plus à Reims

Les GT Effectif et GS 32h ont eu lieu le 22 mars après deux reports. Les choix assumés de la DSNA de réduire drastiquement la mobilité anéantissent des années d’efforts commun de répartition équitable de la baisse des effectifs entre centres… dus aux sous-recrutements de la crise de 2008 ! Ce bis repetita est inexcusable. Le SNCTA n’a pas été écouté et a quitté le GT Effectif. Les Rémois sont floués.

Empêchés de partir UFN

À peine 12 AVE sont attribués aux CRNA du Sud en 2021 et cette tendance inacceptable est appelée à durer en 2022 et 2023. Le GS 32h affecte des sorties ÉNAC plutôt que des AVE dans les approches attractives. Nice par exemple, n’a pas proposé de postes PC depuis 2016 !

Ces maigres ressources proposées en CDM seront en partie préemptées par les priorités légales qui sans le contrôle de la CAP, sont appliquées par SDRH avec de bien mauvaises intentions !

Autre surprise désagréable : constater via Legifrance que les recrutements de contrôleurs aériens sont révisés à un niveau famélique : 16 places offertes par le concours externe alors que ces ressources ne seront pas opérationnelles avant 2026. Conséquence, lorsque seront étudiées leurs affectations en centres lors du GT Effectif 2024, quasi aucune place en mutation ne devrai—t être proposée pour compenser. Les départs massifs en retraite des générations 1970 et plus, à horizon 2029 ne sont pas non plus anticipés.

Le CRNA Est : une affectation subie

Indéniablement, Reims est le centre de début de carrière par excellence : affectés jusqu’à 10 par promotion, personne ne peut arguer que tous ces élèves-contrôleurs choisissent réellement ce centre.

La mobilité divisée par trois, c’est un temps d’attente multiplié d’autant.

Le départ moyen en mutation vers l’affectation de son choix s’effectuait déjà autour de 12 ans après l’acquisition de la mention d’unité. Visiblement, ce n’est pas suffisant pour nos encadrants encouragés eux, à muter tous les 3 ans !

L’inattractivité renforcée par les comportements locaux

Agir sur l’attractivité et la fidélisation des centres du Nord reste le seul moyen pour que les contrôleurs qui y sont affectés consentent à retarder leur projet de mobilité et à maintenir leur investissement dans les projets et la vie de leur centre. Cette reconnaissance écrite était l’un des rares motifs de satisfaction de la V0 de feu le protocole.

Pourtant, l’attractivité du CRNA Est sombre avec les comportements autoritaires de l’encadrement local. Toutes les atteintes aux conditions de travail sont autant d’incitations à quitter le centre coûte que coûte, même avec moins de postes opérationnels disponibles. La DSNA sera perdante sur tous les tableaux et ratera une fois de plus, son rendez-vous avec la reprise !

La gestion décomplexée de la DSNA agite dangereusement une nouvelle allumette au dessus du ciel rémois où des barils de poudre ont déjà été savamment entreposés par des politiques verticales appliquées avec excès de zèle par l’encadrement local.

La mobilité est un contrat social intangible. Sans elle, pas de reprise possible.

2021-03-31 CDA LFEE 10 Ans De Plus À Reims (0.1 MiB)

0

FI LFEE — RO : Temps de préparation et compte rendu

La consigne nationale sur ce point est claire :
le temps de préparation et de compte-rendu de chaque réunion le nécessitant doit être crédité dans le compte-temps.

N’en déplaise au chef de service exploitation,
une réunion CE ne se limite pas à écouter religieusement sa parole sacrée.

Une telle réunion nécessite :
a priori, une concertation du CE avec son équipe ;
et a posteriori, un retour de sa part vers l’équipe.

Le SNCTA demande que les réunions chefs d’équipe donnent systématiquement lieu à l’attribution d’un temps de préparation et de compte-rendu équivalent à la durée de la réunion.

Le SNCTA appelle les chefs d’équipe en début de réunion le 23 mars, à exiger du chef de service exploitation cette reconnaissance légitime.

2021-03-22 FI LFEE RO Et Temps De Préparation-compte Rendu (1.0 MiB)

0

FI LFEE RO : one-to-one, collateral damage

Les immersions qui comptaient pour 2/3 d’un PIFA ont été suspendues pour raisons sanitaires et cette suspension est malheureusement appelée à durer pour des considérations budgétaires. Alors que les besoins en formation en langue anglaise sont immenses, le chef de service exploitation donne l’ordre aux lecteurs d’anglais de cesser les one-to-one. La raison ? Des contrôleurs ont demandé au service RH d’appliquer la note RO !

Sur ce point, les dispositions de la consigne DSNA sur les réserves opérationnelle, reprises dans la note de service locale, sont pourtant limpides, toute « activité d’une durée inférieure ou égale à 4,5 heures réalisée sur une journée où le contrôleur était normalement de repos » crédite le contrôleur d’une demi-récupération.

Visiblement insatisfait d’un concept qu’il a pourtant lui-même inspiré, le chef de service exploitation s’est livré lors du premier GT RO à un marchandage de tapis indigne. Il a proposé aux participants de rétablir les one-to-one contre le « deal » suivant : 5 one-to-one contre une demi-récupération !

Cette proposition est triplement dérangeante :

    1. L’organisation du travail relève du dialogue social et des représentants du personnel ;
    2. La consigne RO valorise 1/2 récupération, chaque activité inférieure à 4h30 ;
    3. 5 heures d’une seule activité doit être valorisé une récupération entière.

Il existe un principe de base, l’administration doit respecter les règles qu’elle édicte ! Le SNCTA rappelle que la DSNA a décidé seule de supprimer le forfait VRO ; seule de mettre en place le système de crédit-débit du compte-temps ; seule de valoriser toute activité inférieure à 4h30, 0,5 récupération.

Jouer avec la mention linguistique des contrôleurs, c’est jouer avec leur outil de travail.

Le SNCTA appelle à l’offre d’anglais la plus large possible et enjoint le service à rétablir au plus vite les one-to-one qui sont un dispositif indispensable. La SNCTA demandera en CT local, un point sur les mentions linguistiques des contrôleurs.

2021-03-18 FI LFEE RO One-to-one, Collateral Damage (2.0 MiB)

0

FI LFEE : RO et expertise contrôle

Le service invente les réunions 4-Flight sans expertise contrôleur !

Pourtant, la consigne nationale est claire : toute activité faisant intervenir l’expertise contrôleur doit être dérogatoire du compte-temps. Si elle ne l’est pas, c’est que le service considère que votre expertise n’est pas requise.

Le SNCTA estime au contraire qu’une transformation électronique ne peut réussir sans l’expertise contrôleur. Il demande que toute activité en lien avec 4-Flight soit systématiquement dérogatoire du compte-temps.

Sans cette reconnaissance basique, la participation des opérationnels à ces réunions est-elle utile ?

2021-03-10 FI LFEE RO Et Expertise Contrôle (1.0 MiB)

0

CDA LFEE - GT Effectif 2021

Le prochain GT Effectif approche et comme chaque année, les vieilles rengaines reviennent : bouchon à l’instruction, temps de qualification qui exploserait, crainte de trop de départs en mutation… Le SNCTA rétablit quelques faits.

Le bouchon n’a pas eu lieu

Une seule promotion a été affectée en centre en 2020. SDRH pariait sur un bouchon de la formation à Reims et projetait de n’affecter aucune sortie ÉNAC. L’action du SNCTA a permis de sauver 6 ressources. Les résultats lui ont donné raison.

Les contrôleurs rémois se sont adaptés à la situation. Le trafic réel étant moins souvent significatif, les ISP se sont appropriés des simulateurs dès le mois de mai 2020 et pour assurer un fonctionnement étendu de cet outil aujourd’hui indispensable à la formation initiale, ils se sont auto-formés à la fonction de pilote écho-radar. Avant que la note punitive des réserves opérationnelles s’applique, les simulateurs tournaient 18 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Bilan, le CRNA Est compte 17 nouvelles mentions d’unité depuis mai 2020. Une douzaine supplémentaire est prévue avant la fin de l’année 2021. Un nouveau record à la baisse du temps de qualification a été établi : la moyenne est descendue à 39 mois, malgré la parenthèse forcée de 2 mois.

L’idéologie dessert la formation

Pourtant, le service exploitation a décidé, seul une fois de plus, de mettre en place les RO de simus les plus rigides de la DSNA. Ces journées ne répondent pas à la problématique de la formation initiale mais à une volonté idéologique de rappeler les PC sur la plage horaire la plus étendue possible en remplissant les trous par des formations e-learning sorties du chapeau. Par l’utilisation rigide des RO sites, il dégrade sciemment le fonctionnement agile des simulateurs que les équipes avaient mis en place. Le SNCTA n’acceptera pas que les indicateurs de formation se dégradent et en tirera toutes les conséquences si cela se vérifie.

Recrutements 2021

Les erreurs de jugement du service exploitation ne doivent toutefois pas priver les Rémois de nouvelles ressources. Le CRNA Est ne peut accepter un gouffre de qualification à l’horizon 2023-24. Les AVE ne sont que très rarement pourvus. Le nombre de nouveaux PC est quasi-exclusivement pilotable par de nouvelles sorties ÉNAC.

Si l’on sent la DSNA tentée de couper le flux des AVE Nord-Sud, les dernières campagnes de mobilité ont démontré que les Rémois partent vers tous les horizons. Ce n’est pas en verrouillant tel ou tel centre attractif, que les mutations s’arrêteront. Les futurs départs de nos collègues et la remontée des effectifs opérationnels doivent donc être anticipés.

Si beaucoup l’oublient, le volontarisme et le professionnalisme des équipes ont permis d’absorber le déficit de qualifications. Quand l’objectif est partagé et compris, les contrôleurs savent s’organiser. Après la mise en pause de la notion de fidélisation, tout stratagème visant à réduire voire bloquer les mutations de Reims serait une nouvelle trahison sociale de la DSNA envers les Rémois. L’effort de recrutement doit être maintenu.

2021-03-04 CDA LFEE GT Effectif 2021 (0.1 MiB)

0

FI LFEE - RO : La formation initiale n'est pas la priorité du service

Les demandes du SNCTA en CT étaient raisonnables : accorder prioritairement et systématiquement aux équipes au moins une branche du simulateur ELECTRA en semaine, et de permettre un accès libre les soirs et week-ends. Après des heures de débat, la seule justification du refus du service a tenu en deux mots : « arbitrage national ».

La situation plaidait pourtant pour une adaptation du dispositif RO au CRNA Est. 16 contrôleurs ont été qualifiés en 2020, malgré la crise sanitaire. Cette performance n’a été possible que grâce au sens des responsabilités et au dévouement des équipes qui se sont investies sur le simulateur d’une manière inédite.

Le simulateur tourne à plein régime, tôt le matin jusqu’à tard le soir, parfois avec le concours de contrôleurs autoformés à la fonction de pilote écho-radar. Les retards de qualifications du premier confinement ont ainsi été résorbés ! Au final, ces efforts auront permis un gain de 8 ressources opérationnelles net en 2020. La remontée des effectifs opérationnels devrait être un objectif partagé par le service. Il est désormais clair que non.

De toute évidence, la charge de formation des équipes et le trafic hivernal confiné ne permettent pas d’offrir des situations d’entraînement suffisantes pour progresser. L’utilisation du simulateur est indispensable. Le SNCTA exige que des RO « site » sur simulateur soient systématiquement proposées, et en nombre suffisant. Au lieu de cela, si le service venait à dégrader sciemment la formation initiale, il devra rendre des comptes !

La spécificité rémoise en matière d’instruction n’est pas reconnue. Idéologiquement, le service pour garder la main sur tout, préfère priver les opérationnels de l’accès libre à un outil qui a fait ses preuves.
Voilà une nouvelle mise en évidence que la vocation première des réserves opérationnelles est de générer une flexibilité bien opportuniste mais très court-termiste !

 

2021-02-03 FI LFEE - RO Instruction (0.7 MiB)

0

FI LFEE - RO Hors site - Procédure de Rappel

A compter du 17/02/2021, malgré l’opposition unanime des organisations syndicales, les Réserves Opérationnelles seront mises en place à Reims. Celles ci peuvent être sur site ou hors site. Les agents en RO hors site sont rappelables le jour J pour effectuer une vacation de contrôle prévue au tour de service 1h30 avant et jusqu’à 3h après le début de celle ci.

Ce rappel doit se faire via un TELEPHONE DE FONCTION fourni en prévision, PAR LE SERVICE, à chaque agent placé en RO hors site. Pour le SNCTA son absence implique l’impossibilité pour un agent d’être placé en RO hors site !

Les numéros de téléphones personnels transmis dans le cadre de l’annuaire Rvro ne peuvent légalement être utilisés afin de rappeler des agents en RO hors site. Le service exploitation vient de faire distribuer une «Autorisation de la collecte des données personnelles». Sachez que rien ne vous oblige à la remplir et la rendre !

Il n’existe aucune obligation légale pour un salarié du secteur public (ou privé) de fournir un numéro de téléphone personnel ou fixe à son employeur. Un agent qui n’est pas considéré en temps de travail effectif, a droit au respect de sa vie privée et dispose du droit à ne pas être dérangé par son employeur sur son temps de repos.

Pour le SNCTA, la mise en place des RO et du compte temps marque la fin de collaboration active et volontaire des agents avec l’administration qui profite d’un contexte économique exceptionnel pour leur imposer des mesures oppressives et inefficaces. Le SNCTA veillera plus que jamais à ce que soient protégés les droits et les conditions de travail des contrôleurs aériens.

FI Rappel RO (0.3 MiB)

 

0

FI LFEE RO - Tout va bien, rien n'est prêt

Les réserves opérationnelles s’appliqueront donc de force, malgré l’opposition unanime des syndicats en CT DSNA après un report et deux votes unanimes CONTRE, et en CT local après un report, un boycott et un vote unanime CONTRE.
Dès le 17 février, les réserves opérationnelles exceptionnelles cesseront et le compte-temps s’imposera à tous les PC de la salle. Ainsi chaque RO « hors site » sans rappel fera l’objet d’un débit de 0,5 récupération. Chaque agent placé en RO « site » effectuera une formation (stage, simus…) compris à l’intérieur de sa vacation initiale sans que le compte-temps ne soit affecté.
Mais rien n’est prêt !
Maigre inflexion d’une note où les contraintes sont à sens-unique, le service a l’obligation de fournir à J-45, la liste des formations compatibles avec la RO « site ». Alors que ce délai est déjà largement excédé, aucune formation de ce type n’a été proposée aux équipes. Les formations de reprise au trafic, ou les journées d’anglais proposées sur OLAF par exemple, entrent dans le droit d’absence et ne sont donc pas compatibles avec la RO. Les équipes attendent la liste des activités compatibles avec la RO « site » pour pouvoir s’organiser !

Une disposition transitoire doit s’appliquer pour ne pas prélever 0,5 récupération tant que le service ne remplit pas ses obligations. Les formations qui peuvent être compatibles doivent être adaptées sans tarder et les créneaux de simus concédés, proposés aux équipes. Le SNCTA ne tolérera pas que l’on impose dans un mois, des récupérations négatives à la pelle alors que le service n’a pas travaillé. À moins que cela ne soit le but ?

2021-01-18 FI LFEE RO - Tout Va Bien, Rien N'est Prêt (0.7 MiB)

Pages:12345678