Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se connecter Adhérer
Flux RSS de cette catgorie

Reims — LFEELe blog de la Section Locale du CRNA Est, basé à Reims.

LFEE-banniere

0

LFEE - Communiqué de Section

La section regrette le report du comité technique du 29 novembre qui aurait pour une fois, permis de définir une organisation du travail anticipée et d’offrir une visibilité aux personnels.

La section donne mandat au bureau de section de poursuivre les négociations pour la mise en place d’une expérimentation du travail adaptée à la transformation électronique et à la mise en service opérationnelle de 4-Flight.

Cependant, la section considère que l’annulation du comité technique est un signal inquiétant. Elle appelle la DO échelon central à s’abstenir d’interférer dans le processus en cours avec le service.

La sécurisation des paramètres locaux qui ne relèvent pas expressément de l’expérimentation constitue une condition de l’acceptabilité sociale du dispositif. Leur remise en cause à cinq mois d’une échéance majeure serait considérée comme une provocation. La DO/EC doit comprendre qu’il lui sera impossible de pouvoir cumuler expérimentation RH et resserrement des contraintes.

L’hyper-centralisme et l’isolement de la DO/EC depuis un an ont de nombreuses fois déjà, montré leurs limites. Persévérer dans cette voie est une erreur. Si la DO/EC ne s’inscrit pas dans une démarche de négociation constructive, elle devra s’attendre à passer une MESO et l’été qui suit dans des conditions catastrophiques. La section considère que les personnels de la salle de contrôle sont aussi prêts à cette éventualité, surtout après les séquences fâcheuses de l’année écoulée : réserves opérationnelles, note de calcul des JRH, vacations complémentaires, tournée du DO dans les centres (la liste n’est pas exhaustive).

Les compagnies aériennes et nos partenaires européens doivent néanmoins avoir l’assurance que les contrôleurs du CRNA Est sont entièrement mobilisés pour réussir leur transformation électronique. La section considère qu’ils sont aussi sensibles de pouvoir offrir plus de robustesse à leur organisation du travail pour amoindrir les répercussions de la mise en service de 4-Flight sur l’écoulement du trafic.

Si les conditions sont réunies, la section accompagnera la mise en place d’une organisation du travail expérimentale la plus opérationnellement adaptée et la plus socialement acceptable pour les contrôleurs. Mais elle avertit fermement que toute remise en cause unilatérale du DO ou de sa garde rapprochée leur feront assumer cet échec auprès des opérateurs extérieurs. L’heure tourne.

Adopté à l’unanimité

0

Flash Info LFEE – Full Datalink et Papier Crayon : Le CARP et le Lapin

Après une formation sommaire sous la forme d’un briefing obligatoire, l’application D-CARP qui permet d’envoyer des clairances électroniques en Datalink, va être déployée sur ODS, jeudi 21 octobre au CRNA Est.

Cette mise en service est uniquement guidée par la crainte d’une sanction financière exorbitante (qui pourrait aller jusqu’à 100 millions d’euros), résultat d’une procédure en manquement à la règlementation européenne, initiée par la Commission à l’encontre de la DSNA.

Les fonctionnalités du FOC Datalink (full operating capabilities) semblent indispensables en environnement électronique. Elles soulèvent en revanche de nombreuses interrogations en environnement papier. Le SNCTA alerte régulièrement sur les problèmes de sécurité liés à la double-saisie : clics souris + transcriptions sur le strip.

Les dernières anomalies détectées et les patchs méthodologiques préconisés pour les contourner, confirment que les considérations opérationnelles ne sont pas une priorité. Les contrôleurs n’ont pas à compenser la faiblesse technique de l’outil. La DSNA doit proposer une amélioration technique pour les dernières anomalies détectées.

Le SNCTA appelle les contrôleurs à la plus grande vigilance quant à l’utilisation du Full Datalink.

Le SNCTA regrette à 6 mois de la MESO 4-Flight que des ressources à la DTI et dans le centre ont été gâchées pour mettre en place un outil inabouti sur une interface obsolète.

2021-10-19 FI LFEE CARP (0.7 MiB)

0

LFEE – Déclaration liminaire SNCTA au CT du 07/10/2021

Monsieur le président du comité technique,

Bien que l’ordre du jour de ce CT soit uniquement destiné au service technique, le SNCTA se doit de vous alerter sur l’état catastrophique de la filière contrôle dans le
centre.

Nos 3 pages de questions diverses soulignent que le CRNA Est a été laissé à l’abandon ces 18 derniers mois par un management plus intéressé à compter les demi-récupérations et raboter le besoin en vacations qu’à préparer les dossiers structurants du centre.

La direction des opérations a fait cette année le pari du virus contre la reprise du trafic et n’a préparé aucune mesure de protection ATFCM. Au plus fort de l’été et en
responsabilité, les contrôleurs ont rattrapé une partie de ces manquements en acceptant une troisième fois de mettre en place en urgence, une organisation de travail
expérimentale qui a permis d’éviter le pire.

La transformation électronique d’un centre en sous-effectif chronique se prépare ! Mais alors que les prévisions de trafic promettent un hiver difficile, la direction des opérations continue de minimiser le besoin.

À 6 mois de la date théorique de mise en service opérationnelle de 4-Flight, les contrôleurs sont toujours dans l’incertitude sur de trop nombreux sujets, parmi lesquels :

  • L’organisation du travail en novembre-décembre ;
  • La mise en place des outils de gestion de salle ;
  • L’organisation du travail début 2022 ;
  • La gestion ATFCM du flux ski ;
  • L’organisation du travail post-MESO ;
  • La gestion ATFCM de la transformation ;
  • La planification des derniers blocs de transformation ;
  • La sécurisation des instructeurs 4-Flight ;
  • Le plan d’action pour absorber la charge considérable de formation initiale en subdivision après la MESO.

Votre initiative de rétablir un dialogue entre les contrôleurs et l’encadrement du centre ainsi que le remaniement en profondeur de la consigne nationale sur les réserves
opérationnelles suite à la prise de fonction du nouveau DSNA sont autant de pas dans la bonne direction, mais ne peuvent à eux seuls combler le retard accumulé.

Les contrôleurs ne compenseront pas indéfiniment et à la dernière minute les carences de leur administration. Il est grand temps monsieur le président, d’organiser aussi la filière contrôle.

2021-10-07 Déclaration Liminaire (85 KiB)

0

Flash Info LFEE - Orages prévus, RO maintenues

Les contrôleurs rémois font face depuis plusieurs semaines à une augmentation à deux chiffres du trafic. Pourtant, le service exploitation continue de distribuer des réserves opérationnelles. Ce dimensionnement au plus juste ne permet aucune marge, le moindre évènement peut facilement désorganiser la gestion de la salle.

Ce dimanche 20 juin, alors même que Météo France émettait une vigilance orange alerte orage depuis plusieurs jours, le service exploitation n’anticipait rien et maintenait trois personnes en réserve opérationnelle sur site. Le SNCTA dénonce cette gestion idéologique qui préfère se priver de renforts en salle alors qu’un évènement pouvant mettre en jeu la sécurité des usagers était identifié. À titre d’exemple, même la ville de Reims avait pris l’initiative de fermer tous les parcs de la ville…

Les contrôleurs de réserve opérationnelle ne sont pas des secours chauds ! Le délai de rappel après 30 minutes de pause des RO sites ne permet pas de couvrir un dépassement d’UCESO et faute de téléphone d’astreinte, les RO hors site ne peuvent être contactées.

La non-gestion de ce week-end d’orage par le service exploitation, en déléguant toute la responsabilité de ce genre d’événement au CDS faute d’anticipation, illustre une nouvelle fois toute la médiocrité du dispositif des réserves « opérationnelles ». Il contraint les CDS, ACDS et PC à gérer l’imprévu dans l’urgence, et engendre une dégradation de la sécurité indigne des exigences des usagers.

Le SNCTA exige qu’aucune RO ne soit attribuée pendant l’ensemble de la période de charge, pour permettre une gestion de la salle de contrôle la moins dégradée possible.
Le SNCTA rappelle au service exploitation que sa mission première est de protéger ses personnels et d’assurer la sécurité des usagers. Il demandera en CT local que le service se justifie de sa gestion chaotique et s’assurera que les nombreuses FNE soient traitées avec la plus grande attention.

2021-06-23 FI LFEE Orages Prévus, RO Maintenues (0.6 MiB)

0

Flash Info LFEE - Vacations complémentaires : la provocation permanente

Le DO et ses sbires*, trop occupés à anéantir le dialogue social et à faire la chasse aux demi-récups ces 12 derniers mois, n’ont pas anticipé la remontée du trafic tant ils n’y croyaient pas. Aujourd’hui, la reprise est là et ils font payer leur grossière erreur d’analyse aux utilisateurs, accusant des délais dès les premiers jours.

Contraints d’agir dans l’urgence après avoir fait échouer les négociations sur la mutualisation des expérimentations, la DO échelon central et le service exploitation imposent le retour d’un dispositif suranné, rejeté et imprévisible pour les agents : les vacations complémentaires.

Les vacations complémentaires font augmenter la durée hebdomadaire  de travail effectif jusque 48 heures. Elles nient l’impact de la fatigue et ses conséquences sur la sécurité des vols. Alors que les contrôleurs font face à une augmentation aussi vive qu’erratique, imposer ce mécanisme constitue une faute lourde.

Le service compte niaisement sur la bonne volonté des contrôleurs, qu’il brutalisait encore hier, en leur proposant des recyclages volontaires. Il fallait y penser avant !

*sbire : déf. :  homme de main, individu chargé d’exécuter certaines basses besognes.

Le SNCTA s’oppose à toute flexibilité non négociée. Il appelle le service, dans son propre intérêt, à retirer toutes les vacations complémentaires de cet été.

Sans quoi, la DO risquera pour la première fois depuis la crise, de justifier les conséquences de sa politique désastreuse face aux opérateurs extérieurs.

FI LFEE - Vacations Complémentaires 07-06-2021 (0.6 MiB)

0

Flash Info LFEE - Papier et crayon vs SINAPS

La section locale s’associe au mouvement des ACDS et CDS rémois réclamant du matériel innovant d’assistance à la gestion de la salle. Le SNCTA demande que SINAPS logiciel développé et utilisé avec succès dans d’autres centres soit déployé à Reims avant l’été.

Ce refus d’installer cet outil performant est incompréhensible en cette période de hausse erratique du trafic et n’a aucune justification opérationnelle. Le service abandonne les CDS et les PC face à une reprise estivale qui s’annonce violente alors que l’outil SINAPS qui est capable d’assurer la gestion tactique, partie la plus complexe à développer, est prêt à être expérimenté.

Le déploiement d’une version test à Reims ne requiert pourtant qu’une unité centrale, un écran 4K, un clavier et une souris. Les autres coûts de cette version expérimentale sont déjà amortis par des fonds SESAR. L’accord pour la phase opérationnelle est en cours de finalisation avant signature. SINAPS, 4CAST ou la fusion des deux, quel que soit l’outil retenu au final, une MESO engendrera inévitablement des coûts additionnels

Trop occupé à implémenter de force son bébé, les Réserves Opérationnelles, notre chef de service exploitation refuse à sa propre salle de contrôle d’implémenter un outil dont il n’est pas le concepteur.

La reprise se fera avec les opérationnels. Le SNCTA revendique le droit des chefs de salle à tester SINAPS, outil tactique de gestion de salle de contrôle qui fait ses preuves partout ailleurs.

2021-05-25 FI LFEE RO - Papier Et Crayon Vs SINAPS (2.4 MiB)

0

CDA LFEE - Monologue asocial

Trois GT RO, où les organisations syndicales ont été sciemment écartées, se sont succédés.

Bien que finalement, le GT se soit arrêté sur un constat d’échec cinglant, les décisions unilatérales du chef de service exploitation seront néanmoins notifiées aux équipes par l’intermédiaire de deux de leurs chefs d’équipe assignés à comparaitre devant lui. 

De l’utilité du dialogue social

Selon l’Organisation Internationale du Travail, le dialogue social inclut tous types de négociation, de consultation ou simplement d’échange d’informations entre les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs selon des modalités diverses, sur des questions relatives à la politique économique et sociale présentant un intérêt commun. L’objectif principal du dialogue social en tant que tel est d’encourager la formulation d’un consensus entre les principaux acteurs du monde du travail ainsi que leur participation démocratique.

Le SNCTA depuis des décennies fait vivre un dialogue social qui permet une résolution efficace et efficiente des problématiques opérationnelles et sociales majeures, la promotion d’une bonne gouvernance, la stabilisation sociale et le développement économique de la DGAC.

Pour une salle de contrôle, le dialogue social est un bien commun qui a pour ambition de permettre une meilleure cohésion et de développer un sentiment d’appartenance en remettant les contrôleurs au cœur du débat. Pour être à la hauteur des enjeux, Le SNCTA est doté d’une représentativité gagnée dans un processus d’élections démocratiques. Il dispose d’outils et d’instances permettant de passer des accords qu’il peut assumer. Le SNCTA, majoritaire chez les contrôleurs, a la capacité de porter des enjeux ainsi qu’à protéger nos conditions de travail. Enfin, il rend des comptes sur les choix qu’il fait dans l’intérêt de notre profession.

Diviser pour mieux soumettre

Profitant de la pandémie, le service local rémois piétine et humilie les fondements de notre maison commune et compromet dangereusement notre outil de travail. Ces décisions sont bien loin du « dialogue social de qualité » que la DSNA présente au monde extérieur. La séquence de la semaine prochaine s’inscrit dans la lignée du management solitaire en vigueur depuis 13 mois  :

– Convocation des équipes séparées et seulement deux par deux ;

– Isoler pour mieux intimider et éviter les vraies oppositions qu’il esquive depuis un an ;

  • Quelques sujets évoqués rapidement suivis d’une synthèse finale écrite à l’avance qui dira que « la salle » a été entendue pour valider les notes régressives ;
  • Manier le chaud et le froid pour sidérer les gens et montrer qu’il dispose du pouvoir.

Malgré le formidable élan au travers des 150 mails écrits spontanément par les agents, l’échelon central ne veut pas comprendre que ce qui se passe à Reims nous rapproche jour après jour du point de non-retour.

La section SNCTA se tient à disposition de toute personne adhérente ou non, qui, convoquée pour cette séquence de non-dialogue social improvisée par le service aurait besoin d’information ou de soutien.

 

2021-04-30 CDA LFEE Monologue Asocial (0.1 MiB)

0

CDA LFEE — L'accélérateur de conflit social

La section locale SNCTA a été interpellée par des adhérents à propos des dernières notes de service, celle annonçant le nouveau TDS et celle régissant la mise en œuvre des ROsim à compter du 5 avril 2021.

Leur question : « Est-ce vous qui avez négocié cela ? »

Cette interrogation légitime nous rappelle qu’un management sain, soucieux de préparer l’avenir avec ses personnels et intéressé par le contrôle aérien devrait travailler avec les OS.

Cadrage ou marchandage ?

Bien loin de ces considérations et depuis le début de la crise sanitaire, le chef de service exploitation n’a de cesse de démanteler progressivement et avec un zèle tout particulier les conditions sociales des personnels. Les buts poursuivis sont incompréhensibles, non opérationnels et probablement personnels.

Dernier exemple en date : l’organisation par le chef SE d’un GT RO en distanciel. Le chef de service marchande, négocie les conditions de travail comme n’importe quel produit :  récup contre temps de travail, package de one-to-one contre demi-récup , un seul chef RH par équipe pour limiter le nombre de récupérations pour le travail effectué…

Le grand marché est ouvert, les promotions sont nombreuses. Faites vos offres !

Le marchand de tapis du service exploitation est là pour compter les recups.

Ces “propositions” ne respectent ni la décision DSNA sur les réserves opérationnelles, ni sa déclinaison locale, pourtant chacune passée en force suite à l’opposition unanime des organisations syndicales.

Ne respectant jamais sa parole, le chef SE à chaque réunion, revient sur les orientations et choix des réunions précédentes, les annule ou les amende, jusqu’à la réunion suivante. Ce petit jeu lui donne l’impression de diriger le CRNA, mais il ne l’assume jamais et se cache derrière des pseudos « cadrages DO ».

Grisé par son sentiment de toute puissance, il annonce aux chefs RH des équipes que les JRE reconduits au CT de décembre disparaîtront avant le mois de mai, et probablement de manière rétroactive. Cet empressement à humilier, lui fait oublier que le CT actant toutes ces décisions n’est même pas encore convoqué.

Pour le SNCTA, ces agissements décrédibilisent la parole de l’échelon central et anéantissent toute confiance des Rémois envers leur encadrement, ce qui entravera la reprise de trafic qui est proche.

Comment a-t-on pu en arriver là ?

Le contexte COVID a permis l’émergence de cette gestion délétère ouvrant la voie à des penchants non mesurés ni contrôlés. Il est effectivement plus facile de casser les personnels et d’exercer un management violent caché derrière son écran d’ordinateur coupé de la réalité, dans un environnement distanciel.

La seule réalité qu’on peut lui concéder est de générer au CRNA Est un conflit social de grande ampleur, qui s’exprime pour l’instant dans les boites mails car, situation sanitaire oblige, c’est un conflit confiné.

En effet, depuis 48 heures, un mouvement inédit et spontané d’expression de la salle de contrôle montre à quel point le divorce entre les contrôleurs et le service exploitation est consommé. Plus de 130 personnes à cette heure, et les mails arrivent encore, ont ressenti le besoin de signaler ce mal être qui pèse sur nous tous. La reprise du trafic qui elle, sera bien réelle, mettra au grand jour l’impréparation du centre à faire face et montrera le temps perdu par le management.

Le CRNA Est mérite mieux que la brutalité, la soumission et l’humiliation.

Au sortir de la crise sanitaire qui a irrité les esprits et usé les nerfs des uns et des autres, les personnels de ce centre, qui aspirent à certaines valeurs, n’accepteront pas de s’engager dans une reprise du trafic accompagnés par un encadrement qui piétine le dialogue social comme jamais personne n’avait osé le faire.

Parce qu’il ne suffit pas d’occuper un fauteuil et de prononcer quelques anglicismes pour être un vrai manager, la salle de Reims réclame un chef SE qui ne cherche pas à détruire, mais plutôt à construire.

Le SNCTA estime qu’il est encore temps de rattraper les errements de l’année écoulée, notre administration doit réfléchir à la reprise de trafic.

Les Rémois attendent un signal fort d’apaisement qui ramènera la sérénité nécessaire pour que le trafic puisse passer dans nos secteurs le moment venu.

2021-04-08 CDA LFEE Accelerateur De Conflit (0.1 MiB)

0

FI LFEE - Les entretiens professionnels au pays des RO

La campagne d’entretiens professionnels des agents du CRNA Est est lancée.
Dans un monde sans RO ni compte-temps, ces entretiens étaient réalisés, hors de tout cadre légal, par nos chefs d’équipe qui s’acquittaient de cette charge supplémentaire sur leur temps de travail ou de pause. Le dimensionnement au plus juste des équipes par un besoin en vacations obscur n’est plus compatible avec la réalisation de cette tâche.

La loi statutaire sur la Fonction publique d’État dispose clairement que ces entretiens doivent être menés par le supérieur hiérarchique direct. Les chefs d’équipe n’ont pas cette qualité envers les contrôleurs qu’ils évaluent. Cette mission revient au chef de subdivision contrôle.

Le SNCTA appelle donc les chefs d’équipe à se rapprocher de cette dernière pour qu’elle propose un créneau pour tous les contrôleurs afin de réaliser leur évaluation professionnelle, étant précisé que l’évalué doit être régulièrement convoqué. Dans le cas où l’entretien interviendrait en dehors de la vacation de contrôle, le contrôleur évalué doit bénéficier d’une récupération.

De manière facultative, pour les chefs d’équipe évaluateurs et les contrôleurs évalués qui souhaitent continuer à décharger la subdivision contrôle d’un travail qu’elle doit légalement assurer, le SNCTA revendique :

  • Une journée de formation des chefs d’équipe volontaires au nouveau logiciel d’entretien dématérialisé ESTEVE ;
  • Que les chefs d’équipe réalisent systématiquement leurs entretiens en RO site ;
  • Que le contrôleur soit évalué sur une journée de RO site dédiée.

Les entretiens professionnels doivent être réalisés sur du temps de travail dédié.

La consigne DSNA et la note de service locale relatives à la mise en place des réserves opérationnelles et du compte-temps doivent aussi sur ce point être appliquées par le service, et pas seulement quand cela l’arrange.

2021-04-05 FI LFEE RO Et Entretiens Professionnels (0.6 MiB)

0

CDA LFEE — 10 ans de plus à Reims

Les GT Effectif et GS 32h ont eu lieu le 22 mars après deux reports. Les choix assumés de la DSNA de réduire drastiquement la mobilité anéantissent des années d’efforts commun de répartition équitable de la baisse des effectifs entre centres… dus aux sous-recrutements de la crise de 2008 ! Ce bis repetita est inexcusable. Le SNCTA n’a pas été écouté et a quitté le GT Effectif. Les Rémois sont floués.

Empêchés de partir UFN

À peine 12 AVE sont attribués aux CRNA du Sud en 2021 et cette tendance inacceptable est appelée à durer en 2022 et 2023. Le GS 32h affecte des sorties ÉNAC plutôt que des AVE dans les approches attractives. Nice par exemple, n’a pas proposé de postes PC depuis 2016 !

Ces maigres ressources proposées en CDM seront en partie préemptées par les priorités légales qui sans le contrôle de la CAP, sont appliquées par SDRH avec de bien mauvaises intentions !

Autre surprise désagréable : constater via Legifrance que les recrutements de contrôleurs aériens sont révisés à un niveau famélique : 16 places offertes par le concours externe alors que ces ressources ne seront pas opérationnelles avant 2026. Conséquence, lorsque seront étudiées leurs affectations en centres lors du GT Effectif 2024, quasi aucune place en mutation ne devrai—t être proposée pour compenser. Les départs massifs en retraite des générations 1970 et plus, à horizon 2029 ne sont pas non plus anticipés.

Le CRNA Est : une affectation subie

Indéniablement, Reims est le centre de début de carrière par excellence : affectés jusqu’à 10 par promotion, personne ne peut arguer que tous ces élèves-contrôleurs choisissent réellement ce centre.

La mobilité divisée par trois, c’est un temps d’attente multiplié d’autant.

Le départ moyen en mutation vers l’affectation de son choix s’effectuait déjà autour de 12 ans après l’acquisition de la mention d’unité. Visiblement, ce n’est pas suffisant pour nos encadrants encouragés eux, à muter tous les 3 ans !

L’inattractivité renforcée par les comportements locaux

Agir sur l’attractivité et la fidélisation des centres du Nord reste le seul moyen pour que les contrôleurs qui y sont affectés consentent à retarder leur projet de mobilité et à maintenir leur investissement dans les projets et la vie de leur centre. Cette reconnaissance écrite était l’un des rares motifs de satisfaction de la V0 de feu le protocole.

Pourtant, l’attractivité du CRNA Est sombre avec les comportements autoritaires de l’encadrement local. Toutes les atteintes aux conditions de travail sont autant d’incitations à quitter le centre coûte que coûte, même avec moins de postes opérationnels disponibles. La DSNA sera perdante sur tous les tableaux et ratera une fois de plus, son rendez-vous avec la reprise !

La gestion décomplexée de la DSNA agite dangereusement une nouvelle allumette au dessus du ciel rémois où des barils de poudre ont déjà été savamment entreposés par des politiques verticales appliquées avec excès de zèle par l’encadrement local.

La mobilité est un contrat social intangible. Sans elle, pas de reprise possible.

2021-03-31 CDA LFEE 10 Ans De Plus À Reims (0.1 MiB)

Pages:123456789