Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se connecter Adhérer
Flux RSS de cette catgorie

Reims — LFEELe blog de la Section Locale du CRNA Est, basé à Reims.

LFEE-banniere

0

Game is over

Game over – try again ?

Les négociations menées par le SNCTA sur le thème de l’expérimentation RH rémoise ont connu un sérieux coup d’arrêt, le SNCTA se devait de se reconcentrer sur des problématiques nationales qui ne peuvent désormais plus attendre.
La liste des revendications est d’autant plus longue que le silence de l’administration sur ces thèmes est assourdissant.

Les contrôleurs Rémois sont plus que jamais concernés par ce préavis de grève. Outre les revendications nationales qui touchent l’ensemble de la profession, le fiasco des dernières négociations locales ne saurait être toléré.

Au milieu de cette multitude de problématiques, la section locale va vous aider à décrypter les principales revendications.

L’expérimentation rémoise

Suite au revirement de situation de dernière minute et à la proposition indécente avancée par l’administration pour mettre en œuvre une expérimentation RH rémoise novatrice, l’avenir rémois s’est considérablement assombrit. Au final, nos dirigeants sont restés sourds à nos revendications, exigeant énormément d’efforts de la part des contrôleurs sans aucun engagement raisonnable de contreparties. Cette position irresponsable a poussé vos représentants à quitter la table des négociations lors du dernier CT du 23 juin.

Le bureau de section du SNCTA a fait son maximum pour offrir aux Rémois une alternative acceptable à l’enfer estival. Pour autant, par manque de courage, nos dirigeants ne laissent aux contrôleurs Rémois pour seule alternative qu’une gestion des effectifs à bout de souffle.

Les Redevances

Le SNCTA exige que les engagements pris par le gouvernement l’année dernière concernant les redevances aériennes soient confirmés dans le plan de performance qui sera remis à la Commission le 2 juillet prochain.

Le SNCTA n’acceptera pas que la Commission européenne (encouragée par le lobby des compagnies aériennes) qui table sur des prévisions de trafic particulièrement optimistes impose à la France de revoir sa copie et la pousse à revenir sur ses promesses.

Primes

Le SNCTA dénonce une perte de rémunération liée à la suppression ou à la refonte de diverses indemnités et réclame leur compensation. C’est ainsi que dans les mois qui viennent vous entendrez parler de RIFSEEP, d’indemnité de CSG…

RIFSEEP

Au 1er juillet 2016, la RIFSEEP a vocation à devenir le nouvel outil indemnitaire de référence, applicable à tous les fonctionnaires. Cette réforme qui ambitionne de standardiser les primes dans la Fonction publique via des plafonds pourrait être un bouleversement pour les contrôleurs vu les montants de nos primes. Pour autant, il est prévu que certains corps de la FP soient exclus de cette réforme.Le SNCTA, conscient de la spécificité de notre statut a donc demandé à ce que le corps des ICNA face partie de cette exclusion.

Le silence de nos dirigeants sur le sujet pousse à croire qu’il y a péril en la demeure.

Le SNCTA exige donc la pérennisation du système de prime en vigueur à la DGAC.

Fin de l’indemnité de compensation de la CSG

L’indemnité compensant la baisse de salaire qu’entrainait le changement de calcul des cotisations salariales d’assurances maladie est tout simplement supprimée. Elle concernait les agents recrutés avant 1998 et représentait en moyenne entre 2 500 € et 3 000 € par an. Elle va petit à petit disparaître sans que l’agent ne s’en rende compte. Au moment de son avancement, la revalorisation salariale qui devait l’accompagner sera diminuée du montant de cette prime ce qui rendra le mécanisme indolore. Pour autant, le SNCTA n’est pas dupe, il s’agit bien à nouveau d’une réduction du pouvoir d’achat et d’un nivellement par le bas du statut des contrôleurs.

Les retraites

Même si ce sujet touche moins les Rémois, il reste des plus édifiant. Ainsi 700 contrôleurs ne savent toujours pas à quel âge ils vont partir à la retraite, parmi ceux ci, certains pourraient même être susceptibles de partir dans un an.

Recrutements

Le thème est malheureusement récurrent et touche tout particulièrement le CRNA Est, centre qui comme tout le monde sait est très peu attractif. Alors que le chef de centre lors du dernier CT ne semblait pas s’inquiéter de la pénurie de PC à Reims, exposant sans aucune analyse ses calculs plus que douteux sur le nombre de départ à la retraite, le nombre de mutations et les prévisions du nombre de qualifs, la section locale a fait ses calculs et ils sont loin d’être aussi optimistes voir même carrément inquiétants. En effet, alors que nous faisons déjà face à des problèmes RH conséquents, dans les 5 ans, le CRNA Est devra s’attendre à devoir se passer en moyenne de 2 PC par équipe. Le SNCTA exige une analyse précise des besoins en contrôleurs qualifiés à partir de 2020 et la définition d’une politique de recrutement adaptée.

SWAP

Nous conseillons fortement à nos collègues de la Subdivision Instruction de commencer dès à présent à réallouer les créneaux de simulations prévus pour la formation SWAP aux 2 futurs promos d’ICNA que le service prévoyait de sacrifier pour la grandeur de la DSNA et la gloire du FABEC.

En effet, pour d’évidentes raisons, le SWAP ne verra jamais le jour à Reims. Le SNCTA ne saurait tolérer de mettre plus en danger les conditions de travail et la ressource en PC à Reims afin de mettre en œuvre des projets techniquement bâclés dont l’intérêt plus que douteux semble uniquement compris par une poignée d’intéressés.

Dans ce contexte où nos décideurs n’osent pas prendre le moindre risque de peur de braquer les syndicats conservateurs de la DGAC, nous appelons les contrôleurs à se mobiliser.

Pour faire face au défi estival qui nous attend, le SNCTA appelle les contrôleurs, les FMPistes et les chefs de salle, à ne prendre, eux aussi, plus aucun risque et à prendre toutes les mesures qu’ils jugeront utiles à la protection des secteurs rémois.

Le SNCTA exigera du service qu’il prenne toutes les mesures nécessaires pour assurer des conditions de travail acceptables aux contrôleurs rémois. Les mesures FMP devront être strictement respectées. Si malgré toutes ces mesures un dépassement d’UCESO devait arriver, pour bénéficier de l’équivalent d’un droit de retrait pour les contrôleurs, le Bureau National s’est engagé à déposer à chaque dépassement d’UCESO un préavis de grève.

La salle de Reims va devoir faire preuve une fois de plus d’unité si elle veut faire face aux enjeux locaux et nationaux qui nous attendent. Si nous parvenons à faire front tous ensemble, nous montrerons à nos dirigeants qu’ils ont eu tort de ne pas nous écouter.

Le combat continue les 2 et 3 juillet !

26 06 15 GAME IS OVER (0.4 MiB)

0

Déclaration liminaire CT 23/06

Stop !

Suite aux propositions inacceptables faites par l’administration et au manque flagrant de considération accordé au travail et à l’implication des contrôleurs rémois, le SNCTA suspend sa contribution à l’expérimentation RH rémoise.

En ne reconnaissant pas le travail considérable du SNCTA pour préparer et faire accepter un éventuel changement de conditions de travail des contrôleurs rémois, l’administration se retrouve, une fois de plus, seule responsable de l’échec des négociations et, par conséquent, de l’échec de la mise en place de l’expérimentation.

Le SNCTA s’oppose désormais à toute expérimentation estivale en l’état actuel des négociations.

De même, l’écoute et le climat de confiance étant désormais rompus, le SNCTA qui ne peut que déplorer le manque de soutien de l’administration, utilisera tous les moyens à sa disposition pour protéger les conditions de travail des contrôleurs.

Le SNCTA s’oppose ainsi à tous projets existants ou futurs apportant plus de contraintes opérationnelles aux contrôleurs.

Décla Liminaire (0.1 MiB)

0

Tchao l'expé... place au conflit ?

Le CT Local qui devait se réunir ce mardi 23 juin ne s’est pas tenu suite à la décision du bureau de section du SNCTA de ne pas y siéger.

Alors que Reims fait face depuis le mois d’avril à une augmentation de trafic sans précédent, l’administration n’a eu à nous proposer dans ses ultimes négociations qu’un nouveau volte face nous démontrant une fois de plus son mépris et son manque de considération pour notre profession.

Suite à la lecture d’une déclaration liminaire le SNCTA a donc quitté le CT empêchant celui ci de se tenir.

Dans l’état actuel des négociations, le dialogue social est désormais rompu.

Le SNCTA appelle ses adhérents et plus largement tous les contrôleurs rémois à se préparer à un conflit d’ampleur.

FI TCHAO L'EXPE (0.8 MiB)

0

Faisons nous respecter, restons mobilisés

CES QUELQUES JOURS QUI FERONT TOUTE LA DIFFÉRENCE !

Alors que le secrétariat d’état validait enfin un document reconnaissant la spécificité des contrôleurs et leur volonté d’adaptation aux contraintes du trafic, les confédérés tentent le dernier baroud d’honneur, en tirant les grosses ficelles. Il est temps de rappeler quelques vérités

Un peu d’histoire: Le SNCTA a toujours été le principal acteur des grandes avancées chez les ICNA :

  • Le statut ICNA alors qu’ils étaient contre,
  • Le PC pour tous, alors qu’ils étaient contre,
  • Le HEA pour tous, alors qu’ils étaient contre,
  • Plus généralement l’accord licence, alors qu’ils nous accusaient de ruiner la DGAC,
  • Et bientôt peut-être, la prise en compte du temps de formation dans l’avancement de carrière dans les centres difficiles, au-delà du 36ème mois (motion votée en congrès). Seront-ils contre ?

Bas les masques Ces marchands d’immobilisme nous accusent aujourd’hui de porter atteinte à l’unité de la DGAC ! Rappelons-leurs qu’ils ont signé le dernier protocole sur le dos des contrôleurs… rémois en particulier ! La logique protocolaire, le SNCTA l’a portée avant qu’elle ne soit dénaturée, faisant avancer toute la DGAC avec elle ! La nouvelle méthode de dialogue social présentée lundi dernier est une véritable avancée. Elle permet que chaque problématique soit négociée à son niveau de compétence (DGAC, DSNA, Corps de métier). Une problématique exclusivement ICNA serait ainsi discutée avec ses représentants. Est-ce trop demander ?

Les tentatives de déstabilisations aux niveaux local ou national ont déjà commencé. Leur vrai objectif est de remettre en cause cette nouvelle forme de dialogue social moderne et respectueux des agents, pour in fine diluer la voix des ICNA dans de plus gros ensembles. Il ne leur est pas question d’agir dans l’intérêt suprême de la                 DGAC, mais bien dans celui de leurs centrales !

Pendant ce temps à Reims…  L’horloge continue de tourner. Notre FMP prend le problème de dépassement de capa à bras le corps en élaborant avec ses outils, tout un arsenal de mesures inédites (FL-capping horaire, mesures RAD contre les FPL tricheurs). Le SNCTA salue ces initiatives et réaffirme toute sa confiance envers ses ACDS qui font au mieux. Mais cela sera-t-il suffisant pour faire face au trafic estival, sans évolution réelle ?

Heureusement, notre CGT locale a la solution ! Dans son dernier communiqué, elle sortait de ses vieux grimoires, les recettes d’antan, promettant de vous faire passer un merveilleux été à 14,5 UCESO… Basé sur des chiffres fantaisistes ! Réapparaissait alors la 2ème vacation complémentaire signée par son bureau national, contre l’avis de 82 % des contrôleurs rémois. Qui est irresponsable ?

Pas d’accord, pas d’expé ! La position du SNCTA est sans ambiguïté. Sans un accord social- cadre tel que celui présenté le 13 avril, il n’y aura pas de déclinaison locale avec mise en place d’expérimentation. Si les contraintes ICNA et rémoises en particulier ne sont pas reconnues, il saura obtenir la mise en œuvre de mesures de protections drastiques [cf. Plan B].

Tant que cet accord ne sera pas signé, le SNCTA maintiendra son préavis de grève du 29 avril au 2 mai. L’heure est à la prise de décision !

LFEE15-0416 FI Ces Quelques Jours (1.4 MiB)

0

Pourquoi le préavis est levé ?

Comme vous avez pu l’apprendre hier dans la soirée, le préavis des 16,17 et 18 avril est levé alors que celui des 29,30,1  et 2 mai demeure.

Nous allons tenter de decrypter ce qui a poussé le bn à lever ce second préavis tout en gardant le troisième au cas où.

Suite à la mobilisation massive de l’ensemble des contrôleurs français (95% LFEE, 85% LFBB, 50% LFFF, 50% LFMM, 50% LFRR) les 8 et 9 avril, notre administration a enfin pris conscience de notre volonté à sortir du carcan dans lequel elle nous avait enfermés. Les négociations ont donc repris.

 Lors de la réunion du 13 avril, le secrétaire d’état a demandé que soit «engagée avec les organisations syndicales représentatives de la DSNA une négociation fixant le cadre et la méthode de négociation sociale garantissant la prise en compte de la spécificité et de l’ensemble des enjeux professionnels du corps des ICNA ».Ainsi trois niveaux de négociation sont désormais envisagés de manière complémentaire :

  • Le niveau global DGAC pour les sujets transverses à l’ensemble des activités de la DGAC,
  • Le niveau « service à compétence nationale » pour les thèmes propres à la DSNA,
  • Le niveau « corps » pour les problématiques typique- ment métier liées à un corps en particulier.

Les conclusions de chacune de ces négociations ont vocation à aboutir en un accord social global pluriannuel entériné par le gouvernement d’ici fin 2015. Pour autant, elles pourront si besoin être mises en œuvre de façon expérimentale par anticipation. Cette demande si elle est maintenue serait historique car elle dénonce la logique protocolaire actuelle dans laquelle les contrôleurs ne sont plus écoutés. Cela nous laisse enfin entrevoir un dialogue social respectueux des enjeux et des exigences de chacun des métiers de la DGAC.

Que deviennent les mesures que l’on espérait à Reims pour faire face à nos problèmes à très court terme ?

Réunion du 20 avril: Dans la continuité du 2ème rapport intermédiaire de la mission métiers ICNA [cf. pièce jointe], une réunion spécifique à l’expérimentation de l’organisation du travail des ICNA va avoir lieu au cours de laquelle un représentant rémois sera invité à prendre part aux discussions.

Malgré le timing ultra serré, l’éventualité d’une adaptation estivale pour les Rémois n’est pas définitivement enterrée. Pour preuve le fait qu’ils mentionnent que certaines mises en œuvre pourraient être développées en anticipation.

Démontrant une nouvelle fois son attitude constructive tout en restant ferme dans ses intentions, le SNCTA a maintenu son préavis des 29, 30, 1er et 2 mai.  Même si nationalement, « l’espoir d’une atmosphère plus calme » renaît, le combat Rémois est loin d’être fini et nous devons rester unis.

Venez nombreux vendredi 13h à la reunion de section locale du SNCTA partager vos avis sur la question et sur la direction que doit prendre notre section locale dans ce combat national qui se poursuit.

LFEE15-0414 CDA Pourquoi ? (0.3 MiB)

0

Sans expé, il y a le plan B !

Les contrôleurs savent s’adapter si ce qu’on leur demande a du sens. C’est notre cœur de métier !

Mais pour notre administration, l’aspect opérationnel n’existe pas. Elle ne réfléchit pas, elle administre ! RIEN ! Aucune préparation, aucune anticipation, aucune adaptation. Rien n’a été préparé par nos « managers » pour remplir nos 3 missions : Sécurité, Efficacité et Fluidité.

Face à ce manque de compétences et de discernement, les contrôleurs prendront leurs responsabilités et mettront en place le plan B ! Le but est de se protéger et de se concentrer sur la 1e de nos missions : la sécurité ! L’efficacité et fluidité reviendront autour de la table quand nos ressources seront suffisantes.

Les contrôleurs ont montré leur détermination et leur envie de faire bouger les lignes lors de la formidable mobilisation de ces deux derniers jours. Reims s’est en particulier distingué avec un taux de participation à la grève de 90 %, montrant à tous notre état d’esprit et notre détermination ! Si l’administration ne veut pas protéger les contrôleurs au détriment du trafic, le SNCTA le fera à sa place. Nous accompagnerons et mettrons tout en œuvre pour que vous soyez protégés sur les secteurs de contrôle. Restons mobilisés, le combat continue !

Flash Info Section Plan B (1.2 MiB)

0

Voulez-vous jouer ?

Le 4 avril, le CRNA/Est a connu son premier dépassement d’UCESO de la saison estivale !

  • Cette précocité dans la saison doit tous nous interpeller
  • Dans un système où travailler sur le fil est devenu la règle d’usage et où les contrôleurs ne servent que de variable d’ajustement pour pallier toutes les déficiences, le moindre imprévu sur le secteur peut avoir un impact significatif sur la sécurité.

Le SNCTA en tire les conséquences et appelle à la mise en place d’une première mesure d’urgence :

  • Il appelle les équipes à récupérer toutes leurs ressources disponibles en salle et à stopper l’envoi de feuilles vertes
  • Il appelle tous les contrôleurs à cesser leurs participations aux projets.

TOUS EN GREVE LES 8 ET 9 AVRIL !

LFEE15-0405 Flash Info UCESO (1.2 MiB)

0

De qui se moque t-on ?

Premier dépassement d’UCESO le 4 avril, comment pouvons-nous accepter de travail dans de telles conditions ?

Les 8 et 9 avril reprenez votre destin en main.

LFEE15-0404 CDA De Qui Se Moque T-on ? (0.3 MiB)

0

Pourquoi faire grève ?

Le CRNA Est est proche de la rupture, les contrôleurs rémois ne doivent pas accepter plus longtemps de flirter avec les limites du système. Seule une mobilisation forte montrera la détermination à voir notre métier évolué et entrer enfin dans le 21e siècle.

Le combat commence les 8 et 9 avril.

LFEE15-0403 CDA Pourquoi Devrais Je Faire Grève (0.3 MiB)

0

Fini de jouer !

Stop !

Listes de courses ou mesures RH pour le CT du 3 avril ?

L’administration n’a pas voulu jouer le jeu du dialogue social pour construire un accord gagnant pour tous. Le SNCTA prend acte et s’opposera avec la plus grande fermeté à toute modification non négociée de nos conditions de travail. Il n’a pas assisté au CT du 3 avril.

Reprenons notre avenir en main : Tous en grève les 8 et 9 avril !

LFEE15-0403 Flash Info CT-Mesures RH (1.1 MiB)

Pages:123456789