0

LFBB : au bord de la falaise

1er janvier 2013 : 319 PC
1er janvier 2014 : 311 PC
1er janvier 2015 : 306 PC
1er janvier 2016 : 294 PC + 3 ICNA en formation + 6 arrivées programmées
1er janvier 2017 : 285 PC max.
1er janvier 2018 : 276 PC max. – départs CAP 2015
1er janvier 2019 : 275 PC max. – départs CAP 2015 / 2016 + Klifs GT effectif 2016 ?
1er janvier 2020 : 267 PC max. – départs CAP 2015 / 16 / 17 + Klifs GT effectif 16 / 17 ?

LFBB 2016-01 GT Effectifs2016LFBB (2.3 MiB)

notes :

  1. PC = en salle + détachés
  2. En moyenne, le CRNA/SO connaît 7 départs en CAP annuels (11 en 2015). L’hypothèse retenue cidessus est basée sur 0 (zéro) départ en CAP. Les qualifications des 9 ICNA en formation ou prévus d’arriver sont intégrées. Les premières qualifications issus des GT effectifs 2016 et suivants ne seront pas effectives avant 2019.
  3. Notre I1 a grimpé de 5 % en 2015.
  4. Le trafic a augmenté de 2,7 % au CRNA SO en 2015, prolongeant une tendance régulière et continue ces dernières années.
  5. Les flux globaux s’intensifient vers la façade ouest de la France, tendance confirmée par CFMU pour les prochaines années, tenant compte notamment de la géopolitique internationale
  6. Notre centre connaitra 25 départs en retraite minimum en 2016 / 17 / 18, et a connu 11 départs en CAP en 2015

C’est maintenant les conditions de travail des ICNA et l’organisation globale du service exploitation du CRNA Sud Ouest qui sont directement affectées et menacées. La zone « jaune », celle que nous traversons aujourd’hui, connaît déjà de multiples turbulences : augmentation sensible des délais, attractivité réduite des postes clefs pour la gestion de la salle (CdS notamment), fatigue accrue des contrôleurs, départs en CAP toujours plus nombreux, tours de service à la limite de la rupture…

Le prochain GT effectif devra envoyer un signal fort aux contrôleurs bordelais pour qu’ils entrevoient la sortie de la zone « rouge » de turbulences modérées à fortes qu’ils vont traverser ces trois prochaines années, et que les usagers risquent de payer au prix fort.

Le prochain protocole devra donner des garanties aux contrôleurs bordelais de les ramener dans une zone « verte », ou « jaune » avec des solutions RH notamment.