Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Tag: capacité

0

SE : STOP !

Panneau « Stop », « wrong way »

Le SNCTA dénonce une série de décisions et de non-décisions toutes prises par le service exploitation, et exige des actions immédiates concernant les trois points ci-dessous.

Les problèmes d’accès et de sortie du parking de la tour sud que nous avons connus les années précédentes ne sont toujours pas résolus. Chaque jour, les difficultés pour accéder au site à l’heure, les altercations plus au moins violentes avec d’autres automobilistes, et surtout un risque d’accident certain sont autant d’éléments qui nous inquiètent car très peu propices à une prise de service sereine. Tourner à 90 degrés dans une voie indiquée comme interdite, quasiment s’arrêter sur la route alors que les autres véhicules circulent à 50 km/h au minimum n’est pas raisonnable…

Le SNCTA a porté cette problématique en CT, en CHSCT, au niveau du service exploitation, de l’organisme et même de la préfecture. Il faut que ce problème soit enfin durablement solutionné. Le service exploitation doit protéger ses agents en faisant sécuriser l’accès, plutôt que d’affirmer qu’en cas d’accident celui-ci serait considéré comme accident du travail

Le SNCTA exige qu’une solution soit mise en place dès la fin du salon du Bourget, sinon il appellera toutes les équipes et agents vigie trafic à armer la Tour sud depuis la tour centrale, en appliquant les cadences correspondantes.

Le GT capa s’est réuni le 11 mars 2019 et a discuté de mesures de protection à appliquer cet été sur le trafic du Bourget lorsque l’ILS 27 sera en cours de remplacement et lorsque la piste 27 sera fermée temporairement. Ces mesures ont été approuvées lors de la séance.

Les participants ont donc été très surpris de constater que dans le mail qui leur a été envoyé le 28 mars par le chef de service, le tableau récapitulatif de ces mesures n’était pas celui décidé en GT !

Erreur ou faute ? L’avis du GT capa n’est certes officiellement que consultatif. Si le chef de service maintient sa position et que son tableau de capa amendé est finalement retenu, il devra expliquer à tous les contrôleurs du centre ce qui l’a amené à nier ou à remettre en cause l’expertise des contrôleurs présents au GT.

Le SNCTA demande que l’expertise des ICNA soit reconnue, et que les capacités décidées pour la saison estivale au Bourget lors de ce GT soient reprises dans la consigne opérationnelle. Si cela n’était pas le cas, le SNCTA appellera alors au boycott du GT capa, et il publiera sa propre consigne syndicale en reprenant les travaux du GT du 11 mars dernier.

Enfin, le service exploitation s’est adressé dernièrement à tous les contrôleurs à propos des modes de délivrance des permis T, M et P.

Après ne pas nous avoir soutenu face à ADP, arguant que les contrôleurs n’ont pas besoin du permis M, le service a unilatéralement décidé, là aussi contrairement à ce qui avait été décidé en GT, que les contrôleurs devraient accompagner leur demande d’une lettre de motivation et pourraient, fait du prince, se la voir refuser. Des contrôleurs qui souhaiteraient passer le permis M ne pourraient par ailleurs pas prétendre à une récupération ou à se former sur un jour de travail, alors que cela serait de droit pour un permis T !

Le SNCTA exige que tous les agents souhaitant conserver un permis M en aient de facto le droit, avec les mêmes règles de gestion TDS que pour un permis T. Le SNCTA demande par ailleurs pour les agents ne possédant qu’un permis T qu’une solution pérenne et rapide d’accès à un espace de restauration soit proposée vers le Terminal 1.

Ces méthodes managériales autocratiques sont détestables. Il est hors de question pour le SNCTA de laisser le service exploitation décider unilatéralement et de ne rien dire, pas plus que de laisser croire aux ICNA qu’ils ont voix au chapitre au travers des GT pour finalement ne pas respecter Nous enjoignons le service exploitation a plus de transparence, de communication, mais surtout à revenir sur l’ensemble de ses décisions incompréhensibles.

 

1

VOUS RENFORCER, aussi à Lyon

Travailler à une vision long terme des effectifs, juste et équilibrée
Depuis plusieurs années, le SNCTA travaille à convaincre les pouvoirs publics que la question des effectifs doit faire l’objet d’une approche nationale transparente, juste et équilibrée entre les centres, à l’opposé de la logique comptable appliquée par la DO ou des actions clientélistes au profit d’un seul centre.
À Lyon, le SNCTA a travaillé plusieurs mois à la justification, chiffres à l’appui, d’un schéma d’armement, qui fait aujourd’hui consensus.

Travailler pour que le sous-effectif ne mette pas en jeu la sécurité
Mais l’objectif d’effectif associé ne sera pas atteint avant plusieurs années. Afin de prévenir les débordements de capacité, la section lyonnaise a développé un outil permettant de définir la capacité en fonction des effectifs présents. Cet outil, en cours de test, sera sans doute bien utile, dès cet hiver.

La question des effectifs mérite mieux qu’une approche dogmatique ou clientéliste. Sur cette question, le SNCTA travaille sans relâche afin de convaincre les pouvoirs publics et de protéger les contrôleurs des conséquences du sous-effectif.
Donnez au SNCTA les moyens de VOUS RENFORCER. Les 4, 5 et 6 décembre 2018, VOTEZ SNCTA !

20181103 FI Lyon Vous Renforcer à Lyon (0.4 MiB)

0

Flash Info LFBB — Mention CODE, anti-recouvrement d’étiquettes (ARE), relances PV-2k : ces petits soucis qui vous pourrissent la sécurité !

Le SNCTA alerte sur la recrudescence des incidents techniques non résolus au CRNA-SO, des dysfonctionnements certes moins visibles et moins impactant pour l’instant que la panne STPV du 13 juin 2017, mais qui pourraient devenir critiques à mesure que le trafic croit semaines après semaines :

  • plots radar invisibles à l’interface de deux centres en raison d’une mention CODE qui ne s’affiche pas (malgré un patch livré le 21 mars) ;
  • enchevêtrement des pistes empêchant l’identification d’un vol et la rentrée sûre et efficace des clairances dans l’étiquette ;
  • phénomènes soudains d’« écrans noirs » à répétition ;
  • attribution inexpliquée d’un unique code de débordement par le STPV entraînant des pertes de corrélation.

Les contrôleurs bordelais s’inquiètent des délais de résolution de défauts majeurs de leurs outils primaires de contrôle. Le SNCTA exhorte la DO et la DTI à prendre la mesure de leurs impacts considérables sur la sécurité.Le SNCTA exige des réponses rapides et fiables. En attendant, les contrôleurs, en première ligne, n’auront pas d’autre choix que d’ajuster la hauteur de la capacité du centre en fonction de la gêne occasionnée en temps réel.

FI ARE-SL2-2 (0.5 MiB)

0

Assises du transport aérien, la situation vue par les contrôleurs aériens

Les Assises du transport aérien se sont ouvertes le 20 mars 2018 avec pour objectif de mener une réflexion commune à l’ensemble des acteurs du secteur, et ce afin d’améliorer la performance du transport aérien français. Les cinq grands thèmes de ces Assises sont les performances économique, environnementale, sociale, au service des passagers et au service des territoires.

Le 13 avril a lieu la journée concernant la performance de la navigation aérienne, enjeu de la performance économique. Après une table ronde de tous les acteurs dans la matinée, l’après-midi sera consacré à des ateliers autour de trois thèmes précis : « performance opérationnelle du prestataire », « modernisation technique des systèmes » et « efficience économique et tarification ».

Le SNCTA a choisi de participer activement à cet évènement majeur pour y porter la voix des contrôleurs aériens. Il a, dans ce sens, rédigé un livret à l’attention de tous, permettant d’apporter un éclairage sur la situation vue par les contrôleurs. Le SNCTA y défend un service public de la navigation aérienne sûr et efficace. En vue du plan européen de performance (RP3), il y démontre le besoin en effectifs et en investissements dans de nouveaux systèmes techniques de contrôle.

Ce livret s’articule autour de quatre thèmes : le contexte actuel, les moyens techniques, les ressources humaines, ainsi que le rôle des aéroports et des compagnies dans la capacité. Il permet de mettre en lumière les problématiques actuelles rencontrées par les contrôleurs aériens et d’apporter une analyse fine de ces questions en y apportant l’expertise des contrôleurs, acteurs de première ligne de la performance du transport aérien.

Vous trouverez ci-dessous un lien vers ce livret intitulé « Assises du transport aérien, la situation vue par les contrôleurs », qui est un supplément à Conflit dans l’air, la revue du syndicat national des contrôleurs du trafic aérien. Bonne lecture !

Assises du transport aérien, la situation vue par les contrôleurs aériens (9.0 MiB)