Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se connecter Adhérer

Tag: Grève

3

ICNA ne nous laissons pas dicter notre avenir

Les bases d’un nouveau dialogue social ont été jetées, mais rien n’est fait car il faut que toutes ces promesses se confirment. Restons mobilisés car certains vont tout faire dans les prochains jours pour remettre en cause toute cette démarche. Restons maître de notre avenir !

FI N°5 Ne Nous Laissons Pas Dicter Notre Avenir ! (0.5 MiB)

0

Continuer au cap

Suite au large suivi du mouvement de grève lancé à l’appel de notre syndicat, le ministère des transports a enfin proposé une méthode de négociation et un calendrier satisfaisants. ces annonces vont dans le bon sens, ce qui nous a donc conduits à lever le préavis des 16,17 et 18 avril.

Elles suscitent néanmoins des interrogations, voire même des inquiétudes, chez certains de nos collègues. Aussi nous souhaitons d’abord vous rassurer tous : non, le SNCTA ne casse ni la DGAC, ni notre appartenance à la fonction publique, ni la logique protocolaire. Nous voulons simplement mettre en place un processus de dialogue social plus réactif, basé sur le principe de subsidiarité, afin de prendre au mieux en compte les besoins propres à chacun.

Accord métier et protocole DGAC ne sont pas incompatibles la preuve :le 24 juin 2006, le gouvernement et le SNCTA signent l’accord licence (PC pour tous, création d’un 4ème grade à l’indice terminal HEA3,…) – le 26 octobre 2006, le gouvernement, le SNCTA et la CGT signent le protocole social DGAC 2007-2009.

La logique protocolaire telle que nous la connaissions jusqu’à aujourd’hui, nous l’avons inventée et portée jusqu’à très récemment. Depuis sa création en 1988, et jusqu’en 2010, le SNCTA a assumé cette logique d’accord avec la direction, rejoint tantôt par l’un, tantôt par l’autre, mais rarement la majorité… Pourtant avec du recul, qui peut se plaindre des divers protocoles ? Mais depuis 2010, et la loi de modernisation du dialogue social (une loi votée sous la Présidence Sarkozy et voulue par certaines grandes centrales syndicales dont la CGT), cette logique protocolaire nous a été confisquée. Il faut en effet désormais la signature d’un ou plusieurs syndicats représentant au moins 50% des personnels à l’échelle de la négociation pour qu’un accord soit valide. Cet état de fait conduit les pouvoirs publics à préférer le dialogue avec les « confédérations » plutôt qu’avec les syndicats « métier » (c’est d’ailleurs pour cela que cette loi a été accueillie favorablement par certains).

Avec une règle appliquée de la sorte à l’échelle de la DGAC, quelle marge de manœuvre pour un syndicat, fut-il majoritaire au sein des ICNA, s’il pèse moins de 20% des voix dans notre grande maison ? Des sujets essentiels concernant notre cœur de métier et pouvant directement impacter la sécurité se voient ainsi relégués au second plan, voire ignorés, ainsi qu’on en perçoit déjà les signes au sein d’une DGAC qui semble oublier petit à petit ses missions premières. Non, le contrôle aérien ne peut être dilué dans une nébuleuse bureaucratique, ni se satisfaire d’une gestion à la petite semaine ! Il en va, excusez du peu, de la sécurité des vols et des populations survolées…

Pour ces raisons, SNCTA ne peut plus se satisfaire d’une négociation sociale à la seule échelle de la DGAC. Nous avons donc dû rechercher un nouveau mode de dialogue social, comme les pilotes (ou les journalistes) avant nous. Cette nouvelle méthode organise le dialogue d’une manière différente que celle négociée par les confédérés mais ne sort pas pour autant du cadre des textes réglementaires. Nous la défendrons bec et ongles car elle nous rend la possibilité de négocier et de valider des accords majoritaires au sein de la profession, et nous permet ainsi de continuer à être moteurs pour garder notre destin en mains.

Alors, ICNA, en cette période de turbulences, restez mobilisés afin que cette avancée majeure mise sur la table par le Ministère ne reste pas sans suites. Les ICNA doivent être au cœur des négociations à venir concernant notre organisation du travail, nos licences, nos retraites !

Le SNCTA maintient jusqu’à nouvel avis son préavis de grève des 29, 30, 1er et 2 mai afin de rappeler aux pouvoirs publics sa détermination.

LFFF15-0415 Protocoles Et Accords Vf (0.5 MiB)

97

Levée du préavis de grève du 16 au 18 avril

Négociations – Loading...

Au vu des engagements pris ce jour par la direction et les pouvoirs publics, le SNCTA a décidé de lever son préavis du 16 au 18 avril. Il maintient cependant celui du 29 avril au 2 mai.

1

Maintenons la pression !

GRÈVE 8 et 9 AVRIL : le CRNA NORD s’est mobilisé massivement avec près de 50 % de grévistes les 2 jours.

Dans toute la France, CRNA, TWR… les contrôleurs inquiets des conditions dans lesquelles ils risquent d’être amenés à travailler dans le futur ont montré qu’ils voulaient être écoutés. Le gouvernement saura-t-il nous entendre ?

Il faut maintenir la pression pour qu’enfin soit ouverte une négociation pour définir ensemble le cadre nécessaire pour faire face aux augmentations de trafic alors que les effectifs baissent.

Dans l’attente, restons prêts si besoin à montrer de nouveau notre détermination sans faille les 16, 17 et 18 avril !

FI SECTION ATHIS 2015-04 V2 (1.6 MiB)

0

Restons mobilisés AG 13 avril 13 h 30

Chronomètre

Merci à tous ceux qui ces derniers jours ont permis de montrer la détermination des ICNA à faire reconnaître les spécificités de leur métier. Mais le combat n’est pas terminé, restons mobilisés !

À tous ceux qui hésitent à rejoindre ce combat, nous voudrions redire que, face aux difficultés rencontrées, aujourd’hui dans certains centres, bientôt partout, face à une administration qui pour y répondre tente de nous imposer des évolutions majeures sans aucune concertation, le SNCTA refuse de faire l’autruche. Le monde change et pour le SNCTA, il n’est pas question de rester immobile, subissant la gestion sans aucune vision à long terme de notre administration ! Les contrôleurs doivent reprendre la main sur leur avenir, et sécuriser les évolutions indispensables de leur métier. Pour autant,

  • Non, pour le SNCTA, tout n’est pas à vendre !
  • Non, les propositions d’organisation du travail faites par l’administration dans le rapport de la mission ne sont certainement pas conformes à nos revendications !
  • Non, pour le SNCTA envisager des évolutions dans l’organisation du travail en salle ce n’est certainement pas d’ajouter une 7e vac. tous les 12 jours à notre tour de service actuel !

Halte à la désinformation, halte à l’intox ! Des recrutements seraient la solution à tout ? Des effectifs recrutés aujourd’hui ne seraient pas opérationnels avant 5 ans… et d’ici là comment fait-on pour absorber le trafic qui monte ? les formations aux nouveaux outils ?… Oui le SNCTA se bat et continuera à se battre pour les recrutements nécessaires à un service public de qualité ! Mais des solutions doivent être trouvées pour le présent, et pas sans les ICNA !

Pour obtenir la maîtrise des solutions à trouver, mobilisez vous ENCORE les 16, 17 et 18 avril prochain !

D’ici là, venez vous informer et débattre lundi 13 avril à 13 h 30 en salle CT !

LFMM FI 01 Fin De Grève Vdef (3.6 MiB)

0

Sans expé, il y a le plan B !

Les contrôleurs savent s’adapter si ce qu’on leur demande a du sens. C’est notre cœur de métier !

Mais pour notre administration, l’aspect opérationnel n’existe pas. Elle ne réfléchit pas, elle administre ! RIEN ! Aucune préparation, aucune anticipation, aucune adaptation. Rien n’a été préparé par nos « managers » pour remplir nos 3 missions : Sécurité, Efficacité et Fluidité.

Face à ce manque de compétences et de discernement, les contrôleurs prendront leurs responsabilités et mettront en place le plan B ! Le but est de se protéger et de se concentrer sur la 1e de nos missions : la sécurité ! L’efficacité et fluidité reviendront autour de la table quand nos ressources seront suffisantes.

Les contrôleurs ont montré leur détermination et leur envie de faire bouger les lignes lors de la formidable mobilisation de ces deux derniers jours. Reims s’est en particulier distingué avec un taux de participation à la grève de 90 %, montrant à tous notre état d’esprit et notre détermination ! Si l’administration ne veut pas protéger les contrôleurs au détriment du trafic, le SNCTA le fera à sa place. Nous accompagnerons et mettrons tout en œuvre pour que vous soyez protégés sur les secteurs de contrôle. Restons mobilisés, le combat continue !

Flash Info Section Plan B (1.2 MiB)

9

Flash Info — Exclusion, de qui parle-t-on ?

Négo.

Dans un communiqué de presse du 7 avril, M. Vidalies, le secrétaire d’État aux transports, voulant citer une des revendications du SNCTA écrit ceci : « … ouverture d’une négociation sociale spécifique au métier de contrôleur aérien, excluant les autres catégories de personnel de la Direction générale de l’aviation civile… »

Comment osent-ils ?

  • Comment un membre du gouvernement peut-il écrire une telle chose ?
  • Comment ceux qui ont signé en 2013 un accord qui laisse 70 % des représentants des contrôleurs sur le carreau, osent-ils parler d’exclusion ?
  • Comment osent-ils, eux qui n’ont pas hésité à modifier les règles de représentativité(*) en cours de négociation du protocole 2013 pour pouvoir signer un accord avec les partenaires de leur choix, parler d’exclusion ?
  • Comment osent-ils, après avoir méthodiquement construit un mode de dialogue social qui retire aux contrôleurs aériens toute faculté de peser sur leur avenir, parler d’exclusion ?

Ils externalisent en confiant à Bruxelles le soin de réglementer nos métiers, ou généralisent en appliquant sans discernement des politiques publiques inadaptées à un secteur bien particulier de la fonction publique. Bref ils méprisent, ils excluent.

Que cherchent-t-ils ?

De toute évidence, la direction générale et les pouvoirs publics, qui ont conjointement fait du contrôle aérien français le système obsolète que les contrôleurs arrivent encore, tant bien que mal, à faire fonctionner, voudraient faire passer les inquiétudes et les attentes des contrôleurs pour du corporatisme. Il n’en est rien !

Ce que veulent le SNCTA et les contrôleurs, c’est rendre un service public de qualité, un contrôle aérien sûr et efficace dans une DSNA qui a les moyens suffisants pour remplir l’ensemble de ses missions. S’agissant du contrôle aérien, les contrôleurs ont seuls la légitimité pour définir leur avenir.

Le SNCTA pose des questions claires, il attend des réponses simples.
Il n’entend exclure personne, mais exige que les problématiques des contrôleurs aériens soient enfin entendues et traitées.

* À L’ouverture de la négociation du protocole 2013, le directeur général fixe deux conditions pour que l’accord soit validé : une majorité de signataires parmi les syndicats de la DGAC et une majorité par corps. Cette deuxième condition sautera bien opportunément à la fin des négociations.

Flash Info — Exclusion, de qui parle-t-on ? (1.9 MiB)

0

Les 8 et 9 avril, mobilisez-vous !

Suite à l’accident tragique du 24 mars dernier, le SNCTA a suspendu son appel à la grève de 3 jours. Aujourd’hui, les pouvoirs publics et notre administration veulent visiblement tester la détermination des ICNA à obtenir l’ouverture de négociations spécifiques nécessaires pour répondre aux multiples exigences, nationales ou européennes, qu’ils comptaient a priori nous imposer.

QUELLES QUE SOIENT VOS APPARTENANCES SYNDICALES, ET SI VOUS ÊTES CONVAINCUS QUE LE COMBAT SYNDICAL N’EST PAS LE COMBAT ENTRE SYNDICATS, les 8 et 9 avril, mobilisez vous pour prendre la main !

Mobilisez-vous afin de sécuriser les évolutions indispensables de votre profession !

Cda45-preavis8et9avril (0.5 MiB)

91

Réunion de conciliation — Le DSNA en mode service minimum

Allumette

Le bureau national a rencontré ce mardi 7 avril la direction dans le cadre de la conciliation consécutive au préavis de grève déposé par le SNCTA pour les journées des 8 et 9 avril.

Alors que le SNCTA demande l’ouverture immédiate de négociations avec les représentants des contrôleurs sur les problématiques qui les concernent au premier chef (organisation du travail, licence, fin de carrière…), les pouvoirs publics proposent une réunion pour travailler le cadre et la méthode d’une éventuelle négociation future.

D’autre part, concernant les expérimentations d’évolution d’organisation, nécessaires pour permettre de traiter dans les meilleures conditions les pointes de trafic, la proposition des pouvoirs publics reste imprécise et sans garanties. La direction se contente d’indiquer qu’elle apportera les éléments lors d’une réunion à venir.

Dans ces conditions, le bureau national n’a pas été en mesure de lever son préavis pour les journées des 8 et 9 avril. Il regrette qu’aucune réponse concrète sur des questions récurrentes n’ait pu lui être apportée avant ce jour. Il reste cependant à la disposition des pouvoirs publics et de la direction pour reprendre des discussions pour l’avancée concrète des revendications des contrôleurs.

0

Un objectif, une stratégie

Négo.

Le SNCTA appelle depuis plusieurs mois les pouvoirs publics à une concertation sur les défis qu’auront à relever les contrôleurs et la DSNA au cours des prochaines années. Constatant l’absence de réponse de la DGAC, il appelle les contrôleurs à se mobiliser massivement les 8 et 9 avril 2015.

LFLL15-0407 CDA Greve 8 Avril (1.7 MiB)