0

CDA LFML — Agir auprès des acteurs du transport aérien

Le SNCTA défend les intérêts des contrôleurs à tous les niveaux. Le lobbying des compagnies aériennes, des gestionnaires d’aéroport et plus généralement des acteurs majeurs du transport aérien conditionne les politiques menées au niveau européen et qui rejaillissent au niveau national. C’est pourquoi le SNCTA rencontre les différents protagonistes de l’aérien mais aussi les députés et parlementaires, français ou européens, pour expliquer les enjeux du contrôle aérien et tordre le cou aux idées reçues. Dénoncer les lobbys est une chose, mais ce n’est qu’en dialoguant avec ces derniers et en leur faisant la démonstration de nos contraintes que nous les ferons cesser.

Etre présent aux Assises du transport aérien

Au printemps, se tenaient les Assises du transport aérien avec pour objectif de mener une réflexion commune à l’ensemble des acteurs du secteur.

Le SNCTA était la seule organisation syndicale de l’aviation civile à participer activement à cet évènement majeur pour y porter la voix des contrôleurs aériens. Il a, dans ce sens, rédigé un livret à l’attention de tous, permettant d’apporter un éclairage sur la situation vue par les contrôleurs. Ce fascicule, « Assises du transport aérien, la situation vue par les contrôleurs », peut être consulté en PDF sur www.SNCTA.fr/dossiers. Le SNCTA y défend un service public de la navigation aérienne sûr et efficace. En vue du plan européen de performance (RP3), il y démontre le besoin en effectifs et en investissements dans de nouveaux systèmes techniques de contrôle.

Ce livret s’articule autour de quatre thèmes : le contexte actuel, les moyens techniques, les ressources humaines, ainsi que le rôle des aéroports et des compagnies dans la capacité. Il permet de mettre en lumière les problématiques actuelles rencontrées par les contrôleurs aériens et d’apporter une analyse fine de ces questions en y apportant l’expertise des contrôleurs, acteurs de première ligne de la performance du transport aérien.

Lors du séminaire « performance de la navigation aérienne » qui s’est tenu le 13 avril, les différents acteurs du transport aérien (IATA, FNAM, UAF, Network Manager, DGAC) ont exprimé un besoin d’accroître la capacité du réseau français. Pour le SNCTA, ce besoin passe nécessairement par des moyens humains et financiers afin de poursuivre les investissements dans les nouveaux systèmes de contrôle.

Faire cesser les lobbys

Le réseau aérien français est souvent pointé du doigt lors des discussions consacrées à la performance de la navigation aérienne. Il existe deux freins à la croissance du trafic aérien : des systèmes de contrôle inadaptés et un sous-effectif s’aggravant encore jusqu’en 2020 ! Cette situation dégradée est le résultat de lobbying et de politiques publiques menées sans discernement. Les remèdes arriveront prochainement grâce aux recrutements du protocole 2016 et à des budgets d’investissement qu’il faut pérenniser. Il faudra cependant du temps pour réparer les erreurs du passé.

Le SNCTA se mobilise pour que ces erreurs ne se reproduisent pas : il est primordial de faire comprendre aux compagnies aériennes pourquoi des délais sont générés pour mettre fin à leur recherche aveugle de réductions des coûts du contrôle aérien.

Le transport aérien connaît depuis plus de deux ans une très forte croissance au niveau européen. Suite aux restrictions budgétaires intervenues après la crise économique de 2008, la navigation aérienne française a du mal à relever le défi de cette croissance. Ces restrictions sont la conséquence de politiques européennes influencées par les lobbys. Aujourd’hui nous avons su démontrer à ces lobbys, de par le sérieux de nos analyses, que nous étions un acteur à prendre en compte. En décembre, renforcer notre position de premier syndicat des contrôleurs c’est nous donner plus de poids face aux lobbys.

LFML - CDA - Assises (0.2 MiB)