Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se connecter Adhérer

Tag: Lyon

0

Flash Info LFLL - Vétusté des moyens techniques : l'avenir, c'est le retour arrière

Alors que la panne sur les serveurs radar n’est toujours pas réglée, l’encadrement du SNA-CE a décidé de faire mener une mise à jour SIGMA. Le tout, en pleine journée et évidemment sans aucune mesure de protection des secteurs.
Comme l’encadrement du SNA-CE n’a rien appris des derniers incidents graves, ce qui devait arriver est arrivé : la mise à jour de SIGMA s’est mal déroulée et les services APW, STCA et MSAW ont (encore une fois) été perdus. Alors que le maintien en conditions opérationnelles de nos équipements techniques est rendue de plus en plus difficile par leur vétusté et le manque de pièces de rechange, les « retours arrière » lors d’opérations de maintenance sont de plus en plus fréquents.

Sans grande surprise, suite à cette nouvelle panne, l’encadrement du SNA-CE n’a pris aucune initiative pour sécuriser les secteurs. Les chefs de tours et PC présents ont été, une fois de plus, laissés seuls face à la défaillance simultanée de nos trois principales boucles de rattrapage.

Réaliser des opérations de maintenance, en pleine journée, sur des équipements vétustes, sans mesures de protection préventives, c’est prendre le risque de sérieux incidents.
Le SNCTA soutient et soutiendra tous les PC et chefs de tours qui, confrontés à une situation technique dégradée, prendront les mesures de protection qui s’imposent.

2021-06-23 FI LFLL Avenir Retour Arrière (0.7 MiB)

0

Flash Info LFLL - Chaîne radar : tout dysfonctionne normalement

Écran noir et cassé

En juillet 2018, Lyon a connu ce qui constitue probablement l’un des plus graves incidents radar à la DSNA. Trois ans après, la direction du SNA-CE ne semble toujours pas avoir effectué de retour d’expérience sérieux de cet événement.
Ainsi, à partir du 16 juin 2021, les services APW, STCA et MSAW ont été perdus, pendant plusieurs jours. Alors que dans un organisme normal, la panne simultanée de trois boucles ultimes de rattrapage aurait donné lieu à des mesures de protection, au SNA-CE, l’encadrement a pris le parti de ne rien faire et de laisser les PC et les chefs de tour seuls face à la dégradation de leurs outils.

Les services APW, STCA et MSAW ont été ensuite rétablis, mais la situation reste dégradée puisque seul l’un des deux serveurs radar fonctionne depuis plusieurs jours. Là encore, aucune mesure de protection n’est mise en place.

Cerise sur le gâteau, lundi 21 juin est prévue une mise à jour IRMA, sur une chaîne radar déjà dégradée. Une intervention technique en pleine journée sur une chaîne critique déjà dégradée, ça ne rappelle rien à personne ?

Réaliser des opérations de maintenance, en pleine journée, sur une chaîne radar vétuste et dégradée, c’est prendre le risque de sérieux incidents.

L’encadrement du SNA-CE trouve manifestement beaucoup plus d’intérêt à mettre en place des réserves opérationnelles plutôt qu’à s’assurer du bon fonctionnement de nos matériels techniques et de la sécurité sur nos secteurs. Le SNCTA déplore ce manque de bon sens.

2021-06-21 FI LFLL Vetusté Radar (0.6 MiB)

0

Flash Info LFLL - GS 32h : "une suralimentation difficile à comprendre" ?

Le GS 32 heures qui s’est tenu le 22 mars 2021 a affecté deux sorties ÉNAC à Lyon. Dans un communiqué diffusé le 23 mars, l’USAC CGT exprime sa difficulté à comprendre ce qu’elle qualifie de « suralimentation ». Il n’y a pourtant pas de suralimentation.
Au 1er mars 2021, le nombre de PC qualifiés affectés en équipes était de 66. Compte-tenu de notre taux moyen d’échec en cours de formation et des départs à la retraite, et en admettant qu’aucun PC n’obtienne de mutation, nous serons 74 PC affectés en équipes au début de l’été 2023, pour un objectif de 78. 

L’affectation de deux sorties ÉNAC ne permet donc même pas d’atteindre l’objectif de 78 PC en équipes. Il n’y a pas de « suralimentation ». 

Alors que l’objectif de 78 PC affectés en équipes faisait consensus à (y compris du côté de l’encadrement local), l’USAC-CGT semble valider un chiffre de 74.

Parler de suralimentation de Lyon est mensonger.
Pour le SNCTA, l’effectif de référence à Lyon doit être de 78 PC affectés en équipe.

2021-03-24 FI LFLL Résultats GS 32h (0.6 MiB)

0

Flash Info LFLL - Réserves opérationnelles : le chef SNA s'auto-proclame chef de tour

L’un des piliers du dispositif de « réserves opérationnelles » c’est le besoin en vacations (BV). Ce besoin est fixé, en principe, à 9 par jour et par équipe.

Sauf que ce chiffre de 9 est théorique : le chef SNA-CE peut décider de le modifier à la hausse ou à la baisse, jusqu’à J-3. Autrement dit, l’armement opérationnel échappe désormais aux chefs de tour. Il sera décidé en amont par le chef SNA-CE, lequel n’a aucune expérience pratique du contrôle.

À partir du 17 février, le service fournira en outre le nombre N de secteurs supposés être ouverts, jour par jour. En cas de regroupement conduisant à un armement inférieur à N-2, des « explications » sont susceptibles d’être demandées au chef de tour. 

Avec la mise en place des « réserves opérationnelles », le chef SNA-CE assume de « reprendre en main » (sic) notre fonctionnement opérationnel et dépossède les chefs de tour d’une grande partie de leurs prérogatives de gestion de l’opérationnel.

2021-01-19 FI LFLL Like A Boss (0.6 MiB)

0

Flash Info LFLL – La réserve opérationnelle "hors site" (ROH)

Quand le chef SNA-CE estimera qu’il y a « trop » de contrôleurs inscrits au tableau de service, et qu’il n’aura pas prévu d’activité sur site, il placera les contrôleurs « surnuméraires » (d’après lui) en RO « hors site ». Dans ce cas, le contrôleur doit rester joignable entre 1h30 avant le début de sa vacation et jusqu’à 3h après le début de la vacation. 

Avec la mise en place des « réserves opérationnelles hors site», le chef SNA-CE peut imposer à un contrôleur qu’il estime « inutile » de ne pas aller au travail même si ce dernier le souhaite, tout en lui imposant de rester joignable « si besoin ». Et, cerise sur le gâteau, en lui débitant 0,5 REC (ou JRH).

2021-01-15 FI LFLL Explications ROH (0.5 MiB)

0

Flash Info LFLL – Réserves opérationnelles : ROH et ROS

Quand le chef SNA-CE estimera qu’il y a « trop » de contrôleurs inscrits au tableau de service, il placera les contrôleurs « surnuméraires » (d’après lui) en RO. Ces RO pourront être soit « sur site » soit « hors site ». Mais les conditions ne sont pas du tout les mêmes.  

En CT, le chef SNA-CE n’a pas souhaité s’engager à fournir des activités sur site pour les contrôleurs. Aucun engagement sur le développement de simulations pour assurer le maintien des compétences ou sur l’accessibilité aux cours d’anglais, alors que toutes les immersions sont annulées.

Le chef SNA-CE préfère préparer la reprise en vidant les compteurs de récup des contrôleurs plutôt qu’en assurant le maintien de leurs compétences pratiques.

2021-01-15 FI LFLL ROH Et ROS (0.5 MiB)

0

Flash Info LFLL - Réserves opérationnelles : de quoi parle-t-on ?

Après son offensive sur les tours de service XP, l’administration nationale et locale continue son travail de destruction des conditions de travail des contrôleurs. Elle a ainsi présenté en CT SNA-CE son projet de déclinaison locale des « réserves opérationnelles » (RO) : un projet stigmatisant et contre-productif au plan opérationnel. 

Malgré un vote unanime « contre » de toutes les organisations syndicales, le chef SNA-CE a annoncé vouloir quand même passer en force ce texte, qui s’appliquera à partir du 17 février 2021. 

Selon les mots du chef SNA-CE, il s’agit d’une « reprise en main » de notre fonctionnement opérationnel. À la lumière des résultats obtenus depuis deux décennies par les cadres de la DSNA sur la gestion prévisionnelle des effectifs ou la modernisation de nos outils, il y a de quoi être inquiet.
Avec les « réserves opérationnelles » le chef SNA-CE décidera, jour par jour, du nombre de contrôleurs nécessaires pour chaque vacation : c’est le « besoin en vacations » (BV). S’il y a plus de contrôleurs inscrits au TDS que le BV, les surnuméraires sont placés en « réserve opérationnelle ».

Les réserves opérationnelles concrètement : un contrôleur souhaitant travailler sur une vacation donnée peut se voir refuser ce droit par le chef SNA-CE.

2021-01-05 FI LFLL RO Passage En Force (0.5 MiB)

0

CT SNA-CE du 28 octobre 2020 - Déclaration liminaire du SNCTA

SNCTA : Veuiller sur vous qui veillez sur le Ciel

Lyon Saint-Exupéry, le 28 octobre 2020,

 

Monsieur le Président du comité technique,

Depuis 2018, les expérimentations ont permis au centre de contrôle de Lyon Saint Exupéry de répondre aux besoins de la navigation aérienne, tant en matière de croissance du trafic que d’exigence sociale de réduction de la durée des vacations. Lors du dernier comité technique, le SNCTA a voté, comme l’ensemble des autres centres concernés, contre le projet de mutualisation proposé par l’administration qui, malgré plusieurs mois de négociations, n’avait pas abouti à un consensus national.

Pour autant, face à la crise actuelle du transport aérien, la mutualisation pluriannuelle de ces expérimentations reste un outil stratégique permettant d’accompagner au mieux la reprise du trafic. Le SNCTA est convaincu que le sens de l’Histoire ne saurait être un retour arrière vers des vacations longues et une organisation du travail datant du début des années 2000.

Le SNCTA considère qu’il est urgent que les discussions nationales permettent de trouver un accord gagnant-gagnant conduisant, d’ici la fin de l’année, à la mise en oeuvre d’une mutualisation pluriannuelle dans l’ensemble des centres de contrôle précédemment en expérimentations. Le SNCTA s’inscrit dans cette démarche indispensable pour que les contrôleurs lyonnais disposent d’une alternative au tour de service « back-up » leur permettant de préparer sereinement la reprise du trafic sur les années à venir.

 

2020-10-28 Déclaration Liminaire CT (0.1 MiB)

0

LFLL Flash Info - Tour de service XP : la DSNA et l’encadrement local foncent dans le mur

Arbitre siflant un carton rouge

Alors qu’un accord sur la mutualisation des tours de service XP avait été conclu entre l’administration et le SNCTA cet été, la DSNA et le chef SNA-CE ont décidé d’amender unilatéralement le cadre national et ce, seulement 15 jours avant le CT local. En revenant sur la parole donnée, la DSNA et le chef SNA-CE ont fait le choix de rompre la confiance qui permettait jusque là de bâtir des accords gagnant-gagnant.

Le projet de mutualisation porté par le chef SNA-CE s’inscrit désormais à l’inverse des principes fondateurs des XP. Pire : la plupart des mesures décidées unilatéralement relèvent plus de l’affichage que de l’opérationnel.

Le SNCTA reste convaincu que les XP, qu’il a portées, constituent une alternative « gagnant-gagnant » aux tours de service classiques, dans un contexte local de sous-effectif inédit et probablement durable. En revanche, le dernier revirement de la DSNA et du chef SNA-CE dénature totalement le concept XP. L’administration aurait tort de croire que les contrôleurs seraient prêts à tout pour une prime.

Les changements opérés unilatéralement par le chef SNA-CE et la DSNA rendent, en l’état, le projet de mutualisation du tour XP à Lyon inacceptable. La DSNA et le chef de centre assumeront seuls les conséquences de leur entêtement à imposer aux contrôleurs des mesures plus vexatoires qu’opérationnelles.

2020-10-08 Tour De Service XP - La DSNA Fonce Dans Le Mur (0.9 MiB)

0

CDA Lyon - Anti-social, tel est leur combat !

Haro sur les contrôleurs aériens ! En pleine crise sanitaire et économique, une campagne de presse vise une prétendue « prime de sur-activité » des contrôleurs aériens. Le SNCTA dénonce la présentation particulièrement partielle et partiale des faits, ainsi que ceux qui, se réfugiant derrière un anonymat tout relatif, tentent pathétiquement de contourner les choix démocratiques des contrôleurs. Au risque d’exposer dangereusement notre profession et, par extension, tous nos collègues de la DGAC.

La démocratie sociale, sous couvert d’anonymat

La semaine dernière, une campagne de presse est venue jeter le trouble sur les rémunérations des contrôleurs. La perception de la prime relative à la mise en place d’expérimentations sur les conditions de travail des contrôleurs aériens est présentée comme une « prime de sur-activité ». La presse écrite, comme audio-visuelle, a été renseignée par des « informateurs » souhaitant garder l’anonymat mais que leurs voix permettent d’identifier sans grande difficulté. Et dans chaque article de presse, dans chaque reportage, les mêmes éléments de langage, les mêmes expressions.

Or, les expérimentations sur le temps de travail des contrôleurs aériens ne concernent pas la « sur-activité » mais visent à « ajuster les moyens humains déployés, d’une part à la demande de trafic et d’autre part aux besoins en expertise et formation liés aux modernisations techniques et opérationnelles » (Protocole 2016).

Au-delà de la présentation volontairement tronquée et partisane, la méthode employée est choquante, puisque les « informateurs » se sont fait passer pour des contrôleurs, ce qu’ils ne sont pas. Le courage semble donc manifestement manquer à ceux qui entendent représenter notre profession mais n’osent pas assumer, à visage découvert, leurs propos.

Tentative pathétique de contournement du vote des salles de contrôle

L’origine de ces attaques ne fait guère de doutes. Certains syndicats de la DGAC, minoritaires chez les contrôleurs, n’ont jamais caché qu’ils étaient opposés aux expérimentations. Pourtant, dans tous les centres où elles ont été mises en place, leur principe a été approuvé, par les contrôleurs. À Lyon, les ICNA se sont prononcés à près de 80 % pour, mi-2018. Et lors du comité de suivi de l’expérimentation organisé en septembre 2019, pas une voix ne s’est élevée pour réclamer leur suspension ou leur arrêt.

Dans le cadre de la crise sanitaire et économique actuelle, le SNCTA négocie un accord sur la mutualisation du dispositif d’expérimentation, sur plusieurs années, qui permettra de disposer d’un cadre souple pour accompagner la montée en puissance du trafic aérien ainsi que les besoins en expertise et en formation indispensables à la modernisation de nos systèmes techniques mais aussi un besoin d’une aviation plus « verte » (trajectoires optimisées, merge point, descentes continues, target to arrival). Fidèle à ses principes, le SNCTA consultera les contrôleurs lyonnais sur une éventuelle déclinaison locale de cette mutualisation et s’en tiendra à l’avis majoritaire de la salle, quel qu’il soit.

Sans grande surprise, ceux qui se sont opposés hier à la mise en place des expérimentations, s’opposent à leur mutualisation aujourd’hui. Les « fuites » dans la presse interviennent alors même que le principe de mutualisation a été voté en CT DSNA. Étonnant ?

La campagne de presse actuelle n’est rien d’autre que le résultat d’une tentative de contournement du vote des contrôleurs qui, consultation après consultation, plébiscitent les expérimentations. Une conception pour le moins étrange de la “démocratie” sociale.

Quand on joue avec les allumettes, il ne faut pas s’étonner de faire flamber la maison

Cette tentative hypocrite risque évidemment de jeter l’opprobre non seulement sur notre profession, mais aussi sur l’ensemble de la DGAC.

Du fait des règlements « ciel unique européen », les performances des contrôleurs français sont, année après année, détaillées, scrutées, analysées et publiées. Toutes les statistiques, toutes les comparaisons avec nos homologues européens aboutissent aux mêmes résultats : malgré des outils techniques vieillissants, voire obsolètes, les contrôleurs aériens français parviennent à rendre le service avec un niveau de performance comparable à celui de nos voisins et ce, pour un coût horaire moindre.

Ceux qui confondent la barbouzerie et l’action syndicale ont-ils conscience que leurs méthodes risquent, par effet de contagion, d’attirer l’attention sur d’autres services ?

Le SNCTA n’entend pas se livrer à une guerre syndicale, et encore moins à une guerre des corps. Ce serait une perte de temps, d’énergie et cela porterait, in fine, préjudice aux contrôleurs et plus largement à tous les personnels de la DGAC.

Au niveau local comme au niveau national, le SNCTA poursuivra son travail de défense de la navigation aérienne et de notre profession. Il s’inscrira dans une démarche constructive, plutôt que dans l’opposition systématique ou la démagogie.

Les attaques médiatiques dont sont victimes les contrôleurs ne trompent personne, l’anonymat de leurs auteurs étant tout relatif. Cette tentative, désespérée et maladroite, de court-circuiter l’expression démocratique des salles de contrôle risque de jeter le discrédit non seulement sur notre profession, mais par contagion, sur bon nombre de services de la DGAC.

Le SNCTA n’a pas changé d’avis : le choix des conditions de travail des contrôleurs doit être le choix des contrôleurs.

 

2020-08-01 CDA LFLL Anti-social (0.2 MiB)

Pages:1234