Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Tag: négociations

0

CDA — Espaces : ça suffit!

Figurine dans un interdit faisant le signe stop

Au début de l’été aéronautique, la salle découvre une nouvelle consigne d’exploitation qui impose une modification sensible des interfaces avec le centre de Maastricht. Deux points retiennent particulièrement l’attention du SNCTA : la « MEDIL climbing box » et la « FAMEN area ».

Énièmes concessions

Pour justifier ces énièmes concessions dans un espace rémois déjà largement mité par les délégations d’espace ou autres release box, le service s’appuie sur des conclusions du Groupe Espace Flux qui ne les a pourtant pas validées !
Le SNCTA est passablement excédé devant une subdivision contrôle qui redouble d’ingéniosité (et d’anglicisme) pour offrir de l’espace aux prestataires étrangers sans contrepartie équitable.
Le manque de lien évident avec la salle aboutit à des projets espaces et d’amendements des lettres d’accords qui présentent un intérêt opérationnel discutable au détriment de l’espace aérien utilisable, de la sécurité, ou d’une augmentation des contraintes.

Où sont les contreparties ?

Le SNCTA soutient tous les projets espaces qui améliorent les conditions de travail des Rémois ou réduisent la complexité sur secteur. Lors de négociation de LoA ou d’espace avec les partenaires étrangers, il attend des contreparties équivalentes. Elles ne manquent pas :

  • «CIV release line » ;
  • pérennisation de l’expérimentation DEVDI ;
  • réduction des zones PINOT et SORAL
    ou création de descending box ;
  • réduction de la délégation Londres ;
  • « Stuttgart », « Frankfurt-Hann », « Zurich»,  et « Geneva climbing box » ;
  • création de flux de sorties avec l’Allemagne ;

Une réduction des coordinations téléphoniques n’est pas suffisante pour donner de l’espace !

Les enjeux du eNM S19

Dans le cadre du « eNM Summer 19 », les prestataires de contrôle font en ce moment part de leurs besoins en espace aérien ou en scénarios pour améliorer la gestion de leur trafic. Nul doute que la DFS, Eurocontrol, Skyguide ou le NATS demanderont des concessions significatives au CRNA Est ! La DSNA sera-elle capable d’y faire face ?
Raison de plus pour refuser toute stratégie de l’administration nationale ou locale qui braderait l’espace rémois sans contreparties équivalentes.

Le SNCTA exige une nouvelle fois que la mise en place de chaque LoA ou projet espace soit conditionnée par l’accord express du Groupe Espace Flux.
Le SNCTA demande les retours arrières immédiats des « MEDIL climbing box » et « FAMEN area ». Il attend toujours les compensations de la « CMB release line ».
Il enjoint l’administration à mettre en place un détachement 12/36 à pourvoi obligatoire en subdivision contrôle.

2019-05-02 CDA LFEE Espaces, Ça Suffit (0.2 MiB)

0

Négociations protocolaires, V0... ICNA, nous comprenons vos inquiétudes

Le projet « V0 » d’accord protocolaire est inacceptable et ne mérite que la corbeille. La « V1 », qui devait être présentée le 18 mars est finalement délayée… Qu’en sera-t-il ? Quelle stratégie adopter ?

Le bureau de section aixois tient à répondre aux inquiétudes, matérialisées dans la pétition qui circule en salle de contrôle. Nous sommes prêts à travailler pour un avenir moins sombre que celui que la DGAC nous promet (augmentation du trafic, baisse d’effectifs, perte du pouvoir d’achat constante et dévalorisation de notre fonction), mais pas n’importe comment. Faisons valoir notre ouverture et AUSSI nos exigences, l’accord gagnant-gagnant sera à ce prix ! Espérer aujourd’hui faire une union syndicale sur l’ensemble de nos idées relève malheureusement encore d’une utopie. Nous espérons que cela puisse changer un jour. En attendant, la représentativité du SNCTA fait sa force, mais pour sécuriser notre avenir, nous devons échanger, travailler, imaginer.

Restons mobilisés, groupés et vigilants.

VO du protocole, inquiétudes (0.9 MiB)

0

Le SNCTA sur tous les fronts

Alors qu’au niveau local, les contrôleurs rémois ont montre leur détermination a se faire entendre dans le dossier Swap, au niveau national, l’administration continue de reporter toujours plus l’ouverture des négociations protocolaires. pourtant le temps presse, jamais le contexte social n’a été aussi menace et le sncta ne saurait attendre plus longtemps.

Contexte

Le SNCTA mène depuis des années une lutte acharnée pour remettre le contrôle aérien au centre de la DGAC. Les négociations protocolaires à venir sont l’occasion de faire entendre nos revendications. Suite aux dernières élections et au soutien clair des ICNA à sa politique, le SNCTA était en droit d’attendre une écoute attentive de la part de notre administration. Mais voilà, les promesses et les provocations se succèdent, l’organisation de notre temps de travail montre ses limites, et nos conditions de travail se dégradent, les contraintes des règlements européens sont toujours plus présentes. Un travail d’adaptation est nécessaire. Alors que l’administration est consciente de la situation, elle tarde à agir. Ce manque de considération est intolérable. Le SNCTA ne saurait le supporter plus longtemps.

Quelles sont les revendications du SNCTA ?

Le SNCTA exige des réponses claires aux problèmes suivants :

  • recrutement et gestion des effectifs
    Perspective à 5 ans. Passage à 4 promos ÉNAC dès cette année ;
  • organisation du travail ;
  • règlementation européenne
    Pour un accord licence 2. Négociation des modalités d’exécution du contrôle du maintien de compétence pratique et linguistique ;
  • carrières et rémunérations
    Limitation des effets du gel du point d’indice depuis 2010, introduction d’un mécanisme de ré-indexation des primes sur le coût de la vie, garantie ferme des pouvoirs publics de l’exclusion du corps ICNA du RIFSEEP…
  • conditions de départ à la retraite
    Des conditions claires pour les agents concernés par la période transitoire de 57 à 59 ans, amélioration du taux de remplacement.

Pour le SNCTA, les négociations doivent être conclues rapidement, avec un objectif de fin d’année 2015, tout début d’année 2016. Les nouveaux règlements contraignants n’attendront pas (dès le 1er janvier 2016) !

Une grève illimitée de 5 h 30 à 8 h 30 à partir du 17 novembre

Les buts recherchés par une telle grève sont multiples :

  • une grève qui pourra s’inscrire dans la durée ;
  • une limitation de l’impact sur les usagers.
    Contenir le nombre d’annulation tout en désorganisant le planning des compagnies ;
  • empêcher le recours par le gouvernement au concept d’intérêts vitaux de la nation pour casser la grève.

Les modalités

  • Début le 17 novembre ;
  • Préavis reconductible de jour en jour, hors weekend et jours fériés.
    Parfaitement légale, il ne s’agit en aucun cas d’une grève tournante ou perlée ;
  • Plage horaire de 5 h 30 à 8 h 30 locale.
    Les seules vacations touchées à Reims seront donc les M1, J et M2 ;
  • Que se passe t-il après 8 h 30 ?
    Le préavis ne couvre plus les agents qui doivent donc reprendre normalement leur service ;
  • 1/30 pour chaque jour de grève.
Dans ce contexte local et national où il est clair que les exigences des contrôleurs sont de moins en moins prises en compte, il est grand temps de débloquer le dialogue social. si vous ne souhaitez plus voir votre profession subir les décisions arbitraires de notre administration, il est temps de se mobiliser.

Tous en grève à partir du 17 novembre !

SL Reims ACC - Le SNCTA Sur Tous Les Fronts (0.3 MiB)

0

Le conseil régional Sud-Est s’est réuni les 12 et 13 octobre à Clermont-Ferrand

Le CRSE s’inquiète du retard pris par le lancement des négociations sociales prévues à la rentrée. Elles devront être l’occasion de remettre la DSNA dans le sens de la marche en la sortant du fossé dans lequel elle s’est embourbée et apporter des réponses aux enjeux futurs auxquels les contrôleurs aériens sont confrontés : IR-ATCO, exclusion du RIFSEEP, taux de remplacement à la retraite, modernisation des outils…

Le CRSE soutient sans réserve le bureau national dans l’action qu’il juge et jugera utile d’entreprendre, et se tient prêt à se mobiliser pour défendre les revendications des contrôleurs.

Communique Conseil Régional Sud Est (89 KiB)