Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se connecter Adhérer

Tag: RO

0

LFFF — Déclaration liminaire du SNCTA au CT du 14 décembre

Monsieur le Président du Comité Technique,

Vous nous avez réunis aujourd’hui pour tenir un CT exceptionnel. Nous aurions presque pu nous en réjouir : la DSNA vient de montrer qu’elle est capable de mettre en place et faire avancer rapidement un projet. Malheureusement, que cette énergie inédite soit mise au service exclusif d’un projet tel que celui des Réserves Opérationnelles (terme au demeurant inapproprié) vient nettement assombrir cette nouvelle. Nous considérons que nous atteignons ici un point d’orgue à la détérioration du dialogue social, en assistant à la preuve de l’absence de toute bienveillance de notre encadrement envers certains de ses personnels.

C’est donc dans cette ultime instance de concertation que va se décliner localement une décision nationale qui a reçu une opposition unanime des OS lors des CT DSNA des 28 octobre et 12 novembre 2020.

La crise sanitaire que nous traversons depuis de nombreux mois a bouleversé les activités du secteur aérien. Depuis le début de la crise, les personnels, conscients des enjeux sanitaires et économiques, ont poursuivi leurs missions et assuré la continuité du service public. Les contrôleurs aériens du CRNA Nord ont fait preuve d’une adaptabilité sans faille afin de participer, à leur niveau, à la lutte contre la pandémie. Pendant ce même temps, la DSNA n’a rien trouvé de mieux, prétextant une recherche de cadre légal, que d’inventer un système comptable complexe, vexatoire et très éloigné de la réalité opérationnelle. Ce dernier va modifier profondément nos conditions de travail. Ce dispositif qui ne vise que les contrôleurs en salle, a pour objectif de pérenniser les réserves opérationnelles initialement mises en place pour diminuer les risques de propagation du virus de la Covid-19.

Les réunions plénières préparatoires qui furent finalement des réunions d’information tellement votre marge de manœuvre était réduite, auront seulement rapproché les déclinaisons locales de la décision DSNA, après avoir initialement voulu appliquer de la manière la plus rigide possible le mécanisme des RO.

Il existait pourtant des solutions pour mieux utiliser les ressources et faire avancer les projets locaux. Mais plutôt que de créer un dispositif vertueux avec les contrôleurs aériens qui auraient pu mettre leur compétence au service du développement de la DSNA comme ils l’ont toujours fait, et aussi répondre présents pour accompagner au mieux les objectifs de croissance à venir, vous avez préféré user de force et d’autorité en voulant reprendre aux Chefs de Salle la gestion opérationnelle de la salle par la mise en oeuvre d’un mécanisme dont nous avons la certitude qu’il se révélera au final inopérationnel. Nous réitérons notre opposition à ce dispositif qui va contre les intérêts des contrôleurs aériens et plus largement de la DSNA.

Le CRNA Nord, en crise depuis bien trop longtemps et à l’aube de son passage à 4F, n’avait pas besoin d’une crise de confiance mais bien d’un élan d’optimisme et de coopération de la part de tous les acteurs du centre. Les contrôleurs prennent acte de ces décisions et sauront s’en souvenir.

Nous saluons mais doutons de votre volonté de « conserver au maximum le fonctionnement et la souplesse de la gestion RH de la salle » tout en restant « en conformité avec le texte DSNA ». Les contrôleurs ne sauront être moteurs dans l’application de ces textes.

De plus, la mise en place en urgence, poussée par la DSNA, est incompréhensible. Ce dispositif mal ficelé va générer un surcroît de travail aux personnels en charge des RH à la sub contrôle. Peut-on espérer l’annonce de votre part d’un renfort des effectifs pour les assister dans la gestion de cette nouvelle tâche inutile qu’on va leur imposer ? Quels seront les outils mis à leur disposition pour gérer cette usine à gaz dont le bénéfice prévisible est proche de la nullité ? Le « nouvel outil TDS » sera-t-il le miracle de Noël ?

Le SNCTA s’efforcera aujourd’hui de lutter pour gommer les aspects les plus incohérents ou vexatoires, mais face à cet affront de la DSNA envers nous, ses agents, sachez que ce sera votre responsabilité d’en assumer et d’en gérer les conséquences.

Le SNCTA continuera de défendre les contrôleurs et saura mettre l’administration face à ses responsabilités quand la réalité opérationnelle dépassera les utopies managériales mise en place par nos décideurs.

LFFF2020-1214 Déclaration CT RO (0.1 MiB)

0

LFBB FI — Le nouveau monde des RO n°1 : Les réserves opérationnelles, 
 un braconnage de récups

Homme mettant le pied sur un piège à loup

Sous couvert de mieux utiliser les ressources ICNA, la DSNA est donc partie, grâce au texte sur les RO, à la chasse sauvage aux récupérations des contrôleurs. Au CRNA SO, le (dé)compte porte sur l’abrogation du forfait VRO (3 récups ou 6 VRO) et sur les JRH (6 récups les années XP), sans compter la suppression des 6 à 7 récups J0 en moins liée à la suspension des XP.

Comme tout bon braconnier du dialogue monologue social, la DSNA pose son piège : le compte-temps individuel de chaque contrôleur décompte des récups… que le besoin en vacations (BV) élimine en créant des jours de réserves opérationnelles.L’ensemble des activités listées ci-dessous* rentrera donc désormais dans le CT construit pour être rapidement débiteur. Ainsi il ne sera pas possible de poser des récupérations (sauf, par dérogation, celles concernant les récupérations pour GT ou pour réunions nécessitant l’expertise des contrôleurs, qui pourront être posées dans les 3 mois).

La mise en œuvre du compte-temps est arrêtée au 17 février 2021, soit le lendemain de la fin de l’état d’urgence sanitaire. Son initialisation sera effectuée avec les JRH prévus pour 2021 (3 à ce stade), chiffre largement inférieur à certains autres CRNA.

Une des « brillantes » particularités du compte-temps, c’est qu’il permet de reporter le solde d’une année sur l’autre dans la limite d’un solde nul. Ainsi si le compte-temps 2021 affiche un décompte négatif, le compte- temps 2022 sera décrémenté d’autant, dans la limite d’un décompte nul.

*Vacation complémentaire, récupération J0, GT Espace, GT Méthode, GT ATFCM, formation ou entrainement, ateliers CdS, visites médicales, visites médicales complémentaires chez un spécialiste, réunions CE gestion, commission locale de sécurité, CFU, tests théoriques et pratiques, Anglais, formation continue etc.

Régression majeure, JRH et besoin en vacations deviennent les deux nouveaux enjeux d’équilibres sociaux et inter-centres. L’encadrement local va-t-il laisser le centre de Bordeaux décrocher et plonger dans l’immobilisme ? Loin des enjeux de sécurité voire de bon fonctionnement des organismes de contrôle, le nouveau monde imaginé par cynisme et opportunisme s’articule donc autour du compte-temps. Ce dernier consiste à transformer nos JRH et la plupart de nos récupérations en RO fixées, modifiables et rappelables par le chef de service. Il pose par ailleurs des questions majeures, pourtant éludées, sur l’utilisation des chiffres annuels individuels.

LFBB— FI - Braconnage (0.6 MiB)

0

Flash Info Aix — RO : La magie de Noël ?

Noël arrive et sous couvert de crise sanitaire, ne nous y trompons pas, l’administration a plutôt décidé de porter le déguisement du Père Fouettard. En effet, notre administration s’arroge le droit de mettre en œuvre ce dont elle a toujours rêvé : mépriser les ICNA, étouffer le dialogue et s’asseoir sur des décennies de négociations. Sans discernement, elle impose au détriment de toute logique son système de RO totalement vexatoire et inopérationnel.

Alors que certaines dispositions sont renvoyées aux CT/S locaux, laissant croire à quelques négociations, notre encadrement, le doigt sur la couture, se fait dicter la conduite à tenir par des consignes nationales. Des heures de réunions plénières féeriques se sont tenues mais, même si nous avons voulu y croire, nous ne sommes définitivement plus des enfants … Ainsi, malgré notre opposition ferme au système de RO, nous avons travaillé pour tenter de faire bouger les lignes, a minima remettre en conformité une déclinaison locale tentant même d’aller plus loin que le texte DSNA passé en force.

Mais à l’image d’un lendemain de fête, le SNCTA et les ICNAs se réveillent avec la gueule de bois. La quasi-totalité de nos propositions ont été balayées d’un revers de la main. 

Les soldes d’hiver débuteront donc avec le CT/S local le 9 décembre. Les OS devront y rendre un avis sur la déclinaison des RO au CRNA/SE, avis que l’administration affiche clairement ne pas considérer.

Après un hold-up national sur un système autant vexatoire qu’inopérationnel, l’administration locale semble suivre le même chemin. Est-elle consciente qu’elle bâtit de ce fait un mur historique entre contrôleurs et encadrement ? Avec le besoin imminent d’accompagner la reprise du trafic, le SNCTA  condamne fermement l’acharnement de l’administration à vouloir se priver de la bonne volonté des contrôleurs et saura lui faire assumer ses responsabilités.

FI RO La Magie De Noël (0.6 MiB)

0

CDA LFEE - La DSNA compte les RO mais pas les avions !

Depuis le début de la crise, les feux de la DGAC sont braqués sur notre profession. Alors qu’avec la complaisance du service local, la DSNA s’affaire à détricoter nos conditions de travail, que nos salaires viennent de baisser, le SNCTA apprend avec étonnement que la route UL15 n’est plus planifiable par les usagers depuis début octobre.

Le sens des priorités

Ce flux représente pourtant en moyenne plus de 30 vols par jours et couvre 300 NM de redevances. Il représente normalement 5 % du trafic rémois, ce qui est loin d’être anecdotique en ces temps difficiles.

L’administration, trop affairée à passer en force la suspension des expés et à confisquer les récupérations des contrôleurs en oublie sa véritable mission : rendre le service de la navigation aérienne.

Les possibilités de récupérer des espaces et la sécurisation de nos flux de trafic auraient dû être une priorité de nos managers. Mais aveuglés par leurs obsessions maladives des réserves opérationnelles, ils en oublient les fondamentaux et privent l’ensemble de la DSNA d’une ressource majeure.

Le SNCTA demande la réouverture au plus vite de l’UL15.

L’impasse des réserves opérationnelles

Les contrôleurs ont déjà montré leur capacité à faire évoluer leur cadre de travail lorsque nécessaire. Ils savent rendre des comptes, la responsabilité est leur cœur de leur métier.

La DSNA en revanche vient de passer huit mois à compter nos jours de travail pour finir par infliger des textes technocratiques, qui ne peuvent faire fonctionner que théoriquement le système de contrôle aérien français.

Le trafic revenant, révèlera le caractère inopérationnel de ces textes vexatoires.

L’administration, locale comme nationale, sera responsable de l’échec du management conduit pendant cette crise sanitaire.

Certains tenteront péniblement d’éteindre les braises qu’ils n’auront eu de cesse d’attiser mais une défiance sans précédent s’est durablement installée.

Les plaies seront longues à cicatriser.

2020-11-17 CDA LFEE La DSNA Compte Les RO Mais Pas Les Avions (0.1 MiB)