Username:

Password:

Mot de passe oublié ? / Help
Se Connecter / Créer un compte

Les postes ouverts à la CAP sont parus

Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 31 octobre. La CAP à recouvrement aura lieu le 28 novembre et la CAP de corps le 13 décembre.

CAP de décembre

Retraites

La retraite des ICNA est un sujet majeur de revendications pour le SNCTA.

Retraites

CESAME : Conseil Écoute SNCTA Affaires MÉdicales

Une question sur votre aptitude médicale ? Le SNCTA est à vos côtés. Écoute, Conseil, Confidentialité : cesame@sncta.fr

Césame

Conflits dans l'Air

Retrouvez les dernières communications et les prises de positions du SNCTA

Conflits dans l'Air

Premier syndicat des Contrôleurs du Trafic Aérien
0

Nouveaux postes ouverts à la CAP de décembre 2017

CAP

De nouveaux postes ont étés ouverts à la prochaine CAP qui se tiendra au mois de décembre:

  • AVE 107039 – Beauvais – 1 poste de PC
  • AVE 107695 – Orly – 2 postes de PC Approche
  • AVE 107699 – Nantes – Chef SNA
  • AVE 106851 – ENAC – Chef de programme DID
  • AVE 107716 – DO – Chef de projet Drones-U-SPACE
  • AVE 107717 – DTI – Chef de projet Coordination CssIP

Par ailleurs, le poste suivant a été ouvert aux TSEEAC:

  • AVE 107661 – Strasbourg –  Assistant de sub Etudes

Les dates clés de la prochaine CAP restent inchangées. Les voici pour rappel:

  • CAP à recouvrement : 28 novembre ;
  • CAP de corps : 13 décembre.

Enfin, les candidatures peuvent être déposées jusqu’au 31 octobre et ne pourront être annulées que jusqu’aux dates suivantes :

  • pour la CAP à recouvrement : le 26 novembre à 23 h 59 ;
  • pour la CAP de corps : le 11 décembre à 23 h 59.

CDA Addendum (133.6 KiB)

Détails Addendum (144.0 KiB)

0

CÉSAME — Contrats santé et prévoyance, que choisir ?

9596751 - stethoscope (isolated)

Suite au référencement d’une mutuelle DGAC, il existe désormais deux mutuelles, MGAS et HFP, proposant des contrats collectifs santé (offre mutualiste classique) et prévoyance (type contrat ATC-Prévoyance ou PAM) aux ICNA et aux autres personnels de la DGAC. Après avoir rencontré les responsables de ces mutuelles, la cellule CÉSAME vous livre son analyse.

Une nouvelle venue : la MGAS

Bien qu’inconnue à la DGAC, la MGAS (mutuelle générale des affaires sociales) a remporté l’appel d’offre du référencement. Pour cela, cette mutuelle de taille moyenne s’est associée avec SHAM, leader français de l’assurance en responsabilité civile pour les professionnels de santé. Ainsi, MGAS et SHAM sont co-assureurs et, en cas de défaillance de l’un, l’autre devient assureur à 100 % du contrat. La continuité de la couverture est donc assurée.

Du point de vue du SNCTA, il s’agit d’une mutuelle dynamique et agile qui a su rapidement apporter à la cellule CÉSAME des réponses sur des points précis et sur des demandes d’améliorations de ses notices et annexes.

Une offre santé intéressante…

En effet, dans le cadre du protocole, une participation financière de la DGAC (800 000 €) permet d’obtenir des tarifs santé attractifs. Le travail en amont de l’appel d’offre a permis de fixer des hauts niveaux de remboursement des frais médicaux. De fait, l’offre santé MGAS répond à ces exigences. Le tarif est particulièrement intéressant pour les familles nombreuses et les retraités.

…mais indissociable de la prévoyance !

Les règles du référencement sont claires : il s’agit d’une offre couplée santé-prévoyance indissociable. Ainsi, pour l’instant, il n’est pas possible de souscrire uniquement un contrat de prévoyance sans la partie mutuelle santé. Toutefois, cette règle pourrait évoluer, notamment dans le cas particulier de la zone pacifique.

Le SNCTA relève que les garanties prévoyance MGAS sont élevées, d’un niveau équivalent à celles du contrat ATC-Prévoyance (ou PAM). En outre, point important, aucun questionnaire médical n’est requis pour une adhésion en 2018 et 2019.

Les imprécisions initiales relevées par l’expertise de la cellule CÉSAME ont été levées. Le SNCTA est désormais certain de disposer d’un contrat répondant aux attentes des contrôleurs.

Du côté d’HFP ?

HFP (Harmonie Fonction publique, ex-MNAM), partenaire historique des contrôleurs aériens pour la prévoyance, connaît nos besoins et a su s’adapter au fil du temps à nos attentes. HFP a fait ses preuves et compte aujourd’hui 2 000 ICNA adhérents à son contrat ATC-Prévoyance.

Bien que n’ayant pas remporté l’appel d’offre, cette mutuelle va poursuivre et améliorer ses offres de prévoyance. Pour preuve, HFP a récemment revu ses tarifs prévoyance à la baisse (environ 20 %). Un questionnaire médical reste à ce jour exigé à la souscription.

Pour ce qui est de l’offre santé d’HFP, elle reste moins performante financièrement mais aussi en terme de couverture. Consciente de cela, HFP a aussi décidé d‘améliorer la prise en charge des soins dentaires.

Contrairement au contrat MGAS référencé, il est possible de souscrire uniquement le contrat ATC-Prévoyance (ou PAM) sans prendre la mutuelle santé chez HFP.

Le travail du SNCTA

Ce référencement, souhaité par le SNCTA, a permis de s’approcher du juste prix de la prévoyance pour nos métiers mais aussi de supprimer temporairement toute sélection médicale.

Depuis l’annonce de la mutuelle référencée, la cellule CÉSAME a travaillé avec la MGAS et a étudié scrupuleusement les conditions générales et particulières de leur offre. Les garanties sont solides et équivalentes au contrat prévoyance déjà existant.

Dans le même temps, la cellule CÉSAME a échangé avec HFP et a obtenu les résultats évoqués ci-dessus.

Fort d’une expérience de plus de vingt ans dans la prévoyance, le SNCTA continuera à œuvrer pour qu’une prévoyance adaptée aux contrôleurs perdure et se renforce dans un contexte nouveau de concurrence entre mutuelles qui, pour l’instant, profite aux personnels.

Le SNCTA recommande à tous les personnels de souscrire un dispositif de prévoyance pour garantir leurs revenus en cas de maladie, d’accident ou d’invalidité que ce soit chez HFP ou MGAS. Les baisses tarifaires actuelles, la qualité de ces offres, et l’absence de questionnaire médical pour l’une, doivent inciter les agents qui ne disposent pas de ces contrats à saisir l’opportunité !

CDA CESAME 01 2017-10-19 (366.7 KiB)

Questions et réponses

Quelle mutuelle est-il conseillé de prendre ?

Le choix d’une mutuelle est avant tout un choix personnel ! Il dépend de l’attractivité de l’offre au regard de sa situation personnelle et du niveau de garanties souhaitées, notamment en santé. Par exemple, la structure indissociable Santé-Prévoyance de MGAS ne répond pas à tous les cas.

Dans tous les cas, le SNCTA encourage vivement à souscrire un contrat de prévoyance : offre couplée Santé-Prévoyance MGAS ou contrat ATC-Prévoyance HFP.

La prévoyance, c’est quoi ?

C’est simplement sécuriser ses revenus face aux aléas de la vie.

En effet, nul ne peut prétendre être à l’abri de l’accident, de la maladie ou du décès… Malheureusement, le système de rémunération des contrôleurs composé de nombreuses primes est fragile face à ces aléas. Les rémunérations perçues peuvent vite se réduire de moitié, voire plus. La souscription d’un contrat prévoyance (MGAS ou HFP) permet de maintenir ses revenus en toutes circonstances et de protéger ses proches le cas-échéant.

Maintenant que la MGAS est l’organisme référencé, cela veut-il dire que HFP va supprimer ses contrats ?

Non ! HFP continue d’assurer et d’améliorer ses contrats. Il est toujours possible d’y souscrire. HFP a par ailleurs décidé de réduire les tarifs de ses contrats prévoyance (ATC-Prévoyance et PAM) avec aussi un effort sur les remboursements dentaires.

Peut-on adhérer au contrat prévoyance MGAS référencé sans prendre la mutuelle santé associée ?

Non. Pour l’instant, il n’est pas encore possible de dissocier les deux contrats. Toutefois, cette possibilité est à l’étude pour certains territoires français où l’offre santé n’est pas adaptée aux tarifs médicaux élevés pratiqués localement.

Je suis à la mutuelle d’entreprise de mon conjoint ou ma conjointe et je ne souhaite pas la quitter, que faire ?

Généralement, les mutuelles santé d’entreprise ont des tarifs extrêmement avantageux.

Si tel est le cas, seul le contrat ATC-Prévoyance de HFP peut apporter une protection en prévoyance (après questionnaire médical).

Toutefois, il ne faut pas hésiter à demander des devis pour comparer.

À la fin du référencement, que se passe-t-il ? Le contrat va-t-il disparaître ?

Le référencement est initialement prévu pour 4 ans, reconductible annuellement sur une durée totale de 7 ans. Un autre référencement pourra alors être proposé. Quel que soit l’avenir du référencement, le contrat MGAS perdurera dans le temps, tout comme les contrats HFP non référencés. En revanche, le tarif pourrait être ajusté pour faire face à l’absence de subvention de la DGAC et/ou une augmentation du risque.

Si j’ai déjà le contrat ATC-Prévoyance, est-il conseillé de migrer vers l’offre référencée ?

D’un point de vue de la protection en prévoyance, ce n’est pas nécessaire (les deux contrats sont équivalents). Le choix est individuel en fonction d’un critère financier (faire faire des devis) et du besoin ou non d’une protection mutuelle (l’adhésion à la MGAS pour la prévoyance s’accompagne obligatoirement d’un contrat Santé).

Un cas mérite néanmoins attention : si le contrat ATC-Prévoyance comporte des restrictions suite au questionnaire médical, il appartient à chacun de juger de l’opportunité de migrer vers l’offre référencée durant la période de deux ans sans questionnaire médical à la souscription.

Quand souscrire l’offre référencée MGAS ?

Principe de base : ne pas être en arrêt maladie à la souscription.

Dès lors, deux cas possibles :

  • si on a déjà une mutuelle santé et/ou un contrat ATC-Prévoyance ou PAM, il faut résilier ceux-ci avant le 31 octobre de chaque année pour éviter la double souscription ;
  • si on a pas de mutuelle santé : c’est quand on veut !

Important : 2018 (octobre 2017) et 2019 (octobre 2018) sont des années de souscription sans questionnaire médical. Rien ne presse donc sauf à vouloir bénéficier de l’offre des cotisations enfants à 1 € valable seulement en 2018.

J’ai un soucis de santé, puis-je souscrire ?

Peut-être que ce souci de santé n’est pas rédhibitoire pour le questionnaire médical de HFP.

En tout cas, l’occasion tombe à pic pour souscrire à un dispositif de prévoyance complet à un prix intéressant : l’offre MGAS !

Je suis retraité, suis-je concerné ?

Oui. L’offre référencée MGAS s’adresse aussi aux retraités et sans le couplage obligatoire avec la prévoyance. En effet, un retraité ne pouvant être en arrêt de travail, seule la partie Santé les concerne.

L’offre MGAS mérite attention en terme de tarifs et de remboursements.

Comparatif offres prévoyance (en % de la rémunération annuelle brute de référence)

MGAS HFP
Contrats facultatifs : adhésion non obligatoire mais vivement conseillée par le SNCTA. Contrats facultatifs : adhésion non obligatoire mais vivement conseillée par le SNCTA.
Offre référencée DGAC pendant 4 ans reconductible annuellement ne pouvant excéder 7 ans au total. Offre non référencée.
Santé et prévoyance.
Couplage santé-prévoyance indissociable.
Santé et / ou prévoyance.

Prévoyance ICNA niveau 2

1,02 %

Contrat ATC-Prévoyance — équivalent niveau 2

1,05 %

Tarif unique : pas de distinction entre adhérent HFP ou non.

Prévoyance ICNA niveau 3

1,15 %

Augmentation du capital invalidité et décès à 170 % de la rémunération annuelle de référence contre 100 % pour le niveau 2.

Pas d‘équivalent
Pas de tarif jeune en prévoyance.

Contrat ATC-Prévoyance moins de 30 ans

0,52 %

Pas de questionnaire médical pendant 2 ans. Déclaration de bonne santé ensuite.

La déclaration de bonne santé est nettement moins contraignante qu’un questionnaire médical. Pas de médecin conseil.

Questionnaire médical

Soumis à accord du médecin conseil

Comparatif offres santé :

Le référencement donne un avantage certain à l’offre MGAS en termes de tarifs et de montants des remboursements. À noter également qu’en 2018, la cotisation enfant est à 1 € par mois quel que soit le niveau de protection santé choisi.

Le conseil de CÉSAME : demander un devis et analyser les grilles de remboursement.

0

Déclaration liminaire du SNCTA lors du CT DO du 16 octobre 2017

Bureau national SNCTA

Lors de la grève Fonction publique du 10 octobre, les contrôleurs aériens du CRNA Sud-Ouest et du CRNA Ouest ont vu les niveaux d’astreintes de leurs centres augmenter de 50 %, unilatéralement, par simple décision du DSNA. Le SNCTA condamne fermement cette mesure qui constitue une restriction du droit de grève. Cette décision, contre-productive et incompréhensible opérationnellement, est aussi considérée par les contrôleurs concernés comme particulièrement vexatoire.

Contre-productive d’abord, car cette décision laissera des traces. Elle tombe comme une douche froide sur le dialogue social local après un printemps d’agitation, de consultation puis d’acceptation.

Incompréhensible ensuite, puisque cette décision a induit bien plus de délais que lors d’une grève à quatre secteurs d’astreintes. Le SNCTA n’avait cessé de le prédire, en avait averti plusieurs fois DO et DSNA et les services locaux n’avaient pu qu’acquiescer.

Vexatoire enfin, pour les personnels de ces deux centres qui ont absorbé cet été, parfois dans des conditions météorologiques exécrables, des hausses de trafic extrêmement importantes en toute sécurité, et ce, après une mise en service délicate de EEE. Ne méritaient-ils pas mieux ?

Plus que jamais, après analyse des effets induits par cette grève, le SNCTA note, chiffres à l’appui, que la décision d’augmentation des astreintes est une erreur majeure. En conséquence, il exige un retour à quatre secteurs d’astreintes pour le CRNA Sud-Ouest et pour le CRNA Ouest.

2017-10-16 Déclaration Liminaire CT DO (62.1 KiB)

0

COMRES — L’application de SERA C devra être modifiée !

Logo de la commission responsabilité

Dans le cadre de sa mission d’étudier les questions relatives à la responsabilité des contrôleurs et leurs implications juridiques, le SNCTA a procédé à une étude du règlement SERA C qui est entré en vigueur à compter du 12 octobre 2017 avec une phase de briefings d’information en CRNA et de formation en tours et approches. Il pointe un certain nombre de dispositions du règlement, en particulier les évolutions apportées aux abords et sur la piste, qu’il considère comme particulièrement incidentogènes, voire accidentogènes.

Obligation de sécurité

L’obligation des contrôleurs de se conformer à la nouvelle phraséologie entre parfois en contradiction avec l’obligation de sécurité qui doit être rendue aux usagers.

De plus, certaines dispositions du manuel de formation à la phraséologie sont difficilement applicables en opérationnel et placent les contrôleurs en porte-à-faux.

Voici, plus en détail, des cas qui nécessitent, du point de vue de la commission responsabilité, une modification ou, au minimum, une étude plus approfondie.

Changements impactant la sécurité

Maintien de position avant une piste

Nouvelle phraséologie « Rapid Air 3-2-4-5, hold short of holding point runway 2-7 »
Ancienne phraséologie « Citron Air 3-2-4-5, maintain holding point runway 2-7 »

Après avoir alerté pendant des années sur la mauvaise compréhension du « hold short » dont l’utilisation a été facteur contributif de nombreuses incursions de pistes, et alors que les contrôleurs souhaitaient faire évoluer la réglementation pour ne plus utiliser que le terme « maintain », le SNCTA regrette que parmi la multitude de changements, un retour arrière si dangereux entre en vigueur.

Alignement avec attente depuis une intersection

Nouvelle phraséologie « Rapid Air 3-2-4-5, alignez-vous et attendez piste 2-7 depuis intersection S3 »
Ancienne phraséologie « Citron Air 32-45, depuis S3 alignez-vous piste 27 et attendez »

L’ancienne version, qui respectait la chronologie des instructions, était préférable. Par ailleurs, la suppression du « attendez » en fin de phrase est particulièrement préjudiciable.

Alignement derrière une finale

Nouvelle phraséologie « Rapid Air 3-2-4-5, derrière ATR en finale, alignez-vous et attendez piste 3-3 droite, derrière »
Ancienne phraséologie « Citron Air 32-45, derrière ATR en finale, alignez-vous piste 33 droite et attendez derrière »

Pour les mêmes raisons que précédemment, l’ancienne phraséologie semble plus adaptée.

Intégration dans le circuit d’aérodrome contrôlé

Nouvelle phraséologie « F-B-X, numéro 3, suivez un Cessna 1-7-2 en base, rappelez base main droite piste 3-3 droite »
Ancienne phraséologie « F-B-X, numéro 3, trafic précédant, Cessna 172, en base, rappelez base main droite piste 33 droite »

Cette nouvelle version ne prend pas en compte les cas où le trafic précédent ne suit pas la même trajectoire (exemple : un trafic précédent en base opposée).

Après atterrissage – maintien de position avant une piste active

Nouvelle phraséologie « Rapid Air 3-2-4-5, hold short of runway 1-8 right, taxiway B 7 »
Ancienne phraséologie « Citron Air 3-2-4-5, hold short of runway 1-8 right, on taxiway B 7 »

Le règlement SERA ne prévoit pas de distinction entre une piste active ou non. La phraséologie est « hold short », par contre l’adjonction du terme « taxiway » est une spécificité française, qui ne se retrouve pas dans SERA et devrait être remplacé par « holding point » ou « intersection ».

Comme précédemment, après avoir alerté pendant des années sur la mauvaise compréhension du « hold short », le SNCTA regrette que, parmi la multitude de changements, ce dernier apparaisse toujours et que la spécificité d’une voie menant à la piste ne soit pas mentionnée.

Phraséologie d’urgence, manœuvres d’évitement

Nouvelle phraséologie « Rapid Air 3-2-4-5, immédiatement, tournez à droite immédiatement cap 0-9-0, pour évitement »
Ancienne phraséologie « Citron Air 32-45, immédiatement, tournez à droite cap 0-90, immédiatement, pour évitement »

Dans le manuel de phraséologie (p. 244) est écrit : « [le contrôleur] utilise les termes immédiatement / immediately dans la mesure du possible en début et en fin de message ». Le changement préconisé est donc en contradiction avec ce principe de base.

Une mise en œuvre inapplicable

Épellation des nombres en langue française

La nouvelle phraséologie impose d’épeler en langue française tous les nombres utilisés en chiffres, ce qui induit une nette augmentation du taux d’occupation de fréquence.

Cette disposition est temporairement suspendue. Le SNCTA demande expressément que cette suspension devienne définitive.

Phraséologie SID/STAR

Extrait de l’étude de sécurité phraséologie SERA C V 1.0 :

« L’utilisation de la nouvelle phraséologie SID/STAR devait permettre en théorie au contrôleur de diminuer le nombre de messages en autorisant de façon anticipée un aéronef vers son niveau de sortie, tout en respectant des contraintes de niveaux publiées qui garantissent une séparation des flux entre eux.

Cependant, un tel changement dans les méthodes de travail ne pouvait être mis en œuvre en toute sécurité que sous réserve de :

  • réaliser une étude locale pour analyser les contraintes existantes sur les SID et STAR pour en attester la séparation, et les modifier si nécessaire ;
  • s’assurer de la bonne compréhension de cette nouvelle méthode de travail et de la phraséologie associée par les contrôleurs ;
  • s’assurer également de la bonne compréhension de cette nouvelle phraséologie par les usagers. »

Cette disposition est temporairement suspendue. Le SNCTA demande expressément que cette suspension soit définitive pour des raisons évidentes de sécurité quant à l’incertitude engendrée sur la séparation stratégique des flux.

Le SNCTA considère que les cas ci-dessus nécessitent un retour à l’ancienne phraséologie. Il a saisi la direction des opérations qui est chargée de mettre en œuvre le règlement. Il attend des réponses concrètes lors du CT DO qui se tiendra lundi.

La ComRes rappelle par ailleurs que la non-application du règlement engage la responsabilité des contrôleurs. C’est pourquoi le SNCTA travaille, argumente et fait le choix de demander des modifications des règles plutôt que d’exposer les contrôleurs en appelant au boycott de la nouvelle phraséologie.

ComRes — L'application de SERA C devra être modifiée ! (342.0 KiB)

0

Courrier intersyndical concernant la modernisation de la DSNA

Bureau national SNCTA

Lettre au Directeur Général de l’Aviation Civile

Monsieur le Directeur Général,

Les organisations syndicales, CFDT, FO, SNCTA et UNSA DD ont pris connaissance des graves difficultés que connaissent les grands programmes techniques de modernisation de la DSNA. Elles estiment cette situation extrêmement préoccupante pour l’avenir de la DSNA et de la DGAC, en particulier pour les conditions de travail des contrôleurs aériens. Alors que le trafic aérien a atteint des chiffres historiquement hauts en cet été 2017, elles constatent :

  • la nécessité toujours plus accrue d’outils performants pour rendre un service public sûr et efficace ;
  • les retards de développement et de mise en service de 4-Flight et SYSAT ;
  • les surcoûts engendrés et le poids financier alarmant du maintien en condition opérationnelle de matériels obsolescents.

Les organisations syndicales signataires de ce communiqué vous demandent de convoquer urgemment une réunion d’information sur la modernisation technique de la DSNA. Elles exigent que leur soient présentés des calendriers sincères, des analyses transparentes quant aux retards et aux surcoûts ainsi qu’un plan d’action clair et énergique pour sortir de cette situation d’échec.

Veuillez recevoir, Monsieur le Directeur Général, l’expression de notre haute considération.

Lettre Intersyndicale Modernisation DSNA (252.2 KiB)

0

Postes ouverts à la CAP de décembre 2017

CAP

Les AVE ainsi que les profils correspondants sont disponibles sur le site du SNCTA ou sur l’intranet de la DGAC rubrique Bravo Victor / Vie pratique / Mobilité.

Quelques rappels

Pour qu’une candidature soit valable, il faut absolument :

  • l’envoyer sous sa responsabilité avant la date limite du 31 octobre via l’outil SIRh (anciennement CASIMIRh), muni de vos identifiants ;
  • par ailleurs, pour les postes d’encadrement, le SNCTA vous conseille vivement de prendre contact avec l’encadrement local et d’adresser une lettre de motivation ;
  • Quelques critères ont été modifiés. Veuillez en prendre connaissance dans notre communiqué.

Les dates à retenir

Fin du dépôt des candidatures : 31 octobre à minuit.

Les CAP se tiendront aux dates suivantes :

  • CAP à recouvrement : 28 novembre ;
  • CAP de corps : 13 décembre.

Par ailleurs, les candidatures ne pourront être annulées que jusqu’aux dates suivantes :

  • pour la CAP à recouvrement : le 26 novembre à 23 h 59 ;
  • pour la CAP de corps : le 11 décembre à 23 h 59.

CDA Sortie De Postes17 12 (934.7 KiB)

DESCRIPTIF AVE 17 12 (1.7 MiB)

Fiche De Candidature CAP (67.1 KiB)

0

Flash Info — CSG : réforme à haut risque

13029664 - red panic button

En campagne électorale, le président de la République s’était engagé à ce que la rémunération des fonctionnaires ne baisse pas du fait de l’augmentation de la CSG. Le ministère des Transports a récemment confirmé au SNCTA que cette augmentation sera intégralement compensée par des moyens qui ne sont cependant pas encore décidés.

Or, la suppression annoncée de la contribution solidarité ne compensera qu’environ la moitié de la hausse de 1,7 point de CSG prévue le 1er janvier prochain.

Si plusieurs compensations complémentaires sont actuellement étudiées par le ministère de la Fonction publique, nombreuses sont celles qui ne sont pas acceptables pour le SNCTA. Ce dernier refusera tout dispositif de compensation qui ne soit pas :

  • intégral ;
  • pérenne (pas une indemnité exceptionnelle qui sera supprimée dans quelques années) ;
  • égalitaire entre générations (les futures recrues devront pouvoir en bénéficier).

Quelques mois seulement après la concrétisation des premières mesures indemnitaires inscrites dans le Protocole, et alors que les contrôleurs rendent leur mission de service public à un trafic aérien record (+7 % de survols depuis le début de l’année), ceux-ci attendent autre chose des Pouvoirs publics qu’une attaque de leurs conditions d’emploi !

Syndicat professionnel et apolitique, le SNCTA n’est pas un syndicat anti-réforme. N’identifiant pas, à ce stade, de point de blocage dans les négociations en cours sur la compensation de la CSG, il n’a pas déposé de préavis de grève pour la journée du 10 octobre. Cependant, il prévient : les contrôleurs qu’il représente sont déterminés à défendre leurs intérêts s’ils étaient injustement attaqués.

FI CSG Réforme à Haut Risque (756.3 KiB)